Navigation – Plan du site
Mondes insulaires : espaces, temporalités, ressources

Les petits territoires insulaires : positionnement et stratégies de développement

Small Island Territories: Positioning and Development Strategy
Olivier Dehoorne

Résumés

Le développement des petits territoires insulaires est souvent abordé sous l'angle de la vulnérabilité, des limites et autres handicaps qui pénalisent inéluctablement leurs perspectives de croissance. Or force est de constate que quelques îles s’affichent désormais parmi les économies les plus prospères au monde. L’objet de cette réflexion est de proposer un cadre pour étudier les petites îles, appréhender l’évolution de leurs positionnements et leurs trajectoires de développement. Il s’agit de voir dans quelle mesure ces petites îles, aux statuts juridiques variables et dépendantes sur le plan économique, peuvent opportunément tirer profit de leur situation – parfois en jouant sur leur singularité- pour se positionner avantageusement  dans la configuration actuelle de l’économie mondialisée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Définis sur des critères démographique (moins d’un million d’habitants) et territorial (superficie (...)
  • 2 Par exemple la tenue d’un conseil du ministre des Maldives sous l’eau pour interpeller le monde sur (...)
  • 3 Par exemple l’île de Guam envahie par les serpents (le serpent brun arboricole, Boiga irregularis), (...)

1A l’orée du XXIe siècle, les petites îles font l’objet d’une attention particulière portée par les préoccupations en matière de changement climatique comme lors du Sommet de la Terre (Rio de Janeiro, 1992) puis de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable des petits États insulaires en développement (Barbade, 1994). Le monde prend conscience de la situation singulière des petits Etats insulaires en développement (PEID)1. Le contexte est propice à la construction d’un lobbying spécifique, médiatisé à loisir par quelques interventions politiques spectaculaires2, qui confine l’île dans sa vulnérabilité, son inéluctable fragilité3 ; ce destin insulaire nourrit d’autant plus notre désarroi qu’il semble prophétiser le devenir du monde.

2Les regards portés sur les territoires insulaires sont une suite de projections. Ils furent longtemps abordés avec la nostalgique qui amalgame des bribes de souvenirs et la compassion pour les reliquats de communautés insulaires frugales, encore épargnées par la modernité. Ultimes confins, relativement préservés des stigmates de l’industrialisation du monde, ces territoires insulaires deviennent de précieux hotspot de la biodiversité qu’il convient de sanctuariser, de figer tels d’éternels témoins d’une époque révolue. Prolongeant ces projections, ces territoires sont de fragiles paradis touristiques, eux aussi promis à une disparition accélérée. Au final, la suite des projections qui s’imposent sur ces territoires fait abstraction des dynamiques intrinsèques, des ressources humaines propres à l’île. L’île ne semble avoir d’existence qu’au regard de sa matrice qu’est le continent. Les capacités et les potentialités des îles sont toujours jaugées à travers un référentiel extérieur, fruit d’une projection continentale inscrite dans une longue suite de dominations qui se plaisent à donner, selon leurs propres besoins et représentations du monde, des fonctions et des utilités aux îles.

3Mais l’île, ultime éden -entre paradis touristique des uns et sanctuaire naturel des autres- est aussi un territoire, parfois avec sa propre gouvernance -indépendante, autonome, etc.-, avec des populations qui ont une conscience territoriale et leur propre projet. Certes, il y a toujours des relations privilégiées avec les puissances métropolitaines, mais dans un environnement qui se décloisonne, où le poids historique des relations unilatérales édifiées à l’époque du partage colonial s'estompe ; la relation de dépendance envers une domination continentale unique évolue au gré des opportunités de la mondialisation. Il s’agit donc d’analyser l’évolution des petites îles, de prendre toute la mesure du territoire insulaire dans son positionnement et dans la définition de ses stratégies pour répondre au défi de l’économie mondialisée et se glisser opportunément dans les interstices de la mondialisation.

1. L’île dans son contexte de développement

4Les îles recouvrent des réalités diverses, tant sur le plan de la géographie physique que des données socio-économiques. Leurs statuts politiques (indépendantes, semi-indépendantes ou sous domination d’une métropole extérieure), leurs degrés d’isolement, de proximité ou d’éloignement vis-à-vis des rivages continentaux ou insulaires, et des grandes lignes maritimes -qui influent directement sur le coût des transports-, sans oublier les limites de leur marché intérieur, sont autant d’aspects qui complexifient et diversifient les destins des petites îles (Huetz de Lemps, 1989 ; Sanguin, 1997 ; Taglioni, 2006 ; Apostolopoulos et al., 2002 ; Hall, 2010 ; Duvat et Magnan, 2011).

1.1. Les premiers constats : éloignement, exiguïté, faiblesse du marché intérieur, surcoût des transports

5De nombreux travaux ont mis en évidence les limites communes des territoires insulaires dans leur développement (Doumenge, 1983, 1984, 1985 ; Depraetere, 1990-1991 ; Huetz de Lemps, 1994 ; Logossah et Maupertuis, 2007) ; des limites et autres contraintes qui nécessitent des adaptations, des contournements selon les dispositions de chaque territoire (Poirine, 1993, 1995). Elles contraignent, prédisposent, orientent les perspectives de développement ; leur prise en compte est essentielle dès la construction des stratégies (Connell, 1988 ; Baldacchino et Milne, 2000 ; Baldacchino, 2006, 2010 ; Poirine, 2007).

6L’aspect le plus commun est l’isolement, le constat d’un éloignement, variable selon la situation des territoires. La rupture physique nécessite une adaptation de modes de transport avec des coûts plus onéreux. Subséquemment, l’isolement renvoie à l’image d’un morceau de terre, plus ou moins étroit, marqué par l’exiguïté qu’il convient de mettre en corrélation avec sa charge de population pour véritablement prendre la mesure du poids de l’île –de la petite île urbanisée à l’île « inhabitée ». Il en résulte des contraintes spatiales, des limites dans les projets d’aménagement. Certes, tous les contournements sont possibles, des constructions pharaoniques sont toujours imaginables (de la construction de simples terre-pleins à l’édification d’îles artificielles), mais il y aura toujours un surcoût qui devra être pris en compte dans le projet.

  • 4 Cf. les travaux de Renucci sur la Corse (1998).

7Outre l’exiguïté (donc les limites physiques), les économies insulaires sont construites sur des marchés intérieurs réduits qui ne permettent pas d’effectuer les économies d’échelle du niveau de celles réalisées par les gros producteurs continentaux4. Les économies insulaires ne sont pas en mesure de supporter la concurrence sur les marchés des produits courants, indifférenciés, à faible valeur ajoutée. A ce titre, il est intéressant de regarder l’évolution récente du secteur économique de la banane dans les îles des Antilles dans un contexte libéralisé qui n’autorise plus le maintien d’accords préférentiels avec leurs métropoles de prédilection respectives. Les bananes produites et exportées par quelques gros producteurs américains continentaux s’imposent sans difficulté à l’échelle mondiale face à la production éclatée des îles antillaises qui doivent individuellement démultiplier leur logistique pour exporter de faibles quantités de bananes, donc plus coûteuses. Ce type de combat est perdu d’avance, les soutiens financiers (par des politiques de subventions renouvelées) ne sont pas en mesure de composer les avantages comparatifs des gros producteurs ; les quelques alternatives viables pour ces petits territoires faiblement compétitifs sur des produits courants passent par une montée en gamme qui autorise de meilleures plus-values. Il est ainsi des survivances d’un modèle économique révolu qui végètent dans certaines îles françaises des Antilles grâce à des transferts économiques sans croissance (De Miras, 1986) qui caractérisent ses économies sous perfusion.

8Les surcoûts dans le domaine des transports sont incontournables en raison de la discontinuité physique qui caractérise les îles. Comme le souligne Péraldi (2002), il convient de distinguer la situation des îles de celle des autres régions périphériques continentales : dans les îles, « la distance géographique est soumise à la "distance-accès" d'où la forte dépendance de l'activité productive vis-à-vis du secteur des transports maritimes ou aériens ». Le coût des transports est un facteur important dans les choix des spécialisations : le contournement de ce handicap passe par l’exportation de produits ayant un faible coût de transport ou par l’exportation de biens de valeur qui rendent le prix du fret négligeable (comme dans l’exemple de l’exportation des perles noires en Polynésie française) (Poirine, 2007). Outre la valeur des productions exportées qui doit permettre de dégager des marges suffisantes (pour compenser le surcoût en matière de transport), il est aussi possible d’imaginer de judicieuses combinaisons entre différentes spécialisations qui permettent l’utilisation commune d’avions, à la fois pour le transport des touristes et pour l’exportation de diverses plantes rares (exotiques et biologiques, médicinales.) –le foyer métropolitain émetteur de touristes étant aussi l’importateur de ces divers produits.

Figure 1. L'île de Manus : l’Alcatraz du Pacifique ?

Figure 1. L'île de Manus : l’Alcatraz du Pacifique ?

Source : Google earth, capture d’écran.

  • 5 Le centre a connu des évènements violents en janvier 2015, entre amertume des immigrants, enfermeme (...)

Manus est l'île principale des îles de l'Amirauté, située à 300 km au large des côtes nord de Papouasie Nouvelle-Guinée. Cette île périphérique de la Papouasie Nouvelle-Guinée abrite un centre de rétention offshore pour demandeurs d'asile, en partenariat avec le gouvernement australien et prochainement une prison de haute sécurité (réservée aux détenus jugés dangereux qui purgent des peines d'emprisonnement souvent à vie)5.

1.2. Configuration et positionnement opportun

9Le rappel des différents aspects limitants est nécessaire pour comprendre les choix de développement ; certains handicaps s’imposent, des contraintes se précisent et prédisposent la construction des stratégies territoriales.

  • 6 L’origine de cette taxe date de 1670, alors dite « droits de poids ». Son nom actuel remonte à 1866 (...)

10La permanence d’une relation dominé/dominant avec des puissances métropolitaines peut procurer certains avantages pour des économies insulaires passives. L’intégration d’une île, à différents degrés -selon son statut juridique-, dans une logique territoriale dessinée par une puissance extérieure, s’accompagne de transferts économiques et financiers divers, sous couvert d’une politique de « continuité territoriale » ou de « rattrapage économique ». Les diverses aides publiques et autres transferts sociaux provenant de la puissance métropolitaine peuvent entretenir une économie de rente administrative à l’image de cette des îles de l’Outre-mer français (Poirine, 1993). Il en résulte une situation de dépendance -sans doute sécurisante- qui permet atténuer la vulnérabilité du territoire. La puissance métropolitaine édifie des mécanismes spécifiques pour protéger l’île du vaste monde et l’isole au profit de sa seule logique, par exemple avec des taxes exceptionnelles sur les importations, toujours dans les îles de l’Outre-mer français, connues sous le nom « d’octroi de mer ». Ces taxes, destinées à « compenser les déséquilibres » et « protéger les productions locales de la concurrence » depuis plus d’un siècle et demi6 contribuent de fait au maintien de certains monopoles et autres économies de rente qui sclérosent ces économies insulaires -parfois aux allures anachroniques-, en rupture avec leur voisinage géographique immédiat et ignorantes de leur environnement régional.

  • 7 Le gouvernement central de Papouasie-Nouvelle-Guinée s’est engagé à renforcer la spécialisation de (...)

11Outre les aides et les transferts divers dont bénéficient les îles intégrées (comme la Martinique, la Guadeloupe, les îles Féroé, les Malouines, etc.), d’autres îles peuvent tirer avantage de leur situation géographique « intéressante », par exemple lorsque leur situation dite « éloignée » est perçue par une puissance métropolitaine comme un « éloignement optimal » pour répondre à des fonctions spécifiques telle la détention de populations indésirables dans la métropole. C’est ici la permanence du concept de « l’île prison » rénové, il convient désormais de parler de « centres de rétention offshore » comme ceux des îles de Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée) (cf. Figure1) et de Nauru au service de la politique migratoire de l’Australie –la puissance métropolitaine y refoule les immigrants indésirables dans de discrets bouts du monde dotés d’un aéroport indispensable pour leur transfert7.

  • 8 Les Chagossiens furent déportés vers les Seychelles et Maurice ; cf. URL : <http://www.courrierinternational.com/article/2010/03/31/l-ile-de-la-discorde>

12D’autres îles bénéficient aussi d'une rente de situation en raison leur localisation stratégique, ancienne ou revisitée dans la géopolitique du XXIe siècle, à l’image du déploiement des bases militaires des Etats-Unis de l’archipel d’Hawaii (l’île d’Oahu, 1887) à l’île de Guam (1944) et plus récemment de Diego Garcia (archipel des Chagos, 1971). Parfois, l’île est en mesure de négocier cette rente de situation (rente naturelle ou géostratégique) et de tirer profit de ses « services publics », invisibles (Poitrine, 1993) ; il y a alors « négociation autour d’un consentement mutuel avec la rétribution par le pays tutélaire d’un service non-marchand –dans le sens où il n’y a pas de marché » (De Miras, 1997). Dans d’autres cas, l’accord sur le bénéfice de ladite rente s’opère directement au niveau de deux puissances métropolitaines qui se partagent des archipels, des îles et îlots, avec leurs intérêts stratégiques, et les populations autochtones du lieu, encombrantes, invisibles, sans reconnaissance politique internationale, sont tout simplement déportées sur d’autres îles comme lors de l’édification de la base de Diego Garcia incompatible avec la moindre présence civile8.

13De la sujétion à l’affranchissement, il s’agit pour le territoire insulaire de construire les conditions de sa compétitivité qui passe par une spécialisation intelligente, une stratégie de différenciation qui joue adroitement des spécificités du territoire –au besoin en s’appuyant sur des aspects identitaires porteurs de valeur ajoutée- tout en contenant les effets des handicaps identifiés. Ces économies parmi les plus ouvertes au monde sont très sensibles aux chocs externes (Poirine, 2007). Entre adaptation et opportunisme, il s’agit de se positionner sur des marchés de niche pour être compétitif sur le plan mondial et d’exporter des produits et des services avec une valeur ajoutée significative.

14Dans ces trajectoires de développement, le secteur touristique s’est rapidement imposé comme une spécialisation plutôt aisée au regard de la généreuse dotation en ressources naturelles (mer, plage, soleil, etc.) confortées par la projection de solides ressources intangibles (Cazes, 1989; Baum, 1997 ; Hall, 2010). Sous l’angle touristique, des contraintes telles l’isolement, l’éloignement, l’exiguïté du territoire peuvent devenir des facteurs attractifs (Algieri, 2006). La spécialisation touristique peut constituer dans une certaine mesure une réponse appropriée, sous réserve de se préserver de flux de visiteurs trop massifs, inadaptés aux réalités physiques de ces petits territoires ; soulignons que le tourisme de masse s’inscrit dans le registre des productions courantes, indifférenciées et conduit inéluctablement à une dépréciation de la destination et subséquemment à une perte de la valeur ajoutée (Dehoorne, 2007). Le positionnement touristique de ces petits territoires est davantage celui des secteurs du haut de gamme et du luxe (Theng, 2014).

  • 9 Cf. L’étude de S. Theng (2014) sur l’île de Saint-Barthélemy.

15Ces territoires longtemps négligés par les investissements directs étrangers (Brewer et Rivoli, 1990 ; Alkan, 1992) deviennent désormais des places attractives (Baldacchino et Milne, 2000 ; Baldacchino, 2006 ; Hampton et Christensen, 2007). A l’écart des lumières du monde, ces lieux discrets peuvent être d’avantageux paradis fiscaux tels certaines îles des Antilles néerlandaises, les archipels des Bahamas et des Bermudes, les îles Caïmans... Finalement, l’attractivité des lieux et la convergence d’intérêts internationaux sur ces petits territoires insulaires leur octroient une ultime richesse fondamentale : la terre, la valeur du foncier. En effet, l’exiguïté qui induit un foncier réduit, limité, donc rare, alimente une surenchère foncière et immobilière dans le lieu élu. Cette rareté convoitée devient une source de richesse et en l’espace de deux ou trois décennies, le rude quotidien d’îlots rocailleux se voit bouleversé par un afflux de capitaux internationaux, entre plus-values et placements immobiliers9

Figure 2- Le développement des petites îles : contexte et configuration

Figure 2- Le développement des petites îles : contexte et configuration
  • 10 L’exemple de l’île de la Dominique est particulièrement intéressant à cet égard ; des premiers balb (...)

16Les trajectoires de développement des territoires insulaires sont très diverses, allant des réussites exemplaires aux échecs riches d’enseignements. Outre les contraintes structurelles communes, plus ou moins pesantes selon les situations, la définition du positionnement optimal de l’île nécessite de croiser plusieurs variables comme le poids spécifique du territoire (qui consiste à prendre sa mesure en croisant la superficie, la charge de population, les niveaux de vie et de consommation –et l’intégration d’autres indicateurs socio-économiques plus spécifiques permettant d’affiner le profil), son degré d’isolement et son statut juridique. L’analyse du contexte de développement entrecroise les aspects d’ordre économique, géographique, socioculturel, politique et historique. Le poids de l’histoire ne doit pas être sous-estimé ; dans nombre de cas, ses stigmates permettent d’appréhender la complexité des jeux d’acteurs actuels. Parfois s’opposent différents groupes de populations, certaines plus natives que d’autres ; les contestations et la paralysie d’un projet peuvent résulter d’un accaparement historique des terres et des différents leviers de pouvoir par un clan privilégié ou tout simplement un groupe d’individus qui s’appuient sur des relais et soutiens extérieurs. Inversement, certains jeunes territoires indépendants peuvent être portés par une stimulante prise de conscience d’un destin partagé et développer un sentiment de communauté face au défi du monde10.

17A partir de ce socle territorial (qui collige ces différentes données), les termes du développement du territoire insulaire se précisent dans sa configuration, entre le poids des données structurelles et le champ des dynamiques et interactions possibles : l’île peut s’insérer opportunément dans son voisinage immédiat, s’intégrer dans son environnement régional et s’ouvrir sur l’économie mondiale (cf. Figure 2).

2. Crises, recomposition et temporalités plurielles

2.1. Crises et pas de temps

18Les crises cristallisent l’attention. Les économies insulaires peu diversifiées, souvent dominées, sont particulièrement vulnérables à la conjoncture internationale. La crise signifie la fin d’une trajectoire, la fin de la projection d’un rythme de croissance escompté. C’est la rupture brutale, soudaine, d’une séquence temporelle qui signifie la destruction d’un état. La crise ouvre une nouvelle séquence temporelle qui est une phase de transition entre deux états (Dubar, 2011). De fait, elle constitue un moment de remise en cause d’une trajectoire confrontée à des blocages, des limites, des impasses –plus ou moins faciles à identifier. Cette remise en cause est un moment souvent douloureux sur les plans social comme économique (avec son lot de faillites, de chômage, de troubles sociaux, d’instabilités politiques…), mais la crise est aussi un temps transitoire de recomposition, de redéfinition d’une stratégie -d’une révision des ressources endogènes au regard de la conjoncture-, d’une adaptation opportune qui ouvre sur une nouvelle séquence de développement.

19Il est intéressant d’analyser les positionnements présents des territoires insulaires dans leur perspective temporelle selon que ce F. Braudel appelle « la décomposition de l’histoire en plans étagés ». Leur trajectoire peut être décomposée en séquences temporelles successives permettant d’identifier l’enchainement des différentes phases avec leurs mécanismes de transformation. Ces pas de temps permettent de contextualiser leurs évolutions, d’un stade d’un isolement initial -relatif ou réel- à des stades d’intégration graduelle dans l’économie mondialisée, et de décortiquer « les modes de constructions des mondes du temps, qu’il s’agisse de mondes façonnés par la dynamique des interactions ou alors de mondes situés sur des degrés d’échelles fort différents » (Urry, 1994, cité par Lallement, 2008). L’appréhension des pas de temps n’est pas sans nous interpeler sur « le principe de pluralité temporelle » (Kayser, 1990 ; Chesneaux, 1996 ; Hartog, 2003 ; Lallement, 2008), avec « l’existence d’étalons de mesure, de références et de pratiques multiples, aux légitimités variables, et dont l’usage conjoint ne favorise pas nécessairement la coopération et la cohérence sociales » (Lallement, 2008).

  • 11 Telle l’île de Saint-Barthélemy avec ses slogans promotionnelles « l’art d’être une île », « l’art (...)

20En ces « temps de crise (…) frappés d'une crise des temps » (Dubar, 2011), les îles, moins exposées à la précipitation quotidienne de l’économie mondialisée, peuvent abriter des espaces privilégiés, relativement préservés, propices pour « prendre son temps » tout en étant connecté au reste du monde : la lenteur, la nonchalance tant décriées des insulaires, tant d’aspects qualifiés hier d’archaïsmes dans le tumulte de la course à la modernité, sont aujourd’hui affichés comme un savoir-vivre, un « art de vivre »11 qui interpelle des visiteurs habités par les temporalités urbaines, en quête d’une réappropriation de leur vie personnelle et fraternelle, d’un « temps compagnon » (Chesneaux, 1996). Il s’agit donc de poser l’idée de temporalités multiples, avec des discontinuités, de prendre la mesure d’un « temps pluriel », hétérogène, qui ne renvoie plus à aucune « réalité unique » (Dubar, 2011), ce temps produit social (Elias, 1996). Des temps primitifs, ou préindustriels, à des temporalités post-capitalistes, les communautés insulaires, dans leur lenteur apparente, construisent consciemment d’autres référentiels.

2.2. Nauru, une traversée chaotique du siècle

21Nauru, située à 420 kilomètres au sud de l’Équateur, est l’exemple même d’une île isolée, loin de tous les rivages (continentaux et insulaires) : l’île voisine la plus proche, Banaba, est à 265 kilomètres, l’archipel de Gilbert à 600 kilomètres, les îles Salomon à 1 600 kilomètres et au-delà, la métropole australienne de Sydney à 4 000 kilomètres (cf. Figure 3). Découverte en 1798, l’île de Nauru fut successivement colonie allemande (1888-1914), puis australienne (1914-1942 et 1945-1968), sans oublier les trois années d’occupation par l’armée japonaise (1942-1945).

Figure 3. L’île de Nauru : 420 km2 au milieu du Pacifique

Figure 3. L’île de Nauru : 420 km2 au milieu du Pacifique

Source : "Nauru on the globe (Polynesia centered)" Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Nauru_on_the_globe_(Polynesia_centered).svg#/​media/​File:Nauru_on_the_globe_(Polynesia_centered).svg et capture d’écran “google earth”

2.2.1. La rente du minerai de phosphate

  • 12 Les principales sources utilisées sont le site du gouvernement de la République de Nauru, URL : < h (...)

22L’actuelle République de Nauru est donc un petit Etat insulaire de Micronésie. L’île, d’une forme plus ou moins circulaire, est un ancien volcan recouvert de calcaire corallien. Son relief se partage entre une étroite plaine littorale (dont la largeur oscille entre 120 et 300 mètres) et un plateau peu élevé (71 mètres pour le point culminant). C’est sur ce plateau qui couvre les quatre cinquièmes de la superficie de l’île que se concentrait le minerai de phosphate, facile à exploiter, considéré comme l’un des plus purs au monde, qui a joué un rôle déterminant dans l’économie de l’île, entre les succès faciles, puis le temps des déboires et de son repositionnement12.

23L’histoire du développement économique de Nauru commence au début du XXe siècle, précisément en 1906 avec les débuts de l’extraction du phosphate. Jusqu’alors l’île vivait dans une certaine frugalité prémoderne, entre les produits de la pêche, de quelques cultures et la récolte du coprah. L’exploitation du phosphate n’a guère profité à la population de Nauru pendant les différentes colonisations, mais l’extraction eut rapidement un impact négatif sur les zones naturelles. Ce n’est qu’à partir de l’indépendance de Nauru (1968) et de la nationalisation des ressources que les Nauruans profitèrent de cette richesse et connurent une rapide modernisation de leur mode vie.

24La jeune république profite d’une économie de rente, en l’occurrence la rente « phosphatière ». En 1974, elle engrangea 225 millions de dollars australiens de bénéfice grâce à la vente du minerai. L’augmentation soutenue du cours du phosphate donnait une manne financière inespérée au début des années 1980, le PIB/habitant de Nauru était alors au second rang mondial, derrière l’Arabie Saoudite (Hugues, 2004). Cette croissance se fit dans le cadre d’un étatisme économique. Les profits générés par le minerai profitent à l’ensemble de la communauté. L’Etat prenait à sa charge les études de ses ressortissants sur le continent australien et pour briser son isolement séculaire, il créa sa propre compagnie aérienne Air-Nauru (en 1972) –qui fut rapidement un gouffre financier.

25Cette richesse matérielle inespérée précipite l’île dans un consumérisme effréné, entre importations de véhicules de tout-terrain, de produits manufacturés en tout genre et suralimentation. La croissance économique soutenue entretient un état d’ivresse. Quelques placements sont réalisés dans l’immobilier (en Australie) pour assurer des revenus ultérieurs, mais sans résultat significatif -les jeux du marché sont complexes pour des novices. Il n’y a pas de capitalisation significative.

  • 13 World health Organization, Western Pacific Region (2002). Obesity in the Pacific: too big to ignore(...)

26Le réveil est brutal à la fin des années 1990 : la production n’est plus que de 162 000 tonnes en 2001-2002 contre 1 670 000 en 1985-1986. Très vite elle devient résiduelle avec le raclage des derniers minerais. De la destruction de la forêt tropicale à l’asphyxie du récif corallien, la situation écologique est dramatique ; la plaine littorale est couverte de constructions plus ou moins diffuses. Une paupérisation brutale s’abat sur le pays confronté à de sérieux défis de santé publique : le taux d’obésité de plus de 71%, le diabète concerne 40% de la population et l’espérance de vie régresse (52,5 ans pour les hommes et 58,2 ans pour les femmes en 2012)13. L’île dépend désormais totalement des importations pour vivre. Une lourde crise s’installe : le chômage touche 90% des actifs (2009), c’est la faillite du pays, tant sur le plan économique, qu’écologique ou sociétale.

2.2.2. De la crise à l’opportunisme, le rebond de Nauru

27Marasme économique, faillite d’un petit Etat insulaire, c’est sur le constat de cet état de crise que se termine le documentaire de J.R. Salgado (2008), Nauru, une île à la dérive. Et après ? L’instabilité politique s’installe au milieu des désastres économique, écologique, social, sanitaire. Que dire de plus ? L’exiguïté du territoire, la destruction des ressources terrestres et dans les lagons ; quelles perspectives reste-t-il à Nauru ? Son état de petite île, son statut d’Etat indépendant, pour définir un positionnement opportuniste dans l’économie mondialisée.

28A ce stade, il est intéressant de souligner la divergence de trajectoire avec la petite île voisine de Banaba dont le destin fut assez semblable jusqu’à la fin des années 1990 : l’extraction des minerais de phosphates y fit la fortune de compagnies internationales et la fin de son exploitation laissa l’île en ruine, un désastre écologique et des populations ignorées. Mais l’île de Banaba n’est pas indépendante ; elle fut intégrée à la République de Kiribati, une périphérie dans un vaste archipel périphérique, oublié du monde,  qui regroupe 110 000 personnes réparties sur une superficie terrestre de 811 km2 au milieu de 3 550 000 km2 de territoire marin, sur trois fuseaux horaires, de la Polynésie à la Micronésie. Les 2 300 habitants de Banaba des années 1970 ne sont plus que 300 et s’intègrent tant bien que mal dans la logique de ce vaste Etat archipel.

Figure 4. Nauru : la traversée chaotique du XXe siècle

Figure 4. Nauru : la traversée chaotique du XXe siècle

Source : O Dehoorne

  • 14  Cour internationale de Justice (1992). Affaires de certaines terres à phosphates à Nauru, arrêt du (...)

29Dans le cas de Nauru, son statut juridique est essentiel, c’est même la condition décisive pour sortir de la crise et devenir un territoire attractif susceptible de développer de nouvelles rentes. D’ailleurs, dès 1992, la jeune République de Nauru demanda réparation à l’ancienne puissance coloniale pour la destruction écologique de l’île –déjà très avancée à l’indépendance. L’affaire se termina par un règlement à l’amiable et le versement d’un dédommagement conjoint de l’Australie, du Royaume-Uni et de la Nouvelle-Zélande14.

30Le XXsiècle fut particulièrement bousculé pour cette île qui apparait juste sur la carte du monde. De la colonisation allemande à la colonisation britannique, de l’attaque par les sous-marins allemands (1941) en passant par les bombardements de l’armée américaine (194KK), de la naïve frugalité à l’évangélisation, de l’extraction de minerai au consumérisme, un siècle précipité, tumultueux, marqué par le chaos de la Seconde Guerre mondiale, se termine par la faillite dans une souveraineté retrouvée (cf. Figure 4). La sortie de crise se dessine pour Nauru à travers un « positionnement opportuniste » (Baldacchino, 2010, 2014) jouant sur des économies de rente (Poirine, 1993).

31La République de Nauru s’appuie sur des remèdes classiques comme les possibilités de migration (vers l’Australie voisine), saisonnière ou définitive, peu prisées par la population et la vente des ultimes ressources avec les droits de pêche. La situation de crise stimule les solidarités régionales (non dénuées d’intérêts) avec des aides publiques au développement accordées par les principaux Etats de la région : l’Australie en premier lieu, Taïwan (le seul « Etat » avec une ambassade à Nauru), le Japon (qui apprécie les positions de Nauru en faveur de l’abrogation du moratoire sur la chasse à la baleine).

  • 15 Radio Australia (2015). « Nauro : personne ne sera volontaire pour aller au Cambodge », URL <www.ra (...)

32De l’économie de transfert à l’économie de rente géostratégique, Nauru saisit les opportunités de son contexte régional par exemple dans le cadre du partenaire avec l’Australie dit de la « solution du Pacifique » où l’île accueille un centre de détention d’immigrants clandestins, indésirables en Australie. Un premier flux d’Afghans arrive ainsi à Nauru en 2001. Le partenariat évolue avec la création d’un centre de traitement offshore des migrants15. L’opération financée par l’Australie devient une nouvelle source de revenus pour Nauru qui lui assure 20% de son budget en échange de la surveillance de plus de 1000 réfugiés et de l’octroi d’un visa de cinq ans pour rester à Nauru pour 200 autres, reconnus officiellement réfugiés. Enfin au-delà des différentes possibilités de monnayage de ses votes, de vente de passeports, la diversification économique de Nauru passe aussi par l’optimisation fiscale internationale (cf. Tableau 1). Nauru joue habilement des services publics non marchands, géostratégiques, que son statut de petit Etat insulaire lui permet de négocier auprès des puissances  

Tableau 1. La stratégie de sortie de crise de la République de Nauru (2010)

Rente migratoire

Migrations définitives (peu) par le biais des filières migratoires en Australie

Migrations saisonnières (peu) pour les récoltes en Australie (dans le cadre du Programme des ouvriers saisonniers horticoles des pays du Pacifique)

Rente naturelle

Vente des droits de pêche à des flottes étrangères dans les eaux territoriales ; vente des ultimes ressources de minerais de phosphates

Economie de transfert 

Des aides publiques au développement (APD), principalement australiennes (santé, éducation, sécurité), secondairement des aides venant du Japon, de la Nouvelle-Zélande et de Taïwan.

Rente stratégique (Services publics non-marchands, invisibles)

Ouverture d’un centre de détention (migrants clandestins et demandeurs d’asile) au profit de l’Australie (2001), puis un Centre de Traitement Offshore (Offshore Processing Centres [OPC]) des migrants (20% des revenus de Nauru)

Optimisation fiscale internationale (au profit de banques, d’entreprises, de particuliers)

Monnayage des votes dans différentes commissions internationales

(défense de différentes positions du Japon, de Taïwan, etc.)

Sources : Département des affaires étrangères et du commerce de l’Australie, journal The Age, Wikipédia 

33Il est à noter que l’état de catastrophe écologique et sanitaire demeure, l’île est exiguë et les écosystèmes ne relèvent pas de l’économie virtuelle. Mais Nauru aborde le XXIe siècle avec les atouts des paradis fiscaux. Il ne s’agit pas d’un paradis fiscal d’une grande notoriété internationale qui se caractériserait par une interconnexion croissante avec le monde des affaires, la multiplication des flux aériens et les installations effectives de sièges d’entreprises, d’élites financières qui y établissent l’un de leurs lieux de résidence. Ici, il s’agit davantage d’une attractivité virtuelle, grâce au statut juridique de l’île, où la prise de décision se fait localement. Les conditions nécessaires à la construction d’un paradis fiscal relèvent uniquement de la gouvernance locale (une communauté de 11 000 personnes). Il est dit que 400 entreprises (fantômes) ont installé leur boîte aux lettres dans l’île. L’attractivité repose sur la fonctionnelle du lieu qui sait jouer sur les contradictions de l’économie mondialisée, tout en ayant fait le choix localement d’une économie étatique en décalage avec la doctrine néo-libérale. Nauru : territoire oublié, anachronisme, tolérance ou exception indispensable pour le bon équilibre du système dans sa globalité ?

3. Les trajectoires des territoires insulaires

34A l’état primitif, les sociétés insulaires ont développé d’ingénieuses capacités d’adaptation, tirant avantage des moindres ressources de leur environnement insulaire et maritime, déployant divers échanges et systèmes de troc avec les autres terres de leur voisinage, se construisant en archipel, à travers de plus ou moins vastes territoires réticulés (Bonnemaison, 1997, Duvat et Magnan, 2012). L’arrivée des explorateurs européens puis la conquête de ces territoires et leurs mises en valeur dans le cadre des économies coloniales ont déstructuré les fondements de ces sociétés, rompant avec leur quotidien frugal -plus ou moins rude- pour tomber sous la domination de puissances extérieures et sombrer dans une dépendance économique incontrôlée (Apostopoulos, 2002 ; Bertram et al., 1985, 1986 ; Hall, 1994). C’est le point de départ de cette « histoire en plans étagés ». La trajectoire du territoire insulaire, dans son irréversible processus de développement et d’ouverture, se structure à partir d’une suite de séquences plus ou moins heureuses, parfois chaotiques, avec leurs moments de crise, parfois réversibles, dans leur configuration respective, selon le poids des territoires, au gré des audaces, des assujettissements, des opportunismes (cf. figures 5a et 5b).

 Figure 5(a). Le développement des petites îles : les trajectoires

 Figure 5(a). Le développement des petites îles : les trajectoires

Figure 5(b). Le développement des petites îles : les trajectoires

Figure 5(b). Le développement des petites îles : les trajectoires

Source : O. Dehoorne

3.1. Les logiques de l’ouverture économique : du MIRAB vers le TouRAB

35Les mécanismes du processus de développement économique qui caractérisent de nombreuses îles de la Caraïbe, des océans Indien et Pacifique, essentiellement à partir de la seconde moitié du XXe siècle, ont été synthétisés à travers le modèle dit « MIRAB » (MIgrant/Remittances and Aid/Bureaucraty ; Bertram et al., 1985, 1986 ; Bertram, 2006).  Ces territoires insulaires sortent de l’époque coloniale avec des statuts juridiques divers et une longue histoire du secteur public qui a soutenu les investissements dans les infrastructures et autres projets de développement. Un précaire équilibre se construit à partir du stock de migrants potentiels et de l’exportation de mains d’œuvre dans le cadre de filières migratoires (« Migration »), des remises de fonds des migrants (« Remittances ») et des aides venant des métropoles (« Aid ») sur lesquelles s’est greffée une bureaucratie locale (« Bureaucracy »). Cette logique économique a permis de maintenir le niveau de peuplement assez stable en raison d’un flux migratoire constant vers des métropoles dominantes. D’où l’importance des diasporas originaires des îles dans les grandes métropoles occidentales ; modestes quantitativement au regard de la somme des immigrés des lieux, elles n’en sont pas moins essentielles pour nombre d’économies insulaires (des Comores à la Barbade) où les membres de la diaspora sont souvent plus nombreux que la population native restée sur l’île. Outre les envois de fonds qui contribuent à l’amélioration du niveau de vie de leur famille et de leur communauté d’origine, ces migrants retournent en vacances « au pays » où ils alimentent des flux touristiques croissants de contre saison, c’est-à-dire lors de la basse saison touristique (soit en juillet et août dans la Caraïbe) ; leur impact sur l’économie touristique est considérable dans les îles de la Caraïbe.

36Les aides et les remises de fonds des migrants soutiennent une économie marquée par le poids des déficits publics et commerciaux. Dans ces territoires aux restrictions commerciales limitées ou inexistantes, des unions monétaires avec quelque grande métropole privilégiée (souvent l’ex-puissance coloniale) permettent de disposer d’une monnaie assez stable et de sécuriser la valeur des investissements. Cet environnement est propice à l’arrivée de capitaux affinitaires et plus généralement internationaux qui privilégient l’immobilier avec un goût prononcé pour les opportunités touristiques.

37Avec l’avènement progressif du tourisme dans ces petits territoires périphériques, Guthunz et von Krosigk (1996) analysent la transformation du « MIRAB » en « TouRAB » (Tourism, Remittances, Aid and Bureaucracy). Sur le plan économique, l’activité touristique et ses revenus prennent alors les commandes de l’économie et relaient au second plan les fonds envoyés par les travailleurs émigrés. Arc-bouté sur l’argent du tourisme et des aides internationales, le même système bureaucratique, obsolète et pansu, perdure et nourrit des réseaux de clientélisme qui sclérosent la société.

38Dans ce modèle, l’île est au centre de nouvelles mobilités avec d’une part l’arrivée temporaire des touristes et l’installation progressive de nouveaux résidents (investisseurs, actifs ou simples oisifs attirés par « la destination », néo-retraités) et, d’autre part, les départs d’autochtones qui n’ont plus les moyens matériels d’exister dans l’économique touristique qui s’installe. D’importantes distorsions se dessinent entre les populations concernées par le tourisme – qui travaillent directement avec des devises étrangères – et les autres populations cantonnées à des activités primaires et résiduelles peu rémunératrices. L’inflation est alors le lot quotidien d’une population dont la dépendance envers les importations est croissante. Les pressions sur le foncier - la ressource par excellence dans une île ! - sont exacerbées.

3.2. Le SITE et la prégnance du tourisme

39Dans ces petits territoires non industrialisés, toute stratégie d’exportation doit tenir compte du coût de transport additionnel -qui relève de la distance et impacte directement les gains de l’échange-, d’où des positionnements qui privilégient les exportations de produits peu affectés par le coût de transport. Dans ces conditions, la solution la plus favorable est certainement le déplacement du consommateur vers le lieu de production. C’est la principale caractéristique de l’économie touristique : outre le fait de vendre des services et des prestations articulés autour des ressources tangibles et intangibles -et autant que possible attachés aux caractéristiques singulières d’un territoire-, la consommation est réalisée directement dans le lieu de production, sans stockage.

40Autant d’éléments –parmi d’autres- qui expliquent l’intérêt accru pour le tourisme. Des éléments jusqu’alors contraignants sont en mesure de constituer « une réponse appropriée si l’on considère les avantages naturels de ces espaces en la matière : dotation forte en ressources naturelles touristiques (mer, plages, soleil, montagne, etc.) tandis que certaines composantes de leurs handicaps naturels (insularité, isolement, éloignement) font l’objet d’une demande sur le marché touristique » (Poirine, 2007 : 49). Les investissements requis sont moindres et des singularités (spatiale, physique, paysagère, environnementale, culturelle), limitantes pour d’autres projets économiques, se révèlent être de judicieux atouts qui distinguent favorablement la destination insulaire. Tous ces éléments valorisés dans le cadre d’une spécialisation touristique constituent un avantage comparatif.

41Le tourisme devient alors un secteur d’activité essentiel pour le développement de nombreuses îles qui participent aux « Pleasure Periphery » (Turner & Ash, 1976) de l'Amérique du Nord, de l'Europe et des métropoles asiatiques. Sur le marché du tourisme international, ces destinations insulaires sont également en concurrence directe avec les autres destinations littorales (tropicales et subtropicales) de territoires continentaux plus accessibles, dotés de plus grandes capacités d’investissements et d’un marché intérieur en matière touristique (par exemple Cancún et la Riviera mexicaine). Mais ces destinations insulaires jouent habilement de liens de proximités privilégiées, d’ordre politique (colonie, ancienne colonie, même nation), culturel (même langue), économique (appartenance à une même zone de libre-échange, monnaie commune…), pour se positionner sur leurs marchés métropolitains (les foyers émetteurs de touristes).

  • 16 L’introduction du SITE s’appuie sur les résultats des travaux de McElroy (2006), McSorley et McElro (...)

42McElroy (2006) introduit le modèle de SITE (acronyme de Small (warm water) Island Tourist Economies) pour caractériser ce modèle de développement des petites îles qui tirent ainsi avantage de leur taille (attraction, facilités d’aménagement, sécurité) et de leurs liens économiques privilégiés avec des métropoles dominantes pour s’imposer sur le marché touristique, dans une économie mondialisée16. Ces destinations attirent les investissements directs étrangers qui se concentrent dans le tourisme et plus généralement l’immobilier. Nous pouvons considérer le SITE comme étant leur résultat du processus du TouRAB exposé par Guthunz et von Krosigk (1996).

3.3. Le PROFIT et le dépassement du tourisme

43Prolongeant et dépassant le modèle SITE, Baldacchino enrichit les analyses en caractérisant un nouvel état d’attractivité renouvelé et diversifié des petites îles dont le tourisme n’est plus que l’une des orientations. Baldacchino (2010) introduit le modèle dit PROFIT qui correspond à l’acronyme People (immigration, acteurs), Resources (gestion), Overseas Management (diplomatie), Finance (finance, assurance, fiscalité) and Transport. Ils insistent sur l’importance des ressources extraterritoriales, indispensables au développement de ces territoires compte tenu de l’absence d’« hinterland ». Baldacchino met l’accent sur la compétence politique plutôt que la dimension économique : ces territoires “have managed to deploy their jurisdictional power as a resource, extracting asymmetrical concessions from the metropole and using the resulting political space to carve out a more sustainable economic development trajectory – based on niche manufacturing, tourism, shrewd use of environmental and heritage resources, banking and finance” (Baldacchino, 2006 : 2).

44Le tourisme reste un élément remarquable, notamment en tant que porte ouverte sur le monde, étape dans un processus de développement, dans la construction de la notoriété de l’île. Au-delà des effets des campagnes promotionnelles –qui deviennent rapidement inaudibles-, la réputation repose sur la satisfaction du touriste (sa fidélité, les longs séjours de retraités, etc.), la stabilité du territoire d’accueil, sa sureté et sa sécurité, sa qualité de vie. La reconnaissance de la qualité de l’île permet de se positionner à l’étage supérieur -au-delà du tourisme-, dans une habile diversification des services publics non-marchands stratégiques (Poirine, 1995), d’attirer des financements et d’accueillir de judicieux placements dans un environnement fiscal sur mesure. Le paradis touristique se confond avec le paradis fiscal avec une imposition très faibles, voire inexistante, le secret bancaire, une législation très permissive en matière de sociétés offshore (et de sociétés-écrans) et une très faible collaboration judiciaire internationale.

45Ces îles, qui n’en demeurent pas moins touristiques – le tourisme étant la vitrine d’un confort de vie -, tirent désormais leur puissance financière des centres bancaires offshore, des compagnies d’assurance, du commerce (de luxe) hors taxe, des immatriculations de navires, elles s’imposent comme des paradis fiscaux et judiciaires tels les îles Caïmans, les Îles Vierges britanniques, les Bermudes, les îles Marshall, la Barbade, les îles Turks-et-Caïcos.

46Les autorités locales construisent un environnement propice à l’optimisation financière internationale et dégagent d’avantageuses marges pour leur territoire en usant judicieusement d’une diplomatie pragmatique et innovante.

Photographie 1. L’île de Maurice : vente de villas de prestige, du tourisme à l’ « optimisation fiscale internationale » dans un cadre d’investissement sécurisé.

Photographie 1. L’île de Maurice : vente de villas de prestige, du tourisme à l’ « optimisation fiscale internationale » dans un cadre d’investissement sécurisé.

L’île de Maurice évolue vers le modèle PROFIT, dépassant l’étape « tourisme ». Les données sont simples : 2 040 km2, 1 259 000 habitants, une dette publique de 50% du PIB, un déficit commercial récurrent (de l’ordre de 2,5 milliards de dollars américains annuellement sur la période 2011-2013). La solution ne réside pas dans l’agriculture et la pêche (9% des actifs et 4,5% des revenus). Les secteurs de l’industrie et du tourisme, pourvoyeurs d’emplois, ne sont pas suffisants sur le plan économique ; d’où l’évolution de Maurice dans le secteur la finance, de l’optimisation financière avec la mise en place d’une juridiction offshore attractive (secret bancaire, libre circulation des capitaux, sécurisation des transactions, absence d’imposition sur la fortune et de droit de succession…) dans un contexte de stabilité et de sécurité.

Source : Capture d’écran, les villas de Maurice

Conclusion

47Aborder le développement des petites îles ne peut se faire sans commencer par un regard réaliste sur les défis économiques en prenant la mesure de l’ensemble des surcoûts (liés aux transports), du manque de compétitivité pour les productions courantes (compte tenu des limites d’économie d’échelles possibles au regard de la concurrence des gros producteurs continentaux). Il s’agit de cerner les limites et les handicaps à partir desquels peut se dessiner le projet de développement.

48Il est inutile de nier les réalités insulaires avec leur lot de contraintes qui pourront être plus ou moins allégées selon leur insertion dans l’économie-monde, et, inversement, il est également inutile d’aborder ces territoires uniquement en termes de vulnérabilité, de reliquat d’autre chose, de dépendance sans substance. L’île n’est pas uniquement le prolongement d’une projection continentale.

49D’où notre volonté d’aborder l’île dans sa dimension territoire, avec ses données géographiques, économiques, historiques, son peuplement, ses populations -qui peuvent faire communauté-, sa gouvernance, son statut juridique, les rapports au pouvoir. C’est à partir du territoire insulaire, de la confrontation de toutes ses composantes et des possibilités de synergies que se dégagent les perspectives de développement.

50Des outils méthodologiques permettent de poser le cadre d’analyse qui se concentre sur le territoire insulaire dans son contexte de développement et sa configuration (cf. Figure 2). Ils s’attachent à étudier les processus, la succession de séquences, la périodisation de son histoire rythmée par les moments de crises (cf. Figure 4) pour caractériser les différents stades de développement et leurs positionnements (qu’ils soient sous domination extérieure, judicieux, au gré des opportunités de rente) (cf. Figures 5a et 5b).

51Les territoires insulaires se construisent en toute conscience de leurs contraintes et de leurs limites, avec une communauté dont la cohésion se forge face aux défis partagés, jouant opportunément sur leur statut juridique qui autorise de nouvelles modalités de négociation permettant de tirer avantage de leurs services géostratégiques non-marchands (Poirine, 1995). Enfin, la construction d’un environnement attractif est fondamentale pour le territoire insulaire, tant pour le paradis fiscal qui offre des conditions séduisantes de services financiers et bancaires offshore, que pour le paisible territoire réputé pour son art de vivre, connecté au reste du monde -mais à son rythme-, qui joue astucieusement sur les opportunités de la mondialisation à l’ombre du tumulte de la précipitation quotidienne.

Haut de page

Bibliographie

Algieri, B. (2006). "International Tourism Specialisation of Small Countries”, International Journal of Tourism Research, 8: 1-12.

Alkan, E. M. (1992). “Political Instability, Country Risk and Probability of Default”, Applied Economics, 24: 999-1008.

Apostolopoulos, Y. and D.J. Gayle (ed.) (2002). “From MIRAB to TOURAB? Searching for Sustainable Development in the Maritime Caribbean, Pacific, and Mediterranean”, in Y. Apostolopoulos and D.J. Gayle (ed.), Island Tourism and Sustainable Development. Caribbean, Pacific, and Mediterranean Experiences, Westport, Praeger: 3-14.

Baldacchino, G. (2006). “Offshoring Strategies: Lessons from Sub-National Island Jurisdictions”, Paper presented to Islands of the World Conference IX, Maui, Hawaii.

Baldacchino, G. (2010). Island Enclaves, Offshoring, Creative Governance and Subnational Island Jurisdictions, Montreal, McGill-Queens’s University

Baldacchino, G. (2014). « Small Island States: Vulnerable, Resilient, Doggedly Perseverant or Cleverly Opportunistic? », Études caribéennes, 27-28, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6984

Baldacchino, G. and D. Milne (eds) (2000). Lessons from the political economy of small islands: the resourcefulness of jurisdiction, Basingstoke: Macmillan.

Baum, T.G. (1997). “The fascination of islands: a tourist perspectives“, In Lockhart D.G., and D. Drakakis Smith (eds.), Island Tourism: trends and prospects, London, Pinter: 21-35.

Bertram, I.G. (2006). “Introduction: The MIRAB model in the twenty-first century”, Asia Pacific Viewpoint, 47(1): 1–13.

Bertram, I.G. and R.F. Watters (1985). “The MIRAB economy in South Pacific microstate”, Pacific Viewpoint, 26(3): 497-519.

Bertram, I.G. and R.F. Watters (1986). “The MIRAB process: earlier analyses in context”, Pacific Viewpoint, 27(1):47-59.

Bonnemaison, J.  (1997). « La sagesse des îles », in A.L. Sanguin (dir.), Vivre dans une île une géopolitique des insularités, Paris, L'Harmattan : 121-129.

Braudel, F. (1977). Ecrits sur l’Histoire, Paris, Flammarion

Brewer, T. L. et P. Rivoli (1990), ″Politics and Perceived Country Creditworthiness in

International Banking″, Journal of Money, Credit and Banking, 22(3):357-367.

Cazes, G. (1989). « L’île tropicale, figure emblématique du tourisme international », dans Îles et tourisme en milieux tropical et subtropical,  Talence, CRET – CEGET : 37-53.

Chesneaux, J. (1996). Habiter le temps, Paris, Bayard.

Connell, J. (1988). Sovereignty & Survival, Island Microstates in the Third World, University of Sydney, Research Monograph n°3.

Dehoorne, O. (2007). « Le tourisme dans la Caraïbe. De la nécessité de sortir du tourisme de masse », Téoros, 25(1) : 3-5.

Dehoorne, O., C. Murat et P. Saffache (2009), « De la nature à la culture, le projet touristique de l’île de la Dominique (Petites Antilles), In J-M. Breton (dir.), Patrimoine culturel et tourisme alternatif, Paris : Khartala, vol.6 : 293-411.

De Miras, C. (1997). « Le développement des petites économies insulaires relève-t-il encore de l'économie de marché ? », Tiers-Monde, 38(149) : 79-98.

De Miras, C., (1986). « L'économie martiniquaise : développement sans croissance », in îles tropicales : insularité, « insularisme », coll. îles et Archipels, 8 : 399- 420.

Depraetere, C. (1990-1991). « Le phénomène insulaire à l’échelle du globe : tailles, hiérarchies et formes des îles océanes », L’Espace géographique, 2 : 126-134

Doumenge, F. (1983). Aspects de la viabilité des petits pays insulaires, Etude descriptive, Conférences des Nations Unies sur le commerce et le développement.

Doumenge, F. (1985). « Les îles et les micro-États insulaires », Hérodote, 37-38 : 297-327.

Doumenge, F. (1984). « Unité et diversité des caractères naturels des îles tropicales ». In Nature et hommes dans les îles tropicales, Bordeaux, CRET, coll. « îles et archipels », 3 : 9-24.

Dubar, C. (2011). « Temps de crises et crise des temps », Temporalités, 13, URL : <http://temporalites.revues.org/1563>.

Duvat, V. et A. Magnan (2012). Ces îles qui pourraient disparaître, Paris, Editions Le Pommier. 

Elias, N. (1996). Du temps, Paris, Fayard 

Folliet, L. (2009). Nauru, l’île dévastée. Comment la civilisation capitaliste a anéanti le pays le plus riche du monde, La découverte.

Fritts, T.H. et G.H. Dodda (1998). “The role of introduced species in the degradation of island ecosystem: A case history of Guam”, Annual review of Ecology and Systematics, 29:113-140

Gowdy, J.M et C.N. McDaniel (1999). «The Physical destruction of Nauru: an Example of Weak Sustainability », Land Economics, 75(2):333-338

Guthunz, U. et F. Von Krosigk (1996). “Tourism Development in Small Island States: From MIRAB to TouRAB ?”, In Brigulio L., Archer B., J. Jafari and G Wall (eds), Sustainable Tourism in Islands and Small Stats: issues and policies, London, Pinter : 17-35.

Hall, C.M. (1994). Tourism in the Pacific Rim: Development, Impacts, and Markets, Melbourne, Longman.

Hall, C. M. (2010). “Island Destinations: A Natural Laboratory for Tourism: Introduction”, Asia Pacific Journal of Tourism Research, 15(3): 245-249.

Hampton, M.P. et J. Christensen (2007). “Competing Industries in Islands. A New Tourism Approach”, Annals of Tourism Research, 34(4): 998-1020.

Hartog, F. (2003). Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

Hugues, H. (2004). « From Riches to Rags What Are Nauru’s Options and How Can Australia Help? », The center for independent studies,‎ URL  <http://www.cis.org.au/images/stories/issue-analysis/ia50.pdf>

Huetz de Lemps C. (1994). « L’histoire et les îles », Hérodote, 74/75 :  2-45.

Kayser, B. (1990). Les Sciences sociales face au monde rural : méthodes et moyens, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

King, B (1997). Creating Island Resorts, London & New York, Routledge.

Lallement, M. (2008). « Une antinomie durkheimienne… et au-delà », Temporalités, 8, URL : http://temporalites.revues.org/72

Logossah, K. et M.A. Maupertuis (2007). « La spécialisation touristique des petites économies insulaires en développement est-elle une voie de croissance durable ? », Revue d'Économie Régionale & Urbaine, 1 : 35-55.

McElroy, J.L. (2006). “Small Island Tourist Economies across the Life Cycle”, Asia Pacific Viewpoint, 47(1): 61-77.

McSorley, K. and J. L. McElroy (2007). “Small Island Economic Strategies: Aid-Remittance versus Tourism Dependence”, e-Review of Tourism Research (eRTR), URL, <http://ertr.tamu.edu>, Vol. 5, No. 6.

Oberst, A. and J.L. McElroy (2007). “Contrasting Socio-Economic and Demographic Profiles of Two, Small Island, Economic Species: MIRAB versus PROFIT/SITE”, Island Studies Journal, 2(2): 163-176.

Peraldi, X., 2002, "Accessibilité des régions périphériques de l'Union européenne et politiques publiques de transport", Région et Développement, 15 : 121-144.

Poirine, B. (1993). "Le développement par la rente dans les petites économies insulaires", Revue Économique, 44(6) : 1169-1199.

Poirine, B. (1995), Les petites économies insulaires : théorie et stratégies de développement, Paris, L’Harmattan.

Poirine, B. (2007). Eloignement, insularité et compétitivité dans les petites économies d’outre-mer, AFD, Document de travail, n° 52.

Renucci, J., 1998, « La Corse », In A. Gamblin, ed., La France et ses régions, SEDES

Salgado, J.R. (2008). Nauru, une île à la dérive, 90 min. Arte France / Film Oblige / Les Productions Cercle Bleu

Taglioni, F. (2006). « Les petits espaces insulaires face à la variabilité de leur insularité et de leur statut politique », Annales de Géographie, tome 115, n° 652 : 664-687.

Theng, S. (2014). « L’île de Saint-Barthélemy (Petites Antilles) : une destination du tourisme de luxe », Études caribéennes, 27-28, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6831

Turner, L. and J. Ash (1976). “The golden hordes. International tourism and the pleasure periphery”, New York, St. Martin’s Press.

Urry, J. (1994). « Time, Leisure and Social Identity », Time and Society, 3(2):131-149

Haut de page

Notes

1 Définis sur des critères démographique (moins d’un million d’habitants) et territorial (superficie inférieure à 30 000 km2).

2 Par exemple la tenue d’un conseil du ministre des Maldives sous l’eau pour interpeller le monde sur les enjeux du réchauffement climatique (novembre 2011).

3 Par exemple l’île de Guam envahie par les serpents (le serpent brun arboricole, Boiga irregularis), probablement arrivés par dans un cargo militaire qui compte désormais deux millions d’individus (pour 165 000 habitants pour 549 km2) qui, en l’absence de prédateur, détruisent l’avifaune et par voie de conséquence l’écosystème de l’île (Fritts et Dodda, 1998).

4 Cf. les travaux de Renucci sur la Corse (1998).

5 Le centre a connu des évènements violents en janvier 2015, entre amertume des immigrants, enfermement durable et abus sexuels…, cf. http://www.theguardian.com/australia-news/2015/mar/20/things-happen-tony-abbott-on-sexual-assault-allegations-in-offshore-detention

6 L’origine de cette taxe date de 1670, alors dite « droits de poids ». Son nom actuel remonte à 1866. Cet impôt fut condamné par l’Union européenne en 1992 mais il demeure en vigueur.

7 Le gouvernement central de Papouasie-Nouvelle-Guinée s’est engagé à renforcer la spécialisation de l’île de Manus (à 300 kilomètres au nord, dans l’archipel de l'Amirauté) avec la construction d’une prison de haute sécurité, « l’Alcatraz du Pacifique » (cf. Figure 1).

8 Les Chagossiens furent déportés vers les Seychelles et Maurice ; cf. URL : <http://www.courrierinternational.com/article/2010/03/31/l-ile-de-la-discorde>

9 Cf. L’étude de S. Theng (2014) sur l’île de Saint-Barthélemy.

10 L’exemple de l’île de la Dominique est particulièrement intéressant à cet égard ; des premiers balbutiements d’un tourisme de nature à la mise en place d’un tourisme communautaire avec les populations locales au cœur du projet, se construit un sentiment de communauté et de fierté nationale (70 000 habitants) qui va au-delà des enjeux touristiques –qui n’est qu’une étape dans la stratégie de développement- (Dehoorne et al., 2009).

11 Telle l’île de Saint-Barthélemy avec ses slogans promotionnelles « l’art d’être une île », « l’art de vivre ».

12 Les principales sources utilisées sont le site du gouvernement de la République de Nauru, URL : < http://www.naurugov.nr/>, le Département des affaires étrangères et du commerce de l’Australie, page consacrée à Nauru, URL : <http://www.dfat.gov.au/geo/nauru/pages/nauru-country-brief.aspx> et le journal The Age, quotidien de Melbourne, URL : <http://www.theage.com.au>

13 World health Organization, Western Pacific Region (2002). Obesity in the Pacific: too big to ignore, WHO

14  Cour internationale de Justice (1992). Affaires de certaines terres à phosphates à Nauru, arrêt du 26 juin 1992, URL < http://www.icj-cij.org/docket/files/80/6795.pdf>

15 Radio Australia (2015). « Nauro : personne ne sera volontaire pour aller au Cambodge », URL <www.radioaustralia.net.au/french/2014-10-14/nauru-«-personne-ne-sera-volontaire-pour-aller-au-cambodge-»/1378825>.

16 L’introduction du SITE s’appuie sur les résultats des travaux de McElroy (2006), McSorley et McElroy (2007) et Oberst et McElory (2007) qui mettent en évidence un ensemble de trente-six petites îles touristiques dépendantes du tourisme qui constitue un cluster.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L'île de Manus : l’Alcatraz du Pacifique ?
Crédits Source : Google earth, capture d’écran.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7250/img-1.png
Fichier image/png, 711k
Titre Figure 2- Le développement des petites îles : contexte et configuration
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7250/img-2.png
Fichier image/png, 136k
Titre Figure 3. L’île de Nauru : 420 km2 au milieu du Pacifique
Crédits Source : "Nauru on the globe (Polynesia centered)" Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Nauru_on_the_globe_(Polynesia_centered).svg#/​media/​File:Nauru_on_the_globe_(Polynesia_centered).svg et capture d’écran “google earth”
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4. Nauru : la traversée chaotique du XXe siècle
Crédits Source : O Dehoorne
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre  Figure 5(a). Le développement des petites îles : les trajectoires
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 5(b). Le développement des petites îles : les trajectoires
Crédits Source : O. Dehoorne
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7250/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photographie 1. L’île de Maurice : vente de villas de prestige, du tourisme à l’ « optimisation fiscale internationale » dans un cadre d’investissement sécurisé.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7250/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende L’île de Maurice évolue vers le modèle PROFIT, dépassant l’étape « tourisme ». Les données sont simples : 2 040 km2, 1 259 000 habitants, une dette publique de 50% du PIB, un déficit commercial récurrent (de l’ordre de 2,5 milliards de dollars américains annuellement sur la période 2011-2013). La solution ne réside pas dans l’agriculture et la pêche (9% des actifs et 4,5% des revenus). Les secteurs de l’industrie et du tourisme, pourvoyeurs d’emplois, ne sont pas suffisants sur le plan économique ; d’où l’évolution de Maurice dans le secteur la finance, de l’optimisation financière avec la mise en place d’une juridiction offshore attractive (secret bancaire, libre circulation des capitaux, sécurisation des transactions, absence d’imposition sur la fortune et de droit de succession…) dans un contexte de stabilité et de sécurité.
Crédits Source : Capture d’écran, les villas de Maurice
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7250/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne, « Les petits territoires insulaires : positionnement et stratégies de développement », Études caribéennes [En ligne], 27-28 | Avril-Août 2014, mis en ligne le 14 août 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7250 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7250

Haut de page

Auteur

Olivier Dehoorne

Université des Antilles et de la Guyane, Martinique FWI - France; Maître de Conférences; dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org