Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

…A la quête de soi

Jean-Marie Furt
Référence(s) :

Tesson, S., Dans les forets de Siberie, Folio Gallimard 2011.

Rufin, J-C., Immortelle randonnée Compostelle malgré moi, Guérin, 2011.

Texte intégral

1Sylvain Tesson a abandonné chevaux et marche à pied, renoncé à la vitesse et aux frissons du voyage pour s’enfermer pendant six mois dans une cabane du lac Baïkal. Il nous offre dans ce volume de près de 300 pages le fruit de ses réflexions. Son livre débute comme le manuel des castors juniors par la longue liste du nécessaire de survie qu’accompagne malgré tout ouvrage, force cigare et vodka qui constitueront le nécessaire viatique pour ces six mois d’hiver. Plus qu’un récit journalistique, ce temps de pause dans une vie trépidante est l’occasion d’un retour sur soi. L’immobilité de l’ermitage doit favoriser la recherche de paix et de sérénité.

2Mais l’auteur profite aussi de notre contemplation de la nature et des paysages pour nous assener au travers de citations de Bruce Chatwin ou d’Elisée Reclus quelques allusions fortes à la décroissance : ne pas trop peser à la surface du globe… la cabane royaume de la simplification… On pourrait lui rétorquer que cette décroissance, momentanée et relativement confortable, ressemble fort à une enquête sociologique dont on ressortira enrichi. On peut encore y voir certaines formes de tourisme plus extrême, le jeu solitaire des hordes en Quechua et North Face que l’on peut croiser ici ou là. Mais l’engagement semble relativement léger puisque le prosélytisme s’arrête rapidement par l’aveu des limites d’une telle doctrine, une utopie dûment constatée par la difficulté à convaincre des milliards de personnes qu’il vaut mieux lire Sénèque que manger des cheeseburgers. On est effectivement loin de la majesté du lac Baïkal.

3On a aimé la lecture d’une expérience intérieure émaillée de quelques visites à ses voisins et de soirées forcement alcoolisées. On apprécie la description des parties de pêche et des promenades dans les bois à l’entour et l’autodérision qui les accompagne parfois. On adhère beaucoup moins au prosélytisme sur le temps qui passe et le changement sociétal assené sous forme d’aphorismes un rien lassant ; pour tout dire, préférant les originaux à ces pages qui ne sont pas toujours à la hauteur de leur environnement.

4C’est sur un cheminement plus modeste, mais bien plus intéressant sur le plan humain et littéraire que nous conduit Jean Christophe Rufin. Au départ la démarche est la même, la fuite vers un ailleurs pour se connaitre et se retrouver. Mais l’ancien « french docteur-ambassadeur », aujourd’hui écrivain qui ne semble pas se prendre pour un académicien, a choisi d’arpenter sur plus de huit cents kilomètres et pendant près d’un mois, le Camino del Norte pour rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle.

5Pourquoi cet itinéraire ? D’abord pour la beauté sauvage des côtes basque, de Galice et des Asturies. Mais aussi certainement parce qu’on a moins de chance d’y rencontrer des touristes égarés ou des forcenés de l’asphalte.

6L’explication est moins simple lorsqu’on l’interroge sur la motivation de cette aventure ? Au départ, on invoque un défi sportif, pour ensuite s’attarder sur l’attraction mystérieuse que représente le chemin de Saint-Jacques. Mais, quelle que soit la raison, cette coupure dans une vie loin des ors de la république ou de la coupole, nous rappellera à des réflexes basiques : dormir, manger se laver, ne pas se blesser.

7L’auteur croisera des marcheurs aux motivations diverses. Quelques assoiffés de sexe et de plaisirs croisent en effet drogués du chemin, touristes grégaires. Il se mélange peu, malgré quelques belles rencontres qui illuminent sa route. Sa quête reste personnelle, solitaire. Mais loin de tout regard détaché et hautain, l’auteur transpire, souffre, sourit parfois et profite quand il le peut d’un bon repas ou d’une véritable nuit de sommeil loin du froid, de la pluie ou du bruit des autres. Le chemin le ramène à l’essentiel tout comme le poids du sac lui rappelle rapidement de se défaire de l’inutile.

8Au fil de la route, le chemin finit par l’habiter. Si dur au début, testant sa résistance, il deviendra bientôt un véritable compagnon de voyage. Il le quittera pourtant au bout d’un mois après avoir accompli les derniers kilomètres avec sa femme. Avec cet ouvrage généreux, alternant humour et dérision, écrit dans un style simple et beau, fait de phrases courtes qui nous touchent et nous interpellent, Jean-Christophe Rufin donne envie de partir, confirmant une nouvelle fois la mystérieuse force d’attraction du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Furt, « …A la quête de soi », Études caribéennes [En ligne], 27-28 | Avril-Août 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6813

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org