Navigation – Plan du site
Mondes insulaires : espaces, temporalités, ressources

Quel tourisme pour Haïti : de la résilience à l’émergence d’une nouvelle destination ?

Which Tourism for Haiti: From Resilience to the Emergence of a New Destination?
Bruno Sarrasin et Luc Renaud

Résumés

Cet article propose un survol du tourisme en Haïti, en portant une attention particulière aux orientations politiques, potentiels et obstacles observés au cours des dernières années. Dans cette démarche, certains évènements sont considérés comme fondateurs des orientations actuelles de ce secteur. Parmi ceux-ci, les récentes initiatives en matière de développement du tourisme à l’Île-à-Vache sont analysées à travers le prisme de la sociologie politique afin de prendre la mesure des questions soulevées par ce nouveau contexte de valorisation de l’industrie touristique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Île-à-Vache, Haïti
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le tourisme en Haïti a été tributaire de plusieurs évènements importants qui ont façonné son évolution et son développement. Trois d’entre eux, plus récents, peuvent être considérés comme fondateurs et révélateurs des orientations actuelles de ce secteur. Le premier évènement, le séisme de janvier 2010, constitue un point de bascule dans l’histoire du pays qui a complètement déstructuré, voire fait disparaître les faibles assises de l’industrie touristique mises en place au cours de la dernière décennie. Dès lors, peu importe sous quel angle est abordée Haïti, il est impossible de ne pas prendre en compte cette ponctuation malheureuse. Chaque sujet d’analyse comporte donc la balise temporelle incontournable de l’avant et de l’après-séisme; il en va de même pour le tourisme. Les deux autres évènements d’intérêt sont post-séisme, et concernent directement l’industrie touristique. D’abord, depuis l’hiver 2013, un nouveau produit a fait son apparition dans le paysage touristique haïtien et peut être perçu comme un indice de reprise de ce secteur. Il s’agit d’un forfait tout inclus ayant la particularité de combiner plage, soleil, culture et patrimoine (Haïti Libre, 2013). Ensuite, un imposant projet touristique haut de gamme est mis en œuvre dans le sud du pays. Au mois d’août 2013, le président haïtien, Michel Martelly, et sa ministre du Tourisme, Stéphanie Villedrouin, ont procédé à l’inauguration d’un chantier permettant à l’Île-à-Vache (IAV) de posséder son aéroport international. Le gouvernement souhaite faire de cette petite île l’un des principaux pôles touristiques pour le pays (Gouvernement de la République d'Haïti, 2013). Ces deux exemples sont révélateurs de la détermination du gouvernement de repositionner Haïti comme une destination touristique dans l’espace caribéen.

2Le tourisme peut-il, comme le suggérait le Secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme, Taleb Rifai, lors d’une visite officielle en Haïti en octobre 2012, contribuer « […] au redressement général et au développement du pays » (Risi, 2012). À partir d’entretiens exploratoires réalisés en novembre 2013, cet article propose d’analyser quelques réponses à cette question à partir d’une approche de sociologie politique. Il s’intéresse aux mécanismes ayant présidé à l’émergence et à la mise en œuvre d’une stratégie publique de développement du tourisme, particulièrement à l’Île-à-Vache. Deux hypothèses sont posées dans le cadre de cette démarche : 1) « le développement du tourisme » est le résultat d’une construction sociale, c’est-à-dire qu’il n’existe en tant que problème qu’à partir du moment où des acteurs ou des groupes d’acteurs intéressent des pouvoirs publics à se mobiliser pour en faire un objectif d’intervention, et 2) la capacité d’une stratégie publique à réaliser les objectifs qui lui sont fixés dépend du niveau de mobilisation et de convergence des intérêts et des ressources des acteurs concernés par cette stratégie.

3La première étape de notre analyse visera donc à comprendre de quelle manière s’est réalisée la problématisation du tourisme en Haïti et à l’IAV. Outre l’identification des acteurs qu’elle sous-entend, cette étape précisera les points d’appui sur lesquels se construira éventuellement le « potentiel touristique » d’Haïti. L’étape suivante s’efforcera de répondre à la question « comment ? ». Il s’agira, d’une part, d’analyser les « dispositifs d’intéressement », c’est-à-dire « […] l’ensemble des actions par lesquelles une entité […] s’efforce d’imposer et de stabiliser l’identité des autres acteurs qu’elle a définie par sa problématisation » (Callon, 1986: 185). Par la suite, nous nous intéresserons à l’analyse de « l’enrôlement » des acteurs, c’est-à-dire à la compréhension de l’ensemble des enjeux, des conflits et des négociations qui permettent aux dispositifs d’intéressement d’aboutir. Enfin, nous utiliserons la notion de « mobilisation » pour saisir dans quelle mesure les acteurs « enrôlés » utilisent les ressources de façon adéquate pour intéresser les autres groupes de la problématisation. Bien que les éléments de cette démarche prennent une forme hiérarchisée, ils se chevauchent plus qu’ils se succèdent en fonction d’un ordre préétabli. Ainsi, nous proposons d’éclairer les incompatibilités qui expliquent en partie les multiples ambiguïtés d’une stratégie publique dans un domaine aussi vaste que celui du tourisme, et de contribuer ainsi à mieux comprendre les éventuels blocages de sa mise en œuvre. Pour y arriver, nous présenterons d’abord un inventaire des connaissances sur le tourisme en Haïti – orientations politiques, potentiels et obstacles. Nous reviendrons ensuite sur les récentes initiatives en matière de tourisme – l’offre de forfaits tout inclus et le projet touristique haut de gamme de l’Île-à-Vache – afin de prendre la mesure des enseignements soulevés par ce contexte de valorisation de l’île par l’industrie touristique.

1. Quelques repères historiques

4Après un départ prometteur, du lendemain de la Deuxième Guerre mondiale à la fin des années 50, l’industrie touristique haïtienne a connu à partir de la décennie suivante, et malgré quelques soubresauts positifs, un déclin inexorable qui perdure jusqu’à ce jour (Doré, 2010; Laguerre, 2009; Jules et al., 2006). Profitant a priori d’une situation géographique favorable et de la présentation de l’exposition internationale de Port-au-Prince en 1949, organisée dans le cadre du bicentenaire de la ville, Haïti a su se faire connaître très tôt comme une destination touristique dans la région. Provenant de l’Europe, du Canada, mais surtout des États-Unis, les visiteurs furent charmés par le folklore et la culture créoles. Le littoral, dans un contexte où le tourisme balnéaire était en plein essor, a fait le reste pour consolider l’image touristique d’Haïti. Cette époque est considérée comme étant la plus dynamique de l’histoire touristique du pays. Dans la région, seule l’île de Porto-Rico recevait un plus grand nombre de visiteurs. En huit ans, de 1951 à 1959, le nombre de touristes de séjour a été multiplié par 1 300%, passant de 10 788 en 1951 à 145 000 en 1959 (Jules et al., 2006). Quelques années plus tard, l’arrivée au pouvoir de François Duvalier a stoppé le flux de touristes, notamment en provenance des États-Unis, avec un plancher de 6 090 arrivées en 1964 (Jules et al., 2006). Ce n’est qu’avec l’arrivée au pouvoir de Jean-Claude Duvalier en 1972, où l’on enregistra 67 625 entrées, que l’industrie reprit un certain élan qui n’allait durer qu’une quinzaine d’années. En effet, même si l’année 1979 vit le nombre de touristes dépasser les 300 000 entrées, il allait rapidement tomber à moins de 239 200 entrées en 1987 à la suite à la chute du régime Duvalier (Seraphin, 2013).

5Une légère reprise caractérise la fin des années 1980 et le début des années 1990, mais en 1992 le nombre de visiteurs était tombé à moins de 100 000 en raison de l’instabilité politique persistante au pays – coup d’État, insécurité et embargo économique (Doré, 2010; Laguerre, 2009; Jules et al., 2006). À titre comparatif, on comptait déjà à cette époque plus 1,3 million d’arrivées annuellement dans le pays voisin, la République dominicaine (Dehoorne et al., 2007). Comme le montre le graphique 1, si en 2009 le nombre d’arrivées était remonté à 387 219, il chutait radicalement de 34% l’année suivante en raison du séisme (Ministère du Tourisme, 2011). En volume, ces chiffres se comparent défavorablement à ceux de la République dominicaine, qui a accueilli en 2013 plus de 4,7 millions de touristes (CTO, 2014). Ajoutons que si l’on tient compte des 537 778 croisiéristes de Labadie, dans le nord pays, le nombre de visiteurs grimperait à près de 1 million en 2010 (Ministère du Tourisme, 2011). Ces derniers ne passent cependant qu’une journée sur une plage privée avant de repartir et contribuent ainsi très peu au développement économique de l’île.

Figure 1. Entrées des voyageurs et des croisiéristes à Haïti (1995-2012)

Figure 1. Entrées des voyageurs et des croisiéristes à Haïti (1995-2012)

Source : Ministère du Tourisme, 2011; CTO, 2014

6En résumé, les fluctuations de l’activité touristique en Haïti sont intimement liées, depuis les années 1960, à l’instabilité politique chronique du pays. Seulement pour la décennie 1990, le pays a vu passer neuf chefs d’État différents (Dupont, 2009). Ce constat est également dû à une succession de crises économiques qui ont également touché le secteur manufacturier et l’agriculture. Ces raisons combinées ont affecté directement l’organisation structurelle du tourisme, car malgré plusieurs initiatives publiques et privées dont il sera question plus loin, le gouvernement haïtien a été incapable de mettre en œuvre une action suffisamment structurante dans ce secteur.

2. Quel tourisme pour Haïti?

7Suite au déclin du tourisme dans les années 1960, le Gouvernement haïtien adopta un premier Plan National de Développement Touristique (OEA, 1972). Son objectif principal était de faire de ce secteur d’activité un axe de développement prioritaire en prenant principalement pour compte les diverses préoccupations relatives à la protection des sites historiques et culturels. Les actions entreprises allaient favoriser la création de l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine national en 1979 et, ultimement, mener à la reconnaissance, en 1982, du Parc National Historique Citadelle – Sans Souci – Ramiers comme site du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce Parc est considéré aujourd’hui comme l’un des piliers du développement touristique durable en Haïti (Olsen, 2008).

8Au début des années 1990, afin de relancer une industrie touristique de nouveau en déclin, un Plan Directeur du Tourisme fut annoncé conjointement par le Secrétariat d’État du Tourisme et par le Programme des Nations-Unis pour le Développement (PNUD) (Ministère du Tourisme, 2003). Ce Plan avait pour objectif principal de développer trois régions jugées prioritaires à partir de leur caractère historique et culturel, mais en y ajoutant une composante balnéaire. Ce changement de stratégie visait le développement de la côte des Arcadins grâce à l’implantation d’hôtels de luxe, dont un Club Med. À la problématisation du tourisme, déjà amorcée depuis plusieurs années par le Gouvernement haïtien, avec la participation d’opérateurs privés, il s’agissait d’intéresser à nouveau l’élite nationale et internationale à investir dans ce secteur après la fin du régime Duvalier et malgré les années d’instabilité qui ont suivi. Le Plan prévoyait la construction de 4 000 chambres d’hôtel et la création de 30 000 emplois pour 2004, l’intégration de la société civile étant devenue une priorité pour l’atteinte de ces objectifs (Laguerre, 2009). Enfin, le Plan devait mettre de l’avant la Politique des 4 S – Stabilité, Sécurité, Salubrité et Satisfaction – comme base du développement touristique. Les objectifs de cette politique n’ont toujours pas été atteints.

9En 2001, dans le contexte où plusieurs des objectifs du Plan Directeur du Tourisme ne furent pas réalisés, notamment en raison des lacunes institutionnelles et dans l’absence d’une mise en place des infrastructures nécessaires au développement du tourisme (voies d’accès, électrification, aqueducs, etc.), les attentes ont été révisées pour prendre en compte la faible capacité d’investissement des acteurs publics et privés (Ministère du Tourisme, 2003). Les stratégies de développement contenues dans cette révision constituèrent un préambule à la déclaration de Port-au-Prince sur le patrimoine, le tourisme culturel et le développement durable (Gouvernement de la République d'Haïti, 2011) qui s’intègre au Plan stratégique de développement pour Haïti. Ce dernier place le tourisme parmi les secteurs clés de relance de l’économie haïtienne en privilégiant l’investissement touristique, notamment l’amélioration du cadre normatif et fiscal, la recherche de partenaires investisseurs, le développement des infrastructures d’accueil, la mise en valeur du patrimoine touristique; la promotion, notamment pour la réhabilitation et la restauration de l’image d’Haïti; l’éducation pour améliorer le savoir-faire en matière de gestion du tourisme et la gouvernance avec le renforcement institutionnel (Gouvernement de la République d'Haïti, 2012).

10On note qu’à travers les différents plans élaborés au cours des dernières décennies, les aspects historiques, culturels et balnéaires forment un triptyque sur lequel le gouvernement – particulièrement le ministère du Tourisme – semble vouloir déployer la problématisation touristique du pays, c’est-à-dire la manière par laquelle le développement du tourisme est perçu par les principaux acteurs de l’industrie. Ce constat met en relief deux éléments dans le cadre de notre analyse. D’abord, la stratégie de développement touristique a évolué à travers la volonté affichée de faire converger la croissance économique, la lutte contre la pauvreté et la protection des ressources naturelles dans un « modèle de développement » où le tourisme ou d’autres secteurs sont éventuellement présentés comme le moyen de répondre simultanément aux intérêts du plus grand nombre d’acteurs en favorisant l’entrée de devises pour le gouvernement et l’industrie, en créant des emplois pour les communautés locales et en contribuant éventuellement à la protection de la biodiversité (Sarrasin, 2013 ; 2007 ; 2006 ; 2003). Ensuite, ce modèle de développement sera utilisé par les promoteurs – du tourisme en Haïti et à l’IAV en particulier – pour convaincre les acteurs de la problématisation que le développement du tourisme constitue un Point de Passage Obligé (PPO) dans la réalisation de leurs intérêts.

11Cela dit, bien que les principaux acteurs de la problématisation (gouvernement, bailleurs de fonds, opérateurs privés) puissent converger vers une démarche commune en misant sur les ressources propres au territoire, la perception de la destination par les touristes eux-mêmes joue un rôle déterminant dans les résultats attendus de ce secteur. Haïti jouit sans aucun doute d’une situation géographique exceptionnelle, étant située dans un endroit extrêmement attractif, mais l’image de la destination demeure un frein important à la relance du tourisme. L’étude récente la plus exhaustive sur la perception des visiteurs en Haïti a été menée par Kolbe, Brooks et al. (2013) auprès de 2231 répondants afin de dresser leur profil et mieux cerner leurs impressions. Bien que les visiteurs aient fait état de problèmes relatifs à la qualité des infrastructures, à la criminalité reliée à la pauvreté et aux interactions négatives entre eux et les locaux en raison de la mendicité, les auteurs suggèrent que seulement 3% des visiteurs ont été victimes de crimes (principalement des objets oubliés qui ont été subtilisés) et que la perception de la criminalité s’est améliorée entre le moment d’arrivée et de départ. Cela dit, les résultats montrent aussi que 97% des visiteurs ont un niveau de revenu tel qu’ils ne se sentent pas visés par le développement touristique haut de gamme, leur principale difficulté consiste à trouver des hôtels à prix abordables.

12La demande pour le tourisme de luxe peut donc difficilement compenser la fragilité structurelle du secteur, fortement influencé par différents types de facteurs nuisibles à son développement, parmi lesquels on trouve l’instabilité politique et économique chronique que nous avons évoquée. Dans ce contexte, alors que le pays est régulièrement en gestion de crise (Roc, 2012), les risques naturels, qui menacent également les autres destinations touristiques de la Caraïbe, représentent un obstacle supplémentaire aux investissements touristiques. Granvorka et Saffache (2010), dans leur étude sur la gestion des risques et l’atténuation des désastres naturels en Haïti, mettent en lumière la vulnérabilité du pays à cet égard. Le tourisme balnéaire et ses infrastructures sont particulièrement touchés lors d’ouragans et de tempêtes tropicales. L’arrière-pays haïtien n’échappe pas à cette vulnérabilité où les risques d’inondations sont très élevés en raison du taux élevé de déforestation. En cas d’évènements climatiques de forte intensité, les sols ne sont pas en mesure de retenir le ruissellement de surface augmentant ainsi les risques de débordement des cours d’eau. Aussi, les sédiments entraînés par ce même ruissellement augmentent la turbidité des cours d’eau qui se jettent dans la mer et par le fait même provoquent une forte sédimentation des zones côtières, rendant extrêmement vulnérables les écosystèmes marins (Saffache, 2006). La destruction de ces espaces marins a un impact certain sur le tourisme dans la mesure où la plongée sous-marine est une activité très prisée dans la Caraïbe (Augier, 2011). Ces conditions sont exacerbées par les changements climatiques, notamment par l’augmentation de la fréquence des évènements climatologiques de haute intensité, dont fait état le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Nurse et al., 2014; GIEC, 2007). Haïti, qui est situé directement sur la route des ouragans, est à ce titre fortement à risque.

13Parmi les autres facteurs d’instabilité liés aux changements climatiques, on compte la hausse graduelle du niveau marin. Dans la mesure où, lors de conditions normales, les marées contribuent déjà à l’érosion côtière et menacent la principale ressource du tourisme balnéaire, les changements climatiques contribuent à accroître la fréquence et l’effet dévastateur des ouragans ou des tempêtes, augmentant les risques de destruction sur la côte (Nurse et al., 2014). La prise en compte de l’impact des changements climatiques sur le tourisme demeure assez récente dans la littérature scientifique. Les Caraïbes étant particulièrement vulnérables à ce phénomène, plusieurs études s’intéressent aux impacts économiques associés à la vulnérabilité des infrastructures côtières (Pang et al., 2013; Scott et al., 2012; Bishop et al., 2002) ainsi qu’à l’attractivité de ses zones touristiques (Moore, 2010). L’étude de Scott, Simpson et al. est particulièrement intéressante dans le cas de Haïti en montrant l’impact d’un scénario de hausse d’un mètre du niveau marin sur les infrastructures du pays. Selon leurs calculs, 13 des 28 infrastructures touristiques côtières seraient partiellement ou totalement détruites par une hausse de cette ampleur. Même si le GIEC ne prévoit pas, à court terme, une hausse de niveau marin aussi importante, les scénarios optimistes de cette élévation exigeront d’être considérés dans l’élaboration de nouveaux développements côtiers comme celui de l’Île-à-Vache.

3. L’Île-à-vache : la nouvelle stratégie de développement touristique en Haïti?

14Les multiples fragilités du développement touristique en Haïti ne semblent pas avoir freiné l’intérêt du gouvernement haïtien pour ce secteur, au contraire. L’impact économique et social du séisme de 2010 a replacé le tourisme en avant-plan, souvent présenté comme une industrie à faible intensité capitalistique et à l’effet multiplicateur potentiellement élevé (Mwase, 2013; World Economic Forum, 2013; Sarrasin et al., 2011; Dwyer et al., 2010; Stafford et al., 1996). Le 2 juin 2012, le gouvernement haïtien faisait l’annonce de sa nouvelle image pour relancer le tourisme dans le pays (anonyme, 2012) :

« Conscient du rôle qu’est appelé à jouer le tourisme dans le processus d’essor mis en train, j’ai instruit les responsables du Ministère de tout mettre en œuvre pour que ce secteur parvienne à donner tous les effets avec impacts démultiplicateurs sur l’agriculture, l’artisanat et l’emploi », explique le Président Michel J. Martelly. « Je note avec satisfaction que les démarches qu’ils ont déjà entreprises projettent des résultats encourageants. De grandes chaines hôtelières internationales font sentir de façon concrète leur intérêt pour Haïti ».

15Trois régions sont ciblées par la stratégie de développement touristique du gouvernement (Gouvernement de la République d'Haïti, 2012) : la Côte-Nord, la Côte des Arcadins et la Côte des Caraïbes au sud, qui sera l’objet de notre attention. Ce secteur est divisé en trois zones distinctes. La première, la Côte de fer, fera l’objet d’un développement de tourisme de masse, nommé tourisme de volume par le gouvernement. Les deux autres zones seront mises à contribution pour le développement d’une offre complémentaire. Jacmel, situé au sud-est, sera valorisé sur la base de son histoire et d’attraits architecturaux coloniaux. La région de Port-Salut au sud-ouest est réputée pour ses attraits naturels, on souhaite y développer un tourisme axé sur l’écotourisme de faible densité.

16L’Île-à-Vache, située également dans le secteur sud-ouest, fait l’objet d’un développement plus spécifique : le « tourisme durable de luxe ». L’île, presque intouchée par l’industrie touristique sera complètement réaménagée pour y développer un hébergement haut de gamme, un terrain de golf et un aéroport international (Gouvernement de la République d'Haïti, 2013). D’une superficie de 45,5 km2, l’Île-à-Vache compte 14 000 habitants qui pratiquent une économie axée essentiellement sur l’agriculture et la pêche (carte 1). L’activité touristique constituant une perspective tout à fait nouvelle pour les villageois, le Gouvernement haïtien, sur lequel s’appuie la problématisation du tourisme dans le pays, doit tenter, avec les groupes d’acteurs déjà « enrôlés », d’intéresser la population locale en la convainquant que le développement du tourisme à l’IAV constitue un Point de Passage Obligé dans la réalisation de ses intérêts (Callon et al., 2001; Callon, 1986).

Figure 2. Département Sud d’Haïti – Île-à-Vache

Figure 2. Département Sud d’Haïti – Île-à-Vache

Source : Groupe IBI/DAA Inc.

17Avec une population concentrée à Madame Bernard, Caille-Coq (Kakok), Gros Morne et La Hatte, la majeure partie des habitants se trouve dans l’ouest de l’île. Mis à part quelques groupements de panneaux solaires, les habitants n’ont pas accès à l’électricité. L’eau potable est disponible à partir de puits parsemés sur le territoire. Actuellement, les infrastructures touristiques sont concentrées sur la pointe ouest de l’île où se trouvent les hôtels de luxe Abaka Bay et Port Morgan, qui comptent environ 20 chambres chacun. Chaque hôtel possède un quai d’embarquement, un système de génératrice électrique au mazout, une liaison satellite et une connexion internet par réseau 3G. On retrouve aussi un établissement hôtelier intermédiaire possédant son quai et proposant 10 chambres rudimentaires. Enfin, deux habitants sont en mesure d’héberger les visiteurs dans leur maison et il existe un petit hôtel communautaire au lieudit de Madame Bernard (Gouvernement de la République d'Haïti, 2013; MMA, 2012).

18Le projet de développement touristique de l’IAV constitue donc une révolution à plusieurs niveaux. Territoriale, d’abord, avec la construction de 1500 unités d’hébergement réparties sur une vingtaine de hameaux; le développement d’un réseau de sentiers; la construction d’un aéroport international; la création d’une zone de conservation marine et la construction d’infrastructures routières. Économique et sociale, ensuite, par la création d’un village touristique, incluant une école de formation pour employés; une école de navigation; des restaurants, bars, boutiques d’art et d’artisanat locales; la mise en place de fermes insulaires – culture sous serre, apiculture et aquaculture (Gouvernement de la République d'Haïti, 2013: 38-40).

4. Intérêt, limites et perceptions du projet

19Créé en août 2013 et présidé par la ministre du Tourisme, Stéphanie Balmir Villedrouin, le Comité de pilotage des projets de l’Île-à-Vache constitue une représentation concrète de la mise à l'agenda politique du tourisme comme vecteur de développement économique et social sur ce territoire (Padioleau, 1982). Dans cette démarche, le rôle principal des promoteurs consiste à formuler un problème dans un langage recevable par les autres groupes d’acteurs de la problématisation. En conséquence, la principale question posée par le Gouvernement haïtien par la voix de sa ministre du Tourisme est d’apparence simple : comment contribuer à relancer la croissance économique (locale et nationale) à partir du projet de développement touristique de l’Île-à-Vache ? La réponse proposée s’inscrit dans un modèle de développement à travers lequel chaque groupe d’acteurs joue un rôle qui lui est propre (figure 1) :

  • Investisseurs locaux et étrangers : attirés par les conditions très avantageuses d’investissement promulguées en 2002, qui proposent une exonération totale sur les revenus pendant 15 ans et une exonération partielle pour les cinq années suivantes dans le secteur du tourisme (Gouvernement de la République d'Haïti, 2002), les investisseurs haïtiens et étrangers – parmi lesquels on trouve le Gouvernement du Venezuela pour l’infrastructure aéroportuaire – sont déjà au stade de la mobilisation et contribuent à intéresser les autres groupes d’acteurs à la problématisation.

  • Opérateurs locaux : est considéré comme un opérateur local, tout acteur pouvant contribuer financièrement à la mise en place de nouvelles infrastructures touristiques (hôtels, restaurants, etc.) ou à la rénovation des infrastructures actuelles, ce qui exclut les petits commerçants. Les principaux opérateurs hôteliers sur l’IAV sont Abaka Bay et Port Morgan. Bien qu’intéressés par le projet qui vise à rehausser l’attractivité touristique de l’IAV, leur position demeure potentiellement mitigée par l’arrivée de concurrents provenant du groupe des investisseurs. Ceux-ci sont donc très intéressés par l’information qui circule notamment au sein du Comité de pilotage de manière à influencer les actions de l’État en fonction de leurs intérêts.

  • Organisations non gouvernementales : ce sont les acteurs individuels ou institutionnels provenant du milieu caritatif, public et privé. Leurs principaux objectifs sont de protéger le milieu naturel et d’assurer le développement social. La problématisation pose donc l’hypothèse que ces acteurs sont censés être intéressés par le projet de développement touristique de l’IAV qui vise notamment la protection de la biodiversité par la « […] création de zones de conservation, d’aménagements favorisant la mobilité active, d’opérations d’entretien et de reboisement des mangroves et zones boisées, d’application de normes et principes d’aménagement sensibles aux milieux, de programmes de formation et de sensibilisation de la population et des touristes. » (Gouvernement de la République d'Haïti, 2013: 33).

  • Population locale : Économiquement pauvre, la problématisation pose l’hypothèse que ces acteurs sont conscients de leurs intérêts à long terme et sont conséquemment bien disposés à l’égard d’un projet de développement touristique comme celui de l’IAV. Bien que ses intérêts ne soient pas homogènes, – nos entretiens exploratoires ayant montré que certains individus sont résolument « pour » et d’autres sont « contre » – nous associons ce groupe d’acteurs aux opposants du projet, principalement réunis sous les bannières des groupes KOPI (Konbit peyizan ilavach), l’organisation des agriculteurs de l’Île-à-Vache et l’Organisation des femmes en action de l’Île-à-Vache (ORFAIV).

  • Bureaux d’études : Dans le cadre du projet de développement touristique à l’IAV, ils représentent des « catalyseurs » de réflexions et d’actions visant à assurer un développement du tourisme dans « […] le respect et la mise en valeur des pratiques locales. » (Gouvernement de la République d'Haïti, 2013: 33) Ces acteurs sont de véritables « transcodeurs » au sens de Pierre Lascoumes (1994) dans la mesure où ils traduisent un ensemble d’informations sur l’état du pays (problèmes et solutions) qu’ils rendront intelligible de façon à gagner l’adhésion des autres acteurs aux stratégies de développement touristique des promoteurs (l’État) avec lequel ce groupe partage ses intérêts. On assiste à une véritable osmose entre l’État et les bureaux d’études locaux (SODADE) ou étrangers (IBI/DAA, Estrella), le premier cherchant, à titre de promoteur, des arguments à prétention objective pour défendre son projet et, les seconds, ayant tout intérêt à ce que leur mandataire soit satisfait de manière à pouvoir obtenir d’autres contrats. Nous pouvons donc assimiler ce groupe d’acteurs à celui du promoteur.

  • État haïtien : la problématisation manquerait un point d’appui si les acteurs provenant de l’État, de la Présidence, mais particulièrement représentés par la ministre du Tourisme à laquelle se greffent occasionnellement d’autres ministères et autorités locales, en plus de définir les autres acteurs concernés, ne précisaient pas ce qu’ils sont eux-mêmes et ce qu’ils veulent. Dans le contexte économique et politique que nous avons décrit, nous posons l’hypothèse que les décideurs politiques (élus ou non) trouvent ainsi leur intérêt dans le développement du tourisme dans la mesure où celui-ci constitue un catalyseur de financement international multilatéral et bilatéral, public et privé. Ce financement permet à l’élite de se maintenir au pouvoir tout en appuyant des programmes à prétention sociale.

Figure 3. Groupes d’acteurs du développement touristique de l’Île-à-Vache

Figure 3. Groupes d’acteurs du développement touristique de l’Île-à-Vache

Source : auteurs

20Le processus de problématisation ne se résume donc pas à répondre à la question des moyens à envisager pour assurer la croissance de l’économie en Haïti, mais propose des hypothèses sur l’identité des acteurs concernés, sur leurs intérêts et sur leurs relations. Au-delà du caractère théorique de cet exercice où chaque groupe d’acteurs ne correspond pas nécessairement à la définition qui lui est associée, cette démarche permet de mieux saisir comment l’État utilise par exemple cette identité pour présenter le développement du tourisme à l’IAV comme un « Point de Passage Obligé » dans lequel chaque groupe est invité à trouver son intérêt.

21Si l’État et les bureaux d’études s’insèrent dans la logique des promoteurs, les opérateurs locaux et les investisseurs partagent un intérêt convergeant dans la mise en tourisme des ressources de l’IAV. Par exemple, lors de la 5e réunion de travail du Comité de pilotage tenue le 13 décembre 2013, un plan d'expansion des infrastructures hôtelières d’Abaka Bay et la phase 1 des projets des développeurs ont été présentés (Ministère du Tourisme, 2013). Ces groupes d’acteurs apparaissent, dans ces conditions, activement mobilisés dans le sens du projet et pleinement enrôlés dans le cadre de notre analyse. La position du groupe des ONG semble plus hétérogène, bien que l’ensemble ait passé le cap de « l’intéressement » au sens de Michel Callon. Si ses principaux acteurs partagent l’objectif de voir une partie des ressources naturelles de l’île transformée en réserve à vocation écologique, certains d’entre eux – Architecture for Humanity ou la Fondation Digicel – envisagent des projets à vocation sociale, rejoignant ainsi les intérêts de la population locale.

22Qu’ils s’agissent de retombés économiques potentielles, d’amélioration des infrastructures ou d’accès à une meilleure éducation, les membres de la population interrogés lors de nos entretiens exploratoires étaient généralement favorables au projet et semblaient pleinement conscients de la transformation que l’île s’apprêtait à subir. Cependant, plusieurs questions ont été soulevées sur l’éventuelle répartition des retombées économiques et sur place laissée à la participation de la population locale dans les projets de développement touristique de l’IAV. Il semble que le manque de communication entre l’État et la population locale soit en partie à l’origine de ces craintes. Malgré la mise en place d’un comité de suivi du projet, la population locale considère qu’elle n’est pas suffisamment informée de la nature du projet : les premières actions concrètes d’aménagement des infrastructures ont déjà soulevé la contestation chez plusieurs insulaires et les groupes KOPI, ORFAIV et l’organisation des agriculteurs de l’Île-à-Vache se sont constitués pour défendre le droit non seulement d’être mieux informés, mais aussi de participer à la prise des décisions qui concerne leur territoire. Ces manifestations ont mené à l’envoi, par le gouvernement, d’une centaine de paramilitaires et à l’emprisonnement du Vice-Président de KOPI et d’autres activistes au début de l’année 2014 (Augustin, 2014; Chery, 2014; Dantò, 2014).

23Dans ce contexte, les promoteurs doivent intervenir activement pour maintenir le niveau d’enrôlement des autres groupes d’acteurs. Par exemple, la ministre du Tourisme a convoqué la presse le 10 mars 2014, accompagnée de la ministre chargée des Droits de l’Homme et de la lutte contre la Pauvreté Extrême, du Secrétaire d’État à la Production Végétale et du Directeur général de la Direction générale des Impôts. L’opération visait vraisemblablement à reprendre l’initiative médiatique qui, depuis quelque temps, nuisait activement à l’image du projet et du Gouvernement. Nous dirons, dans le cadre de notre analyse, que le groupe des promoteurs tentait de redéfinir les paramètres de la problématisation de manière à « intéresser » la population locale et à garder les autres groupes mobilisés dans le sens du projet. Dans cette démarche, l’intervention du 10 mars visait à réaffirmer que le projet « Destination Île-à-Vache » comporte deux principales composantes : l’inclusion sociale et la lutte contre la pauvreté, d’une part, et le développement touristique de l’île, d’autre part. « On ne peut pas laisser les gens de côté dans le processus de développement touristique de la région », a souligné la ministre chargée des Droits de l’Homme et de la lutte contre la Pauvreté Extrême. « Par conséquent, le Gouvernement s’assure de mettre en place un ensemble de projets sociaux susceptibles de favoriser l’implication de tous les habitants dans l'exécution de ce vaste plan de développement », a-t-elle poursuivi (Ministère du Tourisme, 2014). Le Secrétaire d’État à la Production végétale a renchéri par l’annonce de plusieurs programmes agricoles et d’un projet de réhabilitation des mangroves en vue de consolider l’activité de pêche sur les eaux de l’île. À cet effort des principaux acteurs de la problématisation visant à présenter le développement touristique comme PPO pour la population locale, la SODADE, bureau d’études qui coordonne le volet social du projet, a présenté les différents travaux déjà réalisés à l’Île-à-Vache, en plus d’annoncer l’amorce de huit nouveaux projets sociaux de la phase 2. À cela s’ajoute ce que le gouvernement nomme des « plateformes de sensibilisation », constituées avec des représentants de diverses localités des zones touchées par les projets d’aménagement. La ministre du Tourisme les présente comme des « courroies de transmission » de l'information à la population, assurant « qu'aucun habitant ne sera expulsé de l'île dans le cadre du processus d'implémentation du projet "Destination Île-à-Vache" » (Ministère du Tourisme, 2014). Ce que le communiqué de presse ne dit pas, c’est que la ministre du Tourisme a aussi confirmé à cette occasion l’envoi de 15 paramilitaires supplémentaires pour « stabiliser la zone. » (anonyme, 2014)

24Tous ces éléments visent à répondre directement aux inquiétudes et aux réactions de la population locale, dont l’intéressement demeure largement inachevé. Un grand nombre d’insulaires protestent régulièrement depuis le début des travaux d’aménagement de l’aéroport ayant conduit à la destruction d’une partie du couvert forestier de l’île, avec l’aide technique du Gouvernement vénézuélien, et à l’expulsion en janvier 2014 d’une vingtaine de familles de leur lieu de résidence, vraisemblablement sans compensation (Dantò, 2014). Selon des sources proches des protestataires, Alexis Kenold, membre du KOPI souligne que (anonyme, 2014) :

« This project is inconsistent with our basic needs, such as roads, clean drinking water, hospitals, electricity, schools for our children, vocational training centers, modernization of fishing and agriculture.” Organization of Women in Action on Ile a Vache (ORFAIV) member Alberonie Bell said: “We still have have no details of the project. We are prepared to approve it if they build schools, hospitals, roads, and systems to supply drinking water. As for building villas, hotels, and golf courses: we are totally opposed.” KOPI’s president stressed: “Ile a Vache is owned by the state and is therefore a commons that belongs to the entire population. The ongoing project seeks to privatize. People connected to the Martelly presidency and the Lamothe government hope to get a few perks that will let them play golf and swim with foreigners ».

25Dans un tel contexte sociopolitique, si les promoteurs, au premier rang desquels on trouve le Gouvernement haïtien, souhaitent que le projet de mise en valeur touristique de l’Île-à-Vache soit non seulement viable commercialement, politiquement et socialement, mais constitue aussi l’amorce d’une nouvelle phase dans le développement touristique du pays, ils doivent changer de stratégie pour répondre aux besoins de la population locale de l’IAV et non pas seulement se contenter d’effets d’annonce.

Conclusion

26Dans une perspective de sociologie politique, cet article proposait d’explorer la possibilité que le tourisme constitue le moteur de la relance économique d’Haïti, en s’intéressant au projet de l’IAV en particulier. Notre analyse a montré que nos deux hypothèses de départ étaient justes, et suggèrent que tout projet touristique, s’il veut aboutir, ne peut faire abstraction des jeux d’acteurs, toutes positions confondues. Nous pouvons conclure que le tourisme en Haïti est à rebâtir. Certes, le secteur existe, mais il est si peu important et si mal en point qu’il importe de l’envisager comme une industrie dont la structure reste à reconstruire à partir de ses fondements, c’est-à-dire du positionnement de la destination aux stratégies de mise en œuvre. C’est précisément ce que le Gouvernement propose avec son projet de développement touristique à l’Île-à-Vache. À l’occasion de l’inauguration du chantier de l’aéroport international de l’IAV, le premier ministre Laurent Lamothe présentait le projet en ces termes : « J'en appelle à votre fierté, votre dignité. Vous avez là la plus belle île de la Caraïbe, c'est un paradis et l'administration Martelly et mon Gouvernement, va tout faire pour la développer et en faire un grand pôle d'attraction touristique internationale » (anonyme, 2013). Le défi qui se pose dans l’avenir pour le gouvernement est non seulement de contribuer au redressement de l’industrie touristique par l’attraction de nouveaux visiteurs, mais aussi de convaincre les acteurs concernés du bien-fondé de sa démarche. Dans un pays en ruine économique, où les infrastructures sont quasi inexistantes et où règne toujours un climat d’instabilité, il sera difficile de reconquérir les parts du marché perdues au cours des dernières décennies. Les obstacles sont nombreux et la question du positionnement sur le marché, c’est-à-dire l’approche que les promoteurs entendent prendre pour qu’Haïti redevienne une destination touristique importante, n’est toujours pas résolue, malgré l’ampleur des actions engagées depuis trois ans, incluant celles entreprises à l’IAV.

27Le développement du tourisme dans la Caraïbe est confronté à de nombreux défis. Même s’il a pu contribuer à faciliter le virage économique de plusieurs îles, qui étaient autrefois dépendantes de l’exploitation de la canne à sucre, le tourisme balnéaire soulève d’importants enjeux en regard des impacts environnementaux et socioéconomiques qu’il sous-tend : destructions des coraux, hausse de criminalité, hausse du coût de la vie, important taux de fuite (Roessingh et al., 2008; Dehoorne et al., 2007; Beekhuis, 1981). Déjà, dans les destinations où le tourisme de masse semble stagner et où les pressions sur le milieu deviennent problématiques, des réflexions sont entamées afin de trouver des pistes de solutions novatrices qui permettront de diversifier l’industrie (Sarrasin et al., 2012; Dehoorne et al., 2011).

28Parmi les solutions les plus souvent citées, on trouve la mise en œuvre de stratégies axées sur le tourisme durable (Ruiz, 2013; Augier, 2011; Grandoit, 2005). Il existe déjà à Haïti des initiatives en ce sens, qui sont soutenues principalement par des ONG ou menées par des initiatives multilatérales – UNESCO, Nations-Unies. On observe aussi une volonté politique à mettre en œuvre cette approche par le Ministère du Tourisme, malgré les écueils observés à l’IAV. En effet, les projets qualifiés de « haut de gamme » proposés sur l’île créent un paradoxe et questionnent les réelles intentions du gouvernement. Par exemple, le projet de l’Île-à-Vache est qualifié de durable et s’insère dans une stratégie visant à développer aussi l’écotourisme, ce qui nous semble peu réaliste dans le contexte politique et social que nous avons évoqué (Gouvernement de la République d'Haïti, 2013: 33-35).

29Nous avons montré que le groupe des promoteurs – qui décrit l’île comme le dernier trésor des Caraïbes, rustique et vierge – suggère comme principes directeurs pour ce développement le respect de l’intégrité culturelle des habitants, la protection de l’environnement, la pérennité du produit touristique et l’implication des communautés locales tout en partageant équitablement les retombées économiques. Cette volonté est pertinente, mais sa faisabilité arrive difficilement à convaincre. En y regardant de plus près, certaines caractéristiques de ce projet présentent les aspects d’un développement balnéaire tout à fait classique : un type de tourisme dont les bénéfices réels sont remis en questions. Sachant que le tourisme durable a déjà été instrumentalisé à des fins politiques et économiques dans d’autres situations (Dehoorne et al., 2007), il restera à voir si le projet de l’Île-à-Vache, ou même celui des tout-inclus offert tout récemment sur la Côte des Arcadins, ne constitueront pas une première étape vers une tentative de développer malgré tout un tourisme de masse. Notre analyse montre que cette stratégie pourrait s’avérer un échec à court et à moyen terme.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme (2012). « Haïti - Tourisme : Lancement officiel de la nouvelle image d’Haïti », Haiti Libre, URL, <http://www.haitilibre.com/article-9270-haiti-tourisme-lancement-officiel-du-projet-destination-touristique-ile-a-vache.html>.

Anonyme. (2013). « Haïti - Tourisme : Lancement officiel du projet «Destination touristique Ile-à-Vache» ». Haiti Libre, 21 août. En ligne. <http://www.haitilibre.com/article-9270-haiti-tourisme-lancement-officiel-du-projet-destination-touristique-ile-a-vache.html>.

Anonyme. (2014). « Haiti’s Peasants Fight Land Grab of Offshore Islands for Ecotourism », Haiti Chery, March 24th,
URL, <http://www.dadychery.org/2014/01/07/haitis-peasants-fight-land-grab-of-offshore-islands-for-ecotourism/>.

Augier, D. (2011). « Patrimoine marin caribéen et perspectives écotouristiques : vers un développement durable des petites îles ? », Études caribéennes, 20: 2-16.

Augustin, W. (2014). « La ministre du tourisme rencontre les protestataires de l’île à Vache », Haïti actualités, URL, <http://haitiactualites.com/actualites/regions/3710-la-ministre-du-tourisme-rencontre-les-protestataires-de-l%E2%80%99%C3%AEle-%C3%A0-vache.html>.

Beekhuis, J. V. (1981). « Tourism in the Caribbean: Impacts on the Economic, Social and Natural Environments », Ambio, 10 (6): 325-331.

Bishop, M. L., et P. Anthony. (2002). « Climate Change and the Future of Caribbean Development », The Journal of Development Studies, 48 (10): 1536-1553.

Callon, M. (1986). « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, 36: 169-208.

Callon, M., P. Lascoumes et Y. Barthe. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Chery, D. (2014). « Land Grab at Ile a Vache: Haiti’s Peasants Fight Back ». News Junkie Post, URL, <http://newsjunkiepost.com/2014/03/01/land-grab-at-ile-a-vache-haitis-peasants-fight-back/>.

CTO, Caribbean Tourism Organization. (2014). Latest Statistics 2013. St Michael (Babados): 6 p.

Dantò, E. (2014). « US occupiers in Haiti privatizing Île à Vache – Chronicles of a coming massacre », Haiti News Blog,
URL, <http://www.ezilidanto.com/zili/2014/02/ilavach/>.

Dehoorne, O., et D. Augier. (2011). « Toward a new tourism policy in the French West Indies: The end of mass tourism resorts and a new policy for sustainable tourism and ecotourism », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/5262>, n° 19: 1-16.

Dehoorne, O., P. Saffache et D. Augier. (2007). « Tourisme, écotourisme et stratégies de développement dans la Caraïbe », Études caribéennes,
URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/3383>, n° 6 : 1-15.

Doré, G. (2010). Politique de Formation Professionnelle et d’Emploi en Haïti. Le Cas du Secteur du Tourisme (1980-2010), Paris, École Doctorale Cultures et Sociétés : 422 p.

Dupont, L. (2009). « Cointégration et causalité entre développement touristique, croissance économique et réduction de la pauvreté : cas de Haïti », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/3780>, n° 13-14.

Dwyer, L., P. Forsyth et W. Dwyer. (2010). Tourism Economics and Policy, Bristol, Buffalo and Toronto, Channel View Publications, Coll. «Aspects of Tourism Texts no 3»: 855 p.

GIEC, Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat (2007). Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des Groupes de travail I, II et III au quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Genève, Suisse: 103 p.

Gouvernement de la République d'Haïti. (2002). Loi portant sur le Code des Investissements modifiant le Décret du 30 Octobre 1989 relatif au Code des Investissements, Port-au-Prince, Haïti: 21 p.

Gouvernement de la République d'Haïti. (2011). Déclaration de Port-au-Prince sur le Patrimoine, le tourisme culturel et le développement durable, Port-au-Prince, Haïti.

Gouvernement de la République d'Haïti. (2012). Plan stratégique de développement pour Haïti, ministère de la Planification et de la Coopération externe, Port-au-Prince: 51 p.

Gouvernement de la République d'Haïti. (2013). Île à Vache : proposition préliminaire de développement touristique, ministère de la Planification et de la Coopération externe, Port-au-Prince: 49 p.

Grandoit, J. (2005). « Tourism as a Development Tool in the Caribbean and the Environmental By-products: The Stresses on Small Island Resources and Viable Remedies », Journal of Development and Social Transformation, (2): 89-97.

Granvorka, C. G., et P. Saffache. (2010). « Risk Management and Disaster Mitigation: A Case study Applied to Haïti », Études caribéennes,
URL, <
http://etudescaribeennes.revues.org/4559>, n° 15 : 1-18.

Haïti Libre. (2013). Haïti - Tourisme : Air Transat lance un forfait voyage en Haïti. Haiti Libre, URL, <http://www.haitilibre.com/article-7548-haiti-tourisme-air-transat-lance-un-forfait-voyage-en-haiti.html>.

Jules, L., et K. T. Laplanche. (2006). «Le tourisme en Haïti: diagnostic, stratégies, perspectives », présenté dans le cadre de Tourisme et développement durable. (Université Quisqueya, Haïti), CEREGMIA : 281-304.

Kolbe, A. R., K. Brookes et R. Muggah. (2013). Is Tourism Haiti’s Magic Bullet? An Empirical Treatment of Haiti’s Tourism Potentia, Strategic Note no 9, Igarapé Institute, June: 23 p.

Laguerre, V. B. (2009). Renforcement institutionnel de FONDTAH projet de promotion du tourisme communautaire dans le département du Nord d'Haïti, Plan stratégique, composante II, Fondation pour le développement du tourisme alternatif en Haïti (FONDTAH): 58 p.

Lascoumes, P. (1994). L’éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, Éditions La Découverte: 317 p.

Ministère du Tourisme. (2003). Contribution du secteur tourisme à l'élaboration du DSRP, Première esquisse, Port-au-Prince, République d'Haïti, Décembre : 11 p.

Ministère du Tourisme. (2011). Bulletin trimestriel de statistiques touristiques, Service des statistiques et de recherches, Port-au-Prince, République d'Haïti : 29 p.

Ministère du Tourisme. (2013). Le Comité de Pilotage fait état de la progression des projets et travaux à l'Île-à-Vache, URL, <https://www.facebook.com/notes/ministere-du-tourisme-haiti/le-comit%C3%A9-de-pilotage-fait-%C3%A9tat-de-la-progression-des-projets-et-travaux-%C3%A0-l%C3%AEle-/617525254949947>.

Ministère du Tourisme. (2014). Le Ministère du Tourisme fait le point sur l’état d’avancement du projet «Destination Île-à-Vache,
URL, <https://www.facebook.com/notes/ministere-du-tourisme-haiti/le-minist%C3%A8re-du-tourisme-fait-le-point-sur-l%C3%A9tat-davancement-du-projet-destinati/655597847809354>. Consulté le 10 mars.

MMA, Massachusetts Maritime Aacademy (2012). Emergency Management Assessment, Marine Safety and Environmental Protection Department: 58 p.

Moore, W. R. (2010). « The impact of climate change on Caribbean tourism demand », Current Issues in Tourism, 13 (5): 495-505.

Mwase, N. (2013). « Tourism flows to Caribbean islands: an empirical note », Applied Economics Letters, 20 (10): 957-965.

Nurse, L., R. F. McLean, J. Agard, L. P. Bibruglio, V. Duvat, N. Pelesikoti, E. Tompkins et A. Webb. (2014). Climate Change 2014: Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Chapter 29. Small Islands, Contribution of Working Group II to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change.

OEA, Organisation des États Américains (1972). Développement du tourisme en Haïti : Grandes Lignes d’un Plan National de Développement Touristique et Aspects institutionnels, Washington, D.C., Secrétariat général.

Olsen, J. J. (2008). « Enjeux du Tourisme durable en Haïti face au paradigme actuel en gestion de sites à haute valeur culturelle. Le cas du Parc National Historique : Citadelle, Sans Souci, Ramiers », 16th ICOMOS General Assembly and International Symposium: ‘Finding the spirit of place – between the tangible and the intangible - 29 sept – 4 oct 2008., Québec, Canada. En ligne. <http://openarchive.icomos.org/173/>.

Padioleau, J. (1982). L’État au concret, Paris, Presses Universitaires de France : 222 p.

Pang, S. F. H., B. McKercher et B. Prideaux. (2013). « Climate Change and Tourism: An Overview », Asia Pacific Journal of Tourism Research, 18 (1-2): 4-20.

Risi, M. (2012). Le tourisme donnera une impulsion au développement en Haïti, no PR12066, Organisation mondiale du tourisme.

Roc, N. (2012). « Haïti : le casse-tête de la reconstruction », Haïti Perspectives, 1(1) : 69-75.

Roessingh, C., H. Duijnhoven et M. Berendse. (2008). « Caribbean Delight: Moving Beyond the Sustainability Discourse in Tourism », Journal of tourism Research, 2 (3): 21-33.

Ruiz, G. (2013). « Le tourisme durable : un nouveau modèle de développement touristique ? », Revue internationale et stratégique, 2 (90): 97-105.

Saffache, P. (2006). « Le milieu marin haïtien : chronique d’une catastrophe écologique », Études caribéennes, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/267>, n° 5 : 1-7.

Sarrasin, Bruno. (2003). « Madagascar : un secteur minier en émergence, entre l’environnement et le développement ». Afrique Contemporaine, (208), hiver: 127-144.

Sarrasin, B. (2006). « Économie politique du développement minier à Madagascar : l’analyse du projet QMM à Tolagnaro (Fort-Dauphin) ». Vertigo, URL, <http://vertigo.revues.org/index2401.html>, n° 17(2), septembre: 1-14

Sarrasin. (2007). « Quelques dimensions politiques de l’écotourisme : l’attractivité de la nature n’est pas "naturelle" ». Études caribéennes,
URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/document455.html>, (6): 85-94.

Sarrasin, Bruno. (2013). « Ecotourism, Poverty and Resources Management in Ranomafana, Madagascar ». Tourism Geographies, 15 (1): 3-24.

Sarrasin, B., et J. Tardif. (2011). « Économie politique de l’écotourisme au Cambodge : de la conservation des ressources naturelles à la croissance économique », in Jean-Marie Breton (ed.). Tourisme durable et patrimoines. Une dialectique développementale?, Paris, Karthala-CREJETA : 271-288.

Sarrasin, B., et J. Tardif. (2012). « Écotourisme et ressources naturelles à la Dominique. La cogestion comme pratique novatrice », Téoros, hors-série : 35-40.

Scott, D., M. C. Simpson et R. Sim. (2012). « The vulnerability of Caribbean coastal tourism to scenarios of climate change related sea level rise », Journal of Sustainable Tourism, 20 (6): 883-898.

Seraphin, H. (2013). « A Human Resources Approach of Haiti's Performance as a Tourist Destination », Tourisme & Territoires, 3: 163-182.

Stafford, J., C.-É. Bélanger et B. Sarrasin. (1996). Développement et tourisme au Maroc, Montréal L’Harmattan: 174 p.

World Economic Forum. (2013). The Travel & Tourism Competitiveness Report 2013: Reducing Barriers to Economic Growth and Job Creation, Insight Report, Geneva: 517 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Entrées des voyageurs et des croisiéristes à Haïti (1995-2012)
Crédits Source : Ministère du Tourisme, 2011; CTO, 2014
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2. Département Sud d’Haïti – Île-à-Vache
Crédits Source : Groupe IBI/DAA Inc.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 3. Groupes d’acteurs du développement touristique de l’Île-à-Vache
Crédits Source : auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Sarrasin et Luc Renaud, « Quel tourisme pour Haïti : de la résilience à l’émergence d’une nouvelle destination ? », Études caribéennes [En ligne], 27-28 | Avril-Août 2014, mis en ligne le 14 août 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6777 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6777

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org