Navigation – Plan du site

Le surf dans les Petites Antilles : un agent actif des mutations littorales

Corinne Plantin

Texte intégral

Introduction

1Le surf, ne nécessitant pas l’utilisation de matériels motorisés, appartient aux disciplines dites « écologiques ». Né à Hawaï, importé dans les années 1970-1980 dans le Bassin caribéen par des touristes et des résidants d’origine européenne et nord-américaine, cette discipline demeure aujourd’hui relativement bien ancrée dans la culture sportive caribéenne. Divers espaces littoraux des Petites Antilles sont en pleine mutation depuis l’apparition de nombreux territoires du surf de plus en plus spécialisés et diversifiés. Depuis près de deux décennies, les surfeurs se sont approprié des littoraux, ce qui a engendré des dynamiques responsables d’une nouvelle organisation spatiale. Comment le surf peut-il dynamiser les littoraux antillais et contribuer à leur mutation ? Représente-t-il une menace pour ces milieux fragiles ? Pourquoi les territoires du surf se spécialisent-ils et se diversifient-ils davantage ? L’étude de l’évolution de ce récent phénomène permettra de mesurer l’impact que peut avoir cette activité ludique et sportive sur les littoraux antillais.

1. De l’utilisation aux modifications de l’environnement littoral

2Les surfeurs utilisent fréquemment l’environnement naturel littoral, notamment ses milieux aquatiques et terrestres. Certains littoraux sont ainsi devenus des espaces d’entraînement et d’expression libre du surf appelés « spots ». Leurs fonctions et leur nature sont donc en pleine mutation. Bien que la faible différence entre les marées hautes et basses permette de surfer toute l’année, il existe des niveaux de fréquentations et d’utilisation des spots, fluctuant en fonction de périodes. La saison idéale pour surfer dans les Petites Antilles reste la période s’étalant de septembre à mai, où les vagues déferlent davantage. Durant l’hivernage, les vagues peuvent atteindre 1,5 à 2,5 mètres de haut. Pendant la saison cyclonique, quelques surfeurs expérimentés et passionnés n’hésitent pas à risquer leur vie pour profiter des houles cycloniques. Dans les Petites Antilles, les spots des littoraux atlantiques sont plus nombreux et réputés, car ils demeurent plus exposés au vent et à la houle.

3Le surf est une pratique dite « écologique », mais leurs pratiquants et plus particulièrement les « spectateurs » qu’ils attirent, ne le sont pas forcément et peuvent ainsi représenter des menaces réelles pour les littoraux dont les écosystèmes demeurent fragiles. En effet, certains de ces acteurs peu scrupuleux laissent régulièrement des détritus de tout genre sur les plages qu’ils utilisent, ce qui a pour conséquence de ternir l’image des surfeurs « amoureux de la nature ». Face à cet état de fait dommageable pour la nature, certains clubs de surf organisent de manière ponctuelle des journées de nettoyage de spots rappelant l’une des bases fondamentales de la culture du surf, à savoir le respect et la protection de la nature. Ce réflexe n’est malheureusement pas toujours systématique et le mythe du surfeur « écolo » à l’image des hippies des années 1970 tend, dans de nombreux cas à être remis en question, voire à disparaître.

4En Martinique, à Barbade et en Guadeloupe, il existe un spot principal de référence, localisé sur la côte atlantique qui apporte de meilleures conditions de pratique pour surfer. Il s’agit de Soup Bowl à Barbade, spot de renommée mondiale où sont organisées des compétitions internationales ; celui d’Anse Bonneville en Martinique et celui du Moule en Guadeloupe. Ces trois spots principaux ont la particularité de faire apparaître la création de nouvelles occupations de l’espace littoral. En effet, autour d’eux, s’est développée une zone résidentielle et économique « spécialisée » dans le milieu du surf. Ont été construites diverses structures commerciales et ludiques (clubs et écoles de surf, restaurants, magasins, hôtels, bars, boutiques…) qui profitent du « phénomène surf » et attirent des flux de pratiquants, de touristes et de spectateurs, se déplaçant en fonction de la notoriété du spot, des conditions météorologiques, des saisons touristiques et des championnats.

5Ce développement, ayant suscité quelques polémiques, reste la conséquence de l’installation de quelques surfeurs passionnés, à proximité des spots principaux, afin d’en profiter à volonté. Ces espaces de pratique, généralement localisés dans une zone boisée à l’origine peu habitée ou inhabitée, ces initiatives hédonistes ont nécessité des modifications environnementales : des déboisements et de multiples constructions. Cet état de fait a provoqué de vives réactions de la part de divers organismes écologiques. Ainsi, en Martinique, certains organismes se sont radicalement opposés au développement de constructions résidentielles et commerciales à Anse Bonneville, afin de limiter le déboisement, les fréquentations et la pollution du site (rejet des eaux usées dans la mer), d’autant plus que ce dernier est localisé dans la réserve naturelle de la presqu’île de la Caravelle. La préservation du littoral dépend de la manière dont il est utilisé. Certes, dans les Petites Antilles le surf participe à la dynamisation de littoraux variés, donc à une mutation positive, qui peut cependant avoir des revers souvent sous-estimés : pollutions, constructions à la limite de l’illégalité, fréquentations trop importantes et régulières, accentuant la dégradation de sites littoraux fragilisés.

2. Spécialisation et diversification des littoraux

6L’évolution technique et technologique influence fortement celle du sport. L’apparition constante de nouveaux matériels de plus en plus sophistiqués, affinés, et différentiés, est à l’origine d’une spécialisation et d’une diversification des activités, des pratiquants et de leurs espaces sportifs. Le surf n’a nullement échappé à cette tendance et possède de nombreux dérivés ou hybrides, grâce à d’importantes innovations. Ces dernières sont à l’origine de la spécialisation et de la diversification des pratiques, des acteurs, mais également des espaces littoraux utilisés.

7L’utilisation de nouveaux matériaux (fibre de verre, mousse) a favorisé fortement la diversification et la spécialisation du surf. L’allègement des planches qui sont alors devenues plus maniables est à l’origine de l’augmentation du nombre de pratiquants de surf et de ses dérivés. Certaines planches de surf ont été raccourcies, ce qui a donné naissance à la pratique du short board. Le long board utilisant une longue planche, est certes moins maniable, mais facilite davantage la glisse. Ces apports techniques sont ainsi corrélés aux vagues de migration de surfeurs alors plus nombreux, vers les Petites Antilles. Néanmoins, bien avant ces migrations, une forme ancestrale du surf existait déjà dans les Petites Antilles. Il s’agit du bwa flô ou bwa canon, consistant à glisser sur un tronc d’arbre taillé faisant fonction de planche. Cette discipline traditionnelle, héritée des Amérindiens, se pratique encore sur la côte nord-atlantique et particulièrement à Grand’ Rivière qui a été l’un des principaux espaces de refuge des Amérindiens dans l’île. Cet héritage tend à disparaître progressivement au profit des planches modernes de surf.

8Les pures inventions industrielles de matériels sportifs sont exceptionnelles. Il s’agit davantage de dérivés et d’hybrides, c’est-à-dire de légères modifications des matériels classiques d’origine. Si le surf se pratique debout sur une planche, le body board s’exerce en position couchée. Le skim board dont la planche est extrêmement fine, permet de glisser debout sur l’écume, donc sur le rivage. Le knea board sollicite une posture à genoux. Toutes ces pratiques utilisent des planches différentes. Le flying surf consiste à glisser et survoler les vagues à l’aide d’une planche et d’une sorte de grand cerf-volant. Les deux activités les plus pratiquées dans les Petites Antilles restent le surf et le body board qui sont souvent en concurrence. Le surf est marqué d’une part, par l’hédonisme lié à la recherche de plaisirs et de sensations fortes, et d’autre part, par l’individualisme qui se reflète dans l’absence d’échanges sportifs. Ces deux aspects poussent inévitablement les glisseurs à territorialiser des espaces de pratique et sont donc à l’origine de la multiplication de spots dans les Petites Antilles. En ajoutant ce processus à celui de la spécialisation des activités et des pratiquants, certaines plages se spécialisent en étant appropriées et « réservées » à une certaine catégorie de disciplines.

9Cette spécialisation peut entraîner des conflits d’usage entre les pratiquants de disciplines différentes. Certains glisseurs défendent radicalement leur territoire pour faire face à la concurrence créée par la spécialisation et la diversification des pratiques nautiques de glisse. Ainsi quelques surfeurs puristes du spot de l’anse Bonneville en Martinique n’acceptent pas la présence des pratiquants de body board, prétendant qu’ils leur « volent des vagues ». Ce sentiment d’intolérance se matérialise par des tags et des graffitis à l’entrée du spot, adressés aux body boarders qui sont priés d’aller s’exercer dans leur spot officiel de la Dizac au Diamant, sur la côte sud-caraïbe. Plusieurs spots se sont spécialisés en Martinique : le spot officiel du surf est celui d’Anse Bonneville ; celui du body board est à la Dizac, au Diamant ; ceux du fly-surfing restent les plages de Grand Macabou au Vauclin et de l’Anse Michel dans l’extrême sud. Certaines plages, baies ou criques peu connues ont été rendues célèbres par leur spécialisation sportive. Ainsi, les spots principaux de Soup Bowl à la Barbade, de la baie du Moule à la Guadeloupe, et d’Anse Bonneville en Martinique, sont désormais appelés « plages des surfeurs » par les populations locales. Les espaces de pratique ont été rebaptisés « spots ». La mutation et la spécialisation des littoraux vont ainsi jusqu’à de nouvelles appellations, ce qui traduit bien la forte territorialité qu’on y retrouve.

10La spécialisation et la multiplication des spots ont entraîné une diversification des espaces de pratiques littoraux. Certains auteurs emploient d’autres termes pour évoquer cette tendance : différentiation, spécification, stylisation… Après le processus de spécialisation, chaque discipline se distingue les unes des autres par l’utilisation de matériels plus améliorés et modifiés. Ces légères transformations du matériel créent de nouvelles disciplines dérivées (la spécialisation) qui viennent agrandir la gamme de pratiques d’une même famille sportive (la diversification). Les logiques commerciales techniques et technologiques de multinationales favorisent ainsi la diversification, en proposant constamment des matériels toujours plus originaux. Elles participent donc indirectement aux dynamiques et mutations littorales, même dans le domaine sportif.

11Dans les familles sportives divisées et éclatées partageant un même environnement, l’esprit de défense des pratiquants vis-à-vis de leur territoire et leur discipline demeure conséquent. La famille sportive du surf de plus en plus variée et nombreuse, a développé un esprit âpre de défense de ses territoires et de ses pratiques. Ainsi, la territorialisation, la spécialisation et la diversification des espaces littoraux utilisés par les surfeurs, demeurent particulièrement importantes. Il est à craindre qu’une diversification excessive dans le domaine du surf, ajoutée à la pratique d’une multitude d’autres activités sportives terrestres et aquatiques littorales, aboutisse à un morcellement exagéré des territoires littoraux conquis. Aujourd’hui, on assiste donc dans les Petites Antilles à une complexification de l’organisation spatiale sportive littorale.

Conclusion

12Le surf participe grandement aux mutations littorales des îles des Petites Antilles dans lesquelles il s’est bien implanté. Les espaces littoraux qu’il utilise ont été territorialisés, dynamisés, spécialisés et diversifiés. Cette activité nautique est donc en partie responsable de la complexification de plusieurs organisations spatiales littorales. Cependant, les menaces écologiques corrélées au développement du surf doivent être signalées, afin que certains acteurs hédonistes soient plus attentifs à la protection des littoraux fragilisés par une occupation et une fréquentation humaines désormais constantes. Il serait intéressant de connaître les retombées économiques dans le milieu du surf, à l’échelle des Petites Antilles. Peut-il se créer de véritables pôles économiques littoraux autour du surf, pouvant ainsi participer activement à une décentralisation dans ces milieux insulaires ?

Haut de page

Bibliographie

Augustin J. P. 1994. Surf Atlantique : Les territoires de l’Éphémère. Bordeaux : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 272 p.

Augustin J.-P. 1994. Sport, géographie et aménagement. Paris : Nathan Université, 254 p.

Berque E., Berque M. 2001. Les mutins de la mer. Paris : R. Laffont, 263 p.

Gardinier A. 1992. Le surf. Sèvres : La Sirène, 126 p.

Lueras L. 1986. Surf, plaisir des Dieux. Paris : Gallimard, 236 p.

Plantin C. 1999. Les nouvelles pratiques sportives dans l’environnement socio-culturel martiniquais. S.L. : S.N., mémoire de maîtrise de Géographie, Université des Antilles et de la Guyane, 250 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Plantin, « Le surf dans les Petites Antilles : un agent actif des mutations littorales », Études caribéennes [En ligne], 4 | Juillet 2006, mis en ligne le 15 juillet 2006, consulté le 24 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/703 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.703

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org