Navigation – Plan du site
Hors dossier

Les zones de tolérance à Cuba sous la république : l’enfermement réel et symbolique des femmes publiques

Tolerance Zones in Cuba During the Republic: the Real and Symbolic Imprisonment of Women
Mélanie Moreau-Lebert

Résumés

La prostitution est une problématique très intéressante d’une part parce qu’elle est transversale à tous les temps, à toutes les classes sociales, à tous les espaces, et d’autre part parce qu’il s’agit d’un fléau qui se conjugue le plus souvent au féminin. Il s’agit à mon sens du versant spécifique d’une problématique universelle dont personne ne peut s’affranchir sans mettre en jeu l’ensemble de la condition humaine. En effet, la prostitution est le lieu où convergent et se concentrent de façon exacerbée tous les maux d’une société. La femme est malgré elle au centre de ce système dans lequel on retrouve les frustrations, les rapports de domination, de pouvoir, la violence, la misère, la corruption, l’aliénation… La prostitution, tout comme le concept de genre, est une construction sociale, dans laquelle les femmes sont enfermées réellement et symboliquement.
D’autre part, si les maux d’une société sont décuplés dans le système de la prostitution, nulle part ailleurs n’existe un tel abîme entre fantasme et réalité. C’est le lieu des fausses représentations et des euphémismes comme le montrent ces deux expressions édulcorées « zones de tolérance » et « femmes publiques ». A Cuba, malgré les tentatives d’éradication de la prostitution dans les premières décennies qui suivirent le triomphe de la Révolution de 1959, la chute du bloc soviétique et la période de pénurie qui s’ensuivit donnèrent lieu à un retour de cette prostitution, sous de nouvelles formes qui persistent aujourd’hui. Cependant, il fut une époque, celle de la première République (1902-1958) durant laquelle Cuba, rongée par un système néocolonial, connût une recrudescence de ce phénomène, dans des proportions jamais égalées. Une époque somme toute récente où les zones de tolérance, espaces où étaient regroupées les maisons closes, occupaient une grande partie de La Havane coloniale ainsi que des quartiers entiers à travers l’île. A l’intérieur de ces zones très lucratives dont profitaient à la fois les proxénètes, policiers, politiques et hommes d’affaires, les femmes cubaines, mais également, dans une grande proportion des Françaises victimes de la traite des Blanches, se trouvaient au cœur d’un système qui étaient à lui seul le symptôme de la frustration néocoloniale, mais également de l’exacerbation du patriarcat.
Cette problématique, on ne peut plus actuelle, convoque la pluridisciplinarité, c’est pourquoi j’ai eu recours à des témoignages de prostituées depuis le début du siècle jusqu’à la Révolution, recueillis et publiés à Cuba. Je me suis penchée sur les différents discours sur la prostitution de l’époque, discours politiques et féministes. Les rapports de police, les plaintes déposées par des femmes, les comptes rendus de procès, et les descriptions des médecins-hygiénistes sont autant de sources qui viennent corroborer les témoignages.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La période républicaine à Cuba, ou devrions-nous dire la période néocoloniale, est une période complexe et difficile pour le peuple cubain. Après avoir lutté collectivement pour un même idéal, la souveraineté nationale, Blancs, Noirs, pauvres, riches, hommes et femmes ont uni leurs forces pour gagner leur indépendance, mais l’année 1898 restera gravée comme la grande désillusion d’un peuple. Trois ans d’intervention américaine suffisent à mettre en place les futures structures de pouvoir, à garantir des conditions d’exploitation maximales et à poser les bases juridiques de la domination américaine sur Cuba grâce à l’Amendement Platt en 1901. Le protectorat mis en place par les États-Unis, qui sera suivi en 1934 par un système néocolonial, s’appuie sur la collaboration de présidents et de gouvernements corrompus qui se succèdent au pouvoir. La corruption et la violence sont érigées en système et la société cubaine se divise désormais en classes sociales où les inégalités entre bourgeoisie et prolétariat ne cessent de se creuser.

2Pendant presque soixante ans, le peuple cubain, principale victime des crises économiques liées à la condition de pays mono-producteur, survit entre périodes de chômage et réductions de salaire, entre pseudo démocratie et dictatures, abandonné et exploité. Les femmes, comme à l’accoutumée, sont les premières victimes de cette déformation structurelle et des conséquences économiques, d’une part parce qu’elles sont touchées directement et de façon plus brutale par le chômage et la misère, et d’autre part, car dans une société en perte de repères, où les hommes sont privés de leur indépendance, de leurs terres, de leur travail et de leur dignité, elles constituent le dernier élément d’évaluation positive de la masculinité. En d’autres termes, les hommes de Cuba, sous la République, vont tenter par tous les moyens de retrouver une identité, un espace d’influence et de pouvoir dans lequel asseoir leur autorité et combler leurs frustrations. Le capitalisme et la modernité entraînent avec eux un renforcement du patriarcat.

3De quelles sources disposons-nous pour travailler sur la prostitution sur cette période qui va de la fin de la colonie à la veille de la Révolution ? Il s’agit d’une problématique qui convoque la pluridisciplinarité, c’est pourquoi nous avons eu recours à des témoignages de prostituées depuis le début du siècle jusqu’à la Révolution, recueillis et publiés à Cuba, ainsi qu’aux différents discours sur la prostitution de l’époque, discours politiques et féministes. Les rapports de police, les plaintes déposées par des femmes, les comptes rendus de procès, et les descriptions des médecins-hygiénistes sont autant de sources qui viennent corroborer les témoignages.

1. L’enfermement réel des « Femmes publiques »

4Rappelons tout d’abord que le mot « prostituée » vient du latin prostituere, « se tenir debout en s’offrant ». La prostituée est celle qui se montre en public, ce n’est pas la femme privée d’un seul mari. C’est pourquoi l’expression femme publique est contradictoire. Elle désigne une femme qui s’offre à des hommes dans l’espace public, mais que l’on tente de cacher.

5Effectivement, les divers gouvernements n’auront de cesse de les soustraire aux regards des honnêtes gens et de les contrôler. D’où vient cette nécessité de créer des zones de tolérance ? Tout d’abord, que représente la prostitution quantitativement sur la période ?

6En 1898, après des années de guerre, Cuba est un pays ravagé, et la population tente de subsister par tous les moyens. Devant l’urgence de la situation, des milliers de femmes affluent vers les villes, veuves, orphelines, et bien souvent devenues chefs de famille, afin de trouver de quoi subsister et de quoi nourrir leurs enfants. Avec cette nouvelle étape s’ouvre la plus grande période de prostitution que Cuba ait connue et jamais jusqu’à nos jours Cuba ne comptera un nombre aussi important de prostituées.

  • 1 Informe del censo de Cuba de 1899, Defunciones anunciadas en Cuba, p.738
  • 2 Censo de población de 1899, tabla VII, Proporción de población por sexo, nacionalidad general y col (...)
  • 3 Censo de población de 1899, Profesiones, artes y oficios por sexo y lugar de nacimiento, p.481-482
  • 4 Ramón María Alfonso, Memoria de la comisión de Higiene Especial de la Isla de Cuba, La prostitución (...)
  • 5 María del Carmen Barcia Zequeira, Una sociedad en crisis : La Habana a finales del siglo XIX, La Ha (...)

7En 1899, Cuba a perdu 20%1 de sa population dans les guerres, et compte 1 572 797 habitants, dont 757 000 femmes (Vinat de la Mata, 2001 : 32). La Havane compte 424 811 habitants, dont environ la moitié de femmes2. Les seules options qui s’offrent à elles sont le mariage, le travail ou la prostitution. Le mariage légitime est une occasion réservée à quelques privilégiées. Les femmes qui ont l’opportunité de travailler sont peu nombreuses, environ 9,8%3 seulement (rappelons d’ailleurs que ce pourcentage ne variera guère jusqu’en 1959), et les maigres salaires perçus obligent bon nombre d’entre elles à se prostituer après leur journée de travail. Les travailleuses gagnent 8 à 15 pesos par mois en tant que laveuses et repasseuses, domestiques ou cuisinières, 18 pesos par mois en tant que couturières, et environ 37 pesos pour les ouvrières du tabac4, en sachant que le seuil de pauvreté se situe aux alentours de 75 pesos mensuels, ce que touchent 60% environ des travailleurs cubains. Ainsi, en 1899, et d’après un rapport de la commission d’Hygiène de La Havane, 32,4% des femmes publiques « connues » exercent une profession. 80 % de ces prostituées sont cubaines et 50% ont moins de 20 ans5.

  • 6 Ramón María Alfonso, op.cit, p.23
  • 7 AHPSC, Gobierno Provincial, Prostitución, Legajo 2 226, exp.12

8La situation critique de milliers de femmes explique donc le recours à la prostitution, et ce même lorsqu’elles ont un travail rémunéré. Il ne s’agit donc pas de quelques femmes marginales, mais de milliers de mères, d’épouses, de veuves et de travailleuses. Les sources officielles parlent de 11 500 prostituées enregistrées en 1953, mais il se pourrait que ce chiffre soit bien plus élevé et qu’elles aient représenté environ 12% des 780 120 femmes que compte la ville en 1958. En 1899, la commission d’Hygiène spéciale de La Havane dirigée par le médecin Matías Duque enregistre officiellement 858 femmes publiques dans la capitale, mais il est précisé que ces chiffres sont à multiplier par dix si l’on tient compte des femmes qui officient officieusement. En 1902, on en recense 744, dont 585 sont nées à Cuba6. Parmi ces natives, 378 sont blanches, 111 sont noires et 96 sont métisses. Pour Santiago, on recense officiellement 209 prostituées, dont 136 Blanches, 16 Noires et 57 métisses7. Ces informations montrent bien que la prostitution n’est pas réservée aux femmes de couleur et qu’elle touche au contraire une majorité de femmes blanches démunies au sortir des guerres d’indépendance.

9Quoi qu’il en soit, le gouvernement américain, dans son désir d’assainissement de l’île, va imposer un cadre à ces femmes, en les regroupant dans des zones, appelées zones de tolérance, dans lesquelles elles pourront exercer la prostitution. L’impératif, les rendre invisibles.

2. Les zones de tolérance : la Femme aliénée

10Les prostituées constituent une agression pour les honnêtes gens et il faut éviter qu’elles ne soient en contact avec les autres femmes de peur que les mauvaises mœurs ne les contaminent à leur tour. De même que les pauvres sont tous regroupés dans des quartiers spécifiques, les prostituées ont leur espace, qui est souvent le même d’ailleurs. Cet euphémisme que constitue l’expression « zone de tolérance » montre la complaisance des autorités envers une activité lucrative, qui explique que l’on « tolère » leur présence dans des lieux spécifiques. Dès la fin du XIXe, en 1888 précisément, les autorités décident d’enregistrer et de surveiller les femmes publiques, et pour ce faire, les maisons de prostitution de l’île sont divisées en secteurs (de Céspedes, 1888 : 144-145). A La Havane, sont délimitées cinq zones. Elles se trouvent toutes dans la vieille Havane, et vont de la gare à l’autre bout de l’actuelle zone coloniale. La première zone comprend les rues Aguacate, Bomba, Compostela, San Juan de Dios, Morro y Empedrado. La seconde est composée des rues Teniente Rey, Obrapía, la troisième comprend les rues Montserrate, Lamparilla, Aguacate. La quatrième comprend les rues Sol, Luz, Desamparados, Cuba, Habana, Samaritana. Enfin, la dernière zone comprend les rues San José, Zanja, San Miguel, Amistad y Virtudes. Il s’agit de quartiers insalubres, dont les rues en terre sont décrites par la section d’hygiène comme « des bourbiers marécageux », le long desquels s’alignent de petites maisons basses, de fortune, dont l’intérieur n’est pas moins déplorable. Lorsque commence la République, la configuration des zones de tolérance ne change presque pas, si ce n’est que les rues San Isidro, Paula, Habana, Picota, Merced, Cuba et Damas, deviennent le cœur de ce système qui fait cohabiter prostituées et délinquants de toute sorte (Cañizares, 2000 : 32). Jusqu’en 1959, les prostituées vont être « parquées » dans ces zones de tolérance, malgré quelques changements. Le 23 octobre 1913, par décret n°964, la zone de San Isidro est fermée et les prostituées sont déplacées vers le quartier Colón. Sous la présidence de Prío Socarras en 1951, le ministre Lomberto Diaz Rodríguez, tente de faire fermer cette zone de vice et de prostitution car Cuba est devenue, je cite, « pour les Cubains, et pour les étrangers, un immense lupanar avec vue sur mer » (Ministerio de Gobernacion, 1951). Mais il est rapidement l’objet de menaces de mort et reçoit même un colis piégé à son domicile, tant la prostitution est devenue lucrative pour la mafia. Il demande à la police de faire un rapport sur l’état de ce quartier, dont les conclusions sont édifiantes et montrent que rien n’a changé depuis le début du siècle :

  • 1

État général du quartier : On peut le considérer comme étant indescriptible et épouvantable, offrant les traces non équivoques d’une décomposition sanitaire de telle nature qu’on ne comprend pas comment il n’y a pas eu d’épidémies mettant en péril la santé et la sécurité de toute la population de La Havane.8

  • 9 AHPSC, Gobierno Provincial, Prostitución, Legajo 2 226, exp.5

11Voici donc ce qui se cache sous ce doux nom de « zone de tolérance », un monde de déchets destiné à accueillir celles et ceux que l’on assimile à ces lieux. Mais il y a pire, non seulement, il faut les regrouper, les enfermer dans des zones spécifiques, mais il faut également les soustraire à la vue des passants, c’est pourquoi les législateurs vont rapidement se pencher sur la vie des maisons closes. Les maisons de passes ou bayús sont très nombreuses dans les zones de tolérance. A la fin du XIXe siècle, il en existe déjà 234 dans la Vieille Havane (Cañizares, 2000 : 19). A Santiago de Cuba, il existe officiellement 188 maisons de ce type, sans compter les prostituées de couleur qui officient directement chez elles, illégalement9. Il en existe de plusieurs catégories et certaines reçoivent exclusivement des hommes politiques ou des hommes très fortunés. La plupart du temps, les maisons hébergent entre cinq et dix prostituées, qui doivent reverser la moitié de leurs gains à la maquerelle. Chaque maison a de nombreuses pièces parfois séparées par un simple carton ou des planches de bois. Il arrive que dans une maison de cinq pièces, quinze prostituées travaillent à tour de rôle. Lorsqu’elles ne peuvent plus payer les quelques pesos du loyer, qu’elles sont trop laides ou trop vieilles pour continuer, elles doivent faire cela chez elles, parfois en présence des enfants, comme le raconte Violeta, dans « Recuerdos secretos de dos mujeres públicas » :

  • 10 Tomás Fernández Robaina, Recuerdos secretos de dos mujeres públicas, La Habana, Editorial Letras Cu (...)

Maria-Elena fut obligée de parler à la propriétaire du solar dans lequel elle vivait pour qu’elle l’autorise à recevoir ses clients et quelques amis. Elle fut contrainte de diviser la chambre en deux, en posant une étagère au milieu. Elle le fit pour que ses deux enfants de quatre et sept ans ne voient pas ce qui se passait de l’autre côté, mais il était certain qu’ils entendaient tout malgré les somnifères qu’elle leur donnait pour qu’ils dorment comme des pierres.10

12Dans les années 1950, aux traditionnelles maisons closes viennent s’ajouter les cabarets et hôtels de luxe où les filles sont choisies par le client de visu ou sur catalogue.

3. Les différentes réglementations

13Les autorités de Cuba vont toujours essayer de contrôler la prostitution dans ses moindres détails. La première réglementation sur la prostitution date de 1873 : sous le nom de Reglamento Especial de Higiene Pública (Perez de la Riva, 1873), elle est le début d’une longue série de lois sur les devoirs des prostituées, non sur leurs droits, puisqu’on ne les considère pas comme des membres de la collectivité. L’article IV-l stipule que les tenancières doivent payer en fonction du nombre de filles, de la surface utilisée, des impôts qui sont de six, douze, dix-huit et vingt-quatre pesos par mois. L’article XVIII interdit aux prostituées d’occuper les balcons dans les théâtres et de se promener en voiture à cheval sur les avenues publiques. Enfin, le dernier article, l’article XX, stipule que les prostituées devront toujours habiter dans les étages les plus hauts (Perez de la Riva, 1873).On constate déjà le désir de les rendre invisibles tout en les faisant payer. C’est une exploitation qui ne fait que commencer.

14C’est ainsi que, sous la première Intervention américaine, le gouverneur Leonard Wood et le docteur Diego Tamayo organisent le « Règlement spécial pour le service d’Hygiène de la prostitution ou de l’Hygiène spéciale de l’île de Cuba » (Scott, 1902). Le gouvernement yankee veut répertorier les prostituées et prendre des mesures sanitaires concernant les maladies vénériennes. L’article VI dit que toute femme mineure de plus de dix-huit ans peut s’inscrire en tant que prostituée, mais que les parents, grands-parents ou les tuteurs, seront mis au courant afin qu’ils prennent soin d’elle et qu’ils veillent à « la moralité et aux bonnes manières » de cette jeune fille. On note d’ailleurs une hypocrisie totale des politiques face à l’âge des prostituées, puisqu’en 1914, la Section d’Hygiène de La Havane enregistre officiellement cent fillettes de 10 à 14 ans, sans qu’aucune mesure ne soit prise pour les sortir de cet enfer. Les prostituées ont toujours interdiction de se promener en voiture découverte dans les rues et les avenues et désormais elles n’ont plus le droit de saluer une personne dans les lieux publics à moins que celle-ci ne les ait saluées en premier. Il leur est également interdit de porter des tenues provocantes ou aux couleurs criardes et elles ne peuvent se promener à plus de deux hors de leur zone de démarcation. Si elles vont au théâtre, elles ne peuvent s’asseoir qu’en retrait du public, dans un endroit où elles ne sont pas visibles. En ce qui concerne les maisons de passe, l’article XVI dit que pour ouvrir une maison, il faut que celle-ci soit de plain-pied, qu’elle soit située dans la zone de tolérance, dans une rue peu passante. Si elle est dans une rue très fréquentée, il faut qu’elle ait un étage pour y installer la salle de réception des clients et qu’un paravent ou une porte empêche de voir l’intérieur depuis la rue. Les chambres et la cour ne doivent pas être surplombées par les maisons voisines. Les fenêtres basses doivent être condamnées par des volets en bois, les fenêtres hautes et les portes qui donnent sur un balcon doivent être fermées avec des volets fixés de l’extérieur. Ces portes et fenêtres ne pourront être ouvertes que de sept heures à dix heures du matin, pendant le nettoyage et de manière à ce qu’aucune femme ne soit vue de l’extérieur. Enfin, l’article 18 interdit le fonctionnement des maisons closes après une heure du matin.

15On voit bien que le règlement est uniquement vexatoire et humiliant. Les prostituées doivent vivre recluses dans les maisons et on leur impose des heures pour ouvrir leurs fenêtres et voir la lumière du jour. On les « parque » dans la zone de tolérance en leur interdisant d’en sortir à plus de deux, comme si leur seule présence en dehors des limites du quartier était une agression contre les honnêtes citoyens. L’enfermement physique est l’une des premières mesures légales et visibles contre les prostituées. Les différents gouvernements maintiennent un statu quo sur la question des zones de tolérance, et offrent ainsi un cadre idéal d’influence à ceux qui vivent de cette activité, les souteneurs, et cette fois, à l’enfermement se joint la violence.

4. La Traite des Blanches

16Aujourd’hui un mythe, la traite des Blanches a réellement existé sous la période républicaine. Alors que quelques décennies auparavant, la traite des Noirs sévissait encore, et que des hommes et des femmes d’origine africaine étaient arrachés à leur terre natale pour être amenés de force pour grossir les files des esclaves sur l’île, lorsque commence la République, ce sont les femmes blanches que l’on va réduire en esclavage, sexuel cette fois-ci. A Cuba, la traite des femmes correspond d’une part à un mouvement interne. De nombreuses jeunes filles des campagnes sont trompées par des hommes ou des femmes qui leur promettent un travail en ville. Les hommes les séduisent, feignent d’être amoureux d’elles pour les convaincre de les suivre. Souvent analphabètes, pauvres et naïves, elles acceptent de suivre ces personnes dans l’espoir d’aider leur famille, de s’en sortir. Mais une fois arrivées, elles sont obligées de se prostituer. D’autre part, des centaines de femmes originaires de pays comme la France ou l’Espagne sont également amenées à La Havane pour y être prostituées. C’est un véritable marché international mafieux qui est mis en place et dont le centre est Marseille (Lamar, 1925 : .27). Après la Première Guerre mondiale, le trafic de femmes va s’accroître considérablement en raison de la pauvreté qui règne en Europe, et la « marchandise » part des ports de Saint-Nazaire, de Saint-Sébastien, Barcelone et Marseille. Ce sont entre cinq cents et sept cents femmes qui arrivent chaque année, parfois davantage, pour remplir les maisons closes de Cuba. La traite des femmes étrangères à destination de Cuba s’intensifie au fur et à mesure des années, mais il s’avère que depuis les années 1900, ce sont les Françaises qui sont le plus victimes des trafiquants, et ce pour plusieurs raisons. D’une part, les ports de France, et en particulier Marseille, sont des plaques tournantes pour le trafic de femmes. D’autre part, il se trouve que les prostituées françaises connaissent un « succès » important auprès de la population masculine :

  • 11 D.Cañizares, San Isidro 1910, Alberto Yarini y su época, op.cit, p.83. Nous traduisons.

Les préférées étaient presque toujours les Françaises, car mieux vêtues et parfumées, moins vulgaires et moins grossières, elles introduisirent de nouvelles modalités dans la prostitution cubaine, en usant de pratiques inconnues jusqu’alors, voire interdites parce que jugées trop obscènes. Les Françaises, au lieu de la relation sexuelle habituelle, pratiquaient le sexe oral, ce qui leur permettait de contenter les clients beaucoup plus rapidement, et elles profitaient de ce gain de temps pour augmenter le nombre de passes. Le client cubain, ignorant jusqu’alors ces méthodes, revenait encore et encore tester cette nouveauté, exotique et inquiétante, et les Françaises pouvaient ainsi recevoir vingt ou vingt-cinq hommes par soir11.

17Les Françaises ne sont pas les seules étrangères à se prostituer à Cuba, mais leurs «spécialités » les rendent si prisées que toutes les prostituées étrangères sont appelées las putas francesas. Le problème de la traite des femmes françaises prend une telle ampleur dans les années 1920, que le gouvernement français prend des mesures pour les protéger et empêcher qu’elles quittent le pays. En 1921, le ministre de l’Intérieur, alerté par le Ministère des Affaires Etrangères, adresse un courrier à tous les préfets de France dans lequel il dit ceci :

  • 12 Archives Provinciales de Bordeaux, Prostitution, Traite des Blanches, 4M, 340.

Le Ministère des Affaires Etrangères appelle mon attention sur la présence à Cuba de nombreuses prostituées d’origine française, et me demande que des mesures soient prises en vue de prévenir nos jeunes compatriotes des dangers que présente pour elles l’émigration dans ce pays. Je vous prie, dans ces conditions, exception faite, bien entendu, pour les personnes offrant toutes garanties, de ne délivrer désormais de passeport aux femmes se rendant à La Havane que si elles fournissent des justifications sérieuses sur l’objet de leur voyage et établissent qu’elles auront à leur lieu de destination des moyens d’existence honorables. J’ajoute que pour dépister les autorités de police, les individus qui se livrent à la traite des Blanches envoient parfois leur clientèle à Barcelone. Il conviendrait donc de prendre les mêmes précautions à l’égard des femmes demandant à se rendre à Barcelone et qui ne fourniraient pas suffisamment de preuves de l’opportunité de leur voyage12.

18Les zones de tolérance sont donc aux mains des souteneurs cubains et français qui se vouent une haine terrible et qui se partagent ce vaste marché qu’est La Havane. Appelés respectivement Les « Guayabitas » et « los Apaches », ils vivent en prostituant de jeunes femmes, et si l’une d’elles décide de passer à l’ennemi, elle risque de très gros ennuis. Les Français ont l’habitude de punir les femmes qui s’enfuient en les mettant un mois au pain sec et à l’eau ou en les fouettant et en appliquant sur la plaie des compresses de sel et de vinaigre. Cette traite des femmes s’intensifie avec l’arrivée de la mafia à Cuba dès les années 1935-40 et désormais la prostitution n’est plus aux mains des Cubains et des Français, mais des grands mafiosos nord-américains. Les relations qu’entretient Batista avec les milieux mafieux sont très étroites, ce dernier leur permettant de mettre la main sur bon nombre de secteurs économiques. Alors que la tyrannie sanglante du dictateur opprime le peuple, certaines affaires se portent à merveille, en particulier celles qui ont trait aux cabarets, aux grands hôtels, aux casinos et aux restaurants.

5. L’enfermement symbolique : la perte d’identité

19L’enfermement physique est une chose, la restriction de la liberté aussi, mais il est une autre forme d’enfermement qui à mon sens est tout aussi aliénante, c’est l’enfermement dans une condition par un processus de réification et de perte d’identité. En ce qui concerne les prostituées à Cuba, ce processus passe tout d’abord par la maltraitance des corps. La réglementation ne fait pas que répertorier les prostituées, les classifier, les contrôler. Ces femmes sont accusées de transmettre des maladies vénériennes aux hommes, et la Section d’Hygiène va se charger de les inspecter régulièrement.

  • 13 AHPSC, Gobierno Provincial, Prostitución, Legajo 2 227, exp.3
  • 14 AHPSC, Gobierno Provincial, Prostitución, Legajo 2 226, exp.12
  • 15 R.M Alfonso, La prostitución en Cuba y especialmente en La Habana, op.cit, p.144

20La médecine va, elle aussi, excommunier ces femmes, les humilier, en mettant du côté des hommes la salubrité et en attribuant aux prostituées la saleté et les immondices. L’Hygiène ne va s’intéresser qu’à elles, sans jamais s’interroger sur la responsabilité des hommes. Le problème qui se pose dans un premier temps est de trouver un lieu pouvant accueillir les prostituées sans qu’elles soient en contact avec d’autres patients. En 1903, les prostituées de Santiago de Cuba écrivent au gouverneur de la Province d’Oriente pour se plaindre du fait qu’elles n’ont pas d’hôpital où se soigner13. Celui-ci demande donc au Secrétaire du Gouvernement de La Havane la création d’une salle réservée aux femmes publiques à l’hôpital civil de la ville. Le 5 mars 1903, il reçoit une réponse sans appel. Sur le plan moral, il est hors de question que des prostituées soient en contact avec d’autres femmes, qui est plus est des infirmières. Le médecin de la Section d’Hygiène de Santiago de Cuba, Ulpiano Dellundé est d’accord avec cette idée et refuse de laisser « la mauvaise graine se mélanger à la bonne»14. A La Havane, l’Hôpital d’Hygiène s’installe dans un immense bâtiment de la rue Sarabia. Il est réservé exclusivement aux prostituées. Elles ont obligation de s’y rendre deux fois par semaine, pour y subir un examen intime. L’examen se pratique sur les organes génitaux externes et internes, en employant toujours un spéculum pour ces derniers, et on examine également l’anus, les aisselles et la bouche15.

  • 16 Ibidem, p.143

21Le discours est extrêmement technique et jamais on ne parle de la femme. C’est son corps et ses parties les plus intimes qui font l’objet de commentaires, elle semble n’être qu’un morceau de chair. Cela n’est pas sans rappeler le proche passé esclavagiste de Cuba où les esclaves étaient examinés froidement à leur arrivée. Les prostituées sont divisées en trois groupes. Le premier groupe doit se rendre au dispensaire du 77 rue Paula, le lundi et le jeudi, le second, le mardi et le vendredi, et le troisième, le mercredi et le samedi. De midi à quinze heures ont lieu les examens «ordinaires », de quinze heures à seize heures, ce sont les prostituées qui ont manqué un rendez-vous ou que l’administration a convoquées. Après chaque examen, la prostituée se voit remettre une carte sur laquelle sont inscrits son nom, sa rue et le numéro où elle vit, le résultat de l’examen ainsi que la signature du médecin-inspecteur. Les femmes «saines » reçoivent une carte blanche, celles qui sont saines mais indisposées ont une carte rouge et les malades, une carte jaune. Elles doivent se rendre avec cette carte au secrétariat où elle est tamponnée et datée et où le résultat du jour est consigné dans leur carnet. Toute femme malade est emmenée directement de gré ou de force à l’Hôpital d’Hygiène de la rue Sarabia par la police d’hygiène, dans une ambulance. En outre, il existe un service de nuit au dispensaire, de vingt heures à minuit, pour les clandestines arrêtées par la police dans les parcs ou pour les fugueuses. Les maladies les plus répandues sont la syphilis et la blennorragie. Une fois à l’hôpital, les prostituées sont réparties dans différentes salles. Elles sont obligées de payer entre 25 centimes et 50 centimes par jour16. Il y a cinq salles pour les Blanches et trois pour les Noires. La discrimination raciale est pratiquée jusque dans la médecine. Les Blanches ont droit à des traitements différents, sont mieux nourries et mieux soignées. Les mesures prises par les autorités concernant la prostitution répondent plus à un désir de tout contrôler que d’aider les femmes publiques. Rien n’est fait pour les aider ou les sortir de la prostitution. Les visites bihebdomadaires sont très contraignantes et les trois médecins qui pratiquent les examens sont peu complaisants. En une heure, ils examinent chacun entre vingt-cinq et cinquante femmes et ne s’attardent pas sur les malheurs des unes ou des autres. Le corps de la femme est violenté, souillé, lorsqu’elle se vend à ses clients, et il est humilié par des examens intimes brutaux lors des visites médicales, comme si son corps ne lui appartenait plus. La prostituée est invisible à l’œil des médecins comme d'autres hommes.

6. L’identité effacée

22Les prostituées ont une particularité. Elles portent toutes des surnoms et leur véritable identité est souvent cachée. Cette tradition perdure jusqu’à la Révolution, dans les maisons closes les plus sinistres comme dans les cabarets les plus luxueux. Leur surnom correspond à leur lieu d’origine, puisque l’on trouve de nombreux surnoms tels que La Mejicana, La Gallega ou La China, La Bella Francia, à une caractéristique physique, comme le montrent les surnoms La Niña, Huesito, La Rubia, La Muñeca (Castellanos, 1929, 110). Elles s’attribuent également des surnoms en fonction des « qualités » dont elles font preuve avec leurs clients. Ainsi, on trouve des surnoms comme Bola de fuego, La Felina, La Doctora. Ce sont également les souteneurs, lorsqu’ils commencent à exploiter une femme qui les surnomme. Ce sont aussi les maquerelles des maisons de prostitution qui affublent « leurs » filles de surnoms explicites, destinés à vanter les mérites ou les particularités de chaque prostituée. Ce qui n’est pas nommé n’existe pas. Certes, les femmes publiques ont des surnoms, mais leur véritable identité disparaît. Les femmes qu’elles étaient, avant de tomber dans la prostitution, n’existent plus. La société ne les considère pas comme des citoyennes et le système leur nie jusqu’à leur statut de femme. Cette situation rappelle celle des esclaves sous la colonie, privées de leur nom par des maîtres qui les rebaptisent. Le nom de famille n’est utilisé que lors des examens médicaux ou encore lors de séjours en prison, ce qui correspond à des moments de répression ou de vexation.

23La perte de l’identité et l’enfermement dans une condition de non-femme ne tiennent pas uniquement au port de surnoms. Elle vient également des marques imprimées dans la chair des femmes. En effet, le tatouage est très répandu chez les prostituées dans les premières décennies républicaines. Ce sont le plus souvent les étrangères et les femmes de couleur qui portent des tatouages, comme l’a constaté le médecin de la commission d’Hygiène en 1902 :

  • 17 Ramón María Alfonso, La prostitución en Cuba y especialmente en La Habana, La Habana, Imprenta P.Fe (...)

La plupart des femmes métisses portent des tatouages sur la partie dorsale du premier espace interdigital de la main droite. Certaines, et elles sont nombreuses, en portent sur le visage, la face externe des bras, la partie intérieure de l’avant-bras, sur la partie intérieure des cuisses, sur la poitrine, de préférence sur le sein gauche. Les étrangères, surtout les Américaines, se font tatouer différentes choses : des initiales, des prénoms, des bouquets de fleurs, des oiseaux, des cœurs qui saignent, une croix, une épée, une ancre, et parfois des motifs indécents. Ce sont les tatouages les plus fréquents.17

24Il semblerait que les Cubaines blanches aient moins recours à cette pratique que les femmes de couleur et les étrangères. La Charmé, une des prostituées de La Havane, raconte cette habitude du tatouage dans les années 1940-1950 :

  • 18 T.Fernández Robaina, Recuerdos secretos de dos mujeres públicas, op.cit, p.26-27. Nous traduisons.

Il semble que c’était une mode ou une habitude très ancienne. On se tatouait les initiales de nos maris. Parfois, l’initiative était spontanée, mais le plus souvent nos maris nous demandaient ou exigeaient qu’on le fasse. C’était la marque, la preuve que nous étions ou que nous avions été la femme de quelqu’un. Je ne me rappelle pas avoir vu de filles avec des vierges, des proverbes ou autres dessins. Il y en avait sûrement, mais je ne m’en souviens pas. Moi, j’avais une phrase tatouée sur la cuisse et le nom d’un des maris que j’avais eus18.

25La véritable raison qui pousse les femmes de Cuba à se faire tatouer est donc à chercher du côté des hommes. Ce sont eux qui les obligent à porter des marques indélébiles, des tatouages qui montrent qu’elles sont la propriété d’un homme, qu’elles sont leur chose et de même qu’on marque les animaux, ou les esclaves, on marque les femmes. Le nom du « mari», doux euphémisme derrière lequel se cache le proxénète, est inscrit sur la peau des femmes, ce qui veut dire que les clients savent à qui elles appartiennent et qu’en cas de fugue ou de désertion elles sont facilement identifiables. Si une femme a plusieurs proxénètes, elle porte les stigmates de chacune des époques qu’elle a vécues. Porter un surnom, c’est perdre une partie de soi. Porter un tatouage qui vous fait la propriété d’un homme est une deuxième façon de perdre son identité. Que reste-t-il à la femme lorsque son nom et son corps ne sont plus les siens ? Elle n’existe plus. Elle devient invisible pour la société et pour elle-même. La conséquence ? Un sentiment de dévalorisation, d’échec, de doute, de frustration. Cette perte de repères entraîne également une dépendance envers celui qui reconnaît la prostituée, le proxénète. La société républicaine veut rendre les femmes prostituées invisibles, les soustraire au regard des honnêtes gens. Ensuite, c’est le milieu dans lequel elles évoluent qui finit de les aliéner. Elles y perdent souvent leur identité et finissent par être dépendantes de qui les maltraite.

7. Une condition de non-femme irréversible

26C’est en partie pour prévenir la propagation de ces maladies que la section d’Hygiène oblige les prostituées à se soumettre à deux examens hebdomadaires. Les malades sont conduites de gré ou de force à l’Hôpital d’Hygiène et sont séparées en fonction de la pathologie dont elles souffrent. Mais il faut noter que l’on montre les femmes publiques comme les porteuses de maladies, on les accuse d’être responsables de la contagion, on les voit comme des êtres sales et dangereux sans jamais regarder du côté des clients. Tout comme il semblerait que le client n’existe pas, qu’il est dégagé de toute responsabilité sociale dès lors qu’il fréquente une prostituée, il n’est pas non plus responsable de la transmission des maladies vénériennes. C’est l’homme sain et propre, qui entre et qui sort de la maison close, irréprochable. Or rien n’est moins faux. Les clients sont eux aussi porteurs de maladies, d’autant qu’ils ne sont pas contraints, contrairement aux prostituées, de se soumettre à des examens médicaux. Ils peuvent vivre avec ces maladies de nombreux mois sans que personne ne s’en rende compte. Quoi qu’il en soit, la syphilis et la blennorragie sont surtout des maladies qui touchent les prostituées clandestines, les autres étant souvent traitées dès que la maladie a été détectée par les médecins hygiénistes. Ces maladies laissent des marques qui sont autant de stigmates de cette vie difficile. Tel de l’acide ou la gangrène, elles rongent le corps et privent la femme de son image. La prostitution en elle-même, nous l’avons vu, entraîne une perte d’identité, mais les maladies vénériennes se chargent de gommer les traits originels de la femme, de l’enlaidir au point qu’elle ne puisse plus se reconnaître. En outre le processus d’aliénation passe par deux tragédies féminines, dans une société où le patriarcat est exacerbé et dans laquelle la maternité est la valeur essentielle de la femme : il s’agit de l’avortement et de la stérilité.

8. L’avortement et la stérilité : une tragédie au féminin

  • 19 R.M.Alfonso, La Prostitución en Cuba y especialmente en La Habana, op.cit, p.68
  • 20 Ibidem.

27Les prostituées des maisons de luxe comme celles des quartiers de San Isidro ou de Colón, entre autres, courent toujours le risque d’être contaminées par des maladies vénériennes ou de tomber enceintes. Pour éviter cela, elles ont recours à des pratiques dangereuses après chaque client et chaque relation sexuelle. Les toilettes intimes sont effectuées avec des préparations d’acide phénique, d’acide borique et d’autres composants qui les protègent des contagions et jouent un rôle contraceptif.19 Certaines femmes, pour éviter absolument une grossesse, confectionnent des tampons ou des morceaux d’éponges qu’elles introduisent dans leur vagin avant la relation sexuelle. Tomber enceinte est une réelle catastrophe. Si elles gardent l’enfant conçu lors d’une relation tarifée avec un homme qu’elles ont peu de chance d’identifier, elles courent à leur perte. D’une part, cet enfant illégitime sera renié par la société, et portera la marque du péché de sa mère. D’autre part, élever et nourrir un enfant est très difficile pour des femmes qui sont pauvres et qui passent le plus clair de leur temps dans les maisons closes. Elles sont alors contraintes d’abandonner le nourrisson et de le confier à un orphelinat. La plupart du temps, les prostituées cubaines préfèrent donc avorter, mais les conditions dans lesquelles sont pratiqués ces avortements sont déplorables, et elles risquent de graves complications quand elles ne décèdent pas des suites de l’intervention. Par ailleurs, il est un autre problème qui prend une ampleur importante à mesure que la prostitution augmente. Il s’agit de la stérilité. Les produits corrosifs employés pour les toilettes intimes, tels que l’acide borique, provoquent souvent une stérilité irréversible. En outre, le nombre très élevé des rapports sexuels, qui oscillent entre dix et vingt par jour dans les maisons closes, ainsi que le jeune âge des fillettes lorsqu’elles commencent à se prostituer, alors même qu’elles ne sont pas formées, provoquent des déviations de la matrice qui entraînent la stérilité. Sur 375 femmes examinées par les services d’hygiène de La Havane en 1902, 246 sont nullipares, soit 65,6%20. Nous avons dit que la prostitution était le lieu de la perte d’identité. La stérilité est un autre facteur qui contribue à ce phénomène. Rappelons que la maternité est sacralisée par la société cubaine, qui considère que c’est la plus grande mission de la femme, celle qui lui permet de se réaliser pleinement. Or, dès qu’une femme, quelle qu’en soit la raison, déroge à cette loi en ne devenant pas mère, elle devient la non-femme, elle perd sa féminité pour n’être plus qu’une curiosité de la nature. Les prostituées sont déjà considérées comme des parias ; elles ne sont ni citoyennes ni membres d’une communauté. La stérilité les prive de ce qu’il leur reste, leur enlève ce que la nature leur a donné, elles ne sont plus des femmes.

Conclusion

28L’enfermement des femmes publiques sous la République est donc à la fois réel, puisqu’institutionnalisé et instrumentalisé par des hommes politiques et des souteneurs qui y trouvent un intérêt certain, et symbolique puisque peu à peu, par divers processus physiques et mentaux, c’est leur identité même qui disparaît et l’aliénation qui prend le pas sur le libre arbitre. Il faudra attendre 1959 pour que les zones de tolérance disparaissent et que les femmes qui avaient été obligées de se prostituer retrouvent une place dans la société. Je finirai en citant les mots de Violeta :

  • 21 T.F Robaina, Recuerdos secretos de dos mujeres públicas, op.cit, p.99. Nous traduisons.

Je ne voulais pas parler ou même me souvenir d’où je viens, jusqu’à l’autre jour, quand une jeune fille m’a dit que ce qu’on lui avait raconté sur nous était faux. Nous avons toutes arrêté de nous prostituer dès que l’on en a eu l’opportunité. Pour la première fois de ma vie, j’ai eu l’impression d’être une personne, et non une chose… J’aurais tout donné pour que cela arrive quand j’avais 14-15 ans, je n’aurais pas eu à cacher mon passé à mes enfants… en entendant cette jeune fille, je me suis rendu compte que les gens oublient vite, et que beaucoup ignorent à quel point nos vies ont été tragiques, ce que cela signifiait de faire cela car nous n’avions aucun autre moyen de gagner de quoi manger et nous loger. Je voudrais pouvoir l’écrire et que ma mémoire ne me trahisse pas. J’ai peur, peur de me mettre devant le miroir et de me rappeler combien de fois on nous a appelées Violeta, Azucena, Margarita, Orquídea, La china, Rosa, la Madrileña, la Mexicana…21

Haut de page

Bibliographie

AHNC (Archivo Histórico Nacional de Cuba)

Fondo : Audiencia de La Habana, Proxenetismo

AHPSC (Archivo Histórico Provincial de Santiago de Cuba)

Fondo : Gobierno Provincial, Prostitución

AHPB (Archives Historiques Provinciales de Bordeaux)

Fond : Prostitution, Police des mœurs

Prostitution, Traite des Blanches

Ramón, M. A. (1902). Memoria de la comisión de Higiene Especial de la Isla de Cuba, La prostitución en Cuba y especialmente en La Habana, La Habana, Imprenta P.Fernández y Ca.

Ramón, M. A. (1903). Manumisión económica de la mujer cubana, conferencia celebrada en el teatro la Caridad de Villaclara, el 26 de mayo de 1903, Villaclara, Imprenta y papelería El Iris.

Ramón, M. A. (1912). La Reglamentación de la prostitución, breves apuntes sobre cómo debe ser en Cuba, Editorial El Siglo XX.

Alvarez Estevez, R. (1976). La reeducación de la mujer cubana en la colonia : la casa de Recogidas, La Habana, Editorial de Ciencias Sociales.

Alvarez Súarez, M. (2001). Construcción socio-cultural de la masculinidad, La Habana, Editorial de la Mujer.

Ares, A. (2001). Identidadde género y su especificidad en Cuba, La Habana, Editorial de la Mujer.

Astelarra, J. (2005). ¿Libres e iguales ? Sociedad y política desde el feminismo, La Habana, Editorial de Ciencias Sociales.

Berriot Salvadore, B. (2002). « Le discours de la médecine et de la science », dans Histoire des femmes en Occident III. XVI- XVIIIe, Paris, Plon.

Boloña, C. (1905). En pro de la mujer cubana, La Habana, Impresores Rambla y Bouza.

Bourdieu, P. (1998). La domination masculine, Paris, Editions du Seuil.

Bruschetti, A. (1923). Consejos a la Mujer, La Habana, Imprenta de A. Terradas.

Cañizares, D. (2000). San Isidro, 1910, Alberto Yarini y su época, La Habana, Editorial Letras Cubanas.

de Carrión, M. (1978). Las Impuras, La Habana, Editorial Pueblo y Educación.

Castellanos, I. (1929). La delincuencia femenina en Cuba, La Habana, Dorrbecker.

Castro, P. (1951). La verdad sobre el barrio de Colón, La Habana, Imprenta Muralla 58.

de Cespedes, B. (1888). La prostitución en la cuidad de La Habana, La Habana, Estab. Tipográfico O'Reilly.

Cirules, E. (1999). El Imperio de La Habana, La Habana, Editorial Letras Cubanas.

Duque, M. (1914). La prostitución, sus causas, sus males, su higiene, La Habana, Imprenta y Papelería Rambla y Bouza.

Ernest, B. (1979). Le Patriarcat, Paris, PUF.

Fernández Robaina, T. (1984). Recuerdos secretos de dos mujeres públicas, La Habana, Editorial Letras Cubanas.

Foucault, M. (1976). Histoire de la sexualité, tome I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Horta Mesa, O. (2005-2006). Recodo sentencioso de la prostitución en la colonia cubana, Maestría, Universidad de La Habana, Departamento Historia de Cuba.

Lamar, H. (1925). Lucha contra la prostitución y la trata de mujeres, protesta del Club Femenino de Cuba, leída en los salones de la Cruz Roja cubana el día 14 de mayo de 1925, publié par Bogerio Zayas Bazán, secretario de Gobernación, La Habana, Imprenta El Fígaro.

Legardinier, C. et S. Bouamara (2006). Les clients de la prostitution, Paris, Presses de la Renaissance.

Ministerio de Gobernación, (1951). Por la moral pública, Datos y antecedentes relativos a la campaña contra los explotadores del vicio en la barriada de Colón de la ciudad de La Habana, ordenada por el doctor Lomberto Díaz Rodríguez, ministro de Gobernación, 4 y 5 de octubre de 1951, s/ed.

Perez de la Riva, A. (1873). Reglamento especial de higiene pública, La Habana, s/ed.

Robaina, T.F. (1984). Recuerdos secretos de dos mujeres públicas, La Habana, Editorial Letras Cubanas.

Scott, H.L. (1902). Reglamento especial para el régimen de la prostitución en Cuba, La Habana, s/ed.

Vinat de la Mata, R. (2001). Las cubanas en la posguerra (1898-1902), La Habana, Editora Política.

Haut de page

Notes

1 Informe del censo de Cuba de 1899, Defunciones anunciadas en Cuba, p.738

2 Censo de población de 1899, tabla VII, Proporción de población por sexo, nacionalidad general y color, p.210-212

3 Censo de población de 1899, Profesiones, artes y oficios por sexo y lugar de nacimiento, p.481-482

4 Ramón María Alfonso, Memoria de la comisión de Higiene Especial de la Isla de Cuba, La prostitución en Cuba y especialmente en La Habana, La Habana, Imprenta P.Fernández y Ca., 1902, p.31-32

5 María del Carmen Barcia Zequeira, Una sociedad en crisis : La Habana a finales del siglo XIX, La Habana, Editorial de Ciencias Sociales, 2000, p.112

6 Ramón María Alfonso, op.cit, p.23

7 AHPSC, Gobierno Provincial, Prostitución, Legajo 2 226, exp.12

8

9 AHPSC, Gobierno Provincial, Prostitución, Legajo 2 226, exp.5

10 Tomás Fernández Robaina, Recuerdos secretos de dos mujeres públicas, La Habana, Editorial Letras Cubanas, 1984, p.40. Nous traduisons.

11 D.Cañizares, San Isidro 1910, Alberto Yarini y su época, op.cit, p.83. Nous traduisons.

12 Archives Provinciales de Bordeaux, Prostitution, Traite des Blanches, 4M, 340.

13 AHPSC, Gobierno Provincial, Prostitución, Legajo 2 227, exp.3

14 AHPSC, Gobierno Provincial, Prostitución, Legajo 2 226, exp.12

15 R.M Alfonso, La prostitución en Cuba y especialmente en La Habana, op.cit, p.144

16 Ibidem, p.143

17 Ramón María Alfonso, La prostitución en Cuba y especialmente en La Habana, La Habana, Imprenta P.Fernández y Ca, 1902, p.66. Nous traduisons.

18 T.Fernández Robaina, Recuerdos secretos de dos mujeres públicas, op.cit, p.26-27. Nous traduisons.

19 R.M.Alfonso, La Prostitución en Cuba y especialmente en La Habana, op.cit, p.68

20 Ibidem.

21 T.F Robaina, Recuerdos secretos de dos mujeres públicas, op.cit, p.99. Nous traduisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Moreau-Lebert, « Les zones de tolérance à Cuba sous la république : l’enfermement réel et symbolique des femmes publiques », Études caribéennes [En ligne], 27-28 | Avril-Août 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6945 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6945

Haut de page

Auteur

Mélanie Moreau-Lebert

Maître de Conférences, Civilisation hispano-américaine, UFR Langues et Civilisations, Département d'Espagnol, Université Bordeaux Montaigne, melaniemoreau@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org