Navigation – Plan du site
Hors dossier

Les citadelles urbaines en Corse : patrimonialisation d’un territoire particulier

The Urban Citadels in Corsica: The Patrimonialization of a Particular Territory
Catherine Herrgott

Résumés

Certaines villes corses comme Bastia, Bonifacio, Calvi ou Corte possèdent des centres anciens enchâssés dans des ouvrages d’art militaire, aux fonctions défensives à l’origine : les citadelles. Cet article invite à interroger le patrimoine des citadelles urbaines insulaires, non pas en lui-même, mais en tant qu’objet de construction sociale et symbolique pris dans des processus de patrimonialisation qui engagent diverses logiques d’actions et modalités d’interventions, différents acteurs et usages. C’est donc cette pluralité instable des usages et des représentations du patrimonial qui a été privilégiée pour appréhender les enjeux sociaux, culturels, politiques et symboliques liés localement à ces processus. Cette communication s’appuie en particulier d’éléments extraits d’une enquête de terrain réalisée à Calvi, dans la microrégion de Balagne située dans l’ouest de la Corse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les citadelles corses ne constituent pas seulement des archives historiques inscrites dans la pierre, elles témoignent également des évolutions de la ville et des dynamiques successives de la société. Ces lieux de mémoire ont été appréhendés ici comme des territoires au caractère sédimentaire, mettant en relation et agglomérant différentes historicités et temporalités.

2Si le patrimoine correspond généralement à la mise au présent d’un passé révolu, la patrimonialisation des citadelles correspond plutôt à la mise au passé du présent. Le passé et le présent sont en fait intimement liés à la notion du patrimoine et sont mobilisés pour créer, inventer et construire la continuité. En revendiquant ainsi une filiation et une identification avec des « objets », au sens large de la culture matérielle, mais également avec un patrimoine immatériel constitutif de l’identité d’un groupe ou d’une société, on assiste à une forme de mise au présent du passé dans un « récit » englobant, une fiction.

3Réinterprétation des personnages et de l’histoire, manipulation des signes comme la dénégation de la rupture, de la discontinuité, de l’oubli et de la perte de mémoire, exclusion de moments historiques et de groupes sociaux : une sorte de mémoire « commune » définissant tout à la fois l’identité et l’altérité, est ainsi érigée. Le patrimoine est alors, à l’instar de l’identité, tout autant vecteur d’intégration que d’exclusion.

1. Problématique de l’étude

4Quels sont les enjeux sociaux, culturels, politiques et symboliques liés à ce processus de patrimonialisation ? Quelles sont les stratégies d’appropriation et de désappropriation ? En s’appuyant sur l’exemple de la citadelle de Calvi dans la micro-région de Balagne, à l’ouest de l’île, on dégagera les mécanismes d’adhésion à une « communauté de sens » et à l’interrogation du cercle d’appartenance et de référence que cette adhésion dessine. Quels en sont alors les « oubliés » et selon quelles lignes de rupture et de conflictualité ? Quel est l’étranger au cercle ? On tentera par là-même de définir en « creux », les termes de l’affiliation et les désaffiliations revendiquées.

5Par ailleurs, on cernera de quelles formes de ruptures, de tensions et de conflictualités temporelles, urbaines et sociales, la patrimonialisation est l’indicateur. Quel passé, quelle(s) mémoires, quelle(s) traces, quels monuments et espaces y ont été investis par les acteurs de la valorisation patrimoniale, selon quelles orientations et perspective sociale, historique, culturelle et politique ?

6Cette recherche a ainsi consisté à décrire et à analyser la manière dont sont instrumentalisées les caractéristiques propres aux lieux fortifiés pour répondre à des fins économiques, sociales ou de « marketing touristique », en réinvestissant ou en reformulant un lien au temps et au lieu. Ces places fortes ne sont pas des lieux « neutres » puisque par divers artifices, par le jeu de l'illusion et de la mise en scène, par leur capacité d’agir comme décors de spectacles et festivals, ils sont susceptibles de transformer la réalité perçue. Je décris ainsi comment les éléments, les caractéristiques propres aux manifestations et aux lieux historiques, permettent des interprétations qui, en combinant les notions de « local », de « savoir-faire », d'« identité », d'« histoire locale », de « bien-vivre », permettent de valoriser des produits (culturels, touristiques) et des lieux. Ils semblent refléter une certaine convivialité et un art de vivre propres aux sociétés insulaires. Ces propriétés, renforcées par le discours des opérateurs touristiques, permettent de mettre en scène, de manière valorisante, des productions locales en soulignant leurs liens aux lieux et aux savoir-faire « traditionnels » présentés comme garants de leur qualité. Par ailleurs, il s'agit de voir comment, à travers la rencontre entre monde culturel et monde urbain se mettait en place une forme de médiation culturelle. Lieux de rencontres, d'apprentissage…, ils réunissent une communauté qui se ressoude, se redéfinit, et représentent une mémoire collective vécue ou imaginée.

2. Présides et citadelles

2.1. Liminaire

7La Corse est restée tout au long du Moyen-âge et de l’époque moderne, un espace peu urbanisé, comparativement à ses deux Isule Surelle (îles-sœurs) que constituent la Sardaigne voisine et la Sicile. Les cités corses étaient peu nombreuses à la fin du Moyen-âge et peu peuplées. Les quelques cités localisées sur le littoral ont été établies par les Génois. Elles s’organisaient en réalité autour de zones portuaires et avaient alors comme fonction première, le contrôle du commerce dans cette partie de la Méditerranée. Dans tous les cas, il s’agissait de sites défensifs bâtis sur des éperons rocheux et arborant de hautes et puissantes murailles. Celles-ci seront bastionnées à partir de la seconde moitié du XVIe siècle, enserrant des structures militaires, sortes de tours ou de châteaux, mais aussi dans la plupart des cas, des habitations civiles. Ces implantations génoises qui s’échelonneront entre le XIIe et le XVIe siècle, ne répondent toutefois pas au même modèle mais à plusieurs, en fonction de la période à laquelle elles ont été décidées. Ces différents modèles de cités ont littéralement conditionné le développement de ces espaces, tout au long de leurs histoires, au moins jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, lorsque la France a pris possession de l’île. Il convient alors de distinguer les villes fortifiées, des présides ou des citadelles, chaque modèle architectural conditionnant le développement et l’histoire des microrégions de l’île.

2.2. Présides et citadelles

8Souvent lorsque l’on parle de Bonifacio ou de Calvi, on leur associe le terme de « citadelle ». Mais les historiens, distinguent quant à eux, les citadelles des « présides ». Le presidium qui a donné en langue française le terme de « préside » est un ensemble fortifié à l’origine, avec une population à l’intérieur chargée à la fois de défendre la cité et de réaliser un maximum d’activités au sein de cette cité.

9L’implantation génoise est réalisée à Bonifacio à la fin du XIIe siècle et le premier préside en Corse y est érigé à cette période. Il faudra attendre un siècle pour que le second voie le jour à Calvi au XIIIe siècle. Ensuite suivront respectivement, mais plus tardivement dans la deuxième moitié du XVe siècle, la construction des édifices de Saint-Florent, Bastia, Ajaccio, puis enfin au XVIe siècle, ceux de Porto-Vecchio et de Sartène. Pour ces derniers, on ne peut pas réellement parler de présides, mais pour les Génois, on reste dans cet esprit, l’idée du préside fermé aux populations locales. Les archives historiques attestent que pas plus de trente corses vivent à l’intérieur du préside de Bonifacio, de même qu’à Calvi. Le pouvoir génois empêchera les populations locales d’habiter à l’intérieur de cet ensemble fortifié. C’est cet espèce de mise à l’écart spatiale et humaine, avec le rejet des populations locales, qui sera en quelque sorte la marque de fabrique des présides, jusqu’à la construction de Bastia, qui, s’il demeure un préside, se caractérise par son ouverture. Dès sa création, Bastia, ne fut pas comme Bonifacio ou Calvi, une cité où l’habitat civil était strictement réglementé avec en fait une exclusion de la population insulaire ; un nouveau type de cité s’y est développé. La nouvelle ville se compose dès son origine, d’habitations ceinturées par un grand rempart et de parties strictement militaires au sein de l’espace urbanisé. La muraille et les fortins ont connu au XVIIe siècle des travaux de fortification. Mais à Bastia, la présence des habitations civiles au sein des fortifications fût jugée par certains architectes militaires comme une faiblesse, menaçant directement l’autorité génoise en place, alors que d’autres arguaient que ces habitations, fort nombreuses, pouvaient servir de boucliers, en cas d’attaques extérieures. Ce modèle particulier reste toutefois isolé. En effet, à Ajaccio, ville édifiée à partir de 1492, le même problème de mixité des habitations civiles et bâtiments militaires, s’est rapidement posé, mais là, les autorités génoises ont décidé dès 1565, de séparer la ville de la garnison, en faisant raser une trentaine d’habitations et en édifiant une véritable citadelle. Une citadelle est par définition, un ouvrage strictement militaire, implanté en bordure d’une ville pour la défendre, mais aussi pour la contrôler. À Ajaccio, un fossé jadis rempli d’eau, matérialisant cette séparation, est encore visible aujourd’hui.

10Saint-Florent a connu une évolution assez similaire. Conçue au départ selon le modèle du préside, la cité a été reconstruite au cours du XVIe siècle avec deux parties distinctes : la ville fortifiée d’une part, la citadelle d’autre part. Au cœur de la citadelle, se trouve le château, sorte de grosse tour circulaire dotée d’un pont-levis qui l’isole du reste de l’édifice. Cette citadelle, comme celle d’Ajaccio, a connu plusieurs phases de construction, notamment durant la période française, après 1765, lorsqu’elle abrita une garnison importante. A cette époque, en effet, les progrès de l’artillerie, notamment celle embarquée dans les navires, ont remis en question le principe même de la place-forte.

11Tous ces édifices furent alors transformés en vastes garnisons, abritant des troupes importantes, pouvant être rapidement mobilisées en cas de conflit. De nombreux bâtiments pour les soldats et une poudrière furent construits dans chaque forteresse de l’île. Les citadelles se transformèrent ainsi en de véritables bases militaires.

12Tout comme Bonifacio, Calvi est, en revanche, resté un préside pendant toute la période génoise, c’est-à-dire une ville fortifiée, peuplée en grande majorité de colons génois et interdite aux populations corses. La ville fût fondée en 1268, soit près d’un siècle après Bonifacio. Les progrès de l’artillerie ont conduit les autorités génoises à édifier un nouveau château en 1491, puis, à totalement transformer la cité au milieu du XVIe siècle. D’imposants remparts furent édifiés pour résister aux boulets de canons.

Photographie 1 . Remparts de Calvi

Photographie 1 . Remparts de Calvi

Source : balagne-corsica.com

13À partir de cette date, le siège du gouverneur génois est transféré à Calvi pour y surveiller les importants travaux qui y sont réalisés sous la conduite de Gieronimo Levento surnommé le Levantino, un architecte de talent à qui nous devons la réalisation de plusieurs tours sur le littoral de la Corse. Calvi sera la seule place-forte de Corse à ne pas tomber lors de la guerre de 1553 qui oppose Gênes aux troupes françaises et turques. Par contre, Bastia, Saint-Florent, Ajaccio, Porto-Vecchio, passeront aux mains des Français.

14Cette guerre a révélé des faiblesses importantes. Par contrecoup, elle a été le point de départ d’une vaste campagne de rénovation de tous les édifices militaires génois en Corse. À Bonifacio, les architectes génois construisent des bastions, renforcent les murailles existantes et en créent de nouvelles, notamment sur les hautes falaises au-dessus du port et à l’entrée du goulet où un véritable chemin de ronde doté de meurtrières est édifié. Mais le principe de préside, à Calvi comme à Bonifacio, n’a pas été remis en cause et ces deux ensembles sont restés des colonies fermées aux populations locales, à l’abri de leurs puissantes murailles.

15Pourquoi les Génois sont-ils venus créer des présides en Corse ? Pour des raisons assez simples, liées au besoin d’avoir des points d’ancrage fortifiés sur lesquels ils pouvaient s’appuyer afin de gouverner et diriger des régions entières ou des ensembles d’îles. Dans le cas de Bonifacio, ce sont les sites naturels assez phénoménaux des hautes falaises de calcaire et du goulet, connue par les marins depuis la plus haute antiquité comme un refuge sûr pour les bateaux et son implantation à l’entrée des Bouches de Bonifacio, qui permet aux Génois d’avoir des ouvertures en Espagne notamment, à partir du XIIIe siècle, ce qui est fondamental pour eux, dans le cadre des échanges commerciaux transméditerranéens.

16Calvi va devenir la seconde cité génoise. À l’origine, c’était plutôt une cité cap corsine, puisque crée par un seigneur du Cap Corse. Ensuite, les génois récupéreront cet ensemble-là, qui sera déplacé. D’ailleurs, le château a été reconstruit à côté de l’ancien. Ce déplacement a été motivé à la fin du XVe siècle pour des raisons stratégiques de défense.

17Les autres cités vont se placer sur la carte géographique insulaire par rapport à ces besoins stratégiques comme Saint-Florent, dans le grand golfe du même nom, à un endroit d’une importance stratégique fondamentale où au fur et à mesure l’essentiel va se jouer. Pascal Paoli, lorsqu’il mène la guerre d’indépendance de la Corse y déclara : « Si nous sommes des gens importants pour les étrangers, c’est parce que nous avons Saint-Florent. ». Reste Bastia et Ajaccio qui sont des cas particuliers. Bastia, cité crée dès l’origine dans ce type singulier de « préside ouvert » évoqué précédemment (c’est-à-dire en dehors du système traditionnel de clivage colons/population autochtone que l’on trouvait à Bonifacio et Calvi), comptait deux tiers d’habitants d’origine corse pour un tiers de non-corses. Ajaccio, pour sa part n’était qu’un simple château autour duquel l’espace relativement important a permis de passer du simple château à la cité elle-même.

18Premières colonies génoises en Corse, Bonifacio et Calvi ont été considérées pendant des siècles comme un morceau du territoire génois en terre corse, un peu comme une ambassade et sont ainsi restées hermétiques jusqu’en 1765, date à laquelle la Corse devint française. À l’inverse, Ajaccio ou Bastia, de création plus tardive, ont été dès le départ des villes fortifiées, ouvertes aux populations locales. Elles ont connues toutes les deux un fort développement et une prospérité économique et sociale, à l’origine de leur statut actuel de chef-lieu de chacun des deux départements que compte l’île.

19Cas unique en Corse, la forteresse de Corte se trouve à l’intérieur des terres, au confluent des rivières du Tavignano et de la Restonica, au centre de l’île, à mi-chemin sur la route qui relie Bastia à Ajaccio. La forteresse qui peut être qualifiée de véritable citadelle, occupe le sommet d’une butte en bout de vallée et domine la ville qui s’étend sur les pentes et au pied de cette petite colline. Dans sa partie sommitale, se dresse un piton rocheux coiffé d’un petit château construit en 1419 par le comte corse Vincente d’Istria, comportant tours et murailles et occupant une plate-forme ovale d’une soixantaine de mètres de long sur vingt-cinq de large. La forteresse a été le cadre d’une série de batailles et d’assauts. Sampierru Corsu y pénétrera deux fois avant que celle-ci ne soit reprise par les Génois. Durant plusieurs siècles et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’édifice tombera alternativement aux mains des Corses et des Génois. La citadelle actuelle est due aux Français. C’est un projet du Comte de Vaux après la bataille de Ponte-Novo à la fin du XVIIIe siècle, bataille décisive qui mettra un coup d’arrêt à la période d’indépendance de la Corse.

3. La citadelle de Calvi : un symbole identitaire et une image touristique

3.1. Histoire et évolution démographique

20Si la citadelle est considérée comme le symbole historique de Calvi, elle n’est pourtant pas la première à avoir été construite, puisque ce fut la basse-ville qui fut érigée en un premier temps. C’est suite aux luttes entre Pise et Gênes s’arrachant le territoire de la Corse au XIIIe siècle que les premières fortifications de Calvi sont construites sur l’éperon rocheux. Calvi devient liée à Gênes par un accord de protectorat le 2 février 1294. La structure de la citadelle que nous voyons aujourd’hui date de 1453. La vieille enceinte est détruite et de nouvelles fortifications sont élevées en 1454. Le palais des gouverneurs, actuellement caserne Sampiero, est construit en 1492 et l’oratoire Saint-Antoine, qui abrite encore maintenant la confrérie Saint-Antoine Abbé, en 1510. Après sa restauration, l’église Saint-Jean-Baptiste sera consacrée cathédrale en 1576.

Photographie 2 . Les remparts et la tour du Sel, ancienne tour de guet puis entrepôt de sel (Calvi, Corse)

Photographie 2 . Les remparts et la tour du Sel, ancienne tour de guet puis entrepôt de sel (Calvi, Corse)

Source : balagne-corsica.com

21En 1520, Calvi compte 6 000 habitants sur deux hectares et demi. Cette forte concentration de population explique la construction, là encore, de maisons hautes et étroites reposant sur des caves voutées aménagées en boutiques. Les ruelles étroites sont construites pour laisser passer un homme à cheval.

22Au cours du XIXe siècle et plus particulièrement à partir de 1871et jusqu’en 1903, un bagne sera installé dans la citadelle de Calvi, afin qu’y soit emprisonné tous les chefs des rebellions successives de Kabylie et des Aurès en Algérie et même le propre frère d’Abd-El-Kader. Or, si les conditions étaient moins rudes que dans ceux de Guyane et que les conditions de détentions s’apparentaient à celles d’un pénitencier pour prisonniers politiques, plusieurs d’entre eux ne revirent jamais leurs pays natal.

23Au début du XXe siècle, la citadelle était un village plein de vie de par ses commerces (boulangeries, épiceries, bars). C’était également un centre administratif avec notamment un tribunal, une gendarmerie, un hôpital militaire et une école. La population comportait des notables (avocats, médecins), mais aussi des employés de maison, des maçons, des commerçants.

24La première vague de dépeuplement s’est produite durant la Seconde Guerre mondiale, consécutivement à l’évacuation de la population vers la basse-ville, par les Chemises Noires italiennes, afin de réquisitionner des logements d’habitation dans la citadelle pour les soldats. La deuxième vague de dépeuplement a affecté la citadelle dans les années soixante, soixante-dix. Ce mouvement de population s’est fait au profit de la construction de maisons individuelles en périphérie de la ville ou bien en faveur de logements sociaux possédant tous les éléments de confort moderne. Durant cette même période, les commerces ont fermé un à un tout comme l’école. La gendarmerie a déménagé et l’hôpital a été laissé à l’abandon par l’armée. Il reste aujourd’hui un restaurant, un bar, et un salon de thé qui ne sont ouverts qu’une partie de l’année (de mars/avril à octobre/novembre). Le phénomène de spéculation immobilière s’est accentué dans les années quatre-vingt et a contribué à favoriser l’installation d’étrangers et plus particulièrement des personnes italiennes. Malgré tout, depuis quelques années, de jeunes calvais reviennent s’installer à la citadelle, comme pour une sorte de « retour aux sources », mais cette tendance reste faible. En 1996, l’Office Public de l’Amélioration de l’Habitat dénombrait 135 habitants permanents à la citadelle. Les logements étaient au nombre de 106, dont 64 résidences principales, 29 résidences secondaires, 13 logements vacants et 2 bâtisses à l’abandon. Ainsi, tout comme à Bonifacio, pouvons-nous constater un phénomène similaire de désertification urbaine au sein même de la citadelle.

Photographie 3 . Vue générale de Calvi : la citadelle, la ville et le port de plaisance

Photographie 3 . Vue générale de Calvi : la citadelle, la ville et le port de plaisance

Source : balagne-corsica.com

3.2. Organisation sociale et spatiale

25Il est intéressant de remarquer que la citadelle représente aux yeux de ses habitants, issus d’anciennes familles, un lieu qui marque les étapes de leur vie : « Moi, j’ai été baptisée, communiée, confirmée, mariée à la citadelle et je veux être enterrée ici. », confie une femme âgée de soixante-dix-sept ans, résidente permanente à la citadelle. Tous ces rites importants dans la vie de l’individu se rattachent à ce lieu. C’est donc le temps qui construit cet attachement à la citadelle. Le temps et le fait de « vivre le lieu » marquent l’appartenance à la citadelle. Ces deux conditions font que l’on est un habitant de la citadelle, « i citadellacci » comme on dit en langue corse. Il est à noter qu’aucune des personnes rencontrées n’évoquera le passé pénitentiaire de la citadelle, une « mémoire amnésique » des temps douloureux…

26On retrouve aussi, comme à Bonifacio, des traces des rivalités haute-ville/basse-ville, flagrantes jusqu’à la fin des années soixante-dix. La citadelle était le lieu historique de Calvi, ou en tout cas revendiqué comme tel par ses habitants. C’était un lieu de pouvoir dans la mesure où il y avait un tribunal, une gendarmerie. De plus, même si c’était un quartier populaire, il y avait un certain nombre de notables et d’aristocrates alors que la marine, l’autre quartier ancien de Calvi, était le quartier des pêcheurs. Le fait que la citadelle regroupait des organes importants de la ville donnait une certaine arrogance à ses habitants. Cette rivalité est restée dans la mémoire des habitants de la citadelle avec les bagarres d’enfants, les matchs de foot entre jeunes des deux parties de la ville. La citadelle était aussi un lieu de pouvoir religieux qui ne manquait pas de susciter des conflits. Le premier exemple est là encore relatif à la Semaine Sainte, où selon la tradition, seules les femmes de la citadelle avait le droit d’habiller et de déshabiller la statue de la Vierge de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, portée en procession le Vendredi Saint.

27Cette tradition est révélatrice d’une volonté de faire une distinction entre haute-ville et basse-ville, basée sur un rapport de domination de la première sur la seconde. Le second exemple porte sur l’aspect religieux à Calvi de manière générale, dans la mesure où il y a deux confréries et que l’une se trouve dans la basse-ville (Saint-Erasme) et l’autre (Saint-Antoine Abbé) dans la haute-ville ou citadelle. Or, c’est la confrérie de Saint-Antoine Abbé qui commande toutes les processions de la Semaine Sainte ce qui accentue le rapport de domination de la citadelle sur la basse-ville. Cette domination entrainait des conflits où les confrères se battaient entre eux.

28Maintenant, de l’avis de tous les habitants, cette rivalité n’existe plus. Or, si elles ne sont plus visibles, il reste des marqueurs de rivalités symboliques qui sont toujours opérationnels, comme la primauté de l’organisation des processions de la Semaine Sainte, qui reste à Saint-Antoine-Abbé, l’organisation distincte de feux de Noël (un pour chaque confrérie), et des procédés de plaisanteries comme a macagna, qui soulignent une volonté de différenciation de la part des habitants de la citadelle. Ces derniers utilisent le passé et notamment le pouvoir religieux du lieu pour se distinguer des gens de la basse-ville. Même si la citadelle a perdu son poids démographique et administratif, elle est toujours un lieu symbolique sur le plan religieux.

29À travers ces exemples, nous pouvons également observer que les rivalités ont évolué, passant d’une rivalité fondée sur la réalité sociale de l’époque à une rivalité plus symbolique et psychologique fondée sur la mémoire d’une domination passée. En outre, nous analysons ces rivalités comme un moyen de différenciation utilisé par les habitants de la citadelle afin d’acquérir une certaine reconnaissance.

3.3. L’action de la mairie et du milieu associatif calvais et ses effets sur la citadelle

30Le tourisme est très important dans l’économie de Calvi, ville de 5 000 habitants l’hiver et qui accueille plus de 50 000 personnes l’été. Calvi connait un tourisme de masse qui a commencé à la fin des années soixante. Ce développement productiviste a dénaturé le tourisme culturel comme loisir. Dans ce contexte, la politique de la mairie a porté sur la « vente » des images de sa ville aux touristes. Afin de répondre à la demande « d’authenticité » ces dernières années, divers produits touristiques ont été développés comme les routes des artisans, les routes des vins, les écomusées. L’émotion et l’affect ont désormais une place importante dans la politique touristique des communes. C’est ainsi que la mairie de Calvi a mis en avant la citadelle comme produit touristique « authentique ». Dans cette perspective commerciale dans laquelle est entrée la ville, la citadelle devient « la vitrine de leur magasin ». L’effet s’en fait ressentir lorsque l’on chemine dans la basse-ville ; la citadelle est labellisée sous diverses formes : cartes postales, porte-clés, tee-shirts, etc.

31La citadelle, y compris dans d’autre projets labellisés au sceau de « l’authenticité », comme l‘installation d’artisans d’art, est instrumentalisée à des fins touristiques et donc économiques. Le patrimoine urbain est dans une situation paradoxale : il a comme nous l’avons vu, une fonction de maintien de l’identité du groupe mais il devient un produit culturel fabriqué et diffusé en vue de sa consommation. Il y a donc une lutte entre sa valeur d’usage et sa valeur économique. En axant seulement sa politique du patrimoine vers un objectif de rentabilité, la municipalité participe à faire du monument une entreprise et lui fait perdre son caractère d’accompagnement personnel.

32Au début des années quatre-vingt, la citadelle était délaissée par les pouvoirs publics. C’est ainsi que des associations ont utilisé ce lieu de pouvoir oublié. La première et la plus importante à s’être créée s’appelle a svegliu calvese (le réveil calvais). La programmation culturelle que cette association proposait était une autre source de cohésion sociale, il y a eu l’organisation de manifestations culturelles qui ont incité les gens à remonter à la citadelle et à redécouvrir leur histoire. Mais avec des spectacles de plus en plus importants, répondant à la demande de culture du touriste, la citadelle est devenue plus un décor que le symbole d’une identité. Là aussi, on s’est servi de l’image de la citadelle : cet espace patrimonial a été mis en scène comme scène de théâtre, localisation de festivals (le festival des Rencontres du Chant Polyphonique par exemple, organisé chaque année au mois de septembre), de fêtes comme Citadella in festa (Citadelle en fête). La citadelle s’est transformée en produit de consommation culturelle et de spectacularisation des processions religieuses de la Semaine Sainte. Cet exemple souligne toute l’ambivalence du phénomène de patrimonialisation d’un lieu, entre le côté ludique et éducatif d’une part et l’aspect prestigieux et médiatique d’autre part.

Photographie 4 . le Festival des Rencontres Polyphoniques de Calvi et son concert final sur la Place d’Armes au cœur de la citadelle. Les escaliers qui mènent à la cathédrale St jean Baptiste servent de gradins aux spectateurs.

Photographie 4 . le Festival des Rencontres Polyphoniques de Calvi et son concert final sur la Place d’Armes au cœur de la citadelle. Les escaliers qui mènent à la cathédrale St jean Baptiste servent de gradins aux spectateurs.

Source : balagne-corsica.com

33Une des conséquences de la sacralisation du patrimoine est le fait qu’en considérant la citadelle de manière figée, c’est-à-dire comme simplement un écrin prestigieux, un décor pour des manifestations culturelles (festivals, concerts, pièces de théâtre…), il s’est introduit du même coup un phénomène de dénégation du vivant, en tant qu’espace d’habitation.

34Le conditionnement subi par le patrimoine historique en vue de sa consommation culturelle a eu tendance à exclure la population de la citadelle et donc à ne pas prendre en compte leurs activités et leurs besoins quotidiens : « On n’existe pas », « La citadelle a été abandonnée », « On est délaissés », sont des phrases qui sont souvent revenues dans la bouche des habitants de la citadelle. De plus ce sentiment de ne pas exister est renforcé par la bataille symbolique qui se joue autour de la citadelle et de son utilisation, tant par la municipalité que par le monde associatif.

4. Processus de patrimonialisation

35Suite aux données récoltées sur le terrain, il est donc permis de considérer que le processus de patrimonialisation  renvoie souvent à un objectif  de préservation des attitudes collectives, sociales, culturelles. Le repli sur la « convention » commande des accords implicites ou explicites, latents ou tacites.

36En fin de compte, la patrimonialisation est la forme « primordiale » et pratique pour asseoir un « ordre » sur la base d’une admission et d’une adhésion à des valeurs référentielles du moins sur le plan de l’identité locale. Cependant cette patrimonialisation revêt un caractère sélectif ; prioritairement pour le patrimoine qui « polarise » des intérêts collectifs. De ce fait, la médiatisation accompagne souvent ce processus pour faire sortir l’objet patrimonial de la banalité et son « classement » au statut de monument.

37Cette exceptionnalité  s’appuie sur la représentation « monumentale » de l’objet.  Cependant, cette monumentalité ne s’appuie pas seulement sur la grandeur physique de l’ouvrage d’art ou sur son échelle, mais elle valorise aussi surtout les aspects mémoriaux, les figures de styles, l’historicité, la notoriété sociale, culturelle. C’est également cette exceptionnalité qui suggère des modes de (re)transmission d’un héritage, d’autant que ces « monuments » acquièrent une charge quasi sacrée. C’est aussi dans cette prise en charge que s’établit la relation entre un inventeur et un héritier. Si le premier avait élaboré cet objet dans des conditions dictées par des besoins précis et pressants, ou même sans contraintes particulières, le fait que ce produit ait traversé l’histoire, donc en ayant résisté au temps,  lui attribue une valeur nécessitant une prise en charge motivée.

38La valeur de l’héritage se renforce encore davantage avec les effets du temps sur le bâti même (par exemple, l’ancienneté des pierres constituant les remparts et les bâtiments des citadelles) ; elle se renforce également avec l’oralité, cette mémoire qui, émaillée d’anecdotes, accompagne l’histoire de l’objet et qui se transmet également comme héritage. L’héritage se décline selon diverses attitudes. Dans tous les cas de figures, ce sont des positionnements qui sont établis pour justifier des postures. Il existe une volonté, très largement diffusée dans notre pays, relayée par les politiques institutionnelles, de prendre en charge l’héritage. Ce positionnement consistant à attribuer à l’héritage un statut « stratégique », débouche sur l’élaboration d’une multitude de mesures et sur l’institution de dispositions visant à favoriser la prise en charge de l’héritage au présent comme dans le futur.

39Cependant, l’arsenal juridico-administratif mis en place pour la préservation de l’héritage varie également selon les contextes sociaux et culturels, de la muséification à une dimension socio-économique de la valorisation patrimoniale.

40La muséification, si elle extrait l’objet patrimonial de sa dimension temporelle et l’érige en relique, n’en constitue pas moins une forme de patrimonialisation restreinte, car elle ne favorise pas la « dilatation » de la valeur. La muséification ne favorise pas non plus la créativité, puisqu’elle « fige » l’objet patrimonial, en quelque sorte. Enfin, elle ne donne pas une dimension « socio-économique » de la valorisation patrimoniale, pouvant avoir un impact favorable à l’échelle locale. La muséification permet souvent de construire un registre de référents symboliques fonctionnant lors des crises identitaires. Dans tous les cas de figure la muséification ne peut être un adjuvant dans le parcours de développement dont les enjeux sont d’ordre économiques, sociaux et même culturels. La logique du patrimoine et la logique de développement local sont devenues quasi inséparables. En effet, le processus de patrimonialisation est rarement déclenché sans visées socio-économiques. Après tout, les centres anciens ou les quartiers anciens, objets de patrimonialisation, sont « occupés »,  par conséquent ils servent de support résidentiel à une partie des habitants et des activités commerciales.

41La problématique de ces pans urbains se décline dans l’équation qui met en relation la charge patrimoniale du cadre, la population habitante et l’insertion des exigences de confort. L’importance de chaque facteur commande des attitudes dépassant les seules réponses techniques. L’élaboration  de politiques urbaines, de stratégies  et de démarches allant des modes de financement à l’implication des habitants deviennent des enjeux nécessaires à la procédure. Dans d’autres cas, la logique économique fonctionnarise le patrimoine. C’est le cas en particulier de l’exploitation touristique du patrimoine (matériel, immatériel) qui va faire de l’objet patrimonial, un « produit » touristique.

Conclusion

42La notion de patrimoine est à comprendre non comme un « donné » mais comme le résultat d'une construction que l'on appelle « processus de patrimonialisation ». Ce terme désigne l'acte qui consiste à donner un sens, une valeur à un objet. Il résulte d'interprétations et procède par exclusions et inclusions. Ouvert à toutes sortes d'interprétations, le patrimoine est parfois amené à légitimer des crispations identitaires et des discours d'exclusion. La recherche anthropologique dans laquelle s'inscrit ce travail rappelle combien l'identité est en mouvement et combien elle doit à un échange avec l'Autre. La notion d'identité qui ressort de ce travail se rapproche de celle de « production artificielle d'identité » proposée par Marc Augé. En effet, la production d'identité telle qu'observée au cours de cette recherche ne se pose pas comme revendication, mais comme marqueur qui permet de caractériser ou « d'identifier » un produit ou un lieu en lui associant des images positives et attractives. Elle s'inscrit dans une demande sociale de produits de qualité et de « lieux anthropologiques », définis par Marc Augé comme « identitaires, relationnels et historiques ».

43Comprenant le processus de patrimonialisation comme la réinterprétation d'un passé par des problématiques contemporaines, nous pouvons déduire qu'il exprime les préoccupations du groupe dont il émane et que par là même, il répond à un objectif. C'est pourquoi, à l'instar de Michel Rautenberg, il apparaît plus pertinent d'observer le processus de patrimonialisation plutôt que l'objet patrimonialisé. Aussi les pratiques vocales polyphoniques, les foires et les lieux emblématiques comme les présides et les citadelles corses, en dépassant le clivage patrimoine immatériel/patrimoine matériel, ne sont pas étudiés comme une fin en soi mais comme les vecteurs de discours. Ces derniers, envisagés en tant que constructions sémantiques et interprétations, sont révélateurs des attentes des individus qui les élaborent. En effet, loin de n'être que résurgences nostalgiques, les lieux particuliers qui sont l’objet de cette présente étude répondent, au contraire, à des préoccupations contemporaines et passent par là-même comme étant parfaitement adaptées au monde actuel. Il s’agit toujours de comprendre en quoi ces lieux (mais aussi ces manifestations et ces pratiques) présentent aujourd'hui un réel intérêt, en quoi elles sont bien intégrées dans notre société et comment elles se révèlent en prise avec des attentes actuelles. En conclusion, l’on peut dire que les attitudes dans la prise en charge du patrimoine sont très diversifiées. Elles se situent dans un large spectre présentant des conceptions et des usages du patrimoine bien différents. Ceux-ci peuvent varier de la « sacralisation » de l’objet patrimonial à la mise en place de politiques de développement local sur le plan culturel, touristique.

Haut de page

Bibliographie

Augé, M. (1998). Les sens des autres : actualité de l’anthropologie, Paris, Fayard.

Davallon, J. (2000). « Le patrimoine : une filiation inversée ? », Revue Espaces Temps, n° 74-75 : 6-16

Desvallées, A. (2003). « De la notion privée d’héritage matériel au concept universel et extensif de patrimoine : retour sur l’histoire et sur quelques ambiguïtés sémantiques », in M. Cardin (dir.), Médias et Patrimoine, Université Laval/UNESCO, Chaire Patrimoine culturel.

Duhamel, P. et R. Knafou (dir.) (2007). Mondes urbains du tourisme, Paris, Belin.

Graziani, A-M. (1997). La Corse génoise, Ajaccio, Éditions Alain Piazzola.

Graziani, A-M. (2001). « La menace barbaresque en Corse et la construction d’un système de défense (1510-1610) », Revue d’Histoire maritime, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, n° 2-3: 152

Graziani, A-M. (2011). Pascal Paoli, Correspondance, L’Avenir de la Corse est sur l’eau (1760-1762), Volume IV, Ajaccio, Éditions Alain Piazzola.

Herrgott, C. (2011). Patrimonialisation d’une pratique vocale : l’exemple du chant polyphonique en Corse, Thèse de doctorat en Anthropologie, Université de Corse.

Leniaud, J-M. (2002). Les archipels du passé : le patrimoine et son histoire, Paris, Fayard.

Poulot, D. (1998). Patrimoine et modernité, Paris, l’Harmattan.

Poulot, D. (2001). Patrimoine et musées : l’institution de la culture, Paris, Hachette.

Poulot, D. (2005). Musées et muséologie, Paris, Éditions de la Découverte.

Rautenberg, M. (2003). La rupture patrimoniale, Paris, À la Croisée Éditions.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 . Remparts de Calvi
Crédits Source : balagne-corsica.com
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie 2 . Les remparts et la tour du Sel, ancienne tour de guet puis entrepôt de sel (Calvi, Corse)
Crédits Source : balagne-corsica.com
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Photographie 3 . Vue générale de Calvi : la citadelle, la ville et le port de plaisance
Crédits Source : balagne-corsica.com
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photographie 4 . le Festival des Rencontres Polyphoniques de Calvi et son concert final sur la Place d’Armes au cœur de la citadelle. Les escaliers qui mènent à la cathédrale St jean Baptiste servent de gradins aux spectateurs.
Crédits Source : balagne-corsica.com
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Herrgott, « Les citadelles urbaines en Corse : patrimonialisation d’un territoire particulier », Études caribéennes [En ligne], 26 | Décembre 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6714 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6714

Haut de page

Auteur

Catherine Herrgott

Anthropologie de l’Université de Corse ; Docteur ; c.herrgott@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org