Navigation – Plan du site
Mouvements sociaux, d’ici et là, d’hier et d’aujourd’hui

Les Témoins de Jéhovah : un mouvement religieux aux caractéristiques d’un mouvement social

Jehovah’s Witnesses: a Religious Movement with the Characteristics of a Social Movement
Christophe Zamord

Résumés

Le présent article dresse le constat suivant : le mouvement jéhoviste s’apparente à un mouvement social. L’auteur définit ce qu’est un mouvement social à partir de descriptions établies par les sociologues Alain Touraine et Herbert Blumer. L’auteur montre ensuite comment ces caractéristiques se retrouvent au sein de la Société Watchtower, nom juridique du mouvement, et en conclut que les Témoins de Jéhovah peuvent être considérés, de par leurs caractéristiques, comme un mouvement social.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rapport n° 2468 Les sectes en France, commission d’enquête parlementaire sur les sectes, Mrs les Dé (...)

1Les Témoins de Jéhovah sont mondialement connus pour leur prosélytisme et leur caractère sectaire. Rares sont, en effet, les personnes qui n’ont jamais eu au moins une visite à domicile de leur part. Célèbre aussi, pour son refus des transfusions sanguines et l’isolement social de ses membres, le groupe a été répertorié en France parmi les « 173 mouvements religieux à caractère sectaire », mais en marge des 172 auxquels la commission parlementaire a attribué un certain degré de dangerosité, dans son rapport de 19951.

2Si la catégorisation de ce mouvement peut prêter à polémique est-ce une secte, une église, une religion ? Le présent article ne se focalisera pas sur ce débat. Nous nous attacherons, ici, à regarder les principales caractéristiques de cette organisation religieuse afin de pouvoir déterminer si l’on peut considérer le mouvement Jéhoviste comme un mouvement social.

3Un état des lieux va nous permettre de voir ce que d’autres auteurs ont écrit sur les Témoins de Jéhovah en tant que mouvement social.

4Dans un deuxième temps, nous rechercherons les différentes définitions ou descriptions des mouvements sociaux. Ensuite, nous regarderons les caractéristiques des mouvements sociaux et enfin, nous essaierons de montrer que ces caractéristiques se retrouvent, en grande partie, dans le mouvement Jéhoviste.

1. État des lieux

5De nombreuses études ont été menées à propos du mouvement jéhoviste et en particulier concernant les dérives sectaires du mouvement par des sociologues tels que jean Séguy (Seguy, 1966) ou Bernard Blandre (Blandre, 1991, 2006). Cependant, aucune de ces recherches n’a étudié ce mouvement post-Réforme en tant que mouvement social. Les Témoins de Jéhovah sont considérés comme un mouvement religieux puisqu’ils se sont tout d’abord présentés sous l’appellation des « Étudiants de la bible ». Par ailleurs, ils annoncent la venue du « Royaume de Dieu » sur la Terre et fondent leur message sur les écrits de la Bible ainsi que sur des périodiques contenant des prophéties et commentaires de versets bibliques.

6Ainsi, Régis Dericquebourg, sociologue spécialiste des mouvements religieux, dit, à leur propos :

« Le résumé thématique de l’œuvre de la Société de la Tour de Garde fait donc apparaître celle-ci comme un groupe eschatologique, millénariste, utopique, élitiste, volontaire, militant et radical dans sa protestation » (Dericquebourg, 1981 : 125).

7Régis Dericquebourg ne décrit, cependant, pas le mouvement jéhoviste comme un mouvement social. Voilà ce que nous nous projetons de faire à travers le présent article.

8En France, les Témoins de Jéhovah sont passés, au fil des décennies du statut de mouvement religieux à caractère sectaire au statut officiel d’association cultuelle, Loi 1905. Ainsi, le 23 juin 2000, le Conseil d’État a rendu deux arrêts de principe concluant que les associations locales des Témoins de Jéhovah peuvent bénéficier du statut d’association cultuelle.

9L’ouvrage de référence Droit français des religions, publiée sous la direction de Francis Messner, de Pierre-Henri Prélot et de Jean-Marie Woehrling, propose ainsi un bilan de la reconnaissance progressive du statut cultuel des Témoins de Jéhovah en France :

« Les conditions fixées par l’avis du Conseil d’État du 24 octobre 1997 à la reconnaissance du statut d’association cultuelle étant très restrictives, seuls les Témoins de Jéhovah [parmi les mouvements dits “sectaires”] se sont vu reconnaître le statut d’association cultuelle par deux décisions précitées du Conseil d’État du 23 juin 2000 relatives à une demande d’exonération de la taxe foncière sur le fondement de l’article 1382-4 du Code général des impôts. Rompant avec la jurisprudence issue de la décision d’assemblée précitée du 1er février 1985, le Conseil d’État a confirmé l’arrêt de la cour administrative d’appel de Lyon qui avait relevé que les associations locales des Témoins de Jéhovah en cause n’avaient “fait l’objet ni de poursuites ni d’une dissolution de la part des autorités administratives et judiciaires et n’avaient pas incité leurs membres à commettre des délits, en particulier celui de non-assistance à personne en danger” pour en conclure que “leurs activités ne portent pas atteinte à l’ordre public” et admettre, par suite, leur “caractère cultuel” » (Messner, 2013 : 161).

10Dans le présent article, nous nous limiterons à étudier les caractéristiques que partage le mouvement des Témoins de Jéhovah avec les mouvements sociaux.

2. Caractéristiques d’un mouvement social

11Afin de déterminer si le mouvement religieux des Témoins de Jéhovah peut être considéré comme un mouvement social, il apparaît essentiel de préciser, au préalable, les caractéristiques desdits mouvements. Les définitions données par les sociologues ne concordent pas systématiquement. Aussi nous arrêterons-nous à celles d’Alain Touraine et d’Herbert Blumer.

12Un mouvement social d’après le sociologue français, Alain Touraine (Touraine, 1973 : 361-363) est la combinaison de trois principes : un acteur, un adversaire et une vision sociale dans un champ d’action historique donné :

« Le principe d’identité est la définition de l’acteur par lui-même. Un mouvement social ne peut s’organiser que si cette définition est consciente ; mais la formation d’un mouvement précède largement cette conscience. C’est le conflit qui constitue et organise l’acteur. [...]

On doit définir de la même manière le principe d’opposition. Un mouvement ne s’organise que s’il peut nommer son adversaire, mais son action ne présuppose pas cette identification. Le conflit fait surgir l’adversaire, forme la conscience des acteurs en présence. [...]

Enfin, il n’existe pas de mouvement social qui se définisse uniquement par le conflit. Tous possèdent ce que je nomme un principe de totalité. Le mouvement ouvrier n’a existé que parce qu’il n’a pas considéré l’industrialisation seulement comme un instrument du profit capitaliste, mais a voulu construire une société industrielle non capitaliste, anticapitaliste, libérée de l’appropriation privée des moyens de la production et capable d’un développement supérieur. Le principe de totalité n’est rien d’autre que le système d’action historique dont les adversaires, situés dans la double dialectique des classes sociales, se disputent la domination » (Touraine, 1973 : 361-363).

13Dans cette analyse, Alain Touraine identifie trois éléments indispensables à l’existence d’un mouvement social : un acteur qui a conscience de son identité, un adversaire identifié par l’acteur et un objectif visant un changement de la société.

14Une autre description est donnée par le sociologue américain Herbert Blumer qui affirme que :

« les mouvements sociaux peuvent être regardés comme des sociétés en miniature ; ils en possèdent toutes les caractéristiques, à savoir, des objectifs précis, une organisation, une culture, une conscience d’appartenance et un leader » (Blumer, 1951 : 214).

15Ce sont ces caractéristiques exposées par Touraine et Blumer que nous allons prendre en compte et rechercher au sein du mouvement jéhoviste afin de déterminer si ce groupe religieux s’apparente à un mouvement social.

3. Les mêmes caractéristiques qu’un mouvement social ?

16En 2006, les Témoins de Jéhovah ont publié une résolution de clôture de leurs travaux après de « grands rassemblements dans toute la ». Les différents points de cette résolution, visible ci-dessous, illustrent bien les objectifs du mouvement religieux de l’organisation : notamment, le sixième qui démontre combien les membres du mouvement de la Société Watchtower sont isolés de la vie du reste de la société.

« Résolution de l’assemblée des témoins de Jéhovah : “la délivrance est proche !”

Dans sa grande prophétie sur l’achèvement de ce système de choses, Jésus a annoncé “Il y aura une grande tribulation telle qu’il n’y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, non, et qu’il n’y en aura plus” (Mat.24.21). Au vu de ce décret divin, quelle position nous, Témoins de Jéhovah, adoptons – nous à l’égard du monde ?

Le terme “le monde” désigne parfois l’humanité en général, comme en Jean 3 : 16. Toutefois, la Bible montre clairement que le terme “monde” désigne dans certains cas la société humaine éloignée de Dieu (Eph. 4 : 17 – 19). À propos de ce monde-là, notons ce que Jésus a dit en Jean 17 : 14 : “Je leur ai donné la parole, mais le monde les a haïs, parce qu’ils ne font pas partie du monde, comme moi je ne fais pas partie du monde”. (…) En considération de ce qui précède, nous, Témoins de Jéhovah (…) prenons la résolution que voici :

Premièrement : En raison de notre amour pour Jéhovah et pour notre prochain, nous sommes déterminés à intensifier notre témoignage auprès du monde des humains, quelles que soient leur race, leur nationalité, leur langue ou leur situation sociale — Actes 10 : 34,35 ; Rév. 7 : 9 ; 14 : 6.

Deuxièmement : Ayant fait à Dieu l’offrande sans réserve de notre personne, nous sommes déterminés à accorder à Jéhovah un attachement exclusif. C’est lui qui a la première place dans notre vie ! Ex. 20 : 3-5.

Troisièmement : De même que Jésus n’a pas fait partie du monde, de même nous n’en faisons pas partie de la société humaine éloignée de Dieu.

Quatrièmement : Par fidélité à Jéhovah et à son Fils, Jésus, nous sommes fermement résolus à ne pas transiger avec les principes justes de la Bible.

Cinquièmement : Nous refusons catégoriquement de nous associer à de vains mouvements œcuméniques ou à des actions sociales ou à d’autres projets cherchant à faire durer un système que Dieu a condamné parce qu’il est voué à l’échec – Is. 8 : 9, 10.

Sixièmement : Nous continuerons d’accorder une soumission relative aux autorités dûment constituées, c’est-à-dire que nous donnerons respectueusement à César ce qui appartient à César et rendrons à Dieu les choses qui reviennent à Dieu. Nous ne prenons pas parti ni ne nous impliquons dans les controverses politiques — Mat. 22 : 21 ; Rom. 13, 1-7 ; Tite 3 : 1.

Septièmement : Nous résisterons de toutes nos forces à l’esprit du monde qui se manifeste entre autres par le matérialisme, les distractions malsaines, les excès de nourriture et de boisson, le fléau qu’est la pornographie ; nous résisterons aussi à la curiosité ou à la tentation qui pourraient nous inciter à fréquenter de près des inconnus par des dialogues en ligne sur Internet. Nous sommes résolus à ne pas faire partie du monde et à continuer de pratiquer le culte qui est pur du point de vue de notre Dieu — Jean 15 : 18,19 ; Jacq. 1 : 27.

  • 2 Résolution des Témoins de Jéhovah, août, 2006

De toutes ces manières, nous sommes déterminés à montrer que nous ne faisons pas partie du monde, et nous le manifestons dans tous les aspects de notre vie et dans nos rapports avec autrui (…). Nous espérons par conséquent survivre à la fin du présent système de choses méchant et entrer dans un monde nouveau, un monde de pureté et de justice, un monde sans fin dans lequel Dieu nous fera don de la vie éternelle2. »

17Cette citation montre bien la vision que les Témoins de Jéhovah ont de toutes les personnes qui ne font pas partie de la société Watchtower : les athées et les membres d’un autre mouvement religieux. Ils ne veulent pas, en effet, avoir de complicité avec ceux qui font partie de ce qu’ils appellent « le monde », à savoir, l’ensemble des habitants de la planète qui ne sont pas ou plus Témoins de Jéhovah et qu’ils croient être voués à la destruction. En tentant de se démarquer du reste de la société, en formant une communauté bien distincte de par ses principes et en limitant les échanges de ses membres avec le reste de la société, les Témoins de Jéhovah ne forment-ils pas un mouvement international de protestation, un mouvement social à l’échelle planétaire ?

18Les points suivants montrent que beaucoup de caractéristiques propres aux mouvements sociaux se retrouvent chez les témoins de Jéhovah.

3.1. Des premiers présidents aux motivations difficiles à cerner

19Pour Max Weber, les chrétiens protestants ont une vision du profit et de l’enrichissement individuel qui contraste avec l’ascétisme prôné jusque-là par l’Église catholique romaine. Dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, il affirme :

« Le gain est devenu la fin que l’homme se propose, il ne lui est plus subordonné comme moyen de satisfaire ses besoins matériels » (Weber, 2004 : 51).

20De plus, d’après Weber, le travail est le signe prouvant que le croyant est dans la grâce de Dieu.

« Le travail cependant est autre chose encore ; il constitue surtout le but même de la vie, tel que Dieu l’a fixé. Le verset de Saint-Paul : “Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus” vaut pour chacun ; et sans restriction. La répugnance au travail est le symptôme d’une absence de la grâce » (Weber, 2004 : 119).

  • 3 http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Taze_Russell

21Charles Taze Russel a été le fondateur et le premier dirigeant du mouvement des Témoins de Jéhovah à partir de 1870. Il a aussi été le premier président de l’organisation. Fils de commerçant (son père était gérant d’un magasin de confection) et d’une mère de confession presbytérienne (Église protestante développée en d’abord en Écosse au xvie siècle), Charles Russel a été élevé dans ce contexte familial et religieux3.

  • 4 http://www.universalis.fr/encyclopedie/presbyteriens/

22Charles Russel a donc été élevé dans un milieu commerçant et protestant, ce qui a pu influencer l’attitude critique qu’il a développée au cours de sa vie, vis-à-vis des formes de christianisme établies, l’église presbytérienne étant une forme écossaise de l’Église anglicane dont elle rejette l’autorité hiérarchique4.

23Charles Russel sera plus tard impliqué dans une affaire d’escroquerie en vendant un blé miraculeux et en faisant un gain de 1800 dollars sur le dos des membres de son mouvement (Blandre 1987 : 33-36). Cet épisode peut nous pousser à nous interroger quant à l’honnêteté et aux motivations réelles qui l’ont conduit à fonder son mouvement. Était-ce par quête d’une vérité spirituelle, par ambition personnelle ou tout simplement pour un gain pécuniaire ?

  • 5 http://en.wikipedia.org/wiki/Nathan_Homer_Knorr

24Cependant, ce mouvement, qui a commencé aux États-Unis, avec cet homme entouré d’une poignée d’étudiants de la Bible a eu, depuis, plusieurs présidents. Ainsi, après la mort de Russel, en 1917, c’est Joseph Franklin Rutherford qui prit sa succession. Un troisième président, Nathan Knorr, fut élu après la mort de ce dernier avant que la direction ne soit ensuite confiée, à partir de 1977, à un collège central5 et non plus à un seul homme. Le président actuel est Frédérick W. Franz.

25Nous pouvons légitimement nous demander pourquoi les présidents du mouvement ont vécu dans le luxe (Gruss, 2003 : 28) alors que le mouvement prône dans sa littérature un style de vie modeste comme marque d’un christianisme authentique. Ils déclarent, en effet, dans un de leurs périodiques :

  • 6 Réveillez-vous ! du 22 octobre 1988, p. 31

« Quand des leaders qui professent être chrétiens adoptent des styles de vie opulents, cela ne pousse-t-il pas les autres à se demander s’ils sont les vrais disciples de Christ ?6 »

26Il semblerait, pourtant, que la motivation des premiers présidents de la société Watchtower, n’ait pas uniquement été de rechercher le sens précis des écrits bibliques. Le mouvement génère en tout cas des revenus dignes d’une entreprise multinationale. En effet, dans le dernier rapport disponible sur Wikipédia, nous apprenons :

  • 7 http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9moins_de_J%C3%A9hovah

« En 2001, la société Watchtower était classée parmi les 40 sociétés générant le plus haut revenu à New York, atteignant les 951 millions de dollars de recettes annuelles. »7

27Concernant Nathan Knorr, le troisième président de la société Watchtower, il est dit par une ancienne employée du béthel (siège central), Joan Cetnar, dans un ensemble de témoignages recueillis par le site info sectes :

  • 8 http://www.info-sectes.org/tj/temoign/jcetnar.htm

« De plus, il était évident qu’il y avait une différence énorme entre le niveau de vie chez Knorr dans son appartement de luxe au dixième étage de Béthel, et les conditions normales d’un ouvrier à Béthel. Quelque temps après mon arrivée à Béthel, je reçus l’invitation d’aller voir le Président Knorr et sa femme au dixième étage, son appartement était merveilleux avec des chefs d’œuvres aux murs, cuisine privée, télévision et tout le confort. De surcroît, le Président gardait un frère de Béthel pour le servir personnellement et remplir la fonction de cuisinier. Je fais mention de ces choses, car certains croient naïvement qu’une position à la tête de la Société Tour de Garde représente un sacrifice. Qu’est-ce que ça peut faire si l’on vit comme un roi, alors qu’officiellement l’on ne touche que quatorze dollars par mois ? »8

28Ainsi, le détachement du matériel prôné par les périodiques jéhovistes ne semble pas être appliqué par tous les membres, et en particulier, les responsables.

3.2. Des objectifs précis

29La première action de Charles Russel a été de constituer un groupe en s’entourant de personnes désireuses d’étudier la Bible. D’ailleurs, le premier nom de l’association a été les « étudiants de la Bible » avant le schisme de 1917 qui a vu le mouvement se diviser en trois groupes dont le principal était les Témoins de Jéhovah.

30Le fondateur et premier président, Charles Russel a été fortement influencé par le mouvement adventiste, puisque c’est à la suite d’une conférence tenue par ces derniers qu’il a éprouvé le désir de renouveler sa foi chrétienne, lui-même traversant alors une période de doute et de scepticisme religieux.

31Ce mouvement fait partie des mouvements millénaristes qui attendent littéralement un règne terrestre de 1000 ans de Jésus-Christ après le retour de ce dernier sur la terre. Ainsi, ils ne cherchent pas à changer la société, mais plutôt attendent un nouveau système qui sera mis en place lors du retour prophétisé du Christ.

32Dans le cinquième article de la résolution, les Témoins de Jéhovah rappellent à leurs adhérents que leur mission de la société Watchtower n’est donc pas de proposer de changer la société dans laquelle ils évoluent, ni même de l’améliorer puisque cette dernière est diabolisée et vouée à la destruction par Dieu. Au contraire, leur mission consiste plutôt à inciter les gens à se détacher de son influence et s’y impliquant le moins possible et en suivant les préceptes de l’organisation Jéhoviste.

33Ce point doctrinal est primordial dans leur prédication, car il représente la raison principale pour laquelle les TJ n’adhèrent pas aux organismes qui tentent d’avoir un impact sur la société afin de la changer. Au contraire, ils vivent en formant une société dans la société, composée de petites congrégations d’une centaine de membres chacune, réparties dans le monde entier, mais qui ne suivent pas les coutumes et traditions culturelles des pays dans lesquels ils sont implantés.

34Leur objectif, annoncé comme leur mission principale, est donc de sauver le maximum de personnes d’une destruction de l’humanité (annoncée par leurs prophéties) que Dieu va condamner à cause de ses méfaits, le seul moyen d’échapper à cette destruction étant de se convertir au mouvement Jéhoviste ainsi qu’en témoigne cet ancien témoin de Jéhovah sur le site secte-info :

  • 9 http://www.info-sectes.org/tj/temoign/carbonn.htm

« Depuis mon baptême en 1954 jusqu’en 1984 je n’ai eu d’autre objectif que celui qu’il me ressassait sans cesse : baptiser les gens pour les sauver de la mort, c’est à dire de la fin du monde ; qu’ils ont tout de même décrété 4 fois. Je n’avais plus d’autonomie de pensée, puisqu’on m’interdisait de voir mes amis, je devais avoir lu toutes les publications des Témoins, très nombreuses. Responsable de congrégation, puis trésorier, on me donnait de plus en plus de responsabilités, ce qui ne me permettait plus d’avoir le moindre recul par rapport à tout ce qu’ils affirmaient »9.

35Ce témoignage d’un ancien adepte montre à quel point la mission d’évangéliser le monde est la raison d’être des Témoins de Jéhovah et ce qui a motivé leur appellation actuelle.

3.3. Une organisation en société miniature

36L’encyclopédie en ligne Wikipédia nous apprend que :

  • 10 http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9moins_de_J%C3%A9hovah #Structure_organisationnelle

« La direction spirituelle des Témoins de Jéhovah est exercée par un directoire d’hommes âgés, nommé le Collège Central, seul jugé compétent pour définir la doctrine du mouvement. Son siège se trouve à Brooklyn, New York. C’est le lieu, malgré un déménagement progressif sur Wallkill et Warwick, du siège mondial des Témoins de Jéhovah, d’où sont pilotés le fonctionnement, l’enseignement et les nominations des responsables. Dans l’organisation des Témoins de Jéhovah, le monde est divisé en zones qui rassemblent plusieurs filiales. Une filiale, appelée aussi “béthel”, est animée par un comité composé de trois à sept membres. Elle est chargée d’organiser l’activité des Témoins dans le pays où elle se trouve et parfois dans certains pays limitrophes. Son champ d’action est lui-même subdivisé en un ensemble de territoires appelés “districts”, qui sont eux-mêmes subdivisés en “circonscriptions »10.

37Nous pouvons trouver ce complément d’information dans l’annuaire publié par la Société Watchtower en 2013 :

  • 11 Yearbook Watchtower 2013

« En 2009, la société Watchtower dénombrait 118 filiales à travers le monde. Toutefois, des regroupements récents ont depuis fait chuter ce chiffre à 96 »11.

38Dirigé par la filiale, un “surveillant de circonscription” supervise des groupes d’une vingtaine d’assemblées (appelées par les Témoins de Jéhovah, “congrégations”) et les visite deux fois par an. Les membres de chaque congrégation, dont le nombre peut parfois dépasser la centaine, sont sous la responsabilité d’un “collège d’anciens”. Ce dernier est responsable d’organiser les réunions et la prédication, de conduire les “comités judiciaires” et de gérer les finances de la congrégation. L’atmosphère qui règne dans les filiales est plus administrative que religieuse.

39Dans les congrégations, les assistants ministériels secondent les anciens dans leurs tâches d’enseignement et de gestion matérielle. Ils peuvent diriger des parties subalternes des réunions, et aussi gérer des activités sans responsabilités lourdes, comme la sonorisation et l’approvisionnement en revues.

40Parallèlement à cette hiérarchie, des fonctions spéciales d’évangélisateurs existent. Elles sont accessibles également aux femmes. Le siège mondial envoie aussi des missionnaires (seuls ou en couple) dans les pays où les Témoins de Jéhovah sont peu ou pas représentés. Au niveau local, des pionniers s’engagent à faire du porte-à-porte durant un certain nombre d’heures par mois. D’après Penton, historien et ancien Témoin de Jéhovah excommunié pour avoir ouvertement critiqué l’accent mis sur le porte-à-porte :

“en 1984, un pionnier spécial devait en faire 120, un pionnier permanent 90, et un pionnier auxiliaire 60” (Penton, 1985 : 239).

41La structure organisationnelle du mouvement est impressionnante par sa rigueur et sa complexité. L’on n’entre pas dans une filiale des Témoins de Jéhovah comme l’on entrerait dans une cathédrale, mais plutôt comme dans les bureaux précieusement gardés du siège central d’une grande multinationale.

3.4. Un adversaire identifié

42La partie de la société qui n’est pas soumise aux préceptes du mouvement jéhoviste, autrement dit, l’ensemble des individus et des organismes ne faisant pas partie de l’organisation des Témoins de Jéhovah, sont appelés par ces derniers “le monde” et les êtres humains non-Témoins de Jéhovah, les Gentils. Ce “monde” est selon les doctrines jéhovistes un mouvement voué à une destruction à “la fin des temps”. Cette destruction concernerait non seulement les êtres humains qui auraient commis de nombreux méfaits durant leur vie, à la lumière des écrits jéhovistes, mais aussi l’ensemble des adhérents aux autres religions ou mouvements religieux, sans exception.

43Les Témoins sont donc tenus de ne pas s’impliquer dans de quelconques actions au sein de structures cherchant à améliorer cette société.

  • 12 Gardez-vous dans l’amour de Dieu, Watchtower Bible and Tract Society, 2008 : 213

44Ainsi selon le même principe, les Témoins de Jéhovah ont la consigne stricte de ne pas voter, ni de s’impliquer dans la vie politique, manifestant ainsi le désir de ne rien avoir à faire avec l’élection d’un dirigeant politique12.

45Ils ne veulent pas non plus s’impliquer dans des regroupements œcuméniques, contrairement à d’autres mouvements post-Réforme tels que les Adventistes ou les églises évangéliques qui font partie de la fédération protestante. En effet, toutes les religions qui ne font pas partie du mouvement jéhoviste sont identifiés comme étant “la grande prostituée” décrite dans le livre Biblique de l’Apocalypse :

  • 13 Segond, L., , livre de l’Apocalypse, chapitre 17 : 5

“Babylone, la Grande, la mère des prostituées et des abominations de la Terre »13.

46Au sujet de l’église catholique, les Témoins de Jéhovah écrivent :

  • 14 La Tour de Garde, 15 décembre 1998

“à notre époque, Rome est toujours un centre mondial de la religion babylonienne. L’année 1986 l’a démontré quand, sur l’invitation du pape, les chefs religieux du monde se sont réunis avec lui à Assise, près de Rome, pour prier en faveur de l’année internationale de la paix, proclamée par les Nations Unies.” »14

47Au sujet du protestantisme, le mouvement jéhoviste déclare :

  • 15 La Tour de Garde, 1er avril 1989

« Les protestants comme les catholiques, se sont livrés au culte de la créature et ont préféré les traditions humaines à la vérité biblique ».15

48Concernant le Protestantisme, les Témoins de Jéhovah écrivent encore ailleurs :

  • 16 La Tour de Garde, 15 septembre 1988

« Le Protestantisme, qui compte de nombreux groupements, s’est encore davantage souillé avec les puissances commerciales et politiques du monde que sa sœur aînée, l’église catholique. Jéhovah veillera donc à ce que la chrétienté tout entière soit détruite»16.

49Enfin, au sujet des juifs, les écrits Jéhovistes affirment :

  • 17 Révélation-le grand dénouement est proche page 117-119.

« En 1931, à leur grande joie, les esclaves terrestres de Dieu avaient quant à eux reçu le nom de témoin de Jéhovah. Ils pouvaient souscrire de tout cœur aux paroles de psaumes 97:11 : “la lumière est apparue pour le juste, et l’allégresse pour ceux qui ont le cœur droit”. Ils discernaient clairement que seul l’Israël spirituel avait été introduit dans la nouvelle alliance. L’Israël selon la chair (le peuple juif), qui se montrait indifférent, n’y avait aucune part, pas plus que l’humanité en général."17

50Ainsi, la part non-jéhoviste de la population de la terre et en particulier les adeptes des autres religions sont clairement identifiées comme l’adversaire, voire l’ennemi de la société Watchtower.

51C’est, cependant, essentiellement par de l’indifférence et un rejet total de cette partie de la société que les Témoins de Jéhovah luttent contre cet adversaire identifié.

52Une différence de traitement est réservée, cependant, aux êtres humains qui pourraient un jour devenir membres du mouvement, et qui constituent, donc, des cibles que les Témoins visitent régulièrement en espérant une conversion ultérieure et aux personnes qui ont rejeté les enseignements jéhovistes et avec lesquels les Témoins ne doivent avoir aucun lien social, même s’ils appartiennent à leur propre famille.

3.5. Une nouvelle culture

  • 18 La Tour de Garde, 1er août 1993 : 15-20

53Quels que soient le pays et sa culture, les Témoins de Jéhovah ont une culture qui leur est propre, façonnée par leur littérature avec ses propres valeurs et règles18. Pas d’anniversaires, pas de célébration des fêtes traditionnelles telles que Noël, le jour de l’An ou encore la fête nationale, un usage de l’internet très restreint comme en témoigne cet extrait d’une de leur revue :

  • 19 Réveillez-vous !, 22 octobre 2005

« Si vous êtes Témoin de Jéhovah, vous pourriez vouloir, par curiosité, aller sur un site censé permettre à des jeunes Témoins du monde entier de nouer des amitiés. (…)"J’étais en ligne avec des ‘tchateurs’ que je croyais tous Témoins de Jéhovah, raconte Thierry. Mais, au bout d’un moment, quelques-uns se sont mis à dénigrer nos croyances. J’ai vite compris que c’étaient en réalité des apostats.” Ces inconnus cherchaient à saper les valeurs morales de ceux dont ils se disaient être coreligionnaires. (…) Réveillez-vous ! et d’autres publications des mêmes éditeurs nous mettent souvent en garde contre ce danger. Par conséquent, une personne que vous rencontrez sur un site prétendument créé pour des Témoins de Jéhovah est, au mieux, quelqu’un qui dédaigne ces conseils. Désirez-vous vraiment avoir des amis qui font peu de cas des recommandations bibliques ? – Proverbes 3:5, 6 ; 15:519 ».

54Aucune place n’est laissée aux spécificités qui seraient liées à une différence culturelle existant d’un pays à l’autre. L’aspect vestimentaire, les loisirs, l’attitude au sein de la société environnante, la façon de travailler, tout est régimenté.

55Les Témoins de Jéhovah de Brooklyn, de Tombouctou et de la Papouasie reçoivent exactement le même enseignement tiré des mêmes publications aux mêmes dates puisque tout support d’enseignement est édité, traduit au siège de Brooklyn, puis expédié dans les différentes filiales à travers le monde pour être diffusé et inculqué aux membres et sympathisants du mouvement à des dates rigoureusement programmées, ainsi qu’en témoigne Jean Pierre, un ancien membre du mouvement jéhoviste :

« De nos jours les Témoins de Jéhovah tiennent régulièrement dans tous les pays, où ils ne subissent pas d’interdiction partielle ou totale, cinq réunions réparties de la façon suivante : En fin de semaine soit samedi ou dimanche, un discours public de 30 minutes. »

  • 20 http://www.brooklyntower.com/watchtower_reunions.htm

L’examen de la Tour de Garde, par questions et réponses (….) Puis, au début de la semaine, l’École du Ministère Théocratique et les réunions de Service (…) Les quatre réunions mentionnées précédemment se tiennent à la Salle du Royaume.au milieu de la semaine. L’Étude de Livre est tenue en principe dans un foyer privé, avec parfois un groupe se réunissant à la Salle du Royaume. Dans le monde entier, toutes les 100 000 congrégations de Témoins de Jéhovah procèdent de la même façon, manifestant ainsi une remarquable unité. »20

3.6. Une conscience d’appartenance

  • 21 yearbook 2012, Watchtower

56Les TJ font partie d’une communauté internationale. En effet, le mouvement n’est plus, aujourd’hui, limité aux États-Unis puisqu’il compte plus de 778 millions de membres actifs21 répartis dans plus de 200 pays. Ce mouvement d’origine états-unienne est devenu un mouvement international.

57L’isolement social des membres du mouvement contribue, sans doute, à donner à cette communauté internationale un sens d’appartenance, une dimension identitaire qui compense, en partie, les frustrations et conséquences psychologiques que peut avoir sur les Témoins de Jéhovah le fait de ne presque jamais pouvoir se conformer à la société environnante, comme en témoigne cette ancienne adepte sur le site info-secte :

  • 22 http://www.info-sectes.org/tj/temoign/sandy.htm

« J’ai grandi dans l’organisation des Témoins de Jéhovah. Avec tout ce que cela implique pour une enfant. Être différente, être moins que tout, je ne participais ni à la vie scolaire, aux anniversaires, à Noël, Halloween, la fête des mères... Ma lecture était principalement issue de cette “société”, et mes fréquentations se limitaient au cercle des témoins de Jéhovah, les relations avec les personnes du “monde” extérieur étant vivement déconseillées, car elles pouvaient influencer notre saine façon de vivre et nos principes ».22

58Les critiques que les Témoins de Jéhovah ont pu subir de la part des autres mouvements religieux ou de la société environnante et l’hostilité qu’ils ont subies en particulier en 1936 sous le régime nazi, sont considérées par les Témoins de Jéhovah comme une preuve de la véracité de leur mouvement ainsi que l’explique Régis Dericquebourg :

« … la Société du Tour de Garde cultive l’idée d’une persécution. Bien entendu, les Témoins la subissent dans certains pays et ils ont été victimes du nazisme. Toutefois, dans les nations où ils ne sont pas inquiétés par les gouvernants, ils interprètent tout geste d’indifférence ou d’inimitié comme une manifestation d’hostilité. La “victimisation” est un élément de leur validation du croire. En effet, selon leur doctrine, ceux qui propagent la “vérité” seront nécessairement persécutés » (Dericquebourg, 1999 : 105-125).

59L’internationalisation du mouvement jéhoviste au fur et à mesure de ses 144 années d’existence, ses effectifs croissants, l’isolement social imposé par le mouvement jéhoviste à ses membres et les persécutions et hostilités subies par ces derniers ont contribué à donner aux Témoins de Jéhovah un sens d’appartenance à une grande famille spirituelle internationale et semblent conforter les Témoins de Jéhovah dans leurs croyances. Ce sentiment d’appartenance à ce mouvement international est nourri par le sentiment de non-appartenance à la société locale où réside chaque Témoin de Jéhovah.

3.7. Un prosélytisme aux allures de militantisme

60Les Témoins de Jéhovah se désignent aussi par le terme de proclamateurs. Ils décrivent ainsi leur activité religieuse principale, celle qui les occupe pendant une dizaine d’heures par semaine : l’évangélisation par la méthode du porte-à-porte. Cette forme de prosélytisme vise à inciter la population à entendre les doctrines du groupe dans le but ultime de les faire adhérer au mouvement. Les membres sont de véritables militants et ne peuvent pas devenir ou rester Témoins de Jéhovah s’ils ne sortent pas régulièrement pour exercer « le travail du champ » ainsi qu’ils le nomment. Les heures effectuées par chaque membre sont minutieusement répertoriées et font l’objet d’une publication nationale et internationale annuelle sur les dernières pages de leur annuaire, le « yearbook ».

  • 23 Segond, L., Apocalypse chapitre 7, versets 9-11
  • 24 Segond, L., Apocalypse chapitre 7, verset 3,4

61Le choix est proposé aux personnes ainsi abordées lors du porte-à-porte, de devenir à leur tour Témoins de Jéhovah avec, à la clé, la promesse, appuyée par leurs écrits, qu’ils feront, alors, partie de la « grande foule » décrite dans le livre de l’Apocalypse et qui vivra sur une « nouvelle terre » pendant les « 1000 ans du millenium »23, après la destruction du monde présent. Par contre, s’ils refusent d’adhérer au mouvement jéhoviste, ils seront définitivement anéantis. Les plus spirituels peuvent même espérer faire partie des 144 000 élus qui « régneront avec Christ sur la grande foule »24. Voilà la doctrine eschatologique des Témoins de Jéhovah. Voilà l’espérance pour laquelle ils se désintéressent des préoccupations du reste de la population terrestre et encouragent chacun à en faire de même. Leur mouvement ne vise pas le changement direct de la société, mais plutôt invite chacun à vivre en marge de cette dernière en attendant l’établissement divin d’une nouvelle forme de société, dont seuls les Témoins de Jéhovah auront le privilège de faire partie, telle une récompense pour leur vie de soumission à la société Watchtower et à ses dirigeants.

Conclusion

62Nous voyons, à travers cette analyse, que certaines caractéristiques du mouvement jéhoviste sont propres aux mouvements sociaux tels que décrits par les sociologues Touraine et Blumer. Le mouvement religieux étudié possède, comme nous l’avons montré, son (ou ses) dirigeant(s), son (ou ses) adversaire(s) et des objectifs précis ; il est extrêmement bien organisé comme une entreprise multinationale, fonctionne comme une société miniature. Par ailleurs, il possède une conscience d’appartenance à un mouvement qui possède sa culture propre, une culture nouvelle, la culture jéhoviste, formatée par les écrits de la société Watchtower et qui ne subit que très peu l’influence des différentes cultures des pays où le mouvement jéhoviste s’est répandu.

63Cependant, la différence principale avec les mouvements sociaux à proprement parler est qu’il déclare ne pas avoir pour but de changer la société dans laquelle il évolue, ni de la faire évoluer, mais plutôt de s’en détacher, d’y vivre sans vraiment s’y impliquer, en en acceptant l’autorité, mais en en rejetant les traditions et les coutumes comme s’ils n’en faisaient pas réellement partie ou ne s’y sentaient que de passage. Or n’est-ce pas justement là une façon de changer la société que de prôner qu’il faut s’en détacher. Quoi qu’il en soit, par leur prosélytisme et les polémiques que leurs pratiques ont suscitées, ils ont fait avancer la recherche sur le phénomène religieux en général et les mouvements à caractère sectaire, en particulier.

Haut de page

Bibliographie

Blandre, B. (2006). « Résolution des Témoins de Jéhovah », Mouvements Religieux de juillet 2006 (AEIMR, B.P. 70733, F. 57207 Sarreguemines cedex).

Blandre, B. (1991). Les Témoins de Jéhovah, Brepols, coll. « Fils d’Abraham », 198 p.

Blumer, H. (1951) [1re éd. 1939]. « Collective Behavior », in Mac Lung Lee ed.), Principles of Sociology, Barnes and Noble: 166-222.

Blumer, H. (1957). « Collective Behavior », in J.B. Gittler (ed), Review of Sociology. Analysis of a Decade, John Wiley and Sons: 127-158.

Dericquebourg, R. (1999). « Témoins de Jéhovah : vers une sortie de la logique sectaire », In F. Champion et M. Cohen (dir.), Sectes et démocratie, Paris, Seuil : 105-125

Dericquebourg, R. (1981). La place des Témoins de Jéhovah dans les groupes sectaires d’après leurs écrits officiels, Note de sociologie religieuse. - Mélanges de Science religieuse : 125-132., URL, <http:// halshs.archives-ouvertes.fr>.

Gest, A.et J. Guyard (1995). Les sectes en France, Commission d’enquête parlementaire sur les sectes, Rapport n° 2468, 22 décembre 1995.

Gruss, E.C. (2003). The four presidents of the Watch Tower Society, Xulon Press: 28.

Penton, J. (1985). Apocalypse Delayed: The Story of Jehovah's WitnessesUniversité de Toronto.

Prélot, F. et P. H. Woerling (2013), Droit français des religions, 2ème édition, Paris : LexisNexis.

Segond, L. (1978). La Bible, version de la Colombe, Société Biblique Française. 2046 p.

Séguy, J. (1966). Messianisme et échec social : Les Témoins de Jéhovah, dans archives de sociologie des religions, 11ème année, EHESS, n° 21 : 89-99.

Touraine, A. (1973). Production de la société, Seuil.

Watchtower Bible and Tract Society (2012). Annuaire des Témoins de Jéhovah.

Weber, M. (2004). L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard,

Wilson, B. (1970). Les sectes religieuses, Paris, Hachette : 26-35.

Haut de page

Notes

1 Rapport n° 2468 Les sectes en France, commission d’enquête parlementaire sur les sectes, Mrs les Députés Alain Gest et Jacques Guyard, 22 décembre 1995.

2 Résolution des Témoins de Jéhovah, août, 2006

3 http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Taze_Russell

4 http://www.universalis.fr/encyclopedie/presbyteriens/

5 http://en.wikipedia.org/wiki/Nathan_Homer_Knorr

6 Réveillez-vous ! du 22 octobre 1988, p. 31

7 http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9moins_de_J%C3%A9hovah

8 http://www.info-sectes.org/tj/temoign/jcetnar.htm

9 http://www.info-sectes.org/tj/temoign/carbonn.htm

10 http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9moins_de_J%C3%A9hovah #Structure_organisationnelle

11 Yearbook Watchtower 2013

12 Gardez-vous dans l’amour de Dieu, Watchtower Bible and Tract Society, 2008 : 213

13 Segond, L., , livre de l’Apocalypse, chapitre 17 : 5

14 La Tour de Garde, 15 décembre 1998

15 La Tour de Garde, 1er avril 1989

16 La Tour de Garde, 15 septembre 1988

17 Révélation-le grand dénouement est proche page 117-119.

18 La Tour de Garde, 1er août 1993 : 15-20

19 Réveillez-vous !, 22 octobre 2005

20 http://www.brooklyntower.com/watchtower_reunions.htm

21 yearbook 2012, Watchtower

22 http://www.info-sectes.org/tj/temoign/sandy.htm

23 Segond, L., Apocalypse chapitre 7, versets 9-11

24 Segond, L., Apocalypse chapitre 7, verset 3,4

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Zamord, « Les Témoins de Jéhovah : un mouvement religieux aux caractéristiques d’un mouvement social », Études caribéennes [En ligne], 29 | Décembre 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7154 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7154

Haut de page

Auteur

Christophe Zamord

Professeur Certifié d’anglais, Doctorant, chzamord@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org