Navigation – Plan du site
Mondes insulaires : espaces, temporalités, ressources

L’application de l’accord de partenariat économique Cariforum-UE et ses implications potentielles sur les économies des états de la Caraïbe et des départements français d’Amérique : approche en équilibre général calculable et par un modèle de gravité

The Cariforum-EU Economic Partnership Agreement and its Potential Implications on Economy of Caribbean States and French Caribbean Outermost Regions: Approaches by a Computable General Equilibrium Model and a Gravity Model Framework
Louis Dupont

Résumés

Le présent document a pour objet d’évaluer les implications potentielles sur les économies des états de la Caraïbe et de celles des DFA (Guadeloupe, Martinique, Guyane) du volet commercial de l’accord de partenariat économique (APE) signé en octobre 2008 entre les pays du CARIFORUM et l’Union européenne. Deux modèles ont été utilisés à cet effet : un modèle d’équilibre général calculable (le modèle GTAP), appliqué aux économies du CARIFORUM, et un modèle de gravité appliqué à celles des DFA. Les simulations issues du modèle d’équilibre général calculable montrent que dans l’hypothèse d’une pleine réciprocité (sans droits ou quotas entre les deux partenaires), les résultats dans le cas des pays du CARIFORUM seraient contrastés. Ils seraient positifs pour certains pays et secteurs de production, et modestes pour d’autres. Ils se traduiraient par une baisse sensible des recettes douanières pour la plupart des pays et par une dégradation de la balance commerciale pour les plus vulnérables. Enfin, la croissance et le bien-être des habitants de cette zone subiraient une très légère augmentation (0,04%). Concernant les DFA, les résultats issus de l’application du modèle de gravité révèlent que ces régions ultrapériphériques de l’Europe combinent, en raison de la structure de leur économie, de celle de leurs coûts de production et surtout à cause des liens institutionnels et économiques très étroits qu’elles entretiennent avec la France et donc avec l’Europe un certain nombre de facteurs pénalisants, susceptibles d’entraver le potentiel de commerce qu’elles pourraient développer avec les pays ACP voisins dans le cadre de cet APE.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cinq ans se sont écoulés depuis la signature officielle, le 15 octobre 2008, à la Barbade, de l’accord de partenariat économique entre les pays du CARIFORUM et l’Union européenne. Cet accord qui remplace la précédente convention de Lomé, qui n’a pas été considérée comme efficace, vise à promouvoir la croissance et le développement dans la Caraïbe. Est-il en passe d’atteindre cet objectif ? Est-il susceptible de développer l’investissement et l’emploi, d’améliorer la capacité du secteur privé et la compétitivité des entreprises, de réduire ou d’éradiquer la pauvreté dans cette région et d’accroître l’intégration régionale ? Il est encore trop tôt pour dresser un premier bilan détaillé de l’application de cet accord, faute de recul suffisant et de données économiques et commerciales disponibles et fiables. Cependant, il est nécessaire de se faire déjà une idée des implications potentielles de l’application de l’accord de partenariat économique (APE) sur les économies de la Caraïbe.

2Pour ce faire, un exercice d’évaluation d’impact s’impose afin de quantifier les retombées de cet accord qui présente des enjeux et défis majeurs pour les pays de la Caraïbe. Le principal enjeu qui découle de la création de cette zone de libre-échange (ZLE) est la capacité des économies à tirer profit des avantages et opportunités offerts par l’APE. Certains analystes se sont inquiétés des conséquences que pourrait engendrer l’APE au plan économique, social et régional, en particulier dans des pays comme la Barbade où cet accord est perçu par beaucoup comme une menace pour l’économie locale, en raison des disparités profondes qui existent entre ce pays et les économies développées de l’UE, mais aussi à cause des effets pervers qui découleraient de la réciprocité totale qu’il implique et de l’érosion des préférences commerciales qui en découlent. Le président de Guyana notamment a exprimé ses réserves à l’égard de l’APE, soulignant qu'il devait être réexaminé car en l'état, il était inapproprié pour les pays les plus vulnérables du CARIFORUM. Des universitaires influents de l’université des West Indies tels Norman Girvan, Brewster Havelock et Vaughan Lewis (2008) vont jusqu’à recommander une renégociation de cet accord. Ces inquiétudes contribuent à renforcer le pessimisme déjà observé ici ou là à l’égard des APE. Aussi, la présente étude se veut un moyen de contribuer à l’information des différentes autorités sur les opportunités et menaces de la mise en place de l’APE sur la croissance et le développement des régions en question. Par conséquent, par cette contribution, on tentera de répondre aux cinq questions suivantes : (1) les pays de la Caraïbe gagneront-ils ou perdront-ils de la libéralisation commerciale bilatérale entre eux et l’Union européenne ? (2) Quels sont les secteurs de production dans la Caraïbe qui seraient les plus perdants et ceux les plus gagnants de l’APE ? (3) Quelles sont les implications en matière de croissance et de bien-être pour les pays de la Caraïbe ? (4) Comment la création de l’APE affectera l’expansion commerciale ? (5) Quelles sont les incidences fiscales potentielles ?

3Afin de nous aider à fournir une réponse à chacune de ces interrogations majeures, deux outils d’analyse seront nécessaires pour traiter de la problématique des impacts économiques et commerciaux des APE : en premier lieu, un modèle d’équilibre général calculable appliqué aux pays du CARIFORUM sera utilisé le Modèle d’équilibre général calculable (MEGC) pour identifier et analyser les canaux de transmission à travers lesquels cet APE aura des implications économiques et sociales possibles pour ces pays. En deuxième lieu, dans le cas des DFA, un modèle de gravité sera employé pour évaluer le potentiel de commerce entre départements français des Amériques (DFA) et ses voisins. Ce faisant, ce modèle vise à quantifier l’incidence des principales variables pouvant avoir une influence sur l’évolution des échanges commerciaux entre économies hétérogènes de la région et donc entre DFA et les pays ACP voisins. Pour ce qui est de la première approche, il convient de souligner que la plupart des MEGC employés jusqu’ici pour évaluer les impacts des politiques de libéralisation commerciale dans les pays ACP se sont inspirés d’une modélisation classique comme celle du modèle de l’IFPRI (International Food Policy Research), de celle de Dervis et al. (1982) ou du modèle de Decaluwe (2001). En s’inspirant de cette approche, la CEPALC (2005) a utilisé un modèle d’équilibre partiel, intitulé SMART pour simuler et évaluer la création et le détournement des courants d’échanges dans la Caraïbe, en rapport aux accords de Cotonou (2000). En revanche, le modèle GTAP a été peu utilisé dans la Caraïbe, à l’exception toutefois du modèle GLOBE, variante de GTAP, développé par Scott Mc Donald, Sherman Robinson et Karen Thierfelder (2007) et appliqué par la Banque mondiale et l’OEA (2009) dans une étude d’impact sur la libéralisation commerciale dans la Caraïbe. Par ailleurs, des auteurs tels Adjovi et al. (2006) ont utilisé un MEGC dynamique du type EXTER de Decaluwe pour analyser l’impact de l’APE sur l’économie du Bénin, tandis que Karingi et al. (2005) ont eu recours au modèle GTAP pour analyser l’impact des APE sur le bien-être des pays de l’Afrique sub-saharienne, de même que Perez (2006) pour étudier les effets économiques des APE sur les pays ACP. Keck et Piermartine (2005) ont pour leur part, utiliser le modèle GTAP pour analyser l’impact d’un APE potentiel entre l’UE et les pays de la SADC, tandis que Nouve et al. (2008) ont analysé à l’aide d’un MEGC dynamique, l’impact de l’APE sur la réduction de la pauvreté et la croissance économique au Mali. Dans le même temps, Jansen et al. (2008) ont utilisé un MEGC statique pour étudier l’impact de la libéralisation des services en Tanzanie. D’autres auteurs tels que Kone et al. (2008) ont employé un MEGC en dynamique récursive pour évaluer l’impact potentiel d’un APE sur les perspectives de croissance économique et de réduction de la pauvreté en Côte d’Ivoire. Enfin, pour la deuxième approche, soulignons que les modèles de gravité dans l’analyse empirique du commerce international sont nombreux et le calcul des potentiels de commerce en est l’application la plus répandue.

4Le modèle de gravité est devenu l’un des instruments les plus populaires d’analyse du commerce international. La multiplicité des applications de ce modèle a favorisé sa très large diffusion. Par conséquent, une revue détaillée de ces applications n’apparaît pas ici utile. Cependant, rappelons que l’idée de s’appuyer sur les principes de la gravité en économie semble avoir été introduite par les spécialistes d’économie spatiale. Reilly W.J. (1929) l’a appliqué pour étudier les aires d’influence des zones urbaines, mais c’est Jan Tinbergen (1962) qui a introduit le modèle de gravité dans l’analyse économétrique du commerce international. Rappelons que les seules applications de ce modèle dans la Caraïbe sont à notre connaissance celle du FMI (2002) qui, dans un document de travail l’a utilisé pour analyser les dynamiques de commerce entre les pays membres du CARICOM, celle de M. Gasiorek et G. Varela (2006) qui ont employé un modèle de gravité pour analyser le processus d’intégration dans la Caraïbe, celle aussi de D. R. Elliot (2007) dans l’analyse du commerce intra-régional dans la Caraïbe. Plus récemment (2011), Reshma Mahabir de la banque centrale de Trinidad et Tobago a employé un modèle de gravité pour évaluer entre 2008 et 2010, l’impact de l’APE sur les exportations du CARICOM à destination de l’Union européenne. Dans le cas des DFA, l’IEDOM (2011) a utilisé un modèle de gravité, qui s’apparente à celui de la banque centrale de Trinidad et Tobago pour identifier et quantifier les principaux facteurs structurels influençant les échanges commerciaux des DFA avec leur région. Enfin, Lacorbiniere, Jason et al. (2008) ont appliqué un modèle de gravité à l’analyse de la compétitivité touristique dans la Caraïbe.

5La suite du papier est organisée comme suit : la section 1 est consacrée à l’analyse des principales caractéristiques économiques de la Caraïbe ; la seconde aborde le cadre analytique du modèle GTAP, modèle utilisé pour évaluer l’impact économique potentiel de l’application de l’accord de partenariat économique sur les pays membres du CARIFORUM. La section 3 présente dans le cas du CARIFORUM, les résultats de l’application du modèle GTAP. La section 4 porte sur l’analyse empirique des résultats du modèle de gravité appliqué au cas des DFA. Enfin, la dernière section présente la conclusion générale de l’étude.

1. Caractéristiques des économies de la Caraïbe : faits stylisés

6Les pays de la Caraïbe se caractérisent au plan économique par leur grande diversité. Il s’agit d’une  région où la pauvreté et la richesse se conjuguent ; de même que les grands espaces et des micro-états ; les territoires non indépendants et des pays souverains. Les pays de cette zone se répartissent en trois groupes : pays exportateurs de biens, pays dont les économies reposent sur les services, principalement sur le tourisme et les services financiers, et les micro-états de l’organisation des états de la Caraïbe orientale (l’OECO). Aussi, de grandes disparités existent en matière de développement entre les pays de la région. Certains ont atteint selon le classement de la Banque mondiale un statut à revenu intermédiaire, et d’autres ont accédé au rang de pays à revenu intermédiaire supérieur (plus de 3 946 dollars américains de PIB par an et par habitant). Ce classement s’explique pour l’essentiel par l’application dans cette région de modèles différenciés de développement, allant de l’industrialisation, s’appuyant sur des inputs technologiques importés, à des modèles privilégiant le tourisme et les services financiers offshores, pour aboutir aujourd’hui à un régionalisme alliant intégration régionale et compétitivité des exportations de biens et services. L’économie de la Caraïbe est le reflet de cette hétérogénéité, si bien que cette région du monde peut être classée également au plan économique et démographique en trois groupes distincts : en premier lieu, les pays les plus vastes et les plus peuplés que sont Cuba, Haïti et la République dominicaine qui représentent 83% de la population des Caraïbes et les deux tiers de son PIB, en second lieu, ceux de Guyana, Suriname, et de Trinidad-et-Tobago qui représentent 7% de la population et 14% du PIB régional ; enfin les petites économies insulaires qui représentent 10% de la population et 17% du PIB régional. Ces îles se caractérisent également par leur grande vulnérabilité au plan : (i) géo-environnemental (forte exposition aux risques naturels, éloignement et isolement, fragilité des écosystèmes), (ii) économique (étroitesse des marchés locaux, faible diversification des activités et forte concentration des exportations, déséconomies d’échelle, coût d’accès élevé aux marchés extérieurs), (iii) social (faiblesse et volatilité du capital humain, insécurité). La concentration élevée du marché et des produits d’exportation engendre une volatilité élevée du revenu ainsi qu’une vulnérabilité aux chocs désagréables. La part des 20 produits les plus importants dans les exportations totales de cette région est passée de 51 à 71% durant la période 1997-2006. Parmi ces produits se trouvent 4 produits manufacturés, 4 produits alimentaires, 6 minéraux et minerais et 6 produits énergétiques.

7Concernant la structure des échanges, il est important de noter que l’Amérique du Nord, et plus particulièrement les Etats-Unis, constitue le premier partenaire commercial des pays et territoires de la Caraïbe. L’Amérique du Nord représente en moyenne un tiers des approvisionnements de ces pays et plus de 40% de leurs exportations de biens. En revanche, les échanges du CARIFORUM avec l’Union européenne sont beaucoup plus limités (15%), y compris pour les pays institutionnellement liés à une métropole comme Montserrat (Grande-Bretagne) et Aruba (Pays-Bas). A l’opposé, ces résultats contrastent beaucoup avec le poids commercial de la France dans les échanges des DFA qui atteint plus de 50%. Quant aux courants d’échanges intra-CARIFORUM, ils sont relativement réduits (11.5% en moyenne) pour provoquer une dynamique d’intégration plus poussée entre les états de cette zone. Les exportations intrarégionales sont dominées par Trinidad et Tobago qui représentaient en 2008, 80% des exportations intra-CARICOM. Ce pays exporte principalement dans cette zone du gaz naturel et du pétrole, en particulier à la Jamaïque, à la Barbade, au Guyana, et de faibles quantités dans les autres pays de la région. Les produits énergétiques de Trinidad-et-Tobago représentaient en 2008, 65% des exportations intrarégionales du CARICOM. En bref, contrairement aux pays de l’Asie orientale, le commerce international n’a pas été jusqu’ici un vrai moteur de croissance et de transformation structurelle pour les pays de la Caraïbe.

8Face à la crise financière et économique actuelle, les pays de la Caraïbe dans leur ensemble sont confrontés de nos jours à d’importants problèmes de développement tels que : bas de niveaux de productivité et de croissance économique ; effets du poids de la dette publique sur la croissance économique ; viabilité budgétaire ; rôle du tourisme et des centres financiers offshores ; protection des dépenses sociales en périodes difficiles comme aujourd’hui. Les principaux canaux de transmission de cette crise sont, dans la Caraïbe : (i) le tourisme, (ii) les transferts de fonds de la diaspora, (iii) les exportations, (iv) capacité réduite des gouvernements fortement endettés à accéder aux marchés financiers, (v) coût élevé du financement pour le secteur privé, et (vi) diminution des investissements directs étrangers. Le tableau ci-dessous illustre sur les cinq dernières années, les difficultés économiques qui affectent ces pays. Il en ressort que depuis la crise économique de 2008, la croissance économique de la plupart des pays de la région est inférieure à 2% (à l’exception en 2012 d’Antigua-et-Barbuda, le Guyana, Suriname et la République dominicaine). Par conséquent, il existe dans cette région, des pays qui face à cette crise s’en sortent mieux que d’autres. Par exemple, avec un revenu par habitant de 14917dollars américains en 2012, un Barbadien apparaît 2,3 fois plus riche qu’un habitant de Saint-Vincent-et-les-Grenadines (6515 US$) et dix-neuf fois plus riches qu’un Haïtien (771 US$). En analysant et en comparant le niveau de prospérité des pays de la Caraïbe et de l’Amérique latine, Michael Porter (2011) aboutit aux mêmes résultats. Il a établi à partir d’une carte perceptuelle, illustrée dans la figure ci-dessous un classement de ces pays en fonction de la croissance de leur PIB réel, exprimé en parité de pouvoir d’achat sur la période 2000-2010. On constate qu’Aruba et la Barbade figurent parmi les pays économiquement les plus prospères, tandis que Haïti, le Nicaragua, le Honduras et la Bolivie comme les pays les moins performants.

Figure 1. Évolution du niveau de prospérité des pays de la Caraïbe, exprimé en parité de pouvoir d’achat.

Figure 1. Évolution du niveau de prospérité des pays de la Caraïbe, exprimé en parité de pouvoir d’achat.

9Il en ressort que les progrès réalisés pour réduire de moitié, d’ici 2015 l’extrême pauvreté dans la région Caraïbe, conformément aux objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont été relativement lents et inégaux dans cette zone. Haïti et le Suriname sont au sommet du spectre de la pauvreté avec des taux de pauvreté qui représentent respectivement 65% et 63% de leur population, ce qui les place en dessous du seuil international de pauvreté (1US$ par habitant et par jour). Dans les pays de l’OECO, les taux de pauvreté vont, selon la Banque mondiale de 16% à Saint-Kitts-et-Nevis et Saint-Vincent-et-les-Grenadines à près de 40% à la Dominique, tandis qu’à Anguilla, dans les Îles Vierges britanniques et à Sainte-Lucie, ce taux s’échelonne entre 20% et 30%. Enfin, il est de 14% à la Barbade et 21% à Trinidad-et-Tobago.

10Par ailleurs, le tableau 1 ci-dessous montre que les pays de la région ont, en raison de l’étroitesse de leur marché intérieur, des taux d’ouverture (exportations + importations /PIB) parmi les plus élevés au monde (supérieur à 70% du PIB), ils accusent en même temps des déficits importants de la balance de leurs transactions courantes qui, représentaient par exemple en 2012, 29% du PIB de Sainte-Lucie, 26,6% de celui de la Grenade, et 25,3% de celui de Trinidad et Tobago. Cette situation de dépendance à l’égard du commerce extérieur s’observe aussi vis-à-vis des flux financiers internationaux notamment des investissements directs étrangers (IDE) qui représentaient par exemple en 2010, 25,4% du PIB d’Antigua-et-Barbuda, 16,6% de celui de la Grenade, et 15,6% de celui de Saint-Vincent-et-les-Grenadines. La dépendance de quelques pays de la région est également forte vis-à-vis des transferts de fonds des migrants qui représentaient en 2012 jusqu'à 23,3% du PIB de Guyana, 21,2% de celui d’Haïti, et 15,6% de celui de la Jamaïque. De même, les niveaux d’endettement public élevés (plus de 100% du PIB pour certains états) traduisent pour des pays comme la Jamaïque ou la Grenade, un niveau de dépendance élevé aux marchés financiers. Le secteur financier de la Caraïbe est également jugé important par rapport au niveau économique de cette région, secteur financier dominé par les banques dont les avoirs représentent selon le FMI (2013), 149% du PIB de la zone. Cependant, on observe un accès limité au crédit pour ces états de même que des taux d’intérêt élevés qui ont pour conséquence d’asphyxier le secteur privé de ces pays. Enfin, à cause de leur insularité et de leur isolement géographique, les pays de la Caraïbe sont confrontés de nos jours à des coûts fixes parmi les plus élevés au monde, notamment les coûts de stockage et de transport qui représentent selon la CEPALC (Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, décembre 2012) 30% des recettes d’exportation pour des pays comme Antigua-et-Barbuda, les Bahamas ou Saint-Kitts-et-Nevis contre 4,5% à l’échelle mondiale. Il en résulte un faible indice de compétitivité à l’exportation pour les pays de la Caraïbe. Cet indice s’exprime comme suit :

11Ainsi exprimé, cet indicateur s’échelonne entre -1 et +1. Autrement dit, les secteurs et industries qui sont hautement compétitifs ont tendance à avoir une valeur proche de +1.

12La CEPALC (2007) en évaluant cet indice pour les pays du CARICOM, montre qu’entre 1999 et 2006, ces pays ont enregistré une perte de compétitivité et de parts de marché, puisque l’indicateur de compétitivité pour le commerce de biens du CARICOM est passé durant cette période de -0,23 à -0,25. En revanche, au niveau national, des pays comme Antigua-et-Barbuda, de même que la Barbade, ont enregistré durant la même période un indicateur de compétitivité des services les plus élevés de la région, s’élevant respectivement à +0,43 et +0,4.

13Ces faibles indices de compétitivité à l’exportation de la plupart des pays de la Caraïbe s’expliquent pour beaucoup par la capacité ou non de ces pays à faire des affaires. A cet égard, la Banque mondiale (2014) dans un rapport intitulé « Doing business » établit un classement des pays qui offrent les meilleurs environnements d’affaires pour d’éventuels investissements. Ce classement est basé sur des indicateurs tels que : la création d’entreprises, l’obtention des permis de construire, le raccordement à l’électricité, transfert de propriété, obtention de prêts, protection des investissements, paiement des taxes et impôts, commerce transfrontalier, exécution des contrats et règlement de l’insolvabilité. Sur la base de ces indicateurs, Michel Porter (2011) a établi un classement des pays de la Caraïbe qui offrent les meilleures conditions d’établissement pour les entreprises, classement présenté dans la figure suivante.

Figure 2. Classement des pays de la Caraïbe sur la facilité de faire des affaires : Compétitivité microéconomique.

Figure 2. Classement des pays de la Caraïbe sur la facilité de faire des affaires : Compétitivité microéconomique.

14On constate que dans la Caraïbe, les économies qui apparaissent les mieux classées sur la facilité de faire des affaires sont Puerto Rico, Sainte-Lucie, Antigua-et-Barbuda, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, les Bahamas, la Jamaïque. Les moins bien classées sont Haïti, le Suriname, le Guyana, et Belize.

15En bref, le tableau ci-dessous présente une synthèse des principaux indicateurs économiques des pays de la Caraïbe. Il est le reflet ou le miroir grossissant de la performance économique de ces pays.

Tableau 1. Pays des Caraïbes : indicateurs économiques sommaires (moyenne pour 2007-2012)

Tableau 1. Pays des Caraïbes : indicateurs économiques sommaires (moyenne pour 2007-2012)

Source : Indicateurs de développement 2013 de la Banque mondiale (WDI)

16En complément de ce tableau, la figure suivante, extraite d’un rapport 2013 du FMI présente l’évolution entre 1980 et 2012 des principaux aspects du développement dans la Caraïbe. Les principales lignes de force exposées sont : l’évolution du niveau de pauvreté, de la croissance économique, de celle de l’activité touristique, des transferts des travailleurs immigrés, de la performance compétitive des différents pays, et de la situation des comptes extérieurs.

Figure 3. Évolution des principaux aspects du développement dans la Caraïbe

Figure 3. Évolution des principaux aspects du développement dans la Caraïbe

17D’autres indicateurs de développement ont été utilisés par le passé pour analyser les écarts de développement entre les pays de la Caraïbe (Dupont, 2012), en particulier, les paramètres du carré magique de Nicolas Kaldor qui résument la situation conjoncturelle d’un pays à partir : du taux de croissance du PIB, du taux de chômage, du taux d’inflation, et du solde de la balance des transactions courantes (en % du PIB), indicateurs que l’on fait figurer sur un graphique reliant ces quatre paramètres, et qui permet d’évaluer la situation économique idéale du pays en question. Des indicateurs plus synthétiques ont également été analysés tels que : l’indice de Okun, qui est un indice composite de ‘misère’, obtenu en additionnant la hausse du taux de chômage et celle du taux d’inflation. Plus cet indice est faible, meilleure est la performance économique du pays en question et vice-versa. L’indice de Calmfors-Driffill (1988) figure aussi parmi ces indicateurs, il ajoute au taux de chômage, le déficit des comptes courants. Une faible valeur de cet indice est équivalente à une bonne performance économique. Enfin, l’indicateur le plus couramment utilisé est l’indice du développement humain (IDH), il s’agit d’un indicateur qui intègre, outre le PIB par habitant, des éléments qualitatifs qui contribuent pour beaucoup à la qualité de vie des habitants telles que la santé (appréhendée par l’espérance de vie à la naissance) et l’éducation (taux d’alphabétisation et taux brut de scolarisation). En combinant ces différentes données, le tableau 2 montre que les IDH les plus élevés dans la Caraïbe sont ceux des DFA, de la Barbade, des Bahamas, de Cuba et vraisemblablement ceux des autres territoires non indépendants de la région qui ne figurent pas dans ce classement, mais qui, compte tenu de la qualité de leurs services de santé et d’éducation, mais aussi de l’ accès privilégié qu’ils ont aux marches et transferts de leurs « métropoles » respectives ont des IDH aussi élevés que ceux des DFA. Ces territoires sont : Puerto Rico et les Îles Vierges américaines, les Îles vierges Britanniques, Aruba et les PTOM Néerlandais (Curaçao, Bonaire, St Eustache, Saba, St-Marteen), les Îles Caïman, les Bermudes, et Turks-et-Caïcos. Cependant, selon Victor Bulmer-Thomas (2012), un classement en termes de PIB par tête, exprimé en parité de pouvoir d’achat serait plus pertinent et de ce fait, placerait les territoires suivants devant les DFA : les Îles Caïman, les Îles vierges Britanniques, les Îles Vierges américaines, Aruba, Turks-et-Caïcos, les Bahamas, Puerto Rico, et les Antilles néerlandaises. Autrement dit, en se basant sur cet indicateur, ces territoires afficheraient selon cet auteur, de meilleures performances économiques et de meilleurs IDH que les DFA et ce, en raison de trois paramètres qui les différencient : (a) le degré de dépendance à l’exportation, (b) les types d’exportations dans lesquels les pays en question sont spécialisés, et (c) des variables telles que : le rôle de l’éducation, la réglementation en vigueur, et la qualité des institutions.

Tableau 2. Les indices de développement humain (IDH) dans la région Caraïbe en 2012

Tableau 2. Les indices de développement humain (IDH) dans la région Caraïbe en 2012

Sources : PNUD et IEDOM

18Enfin, comme indiqué précédemment, un autre défi important auquel les pays de la Caraïbe ont à faire face est celui de leur vulnérabilité aux chocs extérieurs et aux catastrophes naturelles. Rappelons que la vulnérabilité est définie comme le risque que rencontre un pays de voir son développement entravé par des chocs externes et naturels imprévus (Guillaumont, 2009). Pour évaluer ce risque, un indicateur de vulnérabilité économique (IVE) structurelle des principaux pays de la Caraïbe est calculé et proposé dans le tableau suivant par le comité des politiques de développement (CDP) des Nations unies, il fait dépendre cet indicateur de plusieurs variables, réparties en deux blocs : le premier bloc, met l’accent sur l’instabilité de la croissance, due aux chocs exogènes. Il regroupe trois sous-indices : (i) un indice, intitulé « sans abris », exprimant le pourcentage de population déplacé en raison de catastrophes naturelles, (ii) l’instabilité de la production agricole, mesurée par rapport à sa tendance, et (iii) l’instabilité des exportations de biens et services par rapport également à leur tendance. Le second bloc, souligne et mesure l’importance de l’exportation structurelle d’un pays aux chocs exogènes, il est constitué de quatre éléments : (i) la dimension de la population, (ii) le coefficient de concentration des exportations de marchandises, (iii) l’éloignement par rapport aux principaux marchés mondiaux, et (iv) la part de l’agriculture, pêche et forêt dans le PIB. Cet indicateur synthétique s’obtient par une simple moyenne arithmétique pondérée de ces différentes variables. L’indice varie entre 0 et 1, les valeurs les plus fortes correspondent à une vulnérabilité plus élevée.

19En appliquant la même méthodologie, nous avons évalué les indices de vulnérabilité économique des DFA de Guadeloupe, Martinique et Guyane introduits dans le tableau 3.

Tableau 3. Indicateur de vulnérabilité économique (IVE) des principaux pays de la Caraïbe (2008)

Tableau 3. Indicateur de vulnérabilité économique (IVE) des principaux pays de la Caraïbe (2008)

Sources : Comité des politiques de développement (CDP) des Nations unies et calculs de l’auteur

20Il ressort de ce tableau que sur une échelle allant de 0 à 1, les pays de la Caraïbe affichent en moyenne, un IVE de 0,4645. Les pays de la région les plus vulnérables seraient le Suriname, Saint-Kitts-et-Nevis, les Bahamas, et Haïti. Les résultats montrent également que les composantes de l’IVE pénalisent les DFA de Guadeloupe et Martinique par rapport à des pays comme Trinidad et Tobago, la Jamaïque, la République dominicaine, mais aussi par rapport à la Guyane qui bénéficie d’une dynamique de population positive.

21En résumé, les faits démontrent que si les pays de la région ont à faire face aux mêmes défis, s’ils partagent quelques caractéristiques et handicaps communs, il n’en demeure pas moins que ces handicaps ne les affectent pas tous avec la même intensité, et de ce fait ont des conséquences différentes sur leur performance économique. Aussi, ces pays se distinguent par de grandes disparités en termes de croissance et de développement. Malgré les profondes mutations réalisées par les économies Caribéennes, les pays de la région sont affectés depuis une vingtaine d’années par un ralentissement quasi continu de leur croissance, ralentissement qui s’explique pour l’essentiel par l’érosion des préférences commerciales dont ils bénéficiaient jusqu'à récemment, en particulier par le non-renouvellement de l’initiative du bassin de la Caraïbe (CBI), et la signature de l’accord de partenariat économique entre l’UE et le CARIFORUM en 2008 (accord de Cotonou), accord qui sonne le glas des différents accords de Lomé, qui leur octroyaient des préférences commerciales unilatérales. La stratégie adossée au tourisme et aux services financiers offshores, a montré depuis la crise de 2008 les limites de ce modèle. Enfin, les espoirs fondés sur le processus d’intégration régionale, à travers les différents projets d’union économique et monétaire ont du mal à se concrétiser.

2. Cadre d’analyse en équilibre général calculable du modèle GTAP

22Les analyses quantitatives des accords commerciaux tels que les APE sont devenues aujourd’hui de plus en plus fréquentes. Afin que ces analyses soient pertinentes et que les résultats produits soient robustes, il est nécessaire de prendre en compte les interactions sectorielles et les diverses incidences que de tels accords pourraient avoir sur les pays qui en sont signataires. La méthodologie d’équilibre général calculable offre un cadre analytique approprié pour un tel exercice. Parmi les différents modèles d’application utilisés dans ce domaine, le modèle GTAP constitue un instrument d’analyse privilégié. Il s’agit d’un modèle élaboré à l’université Purdue (Etats-Unis) par une équipe de chercheurs internationaux. Le pivot est la construction d’une base de données et d’un modèle d’équilibre général calculable qui y est attaché. La base de données rassemble des informations sur le commerce international, la production, la consommation et les consommations intermédiaires à un niveau très désagrégé. Il est conçu pour l’analyse en statique comparative des questions de politique commerciale. Des versions dynamiques de ce modèle ont également été réalisées.

23Pour cette étude, nous utilisons la version 7 de la base de données GTAP. Cette version retient l’année 2004 comme année de référence, et identifie 113 régions ainsi que 57 secteurs et 5 facteurs de production. Pour l’analyse de l’APE, CARIFORUM-UE, nous avons agrégé ce modèle en 19 secteurs, 4 facteurs de production, 10 régions, et un ménage par région. Il convient de préciser que cet accord est étalé sur 25 ans (jusqu’en 2033), période durant laquelle, l’ouverture des marchés des pays du CARIFORUM se fera progressivement, en fonction des secteurs. En 2033, les pays ACP de la zone auront libéralisé 86,9% de leurs marchés de biens selon un calendrier précis. La libéralisation débute en fait en 2011, après une période de grâce de 3 ans (2008-2010). Cette libéralisation des droits est échelonnée comme suit :

  • 2011 (3 ans) : 52,8% des produits importés de l‘UE ;

  • 2018 (10 ans) : 61,1% des produits importés de l’UE ;

  • 2023 (15 ans) : 82,7% des produits importés de l’UE ;

  • 2033 (25 ans) : 86,9% des produits importés de l’UE ;

24Autrement dit, au terme de cet accord, 13,1% des produits importés de l’UE par les pays du CARIFORUM ne donneront pas lieu à de réduction de droits, il s’agit principalement : de produits agricoles et agricoles transformés ; certains produits chimiques, les peintures, les savons ; l’habillement, les produits à base de fer et d’acier ; et les autres produits industriels.

25En clair, l’APE élimine immédiatement tous les droits tarifaires et les quotas applicables aux exportations des Caraïbes vers l’Union européenne. Les seules exceptions sont le sucre et le riz qui seront libéralisables à court terme. Le sucre bénéficiera d’une exemption de droits de douane et de contingents à partir d’octobre 2009, avec un mécanisme transitoire de sauvegarde pendant les 6 années à venir qui ne limiteraient les exportations qu’en cas de risque réel de pertes considérables pour l’industrie sucrière européenne. Par conséquent, le sucre qui constitue un produit très sensible dans les exportations du CARIFORUM (la Caraïbe reçoit 33% de tous les quotas sucriers et ce produit représente plus de 55% des recettes d’exportation de Saint-Kitts-et-Nevis, 26% de celles de Guyana, 24% à Belize, et 10% à la Barbade) fera l’objet dans notre modèle, d’une analyse empirique, visant à déterminer à l’aide de deux scénarios son incidence sur les principales variables du modèle. Le scénario 1 pose comme hypothèse le maintien par l’UE des droits sur les exportations de sucre du CARIFORUM, et le scénario 2, l’élimination de ces droits.

Tableau 4 : Agrégations du modèle

Tableau 4 : Agrégations du modèle

3. CARIFORUM : Résultats et analyse empirique des effets de la réciprocité

3.1. Les scénarios de simulation

26Deux scénarios sont employés pour analyser les effets de la réciprocité de cet APE :

27Scénario 1 : Ce scénario porte sur l’impact lié à l’élimination des droits sur les biens échangés de 2008 à 2033. Cependant, dans ce scénario, les droits relatifs au protocole sucre sont maintenus à leur niveau de 2008 pour les importations européennes en provenance du CARIFORUM.

28Scénario 2 : Ce scénario évalue l’impact de l’élimination des droits, mais en tenant compte cette fois de l’élimination totale par l’UE du tarif douanier sur le sucre importé du CARIFORUM.

29Autrement dit, cet exercice vise à saisir les effets de réduction tarifaire de l’accord en deux parties : d’une part, en analysant les effets engendrés par les droits de l’UE sur le sucre importé du CARIFORUM (droits maintenus à leur niveau de 2008), d’autre part, en éliminant ces droits.

3.2. Niveau et structure de la protection

30Le niveau et la structure de la protection, calculés à partir de la base de données GTAP, constituent le cadre de référence à partir duquel il sera possible d’évaluer le volet commercial de l’APE. Ce cadre s’appuie à la fois sur la structure des droits de douane ad valorem (%) s’appliquant aux importations du CARIFORUM en provenance de l’UE, et de celle des droits de douane s’appliquant aux importations de l’UE en provenance du CARIFORUM. Pour le premier cas, le tableau suivant en fournit les grandes lignes, en présentant les niveaux de protection répartis selon trois critères : (i) en base 2008, (ii) avec maintien des droits sur le sucre, (iii) avec élimination des droits sur le sucre. Dans le deuxième cas, soulignons que dans le cadre de cet APE, les niveaux de protection de l’UE sur les importations en provenance du CARIFORUM sont quasiment nuls pour la plupart des productions en provenance des ACP.

Tableau 5 : Droits de douane ad valorem (%) sur les importations du CARIFORUM en provenance de l’Europe

Secteur

Base 2008

Maintien de droits sur le sucre

Suppression des droits sur le sucre

Légumes, fruits et oléagineux

23,15

15,21

15,21

Sucre de canne et betterave

14,53

0,00

0,00

Autre agriculture

9,77

1,76

1,76

Forêt et pêche

14,46

4,26

4,26

Minerais

4,88

0,00

0,00

Boissons et tabac

14,58

14,53

14,53

Sucre

20,60

20,60

20,60

Autres produits alimentaires

17,32

14,59

14,59

Textiles et cuir

9,77

4,49

4,49

Produits pétroliers

26,42

0,00

0,00

Produits chimiques, caoutchouc et plastiques

10,66

1,99

1,99

Métaux

9,96

0,53

0,53

Equipement de transport

7,13

0,63

0,63

Equipement électroniques

8,16

0,00

0,00

Services financiers

5,00

5,00

5,00

Loisirs et autres

5,00

5,00

5,00

Services publics

0,00

0,00

0,00

31Il apparaît à la lecture de ce tableau que les minerais, les produits pétroliers, les équipements électroniques et les services publics figurent parmi les produits et services en provenance de l’Europe que les pays du CARIFORUM exonèrent de droits à l’entrée. En revanche, les légumes, fruits et noix, le sucre, les autres produits alimentaires, de même que les boissons et tabacs sont parmi les produits fortement protégés.

3.3. Les résultats d’impact

32Scénario 1 : Les simulations réalisées dans le cadre de ce scénario montrent que l’application du principe de la pleine réciprocité engendre à l’horizon 2033, une faible amélioration du bien-être des habitants de la Caraïbe (0,04 %), mesurée par la variation équivalente. Elles montrent également une légère augmentation dans la demande d’exportation (0,76 %), également dans la demande d’importation (0,4 %), et de l’emploi de la main-d’œuvre non qualifiée (0,29 %). La consommation privée augmente de 0,08 %, et le PIB de 0,11 %.

33Scénario 2 : Ce scénario qui prend en compte la suppression tarifaire sur le sucre entraîne une augmentation légèrement supérieure du bien-être des habitants (0,18) par rapport au scénario précédent. En revanche, contrairement au scénario précédent, la demande d’importation excède celle d’exportation, 0,84% contre 0,81 %, engendrant de ce fait une dégradation de la balance commerciale des pays du CARIFORUM. Le PIB enregistre une augmentation plus élevée (0,15%) par rapport au scénario précédent, de même que l’emploi pour la main-d’œuvre non qualifiée (0,41%) ainsi que la consommation privée (0,27%). En définitive, les résultats dans ce scénario semblent meilleurs lorsque l’on introduit la suppression tarifaire sur le sucre, car cette mesure induit inévitablement un détournement de commerce important.

Tableau 6. Résultats agrégés des simulations (en %)

Scénarios de politique commerciale

Hypothèse de l’application de tarifs douaniers sur le sucre (scénario 1)

Hypothèse de l’élimination des tarifs douaniers sur le sucre (scénario 2)

Absorption (bien-être)

0,04

0,18

Consommation privée

0,08

0,27

Demande d’importation

0,40

0,84

Demande d’exportation

0,76

0,81

PIB

0,11

0,15

Emploi de main-d’œuvre non qualifiée

0,29

0,41

34Enfin, en ce qui concerne les productions, les variations sont légèrement différentes lorsque l’on introduit des changements dans le tarif de l’UE sur le sucre. On constate dans ce cas que tous les secteurs d’activité, à l’exception de quatre d’entre eux enregistrent une augmentation de leur production, en particulier les légumes, fruits et noix qui bénéficient de la suppression par l’UE des 30% de droit sur ces produits, engendrant de ce fait une augmentation de leur production de 4.4% et ce, en réponse à une augmentation de 25% de la demande dans l’UE.

Tableau 7. Variation des productions en réponse aux scénarios 1 et 2

Scénarios de politique commerciale

Hypothèse de l’application de tarifs douaniers sur le sucre (scénario 1)

Hypothèse de l’élimination des tarifs douaniers sur le sucre (scénario 2)

% de variation

Réduction tarifaire bilatérale 2033

Réduction tarifaire bilatérale 2033

Légumes, fruits et oléagineux

4,36

4,06

Sucre de canne et betterave

0,16

21,90

Autre agriculture

0,04

1,32

Forêt et pêche

-0,07

0,01

Minerais

-0,13

-2,35

Boissons et tabac

0,09

0,28

Sucre

0,14

43,03

Autres produits alimentaires

0,10

0,09

Textiles et cuir

0,45

-0,03

Produits pétroliers

0,07

-0,24

Produits chimiques, caoutchouc et plastiques

0,07

-0,24

Métaux

0,14

-0,72

Equipement de transport

0,24

0,48

Equipement électroniques

1,10

0,16

Construction

0,04

0,03

Le tableau suivant affiche les variations des exportations par secteur.

Tableau 8. Variation des exportations par secteur, en réponse aux scénarios 1 et 2

Scénarios de politique commerciale

Hypothèse de l’application de tarifs douaniers sur le sucre (scénario 1)

Hypothèse de l’élimination des tarifs douaniers sur le sucre (scénario 2)

% de variation

Réduction tarifaire bilatérale 2033

Réduction tarifaire bilatérale 2033

Légumes, fruits et oléagineux

14,03

13,14

Sucre de canne et betterave

1,49

17,40

Autre agriculture

0,04

0,04

Forêt et pêche

-0,06

-0,56

Minerais

-0,10

-3,37

Boissons et tabac

0,23

0,24

Sucre

0,32

89,77

Autres produits alimentaires

1,38

0,91

Textiles et cuir

0,84

-0,08

Produits pétroliers

-0,12

-0,76

Produits chimiques et plastiques

0,59

-0,14

Métaux

0,80

-0,36

Equipement de transport

1,06

0,02

Equipement électroniques

1,76

0,50

Construction

0,46

0,03

Transports et communications

0,35

0,05

Services financiers

0,39

0,05

Loisirs et autres

0,38

0,01

Services publics

0,28

0,03

35Les secteurs dont les exportations augmentent le plus sont : dans le scénario 1 : les fruits, légumes et oléagineux (14,03%), et dans le scénario2, le sucre (89,77%), le sucre de canne et le sucre de betterave (17,40%), et les fruits, légumes et oléagineux (13,14%).

36En bref, les bénéfices et coûts potentiels de l’APE pour les pays du CARIFORUM varient d’un pays à l’autre et d’un secteur de production à l’autre. Des pays comme la République dominicaine de même que Trinidad et Tobago apparaissent mieux positionnés que les autres pour tirer profit de l’accès de leurs biens et services au marché de l’UE et ce, en raison notamment du dynamisme de leurs secteurs manufacturiers. Pour les autres pays du CARIFORUM, les exportations vers l’UE sont concentrées pour l’essentiel sur le sucre et la banane. Or, leur faible performance compétitive sur ces produits par rapport aux pays de l’Amérique centrale et de l’Amérique latine, ajoutée à l’érosion des préférences commerciales dont ils bénéficiaient jusqu’à récemment, représente aujourd’hui des facteurs limitants pour ces pays. En définitive, il s’agit de savoir si les pertes de recette issues de l’application de l’APE sont supérieures aux gains potentiels pour les pays en question. A ce propos, plusieurs études sur ce thème ont montré que la réduction des recettes gouvernementales, résultantes de la suppression des tarifs douaniers aura comme conséquence une aggravation des déficits publics, induisant à leur tour des effets néfastes sur les investissements, les infrastructures et les programmes de protection sociale. Meyn et al. (2009) ont montré qu’en 2013, la perte de recette douanière pour la Barbade s’élèverait entre 2 et 6 millions d’euros, à 3 millions d’euros pour le Suriname, et entre 0,5 et 2 millions d’euros pour le Guyana. Stevens et al. (2008) ont estimé qu’en 2033, la perte de recette douanière s’élèverait à 3,1 millions d’euros pour les Bahamas, à 186,3 millions d’euros pour la Dominique, et à 41,3 millions d’euros pour Trinidad et Tobago.

4. Le cas des Départements français d’Amérique : l’approche par un modèle de gravité

37L’accord de partenariat économique CARIFORUM-UE offre un cadre juridique et un espace de coopération pour des relations commerciales entre les acteurs économiques des DFA et ceux de la Caraïbe. Peut-on attendre des effets positifs de l’application de cet APE pour les DFA ? Autrement dit, ce nouveau cadre est-il susceptible de favoriser le commerce et susciter un surplus d’échanges entre DFA et les autres pays et territoires de la région ? Existe-t-il des freins ou obstacles à de tels échanges, et/ou des opportunités à saisir ? Il s’agit là d’interrogations majeures qui demandent des réponses. Pour nous aider à y répondre, cette étude propose un modèle de gravité, destiné à identifier et à quantifier les principaux déterminants susceptibles de favoriser ou à l’inverse d’entraver les échanges commerciaux entre les DFA et les pays du CARIFORUM. Nous présentons ci-dessous le cadre d’analyse de ce modèle, puis les résultats et analyse empirique qu’il fournit.

4.1. Cadre d’analyse du modèle de gravité

38Le modèle de gravité appliqué aux échanges est devenu depuis plusieurs années un outil standard de modélisation du commerce international. Il permet de rendre compte du volume des échanges bilatéraux ainsi que de leur nature. Il peut également être employé pour mesurer les effets de création ou de détournement d’échanges associés à des accords commerciaux, ou encore pour évaluer le degré de distorsion des échanges. Aussi, ce modèle reste un outil irremplaçable de calcul des potentiels d’échange bilatéraux. Le calcul des potentiels d’échanges en est donc l’application la plus répandue. De ce point de vue, l’apport de cette étude sera d’examiner et de quantifier les variables qui ont une incidence sur le potentiel de commerce entre les DFA et les pays ACP voisins, adhérant au CARIFORUM. Il s’agira alors d’estimer une équation de gravité, puis d’effectuer des simulations pour déterminer le degré d’influence des différentes variables sur le commerce entre partenaires.

39Deux forces concurrentes déterminent selon Lionel Fontagne (2002) les échanges commerciaux entre pays : des forces d’attraction (revenu et taille des pays), et des forces de résistance (distance et autres obstacles aux échanges). De ce fait, les principales variables retenues généralement dans le modèle de gravité sont les suivantes : (i) les exportations ou le total des échanges (exportations + importations) entre pays ; (ii) le PIB de chaque pays ; (iii) la distance entre pays ; (iv) les taux de change ; (v) un ensemble de variables de contrôle.

40Les variables de contrôle sont souvent des dummies (variables muettes) auxquelles on attribue la valeur 1 si elles remplissent une caractéristique donnée, et 0 dans le cas contraire, exemples : partage d’une langue commune, d’une frontière commune, d’une monnaie commune, existence d’anciens liens coloniaux, adhésion à des accords commerciaux…

41Une formalisation log-log permet de ramener la fonction puissance du modèle à une fonction linéaire, et d’appliquer ainsi la méthode des MCO (moindres carrés ordinaires) dans le traitement économétrique. Dans ce cas, les coefficients estimés s’interprètent comme des élasticités. L’équation du modèle de gravité s’exprime alors comme suit :

42lnXij = a + blnPIBi + clnPIBj + dlnDISTij + elnTCij + eCij + єij
où :
Xij = exportations du pays i vers le pays j
PIB = produit intérieur brut de chaque pays
DISTij = distance entre le pays i et le pays j
TCij = taux de change nominal entre le pays i et le pays j
C = ensemble des variables de contrôle

43Le modèle postule que les flux d’échanges bilatéraux sont positivement liés à la taille des partenaires à l’échange, taille exprimée par le PIB. Par conséquent, le signe attendu du PIB est positif, car plus les économies sont développées, plus elles auront tendance à commercer. En revanche, la distance affecte négativement les échanges, parce que les pays très éloignés géographiquement des marchés d’exportation devront supporter des coûts plus élevés. Autre variable, le partage d’une langue officielle, elle permet de réduire les obstacles aux échanges. Cette facilité à communiquer doit se refléter positivement sur les flux de commerce. De même, des liens historiques ont aussi tendance à faciliter les échanges entre certains pays et le plus souvent positivement, notamment les relations entre ex-colonies et leurs « métropoles », mais aussi entre ex-colonies et ex-« métropoles ». L’existence d’un accord d’intégration régionale est de nature à rapprocher les économies des pays signataires et devrait donc stimuler les échanges, en réduisant les barrières tarifaires et les coûts de transaction. Le taux de change nominal entre pays est une variable également importante, car une hausse du taux de change correspond à une dépréciation de la monnaie et donc à une amélioration de la compétitivité prix du pays en question. Soulignons que Baier et Bergstrand (2001) ont montré dans une analyse des pays de l’OCDE que la croissance du revenu contribue à 67% à l’expansion du commerce mondial, les réductions tarifaires à 25%, et les coûts du transport à 8%.

44Enfin, dans une note datée de juillet 2011, l’Institut d’émission des Départements d’outre-mer (IEDOM) a utilisé un modèle de gravité pour identifier et quantifier les principaux facteurs structurels pouvant avoir des incidences sur les échanges commerciaux entre les DFA et les pays voisins. Ainsi, la spécification retenue par l’IEDOM est proche de celle adoptée dans la plupart des travaux empiriques sur le sujet. Ce faisant, ce modèle vise à déterminer le surplus de commerce attribuable à telle ou telle variable explicative figurant dans l’équation. Nous présentons et analysons ci-après, à titre illustratif les principaux résultats de ce modèle.

45Les échanges bilatéraux des DFA ont été modélisés comme suit :

46Ln(1 + Tijt) = α + β1.ln(Yit) + β2.ln(Nit) + β3.ln(Yjt) + β4.ln(Njt) + β5.ln(Dij) + β6.ln(DRijt) + β7.ln(Eijt) + β8.Imet + β9.Idfa + β10.Iom + β11.Irup + β12.Ilangue + β13.Ipetrole + γt + εijt
Où :
Tijt = somme des importations et des exportations de biens
Yit = PIB par tête en valeur de la Guadeloupe, de la Martinique ou de la Guyane
Nit = la population de la Guadeloupe, de la Martinique ou de la Guyane
Yjt = le PIB en valeur d’un pays partenaire
Njt = la population d’un pays partenaire j
Dij = distance absolue entre le pays i et le pays j
Drift = distance relative entre le pays i et le pays j
Eijt = taux de change nominal entre le pays i et le pays j
Imet = indicatrice qui prend la valeur 1 lorsque l’origine ou la destination des échanges est la France hexagonale
Idfa = indicatrice qui prend la valeur 1 lorsque les flux concernent les DFA entre eux
Iom = indicatrice qui prend la valeur 1 lorsque le pays partenaire est un autre DOM ou Com
Irup = indicatrice qui prend la valeur 1 lorsque le pays partenaire est l’Union européenne (hors France)
Ilangue = indicatrice qui prend la valeur 1 lorsque le pays partenaire a le français comme langue officielle ou le créole comme langue non officielle
Ipétrole = indicatrice qui prend la valeur 1 lorsque le pays partenaire est un pays de la zone Caraïbe producteur de pétrole
γ = indicatrice temps (modèle à effet fixe temps)

4.2 Résultats et analyse empirique des déterminants des échanges entre les DFA et les états ACP voisins

47Les résultats des estimations issus d’un modèle à effet fixe temps sont présentés dans le tableau 9.

Tableau 9. Résultats des estimations des flux commerciaux bilatéraux (imports + exports), période 1998-2009

Variable modélisée (log(1+flux ij)

DFA (1)

Caraïbes (2)

Constante

-90,09

(-12,35)

-40,07

(-16,36)

Log (distance ij)

-1,10

(-24,11)

-1,00

(-43,08)

Log (distance relative ij)

3,85

(9,97)

1,10

(4,29)

Log (population i)

1,61

(8,20)

1,02

(118,86)

Log (population j)

1,05

(45,83)

0,98

(99,16)

Log (PIB par tête i)

2,49

(4,26)

0,84

(51,79)

Log (PIB par tête j)

1,00

(18,62)

1,09

(61,15)

Log (taux de change ij)

-0,08

(-4,45)

-0,05

(-11,17)

Métropole (France)

5,86

(38,32)

-

Métropole (Pays-Bas)

-

3,52

(50,38)

Métropole (Royaume-Uni)

-

1,01

(15,34)

DFA

2,30

(12,83)

-

OM

1,29

(9,19)

-

ECCU

-

1,44

(21,81)

CSME

-

2,48

(31,43)

RUUP

2,75

(18,01)

-

PTOM

-

2,05

(-9,96)

ACP

-

1,44

(9,87)

Langue

1,52

(10,73)

0,96

(63,78)

Pétrole

2,06

(12,34)

1,42

(25,79)

R2 ajusté

0,67

0,62

DW

0,45

0,41

Nombre d’observations

2 091 (12 années, 178 couples)

12 000 (12 années, 1129 couples)

Test de Fisher sur nullité jointe des effets fixes temps

F = 2,81

(p – value = 0,12%) : présence d’effets fixes temps

F = 10,08 (p – value= 0,00%) : présence d’effets fixes temps

Source : IEDOM. 2011

48Ces résultats laissent apparaître que parmi les variables susceptibles de stimuler les échanges régionaux des DFA, on relève :

49La distance : en effet, en raison des faibles distances entre les pays de la région, la sensibilité des échanges commerciaux des DFA (comme des autres territoires de la Caraïbe) à la distance est à peu près identique, ici proche de l’unité. Cependant, la réalité est autre, puisque malgré la modicité des distances entre ces territoires, l’insuffisance des infrastructures de transports ainsi que le coût prohibitif des liaisons aériennes et maritimes entre les DFA et leurs voisins rendent ce bon résultat moins pertinent. Par exemple, aujourd’hui il est plus coûteux et moins commode de se rendre de Pointe-à-Pitre à Kingston (Jamaïque) qu’à Paris.

50Le PIB et la taille de marché pour certains pays : Théoriquement, le PIB contribue positivement à accroître le volume des échanges. Dans notre cas, l’élasticité des échanges de biens des DFA et des autres économies caribéennes au PIB par tête apparaît sensiblement identique (1,00 pour les DFA, 1,09 pour la Caraïbe), de même que pour la taille de marché (1,05 pour les DFA, 0,98 pour la Caraïbe). Toutefois, un niveau élevé de PIB ne se traduit pas nécessairement par un degré important d’échanges de biens entre pays. Preuve en est, les exportations de la Guadeloupe à destination des états de la Caraïbe (hors DFA) ne représentaient en 2012 que 2,5% des exportations totales de ce DFA, tandis que les importations de la Guadeloupe en provenance de la Caraïbe représentaient toujours pour la même année, 5,8% des biens importés.

51Par ailleurs, les résultats montrent que parmi les variables ou facteurs entravant les échanges entre les DFA et la Caraïbe, figurent :

52-L’effet « métropole » apparaît plus élevé pour les DFA (élasticité de 5,86) que par exemple pour les PTOM néerlandais (3,52). Ces résultats révèlent que l’intégration des DFA dans l’espace national français et européen est plus forte que celle des PTOM Caribéens. Cela se traduit par un courant d’échange plus élevé avec la France hexagonale qu’avec la Caraïbe et autres régions du monde. Par exemple, en 2012, 64,5% des importations Guadeloupéennes provenaient de l’Union européenne, et parmi celles-ci, 53,9% en provenance de la France, tandis que pour la même année, 53,6% des exportations Guadeloupéennes étaient à destination de la France.

53-La langue : l’utilisation du français, langue minoritaire dans la région Caraïbe apparaît comme une barrière aux échanges régionaux des DFA. Les estimations montrent que par rapport à l’anglais et à l’espagnol, le français constitue un facteur limitant pour les échanges entre les DFA et leurs voisins (facteur de 1,5 pour les DFA contre 0,96 pour la Caraïbe).

54-Le taux de change : une appréciation de l’euro de 10% se traduirait par une baisse des échanges avec la Caraïbe de près de 1%.

55-L’absence de participation des DFA aux principaux accords commerciaux et économiques de la région et l’exclusion des produits sensibles du champ de l’APE. Exemple, l’adhésion à ces accords entraîne pour le CARICOM un effet positif avec un facteur de 2.48 et de 1.44 pour l’ECCU.

56-Enfin, l’analyse des avantages comparatifs révélés (ACR) et de celle des indices de similarité (IS) des exportations de la Caraïbe qui n’ont pas été abordées dans l’étude de l’IEDOM montre que les économies de cette région sont plus concurrentielles que complémentaires, car spécialisées à peu près toutes dans les mêmes productions. Les indices d’avantage comparatif révélé indiquent que le nombre d’industries pour lesquelles la région Caraïbe a un avantage comparatif est faible par rapport à d’autres régions du monde. Cela se traduit par un haut degré de concentration des exportations des principaux pays de la région, si l’on en juge par l’indice Herfindahl de concentration des exportations, qui va de 0,06 pour la Barbade à 0,62 pour le Suriname. Cette situation a pour conséquence d’impacter négativement le potentiel de commerce entre ces pays. Par ailleurs, le tableau 10 ci-dessous, extrait d’une étude de la Banque centrale de la Barbade (Denny Lewis-Bynoe et Allan Webster, 2000), présente pour l’année 1994, les indices de similarité (IS) des exportations pour un grand nombre de pays de la Caraïbe (y compris la Guadeloupe). Cet indice compare les structures d’exportation (ou importations) de deux pays ou zones (i et j) dans leurs échanges avec une troisième zone h (le monde). L’indice IS est compris entre 0 (dissemblance complète) et 100 (similarité complète). Selon les Nations unies, la similarité des exportations est relativement forte si elle avoisine 30%, et forte si elle avoisine 50%. Les résultats montrent une convergence de la structure des exportations de la Guadeloupe vers celle de la Caraïbe (24,7% contre 26,8%). La Guadeloupe affiche également un niveau élevé de similarité des exportations avec Cuba, Costa Rica et les Antilles néerlandaises. En définitive, cette analyse fait ressortir deux groupes de pays. D’un côté, la Barbade et Trinidad et Tobago pour lesquels les indices de similarité des exportations avec les autres pays de la Caraïbe sont faibles, et de l’autre côté les autres pays de la Caraïbe pour lesquels les indices de similarité des exportations sont moyennement plus élevés.

Tableau 10. Indices de similarité des exportations des pays de la Caraïbe

Tableau 10. Indices de similarité des exportations des pays de la Caraïbe

Source : Banque centrale de la Barbade. Working paper, 22 mai 2000

57En résumé, cette analyse empirique a montré que, par rapport à l’APE signé en 2008 entre le CARIFORUM et l’Union européenne, les DFA présentent, en dépit de leur niveau de vie relativement élevé dans la Caraïbe, un certain nombre de contraintes et de blocages structurels entravant leur potentiel de commerce avec le reste de la Caraïbe et qui sont souvent des freins à la coopération régionale. Certes, des dispositions particulières les concernant ont été prévues dans le cadre de l’APE, telles que : maintien des droits de douane existants sur les importations de banane et de sucre en provenance des pays ACP et ce, pour une période de dix ans, renouvelable une fois ; maintien également de la taxe d’octroi de mer (considérée cependant par beaucoup comme une barrière tarifaire aux échanges) ; enfin, mise en place d’une clause de sauvegarde, applicable à tous les produits, spécifiant que les droits de douane pourraient être rétablis temporairement en cas de déséquilibre de la concurrence avec les pays ACP, or malgré ces dispositions, ces différentes mesures n’apparaissent pas suffisantes pour faire face aux diverses contraintes qui pèsent sur ces échanges. Le haut niveau de vie des DFA par rapport à la plupart des pays de la Caraïbe constitue sans aucun doute un facteur d’attraction, mais en même temps une source de coûts élevés qui entraînent à leur tour un manque de compétitivité. De plus, les DFA sont profondément affectés par le modèle de développement du pays auquel ils appartiennent, modèle qui se reflète dans leur structure économique, et dans celle de leurs coûts de production. De même, les liens institutionnels et économiques très étroits avec la France, à travers la variable effet « métropole », et la variable langue du modèle, témoignent des effets limitants que de tels facteurs peuvent avoir sur le potentiel de commerce des DFA avec la Caraïbe. L’absence de leur participation aux principaux accords commerciaux et économiques de la région, leur faible degré d’autonomie au regard du commerce extérieur, et leur modeste capacité à développer des spécialisations font que les DFA affichent un haut degré de concentration de leurs exportations et contrairement un faible indice de diversification de leurs productions. Enfin, par rapport aux autres pays de la Caraïbe, leurs économies sont plus concurrentielles que complémentaires car elles sont spécialisées à peu près toutes dans les mêmes productions. Les indices de similarité, de complémentarité, et d’intensité des exportations des Caraïbes (indice de Finger et Kreinin, 1979) et les indices d’avantage comparatif révélé des exportations (indice de Bela Balassa, 1965) en témoignent. En définitive, tous ces paramètres convergent et ont des conséquences sur la performance économique réalisée aujourd’hui par les DFA (L Dupont, 2010), en relation avec la théorie de la croissance endogène qui identifie comme moteurs essentiels des facteurs comme l’ouverture au commerce extérieur, l’investissement privé, la formation du capital humain, la spécialisation sectorielle, et les avantages compétitifs.

Conclusion

58Cette étude s’est fixé un double objectif : (1) analyser et évaluer à l’aide d’un modèle d’équilibre général calculable, les implications potentielles pour les économies de la Caraïbe de l’application du volet commercial de l’accord de partenariat économique (APE) signé en octobre 2008 entre les pays du CARIFORUM et l’Union européenne, et (2) estimer, à l’aide d’un modèle de gravité, les principales variables susceptibles dans le cadre de cet APE d’avoir une incidence sur les échanges commerciaux des DFA avec leur région.

59En premier lieu, les simulations issues du modèle d’équilibre général calculable ont montré que dans l’hypothèse d’une pleine réciprocité entre l’UE et le CARIFORUM, les résultats seraient contrastés entre les différents pays de la région. Ils seraient positifs pour certains pays et secteurs de production, et modestes pour d’autres. Ils se traduiraient par une baisse sensible des recettes douanières pour la plupart des pays, par une recrudescence des importations qui mettrait en péril les industries locales, par une dégradation de la balance commerciale pour les plus vulnérables, par une dispersion tarifaire accrue, à la fois entre partenaires (suite à la mise en place de la zone de libre-échange) et entre produits (du fait de la clause relative aux produits sensibles). Enfin, le bien-être des habitants enregistrerait une très légère amélioration (0,04%). En définitive, ces résultats confortent tout à fait la réalité observée aujourd’hui, après cinq années de fonctionnement de l’APE. Ils suggèrent que les barrières non tarifaires continueront comme par le passé à jouer un rôle important dans l’évolution des exportations du CARICOM à destination de l’Union européenne. Dans ces conditions, et au vu de ces résultats, il semble difficile de ne pas se ranger aux côtés de ceux qui mettent en doute l’efficacité de cet APE. Il reste que le programme de renforcement des capacités de production, composante importante de la dimension aide des APE, demeure selon nous le seul espoir.

60En second lieu, les résultats issus de l’application du modèle de gravité révèlent que les DFA de Guadeloupe, Martinique et Guyane combinent un certain nombre de contraintes et facteurs de blocages structurels, susceptibles d’entraver leur potentiel de commerce avec les autres pays avoisinants. Dans ces conditions, ces régions ultrapériphériques de l’Europe ont à faire face à un véritable parcours d’obstacles pour stimuler les échanges avec leurs voisins. Des variables telles que : l’effet « métropole », le français, comme langue minoritaire dans la Caraïbe, les liens institutionnels et économiques très étroits avec la France et donc avec l’Europe, l’absence de participation des DFA dans les principaux accords économiques et commerciaux de la zone, leur faible degré d’autonomie au regard du commerce extérieur, et le haut degré de similarité des exportations avec la plupart des pays de la région constituent sans aucun doute un ensemble de barrières aux échanges régionaux des DFA. En conséquence, le risque de marginalisation des DFA dans le contexte caribéen est bien réel. En conclusion, et au vu de ce constat, la situation actuelle requiert des DFA qu’ils révisent leur stratégie, et s’adaptent aux nouveaux paradigmes de la croissance, fondés sur la compétitivité et le commerce, avec une vision claire des objectifs et des choix à opérer. Ils doivent pouvoir tenir cette exigence.

Haut de page

Bibliographie

Baier S’ AMD Bergstrand J.H. (2001). “The growth of world trade: tariffs, transport costs and income similarity”. Journal of international economic, 53(1): 1-27.

Banque mondiale et OEA (2009). Accelerating trade and integration in the Caribbean. Policy options for sustained growth, job creation and policy reduction, Banque mondiale.

Banque mondiale et Société financière internationale (2014). Doing business 2014, Comprendre les réglementations pour les petites et moyennes entreprises, Rapport 2014.

Balassa, B. (1965). Trade liberalisation and revealed comparative advantage, The Manchester School of Economic and Social Studies, 33: 99-123.

Bernal, R. (2013). Globalization, trade, and economic development: The Cariforum-EU Economic Partnership Agreement, Palgrave Macmillan.

Bouet, A., Y. Decreux, L. Fontagne, S. Jean and D. Laborde (2004). A consistent ad-valorem equivalent measure of applied protection across the world, The MacMap-HS6 database.

Brockmeier, M. (2001). A Graphical Exposition of the GTAP Model, GTAP Technical Paper No. 8, Revised March 2001.

Bulmer-Thomas, V. (2012). The economic history of the Caribbean since the Napoleonic wars, Cambridge University Press.

Busse, M., A. Borrmann and H. Grossman (2004). The Impact of ACP/EU Economic Partnership Agreements on ECOWAS Countries: An Empirical Analysis of the Trade and Budget Effects, Hamburg Institute of International Economics.

Busse, M. and S. Luehje (2007). “Should the Caribbean countries sign an economic partnership agreement with the UE ? Challenges and strategic options’’, Journal of Economic Integration 22(3): 598-618.

Bynoe, DL. and A. Webster (2000). International trade and comparative advantage in the Caribbean, Working paper, Banque centrale de la Barbade.

COMESA Secretariat (2003). Status of EPA Negotiations, Lusaka, mimeo, October.

Dupont, L. (2010). « Le statut politique des petits territoires insulaires à vocation touristique a-t’il une influence sur leur performance économique et sociale ? Approche comparative », Revue Études caribéennes, 16.

Dupont, L. (2012). « Modèle macroéconomique applicable aux petits états insulaires en développement : l’exemple de la Dominique », Revue Études caribéennes, 23.

ECLAC et AFD (2012). Modèles de développement dans les Caraïbes, LC/CAR/L.401

ECLAC (2008). Review of the CARIFORUM-EU EPA-implications for the British and Dutch Caribbean OCTs, LC/CAR/L.176.

ECLAC (2008). The CARIFORUM-EC economic partnership agreement (EPA): an assessment of issues related to market access, safeguard, and implications for regional integration, Port of Spain.

ECLAC (2005). The Cotonou agreement: selected issues, effects and implications for Caribbean economies, LC/CAR/L.66

ECLAC (2007). Trade liberalisation, trade performance and competitiveness in the Caribbean, LC/CAR/L.136.

Elliot, D.R. (2007). “Caribbean regionalism and the expectation of increased trade: insights from a time-series gravity model”, The journal of international trade & economic development : an international and comparative review, 16(1).

European Commission (1996). Green Paper on relations between the European Union and the ACP countries on the eve of the 21st century - Challenges and options for a new partnership, (COM(96)570 final), Brussels, 20 November.

Finger, J. and M. Kreinin (1979). “A measure of Export Similarity and its possible Uses”, Economic journal, 89: 905-913.

FMI (2002). Trade and integration in the Caribbean, FMI.

FMI (2013). Caribbean small states: challenges of high debt and low growth, FMI

Fontagne, L., C. Mitaritona et D. Laborde (2008). An impact study of the EU-ACP economic partnership agreements in the six ACP regions, Commission of the European Union- Directorate general for trade.

Gasiorek, M. et G. Varela (2006). Regional integration in the Caribbean: a gravity modelling approach’’, Poverty research unit, Sussex University.

Gasiorek, M., J. Litchfield, M. Haynes-Prempeh, J. Chwiejczak, G. Varela and L. Alan Winter (2006). “The impact of the Cotonou agreement on trade, production and poverty alleviation in the Caribbean region’’, Poverty research unit, Sussex University.

Havelock, B., N. Girvan and V. Lewis (2008). “Renegotiate the CARIFORUM EPA’’, Trade negociations insights, 7(3).

Hertel, T. (1997). Global Trade Analysis – Modeling and Applications, Cambridge University Press.

Hinkle, L. and M. Schiff (2004). “EPA between SSA and the EU: A development perspective on their trade components”, In The world Economy, The World Bank, 27(9): 1321-1333.

Huber, J. (2000). “The past, present and future ACP– EC trade regime and the WTO”, European Journal of International Law, 11(2): 427-438.

IEDOM (2011). Échanges régionaux des Departements français d’Amérique : identification des facteurs de frein et des éléments de soutien a l’aide d’un modèle de gravité, l’IEDOM.

Karingi, S. (2004). Economic and Welfare Impacts of the EU-Africa Economic Partnership Agreements, ATPC, ECA.

Keck, A. and R. Piermartini (2005). The Economic Impact of EPAs in SADC Countries, WTO Staff Working paper ERSD-2005-04.

Lacorbiniere, J. and W. Moore (2008). Analysis of tourism competitiveness in the Caribbean: a gravity model approach, Working paper, Banque centrale de la Barbade.

Laird, S. and A. Yeats (1986). The UNCTAD Trade Policy Simulation Model: A Note on the Methodology, Data and Uses, UNCTAD Discussion Paper No. 19, Geneva.

Mahabir, R. (2011). Early signals of the CARIFORUM-EU economic partnership agreement, Central bank of Trinidad & Tobago. WP 03/2011.

Meyn, M. C. Stevens, J. Kennan, S. Bailal, C. Braun-Munzinger, D. Lui, J. van Seters, C; Campbell and J. Rapley (2009). The CARIFORUM-EU economic partnership agreement (EPA): the development component, Brussels: European Parliament.

Milner, C., O. Morrissey and A. McKay (2005). “Some simple analytics of the trade and welfare effects of Economic Partnership Agreements’’, Forthcoming in journal African Economics.

Perez, R. (2006). “Are the economic partnership agreements a first-best optimum for the ACP countries?’’, Journal of world trade (40: 6-JWT).

Porter, M. (2011). The competitive advantage of nations and regions: Implications for the Caribbean, EIU, 2011.

Scollay, R. (2002). Impact assessment of possible economic partnership agreements (EPAs) with the European Union, report for ACP secretariat and the ACP Pacific states, draft.

Stevens, C. and J. Kennan. (1997). “For Lome to the GSP: implications for the ACP countries of losing Lome trade preferences”. Institute of Development Studies, University of Sussex DSA European Development Policy Study Group Discussion Paper No. 8.

Stevens, C. and J. Kennan (2005). Preparing for EPA, Trade Analysis Handbook, Institute of Development Studies, University of Sussex, Brighton, UK.

Stevens, C. and J. Kennan (2005). EU-ACP EPA: the effects of reciprocity, Institute of Development Studies, University of Sussex, Brighton, UK.

Stevens, C. J. Kennan and M. Meyn. (2008). Analysis of contents of the CARIFORUM and pacific ACP economic partnership agreements and challenges for 2008, Final report, London, Commonwealth secretariat.

Tekere, M. and D. Ndlela (2003). Impact Assessment of Economic Partnership Agreements on Southern African Development Community and Preliminary Adjustment Scenarios, Final Report, Trade and Development Studies Centre, Harare, Zimbabwe.

Tinbergen, J. (2002). The world economy. Suggestions for an international economic policy, New York, Twentieth century fund.

Union européenne (2011). Les facteurs de la croissance économique dans les régions ultrapériphériques européennes, Synthèse Politique régionale.

Watson, N. and L. Angelo (2010). Opportunities for doing business between CARIFORUM states and the French Caribbean Outermost regions (FCORs), Consolidated report.

Winters, L.A. (2002). “Post-Lomé Trading Arrangements: The Multilateral Alternative”, World Bank.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du niveau de prospérité des pays de la Caraïbe, exprimé en parité de pouvoir d’achat.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-1.png
Fichier image/png, 116k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-2.png
Fichier image/png, 3,2k
Titre Figure 2. Classement des pays de la Caraïbe sur la facilité de faire des affaires : Compétitivité microéconomique.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-3.png
Fichier image/png, 76k
Titre Tableau 1. Pays des Caraïbes : indicateurs économiques sommaires (moyenne pour 2007-2012)
Crédits Source : Indicateurs de développement 2013 de la Banque mondiale (WDI)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-4.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure 3. Évolution des principaux aspects du développement dans la Caraïbe
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-5.png
Fichier image/png, 281k
Titre Tableau 2. Les indices de développement humain (IDH) dans la région Caraïbe en 2012
Crédits Sources : PNUD et IEDOM
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-6.png
Fichier image/png, 16k
Titre Tableau 3. Indicateur de vulnérabilité économique (IVE) des principaux pays de la Caraïbe (2008)
Crédits Sources : Comité des politiques de développement (CDP) des Nations unies et calculs de l’auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-7.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau 4 : Agrégations du modèle
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-8.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 10. Indices de similarité des exportations des pays de la Caraïbe
Crédits Source : Banque centrale de la Barbade. Working paper, 22 mai 2000
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6928/img-9.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « L’application de l’accord de partenariat économique Cariforum-UE et ses implications potentielles sur les économies des états de la Caraïbe et des départements français d’Amérique : approche en équilibre général calculable et par un modèle de gravité », Études caribéennes [En ligne], 27-28 | Avril-Août 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6928 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6928

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org