Navigation – Plan du site
Mouvements sociaux, d’ici et là, d’hier et d’aujourd’hui

Leviers des mouvements sociaux parallèles au vote de la loi « Mariage pour tous » en Martinique : mobilisation des ressources et processus de cadrage

Estrategias de los movimientos sociales paralelos al voto de la ley «matrimonio para todos» en Martinica : movilización de recursos y framing process
Nadia Chonville

Résumés

Dès l’annonce du projet de loi portant sur le Mariage pour tous en septembre 2012, de nombreux chrétiens martiniquais se sont mobilisés contre une réforme, qui portait à leurs yeux, atteinte à leurs convictions religieuses. Avec ce cadre d’action spirituel, ils ont rassemblé de nombreux sympathisants. Dans une société très croyante, la légitimité sociale des conservateurs leur a permis de rassembler des ressources matérielles et humaines stratégiques qui ont renforcé l’attractivité du mouvement. Pendant la période de mobilisation, certains opposants à la loi Taubira ont proféré dans les médias des propos violents et dégradants envers les homosexuels qui ont encouragé des militants de la diversité sexuelle à se mobiliser contre l’homophobie. Dans un contexte antillais plutôt hostile à l’homosexualité, ce cadre d’action n’a pas reçu autant de soutien social et politique que celui des conservateurs, rendant impossible la mobilisation des ressources nécessaires à rassembler en masse des militants contre l’homophobie.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans les deux îles voisines de la Martinique par exemple : Article 132 du Code pénal de Sainte Luci (...)

1L’ensemble des États indépendants des Petites Antilles a conservé dans son corpus législatif des textes condamnant ou stigmatisant l’homosexualité, faisant de cette région l’une des plus homophobes au monde1 (Itaborahy, 2012). Dans les territoires européens tels que la Martinique, l’homosexualité ne peut pas être pénalement sanctionnée. Cependant, sa désapprobation sociale est tout à fait comparable à celle que l’on peut observer dans les îles voisines. L’ostracisme contraint les victimes d’agressions à ne pas porter plainte, de peur de la double peine consécutive à leur sortie du placard. Il enferme les Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels (LGBT) dans une vie régie par la loi du silence. Injures et brimades quotidiennes, discrimination au travail, rejet familial, violation du droit des mineurs homosexuels : l’homophobie latente et active en Martinique pousse la plupart des LGBT de l’île à adopter des stratégies d’évitement. Nombreux sont aussi ceux qui profitent de la première opportunité pour partir étudier ou travailler sur le continent, s’exilant loin des regards inquisiteurs et des risques d’agressions (Murray 2002 ; Agard Jones, 2009 ; Chonville, 2010). Le droit d’expression des LGBT martiniquais étant très limité par ce contexte, ils ont peiné, fin 2012, à manifester en faveur du mariage homosexuel, et se sont plutôt mobilisés autour de la lutte contre l’homophobie, un enjeu moins clivant et plus proche de leurs intérêts locaux.

  • 2 Loi dite Taubira : « La loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe a été publiée (...)

2Bien qu’en Martinique la prévalence des discours homophobes soit principalement liée à des facteurs sociologiques et historiques, les personnes qui y nient ou rejettent l’existence de l’homosexualité invoquent principalement les textes bibliques pour justifier leur comportement. Les mêmes arguments religieux ont motivé la grande majorité des acteurs du mouvement social d’opposition à la loi Taubira2, en Martinique.

« Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux. » Lévitique, 20 : 13

  • 3 Aller plus loin sur ce sujet : Hurbon Laënnec, Le phénomène religieux dans la Caraïbe : Guadelo (...)

3La Martinique est sans aucun doute l’un des départements où la proportion de chrétiens pratiquants est la plus importante. Il suffit de se rendre à la messe ou au prêche dans les temples protestants pour observer que les lieux de culte peinent à accueillir la foule de leurs fidèles. Le christianisme a une place non négligeable dans le tissu social martiniquais et on peut observer ce phénomène dans l’ensemble de l’arc antillais3. Il faudra le prendre en compte, car la mobilisation de nos témoins contre la loi Taubira en Martinique a systématiquement été motivée par des convictions religieuses.

4Ainsi, les mobilisations sociales en Martinique n’ont pas donné lieu à une opposition pour ou contre la loi Taubira comme on a pu l’observer au niveau national, mais plutôt à deux discours parallèles qui ne pouvaient s’opposer frontalement. Les défenseurs tacites du projet de loi se sont mobilisés pour le respect des droits des LGBT sur le territoire. Les opposants déclarés au projet de loi se sont mobilisés contre une réforme de société en contrariété avec leurs valeurs chrétiennes.

  • 4 L’analyse de la médiatisation de ces deux mouvements pourrait faire l’objet d’un autre article tant (...)

5Ces deux mouvements sociaux n’ont été motivés ni par des calculs d’intérêts rationnels ni par un rapport de force social de type marxiste. Il nous est plutôt apparu que les manifestants s’inscrivaient dans ce qu’Alain Touraine appelait l’historicité : « l’historicité de la société est sa capacité de produire ses orientations sociales et culturelles à partir de son activité et de donner un “sens” à ces pratiques. » (Touraine, 1974), ou comme le résume Jean-Paul Lebel, « la capacité des sociétés à se produire elles-mêmes » (Lebel, 2013). Le débat sur la loi Taubira s’est posé dans le cadre de l’historicité, car cette loi invitait la société à produire une nouvelle orientation sociale et culturelle. En Martinique, cela a provoqué deux réactions sociales très distinctes. Les opposants se sont inquiétés de l’incohérence de la loi Taubira avec leurs valeurs chrétiennes et de son impact sur le futur de la civilisation. Les partisans de la loi Taubira ne se sont pas particulièrement manifestés en sa faveur, mais ont plutôt souligné le contexte homophobe dans lequel se plaçait le débat. On a pu l’observer lors des nombreuses confrontations médiatiques de ces deux mouvements sociaux en 20134. Leur seul point de convergence est l’historicité dans laquelle ils se sont développés.

6Les motivations des deux mouvements sont aussi disparates que leurs résultats. Si le mouvement conservateur d’opposition au mariage homosexuel a mobilisé des milliers de Martiniquais, le mouvement de lutte contre l’homophobie n’a pas mobilisé plus d’une centaine de personnes. Quelles ressources stratégiques permettent-elles d’expliciter la différence de participation à ces deux mouvements sociaux en Martinique ?

7Les émotions sont au cœur de l’émergence des mouvements sociaux (1). Il est aisé de mobiliser une population très majoritairement pratiquante sur un sujet de société qui touche à des dogmes religieux (1.1). Malgré le sentiment d’injustice qu’inspire l’homophobie, il est difficile de mobiliser une population stigmatisée dans un débat de société qui peut la rendre encore plus vulnérable (1.2).

8Une fois ces mouvements sociaux organisés, ils ont développé le cadre de leur action et recherché des stratégies discursives leur permettant de toucher une large part de la population (2). La stratégie à la fois spirituelle et éclairée des conservateurs a été très développée et très efficace (2.1.) En militant contre l’homophobie, le deuxième mouvement s’est inscrit dans un cadre qui lui a offert une ouverture médiatique, mais peu de mobilisation sociale (2.2).

9La mobilisation des ressources a été essentielle dans le développement de ces mouvements sociaux (3). En excès, elles ont conforté les opposants à la loi Taubira dans un contexte social légitime (3.1.). En déficit, elles ont démobilisé les sympathisants de la lutte contre l’homophobie (3.2). L’engagement très partial des personnalités politiques martiniquaises permet de jauger la légitimité sociale de ces deux mouvements sociaux (4). Les conservateurs ont été soutenus par de nombreux élus dès septembre 2012 (4.1) et les militants contre l’homophobie n’ont reçu aucun soutien politique (4.2).

1. Cadre méthodologique

10Nous nous intéresserons ici aux mouvements sociaux qui se sont développés en réaction à la loi portant sur le Mariage pour tous en Martinique. Le premier mouvement social étudié, que nous appellerons par la suite le mouvement conservateur, est un collectif constitué principalement de chrétiens et d’associations laïques chrétiennes, notamment des Associations Familiales Catholiques de la Martinique. Il s’oppose à la loi Taubira et se nomme aujourd’hui La Manif Pour Tous 972.

11Le second mouvement social étudié, que nous appellerons par la suite le mouvement pro-LGBT, est un collectif animé par l’association de lutte contre l’homophobie KAP Caraïbes, à laquelle sont associés AIDES Territoire d’Action Martinique, des sympathisants LGBT et des féministes. Il se nomme encore aujourd’hui Collectif citoyen de lutte contre l’homophobie aux Antilles.

12Afin de nous assurer de porter des conclusions exclusivement tirées de la situation martiniquaise, nous ne nous sommes intéressées aux mouvements sociaux hexagonaux que lorsqu’ils influençaient les évènements martiniquais. Notre travail de terrain a commencé dès les premières réunions publiques organisées par les Associations Familiales Catholiques sur le sujet (novembre 2012). Nous avons par la suite assisté à toutes les manifestations publiques contre la loi Taubira et contre l’homophobie dont nous avons eu connaissance. Nous avons systématiquement relevé le nombre des manifestants, leur typologie (origine, orientation sexuelle, âge, sexe, confession… selon les cas), et constitué une revue de presse.

  • 5 L’IDAHO a été fondée par Louis-Georges TIN normalien martiniquais, directeur du Dictionnaire de l’h (...)

13Nous avons réalisé des entretiens semi-directifs et/ou des enquêtes quantitatives auprès des manifestants, mais c’est au cours de discussions informelles qu’ont été recueillies la plupart des informations touchant à leurs opinions. Des entretiens rapides de certains manifestants pris au hasard ont permis de corroborer avec traçabilité les conclusions générales. Ce travail de terrain s’est achevé après la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie5, le 17 mai 2013.

  • 6 Les noms des témoins anonymes ont été modifiés. Un astérisque signale les témoignages anonymes dans (...)
  • 7 Seules les déclarations publiques de Monsieur Raymond Occolier sont ici transcrites. Notre entretie (...)

14Entre septembre 2013 et décembre 2013, nous avons rencontré des acteurs clés des mobilisations contre la loi Taubira et contre l’homophobie, dans le cadre d’entretiens individuels complétant les interrogatoires réalisés sur le terrain. Ils ont le plus souvent témoigné sous couvert d’anonymat6. Il s’agit de deux membres fondateurs du mouvement pro-LGBT (Norma* et Marie*), d’un porte-parole du mouvement conservateur (Jean*), du père Ransay (curé de la paroisse de Sainte Thérèse), d’un militant politique conservateur* et du maire du Vauclin, Raymond Occolier7. Toutes les transcriptions ont été utilisées pour l’analyse, bien que seuls quelques extraits apparaissent ici.

2. Cadre théorique : la mobilisation des ressources et les processus de cadrage

15La progression discursive et stratégique des leaders des mouvements conservateurs et pro-LGBT martiniquais peut être éclairée par les travaux théoriques menés sur les processus de cadrage (framing process) par Robert D. Benford et David A. Snow (Benford et Snow, 2012). Ces auteurs s’appuient sur le concept de « cadre » développé par Erving Goffman afin d’analyser la construction du sens de l’action collective. Les cadres sont selon E. Goffman des « schèmes d’interprétation » qui permettent aux individus d’identifier et d’étiqueter des situations (Goffman, 1974). Le cadre donne du sens à une situation et oriente l’action des individus.

16Dans l’étude des mouvements sociaux, « les cadres de l’action collective sont des ensembles de croyances et de significations, orientés vers l’action, qui inspirent et légitiment les activités et les campagnes des organisations de mouvement social » (R. D. Benford et D. A. Snow, 2012). Ces cadres donnent du sens à l’action collective. Ils permettent de fédérer les sympathisants autour d’une situation et de démobiliser leurs adversaires (R. D. Benford et D. A. Snow, 1988).

17Cette notion de cadre éclaire particulièrement notre étude des stratégies développées par les mouvements sociaux relatifs à la loi Taubira en Martinique. En effet, le mouvement martiniquais conservateur s’est appuyé sur un cadre spirituel existant pour construire et renforcer sa base militante, puis il a produit un cadre laïc afin de rassembler une large part de la population autour de ses convictions, tout en délégitimant les arguments des défenseurs de la loi Taubira.

18Par ailleurs, on peut expliquer la faiblesse de la mobilisation pro-LBGT par le manque de légitimité sociale du cadre dans lequel s’est inscrit ce mouvement. Le mariage des homosexuels ne portait pas de cadre favorisant l’action collective en Martinique. Les militants pro-LGBT ont donc orienté leur discours vers la lutte contre l’homophobie, un cadre plus consensuel. Mais dans un contexte sociétal hostile à l’homosexualité, ce cadre n’est pas parvenu à amplifier les rangs des manifestants.

19Bien que notre étude s’intéresse à l’évolution des cadres de l’action collective dans le contexte des débats sur la loi Taubira en Martinique, la théorie de la mobilisation des ressources est celle qui nous permet le mieux d’expliciter les causes des succès relatifs des deux mouvements sociaux que nous avons suivis. La théorie de la mobilisation des ressources naît de la critique de la théorie économique des choix rationnels (Goldthrope 1994, Axelrod, 1994), utilisée dans l’analyse des comportements sociologiques collectifs et individuels. Selon la théorie des choix rationnels, les individus se mobiliseraient pour défendre leurs intérêts. Ils ne s’impliqueraient dans des mouvements sociaux que lorsqu’ils peuvent y gagner un bien social ou un bénéfice individuel.

20Mancur Olson, économiste lui-même théoricien de choix rationnels, remarque cependant dans « La logique de l’action collective » (Olson, 2011) qu’il ne suffit pas qu’un d’individu ait un intérêt dans la création d’un bien collectif pour qu’il participe à sa production. Il pourra en profiter sans avoir manifesté. C’est ce qu’Olson Mancur appelle un « passager clandestin ». Beaucoup de travailleurs peuvent refuser de manifester ou de participer à une grève, de peur de perdre leur emploi, leur salaire ou des possibilités de promotion par exemple, mais à l’issue du mouvement social, ces passagers clandestins profiteront eux aussi des biens sociaux acquis par les syndicalistes militants. Il n’est donc pas nécessaire de manifester pour obtenir des avantages sociaux, il suffit de laisser les autres manifester. Alors pourquoi certains choisissent-ils tout de même de manifester ? La mise en place d’une action collective ne s’explique donc pas seulement par les motivations et les intérêts des militants. C’est aussi le « comment » qui justifie l’implication des militants. La théorie de la mobilisation des ressources propose d’analyser la manière dont se crée, s’organise et se met en place un mouvement social et les moyens qui y sont engagés, afin d’expliciter pourquoi les individus concernés par un bien commun choisissent ou pas de participer à une action militante.

21Anthony Oberschall a notamment appliqué les théories de Mancur Olson à la sociologie dans Social Conflict and Social Movements (1973). Il complète l’approche individualiste de Mancur Olson en prenant en compte « les conditions structurelles favorisant la mobilisation dans les mouvements d’opposition » (Oberschall, 1978). Plus la sociabilité entre les participants potentiels à un mouvement collectif est intense et plus ces personnes ont de chances de s’unir pour participer à un mouvement social. Une sociabilité communautaire traditionnelle est selon lui un support très propice aux mobilisations contemporaines. Ici, cette analyse nous a permis de prendre en compte l’impact de la sociabilité chrétienne sur l’amplitude des manifestations conservatrices. De même, elle explique pourquoi les LGBT martiniquais, qui ne vivent pas dans les conditions d’une véritable sociabilité communautaire, ont eu tant de difficultés à s’organiser et à se manifester.

22Anthony Oberschall insiste par ailleurs sur l’importance de la qualité de la base organisationnelle du mouvement et sur la présence d’un leader comme conditions elles aussi nécessaires à la réussite d’un mouvement social. Ici les leaders ont pris la forme de porte-paroles ou d’élus politiques particulièrement impliqués. Mais il est clair que le mouvement conservateur avait des leaders plus marqués que le mouvement pro-LGBT.

23Selon A. Oberschall, la mise en œuvre d’un mouvement social est favorisée par deux ressources globales : des ressources enracinées dans la structure sociale et des ressources organisationnelles. Elles existent parfois sans être utilisées par le mouvement social en puissance. Les militants doivent avoir conscience de l’importance stratégique de ces ressources pour les mobiliser et les utiliser.

24La théorie de la mobilisation des ressources ne saurait expliquer dans son ensemble l’intensité des rassemblements contre la loi Taubira et la faiblesse des mobilisations de lutte contre l’homophobie. Dans un contexte local martiniquais où la chrétienté a un poids social très important et où une communauté LGBT peine au contraire à se développer, il apparaît essentiel de prendre en compte dans notre analyse le cadre émotionnel dans lequel s’inscrivent ces mouvements sociaux.

25En cherchant à rationaliser les choix des manifestants, en tentant d’aborder de la façon la plus objective et scientifique qui soit les mobilisations sociales, les sociologues ont tendance à minimiser les leviers émotionnels du militantisme. Dans le cadre d’une critique de la théorie des choix rationnels, Jeff Goodwin et James M. Jasper (2004, 2001) suivis notamment en France par Sandrine Lefranc et Isabelle Sommier (2009) ont regroupé des études insistant sur le rôle des émotions comme un levier de la mobilisation des militants du 21e siècle. Nous envisagerons donc les émotions comme une ressource à part entière, qui est implicite à certains mouvements sociaux, notamment à ceux que nous avons étudiés en 2013 en Martinique.

26La mobilisation des opposants à la loi Taubira en Martinique a soulevé chez les manifestants chrétiens des émotions très fortes et très diverses, amenées par leur foi. Notamment la peur, le sentiment de responsabilité et la colère, des leviers émotionnels que nous avons pu relever chez les conservateurs au cours des manifestations et lors de nos entretiens. Les manifestants prenaient par ailleurs un véritable plaisir à se rassembler et à partager des repères culturels communs.

27Les sympathisants et les militants pro-LGBT auraient pu bénéficier des ressources émotionnelles de leur mouvement. L’homophobie est un sujet qui par sa violence et son injustice pourrait émouvoir la population. Toutefois, comme l’indiquent S. Lefranc et I. Sommier dans la Conclusion de l’ouvrage Emotions… Mobilisation !, « toutes les émotions ne sont pas également mobilisables : le travail politique des entrepreneurs de cause consiste souvent à transformer la peur ou la honte, c’est-à-dire des états affectifs subis et de ce fait paralysants pour l’action, en fierté ou colère qui, elles, incitent à une prise de parole. ». Ces auteures font remarquer plus loin que ce genre de situations connaît ses ratés (2009 : 282-284). Ici, dans une société où l’homophobie latente est omniprésente et pèse sur les militants, le cadre émotionnel porté par les mouvements sociaux de lutte contre l’homophobie n’a pas eu un impact déterminant.

28L’ensemble de notre travail de terrain, mis en lumière par notre cadre théorique, nous permet à présent d’apporter une réponse à notre problématique, en montrant comment les contrastes dans la mobilisation de ressources émotionnelles (1), l’exploitation des cadres de l’action collective (2), la mobilisation des ressources matérielles (3) et des soutiens politiques (4) peuvent expliciter le différentiel de participation entre ces deux mouvements sociaux en Martinique.

3. Contrastes des phénomènes de mobilisation émotionnelle

29D’autres évènements tels que la pollution des sols ou l’avenir institutionnel de la Martinique auraient pu mobiliser des milliers de manifestants au cours de la période étudiée. Si le mariage homosexuel est le seul sujet de société à avoir rassemblé autant de militants, c’est certainement parce qu’il s’inscrivait dans un cadre émotionnel particulier. Nous verrons que les convictions religieuses des opposants à la loi Taubira les ont très fortement encouragés à passer de l’opposition à la manifestation (1.1), tandis que les sentiments d’injustice et la violence ressentis n’ont pas apporté suffisamment de cohésion à un mouvement social de lutte contre l’homophobie déjà mis en défaut par l’ostracisme subi par les manifestants potentiels (1.2).

3.1. Un mouvement conservateur galvanisé par des convictions chrétiennes

3.1.1. Convictions chrétiennes à l’origine du mouvement conservateur

  • 8 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

30L’opposition à la loi Taubira en Martinique a dès l’origine été motivée par des convictions religieuses, comme nous le confiait notamment un témoin : « Si ce n’était pas ma foi qui me portait dans un projet comme celui-là, je ne me serais pas engagé en tant que porte-parole. » Jean8*

31Le seul lien social ou idéologique entre les membres fondateurs du collectif conservateur a été leur foi catholique : une dimension sociétale sensible à l’historicité qui transcende les intérêts socio-économiques individuels et crée une sociabilité propice à l’essor du mouvement social :

  • 9 Id.

« On retrouve […] toutes les composantes de la société martiniquaise. On retrouve des fonctionnaires… euh… qu’on appelle métropolitains et qui sont en poste ici… et qui sont donc forcément très engagés dans leur cheminement spirituel. On retrouve aussi… ben la composante béké de la société martiniquaise, et puis on retrouve hé ben cette société martiniquaise avec les gens, je veux dire moi quoi, les gens bon teint quoi, de souche, voilà qui se reconnaissaient dans ce mouvement, […] Par-delà ce qui pouvait constituer parfois un obstacle, je parle de se retrouver avec la composante béké de la population martiniquaise, je me suis rendu compte que quand il y avait un intérêt supérieur, ça fédérait les personnes à un point que l’on n’imagine pas. » Jean*9

32Chez les personnes que nous avons interrogées, les convictions religieuses ont été le déclencheur et la clé de voûte de la mobilisation contre le mariage homosexuel, en Martinique. La foi a convoqué chez Jean* comme chez les autres leaders du mouvement conservateur de fortes émotions telles que l’indignation, la peur, et un véritable sentiment de responsabilité. Ces convictions ont fédéré les premiers militants et leur ont permis de se faire entendre par une population déjà sensible aux commandements bibliques. Le premier véhicule de la mobilisation conservatrice se situe dans ce cadre, un cadre suffisamment dense pour maintenir l’attention de nombreux sympathisants.

3.1.2. Mobilisation des chrétiens pratiquants : l’engagement par la prière

33La manifestation publique n’est pas une pratique traditionnelle des catholiques, cependant elle est en phase avec la doctrine sociale de l’Église catholique (Chabot, 1989) ainsi qu’avec la dimension évangélique de la pratique spirituelle en Martinique. Les catholiques et les protestants les plus pratiquants ont constitué face à la loi Taubira un mouvement social de défense des valeurs chrétiennes. Le rôle de leur foi se note aussi hors du pavé, dans les lieux de prière, où la stratégie des croyants illustre bien le cadre spirituel de l’engagement des conservateurs :

  • 10 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

« On pouvait [aussi] rester là tranquillement et [penser] que cette affaire-là n’allait pas passer parce qu’on allait prier pour ça [...]. Il y a eu à ce moment-là deux écoles. Il y a une école qui est rentrée dans la doctrine sociale de l’église […], le catéchisme nous y invite, dès lors que le bien commun est menacé. Et puis il y a ceux qui ont eu la position de dire oui, mais de toute façon prions et puis par la force de la prière cette affaire-là ne passera pas. Et donc ce qui devait être deux positions complémentaires, comme le Christ dans sa parole il fallait faire ceci sans négliger cela. C’est devenu contreproductif par un antagonisme que je ne comprends pas jusqu’à maintenant. Quelque part, les personnes qui se sont réfugiées entre guillemets dans une dynamique de prière sans action, ça les a confortées dans une espèce de religiosité, dans un immobilisme et dans une religiosité. Donc là il y avait une occasion concrète de témoigner sa foi. »10 Jean*

34Les groupes de prière dont nous parle Jean* notamment illustrent fortement l’adhésion de la base communautaire au mouvement conservateur. Cette légitimité est essentielle dans la conduite du mouvement : elle renforce le cadre spirituel dans lequel est née la mobilisation.

3.2. Pas de mouvement social pour la loi Taubira, mais une mobilisation contre l’homophobie

  • 11 « Créée en 1984, à l’initiative du sociologue Daniel Defert et reconnue d’utilité publique en 1990, (...)
  • 12 Sans oublier l’association Temps DM, qui est en ce moment en restructuration.

35Dans un contexte hostile à l’homosexualité, jamais une association LGBT n’a émergé ni persisté en Martinique. En novembre 2012, il n’existait donc pas encore de réseau LGBT immédiatement mobilisable en faveur de la loi Taubira. Toutefois, trois associations avaient au moins une bonne raison de s’y intéresser. La première, Tjembé rèd, est la plus ancienne association LGBT ultramarine en activité et la plus prolixe. Mais n’est portée que par un membre hyperactif, qui vit à Paris, et qui n’a plus de véritable légitimité auprès des LGBT martiniquais. La deuxième, l’antenne locale d’AIDES11, fournit aux autres associations un cadre logistique et soutient les projets de lutte contre l’homophobie12, mais ce n’est pas une association LGBT. La troisième, KAP Caraïbes, est une association de lutte contre l’homophobie créée en mai 2012. Affaiblie par sa jeunesse et son manque de moyens, elle a très tôt été sollicitée et donc renforcée par les médias, qui l’ont érigée en défenseur légitime de la loi Taubira. Cette association a été le cœur du mouvement social de lutte contre l’homophobie en 2012/2013.

36Les LGBT martiniquais(es) auraient pu se mobiliser pour défendre un intérêt personnel : l’accès au mariage. Mais avant de se marier, il faut déjà pouvoir mener une vie sentimentale légitime, épanouie, sans avoir à se cacher, sans risquer d’insulte, d’agressions ni le rejet de ses proches. Ces conditions n’étant pas réunies, les LGBT de Martinique se sont plus inquiétés de l’ostracisme dont ils sont victimes que de leur état civil. Leurs émotions ont plutôt fait naître un mouvement social de lutte contre l’homophobie qui a profité du débat sur le Mariage pour tous pour se faire connaître.

3.2.1. Dénoncer l’injustice, la discrimination et la violence homophobes

37Norma* et Marie*, deux membres fondatrices de KAP Caraïbes, nous ont raconté les premiers pas de ce mouvement mu par la volonté de lutter contre l’injustice et la violence dont sont victimes les LGBT martiniquais. La première action des membres fondateurs a eu lieu lors de la journée IDAHO 2012. Ils avaient organisé via Facebook une marche contre l’homophobie le 19 mai 2012 :

  • 13 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, au François.

« On a eu plusieurs réunions avec AIDES sur la mise en place et sachant qu’on ne voulait absolument pas faire une gay pride, et pour sensibiliser les gens à cette souffrance on a eu l’idée de porter des masques blancs pour montrer qu’on était tous pareil qu’on était tous humains et pour préserver aussi l’anonymat. On a marché avec quelques pancartes, et puis dans les rues de Fort-de-France on a fait un die in. »13 Norma*

Photographie 1. Marche contre l’homophobie, 19 mai 2012

Photographie 1. Marche contre l’homophobie, 19 mai 2012

Source : Martinique 1ère

  • 14 Extrait de notre entretien en anonymat du 22 septembre 2013, à Schœlcher

« Le truc qu’on avait proposé c’était, ben, de mettre des masques. Donc… c’est une personne, il y en avait beaucoup d’ailleurs, mais il y en a une que je connais qui était venue, mais complètement couverte parce qu’elle, sa famille, c’était je sais pas si des adventistes ou des évangéliques, mais si sa famille apprenait c’était foutu pour elle. Donc elle avait le pull jusqu’à… les gants sur les mains, elle crevait de chaud. On voyait rien, ni la couleur de peau, elle avait un masque, elle c’était du début à la fin. Bon y’en avait certains qui l’avaient mis voilà. Moi j’avais le masque comme une symbolique j’avais le masque il est là sur mon corps, mais je suis maintenant à visage découvert. »14 Marie*

38Cette manifestation du 19 mai 2012 n’a réuni qu’une cinquantaine de personnes, mais s’est globalement bien déroulée. La dramaturgie choisie par les militants a surpris les passants et surtout les médias qui ont su saisir et exploiter la charge émotionnelle des masques blancs et du die-in. Après cet évènement, Marie*, Norma* et leurs camarades ont définitivement décidé de devenir militants suite de l’écoute d’un débat sur l’homosexualité, où des propos homophobes avaient fusé :

  • 15 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

« On était chez AIDES, on écoutait une émission (radio) et… on voulait prendre la parole pour défendre ces gens-là. Mais comme on n’était pas encore constitué en tant qu’association on s’est posé la question de savoir comment on pourrait intervenir en ayant un peu plus de poids, donc j’ai proposé qu’on se nomme Collectif citoyen de lutte contre l’homophobie aux Antilles. Un collectif n’a pas besoin de fondements juridiques, etc. Et donc au début c’était vraiment que des citoyens lambda quoi. On se présenterait sous cette appellation. Et puis finalement l’idée du collectif a fait son chemin, même si c’était vraiment le gros stand-by… AIDES en fait partie. Il y a eu Temps DM aussi à l’époque. »15 Norma*

39En juillet, alors que le collectif était en sommeil, les membres fondateurs du mouvement de lutte contre l’homophobie ont déposé les statuts de leur association :

  • 16 Id.

« On s’est très bien entendu sur le fait qu’[…] on était vraiment sur l’aide, quelle aide on pourrait apporter [aux homosexuels de l’île] et comment on pourrait, à terme avoir une plateforme téléphonique entièrement anonyme pour aider les gens qui ont connu l’homophobie, et puis comme on a tout un parcours différent, mais en certains points assez similaires quand même [on a besoin d’aide] dans sa propre acceptation. Donc on peut ne pas être victime d’acte homophobe, mais vivre une profonde souffrance. »16 Norma*

40Le 7 novembre 2012, le projet de loi sur le mariage homosexuel a été présenté par le gouvernement. KAP Caraïbes venait d’obtenir son statut d’association loi 1901. Ce n’était pas la première fois que des sympathisants LGBT tentaient de créer une association en Martinique, et nous doutions alors que leur entreprise ne résiste à la pression sociale : dans un contexte où le makrélaj (le partage rapide et systématique d’informations sur la vie personnelle de tierces personnes) est une pratique quotidienne et traditionnelle, les informations sur l’orientation sexuelle des individus sont très rapidement diffusées. Adhérer à une association LGBT c’est prendre le risque d’être identifié rapidement comme étant un(e) homosexuel(le). Il faut bonne dose de courage aux homosexuels du placard et aux hétérosexuels pour sortir de la tranquillité de leur bonne réputation et s’exposer aux soupçons de leurs proches, voire de leur électorat, en soutenant une minorité stigmatisée. Ainsi une fois l’association KAP Caraïbes créée, les militants étaient pleins d’enthousiasme, mais n’étaient pas certains de réussir à rassembler de nombreux sympathisants autour de leur cause.

3.2.2. L’homophobie limite fortement la mobilisation du réseau LGBT de l’île

41De crainte d’être victime de l’homophobie, la plupart des LGBT martiniquais gardent secrète leur homosexualité, et adoptent des stratégies de refoulement et de déni leur permettant de mener une vie socialement légitime, en tant qu’hétérosexuel(le)s. Nombreux sont ceux qui s’inventent des partenaires du sexe opposé pour que leurs proches ne soupçonnent pas leur homosexualité. Nombreux sont ceux qui se marient, ont des enfants, tout en ayant régulièrement des amants et des maîtresses de leur sexe. Très nombreux sont ceux qui restent célibataires, peinant à construire une relation homosexuelle dans une société qui ne permet pas à leur couple de s’exprimer. Dans tous les cas de figure, ces individus ont un dénominateur commun à leurs existences : l’homophobie latente les expose quotidiennement à la violence. Les LGBT qui restent en Martinique doivent donc protéger leur anonymat, ou garder un certain niveau de discrétion au sujet de leur vie sentimentale.

42De nombreux Martiniquais interviewés par la presse ou que nous avons aussi rencontrés se plaignent de la visibilité nouvelle des LGBT en Martinique, car ils ont déjà vu des couples homosexuels se balader main dans la main à Fort-de-France. En réalité, seule une frange très limitée des personnes non hétérosexuelles se le permettent, et ils sont moins à plaindre que les autres : les homosexuels rencontrés dans le cadre de nos travaux sur l’homophobie vivent en grande majorité dans le placard, et nombre de ceux que nous avions interrogés par le passé se sont déjà exilés.

43Malgré l’ostracisme, les LGBT de l’île se rencontrent ponctuellement dans des fêtes organisées discrètement par des organismes officieux, mais il n’existe pas de lieu de rassemblement « gay friendly » en Martinique. L’identité homosexuelle se vit essentiellement à huis clos. Le fait même de discuter de la création d’une association dans un lieu neutre pose déjà en soi un problème, et les fondateurs de KAP Caraïbes se sont presque toujours réunis dans des lieux privés.

44Créer une association avec un local, des porte-paroles, une association « visible » est en contradiction avec le mode de vie réel des homosexuels de l’île. Si l’on trouve quelques individus sans attache familiale en Martinique prêts à risquer leur réputation en créant une association LGBT, il est par la suite très difficile de recruter des membres antillais dans cette association, et sans membres, une association disparaît rapidement.

45La forme et l’objectif de KAP Caraïbes sont en phase avec la situation de LGBT de l’île : l’association souhaite créer une ligne d’écoute pour les LGBT Antillais en souffrance. Hétérosexuels ou homosexuels, les militants mèneront leur action par téléphone. On ne connaîtra ni leur visage, ni leur nom. La discrétion du militantisme et l’anonymat des victimes devraient permettre à KAP Caraïbe de recruter des membres et d’attirer le public visé sans crainte du qu’en-dira-t-on. Voilà le véritable objectif de cette association. Mais malgré ce cadre, il reste difficile de mobiliser des militants pour cette cause. L’intégration de KAP Caraïbes dans le débat sur le Mariage pour tous leur a donné une audience médiatique qui a largement participé à les renforcer et pérenniser leur mouvement.

4. Contraste des processus de cadrage

46Une fois les mouvements sociaux organisés, ils ont développé le cadre de leur action et recherché des stratégies discursives leur permettant de toucher une large part de la population.

4.1. Stratégie de cadrage efficace et contrôlée dans le mouvement conservateur

4.1.1. D’un cadre spirituel à un cadre laïc : une stratégie conservatrice efficace

  • 17 La fédération des AFC de la Martinique appartient à la fédération nationale des AFC. Elles constitu (...)

47Le processus de cadrage primaire du mouvement conservateur s’est appuyé sur la conviction que ses membres devaient participer à l’historicité en s’opposant à une réforme en contradiction avec la doctrine de l’Église catholique. Ce cadre devait sensibiliser les associations chrétiennes laïques et le clergé catholique aux enjeux spirituels soulevés par la loi Taubira. La Fédération martiniquaise des Associations Familiales Catholiques17 (AFC) a été la plus prompte à réagir. Elle a apporté au collectif de base des ressources humaines importantes et un réseau de communication assez ample.

  • 18 Entretien réalisé le 16 décembre, permanence de l’église Sainte Thérèse, Fort-de-France.

48La première conférence publique des conservateurs a eu lieu le 28 octobre 2012 dans les locaux de l’église Saint Christophe à Fort-de-France, à l’appel des AFC. Elle portait sur « les coûts du non-mariage et de l’homosexualité ». Devant près de 200 Martiniquais(e)s, les conférenciers y ont présenté la loi Taubira comme une tentative de déstabilisation de l’institution familiale. La seconde partie de la conférence, portant sur les coûts de l’homosexualité, a été présentée par le père Ransay, qui officie à l’église Saint-Christophe. Acteur important du mouvement, il souligne dans ses discours la rhétorique chrétienne et érudite développée par les conservateurs. Son témoignage18 éclaire une grande part de notre analyse. Les débats se sont étendus sur l’influence d’un lobby homosexuel sur la décision publique, la nature pathologique de l’homosexualité, sa contagiosité, sa non-naturalité, sa réversibilité, son danger pour la pérennité de notre espèce, et des dérives encourues par l’extension du droit au mariage (polygamie, inceste, pédophilie, zoophilie…)

49À l’instar du père Ransay, qui avait étudié les questions de société relatives à la sexualité dans le cadre de ses enseignements en séminaire, les orateurs et les porte-paroles ont développé un argumentaire capable de rassembler au-delà du discours religieux sans renier le caractère spirituel de leur mobilisation. Les plus aptes à jouer ce rôle ont été choisis comme porte-paroles :

  • 19 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

« Quand l’enjeu devenait de plus en plus crucial et qu’il fallait quelque part se professionnaliser, pour se structurer, pour être debout devant les journalistes, pour informer les personnes et tout ça […]. Au lieu d’être dans une logique d’enjeux on était dans une logique de personnes. […] [le choix des porte-paroles] ce n’était pas une affaire de convictions, c’était une affaire de personnes. »19 Jean*

50Leur rhétorique faisait appel à plusieurs disciplines : la stérilité du couple homosexuel l’exclut du projet familial ouvert par le mariage (Biologie) ; l’homosexualité ne peut offrir la complémentarité physique d’un couple (Naturalisme) ; un « droit à l’amour » donnera une jurisprudence favorable aux pédophiles (Droit) ; le couple homosexuel et le couple hétérosexuel ne sont pas équivalents (Éthique) ; l’institution du mariage homosexuel participe à la perte de repères dans les nouvelles générations (Sociologie). Ces discours ont toujours été d’une grande qualité rhétorique, soutenus par des sources diversifiées et une bonne communication, afin d’atteindre le plus grand nombre :

  • 20 Id.

« Notre ambition c’était de rejoindre les personnes qui avaient des certitudes sur des arguments du point de vue juridique, du point de vue sociologique, psychologique et tout ce qu’on veut, et de leur dire, mais même là on est capable de vous rejoindre sur ce terrain, en montrant que ce que vous pensez comme étant sûr n’est pas si sûr que ça, entendez autre chose, voilà ce qu’on nous a dit. Mais, toujours dans la Bible “il est écrit que… et le Seigneur répondit-il était aussi écrit que…” donc nous on était le “il est aussi écrit que”. Et puis à côté de ça on aurait apprécié en complémentarité que l’Église puisse amener, parce que très concrètement ce qui se passe là vient heurter les positions profondes de l’Église catholique. »20 Jean*

51La stratégie des discours laïques et éclairés supposait en effet que l’Église catholique se charge de continuer à alimenter le débat par une prise de position claire, théologique et publique. Mais l’engagement du clergé n’a pas été à la hauteur des espérances des laïcs conservateurs :

« Compte tenu de l’enjeu, j’aurais attendu une prise de position plus affirmée de l’Église catholique sur le sujet. Et si nous n’avons pas été plus nombreux dans les rues, c’est parce que le message de l’Église était brouillé. Ça veut dire “on est avec vous, mais en même temps on n’est pas franchement pour”. Et voilà le sentiment que ça a donné, et donc du coup certains chrétiens fréquentant les églises, par manque de relais au niveau des paroisses, ne se sont pas engagés dans la rue quand il y avait les appels à manifestations. Ça a été pour moi une déception » Jean*

52Si certains prêtres se sont engagés dans le mouvement, c’est à titre personnel, comme l’a fait le père Ransay qui présentait régulièrement ce sujet dans sa paroisse et a suivi le mouvement. Sans prendre part systématiquement aux débats, il était toujours présent là où nous avons réalisé nos études de terrains. Ses interventions, dans les réunions et sur les ondes de radio Saint Louis notamment, ont montré son implication intellectuelle et militante dans la lutte contre un projet de loi. Mais rares sont les prêtres qui ont comme lui pris la parole de façon claire et récurrente pendant la période de mobilisation. La plupart se seraient contentés du discours de l’évêque prononcé le 13 janvier 2013.

  • 21 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

« Nous étions en vérité avec l’Église, avec sans cesse le désir de lui rendre compte de ce que nous faisions et d’avoir son appui dans ce que nous projetions de faire. Donc du coup on soumettait un certain nombre d’écrits à la hiérarchie de l’Église, de sorte que ces écrits soient validés et qu’ils puissent servir d’annonce à l’occasion des messes, ça, c’est un exemple concret. Une inertie énorme, du coup pas de retour, de sorte que les manifestations n’ont été que très peu annoncées dans les paroles. Quand on voit la fréquentation des paroisses martiniquaises, s’il y avait eu une attitude plus claire de l’Église par rapport à la mobilisation, on aurait été plus nombreux dans les rues, et ça, c’est indéniable. » Jean*21

  • 22 Dixit Jean*, montrer que les chrétiens sont « éclairés » et non pas des « illuminés ».

53Malgré la subtilité du soutien du clergé, les convictions religieuses ont gardé une place primordiale lors des manifestations, renforcée par l’argumentaire « éclairé22 » du collectif. Nous avons pu observer sur le terrain comment les militants ont pu intégrer ces deux aspects de la mobilisation.

4.1.2. Assimilation de la stratégie rhétorique par les chrétiens pratiquants et les sympathisants

54Le processus de cadrage des conservateurs a d’abord été efficace du point de vue quantitatif : 200 personnes à la conférence sur Les coûts du non-mariage et de l’homosexualité le 28 octobre 2012 ; 1600 personnes à la première manifestation urbaine, sur le parvis de la cathédrale de Fort-de-France le 13 janvier 2013 ; près de 2000 personnes lors la marche La Manif Pour Tous 972 le 23 mars 2013. Du point de vue qualitatif, la rhétorique laïque a accompagné la mobilisation des chrétiens pratiquants et a motivé les chrétiens non pratiquants en leur adjuvant des arguments profanes.

55Toutefois, il nous semble que ce cadre d’action hybride n’a pas touché de façon significative les athées et les personnes d’obédiences non chrétiennes. Les discours des manifestants nous portent à maintenir que leur mobilisation contre la loi Taubira était d’abord motivée par des convictions religieuses. Le cadre d’action laïque a surtout transformé des sympathisants en véritables militants. Il a renforcé ce qui n’était pour beaucoup que de l’ordre des valeurs et du ressenti.

56Les arguments des porte-paroles et des prêtres engagés se retrouvent dans les discours des manifestants que nous avons interrogés et qui se sont exprimés en public. Ils invoquent systématiquement en premier les enseignements bibliques pour légitimer leur mobilisation, citant dans le texte la Genèse (procréation entre un homme et une femme), la destruction de la ville de Sodome ou la condamnation directe de l’homosexualité dans le Lévitique :

  • 23 Et le sacrement, qu’est-ce qu’on en fait ? (…) L’important pour nous, c’est que nous prenions consc (...)

« Ne laissez pas la brèche dessiner le sillon, majorité silencieuse, le PACS, on a laissé passer, mais là, vous êtes devant l’évidence. Vous êtes devant Sodome et Gomorrhe ! (…) Et le sacrement, sa nou ka fè épi sa ? L’enportan pou nou, sé que nou pran konsians ke nou batisé et ke nou pa aksepté sa. »23 Tribun n° 1, 13 janvier, parvis de la cathédrale.

57Une fois énoncée la cause initiale de leur mobilisation viennent des arguments d’ordre biologique et naturaliste : la stérilité et l’absence de complémentarité physique des couples homosexuels. Le père Ransay a d’ailleurs popularisé la notion de « duo » pour remplacer ici le terme de couple.

« Comment va naître le mouvement s’il n’y a pas la dualité ? (…) on est en train de désoler la vie ! S’il n’y a pas de dualité, il n’y a pas de vie, si n’y a pas la lumière, il n’y a pas l’ombre, s’il n’y a pas le soleil, y’a pas la vie, c’est ça la base ! » Tribun n° 1, 13 janvier, parvis de la cathédrale.

  • 24 « Imaginez et regardez en même temps dans la nature, deux papayers mâles ne donnent pas de papaye. (...)

« Imaginez et regardez en même temps dans la nature, dé pié mal papay pa ka fè papay. Man ka jiré’ w sa. Lè abey-la ka vini bitiné’y, y pa ka fè papay. O nivo menm de konsepsionism, poutji fok nou aksepté an bagay ki ka dénaturé nou ? Sa pa posib.24 » Tribun n° 3 AFC 13 janvier 2013

58Les conservateurs abordent ensuite des discours considérant l’homosexualité comme une perversion, une obsession sexuelle, une « vagabonnagerie » ou une maladie mentale curable.

  • 25 « On a déjà suffisamment de problèmes pour qu’on ajoute un autre problème. Nous avons déjà dit que (...)

« Nou ja ni sifisaman problem pour nou ajouté en lot problem. Nou ja di, nou pas kont lé zomosexuel. Sé frè nou sé ich nou, sé voisin nou, mais lwa-a ka démoli nou, ka démandibilé nou. Fok pa nou pren sa a la léjè. Kompren, man ka di, yo ka tan yo ka di, on fait ce qu’on veut. Mè fok pa nou ka fè vagabonnageri ! Mè fok pa ou ka aksepté an bagay qui ka continué démoli la sosiété martinitjez.25 » Tribun n° 3 AFC 13 janvier 2013, parvis de la cathédrale.

59Viennent aussi très régulièrement les arguments selon lesquels la reconnaissance de l’amour homosexuel mènera à la reconnaissance de la pédophilie et de la zoophilie :

« Si vous laissez passer, vous majorité silencieuse, si vous laissez passer cette explosion, demain matin il y a aucune raison, c’est jurisprudence, on a fait la signature, il n’y a aucune raison qu’une femme épouse un cheval, qu’un homme épouse une chèvre, on ne pourra pas les arrêter ! » (Applaudissements importants) Tribun n° 1, 13 janvier 2013, parvis de la cathédrale.

60Lors des grandes manifestations de protestation contre la loi Taubira à Fort-de-France, les manifestants ont revendiqué le droit des enfants à être éduqués par un père et une mère.

  • 26 « Demain matin, l’enfant va nous dire, qui est sa maman, qui est son papa ? Nous savons très bien q (...)

« Démen matin, ti manmay ké di nou, ki moun ki manman’y, ki moun ki papa’y, nous sav trè bien ke lè bagay la pa kay maché, ti manmay ké lévé é y ké mandé ki moun ki manman’y y ki moun ki papa’y ! Au niveau de l’association familiale catholique, nou ka di c’est l’épanouissement de la famille, papa maman ek yich li26. » Tribun n° 3 AFC, 13 janvier 2013

61Enfin, nous avons noté dès le 13 janvier 2013 l’émergence d’arguments d’ordre politique, qui ne laissent pas en reste les arguments religieux, biologiques et éthiques : la revendication d’un référendum et la volonté que le gouvernement se concentre sur les dossiers régaliens.

« La loi que le gouvernement veut passer, sans consultation, c’est une scélérate (app) qui nous ramène à la royauté puisque nous sommes en république, comment faire passer une loi sans consultation ? Ce n’est pas normal. » Homme de 94 ans, manifestant Tribun n° 2,13 janvier 2013

62La défense du droit d’un enfant à être élevé par un père et une mère est un argument rhétorique secondaire qui est devenu déterminant à partir de l’association du collectif martiniquais à La Manif Pour Tous nationale, en février 2013, une association stratégique et symbolique décisive :

  • 27 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

« On a ressenti la nécessité de s’intégrer à un mouvement plus grand, dans un mouvement national pour donner un écho plus grand et une identité [...]. S’inscrire dans une identité qui était déjà assez forte comme La Manif Pour Tous comme le fameux logo qu’on trouve inscrit partout, ces fameuses couleurs de bleu et rose, ça permettait d’avoir une signature, d’avoir une identité et d’être immédiatement identifiable »27 Jean *

63Le mouvement martiniquais, en entrant dans un mouvement identitaire national, ne revendiquait dès lors plus des milliers de manifestants, mais des millions de sympathisants.

64L’opposition au mariage pour tous a montré qu’il est possible de mobiliser en masse les chrétiens pratiquants martiniquais. Le cadre spirituel apporte de la légitimité au mouvement dans une population déjà sensibilisée à la doctrine chrétienne et préalablement sociabilisée. La qualité du processus de cadrage laïc a quant à elle permis de transformer les sympathisants en manifestants actifs et fidèles aux rendez-vous des manifestations.

4.2. Processus de cadrage en manque de sérénité et de cohérence dans le mouvement de lutte contre l’homophobie

65Le processus de cadrage de KAP Caraïbe depuis sa fondation en septembre 2012 s’est inscrit dans la lutte contre les discours et comportements homophobes aux Antilles. La présentation du projet de loi portant sur le mariage pour tous a bouleversé le cadre de ses discours publics et de ses objectifs.

4.2.1. Cadre de lutte contre l’homophobie : une cause légitime en Martinique ?

66Dès novembre 2012, les médias martiniquais ont cherché un porte-parole prêt à défendre la loi Taubira dans la presse. L’exercice était assez difficile dans le contexte martiniquais, et KAP Caraïbes est alors apparue comme l’interlocuteur le plus disponible et légitime. L’association a accepté de venir témoigner sur les médias afin de demander la modération des discours homophobes diffusés dans la presse et sur internet :

  • 28 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

« Le contre nature, l’assimilation pédophilie zoophilie et j’en passe, et puis des discours extrêmement violents quoi, qu’on n’entendait pas avant ça, en tout cas pas autant, et pas aussi affirmé et revendiqué quoi. »28 Norma*.

67Les médias auraient préféré entendre des militants défendre ardemment le mariage homosexuel, mais cette revendication était hors du programme initial de KAP Caraïbes, et presque hors sujet pour leur base LGBT qui ne peut même pas encore aspirer à une vie de couple normale. La position de KAP Caraïbe était donc favorable à la loi Taubira, mais sur les médias les porte-paroles se concentraient davantage sur la question de l’homophobie aux Antilles. Faute de mieux, cela convenait à tout le monde et en échange d’un interlocuteur pro-LGBT les médias ont ainsi apporté à KAP Caraïbes une ressource indéniable : une audience auprès du grand public. Elle aurait pu amener de nombreuses personnes à participer à la première manifestation organisée le 27 janvier 2013 en réaction à de nouveaux propos homophobes tenus sur Internet et à la radio :

  • 29 Id.

« On s’est dit qu’on ne pouvait pas laisser une parole unique en fait dans la rue. On savait très bien qu’on ne serait pas nombreux du tout, on en avait pleinement conscience, mais je veux dire on aurait été 4 euh… pour eux en tout cas le message était là. Et voilà. Si l’opinion s’exprime dans la rue ben il n’y a pas de raison qu’on ne s’y exprime pas. Et on savait les risques qu’on prenait, et d’ailleurs on n’a pas… réitéré. »29 Norma*

68Organisée en parallèle à la mobilisation parisienne en faveur du mariage pour tous, la « marche pour l’égalité » du mouvement pro-LGBT était un défi pour le collectif. Les organisateurs ont reçu des menaces et nombre de leurs sympathisants homosexuels ont déclaré ne pas pouvoir participer à la marche. Sur les 65 participants, il y avait très peu de LBGT antillais :

« N.C. : Comme vous étiez dedans, à combien est-ce que vous estimeriez le nombre de personnes homosexuelles qui sont venues à la manifestation ?

Norma* : Je vais te donner un pourcentage ? je pense qu’il y avait moins de 10 %.

N.C. : Et pourquoi il y a-t-il eu si peu de…

  • 30 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

Norma* : La peur ! La peur ! La peur de s’afficher et moi je salue le courage des hétéros qui se sont affichés à nos côtés parce qu’ils n’avaient pas peur d’être affiliés… aux homos. Mais il y avait 95 % de blancs. Moi j’ai eu une amie antillaise en l’occurrence qui voulait venir et qui m’a appelée la veille au soir en pleurs parce que son père avait appris ses intentions et lui a dit “jamais au grand jamais” et qu’elle allait jeter la honte sur sa famille et compagnie. Donc elle m’a appelée en larmes en se confondant en excuses, donc je l’ai rassurée en lui disant que ça ne dérange pas et que c’était très significatif du problème, quoi. »30

69Les revendications des pro-LGBT ont rassemblé dans le cortège du 27 janvier 2013 une majorité d’hétérosexuels, qui appelaient à une pacification des rapports de genre et à la tolérance envers la diversité sexuelle. Amis ou connaissances de personnes LGBT, ils étaient sensibles à la question de l’homophobie sans y être formés. La revendication de « l’égalité » et ses slogans anti-homophobie devaient créer un cadre d’action collective favorable à la sensibilisation et à la mobilisation d’un grand nombre de personnes, notamment de victimes de l’homophobie. Mais ce cadre n’a pas été aussi fédérateur que les organisateurs auraient pu l’escompter.

4.2.2. Manque de coordination et frilosité des associations féministes et pro LGBT

70AIDES Territoire Martinique a été un partenaire stratégique qui a apporté au collectif des moyens logistiques et humains pour préparer les manifestations. AIDES apporte traditionnellement son soutien aux populations LGBT en France, mais les membres de cette organisation ne se sont pas engagés avec autant d’intensité que celle qu’on a pu observer chez les sympathisants des conservateurs, car ils ne partageaient pas de convictions profondes au sujet de la diversité sexuelle. La question s’est posée avec beaucoup d’indécision à l’Union des Femmes de la Martinique, une organisation féministe qui a aussi apporté un soutien de principe au collectif de lutte contre l’homophobie, mais dont les membres ne se sont pas senties concernées et engagées dans cette démarche militante. L’UFM a rejoint le collectif à tâtons, et seules quelques membres de l’association* ont participé au mouvement social, à titre personnel nous ont-elles dit.

71Le bilan de cette première manifestation est contrasté. Le nombre de manifestants était équivalent à celui de mai 2012 et donc satisfaisant, mais il était peu représentatif de la population LGBT martiniquaise. Par ailleurs, la manifestation s’est déroulée dans un climat inquiétant :

« Norma* : On a ressenti beaucoup beaucoup plus de tensions que lors de la première marche contre l’homophobie l’année précédente. Que ce soit les insultes des passants, les vade retro, la grosse agressivité verbale, et puis les voitures qui… (hésitations)

N.C. : Elles ont essayé de vous écraser ou comment ?

  • 31 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

Norma* : Voilà, elles klaxonnaient et puis elles continuaient à avancer alors qu’on était sur la voie, quoi. Et il y en a qui étaient prêts à sortir pour en tabasser quelques-uns. […] Lors de cette manifestation on s’est arrêtés devant le palais de justice et le magasin d’en face à sorti ses amplis pour nous passer de la murder music. Voilà ! »31

72La seconde manifestation de KAP Caraïbes a eu lieu le 17 mai 2013 dans les rues de Fort-de-France, à l’occasion de la journée IDAHO. La loi Taubira votée, les débats s’essoufflaient, cependant les propos homophobes diffusés en marge des débats avaient suffisamment marqué les consciences pour espérer rassembler de nouveaux sympathisants à la lutte contre l’homophobie. Mais le manque de ressources et de légitimité de l’association a largement limité la mobilisation. Seule une quinzaine de personnes s’y sont rendues, surtout militantes de KAP Caraïbes, AIDES et l’UFM, presqu’aucun sympathisant. Par contre, elle s’achevait sur le parvis de l’Atrium où avait lieu dans une salle plus confidentielle une conférence sur la diversité sexuelle et l’homophobie. C’était la première fois que nous présentions ce sujet. La salle était comble, remplie d’une soixantaine de personnes anonymes venues comprendre. Il nous a alors semblé que de très nombreux Martiniquais étaient sensibles au rejet social des homosexuels sur notre territoire, que ce sujet était intéressant et intéressait. KAP Caraïbes avait bénéficié d’une couverture médiatique régulière : les Martiniquais avaient forcément entendu au moins une fois les discours anti-homophobie de l’association et de ses sympathisants. Aujourd’hui, après avoir passé plus d’un an à faire régulièrement des conférences et des formations sur le sujet, nous constatons que la curiosité et l’empathie envers les victimes d’homophobie étaient bien présentes, même dans les rangs des opposants à la loi Taubira. Ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas manifesté que les soutiens à la lutte contre l’homophobie n’ont pas existé. Il leur a manqué une motivation, un certain taux d’indignation, pour passer de l’opposition passive au militantisme. Les émotions véhiculant la mobilisation ont existé, mais le cadre conceptuel du mouvement pro-LGBT n’avait pas autant de légitimité sociale que celui développé par La Manif Pour Tous 972. Malgré les efforts de cadrage, les manifestants ont été rares et la première porte-parole du mouvement contre l’homophobie a fini par quitter le territoire suite aux pressions dont elle a été victime en s’exposant.

73On peut aussi expliquer la différence de mobilisation entre ces deux mouvements sociaux en analysant l’exploitation des ressources dont ils disposaient afin de mobiliser des sympathisants.

5. L’exploitation des ressources matérielles et immatérielles

74La manifestation n’est pas uniquement un lieu d’expression politique. C’est davantage, lorsqu’elle est réussie, un lieu de partage et de convivialité. Les membres des collectifs se rassemblent autour d’un concept, d’une idée, mais la foule se construit sur des affects. Le mouvement social a besoin de participants pour exister, et pour les attirer et les conserver il doit être en mesure de leur proposer des activités qui leur soient agréables.

75En Martinique, la légitimité sociale du mouvement conservateur lui a permis de mobiliser des ressources humaines et matérielles importantes en amont et en aval des manifestations contre la loi Taubira (3.1.). Par contre, le contexte homophobe dans lequel évoluaient les militants pro-LGBT a limité leurs capacités à mobiliser le même type de moyens (3.2).

5.1. Le mouvement conservateur a mobilisé efficacement les ressources dans un contexte social et communautaire légitime

5.1.1. Mobilisation des ressources matérielles primaires dans le réseau chrétien

76Les premiers membres du mouvement conservateur ont utilisé leurs fonds propres pour alimenter leurs actions. Ils n’ont pas envisagé de se constituer en association afin de rechercher des fonds : « Il n’y avait pas le temps pour ça non plus, il n’y a pas, ce n’est pas… ça n’a jamais été une question, ça n’a jamais été une préoccupation, on était vraiment dans l’urgence d’agir donc, voilà. » Chacun a donné selon ses moyens et ses compétences. Le niveau socio-économique moyen des membres fondateurs a permis la mobilisation et la mutualisation immédiate de ressources matérielles suffisantes au lancement rapide d’actions militantes.

77Les membres fondateurs du mouvement conservateur ayant été mobilisés par les convictions catholiques, ils espéraient mutualiser leurs moyens logistiques et de communication avec l’Église catholique ; c’était sans compter la neutralité politique de l’institution. C’était aux laïcs de s’impliquer dans cette affaire citoyenne. Toutefois, bien qu’il n’ait pas eu une position proactive, le clergé soutenait tacitement le mouvement des associations laïques. Les réunions publiques du collectif se sont ainsi souvent tenues dans les locaux des paroisses catholiques les plus proches du mouvement, telles que celle de Sainte-Thérèse/Sainte Christophe à Fort-de-France. La conférence organisée par les AFC sur les coûts du non-mariage et de l’homosexualité a été hébergée dans les locaux de l’église Saint-Christophe, dans la paroisse du père Ransay.

78Au fur et à mesure des mobilisations, des associations très majoritairement chrétiennes se sont agrégées au mouvement, apportant chaque fois leurs moyens matériels avec leurs ressources humaines aux manifestations, qui étaient le lieu crucial de la mutualisation des ressources.

5.1.2. Décompte des ressources matérielles et immatérielles du mouvement conservateur

  • 32 Station diocésaine de l’Église catholique, 70 % de ses programmes sont des productions locales http (...)

79Les membres du collectif d’opposition à la loi Taubira ont très tôt mobilisé les moyens de développer leur connaissance du sujet et leur bibliographie, pour se former et pour former. Les tribuns et porte-paroles du mouvement social conservateurs y ont consacré du temps, mais aussi des moyens financiers et des réseaux dont il est délicat de donner une valeur financière précise. Le mouvement d’opposition a aussi profité d’une bonne couverture médiatique, complétée par le soutien des radios catholiques et évangéliques telles que Radio Saint Louis32.

80Plus le mouvement s’est amplifié, plus le nombre des acteurs aisés a augmenté. Un militant a ainsi offert au mouvement de faire flotter au-dessus de Fort-de-France une banderole portant le slogan national « Un papa et une maman » avec son petit avion. Lors des manifestations, une entreprise de sonorisation offrait pupitres, micros, sono et logistique au mouvement conservateur à prix coûtant.

81Enfin, les manifestants, de plus en plus nombreux au cœur de la mobilisation, ont participé à des quêtes permettant de financer le mouvement, sa logistique et sa communication. Ainsi, plus le mouvement d’opposition a pris de l’ampleur au niveau local, plus il a disposé de moyens matériels lui permettant de mobiliser davantage de sympathisants.

82Le mouvement conservateur a offert à ses sympathisants une infrastructure et des activités qui les encourageaient à renouveler leur participation au mouvement. Les marches, conférences, opérations de communication, groupes de travail, groupes de prière… nécessitent des moyens matériels et financiers. Au-delà des motivations spirituelles et humanistes que nous avons présentées, plus ces moyens sont développés et plus les sympathisants auront du plaisir aller et retourner manifester.

83Les opposants à la loi Taubira disposaient de ressources suffisantes pour offrir des évènements de qualité à leurs sympathisants. Les réunions d’information contre la loi Taubira se sont toujours déroulées dans des lieux confortables, familiers, d’où les participants repartaient avec l’envie de revenir, car au-delà de leurs convictions, l’animation avait été bien préparée et intéressante. À l’issue des rencontres, les participants repartaient systématiquement avec un souvenir de l’évènement : des brochures AFC, des documents d’information puis, après l’assimilation au mouvement national, les manifestants pouvaient recevoir ou acquérir des T-shirts et des articles de communication portant le logo de la Manif Pour Tous.

5.1.3. Ressources matérielles complétées par la Manif Pour Tous nationale

84Début 2013, l’association du collectif avec le mouvement national La Manif Pour Tous lui a permis de disposer de moyens de communication considérables :

« On a eu un accueil plus que chaleureux, parce qu’ils avaient un regard sur ce qui se faisait ici et ils ont bien vu qu’il y avait une mobilisation particulière à la Martinique et ils s’y sont intéressés. Et donc à tel point qu’on a été invités à leur manifestation au niveau national, et qu’un des porte-paroles a pu prendre la parole, quand il y était de passage à Paris, ils nous ont considérés comme une espérance. »

85Des outils de communications et des biens identitaires ont été remis aux organisateurs, qui disposaient aussi du soutien d’un grand réseau national et de moyens d’identification efficaces :

« Ça permettait de […] bénéficier aussi de moyens que pouvait nous apporter la Manif Pour Tous au niveau national, des moyens financiers parce que quand on fait les tracts, quand on imprime des T-shirts, tout ça, ça a un coût » Jean*

86L’omniprésence du logo national de la Manif Pour Tous a augmenté la légitimité et l’attractivité du mouvement local d’opposition. Aujourd’hui encore, il s’intitule Manif Pour Tous 972, s’intégrant ainsi pleinement au mouvement identitaire national, tout en gardant une administration locale. L’identification Manif pour tous a aussi servi les outils de communications fournis par les importants moyens matériels du mouvement. Des affiches conçues par le mouvement national ont été placardées sur des autobus du service public et ont circulé en portant les slogans du mouvement.

5.2. Des associations de lutte contre l’homophobie démunies et un manque de coordination

87S’il est vrai que le passage de l’opposition passive à l’opposition active est facilité par les ressources matérielles offertes par le mouvement social, dans le cas du collectif de lutte contre l’homophobie l’absence de ressources matérielles a limité l’expansion du mouvement et la fidélisation des manifestants.

5.2.1. Ressources matérielles insuffisantes au cœur de la mobilisation

88KAP Caraïbe, l’association pilote du collectif, est au début du mouvement une nouvelle association non subventionnée qui n’a de ressource que sa voix médiatique. Ses membres sont jeunes, peu nombreux et ne disposent pas de ressources financières personnelles à engager dans le mouvement. Ils appartiennent à des catégories socio-économiques de classe moyenne à modeste (professeurs des écoles, assistance sociale, étudiants, chômeurs) et leur orientation sexuelle réelle ou supposée rend difficiles la mobilisation de leurs réseaux professionnels ou de sponsors.

89Parmi les associations membres du collectif de lutte contre l’homophobie, seules AIDES Territoires Martinique et l’Union des Femmes de la Martinique possédaient suffisamment d’expériences et de ressources matérielles et immatérielles pour apporter de la matière aux manifestations. AIDES a ouvert ses locaux à KAP Caraïbes pour l’organisation des manifestations, mais n’a pas développé de grands moyens de communication pour soutenir un projet qui ne lui était pas directement lié. KAP Caraïbes n’étant pas non plus disposé, stratégiquement, à se faire absorber par la structure d’AIDES Territoires Martinique, la mutualisation des ressources entre ces deux entités a été plus limitée qu’elle ne l’aurait pu être dans d’autres situations.

90Le soutien au mouvement de lutte contre l’homophobie était tacite pour AIDES Territoire Martinique, mais a fait débat en interne à l’UFM. Au cœur de la période de mobilisation, le manque de mutualisation des moyens du collectif a participé au déficit de ressources matérielles et de légitimité des pro-LGBT.

5.2.2. Décomptes des moyens matériels du mouvement de lutte contre l’homophobie

« Nous on n’avait aucun moyen, on avait des pancartes en carton, notre bonne volonté, notre courage parce qu’il en a fallu et notre voix qui portait haut et c’est tout ce qu’on avait, en terme de logistique, etc. c’est tout ce qu’on avait on n’avait pas un micro pas de son, on n’avait rien quoi. Euh par deux reprises on a quand même failli se faire renverser par des voitures quoi, sachant que les pouvoirs publics bien sûr étaient au courant.

N.C. : Vous avez bénéficié d’une protection policière ?

  • 33 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

À part s’ils étaient en civils, on ne les a pas vus. »33 Norma

91Faute de ressources matérielles, le collectif s’est tourné vers les réseaux sociaux gratuits qui lui ont permis d’étendre son impact sur la population. Leurs interventions dans les médias, bien qu’ils dussent parfois tirer à la courte paille pour désigner un porte-parole, leur ont donné par ailleurs une tribune gratuite pour parler de leur mouvement social. Mais les débats médiatiques étant le plus souvent dirigés vers la loi Taubira, il était toujours délicat de concentrer l’attention des auditeurs sur l’enjeu de l’homophobie aux Antilles.

92Lors des manifestations pro-LGBT, le manque de ressources matérielles rendait tout d’abord les militants peu visibles. Un manque de cohérence esthétique, ne serait-ce que dans l’harmonie des couleurs, empêchait les passants que nous avons interrogés de savoir de qui il s’agissait. Ils ne voyaient aucun logo, aucune information visuelle connue et légitime. Les membres de KAP Caraïbes nous racontaient ainsi qu’un groupe de passants les avaient applaudis lors de leur marche en pensant qu’il s’agissait d’un mouvement d’opposition à la loi Taubira, avant de se raviser.

93Du point de vue des manifestants, le manque de ressources matérielles se superposait au manque de ressources humaines. Finalement, un sentiment de fierté animait toujours les militants, qui étaient parvenus à mettre en place un rassemblement avec très peu de moyens, mais la notion de plaisir était très peu présente au cours des manifestations.

94Ce n’est que tardivement, après la phase législative de la loi Taubira, que les manifestants ont reçu des formations leur permettant de développer les moyens pédagogiques de leur mouvement. Il leur manquait jusque-là les moyens financiers et logistiques de réaliser ce genre de formations. Au cœur de la période de débat, les militants contre l’homophobie ne disposaient donc d’aucun moyen matériel, et leurs moyens pédagogiques et de communication interne étaient dérisoires.

6. L’engagement politique comme jauge de la légitimité sociale des mobilisations

6.1. Le soutien de personnalités politiques a augmenté la légitimité des conservateurs

  • 34 « Mariage homosexuel : Les maires de Martinique réticents », Politiques Publiques (en ligne), 13 se (...)

95Vingt des trente-quatre maires de la Martinique ont affirmé dans les colonnes du France-Antilles du 22 septembre 2012 qu’ils ne célébreraient pas de mariages entre personnes du même sexe34. Pourtant, les militants présents à la manifestation du 13 janvier 2013 semblaient déçus de ne pas avoir reçu davantage de soutien politique, en particulier de la part des députés et sénateurs martiniquais. « Eti yo ? » (où sont-ils ?) scanda longuement la foule durant l’évènement. Un appel qui montre un désir d’expansion de la part des manifestants, mais qui souligne surtout l’importance à leurs yeux de la présence de ces élus qui légitiment et accompagnent leurs convictions et leur mobilisation. C’était un débat de société, mais l’enjeu de ce débat se déroulait à Paris, au Parlement, ce qui rendait la parole et la présence des élus importante, rassurante et fédératrice.

96La légitimité sociale et l’attractivité du mouvement conservateur ont donc été renforcées par l’engagement politique de certains maires de la Martinique, d’autant plus lorsqu’il prolongeait les motifs religieux et la dialectique laïque diffusés par les leaders du mouvement. Nous nous sommes particulièrement intéressée aux discours de deux de ces élus martiniquais : Raymond Occolier, maire de la ville du Vauclin, et Bruno Nestor Azérot, député maire de la ville de Sainte-Marie.

  • 35 Entretien réalisé sans transcription publique le 2 novembre 2013, à la mairie du Vauclin.
  • 36 Le 20 novembre 2012, le Président de la République avait assuré au Conseil national des maires de F (...)

97Raymond Occolier qui n’a jamais caché que son engagement contre la loi Taubira était motivé par ses convictions religieuses. Opposé au mariage homosexuel comme il l’était au PACS, il s’appuie sur l’hégémonie de la foi chrétienne en Martinique pour expliquer que la société martiniquaise serait particulièrement opposée à l’instauration du Mariage pour tous. Raymond Occolier35 nous confiait que la proposition de François Hollande portant sur le mariage homosexuel l’avait empêché d’apporter son soutien au candidat socialiste au cours de la campagne présidentielle. C’est toutefois la volte-face du président Hollande sur la liberté de conscience des maires36 qui a véritablement enclenché son engagement contre la loi Taubira, d’abord au niveau national, puis au niveau local. Dès que le collectif d’opposition s’est constitué en Martinique, il a fait appel à Raymond Occolier, dont le franc-parler sur le sujet et la popularité auprès du public chrétien assurait une véritable audience. M. Occolier est alors devenu une véritable ressource pour le mouvement social.

98Le fait qu’une personnalité politique vienne soutenir un mouvement social est plus qu’un argument, c’est aussi une attraction. Le mot attraction est ici utilisé dans ses deux sens. La présence du tribun Raymond Occolier attire un certain public vers la manifestation. Les militants y seraient présents de toute façon accompagnés des plus proches sympathisants. Mais les indécis, ont besoin d’une force d’attraction pour muer leur soutien en action militante. Pour descendre dans les rues de Fort-de-France, il ne faut pas seulement avoir quelque chose à dire, il faut aussi avoir quelque chose à voir, quelque chose à entendre, quelque chose à y faire. Le discours politique, notamment lorsqu’il émane d’une personnalité reconnue par les sympathisants, peut exercer cette force d’attraction. Le discours politique est aussi une attraction dans le sens où il anime la manifestation.

99Ces interventions d’hommes politiques n’étaient pas toujours au programme, mais étaient attendues par les manifestants. M. Occolier nous confiait que lors de sa venue à la manifestation du 13 janvier 2013 il n’avait pas demandé à prendre la parole : on la lui avait donnée. Mais il est clair que la seule présence dans la foule de M. Occolier orné de son écharpe tricolore appelait à la prise de parole. Les militants ont eu conscience du caractère stratégique de ce discours politique dans la légitimité et l’amplification de leur mouvement, et ils ont donné la parole à tous les élus venus les soutenir.

100Raymond Occolier s’appuie beaucoup sur la doctrine évangélique pour justifier son opposition à la loi Taubira. Très serein vis-à-vis de son discours religieux, il est persuadé d’avoir le soutien de son large électorat local, qui lui confère une légitimité démocratique. Il a donné ainsi une voix républicaine à tous ceux et celles qui s’étaient mobilisés eux aussi pour des raisons spirituelles. Sa présence sur le parvis de la cathédrale de Fort-de-France, avec son écharpe républicaine, peut poser ainsi problème à l’observateur laïc lorsqu’il déclare :

« Dieu est amour et Dieu aime tous ses enfants même s’ils sont homosexuels. Mais Dieu aime tous ses enfants, mais Dieu est contre le mariage homosexuel, et c’est la raison pour laquelle je voudrais rappeler ce que j’ai relu encore dans le livre de Mathieu au chapitre 10 au verset 54. Le Seigneur vous dit, « si vous me confessez devant les hommes, moi aussi je vous confesserai devant mon père, devant Dieu. Mais si vous me reniez devant les hommes, moi aussi je vous renierai devant mon père. »

« Et au moment où dans ce pays, il y a un gouvernement qui veut voter une loi qui est en contradiction avec les principes divins, les chrétiens, qu’ils soient catholiques ou protestants, ont le devoir sacré de se mettre debout pour dire que nous, [nous ne l’accepterons pas] »

101« Oui ! Nous sommes chrétiens et les principes divins vont triompher à la Martinique. »

Photographie 2. Discours de Raymond Occolier sur les marches de la cathédrale de Fort-de-France, 13 janvier 2013

  • 37 Après cette année de mobilisation, le maire du Vauclin a renoncé à se présenter aux élections munic (...)

102Cette prise de parole en marge de la laïcité est tout à fait contrôlée et répétée lors des interventions publiques : Raymond Occolier considère comme légitime de gouverner en Martinique en prenant en considération la doctrine chrétienne parce qu’il y voit une démarche démocratique en phase avec les convictions et les aspirations (chrétiennes) du plus grand nombre37.

103Bruno Nestor Azérot a eu aussi un impact important au niveau local, notamment lors de ses déclarations dans les médias. Mais il a surtout servi de ressource au mouvement d’opposition depuis l’Assemblée nationale, à Paris. Sa prise de parole lors des débats parlementaires a largement été reprise par les réseaux sociaux où les militants exprimaient leur fierté face au discours controversé de cet élu qui avait relayé au niveau national un argumentaire largement partagé par la base militante. Bruno Nestor Azérot s’est appuyé sur cette base conservatrice pour justifier son engagement, en tant qu’Ultramarin, dans une démarche se voulant démocratique et régionaliste :

« Outre-mer en revanche, la quasi-totalité de notre population est opposée à ce projet qui bouscule toutes les coutumes, toutes les valeurs sur lesquelles reposent nos sociétés ultramarines. » disait Bruno Nestor Azérot le 30 janvier 2013 à l’Assemblée nationale.

104S’ils ont pu choquer les citoyens sensibles au respect des valeurs républicaines, les discours religieux et culturalistes des élus martiniquais les plus engagés contre la loi Taubira ont renforcé les motivations spirituelles, culturelles et soutenu la stratégie rhétorique du mouvement conservateur.

6.2. Aucun soutien politique au mouvement social contre l’homophobie

105Aucun élu n’est venu assister ou participer aux manifestations de lutte contre l’homophobie. Malgré le thème affiché, ces manifestations étaient considérées comme implicitement favorables à la loi Taubira, ce qui a dû décourager certains élus à s’engager dans une position électoralement risquée.

  • 38 Serge Letchimi « Vous nous faites vivre de nouveau un moment historique », France-Antilles Martiniq (...)

106Si les élus opposés à la loi Taubira se sont déclarés très tôt, les parlementaires favorables et abstentionnistes ne se sont eux manifestés que très tardivement, par voie de presse38, en ne laissant pas entrevoir un intérêt particulier pour la question. Serge Letchimy, député martiniquais, a par exemple annoncé qu’il voterait pour deux jours avant le vote de la loi Taubira. Les trois autres députés de la Martinique, siégeant tous à la gauche de l’Assemblée, ont voté contre le projet de loi. Un sénateur s’est abstenu, et le sénateur Serge Larcher a voté pour. C’est d’ailleurs le seul à avoir pris la parole publiquement à ce sujet, au Sénat :

« Il semblerait que l’on ait voulu faire de nos territoires des bastions symboliques de la résistance au Mariage pour tous, des citadelles imprenables de la défense des valeurs dites traditionnelles. Quelle est la vérité ? La réalité, c’est qu’il est bien pratique d’entretenir la confusion entre importance du fait religieux outremer et conservatisme social. De fait, il me semble important, dans ce débat, de rappeler, deux choses. Premièrement, il n’y a pas de contradiction entre spiritualité et temporalité. Nos pratiques religieuses n’ont pas vocation à nous figer dans un “c’était mieux avant” réactionnaire ; elles doivent au contraire nous permettre de considérer les choses avec hauteur et tolérance. Deuxièmement, ce débat constitue également l’occasion de rappeler que la France est une république laïque où l’Église et l’État sont séparés depuis plus d’un siècle. Il s’agit certes aujourd’hui d’une évidence, mais il en est qui ont parfois besoin d’être rappelées. » Serge Larcher, au Sénat, le 4 avril 2013

107Bien qu’elle soit isolée, cette déclaration faite au Sénat répond clairement à la mobilisation d’élus martiniquais de l’opposition ayant mis en cause la laïcité par leurs discours. D’autres élus ont pu être en désaccord profond avec la tournure que prenaient ainsi les évènements, voire être pour le projet de loi. Mais dans un contexte assez défavorable au mariage homosexuel et socialement hostile au fait homosexuel, il n’était pas, selon nos sources, politiquement stratégique de la part d’élus favorables à la loi Taubira de faire connaître publiquement leur point de vue sur la question. Peut-être fallait-il une certaine assise politique pour que certains élus osent se déterminer en faveur de cette loi. M. Larcher est un sénateur dont la carrière politique en Martinique est aboutie. M. Letchimi jouit d’un pouvoir politique très important en tant que président du Conseil régional et leader du parti majoritaire en Martinique. M. Antiste, qui s’est abstenu, a une carrière de sénateur maire et une assise locale suffisamment fortes pour ne pas risquer de revers électoral par sa prise de décision (analyse à nuancer sachant que M. Antiste a déclaré s’être abstenu par erreur).

108Malgré l’argumentaire de M. Larcher, le mouvement de lutte contre l’homophobie n’a reçu aucun soutien politique, ni oral ni écrit. On peut noter cependant que le doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines du pôle Martinique de l’UAG, Raphaël Confiant, a fait lire une lettre de soutien au mouvement de lutte contre l’homophobie lors de la conférence que nous avons présentée le 17 mai 2013 sur la diversité sexuelle. Patrick Chamoiseau, autre grand écrivain, très impliqué dans la vie politique et culturelle de la Martinique, a aussi contribué au mouvement d’opposition à l’homophobie en Martinique. L’impact de tels intellectuels a toutefois été réduit, car il n’a touché qu’un cercle restreint d’individus et n’a pas eu l’ampleur des déclarations publiques et médiatiques des hommes politiques engagés contre la loi Taubira.

Conclusion

109Les 20 000 manifestants marchant contre la vie chère en février 2009 au cœur d’une grève générale de deux mois ont montré la capacité des Martiniquais à se mobiliser autour d’enjeux socio-économiques importants. Mais jusqu’à maintenant, il reste très difficile de les mobiliser autour de sujets de société graves tels que la violence, les féminicides, les trafics de drogue et d’armes à feu, le scandale du chlordécone, l’épandage aérien. Tous sensibles d’une manière ou d’une autre à ces questions, les Martiniquais ne rejoignent pas pour autant les militants en nombre lors des marches et manifestations. L’ampleur et les contrastes des mobilisations relatives à la loi Taubira nous éclairent sur les leviers de la mobilisation sociale en Martinique.

110Les chrétiens pratiquants ont ici montré leur capacité à se mobiliser spontanément, sans attraction nationale, contre une réforme qui irait à l’encontre de leurs convictions religieuses. Le discours religieux des militants, faisant appel au sens des responsabilités des chrétiens, a su toucher cette population et renforcer son identité. La dimension évangélique de la pratique religieuse en Martinique est ici importante à prendre en considération. Au-delà d’une pratique individuelle et privée, il s’agit aussi, pour beaucoup des chrétiens pratiquants, d’évangéliser la population.

111Le quotidien des homosexuels est quant à lui en contrariété avec le principe de mobilisation, car ils se sont habitués à s’organiser dans l’anonymat. Ils sont pour la plupart résignés, conscients de leur manque de légitimité dans la société martiniquaise, et ne voient de bénéfice ni individuel ni collectif à manifester pour lutter contre l’homophobie tant qu’ils n’ont pas l’espoir de la voir s’affaiblir.

112Ce qui fait sur ce point la différence entre les conservateurs et les sympathisants LGBT, c’est la notion d’espérance, la conviction de pouvoir changer les choses, qui a toujours été présente dans la foi des premiers, mais qui peine à s’installer au cœur de l’habitus du placard des seconds.

113Les Martiniquais ne partageaient pas de façon unanime les discours des opposants à la loi Taubira, mais ils considérant leur expression comme socialement légitime vu leurs convictions religieuses. Ces militants légitimes n’ont pas eu à se poser la question des coûts sociaux de leur mobilisation, En s’engageant, ils ne se sont pas mis plus en danger qu’un militant syndicaliste.

114La lutte contre l’homophobie détient quant à elle peu de légitimité en Martinique. Sans aller jusqu’à avoir publiquement des discours ou des comportements homophobes, la plupart des Martiniquais sont au mieux indifférents aux problèmes que peuvent rencontrer les LGBT de l’île, et au pire considèrent comme normal l’ostracisme dont sont victimes les LGBT. Homosexuels ou pas, les militants potentiels savent qu’un engagement contre l’homophobie les identifiera comme LGBT et mettra en péril leur réputation, un bien social très précieux aux Antilles. De nombreuses personnes soutenaient les pro-LGBT, mais très peu étaient prêtes à s’engager physiquement, « à visage découvert ». Rassembler des militants a donc été le premier véritable enjeu du mouvement pro-LGBT, et c’est l’homophobie elle-même qui a empêché son essor.

115Alors qu’il est considéré comme légitime d’un point de vue social de voir défiler des chrétiens, qui ont une place importante dans la société martiniquaise, il n’est pas considéré comme légitime de voir défiler des homosexuels, car leur visibilité « dérange » une part volubile de la population.

116À l’issue de cette étude, nous sommes persuadés qu’une seule ressource en excès peut inverser la balance et permettre l’essor des autres. L’excès de légitimité d’une cause apporte des ressources humaines en nombre et en qualité. L’excès de ressources humaines apporte des ressources matérielles et de la légitimité sociale.

117L’intensité des convictions des militants est un critère nécessaire, mais insuffisant pour expliquer la mobilisation sociale. Cette intensité était tout à fait équivalente dans les deux collectifs. Nous avons vu autant d’enthousiasme dans la défense de la famille selon l’Évangile que dans la défense des droits et de la dignité des LGBT. Nous avons croisé tout autant de personnes favorables à la loi Taubira que de personnes défavorables hors des manifestations. Nous avons croisé autant d’homophobes que de défenseurs des droits des LGBT en Martinique. Le véritable critère faisant la différence entre 65 et 1500 manifestants, c’est la légitimité sociale et l’attractivité du mouvement social, qui dans le cas présent étaient à la mesure des ressources émotionnelles, sociales et matérielles dont disposaient les deux mouvements que nous avons étudiés.

Haut de page

Bibliographie

Agard Jones, V. (2009). « Le Jeu de Qui ? Sexual Politics at Play in the French Caribbean », Caribbean Review of Gender Studies, n°3

Axelrod, R. (1996). Comment réussir dans un monde d’égoïstes : Théorie du comportement coopératif, Éditions Odile Jacob

Chabot, J.-L. (1989). La doctrine sociale de l’Église, Coll. Que sais-je ?, PUF, 1989

Chonville, N. (2010). Homophobie aux Antilles : Persistance dune discrimination dans un contexte post colonial, Mémoire de Bahelor de Sciences Po Grenoble

Goldthorpe, J. (1996). Rational choice theory and large-scale data analysis, Oxford, Oxford University Press.

Goveia, E. V. (1958). « Special Issue: Conference on the History of Religion in the New World during Colonial Times », The Americas, 14(4): 510-516.

Itaborahy, L. P. (2012). Homophobie d’État : Une enquête mondiale sur les lois qui criminalisent la sexualité entre adultes consentants de même sexe, International Lesbian and Gay Association.

Laënnec, H. (2000). Le phénomène religieux dans la Caraïbe : Guadeloupe, Martinique, Guyane, Haïti, Editions Karthala.

Lebel, J.-P. (2013). « Alain Touraine — Des mouvements sociaux à l’acteur », Les Grands Dossiers des Sciences humaines, 3/2013 (N° 30) : 25-25.

Mancur, O. (2011). Logique de l’action collective, éditions de l’Université de Bruxelles,‎ 2011.

Massé, R. (1978), Les Adventistes du Septième Jour aux Antilles françaises, Documentation numérique de l’Université Laval.

Murray, D.A.B. (2002). Opacity: Gender, Sexuality, Race and the Problem of Identity in Martinique, Peter Lang Press, New York.

Rédaction France-Antilles, « Mariage homosexuel : Les maires de Martinique réticents », Politiques Publiques (en ligne), 13 septembre 2012. 

France-Antilles (2012). « Réaction des maires », France-Antilles Martinique, 22 septembre 2012 Reynaud E. (1980). « Olson Mancur, Logique de l’action collective », Revue française de sociologie, 21(3) : 451-454.

Larcher, S. (2013). « Tous contre le mariage pour tous ? », France-Antilles Martinique, 9 février 2013 : 9.

Letchimi, S. (2013). « Vous nous faites vivre de nouveau un moment historique », France-Antilles Martinique, 9 février 2013 : 9.

Touraine, A. (1974). Pour la sociologie, Points Seuil.

Haut de page

Notes

1 Dans les deux îles voisines de la Martinique par exemple : Article 132 du Code pénal de Sainte Lucie, No. 9, 2004 ; Loi sur les infractions sexuelles de 1998 de la Dominique, Section 14 (outrage à la pudeur) et section 16 (sodomie).

2 Loi dite Taubira : « La loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe a été publiée au Journal officiel du samedi 18 mai 2013. Cette loi permet aux couples homosexuels de se marier. La loi ouvre également la voie de l’adoption à ces couples mariés. Ce texte reconnaît par ailleurs les mariages entre deux personnes du même sexe célébrés à l’étranger avant l’entrée en vigueur de la loi. » Direction de l’information légale et administrative du Premier ministre, 21 mai 2013. Projet de loi présenté par le conseil des ministres le 7 novembre 2012, adopté à l’Assemblée nationale le 12 février 2013, par le Sénat le 12 avril 2013, loi validée par le Conseil constitutionnel le 17 mai 2013 et promulguée le 18 mai 2013.

3 Aller plus loin sur ce sujet : Hurbon Laënnec, Le phénomène religieux dans la Caraïbe : Guadeloupe, Martinique, Guyane, Haïti, Editions Karthala, 2000 ; MASSÉ Raymond, Les Adventistes du Septième Jour aux Antilles françaises, Documentation numérique de l’Université Laval, 1978 ; Elsa V. GOVEIA « Special Issue : Conference on the History of Religion in the New World during Colonial Times », The Americas, Vol. 14, No. 4, Avril 1958, pp. 510-516

4 L’analyse de la médiatisation de ces deux mouvements pourrait faire l’objet d’un autre article tant elle est éclairante.

5 L’IDAHO a été fondée par Louis-Georges TIN normalien martiniquais, directeur du Dictionnaire de l’homophobie. Cette journée mondiale de lutte contre l’homophobie a été inaugurée le 17 mai 2005, soit 15 ans après la suppression de l’homosexualité de la classification internationale des maladies mentales par l’OMS. TIN Louis Georges, Dictionnaire de l’homophobie, PUF, 2003

6 Les noms des témoins anonymes ont été modifiés. Un astérisque signale les témoignages anonymes dans ce texte.

7 Seules les déclarations publiques de Monsieur Raymond Occolier sont ici transcrites. Notre entretien a alimenté notre analyse, mais à sa demande, ses déclarations d’alors n’apparaissent pas explicitement dans cet article.

8 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

9 Id.

10 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

11 « Créée en 1984, à l’initiative du sociologue Daniel Defert et reconnue d’utilité publique en 1990, AIDES est la première association française de lutte contre le VIH/sida et les hépatites virales en France et l’une des plus importantes au niveau européen » http://www.aides.org/

12 Sans oublier l’association Temps DM, qui est en ce moment en restructuration.

13 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, au François.

14 Extrait de notre entretien en anonymat du 22 septembre 2013, à Schœlcher

15 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

16 Id.

17 La fédération des AFC de la Martinique appartient à la fédération nationale des AFC. Elles constituent « un cadre d’engagement et d’entraide offert à tous ceux qui veulent agir dans la société au service de la famille à la lumière de l’enseignement de l’Église Catholique », http://www.afc-france.org/

18 Entretien réalisé le 16 décembre, permanence de l’église Sainte Thérèse, Fort-de-France.

19 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

20 Id.

21 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

22 Dixit Jean*, montrer que les chrétiens sont « éclairés » et non pas des « illuminés ».

23 Et le sacrement, qu’est-ce qu’on en fait ? (…) L’important pour nous, c’est que nous prenions conscience que nous sommes baptisés et nous ne pouvons pas accepter ça. »

24 « Imaginez et regardez en même temps dans la nature, deux papayers mâles ne donnent pas de papaye. Je vous le jure. Quand une abeille vient butiner, ils ne font pas de papaye. Au niveau même du conceptionisme, pourquoi est-ce qu’on devrait accepter une chose qui nous dénature ? Ce n’est pas possible. »

25 « On a déjà suffisamment de problèmes pour qu’on ajoute un autre problème. Nous avons déjà dit que nous ne sommes pas contre les homosexuels. C’est notre frère c’est notre enfant, c’est notre voisin. Mais cette loi nous démolie, nous démandibule. Il ne faut pas prendre cela à la légère. Comprenez bien, je vous dis, on les entend dire “on fait ce qu’on veut”, mais il ne faut pas faire de vagabonnagerie ! mais il ne faut pas accepter une chose qui continue à démolir la société martiniquaise ».

26 « Demain matin, l’enfant va nous dire, qui est sa maman, qui est son papa ? Nous savons très bien que quand une chose ne fonctionne pas, l’enfant va se lever et demander qui est sa mère et qui est son père ! Au niveau de l’AFC, nous disons que c’est l’épanouissement de la famille papa maman et leur enfant ».

27 Extrait de notre entretien en anonymat du 23 octobre 2013, à Schœlcher.

28 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

29 Id.

30 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

31 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

32 Station diocésaine de l’Église catholique, 70 % de ses programmes sont des productions locales http:// www.radiosaintlouis.com/rsl1/crbst_4.html

33 Extrait de notre entretien en anonymat du 28 septembre 2013, à Schœlcher.

34 « Mariage homosexuel : Les maires de Martinique réticents », Politiques Publiques (en ligne), 13 septembre 2012 ; « Réaction des maires », France-Antilles Martinique, 22 septembre 2012

35 Entretien réalisé sans transcription publique le 2 novembre 2013, à la mairie du Vauclin.

36 Le 20 novembre 2012, le Président de la République avait assuré au Conseil national des maires de France qu’ils conserveraient une liberté de conscience leur permettant de ne pas célébrer les mariages homosexuels si cela contrevenait à leurs convictions. Désavoué le lendemain par son gouvernement et est revenu sur ses propos.

37 Après cette année de mobilisation, le maire du Vauclin a renoncé à se présenter aux élections municipales pour lesquelles il partait favori afin de se consacrer à l’Évangile. Officiellement faute de substitut, il est finalement revenu sur ses déclarations et a brigué un nouveau mandat de maire, en proposant aux Vauclinois un programme où la spiritualité prend toute sa place. Elu en mai 2014, il fera du Vauclin un lieu d’expérimentation d’une municipalité chrétienne, remettant en toute franchise en question la laïcité républicaine. Jean François Anne-Marie « La laïcité agenouillée devant la crainte du Seigneur », France-Antilles Martinique, 15 janvier 2014

G. Gallion, « La Sainte Trinité vauclinoise », France-Antilles Martinique, 17 janvier 2014

38 Serge Letchimi « Vous nous faites vivre de nouveau un moment historique », France-Antilles Martinique, 9 février 2013: 9 ; Serge Larcher «  Tous contre le mariage pour tous ? », France-Antilles Martinique, 9 février 2013, p 9

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Marche contre l’homophobie, 19 mai 2012
Crédits Source : Martinique 1ère
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Crédits Source : Auteur
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Chonville, « Leviers des mouvements sociaux parallèles au vote de la loi « Mariage pour tous » en Martinique : mobilisation des ressources et processus de cadrage », Études caribéennes [En ligne], 29 | Décembre 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7141 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7141

Haut de page

Auteur

Nadia Chonville

Université des Antilles et de la Guyane, Doctorante en Sociologie, nadia.chonville@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org