Navigation – Plan du site
Ressources marines et aménagements littoraux : vulnérabilité, gestion et adaptation au changement global

Tourisme et développement local : vers une redéfinition des relations au niveau de la Petite-Côte sénégalaise ?

Tourism and Local Development: Towards a Redefinition of the Relationship at the Senegalese Petite Côte?
Mamadou Diombera

Résumés

Cet article pose la problématique des processus de développement touristique au niveau de la Petite-Côte sénégalaise et leurs conséquences sur l’environnement socioculturel et économique des populations locales. Nous avons observé une occupation anarchique des milieux côtiers, très convoités pour leurs intérêts touristiques et économiques, alors qu’ils constituent des écosystèmes fragiles, sensibles à l’action des agents anthropiques. C’est ainsi que nous avons d’abord fait un état des lieux pour voir les enjeux au niveau de la planification et de l’aménagement touristique de la Petite-Côte. Nous avons analysé ensuite les conséquences en vue de proposer des stratégies pour un développement durable en prenant en compte les particularités du territoire au niveau local, régional et national dans un contexte mondialisé. En outre, il s’agit dans cette contribution de décrire et de décrypter le rapport certes étroit, mais extrêmement nourricier entre tourisme et développement local en analysant comment le tourisme impacte-t-il le processus de développement et vice-versa.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le secteur économique du tourisme est considéré comme un instrument de la colonisation, puis de la doctrine du développement, dans la recherche d’une cohésion territoriale. Selon D. Masurier (1998 : 128), le pouvoir colonial cherchait à faciliter l’implantation et le développement d’un secteur touristique, envisagé comme un vecteur supplémentaire de l’intégration coloniale et d’une vision du monde appropriée. Au lendemain de son indépendance, le Sénégal a su construire une industrie touristique sur ses plus belles côtes, avec l’ouverture d’un parc hôtelier de qualité dans des environnements de qualité. Le tourisme est-il un facteur de cohésion territoriale ?

2L’organisation territoriale du tourisme est une équation majeure lorsqu’on s’interroge sur les liens entre tourisme et développement. C’est pourquoi il est important d’aborder ici la question en la replaçant dans son contexte. En effet, le tourisme constitue la vocation essentielle du littoral en raison de ses attractions naturelles et physiques. Son introduction dans ce milieu consiste à voir et à utiliser autrement la plage et la mer.

3C’est dans ce contexte que l’État a créé différents fonds comme le Projet de Promotion de l’Initiative Privée (PPIP), le Fonds National de Promotion de la Jeunesse (FNPJ) ou des institutions de microprojets, pour aider au financement des jeunes promoteurs touristiques. Il en est de même d’autres sources de financement à travers la coopération décentralisée dans le cadre des nouvelles stratégies de lutte contre la pauvreté à l’instar de la coopération entre la ville de Saint-Louis et le Nord-Pas de Calais en France.

4À travers la pratique touristique, l’État vise à attirer des investisseurs nationaux et surtout étrangers en vue de contribuer au bien-être social. C’est ainsi que cette activité contribue aujourd’hui sensiblement à la création d’emplois (25 000 emplois directs et 75 000 emplois indirects) soit 6,4 % de la population active du pays — les ¾ seraient localisés en milieu littoral (OMT, 2003). Au courant de la même année, le tourisme a généré 3,5 % du Produit Intérieur Brut ; la consommation totale des touristes s’élevant à 320 milliards de francs CFA. L’industrie a représenté 11,2 % du total des exportations et a été la principale source de recettes d’exportation du secteur des services.

5Les orientations de la politique touristique définies par les pouvoirs publics sénégalais visent à créer une industrie du tourisme dynamique contribuant beaucoup à l’activité économique. C’est dans cette perspective que le gouvernement s’emploie à la croissance de l’industrie touristique sur le littoral, bastion du tourisme balnéaire et à la suppression des obstacles réglementaires et financiers à la croissance.

6La stratégie est essentiellement centrée sur la croissance et l’exploitation de la frange littorale, avec comme axes prioritaires la rentabilité des entreprises et les créneaux en encourageant le développement du balnéaire, notamment au niveau de la Petite-Côte. Après plus de trois décennies de pratique touristique, il urge d’étudier l’évolution et le développement touristique dans cette partie du pays qui porte sans nul doute des failles ou des germes de déstructuration de toute sorte. À ce propos, il semble alors légitime de s’interroger sur le poids du tourisme dans l’économie nationale, régionale et locale et dans le secteur de l’emploi ? C’est pourquoi, une démarche interdisciplinaire couplant approche sociologique et axée sur les sciences de gestion, s’impose pour étudier les retombées du développement touristique sur le littoral.

7Comment peut-on décrire le tourisme sur le littoral sénégalais ? Comment peut-on évaluer la conjoncture du secteur ? Dans quelle mesure le tourisme est-il un élément de distorsion économique, sociale et politique au Sénégal en général et au niveau de la Petite-Côte en particulier ? Quels sont les principaux instigateurs de la promotion du tourisme de la Petite-Côte et les systèmes d’interrelations entre acteurs ? Quels types de stratégies d’acteurs ?

8Il s’agit, dans un premier temps, d’analyser le contexte physique et territorial puis les dynamiques politiques, économiques et sociales. Dans le but de mieux percevoir les enjeux et représentations induits par le secteur économique du tourisme au niveau de la Petite-Côte sénégalaise. Dans un second temps, il s’agira de voir les moyens qui permettent de déterminer les facteurs ayant conduit à la planification touristique de ce territoire. À ce propos, l’analyse de la politique nationale du tourisme permet de mieux comprendre les raisons du développement de l’activité au Sénégal en général et au niveau de la Petite-Côte en particulier.

1. Le tourisme littoral, contours et enjeux stratégiques de développement

9Cette partie traite de la genèse et l’évolution de l’activité touristique au niveau de la Petite-Côte. Pour ce faire, nous traiterons d’abord de la problématique de l’aménagement, au niveau de la Petite-Côte. Puis, nous analyserons la question des contours et les enjeux du tourisme littoral en vue d’en proposer une relecture et attirer l’attention sur la nécessité d’un rééquilibrage territorial en faveur de cette activité économique encore sous-exploitée.

1.1. L’aménagement du tourisme balnéaire sur la Petite-Côte

10Le Sénégal dispose de belles plages de sable fin, d’un ensoleillement important de plus de 3000 heures par année, de températures adoucies par les alizés maritimes ainsi que des régimes de précipitations variés selon un gradient zonal entraînant une biodiversité riche en espèces tropicales, d’une diversité culturelle et d’un artisanat réputé pour sa richesse et sa qualité.

11Au Sénégal, le tourisme balnéaire a été élevé au grade d’offre prioritaire depuis les débuts des politiques touristiques. Les pôles touristiques majeurs du pays restent centrés autour de Dakar et de Thiès, plus particulièrement au niveau de la Petite-Côte. Ces régions représentent les premières destinations du pays pour le tourisme d’affaires et de villégiature (loisirs).

12Ces régions ont su bâtir des structures d’accueil avec un réseau d’hébergement et des aménagements touristiques de rang régional et mondial. Il s’est progressivement développé autour des grandes stations touristiques du Sénégal, une politique de soutien relativement satisfaisante.

13Ainsi, le Sénégal s’est ouvert au tourisme balnéaire dans le but d’améliorer sa situation économique en diversifiant ses rentrées de devises et en créant de nombreux emplois, dans un contexte de mobilités récréatives tournées vers l’héliotropisme et la découverte. Le pays a ainsi adopté des orientations économiques et politiques dans les années 60-70 afin d’attirer des investisseurs étrangers, avec l’appui des organismes internationaux comme la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Mondiale (BM), le Fond Monétaire International (FMI), et l’Union Européenne (UE). Le tourisme figure parmi les leviers de développement et de diversification économique, avec à la clé, des financements conséquents. Avec l’avènement du tourisme balnéaire, les décideurs aménagent de véritables zones touristiques côtières de grande envergure, ce qui est le cas de la zone de Saly au niveau de la Petite-Côte, dans la région de Thiès, au prix d’investissements considérables.

14Dès lors, la Petite-Côte, avec plus de 86 kilomètres de plages de sable fin, la majeure partie de l’année, est concernée par un afflux de promoteurs et de touristes en quête de soleil, d’hospitalité, d’ouverture et de « farniente ». La région, longtemps deuxième zone touristique du Sénégal après la capitale Dakar (Cap-Vert), associe une large typologie de structures touristiques suivant les attentes et les intérêts des acteurs.

15Saly est un espace purement touristique avec les multiples commerces et résidences secondaires, où les pratiques touristiques sont très diversifiées, avec des territorialités et des temporalités différentes. Un premier espace se détache en haut de la butte, avec une concentration architecturale, culturelle et artistique. Celui-ci est isolé du reste par la contrainte topographique, qui fait du lieu une curiosité atypique : le point de vue, un lieu de culte, un mélange culturel, des espaces commerciaux spontanés dans le village de Saly Koulang. C’est le lieu par excellence fréquenté par les étrangers.

16Le tourisme au niveau de la Petite-Côte est essentiellement balnéaire et saisonnier ; il ne dure que six mois, de novembre à mai, avec un marché principalement européen à dominante française. En basse saison, un petit groupe d’Espagnols fréquente la zone dans le cadre d’un tourisme de découverte. Aujourd’hui, le tourisme balnéaire avec des vastes plages et d’hôtels enclavés ne fait plus rêver comme du temps des farnientes. Le touriste a une propension à plus de liberté, plus de découverte et plus de personnalisation.

17La destination connaît, dans son ensemble, une désaffection de la part des touristes à cause principalement de son produit balnéaire vieillissant et du manque de vision claire des pouvoirs publics pour développer le secteur. Le cas de Saly qui est une station qui se meurt en est une parfaite illustration. Les arrivées peinent à dépasser 100 000 touristes (MTTA, 2007). La plupart d’entre eux se plaignent constamment du manque d’originalité du produit et d’animation de la station en totale déstructuration.

18En effet, l’image de la station de Saly n’est pas totalement reluisante. Elle est aussi liée à de multiples faiblesses, notamment la surcapacité de charge, la drogue, la prostitution, l’inorganisation sous toutes ses formes, l’insécurité et la faible intégration des populations locales. Saly gagnerait à s’inspirer de Sharm-El-Sheikh, Beaudroum et Antalya.

1.2. Contexte général et enjeu du tourisme littoral

19La situation du tourisme parait compromettante pour plusieurs raisons. La répartition de la manne touristique demeure fortement inégalitaire. Elle va des pays développés vers les pays en développement, par des classes aisées et cultivées, plus mobiles pour revenir au Nord par des entreprises internationales ou rester parmi les élites nationales et locales. Toutefois, les discours semblent contrastés sur le sujet, car de nombreux opérateurs locaux affirment que des hôtels, restaurants et agences de voyages sur place sont tenus par des locaux. Ainsi, quelle est réellement la répartition des devises du tourisme quand on sait que le budget transport est équivalent au 3/5ème du budget voyage. Il semble alors concevable que les entrepreneurs locaux ne ramassent que les miettes du tourisme dans la région. Après avoir pris connaissance des modes de vie autochtones, il convient de mettre en perspective le paradoxe du tourisme de masse et le caractère particulier des populations en présence.

Figure 1. Organisation de la station balnéaire de Saly

Figure 1. Organisation de la station balnéaire de Saly

Source : Auteur

20Le tourisme balnéaire provoque un étirement linéaire colonisant le trait côtier sur plus de 12 kilomètres, et sur une bande de 500 mètres à un kilomètre afin de profiter du microclimat et du paysage. On perçoit une logique de front pionnier et de conquête territoriale (Stock, 2007) et un accaparement des meilleurs sites.

21Les autorités sont-elles accusées de brader le territoire de la Petite-Côte ? Quels types de lieux du tourisme, pour quelles pratiques et quels types de touristes ? Se sentent-ils concerner ou non par la situation socio-économique des communautés ?

22En effet, les textes en la matière sont très clairs. Le transfert des compétences aux régions, aux communes et communautés rurales par la loi n° 96-07 du 22 mars 1996 donne plein pouvoir à la collectivité locale de contribuer à l’aménagement du territoire. L’article 1er des principes fondamentaux et des modalités du transfert des compétences préconise que « la communauté rurale concoure avec l’État à l’administration et à l’aménagement du territoire, au développement économique, éducatif, social, sanitaire, culturel et scientifique ainsi qu’à la protection, à la mise en valeur de l’environnement et à l’amélioration du cadre de vie ».

23De l’effet géopolitique de certaines représentations (Giblin, 2007), certains voient le tourisme comme un moyen stratégique efficace d’appui au de développement local, tandis que d’autres en jugent les effets négatifs. Le profit au détriment de la majorité des populations dont les modes de vie et les milieux peuvent se trouver déstabilisés par cette intrusion brutale, définie par l’acculturation, l’asservissement, la spoliation, la monétarisation, l’inflation, la destruction des modes de vie ou l’interdiction de mettre en valeur tel ou tel territoire pour préserver le milieu naturel. Le tourisme est une forme de mobilité néocolonialiste, accaparant les beaux sites, imposant ses modes de vie et ses comportements socioculturels en dégradant les mœurs ? De telles consonances, parfois excessives, sont couramment employées, guidées par des intérêts idéologiques, politiques, économiques ou religieux.

2. Les paradoxes du tourisme balnéaire au niveau de la Petite-Côte

24Dès le début des politiques touristiques des années 1970 au niveau de la Petite-Côte, les aménageurs ont privilégié le développement du balnéaire faisant naître de vives polémiques dans la corrélation entre tourisme et développement (Bugnicourt et al., 1982). Si dans un premier temps, la mise en tourisme entraine souvent la destruction d’activités préexistantes, voire la spoliation de terrains cultivables et autres lieux emblématiques, force est de dire qu’elle participe à leur restructuration. C’est une opportunité à saisir par les pays soucieux de lutter contre la pauvreté en ce sens qu’il a un effet d’entrainement sur l’économie. D’une certaine façon, elle a permis de désenclaver la région, de construire des ponts et des routes bitumées, d’installer des infrastructures de bases, de créer et d’augmenter les revenus pour les pêcheurs, les maraîchers et les autres professionnels directement ou indirectement concernés par l’activité touristique.

2.1. Les externalités positives

25Dans cette partie, nous traiterons des retombées socio-économiques en termes d’emplois, de recettes fiscales, d’accroissement de transactions immobilières et d’image de marque favorable pour les collectivités d’accueil.

2.1.1. Sur le plan socio-économique

26Les effets socio-économiques du tourisme ont été largement avancés pour justifier, entre autres, les transformations de la société et des mutations territoriales et paysagères de la Petite-Côte sénégalaise. Selon les enquêtes, les populations locales démontrent que leurs conditions de vie ont été améliorées grâce à l’activité touristique et aux différents aménagements en matière de paysage et de bien-être à travers la création d’équipements récréatifs et de services, même si ces derniers ne leur sont pas parfois directement destinés. C’est dans cette perspective qu’O. Dehoorne (2007 : 149) écrit :

27 « Loin d’être perçu comme une simple activité complémentaire, le tourisme est d’abord une source de devises, les volontés politiques en font souvent un levier pour l’économie d’un pays. Pourtant, la création de lieux d’accueil ne se décrète pas, et le fonctionnement du système touristique est souvent plus complexe à appréhender que ne l’imaginent les aménageurs et décideurs locaux. Trop souvent, le tourisme international est présenté comme la clé du développement volontariste de pays en difficulté. »

28Le tourisme joue un rôle prépondérant dans la vie socio-économique des populations à travers des actions ponctuelles de la part de touristes ou d’associations humanitaires comme la Broussarde sénégauloise créée en 1996 à Isère près de Grenoble en France. Cette association présidée par Thérèse Girerd basée à Saly mène des actions humanitaires en direction des populations de Djilor, de Mbour, de Saly et de Warang. Celles-ci sont essentiellement orientées vers la construction de salles de classe, la réfection de toilettes d’école et de collèges, la construction et l’équipement de dispensaires. Ces réalisations se présentent au niveau de la Petite-Côte comme suit :

  • un dispensaire et une mosquée ont été construits à Saly Koulang et à Saly Tapé ;

  • un dispensaire, une école, une église, une borne-fontaine et une garderie d’enfants ont vu le jour à Saly Joseph ;

  • une case de santé a été construite à Saly niakh-niakhal ;

  • la bibliothèque du lycée de Saly a été entièrement équipée ;

  • une école maternelle a été construite à Djilor près du village de Ngangane ;

  • les toilettes de l’école du village de Warang sur la route de Joal ont été réfectionnées.

Photographie 1. Dispensaire de Saly (Petite-Côte, Sénégal)

Photographie 1. Dispensaire de Saly (Petite-Côte, Sénégal)

Source : Auteur, 2009

29À ces actions s’ajoutent des interventions d’hôteliers dans des localités loin des zones touristiques comme Ngaparou situé à 12 kilomètres de Saly sur la route de Dakar. L’école de ce village a pu bénéficier de la part de l’association des propriétaires d’hôtel, en 2005, de fournitures scolaires d’une valeur de plus de 600 000 francs CFA.

30Encore, faudrait-il s’engager dans la voie d’un développement durable des activités touristiques, en permettant aux populations locales de tirer réellement profit du secteur, grâce à des réalisations concrètes, qui contribuent véritablement à améliorer leur cadre de vie et leurs conditions de vie, jusqu’ici marqués par une pauvreté qui a fini de sédimenter la précarité chronique de leurs moyens d’existence rudimentaires. L’électrification, les routes et l’eau, de même que les emplois, liés un tant soit peu aux réalisations de l’État, voire de la Société d’aménagement de la Petite-Côte (SAPCO), devraient impérativement bénéficier aussi aux populations autochtones. Le contraire serait une aberration, à l’heure où le phénomène de la globalisation accorde toute sa place à l’aspect humain.

31La création de la station balnéaire de Saly a permis l’électrification de certains terroirs traditionnels comme Saly Niak niakhal, Saly Bamabara et Saly Tapé. À ce titre, les observations de J.M. Dewailly et E. Flament (2000) au sujet des différentes phases de développement du tourisme international au niveau de la Petite-Côte sénégalaise demeurent encore plus pertinentes, c’est-à-dire qu’après une première phase de déstructuration, voire de destruction du système en place, s’est opéré un processus de recomposition conduisant à un nouvel équilibre.

32De par sa nature transversale, le tourisme exerce un fort pouvoir d’entraînement sur les économies locales. Il participe au ralentissement du rythme de l’exode rural et soutient l’agriculture dans les régions périphériques à partir des matières premières et des produits agricoles locaux. Il participe également au renforcement des capacités communicationnelles, relationnelles et entrepreneuriales de certaines catégories de population. En guise d’illustration, pour communiquer avec les touristes et vendre leurs produits, certains acteurs comme les guides-chauffeurs, les femmes de ménage, les marchands ambulants, les fournisseurs de poissons, de fruits et de légumes ont vite compris la nécessité d’apprendre des langues étrangères comme le français, l’italien et l’allemand qu’ils ont fini par maîtriser parfaitement.

33Au-delà des achats que les touristes effectuent sur place, ils contribuent à la stimulation des ventes des produits agricoles, artisanaux et industriels du terroir à la fin de leur séjour. Parfois, ils participent eux-mêmes à la promotion de façon efficiente de ces produits qu’ils viennent d’acheter. Toutefois, il est à regretter que la consommation des produits locaux dans le secteur touristique se situe encore à un niveau très marginal.

34Le tourisme représente certes des opportunités indéniables, c’est la raison pour laquelle il s’est développé de manière fulgurante. Durant la haute saison touristique d’octobre à avril, la station de Saly fonctionne bien. Le taux de remplissage des réceptifs hôteliers avoisinent généralement 55 %. À titre de comparaison, pour les Seychelles, ce chiffre se situe entre 75 % et 85 % (FEM, 2013). En effet, les arrivées touristiques représentent d’immenses opportunités pour les artisans et les vendeurs ambulants. De même, les touristes accueillis dans la station consomment au niveau des restaurants, des hôtels ou des centres de loisirs.

2.1.2. Sur le plan culturel

35Le tourisme, tel que pratiqué au niveau de la Petite-Côte, participe à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine. C’est ainsi qu’il a aidé à la sensibilisation de la population du village de Sinthioubadane situé à 25 kilomètres de la ville de Mbour sur la nécessité de la création d’un écomusée pour préserver et mettre en valeur leur patrimoine culturel matériel et immatériel.

36Certes ces initiatives symboliques de préservation culturelle sont salutaires, dans la mesure où les musées constituent un facteur de lutte contre la perte d’identité culturelle en participant de façon active à la sauvegarde des valeurs de civilisations traditionnelles. Outre leur fonction d’attraction touristique, ils constituent des symboles et de précieux guides dans la préservation de l’histoire et de la civilisation des communautés locales, comme l’écrivent A. Docquet et S. Lemestrel (2006 : 3) « les effets du tourisme ont fait couler beaucoup d’encre, sans que soit réellement posée la question des interactions touristiques et, plus précisément, celle des actions entreprises par des sociétés se construisant ou se reconstruisant avec et à travers le tourisme ».

2.1.3. Sur le plan fiscal

37Sur le plan fiscal, toutes les communes qui gravitent autour de la station de Saly Portudal comme la commune de Saly, de Malicounda, de Somone et de Mbour fondent un grand intérêt économique sur le tourisme qui leur génère d’importantes recettes fiscales. En guise d’exemple, la part de contribution de l’activité touristique représentait jusqu’à 70 % du budget de la communauté rurale de Malicounda. À ce titre, selon le Président de la Communauté rurale, le budget s’élevait à 1,5 milliard en 2006. Mais en 2008, suite à l’érection du village de Saly en commune et au rattachement de la station de Saly Portudal à celle-ci, le budget a connu un fléchissement. Il est de l’ordre de 1 000 000 000 FCFA en 2012. Concrètement, ce volumineux budget ne s’est pas traduit par des réalisations tangibles au profit des populations. À l’instar des autres communautés rurales du Sénégal, Malicounda vit dans l’anonymat le plus parfait.

2.1.4. Sur le plan de l’image

38Sur le plan immobilier, les sites littoraux ont des atouts naturels, c’est-à-dire plus de plages et plus de surface. Conçue pour attirer une clientèle étrangère et nationale, la station de Saly a vite développé de solides attaches internationales. Ainsi, les résidents secondaires sont devenus de véritables ambassadeurs du territoire. Constitués d’anciens clients des hôtels, ils montrent des caractéristiques liées au fait qu’ils sont fidèles et très attachés au territoire de séjour et qu’ils peuvent accueillir eux-mêmes d’autres touristes, à titre gracieux ou onéreux. Ils participent à la promotion du territoire auprès de personnes qui seront peut-être tentées de revenir pour les vacances ou pour s’installer en tant que résidents secondaires (Ndiaye Kopa, 2012). Ils participent ainsi à la bonification de l’image de marque de Saly. En vérité, les touristes satisfaits d’une destination touristique seront d’excellents prescripteurs pour leur entourage. C’est ainsi que naît l’image positive d’une ville ou d’une station balnéaire devenue plus « désirable » en vacances.

39Cependant, le tourisme au niveau de la Petite-Côte n’est pas que bienfaits. Il est évident que, loin d’une unanimité avantageuse, cette activité, telle que pratiquée au niveau de cette localité, soulève de grandes inquiétudes. Dans la partie suivante, nous montrerons comment elle a contribué à la déstabilisation d’une économie traditionnelle et au déséquilibre de l’environnement physique et naturel du littoral de la Petite-Côte au point d’exiger des stratégies efficientes à travers la mise en place d’un schéma d’aménagement du territoire pour atténuer les dégâts et sauvegarder le patrimoine naturel et culturel.

2.2. Les externalités négatives : un paradis touristique en sursis ? 

40La station de Saly est une zone d’attraction concentrant une forte population venant d’horizons divers. Cette forte concentration humaine a favorisé une promiscuité autour de la zone touristique principalement dans le village de Saly avec plus de 40 000 habitants. L’anarchie dans l’habitat inquiète. En cas d’accident, les agents de secours (sapeurs pompiers) ne peuvent pas accéder à l’intérieur du village du fait de l’étroitesse des voies. L’espace reste très disputé, pour les activités touristiques, agricoles, pastorales et pour l’habitat. Les formes anciennes de l’occupation de l’espace ont disparu laissant apparaître de nouvelles formes qui affectent le cadre naturel.

2.2.1. Une occupation anarchique de l’espace littoral

41L’occupation des terres littorales pour le développement des activités touristiques ceinturant toute la côte rend difficile l’accès à la mer pour les populations. L’espace réservé aux activités traditionnelles se rétrécit de plus en plus, donnant place à une nouvelle forme d’occupation spatiale. L’absence d’un plan d’aménagement touristique pour la zone et de pouvoir décisionnaire de la Communauté rurale sur l’implantation des structures dans la station, a donné naissance à des objectifs contradictoires (conflits entre les différents usagés de l’espace) et la non-maîtrise du foncier. L’habitat, autrefois regroupé en concessions, a changé. Des familles sont éclatées. De nouvelles constructions dispersées sans alignement avec de nouvelles habitations font leur apparition.

42Il est important de savoir que l’aménagement tout comme l’intégrité physique sont pour le tourisme ce que l’hygiène est pour une chaîne alimentaire. En effet, sans une bonne politique d’aménagement et une bonne démarche d’intégrité qui donnent le sens, l’équation du tourisme restera sans sens. Ce sont des déterminants du risque à prendre en compte dans la planification. La maîtrise de l’aménagement touristique se souscrit alors à un réseau d’assainissement adéquat, cautionnant de fait la viabilité de l’activité touristique.

43Aujourd’hui, ici ou là, l’urbanisation a tendance à sortir du cadre original et la construction de résidences se poursuit à un rythme effréné. Il faut désormais empêcher les tentations de fuite en avant immobilière, les tendances aux densifications sauvages, le retour des croissances désordonnées en cours sur le rivage.

44L’aménagement de Saly a été une véritable catastrophe. La quantité a été privilégiée au détriment de la qualité du site. La Société d’Aménagement de la Petite-Côte (SAPCO) aurait dû aménager des corridors d’accès à la plage et une longue allée de promenades, de Saly Nord à Saly Sud, pour faciliter son accès aussi bien aux touristes qu’aux populations autochtones. L’intensification de l’érosion côtière n’est que la conséquence d’initiatives individuelles négligeant la concertation et le consensus.

45Aussi, sécuriser un site touristique c’est assurer une bonne réputation de cette destination, donc lui garantir un écho et une image favorables. Évidemment, l’organisation et l’hospitalité sont des qualités de séduction et de satisfaction, mais elles n’ont de véritables valeurs que lorsqu’elles ne cohabitent pas avec l’insalubrité et l’insécurité publique.

46Le confinement des activités sur cet espace entraîne la prolifération des magasins de souvenirs, et constitue en ce sens un exemple de mise en tourisme d’un quartier d’une grande ville européenne. Or, cela pose le problème d’une congestion touristique, dans le sens où l’accessibilité n’est possible que par la seule route qui mène à Somone. De plus, les touristes se concentrent à proximité de la discothèque King Karaoké et peu d’entre eux s’aventurent dans les autres rues pour découvrir le village traditionnel.

47Plus bas, le village de Ngaparou connaît une fréquentation touristique principalement le soir autour de la célèbre discothèque RDC. La population touristique se mêle à la population autochtone en donnant l’image d’un espace où le sexe n’est pas un tabou.

48La mise en tourisme de la Petite-Côte a démocratisé l’accès à l’espace. L’activité touristique effectue une certaine ingérence dans des quartiers essentiellement résidentiels où la cohabitation avec la population résidente est source de conflits. Le bâti est spécifiquement urbain, et la construction de grands hôtels se trouve en décalage avec l’architecture locale. L’aménagement du territoire s’effectue selon le point de vue du tourisme, pour le confort (aéroport, réseau électrique et d’eau potable) et le regard du voyageur (aménagement du golf sur une palmeraie, plantation de palmier, enrochement et endiguement). Ce bâti construit pour l’occasion s’impose dans le paysage local et donne un nouveau sens au lieu.

49Le fonctionnement des espaces a évolué. La création de lieux touristiques produit des effets sociopolitiques comme la création de communes associées à une forte migration positive temporaire ou permanente, nationale et internationale. On retrouve des aménagements originaux qui contrastent avec les modes de vie locaux, des pagodes sur la plage, des terrains de volley, de tennis, piscines, autant d’éléments se combinant dans l’espace et se localisant de façon stratégique. La promenade entre océan et bâti, le long des cocotiers, est l’élément vendeur et accrocheur qui structure le paysage de Saly.

Photographie 2. Plage de Saly Nord (Petite-Côte, Sénégal)

Photographie 2. Plage de Saly Nord (Petite-Côte, Sénégal)

Source : Seneweb.com

50La problématique essentielle réside dans l’insertion de ces espaces dans la continuité touristique de la station de Saly. Ces villages misent sur le shopping et les nouvelles technologies pour accueillir des populations aux aspirations diverses. Ces nouvelles destinations marquent la nécessité sans cesse de se renouveler en vue de permettre aux touristes de se projeter « hors du quotidien ».

51Les premières formes de villégiatures sont fortement liées à l’urbanisation qui exerce une forte pression sur le milieu côtier. La zone littorale couvre 1/6 de la superficie nationale, abrite plus de la moitié de la population et reçoit plus de 90 % des touristes en quête de belles plages aux sables fins. Puisque le touriste dépense de l’argent, on peut penser que cet argent profite aux populations locales. En réalité, la plus grande partie de l’argent dépensé est récupérée par les tour-opérateurs, les agences de voyages, les chaînes hôtelières, et les retombées pour les populations locales sont minimes.

52Le tourisme est une activité à double visage, à la fois structurante et déstructurante, productive et dégradante. C’est un facteur de liberté et de différenciation. C’est ce qui explique ses effets contrastés et contradictoires qui nécessitent que son développement soit encadré.

53À cet effet, selon ses détracteurs, il serait considéré à tort ou à raison comme un facteur de destruction de la nature et des communautés locales. C’est pourquoi le tourisme de masse qui se caractérise par une forte concentration spatiale présente des risques environnementaux et sociaux difficiles à maîtriser. Il engendre des déséquilibres et des mutations négatives aussi bien sur le milieu que sur la vie locale. Son développement constitue une menace sérieuse en ce sens qu’il réduit de façon très sensible les lieux de reproduction des poissons et les zones de nidification des oiseaux. Il représente une menace pour la biodiversité marine et pour la zone côtière. La fréquentation touristique massive dénature les lieux, abîme les paysages et détruit l’environnement. Cela préoccupe moins les principaux opérateurs tels les agences de voyages, les tour-opérateurs, les compagnies aériennes, les chaînes hôtelières et les chaînes de restauration que les intérêts économiques et commerciaux.

2.2.2. Des impacts socioculturels négatifs

54Les phénomènes de masse, tels que le tourisme, supposent des effets induits, différemment interprétés par les acteurs locaux, nationaux et internationaux suivant leurs positions, leurs stratégies et leurs compétences. Des externalités négatives, comme la prostitution, la mendicité ou les atteintes à l’environnement, sont reconnues autour de Saly. En effet, comme le souligne J.P. Lozato-Giotart (2006 : 13) « un nombre très faible de touristes peut avoir des conséquences sociales et humaines très importantes et entraîner un choc culturel avec les populations avoisinantes, sans rapport avec le faible impact économique procuré (le fossé est de plus en plus grand entre le niveau de vie et les habitudes des touristes internationaux et ceux des populations locales) ».

55La mendicité est une problématique que connait le tourisme au Sénégal particulièrement à Saly. Cette mendicité pratiquée majoritairement par des enfants est particulièrement néfaste pour le tourisme et l’image de la région.

56En effet, les impacts liés aux enjeux du tourisme sont révélateurs. Cette image doit, néanmoins, attirer l’attention des acteurs vis-à-vis des bouleversements culturels qu’il draine, mais aussi et surtout sur les nuisances environnementales et risques sociopolitiques qui en résultent assez souvent. En effet, la renaissance touristique au niveau de Saly n’attire pas que des capitaux financiers. Fruit d’investissements souvent bien encouragés par les pouvoirs publics grâce aux impacts sociaux en termes d’emplois, le tourisme est aussi souvent à l’origine d’un ensemble de crises sociales qui peuvent se représenter en matière de risques : corruption des mœurs, oisiveté de la jeunesse (du fait de l’argent facile), crises politiques, culturelles, sociales et sanitaires, dues aux conflits d’intérêts, à la dégradation de l’environnement, aux pollutions diverses et spoliations foncières.

57En outre, les touristes, malgré eux, sont des facteurs perturbants pour les sociétés et les groupes humains dont ils viennent goûter l’environnement exotique. On observe, dans certains cas, la valorisation mercantile des villageois qui ont un rôle de « primitifs pour touristes » (Bugnicourt et al., 1982), avec une folklorisation qui se traduit par l’appauvrissement des danses classiques, en de vulgaires danses du ventre, par des sabotages de rites initiatiques traditionnels, et par la valorisation de certains paysages et architectures au détriment d’autres.

58Le coefficient d’importation varie d’un pays à un autre, mais les avions, les mobiliers, les matériaux, les véhicules, les appareils photo, l’alimentation ou l’alcool sont produits au Nord. Des financements publics sont détournés au profit du tourisme pour des programmes d’équipement et de construction dont de larges couches de la population auraient pu bénéficier. Se produisent alors des effets spatiaux déséquilibrants pour dégager de larges espaces réservés et destinés aux touristes.

59Le développement du tourisme international a permis la diffusion de modèles étrangers. Ce développement influe considérablement sur l’identité des sociétés et des populations locales. D’après M.F. Lanfant (2004), le modèle touristique façonne la pratique sociale à tous les niveaux de la société jusque dans les racines les plus profondes. Et le mode de l’économie est un modèle culturel.

60Les comportements d’imitation sont observés dans un processus d’acculturation chez les habitants surtout chez les jeunes avec l’adoption de tenues vestimentaires à l’européenne, de goûts et habitudes alimentaires et para-alimentaires (alcool et tabac), de mode de langage, de valeurs esthétiques et artistiques. Il est à noter aussi la perversion des valeurs culturelles à travers le développement du parasitisme, de la mendicité observée chez les enfants, la prostitution (surtout chez les jeunes filles) ainsi que la délinquance. Les valeurs collectives, religieuses et morales, bref traditionnelles, sont de plus en plus remises en cause par les jeunes. La production s’adapte progressivement à la demande des touristes surtout dans le domaine de l’artisanat.

61On assiste également à un nouveau mode d’infériorisation culturelle des locaux avec des effets d’imitation de l’extérieur par le « pouvoir » de l’argent. Il constitue une incitation au pillage du patrimoine local (œuvres d’art, espèces animales, arbres). L’impact du tourisme balnéaire est important et reste démobilisateur. L’attraction touristique est proportionnelle à la pauvreté de sa population, par un surpouvoir d’achat. Les populations les plus fragilisées en sont réduites à devoir pratiquer des activités peu enviables.

62En effet, les touristes apportent leurs propres valeurs relatives au paysage, à la nature et à l’environnement, qui peuvent entrer en conflit avec les traditions locales. Ils vont en vacances avec de l’argent, du temps libre, des habitudes et des rêves. Il faut signaler que le touriste est quelqu’un qui est fatigué, stressé et psychologiquement dérangé parfois dans son propre pays et qui est à la recherche d’un environnement réconfortant.

63L’essor touristique de masse s’accompagne bien souvent de traumatismes importants pour les populations locales à travers certaines dérives comme des conflits fonciers, de la tentation de l’argent facile, de la précarisation sociale, de la prostitution et de l’exploitation sexuelle des enfants, de la criminalité, du pillage des ressources naturelles et de la banalisation culturelle et identitaire difficilement mesurables et combattables à temps.

64Pour évoquer le cas de la prostitution, F. Michel (2006 : 3) souligne que « la prostitution touristique affecte beaucoup de pays du Sud : les filles (ou les garçons) y sont jeunes, pauvres et peu éduquées, donc facilement exploitables ». Dans ces pays où la constante est la pauvreté, il affecte des centaines de milliers d’êtres humains, dont une part non négligeable d’enfants.

65Cette forme de tourisme dite classique favorise des visites bien loin de la pauvreté. La majorité des touristes ne s’intéressent guère à la situation des populations qu’ils traversent dans des autocars de luxe aux vitres teintées. Ils séjournent dans des enclaves touristiques spécialement créées pour eux, comme les fameux clubs, des édens préservés et uniques, des petits coins de paradis qui échappent miraculeusement à l’emprise du temps et des hommes dont ils ne sortent guère. Ils préfèrent profiter du soleil, des plages, des facilités hôtelières sans établir le moindre contact avec les autochtones. Ils s’approprient l’espace intérieur des hôtels qu’ils ont fini par « coloniser ». Selon B. Roure et E. De Roux (2005 : 13-18), le tourisme fut le responsable d’une rupture dans la culture. À cause de lui, elle est passée de la « sacralisation culturelle » qui a prédominé pendant deux siècles, au « divertissement culturel ».

2.2.3. Des effets économiques mitigés

66L’industrie touristique est gérée par des capitaux étrangers dans la majorité des pays africains et ce n’est donc pas le pays lui-même qui profite des bénéfices financiers. En revanche, c’est une couche sociale aisée et corrompue qui bénéficie des pots de vin pour délivrer des permis de construction (Dehoorne et al., 2008). Les employés gagnent souvent des salaires de misère et sont exploités, sans parler des attitudes méprisantes de certains touristes. En plus de ce constat tout à fait lamentable de l’impact du tourisme sur les communautés d’accueil, il faudrait également souligner le changement de coutumes, de la façon de penser, des habitudes alimentaires et vestimentaires.

67Le cas le plus édifiant est celui des produits américains et occidentaux qui envahissent les destinations réceptives de tourisme de masse. La confrontation avec les sociétés locales n’est guère à leur avantage et participe à leur déstructuration. À ce propos, le titre de l’ouvrage de G. Cazes (1989) est assez révélateur : « les nouvelles colonies de vacances ? Le tourisme international à la conquête du Tiers monde ».

68De la même façon, les touristes nuisent parfois à l’identité du pays visité et à la préservation des coutumes qui dégénèrent en simple folklore, comme les danses de bienvenue hawaïennes dépourvues de sens. L’apparence de richesse que les touristes montrent n’est pas facile à supporter pour les pauvres autochtones. Cette situation entraîne des sentiments de dédain à leur égard. C’est pourquoi ils n’hésitent pas à les exploiter.

69Le tourisme constitue un phénomène aux représentations exogènes aux lieux visités. Du fait de l’origine essentiellement occidentale des touristes, il est également représenté comme un rapport inégal dans lequel les stratégies des opérateurs touristiques et des touristes s’imposent aux sociétés visitées. Dans ce contexte, quelles sont les conséquences qui peuvent résulter de cette confrontation avec les lieux et les sociétés d’accueil ? Comment cette activité au départ considérée pour l’État comme une solution pour pallier la crise économique a pu participer à la mutation profonde du littoral ? Face à l’opportunisme économique des multinationales étrangères, le tourisme continue progressivement à envahir ce milieu littoral en créant de multiples contraintes d’ordre urbain, économique, socioculturel et environnemental.

70L’une des principales contraintes économiques du tourisme au niveau de la Petite-Côte est la faiblesse du tissu économique, industriel et commercial. Elle augmente le coût des facteurs de production. Le secteur touristique semble souffrir de l’insuffisance de la production en quantité, en qualité comme en diversité de produits de première nécessité et de consommables. L’importation de marchandises est rendue obligatoire dans de nombreux domaines, ce qui limite les retombées économiques du tourisme et le nombre d’emplois induits par l’activité.

Conclusion

71L’aménagement touristique de la Petite-Côte apparaît comme un facteur de déstructuration de l’organisation spatiale en favorisant des formes d’occupation et d’exploitation du système foncier avec un impact dont le jugement reste mitigé sur le développement local.

72Le tourisme balnéaire encourage l’installation de réceptifs consommateurs d’espaces le long de la côte tout en réduisant les facilités d’accès à la mer aux populations locales et aux activités économiques traditionnelles comme l’agriculture et la pêche. Il contribue à la déforestation et à la transformation de la nature surtout des paysages, avec la création d’une nouvelle végétation de type florale.

73Le développement des activités touristiques sur la terre des populations spoliées de leurs biens naturels sans droit pour répondre à des exigences économiques a fini par susciter des comportements nouveaux chez les populations et une nouvelle perception de la terre. La terre est devenue une ressource monnayable, une marchandise aliénable, vendue aux investisseurs nationaux et surtout étrangers. Il apparaît des actes de cession de terrain de manière définitive et irréversible qui dépossèdent totalement les populations de tout droit sur ces terres. Ce système de vente de terre incontrôlé, sous l’inertie totale des pouvoirs, s’accompagne de constructions sans plan d’aménagement local.

74Ces pratiques engendrent des sentiments de frustration pour les populations qui ne peuvent jouir des biens de leur terroir. La compétition pour l’occupation de la terre, dans le souci de la rentabiliser à partir des activités économiques, relègue le social au second plan. L’accès à la terre devient difficile pour les populations à faible revenu. En matière de politique d’habitat et de la reconstruction de la nouvelle ville de Saly, les autorités butent sur la réticence des propriétaires terriens.

75La dépendance du tourisme vis-à-vis de l’environnement (pour exister et développer ses activités) nécessite une connaissance des avantages et des principes d’une bonne gestion, de procéder à des études d’impact environnemental. Le fait que les populations n’aient pas participé à la planification du tourisme dans la zone a eu des implications socio-économiques majeures. La loi sur le domaine national au Sénégal a eu pour objet de favoriser l’investissement en donnant une priorité à l’aménagement. Les décisions sont prises sans implication réelle des personnes concernées ; ce que les populations ont toujours regretté.

76En définitive, l’un des constats fondamentaux est que tourisme et développement local sont mutuellement nourriciers. Le tourisme peut contribuer au soutien du développement local. Son pouvoir d’entraînement économique constituera un frein à l’exode rural et au chômage. Avec le vieillissement de la formule classique, la Petite-Côte est particulièrement bien placée pour tirer profit de cette évolution, car les ressources fauniques, l’attrait de ses paysages et son patrimoine culturel permettraient à la communauté rurale de Malicounda et aux communes de Saly, Somone et Mbour d’explorer une nouvelle formule de tourisme durable comme l’écotourisme. La reconnaissance croissante du droit des peuples à bénéficier de leurs propres ressources et à développer leurs propres entreprises renforce ces perspectives.

Haut de page

Bibliographie

Cazes, G. (1997). Les nouvelles colonies de vacances, tourisme et Tiers-Monde, un bilan controversé, Harmattan, Paris, 207 p.

Bugnicourt, J. et M.I. Dieng (1982). Touristes-Rois en Afrique, Karthala, Paris, 135 p.

Dehoorne, O. (2007). « Le monde du tourisme », In M. Stock, O. Dehoorne et P. Duhamel Le Tourisme. Acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin : 149.

Dehoorne, O. et A.K. Diagne (2008). « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite-Côte (Sénégal) », Études caribéennes, Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux et subtropicaux, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/ document1172.html>, n° 9-10.

Dewailly, J.M. et E. Flament (2000). Le Tourisme, Paris, SEDES, 83 p.

Diombéra, M. (2010). Aménagement et gestion touristique durable du littoral sénégalais de la Petite Côte et de la Basse Casamance, thèse de doctorat en Tourisme, Saint-Louis (Sénégal) : Université Gaston Berger. 343 p.

Forum Economique Mondial (2013). Rapport L’indice de compétitivité voyage et tourisme, en comparaison 2013 et 2011, 24 p.

Franck, M. (2006). « Voyages, plaisirs et transgressions, vers un tourisme sexuel de masse ? », Le Monde diplomatique : 3.

Giblin, B. (2007). « Le tourisme : un théâtre géopolitique ? », Hérodote, 4(127) : 3-14.

Lanfant, M-F. (2004). « L’appel à l’éthique et la référence universaliste dans la doctrine officielle du tourisme international », Revue Tiers Monde, 2(178) : 364-386.

Lozato-Giotart, J.P. (2006). Le chemin vers l’écotourisme : impacts et enjeux environnementaux du tourisme aujourd’hui, Paris, Delachaux et Niestlé SA, 192 p.

Ministère du tourisme et des Transports Aériens (2007). Bulletin des statistiques touristiques, Direction des Etudes et de la Planification, 8 p.

Masurier, D. (1998). Hôtes et touristes au Sénégal, Paris, L’Harmattan, 255 p.

OMT (2003). Etude d’impacts du Tourisme sur l’Economie sénégalaise, Madrid, Rapport final, (SEN 01/002), 144 p.

Roure, B. et E. De Roux (2005). « Le tourisme contre la culture ? », Le Monde : 13-18.

Stock, M. (2007). Le tourisme, acteurs, lieux et enjeux, Belin, Paris, 304 p.

Communications personnelles

N’DIAYE Kopa, Doudou, Chef du Bureau Communal du Tourisme de Mbour, entrevue réalisée à Mbour (Saly), le 09 janvier, 2012.

CISSOKHO Tiébély, Président de la communauté rurale de Malicounda, entrevue réalisée à Malicounda, le 22 janvier 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Organisation de la station balnéaire de Saly
Crédits Source : Auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Photographie 1. Dispensaire de Saly (Petite-Côte, Sénégal)
Crédits Source : Auteur, 2009
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Photographie 2. Plage de Saly Nord (Petite-Côte, Sénégal)
Crédits Source : Seneweb.com
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6736/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mamadou Diombera, « Tourisme et développement local : vers une redéfinition des relations au niveau de la Petite-Côte sénégalaise ? », Études caribéennes [En ligne], 26 | Décembre 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6736 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6736

Haut de page

Auteur

Mamadou Diombera

Département de Tourisme, Université Assane SECK de Ziguinchor, BP : 523 Ziguinchor (SENEGAL), Enseignant-Chercheur, mdiombera@univ-zig.sn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org