Navigation – Plan du site
Mouvements sociaux, d’ici et là, d’hier et d’aujourd’hui

LKP : Jamais vu, déjà vu ou reja vu ? Hétérotopologie d’une utopie régressive à caractère historique

LKP : Jamais vu, déjà vu or reja vu ? Heterotopology of an Utopia
Dimitri A. Lasserre

Résumés

Au début de l’année 2009, la Guadeloupe a connu un mouvement social et politique d’ampleur : quarante-quatre jours de grève générale. Le but de cette recherche est de parvenir à classer cet événement récent en recourant à une méthode hétérotopologique, tout en reconnaissant sa qualité de mouvement contestataire dans la théorie des nouveaux mouvements sociaux. En saisissant l’épistémè du Lyinnaj Kont Pwofitasyon, il deviendra possible de mieux comprendre, outre les propos journalistiques, son sens et son essence. Mouvement de masses, syndicalisme révolutionnaire et appel à l’unité nationale, tels sont les outils dont use le collectif en vue de la lutte contre les « pwofitans » ; outils qui, contrairement à ce que l’on entend çà et là dans les médias et autres travaux de recherche, ne relève guère du jamais vu, mais bien du déjà vu et, sans doute, du reja vu. Il est donc question de relativiser ici l’impact idéologique du LKP, en saisissant la spécificité de son utopie régressive à contenu historique, tout en le resituant à la même hauteur que les autres mouvements du même type, dans de nombreux pays, que l’histoire a vu se développer au cours des xixe et xxe siècles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. S’il est une chose dont on nous dise : “Vois, c’est nouveau !”, cette chose a déjà existé dans les siècles qui nous ont précédés. »

Qôhèlet

  • 1 Cette terminologie créole signifie — bien qu’elle soit difficilement traduisible — « alliance contr (...)

1« Des Noirs et des Blancs qui s’assoient et discutent à la même table, cela on ne l’avait jamais vu ! » me lança au visage, dans une colère palpable, un membre de l’auditoire de la Salle Frantz Fanon, dans laquelle je venais de donner une conférence au sujet des caractéristiques du mouvement social qui avait submergé la Guadeloupe au début de l’année 2009 (Lasserre, 2012). Toute persuadée, comme la plupart des organes de presse, qu’il résidait, dans la démarche du Lyiannaj Kont Pwofitasyon1 (LKP), une essence parfaitement authentique, qui avait amené à des situations jamais observées dans l’histoire de l’humanité, elle n’était pas prête à me concéder que la grève générale du LKP s’inscrivait dans de longues tendances déjà vues et, certainement, reja vues.

2Reja vu ? Qu’est-ce donc cela ? « The feeling that I will be here again » nous dit, non sans une pointe d’humour, Pratchett dans son opus Pyramids (1989) ; comme si ce que nous vivions dans le présent s’apprêtait, dans un futur proche, à devenir du déjà vu.

3Les événements qui relèvent à la fois du déjà vu et du reja vu sont, ni plus ni moins, des tics de l’humanité, des réactions nerveuses sociales, reproduites à l’identique, selon un procédé que je m’efforcerai d’étayer dans ce qui suit, au sein de sociétés plus ou moins éloignées géographiquement, culturellement et temporellement. Ils s’opposent bien entendu au jamais vu, ce qui est tout à fait nouveau, tout à fait particulier, un air autre, un oxygène que l’on n’aurait encore respiré nulle part.

4Ce qui nous intéresse ici, en particulier, c’est le mouvement de grève générale de quarante-quatre jours réalisé à l’initiative du LKP à l’aube de l’année 2009 en Guadeloupe. Inutile de rédiger une longue liste bibliographique sur la question, mais il va de soi que la littérature, journalistique, essayiste et scientifique, abonde et produit toutes sortes d’idées, revisitant et réinterprétant l’histoire du mouvement ainsi que ses antécédents. C’est que les chercheurs de tous bords, à leur niveau, avec leurs outils, ont essayé de comprendre le sens de cette grève et de ses revendications, et d’appréhender au mieux la réalité de la comète LKP. On lit, çà et là, que le LKP est le « Collectif contre l’exploitation outrancière » (Libération, 2009a), le « rassemblement contre les abus » (Daniel, 2009), ou encore « l’alliance contre le pouvoir de profiter » (Querrien, 2009), ou enfin le « “lien”, “union” ou “front” contre les profiteurs » (Monza 2009). Les traductions — puisque c’est une terminologie créole — ne manquent pas à l’appel ; et plus rares sont ceux qui considèrent, sans doute à raison, que l’expression constituée par ce sigle est intraduisible (Ganem, 2010). Sûrement trouvera-t-on la meilleure définition du LKP dans l’ouvrage de Verdol, LKP, Ce que nous sommes ! (2010), dans la mesure où l’auteur y expose le contenu d’interventions de divers représentants du collectif à l’occasion d’un colloque organisé à l’Université des Antilles et de la Guyane ; ici, il ne s’agit pas de définir le LKP par quelques mots ou quelques phrases, à la manière d’un dictionnaire, mais de le comprendre à travers les idées qu’il véhicule et les actions qu’il conduit.

5Cette compréhension préalable est nécessaire à une étude sérieuse qui voudrait interroger les différentes facettes du LKP. L’objet de ce travail, d’ailleurs, sera de proposer une définition spécifique de ce collectif, à travers sa propension à entrer ou non dans un certain cadre hétérotopologique. Nous nous demanderons, en fait, si le mouvement LKP relève du jamais vu, ou plutôt du déjà vu, voire du reja vu. Cette réflexion, qui s’articulera autour d’une explication du raisonnement hétérotopologique que je vais développer, ainsi que d’analogies pouvant sembler à tort anhistoriques ou achronologiques — parce qu’elles font appel au passé lointain — a pour objectif de relativiser ou, inversement, sacraliser, un événement social et sociétal d’ampleur. Moins subjectivement, il s’agit, autant que faire se peut, de situer le LKP à la place qui est la sienne dans l’histoire, hors des fantasmes et des mythes souvent propagés gratuitement par la presse et des hommes politiques rêvant de leur grand soir.

6Cette réflexion hétérotopologique visera à situer le LKP au sein de la théorie des mouvements sociaux, et plus spécifiquement des nouveaux mouvements sociaux, à la croisée des chemins de ses aspirations matérialistes et post-matérialistes.

1. Pourquoi une hétérotopologie ?

7Avant de se plonger dans l’analyse, cette question s’impose. D’ordre méthodologique, elle traduit la volonté affichée dans cette démarche, attachée au découpage et recoupement de faits historiques variés et parfois éloignés. Mais avant tout, il paraît indispensable de définir ce qu’est une hétérotopie, ce à quoi ce concept renvoie. Par la suite je mettrai en avant la pertinence de la démarche hétérotopologique pour traiter le problème qui nous intéresse.

1.1. Qu’entend-on par hétérotopie ? Ou comment envisager une définition élargie des espaces autres

8À ne pas confondre avec l’utopie — lieu idéal imaginaire — morienne ou la dystopie huxleyenne — le pire des mondes imaginable, et possiblement réalisable — l’hétérotopie est un endroit dans lequel une grande place est laissée au fantasmé, au légendaire, à des idéaux multiples, plus ou moins écorchés, qui a le privilège, contrairement à ses consœurs, d’exister dans le monde réel. Par nature, une hétérotopie peut être localisée et est toujours matérialisée.

9Il est bon de signaler que ce concept assez récent a été inventé par Foucault, qui parle de « lieux hors de tous les lieux » localisables (Foucault, 1984), citant comme exemple les cimetières ou encore les maisons closes. En fait, une hétérotopie se reconnaît en ce qu’elle est un endroit dans lequel sont véhiculées certaines valeurs, une certaine épistémè propre à chacun d’entre eux ; c’est-à-dire un champ de possibles de pensées, excluant des choses pensables, perçues comme inconvenables ou invraisemblables (Foucault, 1966) – l’épistémè n’étant, d’un point de vue existentialiste, rien d’autre que la somme et le recoupement des « préjugés » au sens nietzschéen du terme (Nietzsche, 1995).

10Ici, nous ne considérerons pas l’hétérotopie dans un sens strict et statique. Si nous gardons en mémoire que les hétérotopies sont fondamentalement caractérisées par des mythes et des coutumes, que des pratiques rituelles leur sont inhérentes, qu’elles sont en fin de compte le véhicule de toute une série de préjugés, qu’elles communiquent sur un certain mode de penser, avec une fréquence précise, corrélée à l’épistémè à laquelle elles se réfèrent, alors nous pouvons admettre que leurs frontières ne sont pas clairement délimitées. En d’autres termes, si l’on peut avoir une idée, en de nombreuses circonstances, des interdits d’une hétérotopie, il est difficile de tous les connaître a priori ; à plus forte raison qu’ils ne sont pas figés éternellement et que plusieurs hétérotopies peuvent s’entremêler.

11Qui plus est, une même hétérotopie peut être située à différents endroits du monde ; de même, des hétérotopies similaires, adoptant le même système, le même fonctionnement, peuvent être reconnues en différentes places et différentes époques. L’hétérotopie n’est pas figée, elle est un médium, avec son épistémè, et a également la possibilité d’être influencée par d’autres épistémès — ainsi s’éloigne-t-on de la conception foucaldienne, qui voudrait qu’une épistémè globale s’applique de manière homogène à l’ensemble des structures, à toute une société. La position défendue ici, au contraire, est que les sociétés sont constituées, ou abritent, de multiples épistémès, véhiculées par d’innombrables hétérotopies, et qu’elles ne doivent leur cohérence qu’à leur faculté d’exercer un pouvoir commun, ayant acquis le statut de légitimité, sur l’ensemble de celles-ci. Autrement dit, leur globalité ne survit que grâce à leur capacité à maintenir l’idéologie dominante par la coercition — sinon il n’y aurait que des mondes disloqués, en luttes permanentes.

12L’hétérotopie est un sanctuaire sans frontières. Or, des groupes d’hommes peuvent, en se rassemblant, en partageant des idées communes, des préjugés identiques, en des lieux précis, former, par leur simple rassemblement, ces sanctuaires. Qu’ils se regroupent dans des salles, des palais, ou dans la rue, tout en transmettant la même épistémè, sans en changer d’un pouce malgré la variation des lieux d’expression, réduit l’importance du facteur de localisation : ce qui compte, ce n’est pas tellement se trouve l’hétérotopie, mais bien ce qu’elle transporte — le contenu prévalant sur le contenant — ; qu’elle change de situation géographique importe peu tant qu’elle conserve son visage immobile. Ce qui est invariant, dans une hétérotopie, dans le sens où nous l’entendons ici, ce n’est pas tellement son lieu, mais plutôt son allure : là où des hommes expriment une épistémè strictement invariable — à plus forte raison lorsque ce sont les mêmes hommes à des endroits différents — nous dirons qu’ils constituent, à travers leur rassemblement, leur action et leur volonté collective, une hétérotopie.

13Certes, la signification de cette terminologie se trouve en ce sens élargie ; elle est plus proche de ce qui a été appelé ailleurs les « hétérotopies impalpables » (Lasserre, 2013), à savoir des mondes mouvants dans le monde, pouvant naître, grossir, s’amoindrir ou disparaître, identifiables non pas tant à partir de leur localisation que de leurs valeurs, de leur épistémè. Partout où des hommes partagent des idées strictement similaires pratiquent des rites parfaitement identiques dans leurs actes ainsi que leur chronologie, il est possible de dire que, acquiesçant devant la même épistémè, ils vivent dans la même hétérotopie.

14On entend, par hétérotopie, un lieu illimité, ou plutôt une série de lieux, pouvant être dispersés indifféremment dans l’espace et dans le temps, et que l’on reconnaît comme tels à partir de leur épistémè et de leurs pratiques. Et donc les hétérotopies se développeront fort aisément là où l’on aura préféré l’érection du sacré à une généalogie de la morale rigoureuse ; là où on aura placé l’absolu au-dessus de la tête de l’humanité. À titre d’illustration, nous parlerons d’hétérotopie marxiste au sujet de tous les endroits de la terre, tout au long de l’histoire, où le marxisme a été défendu, prôné, voire appliqué ; ainsi des hétérotopies pouvant sembler éloignées dans l’espace et dans le temps (l’URSS, Cuba, la Corée du Nord, etc. dans le cas qui nous intéresse présentement), reflétant, à quelques faibles variations près, la même épistémè, et débouchant sur les mêmes modèles de pouvoir, pourront être regroupées dans une seule et même catégorie : les hétérotopies marxistes.

1.2. Pertinence d’une hétérotopologie — création anhistorique de l’histoire

15La fin du paragraphe précédent empiète quelque peu sur celui-ci, dans la mesure où elle met en avant la possibilité de catégorisation que permet une hétérotopologie. Entendra-t-on crier « au structuralisme ! » que l’on ne se méprendrait pas tellement. Mais la méthodologie doit être précisée : il s’agit de s’intéresser aux formes d’exercice du pouvoir — notre cas pratique étant le LKP — et de parvenir, autant que faire se peut, à les faire entrer dans des cases ou, si c’est trop délicat, au moins à les reconnaître — si elles sont totalement nouvelles, il ne sera bien entendu pas question de catégorisation, mais d’innovation.

  • 2 Je tenais ici à rappeler cette phrase de Lévi Strauss, au sujet du structuralisme et de l’intérêt d (...)

16Il va donc s’agir de déconnecter certains événements de leur contexte ou, du moins, d’admettre que des phénomènes similaires peuvent se dérouler dans des contextes apparemment différents. Mais là encore, rien ne nous assure, en dépit des éloignements spatio-temporels, que les différences entre les contextes soient si colossales que l’on voudrait bien nous le faire croire, dans la mesure où, précisément, les éléments qui constituent ce contexte peuvent être ressemblants malgré la distance qui les sépare. Flirter avec la décontextualisation et œuvrer à la recontextualisation ne semble pas être un problème à proprement parler : cela se comprend d’autant mieux si l’on souligne qu’un contexte n’est pas un événement, mais plutôt un agrégat d’événements, qui lui donne de la consistance ; car le contexte, en soi, n’est rien. Qu’un phénomène, qu’un mouvement, se déroule dans tel ou tel contexte, à telle ou telle époque, ne nous empêche ainsi guère de le comparer à d’autres phénomènes, à d’autres mouvements, se passant dans un contexte apparemment tout autre — encore qu’il convienne d’étudier les spécificités de chacun des contextes, de leurs éléments constitutifs ; l’on pourrait ainsi, dans certains cas, leur trouver quelques points communs notoires — et bien heureusement cette comparaison, aux allures trompeusement anhistoriques, est possible, car, si tel n’était pas le cas, on condamnerait quiconque affirmerait qu’il serait possible de tirer des leçons de l’histoire2.

17En extrayant un événement de l’histoire, événement datable, limité dans l’espace et dans le temps, l’hétérotopologie a pour but de l’y replacer, de le confronter avec le passé et, surtout, d’en anticiper les conséquences futures. Pour ce faire, il faudra procéder par analogie, c’est-à-dire comparer, en ce qui nous concerne, le mouvement du LKP avec d’autres mouvements pouvant paraître assez similaires. Afin de ne pas laisser de grande place à l’arbitraire, il faudra suivre une méthodologie rigoureuse : tout d’abord nous évincerons tout événement n’ayant aucun lien dans la forme ni dans le mode d’expression, ou ne s’exprimant pas dans un contexte économique, social et politique ressemblant. Ensuite nous nous intéresserons à des mouvements ayant des caractéristiques similaires : recours aux masses, à la propagande, idéologie marxiste, syndicalisme révolutionnaire, manifestations, etc. Enfin il s’agira d’étudier la chronologie des événements, leur seule existence, à des moments ne suivant pas un ordre précis ou, du moins, un ordre déjà observé, ne suffisant pas à qualifier avec précision celui que nous analysons, de le faire entrer dans un cadre hétérotopologique — sinon nous serions conduits à admettre, par exemple, qu’un match de football serait strictement équivalent à une rencontre de beach-volley !

18Reste à mettre en avant des similitudes entre le LKP et d’autres mouvements pouvant sembler similaires, vérifier, précisément, si ces similitudes existent et peuvent être révélées, et donc si le LKP est identique à des choses que l’on aurait déjà vues, si son devenir est prévisible, si l’on peut établir des conjonctures sur ce qu’il adviendra en Guadeloupe si l’on lui laisse une totale liberté d’action, ou même si, comme ce fut le cas en 2009, l’on ne la lui laisse pas.

19L’intérêt d’une telle recherche ? Je vous renvoie à la lecture d’un ouvrage terriblement éloquent, Les origines du totalitarisme (Arendt, 2002), qui compare sans ciller les régimes nazis et soviétiques, sans jamais douter de leur exacte similitude ; ceux-ci peuvent pourtant paraître, surtout aux vues des thèses défendues par une certaine intelligentsia — qui voudrait que le nazisme ne relève pas des socialismes — très différents : qui remet néanmoins en doute la pertinence de l’analyse d’Arendt ? Dans la même veine, on voit mal comment l’on pourrait discuter du bon sens du raisonnement établi par Hayek dans La route de la servitude (Hayek, 2013), qui prétend à raison, à partir d’une réflexion très minutieuse, pouvoir prédire l’avènement des mouvements totalitaristes à partir d’observations que nous qualifions ici d’hétérotopologiques — la terminologie n’avait pas encore vu le jour à l’époque de la rédaction de cet ouvrage.

20En relevant l’épistémè du LKP, nous pourrons sans doute déterminer le type de mouvement dont il s’agit, quelle hétérotopie impalpable il constitue. Ainsi pourrons-nous le resituer dans l’histoire, mieux comprendre d’où il vient et aussi où il va.

2. Le LKP, un nouveau mouvement social à la frontière du matérialisme

21A n’en point douter le LKP est un mouvement social d’ampleur. En fait, il semble cohérent de le faire rentrer dans la catégorie des nouveaux mouvements sociaux tels que les décrit Melucci, en précisant que ces derniers « luttent donc non seulement pour la réappropriation de la structure matérielle de la production, mais pour le contrôle collectif sur le développement » (Melucci, 1978).

2.1. Entre le matérialisme et le post-matérialisme

  • 3 Voir à ce sujet sa Plate forme de revendications du 20 janvier 2009. Au total cent vingt requêtes o (...)
  • 4 La littérature a traité la question de l’émergence de ce post-matérialisme, qui a vu les mouvements (...)

22Cette approche, qui vise à considérer le LKP comme un nouveau mouvement social, tantôt arbore une posture matérialiste, tantôt aspire à un progrès plus qualitatif que quantitatif. Elle semble d’autant plus crédible que ses revendications portent tant sur les conditions matérielles des Guadeloupéens que sur leur qualité de vie3. Sans basculer totalement vers un post-matérialisme qui exclurait toute aspiration à une amélioration des conditions matérielles des sympathisants du LKP4, ce nouveau mouvement social a soulevé des problèmes de fond qui ne se limitaient pas à la simple volonté de transformer la lutte engagée en une course pour un butin payable en valeurs monétaires.

23Pour le LKP, il s’agit, selon son discours, non seulement de permettre aux plus pauvres d’améliorer leurs conditions matérielles, mais aussi de transformer en profondeur la société guadeloupéenne, de changer sa structure économique et politique, de tendre vers plus de souveraineté. Or ces tendances souverainistes, si elles ne peuvent se réaliser sans une modification des conditions matérielles, ont des visées nettement plus structurelles que conjoncturelles.

24Dans son mode d’organisation, le LKP revêt également quelques caractéristiques notables des nouveaux mouvements sociaux — ce qui renforce son caractère hétérotopologique, puisque, de facto, il n’est pas unique en son genre, en particulier, la « solidarité comme objectif » et la « participation directe » (id.). Détaché du cadre flou défini par la théorie de la mobilisation des ressources (McCarthy et Zald, 1977), il n’est cependant pas dessiné comme un calque de la description de Melucci (1977). Sa différence, et non pas son authenticité, ce qui contribue à le faire entrer dans une forme hétérotopique encore insoupçonnée, plus que sa démarche économique et politique, est son désir de s’inscrire dans le long flot de l’histoire — et pour cause, là est une des causes majeures, un motif inéluctable, de la naissance d’un ressentiment nietzschéen (1971) parmi ses sympathisants.

2.2. Le LKP et la fin de l’histoire, ou la construction d’une utopie régressive à contenu historique

25L’attachement que manifeste le LKP à l’endroit de son positionnement historique, mêlé à ses sympathies pour l’idéologie marxiste, ne peut que nous encourager à nous efforcer à le resituer dans son histoire. Le LKP, à travers son discours, tisse en effet des liens indéfectibles avec l’histoire ; en témoigne le préambule de l’Accord Bino, qui débute ainsi : « considérant que la situation économique et sociale actuelle existant en Guadeloupe résulte de la pérennisation du modèle de l’économie de plantation » ; en quoi l’avènement du LKP correspondrait à un moment de l’histoire, l’instant de la révolte des descendants d’esclaves contre un régime politique et économique vraisemblablement inégalitaire et injuste, pérennisé suite à l’abolition de 1848. Le LKP constituerait alors un remède, ou une étape vers la convalescence pour la société guadeloupéenne.

  • 5 Ne voyez là rien d’autre que l’écho marxiste du Capital à la philosophie de l’histoire de Hegel (Ma (...)

26Progressisme idéaliste ? Marche de l’esprit hégélienne (Hegel, 1979) ? Course vers une révolution qui annihilera le capitalisme5 ? Le LKP voudrait-il être un moyen de la fin de l’histoire ? Voudrait-il incarner le changement radical vers un ailleurs, vers un idéal enfin matérialisé ? Ces interrogations trouvent certainement des réponses positives lorsqu’elles viennent se confronter au mode de fonctionnement du LKP. En tout cas, là où Melucci voit dans les nouveaux mouvements sociaux la présence d’une « utopie régressive à contenu religieux » (id.), qui construirait son identité autour d’un « intégrisme » à caractère mystique, comme un prétexte identitaire pêché dans le passé lointain de la communauté qui se l’approprie, nous remarquerons aisément que le LKP s’articule plutôt comme une utopie régressive à contenu historique.

27C’est bien à travers l’histoire que ce mouvement social fédère son identité. C’est sous son égide qu’il rassemble des masses d’individus pouvant être très différents les uns des autres ; car même s’ils n’appartiennent pas au même milieu social, à la même caste politique ou intellectuelle, tous prennent part à la même histoire. Il apparaît ainsi un vecteur totalisant, auquel nul individu, ami ou ennemi du LKP, ne peut échapper. Et ce vecteur donne sa forme à une hétérotopie qui, elle aussi, devient totalisante.

3. Événements et chronologie

  • 6 Les Békés sont les descendants des premiers colons venus s’installer aux Antilles. Ils sont d’origi (...)

28L’analyse sera opérée sous deux angles : d’abord nous verrons comment le LKP marche sur les traces du syndicalisme révolutionnaire et de toutes les mouvances marxistes qui gravitent autour, puis je ferai ressortir le fonctionnement du collectif dans sa longue marche en avant, et ses tendances autoritaristes – le tout dans une logique socialiste, une volonté, là encore, de s’inscrire dans l’histoire. Ces observations sont d’autant plus intéressantes que les actions menées par le LKP se déroulent dans une logique de combat post-colonialiste, voire simplement colonialiste, le tout dans un pays à l’économie plus ou moins capitaliste verrouillée par une caste béké6 détentrice du pouvoir économique – un contexte qui, en apparences, relève du jamais vu.

3.1. Recontextualisation

29Le LKP ne se cache pas, il veut lutter contre « ceux qui s’enrichissent sur le dos des Guadeloupéens » et contre « la mainmise des Békés sur l’économie locale » (France Antilles, 2010). La lutte, ajoute Verdol, se situe dans un contexte postcolonial, et a pour cibles l’État français et les descendants des premiers colons (Verdol, 2010). Le contexte ne peut néanmoins pas être uniquement réduit à cette seule réalité — c’est d’ailleurs là que la plupart des analystes ont fait fausse route, c’est là qu’ils ont décelé ce qu’ils croyaient être l’originalité du LKP. D’autres facteurs entrent en ligne de compte pour le décrire, à commencer par l’état de crise de l’économie internationale à l’époque à laquelle a émergé le mouvement. La crise financière et immobilière a dépassé les frontières, et il serait déraisonnable de songer qu’elle n’a pas affecté la Guadeloupe — le passage du LKP n’ayant rien arrangé sur ce plan, avec un PIB en récession à hauteur de 4,8 % pour l’année 2009 en Guadeloupe (IEDOM, 2012).

  • 7 Voir à ce sujet le problème du chlordécone Verdol (2012).

30Ensuite, il convient de resituer la Guadeloupe par rapport à la France : territoire éloigné géographiquement certes, il n’en reste pas moins, depuis 1946, un département français, pourvu des mêmes institutions, même s’il peut arriver que dans divers secteurs la loi ne soit pas appliquée de la même manière des deux côtés de l’Atlantique, voire non respectée par certains protagonistes7. Toujours est-il que l’on trouve, en Guadeloupe, exactement les mêmes administrations et les mêmes infrastructures qu’en France. À noter que, dans ce DOM, pour l’année 2011, près d’un quart de la population travaillait dans la fonction publique nationale ou territoriale (France Antilles, 2013). Sachant que, en France, en 2012, la part des dépenses publiques par rapport au PIB s’élevait à 57,1 % (Seux, 2013) — nous ne sommes pas si loin de l’économie de guerre à en croire Hayek (2013)... — autant le dire, au même titre que n’importe quelle région de France, la Guadeloupe vit sous perfusion de l’État ; l’économie y est pilotée, et l’État a une influence nette sur l’ensemble des secteurs d’activités, et donc sur la vie des individus.

31Ajoutez à cela une structure monopolistique dans le secteur privé, notamment dans l’agriculture, largement subventionnée par la Politique agricole commune, et la grande distribution, aux mains de quelques familles békés, sans oublier les entreprises de transport et, bien sûr, les stations-service, que se partagent quelques clans, et vous comprendrez que l’économie — par voie de corrélation, la politique — de la Guadeloupe, est pilotée par un petit nombre de personnes influentes. Sans compter que le prix de l’essence, dont le plafond est fixé par les autorités publiques, est le même dans l’ensemble des stations-service de l’île, lesquelles s’approvisionnent chez le même monopole (la SARA), sans que la moindre concurrence ne soit observable. Il est on ne peut plus clair que l’économie de la Guadeloupe est détenue par quelques monopoles, et que, vue leur longévité, peu de choses sont mises en œuvre pour changer la donne.

32Il en va de même pour le pouvoir politique, régi par les mêmes lois qu’en France métropolitaine, qui voit s’affronter, dans les communes, quelques familles rivales, toujours plus ou moins les mêmes depuis l’après-guerre, et toujours en collaboration avec les pouvoirs publics métropolitains — Césaire le premier, craignant de voir la Martinique et la Guadeloupe livrées à des organisations indépendantistes terroristes ou cupides, était très attaché à la France et à ses institutions (Césaire, 1946). Cela a bien sûr pour conséquence de favoriser la politique assimilationniste conduite par l’État, qui veut visiblement faire du Guadeloupéen un Français sous toutes les coutures. Cette aliénation n’a pourtant pas l’air de provoquer la désaffection des Guadeloupéens à l’égard de la métropole puisque, en 2003, ils votaient massivement, à hauteur de 72,8 %, leur refus d’accéder à plus d’autonomie vis-à-vis de cette dernière (Maury, 2004) — ce qui tendrait à signifier que ce statut de dépendance ne semble pas déranger la population outre mesure, bien au contraire.

  • 8 J’utiliserai toujours la terminologie créole ; le terme apparaît intraduisible et parle par lui-mêm (...)

33Le contexte guadeloupéen ne se limite donc pas au seul post-colonialisme, qui ne « pwofiterait » qu’à un tout petit nombre d’exploiteurs. Il y a également, de la part de la population, un certain consentement, qui conduit à l’accroissement de la position de force de ceux que le LKP désigne comme étant les pwofitans8 — ceux qui usent et abusent de leur position de force économique et politique. En plus de ceux-ci, il semblerait que tout le monde veuille tirer profit de la vache à lait, indépendamment des aspirations identitaires et libératrices. Dans ce sens, nous n’oublierons pas que, ce qui a fédéré le LKP, ce qui a mobilisé les foules dans les rues pointoises, le nerf de la guerre, fut, avant toute autre préoccupation, avant le souci de la contamination des sols, de l’éducation des jeunes générations, de la langue et de la culture, de la production et la productivité, du verrouillage de l’économie par les Békés, de la trahison permanente des élites politiques, la revendication visant à la revalorisation des salaires à hauteur de deux cents euros... et si les pwofitans et leurs victimes vénéraient les mêmes idoles ?

  • 9 Voir Verdol (2010) pour une définition exhaustive et précise du LKP.

34C’est dans une société à l’économie pilotée par quelques-uns, encensés par presque tous, dans un capitalisme archi-politisé, dans lequel se déploie une folle course à la consommation, que le Lyiannaj Kont Pwofitasyon a essayé de mener son combat : dix-huit syndicats, vingt-deux associations, huit partis politiques et un secrétariat9, contre tout un système, contre un capitalisme monopolistique mêlé de socialisme, contre une époque, contre un contexte – hétérotopie contre hétérotopie, épistémè contre épistémè.

35Ce contexte dépasse largement le simple post-colonialisme, qui ne veut rien dire par lui-même, et s’il en dépend, entendez par-là, s’il dépend des événements qui le conditionnent, il y a d’autres variables qui le façonnent. Ainsi le LKP ne vient-il pas lutter exclusivement contre des colons ; non, c’est un système politique et économique qu’il affronte, une hétérotopie portée par la consommation et l’appât du gain, et ce de tous les côtés : plus que contre les colons, c’est contre une autre facette du capitalisme, une de ses multiples expressions, teintée de néocolonialisme, que le LKP se propose d’entamer son combat. Et ce capitalisme, nul doute que c’est du déjà vu.

3.2. Sur les traces du syndicalisme révolutionnaire

  • 10 La littérature abonde sur ce sujet : ici considérée comme « moyen d’action directe » (Sirot, 2006), (...)

36J’ai écrit plus haut que l’adversaire affiché du LKP est une hétérotopie capitaliste teintée de socialisme — en témoignent le rôle prépondérant joué par la fonction publique sur le marché de l’emploi, le haut niveau de consommation et l’importance de la dépense de l’État — cela n’empêche pourtant guère aux membres du LKP eux-mêmes d’avoir de fortes tendances socialistes, beaucoup plus radicales que celles du système en place. Mounien rappelle que « dans le LKP, il y a des marxistes » (Mounien in Verdol, 2010 : 122), alors que Verdol met l’accent sur « l’importance de la lutte des classes » (id.). Cela n’empêche pas pour autant ces derniers de se défendre du caractère marxiste du mouvement ; il suffit pourtant de regarder la structure politique des organisations qui le composent pour se laisser persuader du contraire. Leur première référence est la Charte d’Amiens, qui préconise « comme moyen d’action la grève générale10 » (CGT, 1906), réveillant le vieux mythe sorélien, qui met en avant la puissante énergie d’embrigadement que permet cette mobilisation (Sorel, 1932).

37Ce qui est intéressant, c’est que la grève générale, à travers les discours du LKP, apparaît plus comme une fin que comme un moyen, ou alors un moyen incorporé dans un processus irréversible, indissociable de sa finalité. Gaby Clavier, prédécesseur de Domota à la tête du syndicat phare du LKP, le plus virulent en Guadeloupe, à savoir l’Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens (UGTG), affirme même en avoir « toujours rêvé » (Verdol, 2010), allant même jusqu’à suggérer que LKP et grève générale ne forment qu’une seule et même entité, une seule et même réalité, et que cette association doit permettre « de continuer à éclairer l’horizon » (id.). Par ailleurs, Luc Reinette, ancien militant indépendantiste, souligne que la grève générale est la première phase du processus de transformation de la société engagé par le LKP (ibid.). On retrouve ici cette caractéristique fondamentale des nouveaux mouvements sociaux : la volonté de transformer la situation en profondeur, de changer qualitativement la donne. Conduit par une utopie régressive à contenu historique, propres aux hétérotopies marxistes, le LKP affiche ici ouvertement son désir de mener, par le moyen de la grève générale, une révolution de type socialiste, ayant vocation à changer non seulement l’aspect de la société, mais aussi la face de son histoire, de la faire rentrer dans une autre phase de l’histoire.

38Très clairement, nous sommes ici dans le champ du déjà vu, tant sur le plan théorique que pratique. Sur le plan théorique tout d’abord, le « mythe de la grève générale » est le fruit d’une révolution industrielle chaotique sur le plan social en France. Cette période a vu émerger un syndicalisme tout particulier, sensible aux écrits de Marx, notamment Le manifeste du parti communiste et Le capital (Marx et Engels, 1973 ; Marx, 1963) : le syndicalisme révolutionnaire. Organisé par les mouvements ouvriers aux prises avec la bourgeoisie, sa finalité est bel et bien de mener la révolution, c’est-à-dire renverser la société de classes et aboutir au communisme, selon le modèle hégélo-marxiste ayant la fin de l’histoire en ligne de mire. Nul ne viendra reprocher au LKP de se réclamer de cette mouvance, libre aux hommes de s’associer comme bon leur semble ; par contre, ses analystes ne pourront pas en proclamer l’authenticité ni le concevoir, dans sa théorie, comme une occurrence unique dans la grande roue de l’histoire. Cette épistémè, loin d’être nouvelle, date du XIXe siècle, et a sans cesse été reprise par nombre de groupes, de syndicats et autres partis politiques, dans les siècles suivants — autant d’hétérotopies très proches les unes des autres.

39Bien entendu, la mise en pratique des thèses soréliennes et marxistes ont fait leur temps au siècle dernier — bien qu’il soit encore impossible d’en saisir globalement la portée. Conduisant, comme nous l’avons signalé ci-devant, à des mouvements totalisants, elle pousse les hommes, à travers la grève générale, dans la volonté idéale ou matérialiste — bien que cette dernière sous-tende elle-même un idéal — de réaliser la fin de l’histoire.

  • 11 Bachaud (1987) propose, à ce sujet, une étude historique et politique fort intéressante des mises e (...)

40Je ne reviendrai pas sur les modalités de ce mode de fonctionnement, déjà fort bien décrit et analysé par Hayek (2013), car ce n’est pas ici le centre de notre intérêt11. Ce qu’il convient de remarquer néanmoins c’est que, là encore, nous pouvons nous apercevoir de la non-authenticité du LKP, dont les théories marxistes et soréliennes sensiblement totalisantes — tant sur le plan existentiel qu’ontologique (si l’on conçoit le mouvement de l’histoire comme celui de la totalité du monde qui est) — ont été mises en pratique dans certains pays presque un siècle avant l’émergence du collectif Guadeloupéen. Le contexte économique et politique n’est pas, en dépit de l’éloignement temporel et géographique, pour autant très différent dans les deux cas : crise majeure due à un capitalisme impitoyable, notamment à sa finance, chômage de masse, cherté de la vie, perte de confiance en la parole des élites politiques, méfiance à l’endroit d’un discours néocolonialiste se mettant au service d’intérêts étrangers à la seule nation, attrait du radicalisme, intérêt pour le nationalisme et, enfin, recours à la grève générale.

3.3. Masses, nationalisme et propagande

41Le météore LKP ne se limite pas à une idéologie marxiste poussée par des énergies soréliennes, et son action ne s’arrête pas à la grève générale. Du moins, ses différentes prises de position et ses passages à l’acte peuvent être analysés de façon plus détaillée : comment le LKP se rassemble-t-il ? Y a-t-il une cohérence entre ses théories et leur application ? À quoi renvoie son mode d’organisation ? Les interrogations sont nombreuses.

  • 12 En français : « Nous, Peuple de Guadeloupe » (LKP, Déclaration¸ 21 octobre 2010).

42Première chose qu’il convient de mettre en lumière c’est que, malgré les aspirations marxistes du collectif, il n’incarne ni n’est composé par aucune classe sociale en particulier. De par la diversité des milieux socioprofessionnels dont sont issues les personnes de son bureau, ainsi que ses dirigeants, provenant aussi bien de l’agriculture que d’administrations, ou encore de l’enseignement — la plupart du temps, d’une petite bourgeoisie disparate — et les personnes qui ont adhéré à sa grève générale, elles, venant d’absolument tous les milieux sociaux, des plus aisés aux plus défavorisés, le LKP ne peut pas être assimilé à une classe sociale. Porte-parole du peuple, au son des « Nou, Moun Gwadloup »12, le collectif ne peut que s’interdire de s’arrêter à la défense des intérêts d’une seule classe. En cela le LKP ne suit aucunement une logique de classes, mais plutôt une logique de masses – elle aussi, caractéristique des nouveaux mouvements sociaux (Melucci, 1977). Symétriquement, ses adversaires, l’Etat et les Békés, en fait, le système économique et politique dans lequel les Guadeloupéens évoluent, n’est pas non plus une classe. Il ne s’agit donc pas d’une lutte des classes marxistes, mais plutôt d’une opposition idéologique et hétérotopologique : épistémè contre épistémè.

  • 13 Echo à Marx bien entendu, mais Mao avait aussi cette idée-là, que l’histoire était articulée autour (...)

43Gaby Clavier l’a d’ailleurs bien saisi puisque, malgré ses invocations marxistes, il met l’accent sur la puissance considérable de « l’outil de lutte de masse » qui est à sa disposition (Verdol, 2010). Sensibilisons-nous sur ce point : un combat de masses n’a rien à voir avec une lutte des classes ; ni ses motifs ni ses conséquences ne sont de la même nature. Dans la seconde configuration, il s’agit de réaliser l’histoire13, dans la première, de remplacer un pouvoir par un autre au cri d’une idéologie aux pourtours plus ou moins vagues. Cela se comprend d’autant mieux que, malgré son apparence apolitique, puisque sont invités à rejoindre le LKP tous les individus de toutes les tendances (id.), le LKP est un mouvement essentiellement politique, syndicalisme révolutionnaire et utopie régressive à contenu historique obligent.

  • 14 On lit, dans Mein Kampf, cette proposition étrange de prime abord, mais qui vient approuver les thè (...)

44La logique de masses n’exclut guère par ailleurs la doctrine socialiste — marxiste — qui n’a jamais fait appel à une classe unique pour ses révolutions ; elle est d’ailleurs, au regard des applications pratiques du XXe siècle, la condition sine qua non à la mise en œuvre d’une politique socialiste14. Cette contradiction de la pensée marxiste, selon laquelle le socialisme s’articule autour d’une lutte des classes, est une nécessité pratique, qui la dépasse et la transforme dans la réalité concrète — et qui infirme la vision étriquée de la réalité exposée par Marx, qui ne se limite pas, dans les faits, à une dialectique de classes.

  • 15 Kadhafi ajoute que « le pouvoir doit être entièrement celui du peuple », en récusant la légitimité (...)

45On comprend mieux, en ayant bien saisi le caractère socialiste et révolutionnaire du LKP, pourquoi J-M. Nomertin, l’un de ses principaux dignitaires, en appelle à la démocratie directe, à l’action des masses contre un pouvoir républicain jugé illégitime (LKP, 2009a), la même que réclame Kadhafi dans son Livre vert, frustrée de subir le pouvoir politique, dont les parlementaires, d’après lui, « usurpent la volonté des masses15 » (Kadhafi, 1980). On glisse, dans les deux cas — et il y en a de nombreux autres identiques — d’une logique de classes vers une logique de masses, du parlementarisme vers l’usage de la force, dans l’espoir de gagner le pouvoir. Ce qui différencie le LKP des mouvements autoritaires accomplis, c’est précisément sa capacité, ou sa volonté, de s’accomplir. Mais dans les idées, dans les pratiques, le fonctionnement, il n’y a presque aucune différence : voilà encore une similitude hétérotopique.

  • 16 L’aspiration à une « souveraineté alimentaire » exprimée par Elie Domota par exemple (Domota, 2012) (...)
  • 17 Le tapage médiatique avait insisté, à l’époque où ils sont parus, sur l’aspect raciste de ces propo (...)

46L’union des masses a pour moteur, outre les revendications multiples du LKP, initialement au nombre de 120, qui brassent le plus large possible, et sont donc susceptibles d’attirer des hommes aux sensibilités très diverses, voire divergentes16, un appel à une alliance nationale, basée sur une revendication identitaire, laquelle repose, contrairement aux apparences, plus sur une volonté d’association laborieuse que raciale — Békés exclus évidemment. On lira ainsi que s’il n’est pas question pour Domota de laisser « une bande de békés rétablir l’esclavage » (Libération, 2009b.)17, d’un autre côté il apparaît, chez Raymond Gama, que « N’importe qui, noir, blanc, café au lait, doit mettre la main à la pâte sinon il est invité à quitter le pays » (Libération, 2009 c). Un mécanisme d’association et exclusion est alors mis en place sur la base du travail.

  • 18 R. Beauchamp, membre actif du LKP, s’en est pris verbalement aux signataires d’une pétition républi (...)

47Le sentiment national n’est pas pour autant dissipé, bien au contraire, le LKP a même créé une carte d’identité nationale guadeloupéenne ; sans compter le nombre incalculable de symboles pour générer un sentiment d’union nationale. Ses sympathisants ont même laissé éclore une sorte d’hymne national, qu’ils ont entonné à de multiples reprises lors des défilés et manifestations. Cette chanson s’intitule La Gwadloup sé tan nou (Richard, 2009) — ce qui signifie « La Guadeloupe nous appartient » — et invite grandement à rejeter ceux à qui elle n’appartient pas, qui « ne feront pas ce qu’ils voudront dans notre pays » (id.) ; ceux-là, qu’il convient d’exclure, sont les Békés, les représentants de l’État, de manière générale, les républicains, et aussi, les dirigeants du LKP mis à part, les intellectuels18. En fait, les meneurs du mouvement, René Beauchamp en particulier dans ce cas-ci, créent un langage, redéfinissent la société, à partir de leur point de vue, et aussi de la manière dont ils veulent la transformer : et en encensant leurs sympathisants, en leur faisant savoir que tous sont des intellectuels, tout en méprisant les véritables intellectuels, ils s’assurent de demeurer, aux yeux de ceux qui les admirent, les seuls vrais guides, les vrais intellectuels — puisque, effectivement, eux sont bien des intellectuels au sens littéral du terme. Là encore, on retrouve des points communs avec d’autres systèmes politiques : la dégradation de la fonction de l’intellectuel, la remise en question de son intelligence, le mépris de sa culture, ont notamment participé à la mise en place de systèmes où l’on œuvrait à « la rééducation de l’homme par l’homme », pour reprendre les mots d’Aragon (1935). Ce nationalisme de masse, cette défiance à l’égard de l’activité intellectuelle, cette union laborieuse en vue de la transformation de la société, le recours à la propagande, voilà qui a aussi été déjà vu à de très nombreuses occasions dans l’histoire ancienne et récente de l’humanité. Et rares ne sont pas les mouvements sociaux à avoir suivi des trajectoires similaires.

Conclusion

48Après cette analyse, il est encore difficile de croire que le LKP est un mouvement qui relève du jamais vu. Tout d’abord, en sa qualité de nouveau mouvement social, bien que s’en démarquant sous certains aspects, il ne peut avoir qu’un goût de déjà vu. Puis nous avons vu que, en de nombreux points, son organisation, son fonctionnement, ses idées ont été déjà tous brassés à de nombreuses reprises par le moulin de l’histoire — à laquelle il est tant attaché. Ce qui est intéressant, c’est que, si l’on veut effectuer une classification hétérotopologique, il sera assez aisé d’y placer le LKP. Mouvement de masses sous couvert de lutte des classes et de syndicalisme révolutionnaire, socialisme théorique, puis pratique, glissement vers un discours idéologique fédérant ces masses, idéologie vague et incarnation d’un guide en vue « d’éclairer l’horizon », incitation à l’action directe, nationalisme, propagande, mépris des intellectuels : tous les ingrédients des grands mouvements autoritaires sont regroupés. Il semblerait que cela soit dû à cette utopie régressive à contenu historique, qui fait dévier la trajectoire du LKP, qui le fait passer du statut ordinaire de nouveau mouvement social à une hétérotopie socialiste totalisante très active — avec tout ce que cela comporte.

49Lorsque l’on recherche un équivalent au LKP dans l’histoire, on ne peut jamais faire de recoupements — ou peut-être tirés par les cheveux — avec des mouvements agissant en faveur de la paix, de la médiation, ou de ce qu’on appelle communément la démocratie parlementaire ; au contraire, on lui trouve beaucoup d’accointances avec de nombreux régimes autoritaires. L’attrait du LKP pour le marxisme réduit cependant considérablement son caractère hétérotopologique : son épistémè socialiste le situe parmi les mouvements aux idéologies vagues et aux moyens précis pour les mettre en place (Hayek, 2013).

50L’idée selon laquelle le LKP serait un mouvement parfaitement authentique, parfaitement nouveau, s’émancipant dans un contexte parfaitement inédit, est une parfaite illusion. Il existe une alternative à l’aveuglement médiatique : l’observation et la réflexion philosophique. En regardant de près le LKP, il devient possible de le comprendre, de le prévoir — lire le reja vu si j’ose dire — et donc de le canaliser, de discuter et de progresser avec lui. A contrario, toute idolâtrie, comme toute répression automatique, mènent à une impasse intellectuelle et pratique, économique et politique. Hétérotopie socialiste, le LKP ne peut être perçu autrement. Mieux le comprendre, c’est aussi mieux comprendre le contexte des Antilles, notamment de la Guadeloupe, sa structure, relevant d’une épistémè capitaliste reposant sur une consommation démesurée, nuancée par un interventionnisme notoire, et de plus en plus d’appels à une modération des effets du capitalisme. Mieux le comprendre c’est, au fond, mieux appréhender les sociétés antillaises, et être apte à mieux les écouter.

Haut de page

Bibliographie

Aragon, L. (1935). Pour un réalisme socialiste, Editions Denoël.

Arendt, H. (2002). Les origines du totalitarisme ; Eichmann à Jérusalem, Gallimard, 1615 pages (publ. orig. 1951).

Bachaud, A. (1987). « Entre le farfelu et l’humain : les marques du sorélisme dans “les conquérants” », Revue d’histoire littéraire de la France, 1987/1, n° 87: 83-98.

Bolzinger R. (2009). Les derniers maîtres de la Martinique, Production TAC Presse.

Césaire, A. (1946). Rapport n° 520, 25 février 1946, URL : < http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/images/rapport-520.pdf >.

CGT (1906). Charte d’Amiens, CGT.

Chambelland, C. (1957). « La Grève générale, thème de la pensée de François Pelloutier à Aristide Briand », L’actualité de l’histoire, 19 : 1-12.

Daniel, J. (2009). « La crise sociale aux Antilles françaises. Retour sur la question sociale et reflux politique », Echo Géo, Sur le vif 2009, URL : < http://echogeo.revues.org/11117 >.

Domota, E. (2012). Entrevue au Palais de la Mutualité de Pointe-à-Pitre, 11 octobre 2012.

Foucault, M. (1966). Les mots et les choses, une archéologie des sciences humaines, Gallimard.

Foucault, M. (1984). « Des espaces autres », conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967, In Architecture, Mouvement, Continuité, 5: 46-49.

France Antilles (2010). « Une année d’infos 2009 », France Antilles.

France Antilles (2013). « Près du quart de la population active est fonctionnaire », France Antilles.

Ganem, V. (2010). « Retour sur le “Liyannaj Kont Pwofitasyon” (LKP) accompli en Guadeloupe », Nouvelle revue de psychologie, 1 (9) : 199-211.

Hayek, F. (2013). La route de la servitude, 6ème édition Quadrige (publ. orig. 1946).

Hegel, G.W.F. (1979). Leçons sur la philosophie de l’histoire, Vrin, (publ. orig. 1830).

Hitler, A. (1925). Mein Kampf, Nouvelles Editions Latines.

IEDOM (2012). Rapport annuel 2012 de Guadeloupe, IEDOM, URL, <http://www.iedom.fr/guadeloupe/publications/rapports-annuels/2012.html>.

Inglehart, R. (1971). « The Silent Revolution in Europe: Intergenerational Change in Post-industrial Societies », American Political Science Review, 65: 991-1017.

Inglehart, R. (1977). The Silent Revolution: Changing Values and Political Styles among Western Publics, Princeton, NJ, Princeton University Press.

Inglehart, R. and C. Welzel (2005). Modernization, Cultural Change and Democracy, New York, Cambridge University Press.

Julliard, J. (1968). « Théorie syndicaliste révolutionnaire et pratique gréviste », Le Mouvement Social, 65 : 55-69.

Julliard, J. (1971). « Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe », Le Mouvement Social, 75 : 3-32.

Kadhafi, M. (1980). Le livre vert : Les fondements sociaux de la troisième théorie universelle, URL : < http://midd.free.fr/livrevert.htm >.

Lasserre, D. A. (2012). « Heterotopology of LKP », 37th Conference of the Caribbean Studies Association, Le Gosier, Guadeloupe.

Lasserre, D. A. (2013). L’homme et le système, Critique destructuraliste du principe de rationalité, Thèse de Doctorat, Université des Antilles et de la Guyane.

Lévi Strauss, C. (1984). Apostrophes, Emission télévisée, Interview donnée à Bernard Pivot, 4 mai 1984. URL, < http://www.ina.fr/video/I06292956/claude-levi-strauss-a-propos-du-structuralisme-video.html >.

Libération (2009a). « La Guadeloupe toujours paralysée », Société, 24 janvier 2009.

Libération (2009b). « Guadeloupe : Elie Domota menace les entreprises non signataires », Politiques, 6 mars 2009.

Libération (2009 c). « Le LKP, “nous avons changé les choses” », Société, 24 mars 2009.

LKP (2009a). J.M. Nomertin : Le LKP est un mouvement de masse, pacifique, URL, < http://lkp-gwa.org/dotclear/index.php?post/2009/05/18/J.M.-Nomertin-%3A-Le-LKP-est-un-mouvement-de-masse%2C-pacifique >.

LKP (2009b). Plate-forme de revendications, 20 janvier.

LKP (2009 c). Accord Bino, 26 février.

LKP (2010). Déclaration¸ 21 octobre 2010.

Marx, K. et F. Engels (1973). Manifeste du parti communiste, Librairie Générale Française (publ. orig. 1847).

Marx, K. (1963). Le capital, Editions Gallimard, 3 volumes (publ. orig. 1867).

Maury, J-P. (2004). « Consultation de la population de la Guadeloupe », Digithèque MJP, URL : < http://mjp.univ-perp.fr/france/reft2003guadeloupe.html >.

McCarthy, J. et M. Zald (1977). « Resources Mobilization and Social Movements: À Partial Theory », The American Journal of Sociology, 82(6): 1212-1241.

Melucci, A. (1978). « Société en changement et nouveaux mouvements sociaux », Sociologie et sociétés, 10 (2): 37-54.

Monza, R. (2009). « Géopolitique de la crise guadeloupéenne : crise sociale et/ou postcoloniale ? », Hérodote, 4 (135) : 170-197.

Nietzsche, F. (1971). La Généalogie de la morale, Editions Gallimard (publ.orig. 1887).

Nietzsche, F. (1995). Aurore, réflexions sur les préjugés moraux, Librairie générale française, (publ. orig. 1881).

Pratchett, T. (1989). Pyramids, ROC (Penguin), New York.

Querrien, A. (2012). « Du commun de l’autre côté des mers », Multitudes, 1 (36): 17-23.

Richard, J. (2009). La Gwadloup sé tan nou, 17 décembre.

Robien-Clair, M. (2012). « Crise européenne et autonomisme guadeloupéen. Entretien avec Elie Domota », Outre-Terre 3 (33-34) : 611-617.

Seux, D. (2013). « Dépenses publiques : un nouveau record ! », Les échos, URL : < http://blogs.lesechos.fr/dominique-seux/depenses-publiques-un-nouveau-record-a13451.html >.

Sorel, G. (1932). L’avenir socialiste des syndicats, Librairie G. Jacques & Cie, 102 pages (publ. orig. 1901).

Sirot, S. (2006). « De l’unité socialiste à l’autonomie ouvrière », Nouvelles fondations, 1 (1): 108-114.

UGTG (2009). Pétition anti-LKP de Jacky Dahomay : analyse de René Beauchamp.

Verdol, P. (2010). LKP, Ce que nous sommes !, Editions Menaibuc.

Verdol, P. (2012). Proposition de douze axes prioritaires pour un cahier des charges de la traçabilité alimentaire des pesticides en Guadeloupe, URL : < http://www.montraykreyol.org/sites/default/files/proposition_de_douze_axes_prioritaires.pd >.

Zedong, M. (1967). Le petit livre rouge, citations du président Mao Tsé-Toung, Editions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Cette terminologie créole signifie — bien qu’elle soit difficilement traduisible — « alliance contre la surexploitation ».

2 Je tenais ici à rappeler cette phrase de Lévi Strauss, au sujet du structuralisme et de l’intérêt de comparer des sociétés aux apparences très différentes : « nous essaierons de comprendre quelle est la différence entre cette société et une autre société ; et nous nous apercevons que si chacune de ces sociétés prises à part est très compliquée, en réalité la différence entre elles, la relation entre elles, peut-être plus simple » (Lévi Strauss, 1984). En d’autres termes, les groupements sociétaux, en dépit de leur diversité apparente, ne sont pas tous séparés par des abîmes.

3 Voir à ce sujet sa Plate forme de revendications du 20 janvier 2009. Au total cent vingt requêtes ont été formulées par le LKP ; elles portaient tant des variables quantitatives — notamment la revalorisation des bas salaires financée par l’État, les collectivités et le patronat —, que sur des réalités qualitatives — décontamination des sols pollués avec des pesticides, reconnaissance d’un héritage économique colonial, etc.

4 La littérature a traité la question de l’émergence de ce post-matérialisme, qui a vu les mouvements sociaux porter leurs revendications sur des variables qualitatives de leur société (Inglehart, 1971 ; Inglehart R. et C. Welzel, 2005).

5 Ne voyez là rien d’autre que l’écho marxiste du Capital à la philosophie de l’histoire de Hegel (Marx, 1963).

6 Les Békés sont les descendants des premiers colons venus s’installer aux Antilles. Ils sont d’origine martiniquaise, car leurs familles, qui ont bénéficié de la protection de la Couronne d’Angleterre, ont été épargnées par la Révolution Française. Il advient toutefois que l’on regroupe sous le nom de « béké », dans le langage courant, ce que d’aucuns appellent les « blancs pays », à savoir les Français venus peupler les Antilles, la Guadeloupe notamment, après le rétablissement de l’esclavage par Napoléon, et aussi après l’abolition de 1848 ; leur immigration est plus récente et ils sont souvent moins puissants et moins influents que les Békés.

7 Voir à ce sujet le problème du chlordécone Verdol (2012).

8 J’utiliserai toujours la terminologie créole ; le terme apparaît intraduisible et parle par lui-même.

9 Voir Verdol (2010) pour une définition exhaustive et précise du LKP.

10 La littérature abonde sur ce sujet : ici considérée comme « moyen d’action directe » (Sirot, 2006), elle est perçue ailleurs comme le moyen de réalisation de la « révolution sociale » et aussi comme « le dernier moyen révolutionnaire » (Chambelland, 1957). Julliard nous rappelle que la grève générale « poursuit des objectifs généraux et révolutionnaires » (Julliard, 1968), et qu’elle est « un moyen, non seulement pacifique, mais légal de faire la révolution », qu’elle tend à « annihiler les résistances du capitalisme » (Julliard, 1971). Après de telles lectures, difficile de ne plus croire que ceux qui recourent à ce moyen pour renverser ou heurter un pouvoir n’ont pas des tendances profondément marxistes.

11 Bachaud (1987) propose, à ce sujet, une étude historique et politique fort intéressante des mises en pratiques de la grève générale au XXe siècle.

12 En français : « Nous, Peuple de Guadeloupe » (LKP, Déclaration¸ 21 octobre 2010).

13 Echo à Marx bien entendu, mais Mao avait aussi cette idée-là, que l’histoire était articulée autour de la lutte des classes, « l’histoire des civilisations depuis des millénaires » songe-t-il, tourne autour de cet éternel combat (Mao Zedong, 1967 : 4).

14 On lit, dans Mein Kampf, cette proposition étrange de prime abord, mais qui vient approuver les thèses d’Hayek et d’Arendt au sujet des totalitarismes, portés par le collectivisme et le socialisme — quand les théoriciens et les dictateurs tombent d’accord sur un point théorique — « Le premier soin du mouvement national socialiste doit être, […] en puisant dans la masse du peuple, de rassembler et de coordonner toutes les énergies capables de lutter pour une nouvelle conception du monde » (Hitler, 1925, p. 227). Quand il ne s’agit pas « d’éclairer l’horizon », il faut « lutter pour une nouvelle conception du monde » ; autant le dire, c’est bonnet blanc et blanc bonnet.

15 Kadhafi ajoute que « le pouvoir doit être entièrement celui du peuple », en récusant la légitimité d’un « petit groupe de députés agissant au nom des masses », annonçant de même « l’ère des masses » (Kadhafi, 1980) ; quand on lit, chez Nomertin : « De plus en plus nous devons faire jouer la démocratie, la démocratie directe ; car le temps où ils pouvaient nous couilloner est révolu ! » (LKP, 2009a).

16 L’aspiration à une « souveraineté alimentaire » exprimée par Elie Domota par exemple (Domota, 2012), est contradictoire avec le souhait exprimé par certaines associations du LKP, de ne pas cultiver des sols contaminés par le chlordécone.

17 Le tapage médiatique avait insisté, à l’époque où ils sont parus, sur l’aspect raciste de ces propos, passant quasiment sous silence, en parallèle les propos d’Alain Huyghes-Despointes sur « les bons côtés de l’esclavage » (Bolzinger, 2009).

18 R. Beauchamp, membre actif du LKP, s’en est pris verbalement aux signataires d’une pétition républicaine dénonçant certaines actions du LKP jugées anti républicaines par ses signataires, dénonçant ce qu’il croit être du snobisme intellectuel, et affirmant que la Guadeloupe, contrairement à ce que laisseraient penser lesdits signataires, contiendrait « des milliers » d’intellectuels (UGTG, Pétition anti-LKP de Jacky Dahomay : analyse de René Beauchamp). Ce propos, vraisemblablement inconsistant, affiche précisément un mépris de la fonction de l’intellectuel – puisque, d’après lui, tous les Guadeloupéens, et donc même parmi les personnes les plus incultes ou n’exerçant pas de profession ou d’activité intellectuelle à proprement parler, en sont.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dimitri A. Lasserre, « LKP : Jamais vu, déjà vu ou reja vu ? Hétérotopologie d’une utopie régressive à caractère historique », Études caribéennes [En ligne], 29 | Décembre 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7238 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7238

Haut de page

Auteur

Dimitri A. Lasserre

Institution Saint Joseph, — Centre de Recherches en Economie et en Droit pour le Développement Insulaire, Université des Antilles et de la Guyane
Professeur de Philosophie et docteur ès Économie spécialité Philosophie Economique
dimitrilasserre@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org