Navigation – Plan du site
Ressources marines et aménagements littoraux : vulnérabilité, gestion et adaptation au changement global

Les apprentissages sur l'aménagement côtier dans deux territoires côtiers du littoral acadien du Nouveau-Brunswick vulnérables à l'érosion et aux inondations

Learnings on Coastal Planning in Two Territories of New Brunswick’s Acadian Coast Vulnerable to Erosion and Flooding
Omer Chouinard, Tiavina Rabeniaina et Sebastian Weissenberger

Résumés

Comme dans d’autres régions du monde, la croissance démographique et l’aménagement côtier sur le littoral acadien au Nouveau-Brunswick contribuent à une plus grande vulnérabilité et à la détérioration des espaces côtiers et environnements littoraux. L’élévation du niveau marin et les effets des changements climatiques rendent les côtes du Nouveau-Brunswick extrêmement sensibles et entrainent des impacts de plus en plus importants. Ainsi, l’adaptation aux changements climatiques constitue un enjeu de taille pour la province.
Nous décrivons ici les résultats d’une étude comparative sur les expériences et les stratégies d’adaptation de deux communautés côtières, les communautés de Cocagne - Grande Digue et de Beaubassin-Est - Cap Pelé. Les deux territoires ont en commun d’avoir des littoraux convoités par le tourisme et le secteur immobilier. Des entretiens semi-dirigés et des groupes de discussion (focus groups) ont permis d’obtenir des informations sur les thématiques suivantes : l’expérience des modifications environnementales, les mesures d’adaptation initiées individuellement ou collectivement, les réactions et les besoins futurs. Les résultats de l’étude mettent en évidence l’enchâssement des aspects économiques et sociétaux dans les enjeux environnementaux et le rôle des représentations et des acteurs qui déterminent le niveau de mobilisation. Enfin, le projet souligne l’importance d’une coordination entre les différentes échelles de gouvernance.

Haut de page

Texte intégral

Remerciement

Nous sommes redevables à nos bailleurs de fonds en l’occurrence, Ressources Naturelles Canada (NRCan), Le Fonds de Fiducie pour l’environnement de la Province du Nouveau-Brunswick (FFENB), L’Alliance de recherche université-communauté (ARUC-DCC) www.defisdescommunautescotieres.org, financée par le Conseil en recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) et la Faculté des études supérieures et de la recherche (FESR) de l’Université de Moncton.

Introduction

1Au Canada atlantique, le territoire du littoral acadien, dans le sud et l’est du Nouveau-Brunswick est considéré très vulnérable à l’érosion et à l’inondation. En témoigne les études d’Environnement Canada (2006) et de Ressources Naturelles Canada (2007). Qui plus est les ouvrages récents (VertigO, 2012 ; Chouinard et al., 2011) montrent que les territoires à l’échelle planétaire sont lourdement impactés par les activités humaines. Ces travaux s’inscrivent dans l’objectif du chapitre 17 d’Action 21 de la Conférence de Rio. Dans les collectivités côtières du Nouveau-Brunswick, des citoyens font appel à l’Université de Moncton pour les accompagner dans l’adaptation aux changements climatiques. L’étude en cours que nous vous présentons en est un exemple. D’abord, nous allons situer l’étude de cas en l’occurrence la zone côtière du Nouveau-Brunswick. Ensuite nous parlerons des objectifs de l’étude sur les apprentissages et de la méthodologie appropriée. Puis, nous ferons état de nos principaux résultats en termes d’apprentissages et de transfert de connaissance. Enfin, nous discuterons de nos résultats et nous ferons la conclusion.

2Sur une superficie de 71 355 km2, le Nouveau-Brunswick est une province située à l’est du Canada et compte environ 751 171 habitants. Entourée au nord par la baie des Chaleurs, à l’est par le golfe du Saint-Laurent et le détroit de Northumberland et au sud par la baie de Fundy, le territoire du Nouveau-Brunswick est à la fois dans les provinces maritimes et dans les provinces de l’Atlantique.

3Le territoire jouit d’un climat continental adouci par la proximité de l’océan Atlantique. Les régions côtières sont plus chaudes l’hiver et sensiblement plus fraîches l’été tandis qu’elles ne reçoivent que 15 à 20 % de leurs précipitations sous forme de neige. Puisque la partie est de la province est bordée par la mer, aucun lieu dans le territoire ne se situe à plus de 180 kilomètres du littoral. Elle est dominée par le littoral autant du point de vue géographique et démographique qu’économique et culturel puisque la province compte 5 500 kilomètres de côtes et que 60 % de la population vit à proximité de la côte.

4Les secteurs forestiers, agricoles et miniers (y compris l’extraction de la tourbe) sont très importants. Cependant dans les territoires côtiers ce sont l’industrie de la pêche et de l’aquaculture, la culture des petits fruits et légumes ainsi que le tourisme qui contribuent principalement à l’économie locale. Plus particulièrement, l’industrie des pêches néobrunswickoise représente 20 % de celle de la côte atlantique canadienne favorisée notamment par l’extension des limites de la zone de pêche à 320 kilomètres des côtes. Le tourisme est également un secteur prisé dans la province, car il contribue pour à peu près 3,2 % du PIB et offre des emplois directs répartis sur plus de 3 000 entreprises. Reconnu par ses plages d’eau chaude (les plus chaudes au nord de la Virginie), ses parcs nationaux, la culture acadienne et ses activités balnéaires longeant le littoral, le Nouveau-Brunswick fait de son milieu naturel un privilège.

1. Mise en contexte du développement de la zone côtière du Nouveau-Brunswick

5Certaines régions du littoral acadien du Nouveau-Brunswick, comme tant d’autres régions au Canada, connaissent une constante croissance démographique et une accentuation des activités côtières entraînant une dégradation continue des écosystèmes et de la biodiversité. Ces pressions démographiques conduisent au développement de l’aménagement côtier contribuant aussi à la détérioration et à la vulnérabilité des espaces et environnements littoraux.

6Au-delà de ces facteurs d’occupation et de l’urbanisation sur les zones littorales, les impacts du changement climatique (élévation du niveau marin et augmentation des températures) rendent sensibles les écosystèmes côtiers du Nouveau-Brunswick. Ces effets entraînent des impacts vérifiables tels que : l’intensité des ondes de tempêtes, la dégradation du sol par l’érosion, etc. Ainsi, l’adaptation au changement climatique constitue un enjeu de taille pour la province.

7Dans la même perspective, les communautés côtières ont observé et/ou ressenti ces changements environnementaux depuis quelques années notamment par le passage de la « tempête du siècle » (la tempête de référence citée par Environnement Canada, 2006) fin janvier 2000 dans les provinces de l’Atlantique. On évoque qu’en une journée, la tempête regroupait à la fois des blizzards, des chutes de neige abondantes, des pluies abondantes, des vents puissants, des ondes de tempête et des inondations du littoral. La tempête n’a pas été meurtrière, mais elle a surtout causé plusieurs millions de dollars de dégâts dans presque toutes les provinces de l’Atlantique. D’autres évènements extrêmes, peut-être moins intenses, se sont succédé dans les années qui ont suivi et les dommages se sont aussi accumulés tant pour le compte des particuliers que pour les administrations publiques.

8Marquées par ces expériences, les communautés côtières du littoral acadien ont réagi pour devenir plus résilientes face à ces changements environnementaux et climatiques. C’est la raison pour laquelle chaque communauté s’est mobilisée pour comprendre le processus (impacts de la nature et ceux des activités humaines), identifier les zones vulnérables, prendre des décisions collectives, réaliser des mesures correctives et préventives. En parallèle, les individus ont aussi décidé de protéger leurs propriétés et ont entrepris chacune des mesures rustiques de protection voire l’enrochement, afin d’éviter des dégâts plus importants. Visant à favoriser le renforcement des capacités de résilience des communautés, les politiques publiques de quelques régions sont allées plus loin dans leurs démarches d’adaptation et souhaitent trouver les solutions appropriées pour réduire les risques potentiels.

9Grâce au leadership de la Commission des services régionaux du Sud-est (CSRSE) la communauté́ rurale de Beaubassin-Est (CRBE) après de longues délibérations, a finalement adopté un règlement en vertu duquel toute nouvelle construction doit avoir une élévation minimale de 4,3 mètres (CGVD28, arrêté 09-1 B de février 2011) soit 1,43 mètre au-dessus de la marée de tempête de 2000. Les municipalités de Shédiac et Cap-Pelé ont emboité le pas en 2012. Selon des informateurs-clés, ce serait l’importante tempête de décembre 2010 qui aurait été l’événement déclencheur. Ce règlement est apparu novateur et sert de référence en matière de pratique d’adaptation dans la région de l’Atlantique et ailleurs au Canada. D’autres communautés actuellement constituées en Districts de services locaux (DSL), comme celles à l’intérieur de la Commission d’Aménagement du District de Kent (CADK), ont ainsi souhaité prendre l’exemple de la démarche de la CRBE et des municipalités de Shédiac et de Cap-Pelé en vue d’intégrer ce règlement dans leur futur plan rural d’aménagement.

2. Les objectifs de l’étude

10Ce projet propose de contribuer, en partenariat avec les acteurs des CSRSE et du CSRK, à un transfert de connaissances et à un apprentissage mutuel des pratiques d’adaptation entre les communautés faisant partie de ces deux commissions de services régionaux. Il s’agit donc ici d’accompagner deux communautés côtières néo-brunswickoises dans un dialogue à l’échelle communautaire et d’apprendre à travers les expériences de chacun. En vue de renforcer respectivement leurs capacités pour un aménagement côtier durable et résilient.

11Le but de la recherche est de produire des outils de transfert et d’intégration des connaissances adéquates pour la prise de décisions locales et le renforcement des compétences des acteurs au sein des communautés. Nous voulons savoir au moyen d’une recherche-action participative (RAP) si la démarche en vue du règlement sur l’élévation des nouvelles constructions dans le territoire de la Commission des services régionaux du sud-est (CSRSE) se situant sur des zones sensibles et vulnérables à l’érosion et aux inondations peut être appropriée dans le territoire de la Commission des services régionaux de Kent (CSRK).

3. Méthodologie

12Le travail comprend deux études consécutives, à savoir un volet sociologique et un volet cartographique. L’aspect sociologique consistait à identifier les représentations sociales et les connaissances face aux impacts du changement climatique et à l’adaptation. Puisque le partage des connaissances sur l’environnement au quotidien par les populations locales constituait une source importante de savoir traditionnel, celles-ci ont participé à la définition des objectifs de la recherche. Ces connaissances étaient importantes pour comprendre tout d’abord les échos du projet innovateur (à la suite de l’application du règlement pour les trois municipalités de la CSRSE et les réactions éventuelles pour le futur projet) et par la suite provoquer un dialogue pour une compréhension complète de l’enjeu et des solutions.

13En plus de la phase de la coconstruction des objectifs, le premier volet proposait d’utiliser deux autres méthodes d’acquisition de connaissances :

  • Une série d’entrevues semi-dirigées (Savoie-Zajc, 2009) auprès de 15 à 20 personnes par territoire de Commission de services régionaux ;

  • Une série de trois focus groups (Kitzinger, 2004 ; Geoffrion, 2009) qui permet de valider les données recueillies et les résultats des deux groupes d’études de cas.

14Dans le volet cartographique, celui-ci vise à compléter l’analyse cartographique avec les données de base sur l’écosystème naturel en vue de mieux comprendre les enjeux que vit la CSRK en comparaison avec la CSRSE. Ces résultats seront employés comme soutien scientifique lors des entrevues et des groupes de discussion.

15Dans la première étape concernant le recueil des connaissances locales, soulignons qu’en plus de leur participation à la définition des objectifs, deux séries d’entrevues semi-dirigées ont été effectuées sur les deux communautés. D’abord auprès de la CSRSE, où douze (12) résidents ont accepté d’être interviewés à l’automne 2013. Deux focus groups ont suivi cette première démarche permettant d’entrevoir certains aspects socio-économiques, géographiques du territoire et d’identifier les besoins de la communauté et d’amorcer la discussion pour anticiper les événements extrêmes et les actions à venir.

16Au sein de la CADK, dix-huit entrevues semi-dirigées ont été réalisées avec différentes catégories d’acteurs du milieu côtier pendant la même période. Un groupe de discussion regroupant les résidents des communautés de ce territoire a confirmé les informations recueillies.

17Ensuite, focus group croisé a eu lieu le 14 novembre 2013 entre les résidents des deux territoires administratifs de la CSRSE et CADK et a regroupé dix participants. Les apprentissages mutuels sur les thématiques développées ont permis de relancer la discussion et le partage des pratiques de chaque communauté en matière d’adaptation aux changements climatiques en tenant compte des spécificités de gouvernance locale soit : DSL et communautés rurales ou municipalités.

18Les thématiques suivantes ont été abordées auprès des deux communautés : l’expérience des modifications environnementales (tempêtes d’hiver de 2000 et de 2010), le changement de comportements et des habitudes, les mesures d’adaptation initiées individuellement ou collectivement, les réactions et les besoins face à ces évènements extrêmes.

Figure 1. Localisation des sites d’étude au Nouveau-Brunswick (Canada)

Figure 1. Localisation des sites d’étude au Nouveau-Brunswick (Canada)

source : google maps

19Les entrevues et discussions dans les territoires de la CSRSE et de la CSRK révèlent les propositions suivantes. En premier lieu, il en résulte que les perceptions sur le milieu côtier sont les mêmes puisque presque tous les participants à l’étude sont conscients de la problématique et de la vulnérabilité des communautés côtières du sud-est du Nouveau-Brunswick et ont adopté des mesures d’adaptation pour faire face aux menaces climatiques. Par contre, ils ressentent une division entre les habitants qui se sont construits au bord de la côte et ceux qui sont dans les terres. Cette divergence se renforce avec le manque d’implication des nouveaux arrivants dans la collectivité.

20En relation avec la gouvernance locale, la majorité des intervenants ont remis en question leurs rôles et autorités provinciales. En effet, le gouvernement provincial est jugé trop timide en matière de législation, et de politiques publiques. Les communautés locales constituées en municipalité aimeraient une plus grande décentralisation des pouvoirs dans les communautés afin de délibérer en matière d’aménagement du territoire. La décentralisation des pouvoirs est souvent évoquée afin de permettre aux autorités municipales et aux CSR de décider des activités d’aménagement afin de faire une recommandation à la province. Quant aux Districts de services locaux de la CSRK, ils entreprennent des consultations en vue d’élections prochaines ce qui leur permettraient de s’incorporer en municipalités ou en communautés rurales. La municipalisation leur permettrait d’élaborer des règlements en vue de l’adaptation et l’aménagement de leur territoire.

21Les autorités locales en particulier les municipalités accordent une grande importance aux associations locales comme instances démocratiques qui délibèrent sur les activités collectives en vue de l’aménagement côtier, et ce, particulièrement dans le cas de DSL dotés de moins de pouvoirs administratifs et décisionnels.

4. Discussion

22Il existe une différence bien perceptible entre la CSRSE et la CSRK, la première étant composée surtout de municipalités et la deuxième principalement de District de Services Locaux (DSL). La constitution en municipalité ou en communauté rurale donne plus d’outils aux collectivités, en particulier tel que des plans ruraux d’aménagement et la capacité d’introduire des règlements municipaux dans ces plans pour mieux gérer les territoires côtiers et riverains. Les résidents de DSL se sentent donc plus démunis au point de vue organisationnel et mettent plus l’accent sur le rôle des associations. Ces dernières jouent donc un rôle de médiateur auprès de la collectivité, d’initiateur et de promoteur de projets environnementaux.

23En revanche, la perception de la problématique climatique, l’appréciation des changements observés et la connaissance sur les changements climatiques ne différeraient pas entre les deux territoires. Chaque territoire se rejoint afin de réfléchir sur des actions proactives et à long terme en vue de planifier collectivement au lieu d’entreprendre des actions réactives à l’échelle individuelle. Cette initiative nécessite toutefois une certaine acceptabilité sociale des projets qui devraient se porter sur des actions de coopération et d’entraide entre les résidents. Ce principe va de pair avec la confiance qui devrait s’établir aussi entre le gouvernement provincial du Nouveau-Brunswick et les populations locales impliquant une certaine imputabilité et transparence à l’échelle locale.

24Les résultats préliminaires des études menées dans les deux territoires ont permis de mieux cerner les connaissances, les préoccupations et les défis identifiés par les participants aux questionnaires et groupes de discussions. La comparaison entre les deux territoires semble démontrer que le mode d’organisation territoriale (municipalités, communauté rurale ou DSL) joue un rôle important dans la pratique d’adaptation et dans l’organisation des communautés autour de la question de l’adaptation. Il sera important de creuser cet aspect dans une étude ultérieure et de suivre l’évolution des processus d’élaboration de pratiques et stratégies d’adaptation au niveau local et régional dans le cadre de la réforme de la gouvernance locale entamée en 2013 par la province principalement par la création de douze CSR (New-Brunswick, 2011).

Conclusion

25L’importance des changements climatiques sur le développement de la zone côtière ne fait aucun doute et est un sujet qui d’avis général doit être abordé de manière mieux planifiée, mieux structurée et plus efficace. Les relations entre les échelles locales et provinciales continuent de susciter des interrogations et un certain niveau d’insatisfaction chez la majorité des participants à l’étude. Ces facteurs sont cependant liés au processus d’élaboration de stratégies d’adaptation qui sont discutées dans l’actualisation du plan d’aménagement pour la CSRSE ou encore dans la mise en place de ce plan d’aménagement pour la CSRK.

26En se référant aux objectifs spécifiques, la recherche souhaite faire part d’une nouvelle forme d’engagement communautaire qui prend en compte l’aspect environnemental dans gouvernance locale en vue de l’acceptabilité sociale de l’aménagement des territoires côtiers et riverains. Le projet veut s’assurer d’une meilleure compréhension de l’enchâssement des aspects sociétaux et de gouvernance dans les enjeux environnementaux à l’échelle locale et régionale.

Haut de page

Bibliographie

Action 21, Sommet de Rio (1992). « Protection des océans et de toutes les mers – y compris les mers fermées et semi-fermées – et des zones côtières et protections, utilisation rationnelle et mise en valeur de leurs ressources biologiques », Conférence des Nations Unies pour l'Environnement et le Développement, Chapitre 17, URL, <https://www.un.org/french/ga/special/sids/agenda21/action17.htm. Site visité le 23 mars 2014>.

Anadon, M. et L. Savoie-Zajc (2009). L’analyse qualitative des données. Recherches Qualitatives, 28 : 1-7.

Chouinard, O., J. Baztan and J-P. Vanderlinden (Dir.) (2011). « Préface de Micheal Chadwick et postface de Liette Vasseur », Zones côtières et gestion intégrée : le défi de la gestion intégrée, Québec, Les Presses de l’Université du Québec.

Environnement Canada (2006). Impacts de l’élévation du niveau de la mer et du changement climatique sur la zone côtière du sud-est du Nouveau-Brunswick, Ottawa, URL, <https://www.ec.gc.ca/Publications/297D1933-034A-4BD2-996E-C83FAA1C8016%5CImpacts De LelevationDuNiveauDeLaMerEtDuChangementClimatique.pdf>, consulté le 23 mars 2014.

Geoffrion, P. (2003). Recherche sociale. De la problématique à la collecte des données (4e éd.), Le groupe de discussion. Dans B. Gauthier (Dir.), Québec : Presses de l'Université du Québec : 333-356.

Kitzinger, J. (2004). “The methodology of focus groups: The importance of interaction between research participants”, Sociology of Health and Illness,16: 103–121.

New Brunswick (2011). Action Plan for a New Local Governance System in New Brunswick, Frederiction, Canada, Nouveau-Brunswick, URL, <http://www2.gnb.ca/content/gnb/en/ departments/elg/local_government/content/promos/action_plan_local_governance.html>, consulté le 23 mars 2014.

Ressources naturelles Canada (2008). Chapitre 4, Canada atlantique sous la direction de Liette Vasseur et Norm Catto. Gouvernement du Canada, Ottawa (Ontario) URL, <http://adaptation2007.rncan.gc.ca>, 119-170.

Vertigo (2012). Gestion durable des zones côtières et marines : nouveaux discours, nouvelles durabilités, nouvelles frontières, sous la direction de Mahfoud Ghezali et Agnès Michelot, Les éditions en environnement VertigO.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des sites d’étude au Nouveau-Brunswick (Canada)
Crédits source : google maps
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Omer Chouinard, Tiavina Rabeniaina et Sebastian Weissenberger, « Les apprentissages sur l'aménagement côtier dans deux territoires côtiers du littoral acadien du Nouveau-Brunswick vulnérables à l'érosion et aux inondations », Études caribéennes [En ligne], 26 | Décembre 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 21 février 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6663 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6663

Haut de page

Auteurs

Omer Chouinard

Département de sociologie et au programme de Maîtrise en études de l’environnement à l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) ; Professeur rattaché ; omer.chouinard@umoncton.ca

Articles du même auteur

Tiavina Rabeniaina

Études de l’Environnement, Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) ; Étudiante ; etr9797@umoncton.ca

Sebastian Weissenberger

Sciences de l’environnement, UQAM et chercheur associé à l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) ; Professeur ; sebastian.weissenberger@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org