Navigation – Plan du site
Mondes insulaires : espaces, temporalités, ressources

Bonne gouvernance et insularité

Good Governance and Insularity
Elina Devoue

Résumés

Selon le Consensus de Washington (1989), la Banque mondiale et les institutions internationales, la bonne gouvernance signifie la gestion saine du développement. L’objectif du présent article est d’analyser le lien entre bonne gouvernance et développement économique dans le cas des Etats insulaires. Après l’examen de la bonne gouvernance dans le cas particulier des Etats insulaires, nous utilisons la méthodologie de l’analyse en composantes principales afin de distinguer les caractéristiques institutionnelles et la gouvernance des économies insulaires selon leur niveau de développement économique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 République française, Ministère de l’Equipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la (...)

1Le raisonnement de gouvernance économique se fait en termes d’efficacité. On parle de bonne et de mauvaise gouvernance. A la fin des années 1980, l’expression « bonne gouvernance » est présente dans la majorité des rapports internationaux de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). Pour G. Hyden (1983), la bonne gouvernance répond aux questions de l’impératif de stabilité, d’efficacité et de la capacité de rendre des comptes des gouvernements. Il s’agit d’un critère de jugement appliqué à un Etat quand il sollicite une aide financière auprès d’une institution internationale. Un volet « bonne gouvernance » a été introduit dans les programmes des organismes internationaux de financement. L’exigence de bonne gouvernance s’affirme particulièrement à la suite de la crise économique de l’Asie de 1997-1998. Le Comité d’aide au développement de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) la considère comme « l’utilisation de l’autorité politique et l’exercice du contrôle en rapport avec la gestion des ressources d’une société en vue du développement économique et social »1.

2Selon le consensus de Washington (1989), la Banque mondiale et les institutions internationales, la bonne gouvernance signifie la gestion saine du développement. Cette notion fait référence à un ensemble de règles et de principes qui définissent les caractéristiques et critères de comportement auxquels un gouvernement doit se conformer. Les conditions posées par la Banque mondiale déterminent l’octroi de prêts et impliquent plusieurs types de réformes à même de faciliter l’application et la réussite des programmes macroéconomiques. Le débat sur la bonne gouvernance n’est pas spécifique aux pays en développement, mais touche également les pays industrialisés. La bonne gouvernance apparaît comme une expression fourre-tout, à la mode, utilisée à l’échelon local, national ou international, et censée répondre à divers objectifs dans de multiples disciplines. Elle est souvent présentée comme un remède miracle pour réduire le sous-développement et les dysfonctionnements de la mondialisation. Pourtant la relation entre bonne gouvernance et développement reste supposée plutôt que prouvée. La bonne gouvernance est fortement corrélée au niveau de développement des pays (World Bank, Kaufmann, Kraay, Zoido-Lobaton, 1999, 2002). Pour D. North et al., (2007), les dimensions économiques et politiques du développement sont indissociablement liées. N. Meisel et J.O. Aoudia (2008) montrent que si la bonne gouvernance semble corrélée au niveau de développement, elle n’est pas corrélée à la vitesse de développement (la croissance de moyen-long terme).

3L’objectif du présent article est d’analyser le lien entre bonne gouvernance et développement économique dans le cas des Etats insulaires. Sur 142 Etats communément recensés, on compte 46 Etats insulaires. Les îles, et notamment les petites économies insulaires en développement (PEID), constituent des cas particuliers en matière de développement et d’environnement pour lesquels la bonne gouvernance est essentielle. Les économies insulaires peuvent ne pas obtenir d’aide publique en raison du non respect des droits de l’homme (cas de l’Indonésie en 1991). Après l’examen de la bonne gouvernance dans les Etats insulaires, nous utilisons la méthodologie de l’analyse en composantes principales afin de regrouper les îles selon leurs caractéristiques institutionnelles, leur gouvernance et leur niveau de développement économique.

1. La bonne gouvernance dans les Etats insulaires

4Pour le Programme national des Nations Unies pour le Développement (PNUD, 2001, 2002, 2006), la gouvernance exprime la capacité des autorités d’un pays à gérer les ressources disponibles matérielles et humaines dans un souci de stabilité politique, de cohésion sociale et de croissance économique afin d’améliorer les conditions de vie de la population et de réduire la pauvreté de façon durable. On parle de bonne gouvernance quand la gestion devient optimale, c’est-à-dire efficace en termes de croissance économique, équitable en termes de redistribution des richesses entre catégories sociales et localités. Le PNUD ne distingue pas la bonne gouvernance de la gouvernance démocratique. Les Nations Unies (2006) distinguent huit caractéristiques de la bonne gouvernance : elle repose sur la participation, la recherche de consensus ; elle se montre responsable, transparente, réactive, effective et efficace, équitable et inclusive, et respecte l’Etat de droit.

5La Banque mondiale (1999, 2002) énonce quatre conditions à l’établissement de la bonne gouvernance :

  • l’instauration d’un Etat de droit qui garantisse la sécurité des citoyens et le respect des lois, notamment par un système judiciaire indépendant,

  • la bonne administration qui exige une gestion correcte et équitable des dépenses publiques en prohibant la corruption et en évitant l’inflation,

  • la responsabilité et l’imputabilité qui imposent que les dirigeants rendent compte de leurs actions devant la population selon les règles publiques mises en place,

  • la transparence : assurer que l’information soit libre et facilement accessible à tous les citoyens.

  • 2 La société civile représente les organismes non gouvernementaux et communautaires, les organisation (...)

6La promotion de la démocratie n’est pas la priorité de la Banque mondiale en matière de bonne gouvernance. Pour la Banque mondiale, les liens entre bonne gouvernance et démocratie sont implicites ; la démocratie est souhaitable, elle renforce le développement. Le but de la Banque mondiale (1992, 1997), du PNUD et des bailleurs de fonds bilatéraux est de limiter les prérogatives de l’Etat et de renforcer les acteurs de la société civile2.

1.1. La bonne gouvernance dans les PEID

7Les PEID subissent la double contrainte de la petite taille (population inférieure à un million d’habitants, faible superficie) et de la difficile accessibilité. Elles se caractérisent par des coûts de transport et de communication élevés et des investissements directs à l’étranger faibles (Srinivasan, 1986 ; Streeten, 1993 ; Adrianto, Matsuda, 2004). En raison de leur taille démographique réduite, les PEID font face à des difficultés importantes en matière de fourniture des biens publics de base, notamment les infrastructures de transport, de télécommunication, d’éducation, de santé… Elles sont souvent pénalisées par le faible niveau d’éducation de la population qui ne permet pas aux citoyens d’exercer pleinement leurs droits et de constituer une société civile dynamique. La plupart des PEID manquent de ressources naturelles et leur fragilité environnementale et économique est reconnue (Briguglio, 1995).

8La mise en œuvre d’une politique de bonne gouvernance entraîne des coûts importants pour la modernisation des services de l’Etat, la mise en place d’un Etat de droit, la décentralisation, la lutte contre la pauvreté… L’Etat doit assurer un fonctionnement efficace du marché, notamment en protégeant la propriété privée et la sécurité des investissements, et mettre en place des mesures correctives lorsque le marché est défaillant. Il doit fournir des services publics tels que l’éducation, la santé et les infrastructures essentielles dans les PEID. Il doit être transparent et rendre des comptes. La bonne gouvernance propose l’instauration d’un Etat adaptant ses missions à ses capacités et palliant les échecs du marché, notamment par l’élaboration d’un cadre institutionnel favorable au développement des entreprises et à l’expression de la société civile. Les réflexions sur la bonne gouvernance confirment le déplacement d’une conception du gouvernement centrée sur l’Etat à une conception centrée sur une pluralité d’acteurs exprimant une multiplicité d’intérêts. L’Etat seul ne suffit pas à la tâche compte tenu de l’ampleur planétaire des problèmes assortis à la mondialisation (l’effet de serre, les grandes pandémies, la corruption, les organismes génétiquement modifiés, le terrorisme international...). Il s’agit d’élaborer de nouvelles techniques de gouvernement et de remplacer l’action unilatérale de l’Etat par des partenariats publics – privés. L’Etat est chargé de créer l’environnement politique et juridique favorable. Il ne détient pas de façon exclusive le monopole de la promotion des biens publics et de la régulation. Les perspectives de développement des PEID reposent surtout sur le tourisme, les services, les banques off-shore et le paradis fiscal. Les performances économiques (revenu par tête, taux de croissance…) des économies insulaires ne sont pas toujours inférieures à celles des économies continentales.

1.2. La bonne gouvernance dans les Etats insulaires de l’Union européenne

9On compte quatre Etats insulaires dans l’Union européenne (UE): Chypre, Irlande, Malte et Royaume-Uni. Les îles bénéficient au niveau européen de dispositions spécifiques et d’un traitement particulier en raison de leurs handicaps structurels reconnus dans le traité d’Amsterdam (1997). Selon la définition d’Eurostat de la Commission européenne (1994), une île est un territoire entouré d’eau, possédant au moins 50 habitants, non relié au continent par un dispositif permanent (pont, tunnel, chaussée…), distant d’au moins un kilomètre du continent et n’abritant pas de capitale d’un Etat membre de l’Union européenne. La Chypre, l’Irlande et Malte ne sont pas considérées comme des îles au sens de la définition de la Commission européenne. L’article 154 du traité de Maastricht (1992) et les articles 158 et 299 du traité d’Amsterdam (1997) soulignent la vulnérabilité insulaire. La Commission européenne prend en compte la dimension périphérique et ultrapériphérique d’un certain nombre des territoires de l’Union européenne (Sanguin, 2007).

10La bonne gouvernance constitue un critère d’adhésion à l’UE et un critère de l’aide européenne au développement. Cinq principes sont à la base d’une bonne gouvernance et des changements proposés par le Livre blanc de l’Union européenne (2001): ouverture, participation, responsabilité, efficacité et cohérence. Ces principes sont essentiels pour l’instauration d’une gouvernance plus démocratique. Ils sont à la base de la démocratie et de l’Etat de droit dans les Etats-membres. Ils s’appliquent à tous les niveaux de gouvernement : mondial, européen, national, régional ou local. L’application de ces principes renforce les principes de proportionnalité et de subsidiarité afin d’assurer que, de la conception des politiques jusqu’à leur mise en œuvre, le choix du niveau d’intervention et des instruments soit proportionné aux objectifs. Par ailleurs, pour limiter la mauvaise gouvernance, la transparence et la concurrence sont recommandées, ainsi que la discipline budgétaire et financière.

1.3. La bonne gouvernance dans les Etats insulaires ACP

  • 3 Les Etats insulaires qui font partie des pays ACP sont : Cap Vert, Comores, Madagascar, Maurice, Sa (...)

11L’Accord de Cotonou (2000, révisé en 2005) stipule que la bonne gouvernance est à la base du partenariat entre les pays d’Afrique, de la Caraïbe et du Pacifique (ACP) et l’Union Européenne. Il invite les Etats à consulter les organismes de la société civile et le secteur privé et à les impliquer dans la formulation des politiques et des stratégies de développement. Plusieurs Etats insulaires font partie des pays ACP3.

12Dans sa déclaration de 2006 intitulée « Le Consensus européen pour le développement », l’UE fait de la bonne gouvernance l’un des principaux objectifs de sa politique de développement. Tout accord de coopération avec l’UE et toute aide financière de l’UE comportent une référence à la bonne gouvernance, ainsi qu’aux droits de l’homme, à la démocratie et à l’Etat de droit. L’enjeu de la bonne gouvernance est d’accroître la légitimité et l’efficacité de l’UE. Les principes de la bonne gouvernance sont : l’obligation de rendre compte, la transparence, l’efficience et l’efficacité, la réceptivité, la prospective et la primauté du droit (Giuliani, 2006). En 2006, la Commission Européenne met en avant un principe : l’émergence d’une véritable gouvernance légitime dans les pays du Sud ne peut résulter que des débats internes à ces sociétés et non d’un modèle extérieur importé. Il s’agit avant tout pour l’Europe d’accompagner ces processus internes. Dans la communication de la Commission européenne « La gouvernance dans le consensus européen pour le développement. Vers une approche harmonisée au sein de l’UE » (2006), l’expression « gouvernance démocratique » est utilisée et tend à remplacer le terme de « bonne gouvernance ». La gouvernance démocratique est un concept qui s’applique aux sphères économiques, sociales, environnementales et politiques d’un pays. Elle comprend des problématiques diverses : le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, l’accès pour tous à la justice et aux services sociaux de base, la promotion de la croissance économique et de la cohésion sociale dans un climat favorisant l’investissement privé. Elle englobe tout un ensemble de droits des citoyens et de questions géopolitiques (migration, sécurité internationale, gestion des ressources naturelles…).

13Pour promouvoir la bonne gouvernance dans les pays en développement, les programmes d’aide de l’UE sont axés sur le dialogue politique avec et sur le principe d’appropriation par les pays partenaires. Les profils de gouvernance, proposés par la nouvelle stratégie de l’Europe, ont été élaborés par les services de la Commission Européenne au cours des années 2005 et 2006. Ils constituent un outil analytique, une grille de lecture. Ils permettent d’évaluer la situation du pays, d’identifier les difficultés potentielles et de définir les domaines de coopération. La gouvernance y est abordée dans ses dimensions politiques, économiques, institutionnelles, financières, fiscales, judiciaires, environnementales et sociales… Le profil de gouvernance est constitué d’une série de questions réparties en neuf axes : gouvernance politique et démocratique, gouvernance politique et Etat de droit, maîtrise de la corruption, efficacité des pouvoirs publics, gouvernance économique, sécurité intérieure et extérieure, gouvernance sociale, contexte international et régional, qualité du partenariat. Ces questions concernent :

  • les droits de l’homme (si la peine de mort n’a pas été abolie, dans quelles circonstances et pour quels motifs est-elle appliquée ?, le principe de non-discrimination fondée sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou autres et l’origine nationale ou sociale est-il prévu par la loi et effectivement garanti ?),

  • les libertés fondamentales (la liberté d’expression est-elle reconnue et effectivement exercée par les citoyens ?),

  • la corruption (quels sont les secteurs dans lesquels sont rapportés des cas de corruption ?),

  • la gouvernance économique (le climat des affaires est-il de nature à attirer des investissements de nature privée ?),

  • la sécurité civile (existe-t-il des signes de désordre civil ?),

  • la gouvernance sociale (le pays a-t-il mis en place des stratégies et des structures pour répondre aux défis de l’égalité entre les hommes et les femmes, par exemple un plan de stratégie nationale, un comité de coordination ou tout autre moyen ?) (Document de travail des services de la Commission Européenne, 2006).

14La protection de l’environnement, domaine négligé par la Banque mondiale, apparaît dans les profils de gouvernance. Les Etats insulaires ACP sont concernés par ces mesures.

15L’engagement du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) à promouvoir la bonne gouvernance a entraîné l’adoption du MAEP (Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs) en 2002. C’est un mécanisme d’autoévaluation et d’auto-surveillance auquel les Etats africains adhèrent volontairement. Deux Etats insulaires : Maurice et Sao Tomé et Principe en font partie. La bonne gouvernance relance le débat sur le développement économique dans les Etats insulaires.

1.4. Bonne gouvernance et débat sur le développement des économies insulaires

16La gouvernance pourrait être définie comme l’ensemble des institutions publiques ou privées qui proposent et fournissent des « biens publics » (sécurité, éducation, infrastructures, réglementations, monnaie, régulation et ouverture des marchés, etc..) et organisent leur mode de financement. Du côté de l’offre, la « bonne » gouvernance s’apprécie par le faible coût et la qualité des biens publics. Du côté de la demande, elle doit répondre aux besoins collectifs (Siroën, 2003). La gouvernance ne se limite pas à définir le rôle de l’Etat par rapport au marché, mais traite aussi de l’éthique du gouvernement. Pour P. Calame (2003), l’équité est une condition majeure de la gouvernance. Celle-ci se définit comme la possibilité pour les plus faibles de faire entendre leur voix et de faire prévaloir leur point de vue face aux plus puissants.

  • 4 La « capabilité » désigne la liberté de rechercher les éléments constitutifs du bien-être.

17La bonne gouvernance apparaît nécessaire pour assurer le développement durable et pour maintenir la confiance des investisseurs. Elle aborde les questions de gestion, de corruption, de droit et de démocratie. La démocratie implique la pleine participation des citoyens au processus électoral et au choix de ses dirigeants pour la conduite de politiques qui engagent et bénéficient du soutien de la grande majorité. On retrouve les idées de Sen (2000a, 2000b), prix Nobel d’économie en 1998. Pour lui, l’objectif est de faire du renforcement de la démocratie un moyen et une fin du processus de développement. Le développement consiste à surmonter toutes les formes de non-liberté. L’Etat a un rôle à jouer pour développer la « capabilité »4des individus, pour garantir leur liberté et pour lutter contre la pauvreté. Une large participation des citoyens à la vie publique et aux décisions est souhaitable.

18La gouvernance démocratique peut induire un cercle vertueux de développement : la liberté politique donne aux individus les moyens de faire pression pour que soit adoptée une politique à même d’élargir leurs opportunités sociales et économiques. La possibilité de débattre ouvertement aide les communautés à définir leurs priorités (PNUD, 2002). Pour A. Varoudakis (1996), les politiques menées par les régimes bureaucratiques et prédateurs sont sous-optimales du point de vue de la croissance. Le risque politique, entendu comme la probabilité de violence politique, a un effet négatif sur la croissance (Azam et alii, 1996). Selon la théorie de la recherche de rente, les systèmes administratifs de nombreuses PEID se caractérisent par diverses formes de clientélisme, de népotisme et de corruption. On en déduit que la lutte contre la corruption nécessite une transparence des procédures et la mise en place de mécanismes anti-corruption (contrôles, sanctions…). La bonne gouvernance est à la fois un moyen et un but de la stratégie anti-corruption. J.P. Azam (1994, 1995, 2001) développe l’idée de l’existence d’équilibres prédatoires. Les Etats vivent dans un équilibre de prédation où toute tentative de réforme touchant aux rentes dont bénéficient certains groupes provoque une guerre civile. L’auteur souligne l’importance de la capacité d’engagement de l’Etat sur ses dépenses publiques pour déterminer l’équilibre politique et la croissance d’une économie.

19Selon les conclusions du Sommet mondial sur le développement durable à Johannesburg (2002), la gouvernance au service du développement durable nécessite de lutter contre la corruption, les paradis fiscaux et la délinquance écologique. Elle doit permettre d’assurer un meilleur respect de l’environnement et des normes sociales dans les échanges commerciaux, et d’aller vers un meilleur équilibre des relations Nord-Sud.

20La bonne gouvernance souligne la nécessité des réformes économiques, politiques et institutionnelles. Dans le passé, des réformes économiques pour rendre les marchés concurrentiels et sans rente auraient été prioritaires. Il est aujourd’hui avancé que ces politiques ne peuvent être conservées sans qu’il y ait simultanément des réformes politiques et institutionnelles. Les réformes politiques sont comprises comme un mouvement vers la démocratie, la décentralisation et la participation de la société civile. Les réformes institutionnelles incluent des mouvements pour redimensionner l’Etat à la bonne taille (Khan, 2003). Elles permettent de gagner en efficacité en réduisant les coûts de fonctionnement de l’Etat, et de vaincre les résistances aux changements.

21L’hétérogénéité des îles et des variables permettant d’évaluer la gouvernance et le développement économique nous conduit à retenir l’analyse en composantes principales pour notre étude.

2. Gouvernance et niveau de développement économique des Etats insulaires

  • 5 Il s’agit des Etats insulaires pour lesquels les statistiques de la Banque mondiale et de Economic (...)

22L’analyse en composantes principales permet d’extraire l’information contenue dans notre base de données fournie par un ensemble d’îles, composée de 22 Etats insulaires : Australie, Bahamas, Bahreïn, Barbade, République Dominicaine, îles Fidji, Haïti, Indonésie, Irlande, Islande, Jamaïque, Japon, Madagascar, Malte, Maurice, Nouvelle-Zélande, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, Royaume-Uni, Singapour, Sri Lanka et Trinidad et Tobago5.

2.1. Le choix des variables

23Les principaux domaines de la gouvernance du point de vue économique sont : la gestion macroéconomique stable, la gestion microéconomique, l’infrastructure physique, le fonctionnement des services publics, la loi et l’ordre public. Nous retenons 15 variables :

  • être à l’écoute et rendre compte (écpte). Source : Banque mondiale, 2008

  • stabilité politique (stab). Source : Banque mondiale, 2008

  • efficacité des gouvernements (effic). Source : Banque mondiale, 2008

  • qualité du cadre réglementaire (régl). Source : Banque mondiale, 2008

  • état de droit (etdr). Source : Banque mondiale, 2008

  • contrôle de la corruption (contr). Source : Banque mondiale, 2008

  • taille du gouvernement (tailg). Source : Economic Freedom of the World, Annual Report 2008

  • structures judiciaires et sécurité des droits de propriété (struct). Source : Economic Freedom of the World, Annual Report 2008

  • régulation du crédit, du travail et des affaires (rég). Source : Economic Freedom of the World, Annual Report 2008

  • liberté de commercer internationalement (com). Source : Economic Freedom of the World, Annual Report 2008

  • solidité de la monnaie (mon). Source : Economic Freedom of the World, Annual Report 2008

  • indice de Développement Humain 2006 (IDH). Source : Programme des Nations Unies pour le Développement, 2009.

  • produit National Brut par habitant en parité de pouvoir d’achat (PPA) 2006 en milliers de dollars US (PNBh). Source : PNUD. 2008.

  • solde migratoire 2005 (migr). Source : Banque mondiale. World Development Indicators Database. 2009. Cette variable tient compte de la liberté de migrer et du fait que, dans la plupart des PEID, les revenus dus aux fonds de leurs migrants sont importants.

  • source d’eau améliorée en milieu urbain. Pourcentage de la population urbaine y ayant accès (eau). Source : Banque mondiale. 2008.

24Nous constatons une forte corrélation entre les variables régl, effic, etdr et contr (coefficients de corrélation égaux à 0,9). Les variables com et sup sont faiblement corrélées aux autres variables (coefficients de corrélation ≤ 0,5). Il n’existe pas de corrélation entre com et écpte.

2.2. Le classement des pays

25Le tableau 1 présente le PNB par habitant en PPA, le nombre d’habitants, la superficie et le statut politique des Etats insulaires considérés. Le classement des Etats insulaires des plus riches aux plus pauvres donne : Singapour, Irlande, Islande, Australie, Bahreïn, Royaume-Uni, Japon, Nouvelle-Zélande, Malte, Trinidad et Tobago, Bahamas, Barbade, Maurice, Jamaïque, République Dominicaine, Fidji, Sri Lanka, Indonésie, Philippines, Papouasie Nouvelle-Guinée, Haïti, Madagascar. L’Australie est la plus grande île de la planète (7741220 Km2), alors que Malte n’a que 320 Km2. Les Etats insulaires les plus peuplés sont : Indonésie, Japon, Philippines, Royaume-Uni. La population est moins nombreuse pour Barbade, Islande, Bahamas, Bahreïn, Fidji. Les régimes politiques sont très variés dans les Etats insulaires (républiques, monarchies….).

26Au sens la Banque mondiale, la bonne gouvernance est un concept comparatif entre les pays qui correspond à une bonne notation au regard de six composantes de la gouvernance qui en facilitent la mesure et la comparaison : responsabilité des gouvernements, stabilité politique, efficacité du gouvernement, qualité du cadre réglementaire, Etat de droit et contrôle de la corruption. La construction de ces indicateurs utilise des centaines de variables qui mesurent les différents aspects de la gouvernance. Les valeurs des indicateurs varient de -2,5 à +2,5. Les valeurs les plus importantes correspondent à une meilleure gouvernance. Les variables proviennent de plus de trente sources de données distinctes appartenant à différentes institutions dans le monde entier. Elles reflètent les réponses sur la qualité de la gouvernance données par des entreprises, des citoyens, des groupes d’experts des pays, rassemblées par des instituts, des consultants, des « think tanks », des organisations non gouvernementales et des organisations internationales.

  • 6 Le classement est effectué à partir des totaux des six composantes.

27En effectuant le classement de ces îles pour leur performance en matière de gouvernance à partir des statistiques des composantes de la gouvernance en 2008 de la Banque mondiale pour les 22 Etats insulaires de notre échantillon6, nos résultats sont les suivants : Nouvelle-Zélande, Australie, Islande, Irlande, Singapour, Royaume-Uni, Malte, Japon, Barbade, Bahamas, Maurice, Bahreïn, Trinidad et Tobago, Jamaïque, République dominicaine, Madagascar, Philippines, Indonésie, Fidji, Sri Lanka, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Haïti.

Tableau 1. Caractéristiques des Etats insulaires

Tableau 1. Caractéristiques des Etats insulaires

Sources : Banque mondiale, 2008. PNUD, 2008. Organisation des Nations Unies, 2008. Atlaseco 2011.

2.3. Les résultats de l’analyse en composantes principales

28L’analyse en composantes principales permet de distinguer les caractéristiques institutionnelles des pays selon leur niveau de développement. L’axe 1, horizontal, est par construction celui qui capture le plus d’information contenue dans la base de données (72,3% de l’inertie totale). L’axe 2, vertical, est par construction, celui qui vient en second quant à la quantité d’information (12,9% de l’inertie totale). Nous considérons ces deux axes qui expliquent 85,2% du nuage de points. L’analyse en composantes principales offre une représentation des Etats insulaires sur des plans factoriels à deux dimensions. Par cette méthode, nous cherchons à identifier, parmi l’ensemble des variables, celles qui délivrent le plus d’informations dans la base de données.

29La répartition des individus et des variables sur le graphique 1 permet d’interpréter le premier axe comme étant celui du développement économique opposant les îles pauvres à gauche et les îles riches à droite. Le deuxième axe peut être considéré comme celui de la gouvernance et des caractéristiques institutionnelles des îles. Pour les deux axes, les variables les plus significatives sont : stab, effic, régl, etdr, contr, com, struct, IDH, PNBh. Leur qualité de représentation ou cosinus carré (qlt) est supérieure à 0,8. Les variables écpte, mon et migr ont une bonne représentation (0,65 <qlt ≤0,8). La variable rég a une représentation moyenne (0,4 <qlt ≤ 0,65). La représentation des variables sup et tailg est médiocre (qlt< 0,4).

30Sur le graphique 1, nous distinguons trois groupes d’Etats insulaires. Le groupe 1 rassemble six Etats insulaires : Australie, Irlande, Islande, Japon, Nouvelle Zélande et Royaume-Uni. Ce sont des îles riches industrialisées où la gouvernance est la meilleure, où le PNB par tête et l’IDH sont élevés. Leur superficie est grande. Il s’agit de monarchies (Australie, Nouvelle Zélande, Royaume-Uni), de républiques (Irlande, Islande) et d’un empire (Japon) où la population est en majorité protestante (Australie, Islande, Nouvelle Zélande, Royaume uni).

31Le groupe 2 est constitué de sept îles : Bahamas, Bahreïn, Barbade, Malte, Maurice, Singapour et Trinidad et Tobago. Ce sont des Etats insulaires de petite superficie sauf pour Bahamas et Trinidad et Tobago, avec un PNB par tête et un IDH élevés ou relativement élevés. Ils ont une bonne gouvernance. Dans ce groupe, pour Trinidad et Tobago, la variable contrôle de la corruption a une valeur négative (-0,17). Ainsi la corruption et le développement économique peuvent aller de paire.

32Le groupe 3 est celui des Etats insulaires pauvres, de superficie variable, avec une mauvaise gouvernance, un PNB par tête faible, un IDH moyen ou faible : Fidji, Haïti, Indonésie, Jamaïque, Madagascar, Papouasie Nouvelle-Guinée, Philippines, République Dominicaine et Sri Lanka. Haïti apparaît à l’extrême gauche dans le groupe 3 car c’est un des Etats insulaires les plus pauvres et il a la plus mauvaise gouvernance. Tous les Etats du groupe 3 ont des niveaux de corruption élevés.

33Nous constatons que les Etats insulaires les mieux classés en matière de gouvernance à partir des six composantes de bonne gouvernance de la Banque mondiale sont aussi ceux qui sont les plus développés (PNB par habitant et IDH élevés). Ceux qui ont une mauvaise gouvernance ont des performances économiques faibles. La bonne gouvernance apparaît liée au développement économique. Les performances économiques et sociales ne sont pas inférieures dans les petites économies, confirmant en cela l’analyse de Srinivasan (1986) qui montre que la petite taille n’est pas une condition nécessaire et suffisante pour la mauvaise performance.

Graphique 1. Représentation graphique des Etats insulaires sur les axes principaux

Graphique 1. Représentation graphique des Etats insulaires sur les axes principaux

Source : auteur

Conclusion

34La bonne gouvernance est une notion polysémique et floue. Même si on peut observer l’émergence d’un consensus pour la définition de la bonne gouvernance par les bailleurs de fonds, leurs méthodologies et leurs objectifs diffèrent pour son évaluation. Ainsi la Banque mondiale cherche à effectuer un classement de la performance des pays alors que les profils de gouvernance de la Commission européenne n’ont pas vocation à comparer les pays.

35Il n’existe pas de schéma de référence universel de la bonne gouvernance. Dans les Etats insulaires, la réforme de l’Etat, plutôt que son retrait, est au centre de la bonne gouvernance. Le rôle de l’Etat apparaît crucial dans la mise en place de la bonne gouvernance dans les PEID. L’analyse en composantes principales révèle que les Etats insulaires les mieux classés en matière de gouvernance sont aussi ceux qui sont les plus développés. Elle montre que la petite taille et l’insularité ne sont pas forcément des handicaps pour la bonne gouvernance et pour le développement économique. De plus, la corruption ne constitue pas toujours un obstacle au développement économique. Ainsi la bonne gouvernance peut être retenue comme un des facteurs explicatifs des différences de développement économique dans les Etats insulaires. Elle permet d’établir la confiance et la sécurité dans les îles et procure un avantage dans leur capacité de développement économique et social.

Haut de page

Bibliographie

Adrianto, L. and Y. Matsuda (2004). “Study on assessing economic vulnerability of small islands regions”, Environment Development and Sustainability, 6: 317-336.

Azam, J.P. (1994). “Democracy and Development: A Theoretical Framework”, Public Choice, 80(3-4): 293-305.

Azam, J.P. (1995). “How to pay for the peace? A theoretical Framework with References to African Countries”, Public Choice, 83(1-2): 173-184.

Azam, J.P., J.C. Berthelemy et S. Calipel. (1996). « Risque politique et croissance en Afrique », Revue économique, 52(3) : 819-829.

Azam J.P.(2001). «  Capacité d’engagement de l’Etat, redistribution et croissance », Revue économique : 507-516.

Banque mondiale. (1997).  L’Etat dans un monde en mutation. Rapport sur le développement dans le monde, Washington.

Briguglio, L. (1995).“ Small island developing States and their economic vulnerabilities”, World Development, 23(9): 1615-1632.

Calame, P. (2003). « Propositions pour une gouvernance mondiale »,  dans P. Merlant, R. Passet et J. Robins (dir.), Sortir de l’économisme. Une alternative au capitalisme néolibéral, Paris, Les éditions de l’atelier.

Commission des Communautés européennes (2001). Gouvernance européenne. Un livre blanc, Bruxelles, COM(2001) 428 Final 25/7/2001. 

Commission européenne (2006). La gouvernance dans le consensus européen pour le développement. Vers une approche harmonisée au sein de l’UE. Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen et au Comité économique et social européen, Bruxelles, COM (2006) 421 Final 30/8/2006.

Commission européenne (2006). Compendium des stratégies de coopération au développement, Luxembourg, DE 133, octobre.

Commission européenne (2006). La gouvernance dans le consensus européen pour le développement. Vers une approche harmonisée au sein de l’UE, Bruxelles, COM 421 Final. SEC (2006) 1021. SEC (2006) 1022.

Dévoué, E. (2007). «  Nouvelle gouvernance économique et rôle de l’Etat dans les PED ». Colloque international Macroéconomie, microéconomie des économies en développement et économies insulaires : voies nouvelles de recherche, CEDE, CEREGMIA, ERMES, LEAD. UAG, juin 2007.

Giuliani, J. D. (2006).  La bonne gouvernance. Conférence III. 12 juillet, Université d’été pour la démocratie du Conseil de l’Europe.

Hyden, G. (1983). No shortcut to progress. African Development Management in prospective, London, Heineman.

Journal Officiel de l’Union européenne (2006). Le consensus pour le développement, Parlement Européen, Conseil, Commission. 24/2/2006.

Khan, M. H. (2003). «  L’échec de l’Etat dans les pays en développement et les stratégies de réforme institutionnelle », Revue d’Economie du développement, 2-3 : 5-48.

Meisel, N. et J.O. Aoudia (2008). « L’insaisissable relation entre « bonne gouvernance » et développement »,  Revue économique, 6 : 1159-1192.

North, D. C., J.J. Wallis and B. R.Weingast (2007). “A Conceptual Framework for Interpreting Recorded Human History”, NBER Working Paper, 12795.

P.N.U.D. (2001). Rapport mondial sur le développement humain. Paris,La Découverte.

P.N.U.D. (2002). Rapport mondial sur le développement humain.Paris, La Découverte.

P.N.U.D. (2008). Rapport mondial sur le développement humain. Paris, La Découverte.

République française, Ministère de l’Equipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer (2002). De la gouvernance des économies à celle des territoires. Note de synthèse, Paris.

Sanguin, A. L. (2007).  « Périphéricité et ultrapériphéricité insulaires dans l’Union européenne », L’Espace politique, 2 : 2.

Sen, A. (2000a). Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Paris, Editions Odile Jacob.

Sen, A. (2000b). Repenser l’inégalité. Paris, Seuil.

Siroën, J. M. (2003). «  Les principes d’une gouvernance mondiale », Cahiers français, 313 : 83-87.

Srinivasan, T. M. (1986). “The costs and benefits of being a small remote island landlocked or ministate economy”, World Bank Research Observer, 1(2): 197-202.

Streeten, P. (1993). “The special problem of small economies”, World Development, 21(2): 197-202.

United Nations Paper (2006). What is Good Governance ?, ESCAP.

Varoudakis, A. (1996). « Régimes non démocratiques et croissance », Revue économique, 3 : 821-840.

World Bank (1992).Governance and Development, Washington D.C.

World Bank, D. Kaufman and al. (1999). Governance matters, Washington D.C.

World Bank, D. Kaufman and al. (2002).Governance matters, Washington D.C.

Haut de page

Notes

1 République française, Ministère de l’Equipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer « De la gouvernance des économies à celle des territoires », Note de synthèse, 19/06/2002.

2 La société civile représente les organismes non gouvernementaux et communautaires, les organisations de défense des droits de l’homme, les associations, les mouvements environnementaux, les groupes religieux, les instituts de recherche, les médias, les entreprises, les syndicats et les citoyens. Elle désigne la sphère des intérêts particuliers ou les acteurs non lucratifs. L’Organisation mondiale du Commerce fait la différence entre la société civile et le secteur privé.

3 Les Etats insulaires qui font partie des pays ACP sont : Cap Vert, Comores, Madagascar, Maurice, Sao Tomé et Principe, Seychelles, Bahamas, Barbade, Dominique, Grenade, Haïti, Jamaïque, République Dominicaine, Saint Christophe et Niévès, Sainte Lucie, Saint Vincent et Grenadines, Trinidad et Tobago, Fidji, Kiribati, îles Marshall, Micronésie, Nauru, Palau, Papouasie Nouvelle Guinée, Salomon, Samoa occidentale, Timor Leste, Tonga, Tuvalu, Vanuatu.

4 La « capabilité » désigne la liberté de rechercher les éléments constitutifs du bien-être.

5 Il s’agit des Etats insulaires pour lesquels les statistiques de la Banque mondiale et de Economic Freedom of the World sont disponibles.

6 Le classement est effectué à partir des totaux des six composantes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractéristiques des Etats insulaires
Crédits Sources : Banque mondiale, 2008. PNUD, 2008. Organisation des Nations Unies, 2008. Atlaseco 2011.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Graphique 1. Représentation graphique des Etats insulaires sur les axes principaux
Crédits Source : auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elina Devoue, « Bonne gouvernance et insularité », Études caribéennes [En ligne], 27-28 | Avril-Août 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6784 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6784

Haut de page

Auteur

Elina Devoue

Maître de conférences de Sciences économiques, Université des Antilles et de la Guyane, CEREGMIA, elina.devoue@martinique.univ-ag.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org