Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Zones côtières et changement climatique : le défi de la gestion intégrée

Dominique Augier et Olivier Dehoorne
Référence(s) :

Chouinard, O., J. Baztan et J-P, Vanderlinden (20111). Zones côtières et changement climatique : le défi de la gestion intégrée, Presse de l’Université de Québec, 2011, 242 p., ISBN 978-2-7605-3188-8

Texte intégral

1L’ouvrage codirigé par O. Chouinard, J. Baztan et J-P. Vanderlinden propose une réflexion sur le défi de la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) dans un contexte de changements climatiques. Ce livre est le résultat de rencontres scientifiques qui se sont déroulées à l’Université de Moncton en 2010 dans le cadre de l’Alliance de recherche universités-communautés sur le défi des communautés côtières (ARUC-DCC). Dans ce cadre, différents groupes de recherche, canadiens, québécois, européens et africains, dans une démarche multidisciplinaire, ont partagé leurs retours d’expériences sur des études de cas en cours au Canada (six dans les régions atlantiques) et dans le reste du monde (en Uruguay, en Afrique de l’Ouest, dans les Antilles françaises et en Bretagne).

2Comme le rappellent les auteurs, « l’approche de la gestion intégrée des zones côtières a été créée en réponse aux nombreux stress posés sur les écosystèmes par les activités humaines et aux nombreux conflits d’usages qui en résultent » (p.1). La réflexion en terme de gestion des zones côtières lancée dans les années 1970 se précise avec le qualificatif intégré (gestion intégrée). Les défis environnementaux et les conflits d’usages s’arcboutent, d’abord dans le domaine de la pêche mais aussi en matière de concurrences spatiales stimulées par les activités touristiques et récréatives en général, les nouvelles formes de résidentialité, et plus largement l’urbanisation et la littoralisation des genres de vie. La gestion intégrée annonce un tournant, une évolution dans la prise en compte des territoires, de leurs projets de développement et de la construction d’un espace de vie ; il s’agit désormais d’appréhender le territoire dans sa globalité et de rompre avec les traditionnelles considérations sectorielles. La reconnaissance de ce concept de GIZC se précise sur le plan international lors du Sommet de la Terre à Rio en 1992, dans le cadre de l’Agenda 21.

3Espaces nourriciers privilégiés et « centres de développement économique » incontournables dans une économie globalisée, les zones côtières sont soumises à des dégradations qui se poursuivent à un rythme alarmant (Klinger, 2004). Les pressions anthropiques y sont considérables : d’ici 2015, près de 60% de la population mondiale vivra à moins de 30 kilomètres des côtes (Rosenthal et al., 2001). Entre conflits d’usages, convoitises exacerbées des ressources et de l’espace, pollutions diverses et irrémédiables, les zones côtières doivent également faire face aux conséquences du changement climatique (Plante et al., 2007).

4Cet ouvrage rigoureux et remarquablement structuré s’articule en dix chapitres. Les six premiers consacrés à des expériences est-canadiennes ouvrent la réflexion sur quelques fondements théoriques comme « la transition de l’approche disciplinaire-sectorielle à l’approche interdisciplinaire-écosystémique-territorialisée », et analysent des processus continus et dynamiques autour des défis de la pêche, des expériences aquacoles, entre enjeux économiques, parfois particuliers, et intérêt général des communautés locales. Les auteurs s’interrogent sur les modes de gouvernances et les perceptions de la mise en œuvre de gestion intégrée par les communautés hôtes.

5Au terme de cette étude, les auteurs insistent sur l’impérative exploration des collaborations renforcées entre les acteurs car, « ni les politiques publiques, ni les politiques internationales, ni la somme des initiatives locales ne parviennent à elles seules à résoudre les problèmes du développement durable à l’heure actuelle » (p.227) comme le démontrent des expériences conduites, parfois depuis plusieurs décennies, sur quelques territoires pilotes du Canada atlantique ou, d’autres initiatives, plus jeunes, dans des régions plus défavorisées (cf. chapitres 7 et 8). Ainsi que le soulignent les auteurs, « la problématique de gestion devient confuse et impraticable tant que le développement ne peut pas être abordé en termes de choix politiques » (p.225), d’où l’intérêt de promouvoir des processus d’engagement communautaire au moyen de la recherche-action participative (Chouinard et al., 2007).

6Soulignons sur le plan méthodologique, l’intérêt de cette démarche qualitative fondée sur la « recherche-action participative » – trop souvent négligée au profit de méthodologies quantitatives - ; les études de cas et les méthodologies (techniques, outils techniques) réunies dans cet ouvrage s’inscrivent dans une philosophie d’« une coconstruction et une coproduction, non seulement entre communautés et chercheurs, mais aussi entre communautés et chercheurs provenant de divers horizons travaillant tous pour une justice sociale et environnementale ».

Haut de page

Bibliographie

Agenda 21 (1992). Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro au Brésil (Sommet de la Terre), URL, <http://wwwv1.agora21.org/rio92/A21_1.html>, consulté le 21 février 2011.

Chouinard, O., H. De Varennes et G. Martin (2007). « Le développement local dans une communauté en milieu minoritaire au Nouveau-Brunswick : le cas de Néguac dans l’estuaire de la Miramichi », dans M. Paquet et S. Savard (dir.), Balises et références, Acadie, francophonies, Québec, Les Presses de l’Université Laval : 349-368.

Klinger, T. (2004). “International ICZM : In search of successful outcomes”, Ocean and Coastal Management, vol.47 : 195-196.

Plante, S., O. Chouinard et P. Bernatchez (2007). Politiques, gouvernance et renforcement des capacités communautaires d’adaptation aux changements climatiques des zones côtières insulaires et continentales, rapport de recherche pour le ministère des Ressources naturelles Canada, Projet FACC.

Rosenthal, H., J. McGlade and S. Gollasch (2001). “The role of aquaculture in integrated coastal management”, Bulletin, 101(1): 5-10.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Augier et Olivier Dehoorne, « Zones côtières et changement climatique : le défi de la gestion intégrée », Études caribéennes [En ligne], 26 | Décembre 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6671

Haut de page

Auteurs

Dominique Augier

CEREGMIA, Université des Antilles et de la Guyane ; Doctorante ; daugier@gmail.com

Articles du même auteur

Olivier Dehoorne

CEREGMIA, Université des Antilles et de la Guyane ; Maître de Conférences ; dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org