Navigation – Plan du site
Hors dossier

La fabrication patrimoniale de Teotihuacán : récit savant et projet pour le futur

The Heritage fabrication of Teotihuacán: Learned Narrative and Project for Future
Isabelle Anatole-Gabriel

Résumés

Afin de comprendre en quoi la patrimonialisation est susceptible de révéler un lien avec la notion politique et institutionnelle de développement, nous étudions les modalités savantes de fabrication du site de Teotihuacán, son insertion dans un récit national puis les formes de son internationalisation par le biais de son inscription, en 1987, sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Nous détaillons les liens entre l’archéologie nationale et l’anthropologie historique, ainsi que leur rapport à l’espace et aux territoires des cultures précolombiennes. Ainsi l' étude révèle que le lien historique avec le passé des populations précolombiennes mis au jour par la patrimonialisation du site a permis le rapprochement des deux composantes de l’identité mexicaine contemporaine, indienne et hispanique. Nous présentons ensuite, à partir de l’œuvre poétique d’Octavio Paz, les convergences entre le contenu historique et le contenu culturel dont les représentations du site sont porteuses. On montre ainsi que Teotihuacán a pris place dans un vaste territoire mental, culturel et mémoriel, servant à la constitution d’un projet pour le futur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement : Notre diversité créatrice, Pa (...)

1Réfléchir à la confrontation entre la patrimonialisation et le développement n’est pas sans résonnance particulière dans l’espace caribéen et américain. L’exercice académique répercute l’écho, lointain mais dense, de la première conférence intergouvernementale des politiques culturelles pour le développement, tenue à l’initiative de l’UNESCO à Mexico en 1982, durant laquelle les interactions entre le patrimoine, l’identité culturelle et le développement social et économique ont été formalisées. Dans un cadre politique et institutionnel, l’identification de ces liens est dotée d’un caractère performatif nécessaire à leur traduction en programmation politique, bien que des travaux théoriques majeurs aient été conduits au cours de la dernière décennie du vingtième siècle pour en expliciter les fondements de manière empirique (UNESCO)1. Trente années après la conférence de Mexico, les attendus politiques d’une réflexion académique susceptible de poursuivre l’explication de ces interactions et d’en modéliser les processus restent forts.

2Pour autant, il n’est pas inutile de délaisser cette perspective instrumentale et d’ouvrir à l’interprétation historique le spectre sémantique (patrimoine, identité, mémoire) proposé à la réflexion. Un élément nouveau nous y invite. L’apparition récente du néologisme de patrimonialisation suggère de fait un déplacement des termes de la réflexion d’une catégorie constituée d’objet (le patrimoine) vers les processus de sa fabrication. Ce néologisme autorise, par conséquent, d’une part, l’introduction de la temporalisation dans la réflexion et, d’autre part, l’identification des dispositifs culturels qui favorisent et accompagnent ces processus. Faisant mien le présupposé selon lequel la Caraïbe et les Amériques constituent un espace homogène d’expérience culturelle et de rapport au temps, je me suis interrogée sur la question suivante : en quoi la fabrication patrimoniale du site de Teotihuacán (Mexique) au cours des XIXe et XXe siècles révèle les dispositions d’un État et d’une nation à se projeter dans le futur ? Ou, en d’autres termes, en quoi la fabrication du patrimoine est-elle un révélatrice d’un projet pour le futur ? Pour se faire, j’ai étudié les représentations produites d’une part par le récit savant sur Teotihuacán, issu de l’archéologie, de l’anthropologie et de l’histoire, et d’autre part, les représentations produites par la littérature. J’ai cherché à circonscrire leurs résonnances et leurs convergences, notamment de leur rapport au temps afin de comprendre de quelle manière elles pouvaient, en se combinant, rendre compte d’un projet pour le futur. L’analyse combinée de ces deux types de récits constitue notre proposition à la fois méthodologique et heuristique. Si les étapes de fabrication historique du site patrimonial doivent être détaillées et restituées pour en connaître les contenus, la confrontation avec la littérature constitue une mise en questionnement de l’imposition par le haut, c’est-à-dire par les savoirs savants, du récit qui s’élabore autour du site patrimonial. La recherche de ressorts ignorés et de légitimités invisibles dans les processus de patrimonialisation permet de comprendre et de relier les différentes composantes de ce qui, en marge des actions politiques et institutionnelles, fait sens pour une société dans sa démarche de protection du patrimoine.

3Pour le continent amérindien, nous avons cherché ces ressorts dans les lieux d’une mémoire difficile. Le choix de Teotihuacán, site emblématique du patrimoine préhispanique, n’est pas anodin. On peut s’interroger en effet – comme le fait le romancier Le Clezio - sur ce qu’il serait advenu, quel aurait été le rapport à la fabrication patrimoniale du continent amérindien, si « le rêve mexicain » n’avait été interrompu, « s’il n’y avait eu cette destruction, ce silence des peuples indiens. » (Le Clézio, 1988). Seule la voix du poète peut - peut-être - répondre à une telle question. Ce « peut-être » fonde l’usage heuristique que nous faisons de la littérature, dans la mesure où elle peut révéler des espaces du possible dans l’enquête historique, des lieux d’histoire porteurs de significations (Farge), en marge de la chaîne des évènements historiques et de la restitution de l’histoire culturelle par le travail archéologique et philologique.

1. Le récit savant de la fabrication de Teotihuacán 

  • 2 ICOMOS, Liste du patrimoine mondial, N°414, Ville préhispanique de Teotihuacán, daté d’avril 1987, (...)

4En 1987, deux ans après un tremblement de terre qui a fortement endommagé les monuments historiques jusqu’au cœur même de sa capitale, le Mexique présente six sites à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial élaborée par l’UNESCO depuis 1977. Hormis le site naturel de Sian Ka’an, les six autres biens proposés regroupent des centres historiques urbains et des sites archéologiques précolombiens. Les centres historiques de Puebla, de Oaxaca et de Mexico composent les premiers, la cité maya de Palenque et son parc national, la zone archéologique de Monte Alban et Teotihuacán constituent les seconds. Chacun des six biens fait l’objet d’un dossier de candidature constitué d’un formulaire destiné à l’évaluation de la qualité de la candidature et du bien-fondé de l’inscription. Le texte du dossier présenté pour le site de Teotihuacán fait apparaître un discours tenu sur l’archéologie, ses méthodes, ses objectifs et son usage par le Mexique et n’occulte en rien le rôle de l’archéologie dans la construction nationale2. Les usages politiques du site sont ainsi pleinement assumés par les autorités mexicaines dans leur démarche de reconnaissance de la valeur mondiale du site.

1.1. Archéologie et construction nationale : l’œuvre de Leopoldo Batres et Manuel Gamio

5La première étape du récit savant se caractérise par l’usage du site dans la construction nationale, d’une part, en établissement un continuum historique entre les populations préhispaniques qui s’y révèlent et celles du Mexique contemporain et, d’autre part, en cherchant dans la rupture historique des raisons des problèmes socio-économiques qui touchent alors, au tournant du XXe siècle, les populations indiennes. Ces deux orientations sont l’œuvre de deux archéologues mexicains, Léopoldo Batres et Manuel Gamio.

  • 3 C’est à cette date que l’archéologie est institutionnalisée et bénéficie du statut de « discipline (...)
  • 4 « El veinte de Marzo del año próximo pasado dí principio á las exploraciones que estoy llevando á c (...)
  • 5 Dossier d’inscription Ville préhispanique de Teotihuacán, n° 414-2-12-1986, annexe 4-C-1, « Anteced (...)

6Les recherches archéologiques à caractère systématique ont débuté au Mexique à la fin du XIXe siècle. Elles ont pour objectif avoué de renforcer la conscience historique du peuple mexicain par la reconstitution de son histoire ancienne3. Retrouver le lien historique avec le passé précolombien est en effet essentiel au rapprochement des deux composantes de l’identité mexicaine contemporaine, indienne et hispanique. De 1821 à 1920, l’ouverture par le gouvernement mexicain de vastes chantiers de fouilles des vestiges préhispaniques tendait à mettre la connaissance du passé au service de la construction nationale (Nalda, 1998). Seule une nation réconciliée avec l’histoire de sa genèse est en effet à même de soutenir les ambitions politiques déclenchées par l’Indépendance, acquise en 1821. Le premier explorateur du site de Teotihuacán, Leopoldo Batres, l’archéologue officiel du régime de Porfirio Diaz, n’en faisait pas mystère lors du Congrès international des Américanistes de 1906. Pour son travail, il revendiquait haut et fort la tutelle des plus hauts représentants politiques de la nation mexicaine : « Le 20 mars de l’année prochaine, nous passons en principe aux explorations que nous avons à charge dans les monuments archéologiques de Teotihuacán, en vertu de l’accord et de l’initiative du Général Díaz, Président de la République, de Monsieur Don Justo Sierra, Secrétaire d’État en charge de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, et de Monsieur Ezequiel A. Chávez, Sous-secrétaire d’État du même Secrétariat4» (Illustrations 1 et 2). Cet usage politique de l’archéologie mexicaine à ses débuts n’est pas en soi inédit ni surprenant. Il fait écho aux motivations des archéologies nationales européennes qui procèdent, à la fin du XIXe siècle, à la redéfinition de leur antiquité avec l’appui des institutions gouvernementales. C’est la présentation, dans le dossier d’inscription du site, de cet usage assumé comme tel qui est significative. Les résumés de l’histoire des fouilles et des restaurations annexés au dossier qualifient sans artifice la première grande période de fouilles de Teotihuacán, dirigée par Batres et financée par le gouvernement fédéral entre 1905 et 1910, de « grand Projet à caractère idéologique et politique5 ». En 1987, l’histoire du site de Teotihuacán émane par conséquent d’un discours national déjà ancien d’une centaine d’années. La bibliographie du dossier d’inscription couvre très exactement cette période, des premiers travaux de Leopoldo Batres en 1889, à ceux d’Ignacio Bernal et de Rubén Cabrera en 1985. Ainsi, à travers les caractéristiques d’une évaluation scientifique, documentée et objective, se manifeste le rôle de l’archéologie dans l’élaboration, tout au long des XIXe et XXe siècles, du discours nationaliste mexicain et de ses représentations. Les modalités par lesquelles Teotihuacán a pu servir celui-ci marquent le point de départ de sa fabrication patrimoniale.

Illustration 1. La pyramide du Soleil en 1906 avant les fouilles de Leopoldo Batres.

Illustration 1. La pyramide du Soleil en 1906 avant les fouilles de Leopoldo Batres.

Illustration 2. La pyramide du Soleil en 1906 pendant les fouilles de Leopoldo Batres.

Illustration 2. La pyramide du Soleil en 1906 pendant les fouilles de Leopoldo Batres.

Source illustrations 1 et 2 : Leopoldo Batres, Teotihuacán - Memoria que presenta Leopoldo Batres Inspector General de los Monumentos Arqueológicos de la República Mexicana al XV Congreso Internacional de Americanistas que deberá reunirse en Quebec el mes de Septiembre de 1906, relativa á las Exploraciones que por orden del Gobierno Mexicano y sus expensas está llevando á cabo la Inspección de Monumentos Arqueológicos en las Pirámides de Teotihuacán – Año de 1906. Mexico, D.F.: Impeta de F.S. Soria, 1906.

  • 6 Programa de la dirección des estudios arqueológicos y etnográficos, formulado por el director Manue (...)
  • 7 Id.
  • 8 Ibid., p. 4.
  • 9 Ibid., p. 8.

7Au cours de la première moitié du XXe siècle, les recherches faites sur le site sont investies d’un rôle idéologique instrumental dans les politiques sociales et économiques mexicaines destinées aux populations indiennes. Cet usage est l’œuvre de Manuel Gamio, professeur d’archéologie au Musée national de Mexico à partir de 1911, qui fouille le site dans les années 1920. Pendant cette période, Teotihuacán est placé sous la tutelle du secrétaire pour l’Agriculture car « territoire et population sont des entités intimement liées et dépendantes les unes des autres dans quasiment tous leurs aspects et leurs caractéristiques6 ». La mission de ce ministère est de « déterminer et améliorer les relations mutuelles organiques et fonctionnelles » de ces deux entités, en ayant recours aux concepts modernes avancés par l’anthropologie, la géographie et la biologie7. En exploitant les possibilités offertes par une telle approche multidisciplinaire, Manuel Gamio demande la création, au sein du secrétariat à l’Agriculture, d’une Direction des Études archéologiques et ethnographiques. Établie en 1917, la nouvelle Direction est chargée « des monuments archéologiques et de l’exploration, la conservation et l’étude des races aborigènes8 ». Ce regroupement administratif signale la direction donnée aux usages de la recherche archéologique : passé et présent indiens sont désormais étroitement liés. Dès lors, le programme de recherche de Teotihuacán regroupe la conduite des fouilles archéologiques et des études sur les populations indiennes contemporaines, notamment au travers d’enquêtes sur la répartition des terres, la propriété et les modes d’exploitation. Il ressort de cette évolution que, pour la République mexicaine, l’étude du passé et du présent s’informent mutuellement dans un continuum légitimé par l’approche scientifique du sujet central, la population indienne9.

  • 10 La Población del Valle de Teotihuacán, el medio en que se ha desarrollado ; su evolución étnica y s (...)
  • 11 « La realizacion de la primera excavación estratigráfica practicada en América, y sus conceptos sob (...)
  • 12 Dans le chapitre intitulé La población actual, Gamio écrit: « Se le está estudiando desde varios pu (...)
  • 13 « La imagen de un indio perdido o degenerado se desecha, dando paso a un indio atrasado, víctima de (...)
  • 14 Id.
  • 15 « para fomenta eficientemente el desarrolló físico, económico e intelectual de la población del val (...)
  • 16 « The archaeological monuments of the region could well furnish a source of income in attracting to (...)

8L’œuvre majeure de Gamio, La Población del Valle de Teotihuacán (La Population de la vallée de Teotihuacán)10, est la seconde référence citée dans la bibliographie proposée dans le dossier d’inscription. Publié en 1922, ce livre fixe pour de longues années le programme des recherches entreprises sur le site, et leur articulation avec les enjeux politiques, économiques et culturels du Mexique contemporain. Il s’inspire du travail de l’école d’anthropologie nord-américaine du groupe de Franz Boas à l’International School of American Archaeology and Ethnology de l’Université Columbia, qui pose comme principe de connaissance de l’homme une démarche multidisciplinaire combinant l’étude du passé, de la morphologie humaine de la culture et de la langue. L’adhésion de l’archéologie mexicaine à cette approche, qualifiée de « recherche intégrale »11, encouragea l’assimilation des populations précolombiennes et indiennes contemporaines à un seul et même peuple. Cette étude sur la population signale également une nouvelle étape dans le rapport entre le passé et le présent issu de la recherche archéologique : elle fait ressortir les conséquences de la conquête sur la situation sociale, économique et culturelle des populations indiennes12. Selon l’archéologue Enrique Nalda, le travail de Gamio à Teotihuacán a été à l’origine d’une représentation différente des populations indiennes. Il souligne en effet que « l’image du peuple autochtone perdu et dégénéré fut abandonnée au profit de celle du peuple autochtone arriéré (sic), car victime de quatre siècles de stagnation13 ». Résultat d’un détournement de l’archéologie pour les uns, spécificité de l’archéologie mexicaine pour les autres14, le principe selon lequel l’étude du passé doit servir à l’amélioration du présent est mis en œuvre par Gamio. Celui-ci clôt son ouvrage par une série « d’initiatives en vue de procurer une amélioration » à la population de la vallée de Teotihuacán, tandis que dans un autre recueil publié également en 1922, il avance des propositions au Secrétaire à l’agriculture, afin de « construire efficacement le développement physique, économique et intellectuel de la population de la vallée de Teotihuacán15 ». Trois années plus tard, à l’occasion du Congrès de l’Union panaméricaine, Manuel Gamio est en mesure de présenter les résultats concrets de ses propositions. Appuyé sur une importante campagne de publicité mettant en valeur les fouilles effectuées, l’afflux de visiteurs - 500 par jour au cours de l’hiver 1922-1923 - permet de verser « 15 000 pesos par mois dans la vie économique de la région16 ».

1.2. La signification universelle de Teotihuacán - Cité des Dieux

9Une deuxième étape de fabrication patrimoniale du site intervient à partir des années 1940 avec Alfonso Caso, figure dominante de l’archéologie mexicaine des années 1930 et 1940 et grand promoteur de l’anthropologie dans le sillage de Gamio. Alfonso Caso fonde en 1939 l’Institut national d’Anthropologie et d’Histoire. L’INAH prend dès lors en charge la gestion des chantiers de fouille. À Teotihuacán, Alfonso Caso amorce une autre voie de recherche par l’exploration et la réhabilitation des vestiges les plus prestigieux du passé préhispanique, en particulier les tombes, faisant ainsi valoir le caractère sacré et les fonctions religieuses du centre cérémoniel qu’avait aussi le site. Le travail d’interprétation se déplace ainsi sensiblement et, à la lumière des dégagements effectués à une grande échelle, toute la complexité de l’immense centre urbain de Teotihuacán se révèle. Les reconstructions des monuments in situ et les restitutions graphiques de l’ensemble du site justifient alors la nouvelle désignation de « cité archéologique », qui sous-entend un caractère d’exemplarité et de modèle expérimental que le site peut jouer pour l’étude des sites préhispaniques. L’origine légendaire de Teotihuacán, dont le nom signifie en nahuatl « lieu des Dieux » ou « lieu où les hommes se transforment en Dieux », est mise en lumière au même moment par le travail philologique. De nouvelles facettes du passé indien sont alors présentées au public, qui mêlent les sciences, la culture, la mythologie et fait des incursions dans l’ésotérisme. Sur place, en 1971, la découverte au centre de la pyramide du soleil d’une grotte « initiatique », lieu de rencontre avec les forces telluriques, donne à cette dernière composante une réalité visuelle et une légitimité matérielle. Combinée à une approche synthétique des travaux de terrain, l’exploitation du symbolisme spirituel encourage le dépassement du cadre historique national d’interprétation de Teotihuacán et son inscription dans un registre culturel plus large. Le site permet désormais de parler du passé indien à l’échelle de la région et signifier sa place dans l’histoire universelle.

  • 17 Bernal, Ignacio. Guiá oficial. Teotihuacán, texto original, Ignacio Bernal ; texto excavaciones de (...)
  • 18 Bernal, Ignacio. Guiá oficial. Teotihuacán, op.cit.,1985.
  • 19 Ibid.

10Dans un guide « officiel », écrit conjointement en 1985 par Ignacio Bernal et Rubén Cabrera, deux ans avant l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial, la visite de Teotihuacán est présentée comme une expérience importante pour la connaissance du Mexique, de l’Amérique et de l’histoire des mondes anciens : « Une visite à Teotihuacán est impérative pour quiconque souhaite comprendre le Mexique, pas seulement parce qu’il y découvre, les plus importantes ruines de l’ancienne Amérique, la planification exemplaire et l’harmonie sereine de ses structures dans leur totalité, mais aussi parce que, on peut dire que d’une certaine façon, l’histoire du Mexique commence ici 17. » Dans ce commentaire, il est moins question de chronologie et d’archéologie que de l’évocation d’une trajectoire historique dont le site est l’illustration. Cette intention se confirme un peu plus loin lorsque les auteurs affirment que « Le triomphe de Teotihuacán il y a plus de 2 000 ans, transforma définitivement le Plateau Central en région dominante du Mexique. Cet évènement influença toute son histoire18. » Les auteurs du guide soulignent en outre que le site est devenu un lieu de pèlerinage, « la Rome et la Mecque de l’histoire précolombienne19 ». Les comparaisons du site de Teotihuacan avec ceux emblématiques du Vieux Monde ne sont pas que symboliques. Elles ont constitué une ressource pour l’interprétation du site et son inscription dans l’histoire de la région et dans l’histoire universelle. Dès les années 1930 et 1940, en effet, l’évocation des grands foyers de civilisation de l’Eurasie permet de suggérer des hypothèses sur les conditions d’apparition des civilisations sur le continent américain.

  • 20 « In the Old World the distributing centers of civilizations, such as Egypt, northwestern India, an (...)
  • 21 Miller, Arthur G. (ed.), Highland-Lowland Interaction in Mesoamerica; Interdisciplinary Approaches: (...)

11Dans l’introduction à l’une de ses premières publications sur le site, Sigvald Linné, chercheur au Musée d’ethnographie de Stockholm, qui travaille à Teotihuacán à partir de 1930 multiplie les références à l’archéologie du Vieux Monde pour présenter des hypothèses de la genèse des civilisations : « Dans l’ancien monde, les centres de diffusion des civilisations tels que l’Égypte, le nord-ouest de l’Inde et les zones du Tigre et de l’Euphrate étaient situés dans des régions arides comparables mais jamais dans des zones de forêts. La même chose s’applique à l’Amérique20. » La quasi-totalité des grands foyers de civilisation de l’Eurasie est ici évoquée et l’identité de leur milieu naturel est utilisée comme facteur explicatif de l’apparition des civilisations en Amérique. La progression des recherches et l’interprétation archéologique du site s’établit alors dans une dynamique d’aller-retour entre les deux Mondes qui a ainsi fabriqué de l’universel à partir des questions qui la motivait. Le site a pris place dans un répertoire de questions qui lui a conféré une pertinence commune avec des lieux fondateurs des civilisations d’ores et déjà qualifiées « d’universelles ». Les références à l’archéologie de l’Eurasie ont ainsi permis de faire apparaître peu à peu les sites préhispaniques dans la cartographie mondiale et symbolique des « civilisations ». Le chercheur Paul Kirchhoff, co-fondateur avec Alfonso Caso de l’Institut national d’Anthropologie et d’Histoire, matérialise la place du « nouveau monde » dans la carte mondiale des civilisations en avançant, en 1943, la notion de « Mésoamérique »21.

  • 22 « Gracias a Batres […] por primera vez también la gran ciudad destruida se convirtió en la meca de (...)

12Ces travaux de chercheurs internationaux sont menés au moment où Ignacio Bernal dirige, entre 1962 et 1964, une deuxième grande phase de restauration des monuments de Teotihuacán (photographie 3). Sur le plan national, ces restaurations se situent dans la continuité du programme de mise en valeur du patrimoine préhispanique, entamé par Leopoldo Batres au début du XXe siècle, mais elles prennent sens dans un nouveau contexte de coopération internationale. Une nouvelle dynamique de fabrication patrimoniale s’établit qui mêle les conditions de l’action - la coopération internationale, et les effets de celle-ci - l’internationalisation du site. Ignacio Bernal réinterprète les grands programmes nationaux entrepris sur le site depuis le début du siècle, en leur attribuant rétrospectivement une signification internationale. Il affirme qu’à partir des années 1905-1910, et grâce aux restaurations effectuées par Leopoldo Batres, « Teotihuacán s’est converti en propriété de l’humanité22. » À l’universalisation du site par le biais de son interprétation culturelle s’est donc ajoutée, dans les années 1960, la dimension issue des actions de conservation et de restauration.

Illustration 3. Le site de Teotihuacán après les restaurations de Bernal, 1962

Illustration 3. Le site de Teotihuacán après les restaurations de Bernal, 1962

Source : Arqueología mexicana, vol. V, n° 30, mars-avril 1998, p. 27.

13Les usages politiques nationaux de l’archéologie ont orienté la toute première construction scientifique du site et les représentations issues de cette fabrication ont constitué un noyau pérenne d’interrogations et d’affirmations sur la place du passé indien dans le Mexique contemporain. Au fur et à mesure du renouvellement des acteurs et des enjeux scientifiques de l’exploration de Teotihuacán, les investissements de sens se sont accumulés par étapes, construisant ainsi une pertinence culturelle du site à des échelles géographiques de plus en plus vastes. De reflet du passé indien du Mexique au centre urbain rayonnant sur toute l’Amérique centrale, puis au témoignage pour l’histoire de l’humanité, les représentations de Teotihuacán ont ainsi composé un ensemble cohérent, contribuant autant à l’affirmation de l’identité nationale qu’à la valorisation du Mexique à l’extérieur de ses frontières. La restitution de l’histoire de la fabrication patrimoniale de Teotihuacán à partir du récit savant démontre que celui-ci est le lieu où renouer les fils du passé indien et du présent mexicain dans le contexte d’une rupture historique et culturelle violente. Il sert aussi à établir la place de ce passé dans l’histoire universelle. Cette longue construction savante est entièrement mobilisée pour justifier l’inscription du site sur la liste du patrimoine mondial, comprise comme point d’orgue de la fabrication patrimoniale. En parallèle, un autre récit, poétique, que l’on peut discerner à partir des usages littéraires de Teotihuacán, nous livre une possible explication du comment le site a pu incarner, pour la société mexicaine, un projet pour le futur.

2. Octavio Paz et le récit poétique de Teotihuacán

  • 23 « Ce que Paz […] semble attendre de la littérature en 1942, ce sont des mythes suffisamment clairs (...)

14Des représentations d’une autre nature, relevant de l’imaginaire sensible, fines et complexes, ont complété celles qui, dans le site, faisait sens pour les groupes dominants de la société mexicaine. Bien que peu visibles, elles constituent une ressource alternative de légitimité sociale des processus de fabrication patrimoniale et tendent ainsi à expliquer les raisons de l’adhésion collective aux représentations produites par les pouvoirs centraux, dont la signification est ainsi renouvelée. La confrontation de la réalité historique de Teotihuacán avec son exploitation littéraire révèle la dimension métaphorique du rapport au passé préhispanique établi qui a pu s’établir à partir du site. Certaines caractéristiques de l’œuvre de l’écrivain Octavio Paz, tels que le projet d’une « identification collective » à travers la poésie et le rôle qu’y tient le mythe23, mais aussi le rejet affirmé d’une « mexicanité couleur locale », réaction qui coïncidait avec son parcours international, ont déterminé le choix de cet auteur pour l’analyse des représentations poétiques.

2.1. La chronosophie poétique du site

« Couronné de lui-même le jour étend ses plumes.
Haut cri jaune,
jet brûlant au centre du ciel,
impartial et salutaire !
Les apparences sont belles dans leur vérité momentanée.
La mer gravit la côte,
prend appui entre les roches, araignée éblouissante ;
la mauve blessure du mont resplendit ;
une poignée de chèvres est un troupeau de pierres ;
le soleil pond son œuf d’or et s’éploie dans la mer.
Tout est Dieu.
Statue brisée,
Colonnes mangées par la lumière,
Ruines vives en un monde de morts vivants !
La nuit tombe sur Teotihuacan.
Haut sur la pyramide les garçons fument de la marijuana
Musique de guitares sèches
[…]
New York, Londres, Moscou.
L’ombre couvre la plaine de son lierre fantôme,
De sa vacillante végétation de frissons,
De son duvet rare, de sa foule de rats.
Çà et là grelotte un soleil anémique.
Accoudé aux montagnes qui furent hier des villes, Polyphème bâille.
En bas, entre les trous, se traîne un troupeau d’hommes.
(Bipèdes domestiques, leur chair
- en dépit de récents interdits religieux-
est très gouté des classes riches.
Il n’y a pas longtemps le vulgaire les tenait pour des animaux impurs.)
Voir, toucher de belles formes, quotidiennes.
Dards et ailes, bourdonne la lumière.
Elle a l’odeur du sang, la tache du vin sur la nappe.
Comme le corail ses branches dans l’eau,
j’étends mes sens dans l’heure vive :
l’instant s’accomplit dans un accord jaune.
Ô midi, épi lourd de minutes, coupe d’éternité !
[…]
Jour, rondeur du jour,
lumineuse orange aux vingt-quatre quartiers,
tous traversés d’une même douceur jaune !
L’intelligence enfin s’incarne,
Les deux moitiés ennemies se réconcilient,
La conscience-miroir redevient eau,
Se change en fontaine, en source de fables :
Homme, arbre d’images,
Paroles qui sont fleurs qui sont fruits qui sont actes ».
Extrait de Giraud, P-H. (2002 : 143).

  • 24 « Hymne parmi les ruines » est le premier poème du recueil La saison violente. Écrit à Naples, il é (...)
  • 25 « Les strophes [sont] respectivement retranscrites en caractères ronds [le temps archéologique] et (...)
  • 26 Notamment dans son texte Critique de la Pyramide, dans lequel Paz analyse la présentation de l’hist (...)
  • 27 Voir la préface de Claude Esteban à Octavio Paz, Versan Est, Paris, Gallimard, 1978.
  • 28 Préface de Claude Esteban, Octavio Paz, Versan Est, op.cit., ainsi que Giraud, Paul-Henri. op.cit., (...)
  • 29 La chronosophie est un mode de représentation du temps qui inclut un questionnement sur l’avenir. P (...)

15Dans le poème « Hymne parmi les Ruines », écrit en 1948, Octavio Paz évoque Teotihuacán. Le texte développe une comparaison entre deux horizons temporels : le temps présent et le temps archéologique du passé indien24 [document 1 : « Hymne parmi les Ruines »]. Les strophes font alterner les évocations sensibles et les images à la fois réelles et oniriques de ces deux temps, dont le contraste est renforcé par l’usage de caractères différents25. Octavio Paz n’éprouve cependant pas de nostalgie pour les siècles passés. Bien que son œuvre soit profondément ancrée dans le passé préhispanique, et même si certains textes témoignent de son intérêt pour le patrimoine et son exploitation politique26, sa réflexion poétique n’est pas motivée par le « goût d’une restauration archéologique d’une culture 27 ». Pour le poète mexicain, le retour aux grandes dramaturgies de la période précolombienne, à l’essence du mythe, constitue le support d’une méditation métaphysique dont la prise de conscience provoque « un essor renouvelé du vivre 28». Évoquer Teotihuacán consiste donc à en faire le lieu de réminiscence du contenu des mythes préhispaniques, et à rattacher l’élan poétique du présent à l’arrière-plan historique et culturel indien. Le passage d’un horizon temporel à l’autre par l’alternance des strophes ouvre deux univers certes opposés, mais qui se complètent pour former une chronosophie poétique29. Si, tel qu’en rendent compte les images et les idées du poème, l’évocation de Teotihuacán provoque la confrontation entre l’explosion de la nature et le retrait sur soi, la vie et la mort, la liberté et la servitude, le passé et le présent, le site est aussi le lieu source d’une énergie vitale qui rend possible la rencontre des deux manières d’être et permet d’effectuer une « réconciliation ». À la fin du poème, les « deux moitiés ennemies » sont rassemblées et reliées par l’intelligence que l’homme a du monde, par sa capacité à transformer le passé en source de vie, grâce au pouvoir des mots qui ont valeur d’actes.

2.2. Le double usage du passé préhispanique

  • 30 Préface de Claude Esteban, Octavio Paz, Versan Est, op.cit., p. 21.

16Dans cette œuvre poétique de Paz, Teotihuacán a une double fonction qui rend compte d’un double usage du passé. Certes, la mention du site est un moyen de rappeler le temps préhispanique et d’accéder au passé. Cependant, parce qu’il représente l’horizon temporel préhispanique, le site est aussi en mesure d’en signifier la rupture et la fin. La référence au temps préhispanique que véhicule la matérialité du site peut alors céder la place à un autre usage, créatif. Dans un élan propre au poète, dont l’œuvre consiste à « brouiller les catégories qui sont les nôtres »30, l’évocation de Teotihuacán invite au dépassement du cadre historique, de ses contraintes et de son contenu, afin de remodeler la mémoire dans un mouvement continu du temps et installer un enchaînement sans rupture des évènements. De cet effort créatif sur les formes du temps jaillit le flux continu de la vie. Octavio Paz invite à la domestication par le verbe des images et des mythes du passé et du présent, et à la réconciliation de ces deux forces. Il explique ainsi sa conviction dans le pouvoir de la poésie et des mots sur l’histoire en train de se faire (Paz, 1992 : 84-85):

Quelle peut être la contribution de la poésie à la reconstitution d’une nouvelle pensée politique ? Son apport n’est pas dans les idées neuves, mais dans un autre domaine aussi précieux que fragile : la mémoire. […] C’est par la bouche du poète que parle – j’insiste sur la parole, non sur l’écrit - l’autre voix. […] Entendre cette voix, c’est écouter le temps même, le temps qui passe et qui, pourtant, revient, transfiguré en quelques syllabes cristallines.

  • 31 « Paz répudie la couleur locale et la « mexicanité postiche » des nationalistes […] Il revient à la (...)

17La seconde fonction poétique du site vis-à-vis du passé est donc éloignée de la représentation de l’histoire doublée d’un rapport nostalgique. Teotihuacán est à l’inverse une source d’énergie, le lieu d’où surgit l’autre voix, qui doit permettre d’affronter les enjeux du présent. Loin de l’image d’un passé révolu, Teotihuacán apparaît, chez le poète, comme la métaphore du rapport au monde du Mexique contemporain et de ses attentes31.

  • 32 Paz, Octavio. Le Labyrinthe de la solitude. Paris, Gallimard, 1972. Le texte Critique de la pyramid (...)
  • 33 Ibid.

18Dans un autre texte publié en 1968, Critique de la pyramide, Octavio Paz livre des clefs de cette interprétation. Ce texte fait suite au Labyrinthe de la solitude, écrit vingt ans plus tôt à Paris et considéré comme l’œuvre majeure de l’écrivain. Les deux textes proposent, chacun à leur manière, une réflexion sur la valeur particulière de l’histoire au Mexique. Les grandes phases chronologiques de l’histoire du Mexique (monde indien, conquête et colonie, indépendance et révolution, présent) rythment le déroulement du Labyrinthe de la solitude, et c’est en réaction au massacre des étudiants par le gouvernement mexicain à Mexico, le 2 octobre 1968, que Paz écrivit Critique de la pyramide. En associant ces deux textes, une grande fresque historique et un évènement politique contemporain, Paz nous enseigne qu’il les place dans le même registre d’intentionnalité. Critique de la pyramide est, selon les mots du poète, « un exercice d’imagination critique », et non un essai sur la philosophie du Mexicain ou une recherche de [son] prétendu « être 32». Car « le Mexicain n’est pas une essence : il est une histoire33 ». Paz rejette par conséquent une définition du « mexicain » qui serait de nature à l’essentialiser, notamment par sa culture, et dont les traces de cette essence seraient visibles tout au long de l’histoire du Mexique dans les témoignages patrimoniaux, entre autres. En affirmant que le « mexicain » et l’histoire ne font qu’un, il suggère une interprétation de l’histoire comme mouvement continu vers le futur, plutôt que comme une accumulation de phases et de contenus différents. Ce qui structure ce mouvement continu est ce que Paz appelle la « double réalité mexicaine », qui mêle illusion et réalité, représentation symbolique et fait historique, histoire souterraine et histoire visible. Il écrit ainsi :

  • 34 Ibid., p. 233.

Toutes les histoires de tous les peuples sont symboliques : en d’autres termes, l’histoire, ses évènements et ses protagonistes, sont des allusions à une autre histoire cachée, les manifestations visibles d’une réalité occulte34.

19Cette explication éclaire mieux encore la fonction métaphorique de Teotihuacán proposée par l’œuvre poétique. Si le site peut signifier l’avant et l’après de la rupture historique, c’est-à-dire être à la fois un lieu où l’on accède au passé et une source d’inspiration pour s’en déprendre et aller au-delà, c’est parce que ces deux usages du passé préhispanique ne sont pas indépendants, moins encore opposables, comme le poème « Hymne parmi les Ruines » nous l’avait montré. Ils appartiennent à un même ensemble où l’on trouve étroitement reliés, les faits historiques, leur interprétation et leur exploitation et où, par conséquent, champ d’expérience et horizon d’attente peuvent converger  dans une même représentation. Les deux textes d’Octavio Paz, le poème et l’essai, révèlent ce lien étroit entre l’histoire des évènements et l’histoire invisible des signes, entre la réalité et le symbolisme, lien qui confère à l’utilisation littéraire de Teotihuacán la qualité d’une représentation.

Conclusion

20En guise de conclusion et pour rendre compte de la place du patrimoine dans l’élaboration de projet pour le futur, un certain nombre de remarques s’imposent. Tout d’abord, la confrontation entre le récit savant et le récit poétique nuance l’interprétation instrumentale du patrimoine dans une approche du développement qui utilise l’identité culturelle comme un contenu et qui en fait un moteur du développement. D’autre part, si l’usage instrumental du patrimoine est néanmoins porteur d’une légitimité morale, réparatrice et compensatoire dans les contextes post-coloniaux, celle-ci ne peut suffire à constituer un projet pour le futur. Ce type de légitimité conduit souvent à essentialiser la culture, comme le remarquait Claude Lévi-Strauss qui qualifie la démarche ethnographique du monde occidental de tentative de rachat et de symbole d’expiation. En route vers l’Amérique du Sud, il écrivait en effet : « Si l’Occident a produit des ethnographes, c’est qu’un bien puissant remords devait le tourmenter. » (Lévi-Strauss, 1955 : 30). Octavio Paz est, lui aussi, désengagé de l’analyse du contenu des cultures et nous révèle l’usage créatif des représentations qui s’organisent autour des lieux de patrimoine. C’est en cela que celui-ci peut constituer, dans le cadre de politiques de développement, un projet pour le futur.

Haut de page

Bibliographie

Batres, L. (1906). Teotihuacán - Memoria que presenta Leopold Batres Inspector General de los Monumentos Arqueológicos de la Republica Mexicana al XV Congress Internacional de Americanistas que deberá reunirse en Quebec el mes de Septiembre de 1906, relativa á las Exploraciones que por orden del Gobierno Mexicano y sus expensas está llevando á cabo la Inspección de Monumentos Arqueológicos en las Pirámides de Teotihuacán – Año de 1906. Mexico, D.F. : Impeta de F.S. Soria, 1906,

Bernal, I. (1985). Guiá oficial. Teotihuacán, Mexico City, INAH-Slavat.

Bernal, I. (1963). Teotihuacán [descubrimientos, reconstrucciones], México, Instituto nacional de Antropología e Historia.

Farge, A. (1997). Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil.

Gamio, M. (1925). The Present state of anthropological research in Mexico and suggestions regarding its future developments, reprint from the Bulletin of the Pan American Union, Washington, D.C., Government Printing Office.

Gamio, M. (1922). Exposición de la Dirección de Antropología sobre La Población del Valle de Teotihuacán, representativa de las que habitan la mesa central ; sus antecedentes históricos, su estado actual y medios de mejorarla física, intelectual y económicamente [por Manuel Gamio, director de antropología], México : Imp. De la Dcion. De Est. Gráficos y Clim. : 21.

Gamio, M. (1922). La Población del Valle de Teotihuacán, el medio en que se ha desarrollado ; su evolución étnica y social ; iniciativas para procurar su mejoramiento, por la Dirección de Antropología, siendo director de las investigaciones, Manuel Gamio, México, Dirección de Talleres Gráficos, Secretaría de Educación Pública.

Gamio, M. (1979). La Población del Valle de Teotihuacán, Mexico, Instituto Nacional indigenista (édition fac-similé).

Gamio, M. (1918). Programa de la dirección de estudios arqueológicos y etnográficos, formulado por el director Manuel Gamio, México, Oficina impresora de la Secretaría de hacienda, Departamento de formento.

Giraud, P-H. (2002). Octavio Paz – Vers la transparence, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

ICOMOS, Liste du patrimoine mondial, n° 414 2-12-1986. (1987). Ville préhispanique de Teotihuacán.

Kaplan, Flora E.S. (ed.) (1994). Museums and the Making of « Ourselves » - The role of Objects in National Identity. New York: Leicester University Press.

Le Clézio, J-M. G. (1988). Le rêve mexicain ou la pensée interrompue, Paris, Gallimard, coll. Folio Essais.

Lévi Strauss, C. (1955). Tristes Tropiques, Paris, Plon.

Linné, S. (1934). Archaeological researches at Teotihuacán, Stockholm, V. Petterson.

Miller, A.G. (ed.). (1983). Highland-lowland interaction in Mesoamerica; interdisciplinary approaches: a conference at Dumbarton Oaks, October 18th and 19th, 1980, Washington D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collections.

Nalda, E. (1998). « La arqueología mexicana », Arqueología mexicana, V(30).

Paz, O. (1972). Le Labyrinthe de la solitude, Paris, Gallimard.

Paz, O. (1978). Versan Est, Paris, Gallimard.

Paz, O. (1992). L’autre voix – Poésie et fin de siècle, Paris, Gallimard.

Pomian, K. (1984). L’ordre du temps, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires.

UNESCO (1996). Rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement : Notre diversité créatrice, Paris : Éditions UNESCO.

Haut de page

Notes

1 Rapport de la Commission mondiale de la culture et du développement : Notre diversité créatrice, Paris, Éditions Unesco, 1996.

2 ICOMOS, Liste du patrimoine mondial, N°414, Ville préhispanique de Teotihuacán, daté d’avril 1987, B) Recommandation de l’ICOMOS et C) Justification, p. 2-3. L’évaluation faite par l’ICOMOS est jointe au dossier d’inscription : Comision nacional de los estados unidos mexicanos para la unesco – ville préhispanique de Teotihuacán. Les numéros de référence des dossiers d’inscription ne semblent pas suivre un format établi. Celui de Teotihuacán porte la mention manuscrite : n° 414 2-12-1986. Les cinq dossiers d’inscription sont signés par Reyes Vayssafe Martin, Sous-secrétaire d’État à la culture au Ministère de l’Éducation publique (en français dans le dossier).

3 C’est à cette date que l’archéologie est institutionnalisée et bénéficie du statut de « discipline scientifique », même si les premières explorations sont antérieures et remontent à la fin du XVIIIe siècle, notamment à Palenque et à Xochicalco. Voir Nalda, Enrique. « La arqueología mexicana », arqueología mexicana, vol. V, n° 30, mars-avril 1998. Sur la collecte des pièces archéologiques et la constitution des collections préhispaniques, voir également Morales-Moreno, Luis Gerardo. « History and Patriotism in the National Museum of Mexico, in Museums and the Making of « Ourselves » - The role of Objects in National Identity, Kaplan, Flora E.S. (ed.), New York: Leicester University Press, 1994, p. 171.

4 « El veinte de Marzo del año próximo pasado dí principio á las exploraciones que estoy llevando á cabo en los Monumentos Arqueológicos de Teotihuacán por acuerdo é iniciativa del Sr. General Díaz, Presidente de la República, del Sr. Lic. Don Justo Sierra, Secretario de Estado en el despacho de Instrucción Pública y Bellas Artes, y del Sr. Lic. Ezequiel A. Chávez, Subsecretario de Estado de la misma Secretaría. ». in Teotihuacán - Memoria que presenta Leopold Batres Inspector General de los Monumentos Arqueológicos de la Republica Mexicana al XV Congress Internacional de Americanistas que deberá reunirse en Quebec el mes de Septiembre de 1906, relativa á las Exploraciones que por orden del Gobierno Mexicano y sus expensas está llevando á cabo la Inspección de Monumentos Arqueológicos en las Pirámides de Teotihuacán – Año de 1906. Mexico, D.F. : Impeta de F.S. Soria, 1906, p. 12.

5 Dossier d’inscription Ville préhispanique de Teotihuacán, n° 414-2-12-1986, annexe 4-C-1, « Antecedentes de investigaciones en el era », p. 2, et annexe 4-C-2, « La restauracion arquitectonica en Teotihuacán. Analisis historico », Ruben Cabrera Castro.

6 Programa de la dirección des estudios arqueológicos y etnográficos, formulado por el director Manuel Gamio, México, Oficina impresora de la Secretaría de hacienda, Departamento de formento, 1918, p. 3.

7 Id.

8 Ibid., p. 4.

9 Ibid., p. 8.

10 La Población del Valle de Teotihuacán, el medio en que se ha desarrollado ; su evolución étnica y social ; iniciativas para procurar su mejoramiento, por la Dirección de Antropología, siendo director de las investigaciones, Manuel Gamio. México, Dirección de Talleres Gráficos, Secretaría de Educación Pública, 1922. Tome I, vol. I, Introducción, Primera parte Ambiente físico-biológico, Segunda parte La población prehispanica; Tome I, vol. II, Tercera Parte La población colonial, Cuarta Parte La población del siglo XIX; Tome II Quinta Parte La población contemporánea.

11 « La realizacion de la primera excavación estratigráfica practicada en América, y sus conceptos sobre la investigación integral que pudo aplicar en su obra La Población del Valle de Teotihuacán.. », Manuel Gamio - Introduction par Eduardo Matos Moctezuma à l’édition fac-similé, La Población…, Instituto Nacional indigenista, Mexico, 1979, p. vii .

12 Dans le chapitre intitulé La población actual, Gamio écrit: « Se le está estudiando desde varios puntos de vista: censo, tipo físico, manifestaciones de cultura o civilización e idiomas que habla ; además, se concederá especial atención a su situación económica, a sus necesidades y aspiraciones físicas e intelectuales y a los medios prácticos con que se pueden satisfacer éstas ». Introducción, síntesis y conclusiones de la obra La Población del Valle de Teotihuacán, por Manuel Gamio, México, Dirección de Talleres Gráficos, 1922, p. 33.

13 « La imagen de un indio perdido o degenerado se desecha, dando paso a un indio atrasado, víctima de un estancamiento de cuatro siglos », Nalda E., op.cit., 1998.

14 Id.

15 « para fomenta eficientemente el desarrolló físico, económico e intelectual de la población del valle de Teotihuacán » (en capitales dans le texte), in Exposición de la Dirección de Antropología sobre La Población del Valle de Teotihuacán, representativa de las que habitan la mesa central ; sus antecedentes históricos, su estado actual y medios de mejorarla física, intelectual y económicamente [por Manuel Gamio, director de antropología], México, Imp. De la Dcion. De Est. Gráficos y Clim., 1922, p.  21.

16 « The archaeological monuments of the region could well furnish a source of income in attracting tourists. So we made intensive investigations, and with the information thus gained wrote guidebooks, descriptive pamphlets, and carried on an extensive publicity campaign with very brilliant results, since during the winter 1922-23 we had an average of 500 daily visitors, which meant about 15,000 pesos per month injected into the economic life of the region, assuming that each visitor spent 1 peso on food, fruit, and industrial products. Among these tourists there is an excellent market for the ceramics, obsidian jewelry, and silver-inlaid objects described ». Gamio, Manuel. The Present state of anthropological research in Mexico and suggestions regarding its future developments, reprint from the Bulletin of the Pan American Union, Washington, D.C.: Government Printing Office, 1925, p. 2-22.

17 Bernal, Ignacio. Guiá oficial. Teotihuacán, texto original, Ignacio Bernal ; texto excavaciones de 1964 a la fecha, Rubén Cabrera, Mexico City : INAH-Slavat, 1985. Ce guide fait l’objet de trois réimpressions en 1988, 1990 et 1992. Aucune ne porte mention de l’inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial.

18 Bernal, Ignacio. Guiá oficial. Teotihuacán, op.cit.,1985.

19 Ibid.

20 « In the Old World the distributing centers of civilizations, such as Egypt, northwestern India, and the Euphrates and Tigris districts were situated in comparatively dry regions but never in forest tracts. The same applies to America », Linné, Sigvald. Archaeological researches at Teotihuacán, Stockholm, V. Petterson, 1934 (Series: The Ethnographical museum of Sweden New Series, Publication n° 1), p. 17.

21 Miller, Arthur G. (ed.), Highland-Lowland Interaction in Mesoamerica; Interdisciplinary Approaches: a Conference at Dumbarton Oaks, October 18th and 19th, 1980, Washington D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collections, 1983, p. v. Henri LEHMAN « Nécrologie de Paul Kirchhoff », in Journal de la Société des Américanistes, Société des Américanistes, vol. 60, n° 1, 1971, p. 275-279.

22 « Gracias a Batres […] por primera vez también la gran ciudad destruida se convirtió en la meca de los visitantes que debían venir a México. Así, vemos desfilar entre sus ruinas a sabios, historiadores, personas interesadas en el arte, o en la antropología y en general a todos los viajeros que estuvieron en México a partir de ese momento. Teotihuacán se convierte, según frase de Eduardo Seler, en propiedad de la humanidad. », Bernal, Ignacio. Teotihuacán [descubrimientos, reconstrucciones], México, Instituto nacional de Antropología e Historia, 1963, p. 6.

23 « Ce que Paz […] semble attendre de la littérature en 1942, ce sont des mythes suffisamment clairs et suffisamment universels pour susciter, à travers telle ou telle figure exemplaire, un réflexe d’identification collective ». Giraud, Paul-Henri. Octavio Paz – Vers la transparence. Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 69.

24 « Hymne parmi les ruines » est le premier poème du recueil La saison violente. Écrit à Naples, il évoque également deux horizons spatiaux, la Méditerranée classique et le Mexique préhispanique. Chacun des poèmes du recueil est daté et situé dans une ville d’Europe, d’Asie ou d’Amérique « comme pour mieux ancrer la figure du poète dans le temps et dans l’espace de ses contemporains », Paul-Henri Giraud, op.cit., p. 143.

25 « Les strophes [sont] respectivement retranscrites en caractères ronds [le temps archéologique] et en italique [le temps contemporain] », Paul-Henri Giraud, op. cit., p. 143.

26 Notamment dans son texte Critique de la Pyramide, dans lequel Paz analyse la présentation de l’histoire du Mexique au Musée national d’Anthropologie. Voir infra.

27 Voir la préface de Claude Esteban à Octavio Paz, Versan Est, Paris, Gallimard, 1978.

28 Préface de Claude Esteban, Octavio Paz, Versan Est, op.cit., ainsi que Giraud, Paul-Henri. op.cit., p. 110.

29 La chronosophie est un mode de représentation du temps qui inclut un questionnement sur l’avenir. Pomian, Krzysztof. L’ordre du temps, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1984, p. v-vii.

30 Préface de Claude Esteban, Octavio Paz, Versan Est, op.cit., p. 21.

31 « Paz répudie la couleur locale et la « mexicanité postiche » des nationalistes […] Il revient à la génération [de poètes à laquelle appartient Paz] de tenter une véritable synthèse entre mexicanité et universalité. Synthèse placée sous le signe d’un humanisme vibrant et exigeant, qui ne cherche pas tant à exprimer « ce qui est mexicain » qu’à « construire » l’homme et le peuple du Mexique ». Giraud, Paul-Henri. op.cit., p. 71.

32 Paz, Octavio. Le Labyrinthe de la solitude. Paris, Gallimard, 1972. Le texte Critique de la pyramide est précédé d’un Post-scriptum écrit en 1969 et ajouté à la seconde édition française. Citation in Post-Scriptum, p. 183. En italique dans le texte.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 233.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. La pyramide du Soleil en 1906 avant les fouilles de Leopoldo Batres.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Illustration 2. La pyramide du Soleil en 1906 pendant les fouilles de Leopoldo Batres.
Crédits Source illustrations 1 et 2 : Leopoldo Batres, Teotihuacán - Memoria que presenta Leopoldo Batres Inspector General de los Monumentos Arqueológicos de la República Mexicana al XV Congreso Internacional de Americanistas que deberá reunirse en Quebec el mes de Septiembre de 1906, relativa á las Exploraciones que por orden del Gobierno Mexicano y sus expensas está llevando á cabo la Inspección de Monumentos Arqueológicos en las Pirámides de Teotihuacán – Año de 1906. Mexico, D.F.: Impeta de F.S. Soria, 1906.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Illustration 3. Le site de Teotihuacán après les restaurations de Bernal, 1962
Crédits Source : Arqueología mexicana, vol. V, n° 30, mars-avril 1998, p. 27.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/6953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Anatole-Gabriel, « La fabrication patrimoniale de Teotihuacán : récit savant et projet pour le futur », Études caribéennes [En ligne], 27-28 | Avril-Août 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6953 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.6953

Haut de page

Auteur

Isabelle Anatole-Gabriel

Rédactrice-en-chef, MUSEUM International, UNESCO i.vinson@unesco.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org