Navigation – Plan du site

L’avènement du tourisme de masse sous les tropiques. Eléments de réflexion sur les enjeux touristiques dans l’espace caribéen

Olivier Dehoorne

Entrées d’index

Index géographique :

Caraïbes
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Destinations lointaines, désirées et fantasmées, les rivages tropicaux s’ouvrent au tourisme de masse. Les transports aériens jouent un rôle essentiel dans ce processus : si les premières liaisons aériennes dans la région datent du début du XXe, notamment avec l’ouverture des lignes de la Pan American Airways entre La Havane et les États-Unis, la véritable organisation des transports aériens en faveur des déplacements touristiques se mit progressivement en place au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Sa démocratisation s’annonçait dans les années 1960 avec le développement des vols charters et la mise en service de gros porteurs du type Boeing 747 et DC-10.

2Au cours des deux dernières décennies, la multiplication des vols charters et la libéralisation des transports aériens ont favorisé des arrivées touristiques accrues dans les principales destinations tropicales. Ces vols se sont d’abord concentrés sur les aéroports majeurs, régionaux et nationaux, à partir desquels les « touristes-voyageurs » pouvaient se disperser vers des lieux de séjour plus ou moins connus. Bien des îles demeuraient d’accès difficiles, nécessitant d’ultimes transports locaux, relativement longs, à l’instar d’îles côtières du Venezuela ou du golfe de l’Honduras. À cette première phase de polarisation au profit des capitales économiques, succède une nouvelle période caractérisée par des flux aériens plus diversifiés qui desservent directement les stations touristiques émergentes. Ces liaisons s’inscrivent parfois dans le prolongement d’anciennes liaisons bien établies, mais force est de constater la multiplication de ces vols internationaux directs qui associent directement métropoles nord-américaines et européennes et des destinations jusqu’alors méconnues comme Cayo Largo (Cuba), Porlamar (île de Margarita, Venezuela) ou Roatan (Honduras). L’avion constitue un moyen de transport privilégié, voire unique, pour le touriste qui souhaite séjourner dans ces destinations insulaires.

  • 1 Cette estimation effectuée par l’auteur vise à nuancer les résultats des croisiéristes comptés auta (...)

3Incontestablement, au regard de l’importance des arrivées qui caractérisent les principales destinations insulaires, une nouvelle frontière touristique s’est ouverte à la fin des années 1980 : les îles et les rivages caribéens entrent alors dans l’ère du tourisme de masse. La fréquentation de l’espace caribéen est désormais de l’ordre de 25 millions de touristes dans la partie insulaire et de 50 millions sur l’ensemble des territoires de la Grande Caraïbe, auxquels il convient d’ajouter quelque 10 millions de croisiéristes et plaisanciers1. Rappelons que les arrivées touristiques avoisinaient 10 millions de personnes en 1989 (et 7,3 millions en 1984) dans les territoires insulaires et qu’elles étaient de l’ordre de 17 millions pour l’ensemble des rivages caribéens.

4Dans le cadre de cette étude, nous proposons de mettre en évidence l’importance des flux qui permettent désormais de qualifier ce phénomène touristique de massif et ensuite d’ouvrir des pistes de recherche sur les enjeux territoriaux et environnementaux qui accompagnent cette nouvelle donne.

1. Le tourisme international dans l’espace caribéen

5Les flux internationaux accueillis dans l’espace caribéen sont d’abord conditionnés par la proximité des riches foyers urbains et industriels nord-américains où résident les touristes potentiels majeurs. Ces déplacements de direction nord-sud, sans décalage horaire, répondent à un tropisme des Suds, cet attrait pour des régions plus ensoleillées, pour « ce monde sans hiver ». L’activité est confortée par des réseaux transatlantiques originaux entre quelques destinations caribéennes et d’importantes métropoles européennes qui s’expliquent par l’existence de liens privilégiés, notamment d’ordre historique, culturel, linguistique, politique, unissant ces territoires aux statuts variés à l’Europe.

6L’essor de ce tourisme de masse ne concerne pas tous les territoires de la Caraïbe. L’activité est dominée par quelques destinations phares au premier rang desquelles Porto Rico (plus de 4,5 millions de touristes internationaux en 2000), la République dominicaine (3,2 millions en 2000), la Jamaïque (2,2 millions en 2000) et Cuba (1,8 million en 2000 contre 0, 34 en 1990), sans oublier les régions littorales mexicaines de Cancún et Cozumel (plus de 4,5 millions). Certains États se distinguent par des croissances soutenues comme Cuba et la République dominicaine avec respectivement 18 et 11 % de croissance annuelle entre 1995 et 2000. Au sein même de ces pays, les flux se polarisent sur quelques secteurs littoraux réduits (le nord et le nord-ouest de la République dominicaine, des archipels et enclaves cubains).

7Les flux se diffusent ensuite plus largement à l’intérieur de la région, au profit de petits territoires insulaires comme Sainte-Lucie (727 000 touristes en 2000), Trinité-et-Tobago (503 000), St Vincent et les Grenadines (256 000) ou sur le continent avec le Belize et Panama (plus de 13 % de croissance par an entre 1995 et 2000). Sur la partie continentale, la croissance s’opère d’abord en faveur d’installations littorales comme à Costa Rica (1,3 million en 2000), au Guatemala (830 000) et à l’ Honduras (700 000 en 2000 contre 310 en 310 00 trois ans plus tôt).

8À l’inverse, de rares territoires connaissent une stagnation de leur niveau d’activité (Saint-Martin 1,3 million) ou un recul à l’image des îles françaises (la Martinique 816 000 touristes en 2000, soit –9,3 % en trois ans ; la Guadeloupe 994 000 touristes, soit - 12 % en trois ans) qui ne parviennent pas à se positionner sur le marché actuel où l’essor du tourisme de masse s’effectue dans un contexte extrêmement concurrentiel, marqué des prestations vendues à des prix toujours plus attractifs sans considération pour les pratiques sociales, ni pour les enjeux environnementaux. Des petits pays indépendants n’ont d’autre choix que de construire leur développement exclusivement sur le tourisme compte tenu des urgences sociales auxquelles ils sont confrontés (jeunesse de la population, chômage) et de la faiblesse de leurs ressources économiques en général. Enfin l’insécurité et les tensions politiques internes et internationales expliquent aussi le déclin particulièrement prononcé de la Colombie et du Venezuela (-35 % entre 1997 et 2000, principalement en raison du retrait des touristes états-uniens).

9La dernière décennie du XXe siècle marque bien l’avènement d’un tourisme de masse. Des réseaux privilégiés se précisent entre certaines îles et des métropoles nord-américaines et européennes. Et la diffusion du tourisme s’accompagne d’un partage territorial entre des destinations accessibles aux classes moyennes, soutenues par des vols charters et contrôlées par des grands voyagistes (comme la République dominicaine, Porto Rico, Cuba, Aruba) et des lieux haut de gamme, réservés et préservés (comme Saint-Kitts, Saint-Barthélemy et de certaines îles des Bahamas, des Grenadines, les archipels côtiers du Belize).

2. Tourisme de masse et sociétés d’accueil : de la nécessité de définir de nouveaux indicateurs

10L’emprise du tourisme sur les territoires insulaires et les littoraux en général mérite d’être reconsidérée au regard des caractéristiques des environnements d’accueil, tant biophysiques que socioculturelles. S’il est évident qu’en valeur absolue, l’activité touristique de l’espace caribéen reste très inférieure à celles des grandes régions d’accueil, comme les rivages de la Méditerranée ; la Caraïbe reçoit même deux fois moins de touristes que l’Europe du Nord, il est nécessaire de reconsidérer le total des flux au regard de l’exiguïté de territoires (235 000 kilomètres carrés sur la partie insulaire), du niveau de peuplement (37 millions d’habitants dans les îles), de la limite des ressources (l’eau) et de la fragilité des milieux d’accueil (les récifs coralliens). En outre, il faut insister sur l’inégale diffusion des touristes à l’échelle infrarégionale qui se traduit localement par des pressions redoublées sur certains micro-territoires insulaires.

11Pour mieux cerner l’impact des flux, l’une des pistes d’analyse proposée par McElroy et de Albuquerque (1998) consiste à mesure la fréquentation effective des lieux au regard de l’Indice de Pénétration Touristique (IPT). Cette méthode permet de mieux mesurer les pressions touristiques dans les petites îles qui comptent approximativement un million d’habitants et moins. L’indice proposé est élaboré à partir des trois indicateurs suivants :

  • les dépenses moyennes des visiteurs par habitant, pour mesurer l’impact économique ;

  • la moyenne quotidienne de touristes pour 1 000 habitants [soit (le nombre de touristes/la durée moyenne des séjours + le total des excursionnistes) divisé par la population résidente/365 jours] pour estimer l’impact socioculturel de ces arrivées ;

    • 2 Le calcul de l’indice de pénétration touristique s’effectue ensuite à partir de ces trois indicateu (...)

    la densité de chambre par kilomètre carré pour évaluer l’impact sur les milieux2.

  • L’indice ne permet pas de cerner les concentrations saisonnières et/ou aux échelles infranationales. Par contre, il permet d’envisager des approches comparatives pour les îles à partir de paramètres significatifs.

  • 3 Les données de l’île franco-néerlandaise de Saint-Martin sont les suivantes : 91 km2, 36 000 habita (...)

12Les premiers résultats présentés par McElroy et de Albuquerque ont mis en évidence l’importance de la pénétration touristique dans la Caraïbe : parmi les îles les plus fréquentées du monde, 9 des 12 IPT les plus élevés sont caribéennes au premier rang desquels figurent Saint-Martin (rang 1)3, les Iles Vierges britanniques (2), Aruba (3).

13Dans ces petits États insulaires, l’impact du tourisme est particulièrement important sur les plans économique, social, culturel et environnemental. Il procure plus de la moitié des revenus des Îles Caïmans qui comptent 115 chambres pour 1000 habitants. Le ratio de chambres hôtelières par habitant est sensiblement identique dans les Antilles néerlandaises, à Aruba, dans les îles Turks et Caicos, dans les Îles Vierges Britanniques.

Tableau 1. L’emprise du tourisme dans les petits États insulaires

Touristes internationaux (en milliers)

Chambres hôtelières

Habitants (en milliers)

Superficie (en km²)

Densité (hab/m²)

1997

2000

2001

Antigua-et-Barbuda

526

666

3200

75

443

171

Aruba

947

1211

7500

113

193

587

Bahamas

3446

4201

1500

336

13 940

24

Barbade

990

1078

6800

276

431

643

Îles Caïmans

1201

2478

5500

118

262

189

Îles Vierges américaines

2128

2478

5050

118

352

340

Îles Vierges britanniques

365

519

1688

24

153

154

14L’île d’Aruba, où l’on recense 113 000 habitants sur 193 km2 reçoit plus de 720 000 touristes de séjours et quelques 230 000 croisiéristes. Considérant l’ensemble de ces flux, les pressions anthropiques s’avèrent d’une tout autre ampleur et posent inévitablement les questions relatives au choix de développement, aux modalités de valorisation des ressources, entre l’indispensable gestion de certaines ressources et les pressions économiques immédiates. Ces choix sont nécessairement influencés par les impératifs économiques : le solde de la balance courante de la Barbade affichait un déficit de 145 millions de dollars américains en 2000 pour une dette extérieure de l’ordre de 30 % du PIB ; la dette extérieure atteignant jusqu’à 66 % du PIB comme à Antigua-et-Barbuda (et même 69 % en 2000).

15Enfin il convient d’insister sur l’accélération des processus d’urbanisation qui accompagne les nouvelles implantations touristiques et notamment les infrastructures hôtelières, sachant que ces constructions privilégient essentiellement les abords immédiats des côtes. Entre 1996 et 2001, environ 66 000 chambres hôtelières ont été mises en service dans la Caraïbe qui en compte désormais plus de 250 000 (hors Colombie et Venezuela). Parmi les croissances les plus spectaculaires, retenons la République dominicaine (55 000 chambres en 2000 contre 35 700 en 1996), Cuba (40 000 contre 27 000) qui devancent désormais la Jamaïque (24 000), les Bahamas (15 000) et Porto Rico (13 000).

16Le développement d’un instrument de mesure tel que l’ITP (McElroy et de Albuquerque, 1998) permet de souligner le poids de ces pratiques sur des territoires exigus et d’envisager des seuils critiques. Dans le cas présent, la ressource touristique repose d’abord sur des richesses biophysiques spécifiques ; certes les images touristiques leur confèrent une valeur immatérielle supplémentaire, mais l’activité se développe en étroite relation avec ces milieux fragiles. S’il est difficile d’établir un seuil critique de charge pour ces milieux, on s’accordera à reconnaître l’importance des pressions enregistrées localement.

3. Les enjeux environnementaux en question

17Au-delà de toute polémique, un premier constat s’impose : sur les littoraux tropicaux, et surtout sur les rivages insulaires, les modes de consommations touristiques actuelles occasionnent des dégradations qui peuvent renforcer localement celles provoquées par l’urbanisation, les pressions démographiques et les autres secteurs économiques en général. Des études scientifiques montrent la dégradation des ressources et la pollution avancée de certains littoraux caribéens (Island Resources Foundation 1996, Saffache 2000).

18Une réflexion sur les effets de ce tourisme de masse s’impose dans ces milieux marins fragiles, qu’il s’agisse de l’impact des croisières (Wilkinson 1999), lorsque plusieurs navires (avec près de 3 600 passagers chacun) se côtoient dans une même baie comme Pointe Seraphine (Castries, Sainte Lucie) ou Havensite Mall (Saint Thomas, IVA), ou de l’intensification des mouillages de plaisanciers dans les milieux coralliens longtemps ignorés du tourisme et des politiques de gestion (les archipels des Grenadines ou de Los Roques, Venezuela). Les plages sont également au cœur des enjeux entre l’utilisation massive du sable pour la construction des nouveaux complexes (comme à la Havane) et les achats régionaux au profit des îles les plus riches qui se doivent d’avoir le sable le plus blanc de la région et la dégradation progressive des eaux de baignade sous l’effet de l’urbanisation et du tourisme qui peuvent conduire à la fermeture pour raison sanitaire (cf. la plage de Schœlcher en 2005, Martinique). Se posent alors les problèmes de gestions des déchets, du recyclage des eaux usées avec des complexes hôteliers comme à Grand Anse (Grenade), Rodney Bay et Gros Islet (Sainte-Lucie), St. Lawrence Gap (Barbade). De nombreux exemples pourraient également être mentionnés à la Jamaïque (Negril, Ocho Rios, Montego Bay), la République dominicaine (La Romana), Aruba, aux Îles Cayman, Cuba, etc.

19Ces situations conduisent à la fameuse « spirale de la mort » définie par McElroy et de Albuquerque (1998) : l’urbanisation littorale stimulée par les flux touristiques provoque une accumulation de pollutions domestiques qui conduit à la dégradation irréversible de certains lieux très fréquentés comme les plages de Miami Beach depuis les années 1960, de Condado (San Juan) depuis les années 1980. Et le cycle se reproduit implacablement sur d’autres plages de la région comme celles de Varadero, des Antilles françaises. Les nouvelles dimensions de ce tourisme de masse, avec des pressions particulièrement fortes sur des portions d’espaces réduites, sont à prendre en considération : l’absence de contrôle des flux, des réglementations contournées, la loi du profit immédiat dans un grand désordre ambiant nécessitent des réponses relevant du domaine politique ; s’oriente-t-on vers du « tourisme jetable » comme le suggèrent certains centres de vacances nouvellement ouverts à la République dominicaine ? Les secteurs littoraux se détériorent rapidement sur ces territoires insulaires exigus, aux ressources limitées et dont le milieu biophysique constitue la principale richesse. Le non-renouvellement des ressources pose le problème des choix de développement qui pour l’heure relèvent des seules exigences de croissance économique (Daly 1990 ; Goodland 1992).

20L’environnement, la définition et la gestion des ressources sont au cœur de conflits qui relèvent de la politique ; selon les pressions des différents groupes d’acteurs : elles peuvent être motivées par des sociétés locales soucieuses de contenir les arrivées de ces étrangers ou relever d’une minorité de privilégiés qui, soutenus par d’autres élites internationales, entendent se réserver l’usage de certains lieux (comme dans de nombreuses petites îles privées de la région), mais les prises de décisions relèvent du domaine politique dans un contexte de concurrence et de course à l’emploi avec des associations d’intérêts, parfois occultes, entre des catégories d’acteurs endogènes et exogènes.

4. Logiques des lieux : recyclage, fermeture, déplacement

21Pressions anthropiques croissantes, massification des flux, dégradation des ressources premières sont autant de réalités qui affectent les lieux touristiques : un hôtel de bord de plage des années 1970 noyé dans un nouveau quartier résidentiel, une structure hôtelière verticale en béton d’un autre âge, le manque d’espace et l’insuffisance des activités de plein d’air, la promiscuité avec une ville et une société locale, des lieux trop ouverts, des plages polluées… Les caractéristiques des environnements d’accueil et les goûts de consommateurs en vacances définissent la qualité de lieux touristiques en perpétuelle évolution.

22Des lieux anciennement touristiques, trop proches de milieux urbains source de nuisances multiples et variées (embouteillage, pollutions, petite criminalité) perdent leur valeur internationale et se reconvertir auprès des touristes nationaux, des élites dans un premier temps, rapidement confortées par les bourgeoisies urbaines (cf. Porto Rico, la Barbade, les Antilles françaises) ; de nouveaux complexes touristiques, spacieux et enclavés, peuvent être construits pour perpétuer le tourisme international du territoire en question comme à Isabela (Porto-Rico). En l’absence de terrain disponible et/ou de stratégies de remplacement, les anciennes structures sont « livrées » à la gestion locale (Pointe du Bout, Martinique) tandis que les groupes d’investisseurs transnationaux se redéploient sur des territoires économiquement plus attractifs (par exemple la République dominicaine ou Sainte-Lucie).

23D’autres lieux, autrefois réservés aux élites, se démocratisent, s’ouvrent au tourisme de masse (Aruba) tandis que leurs anciennes clientèles investissent d’autres archipels « vierges ». La préservation de lieux réservés aux élites s’effectue à travers des critères financiers (comme à Saint Barth, Moustique, etc.) ou/et avec l’appui d’arguments écologiques confortés par de sérieuses études universitaires qui insistent sur la nécessité de contenir la fréquentation « dans la perspective d’un développement durable ». Les processus d’appropriation des nouveaux lieux investis (comme les Grenadines, les Îles de la Baie, Honduras, ou les archipels côtiers de Belize) passent par des politiques rigoureuses de préservation et donc de contrôle du milieu, tant pour protéger la qualité des ressources que pour « se réserver » l’espace en question. Les dessertes aériennes y sont alors privées.

24Les logiques touristiques antagonistes (tourisme des élites et tourisme de masse) se fondent alors dans la complexité des sociétés d’accueil ; de nouvelles alliances peuvent se dessiner entre des élites internationales et certains acteurs locaux. Et les enjeux écologiques deviennent un leitmotiv pour chaque catégorie de protagonistes qui entend les utiliser à ses fins.

Conclusion

25Le tourisme est une activité essentielle pour l’économie caribéenne ; il vient en quelque sorte à la rescousse des économies de plantation en déclin. Le secteur se déploie dans un contexte régional de concurrence exacerbée où les offres sont faiblement diversifiées et les acteurs s’emploient à mettre en place des stratégies individualisées dont les arguments reposent davantage sur le coût des prestations, sur le prix d’un forfait attractif. L’avènement du tourisme de masse sous les tropiques ne peut pas être dissocié de ces réalités commerciales. Se posent alors des questions fondamentales sur l’apport économique de ce tourisme : son coût réel au regard des infrastructures d’accueil nécessaires, de ses consommations, des ressources naturelles, des retombées locales ?

26Le tourisme de masse est devenu une réalité qui demande de nouvelles politiques d’aménagement, favorisant notamment une meilleure diffusion des flux (des rivages à l’intérieur des terres) et impliquant davantage les communautés locales afin d’optimiser les retombées et de mieux intégrer les enjeux environnementaux.

27Parmi les clés pour l’avenir, il convient de mieux prendre en compte les réalités environnementales humaines et biophysiques des espaces considérés, de s’interroger sur le contrôle des terres et les processus de privatisation des ressources convoitées. La recherche d’alternatives, impliquant les communautés locales, tant sur les formes de consommations touristiques que dans le renouvellement des sources de revenus, s’impose pour s’écarter d’un développement monolithique extraverti.

Haut de page

Bibliographie

Cameron, S. (2000). Footprint Handbook: Dominican Republic, First Edition. Bath : Footprint Books.

Caribbean Tourism Organization [CTO] (2002). Caribbean Tourism Statistical Report (2000-2001 Edition). St.Micheal (Barbados) : CTO.

De Albuquerque K. and J-L. McElroy (1999). A longitudinal study of serious crime in the Caribbean, Caribbean Journal of Criminology and Social Psychology, n°4, p. 32-70.

Dehoorne, O. (2002). « Tourisme, travail, migrations : interrelations et logiques mobilitaires », Revue Européenne de Migrations Internationales (REMI), (18)1 : 7-36.

Dehoorne, O., F. Nicolas et P. Saffache (2005). « Pour un tourisme durable dans la Grande Caraïbe », Etudes caribéennes, n° 3 : 49-56.

Duffy, R. (2001). À Trip Too Far : Ecotourism, Politics and Exploitation. London : Earthscan.

Equipe MIT. (2002). Tourismes 1. Lieux communs, Paris, Belin.

Gayle, D.J. and J.N. Goodrich (1993). Tourism Marketing and Management in the Caribbean, London: Routledge.

Goodland, R. (1992). “The case that the world has reached its limits: more precisely that current throughput growth in the global economy cannot be sustained”, Population and Environment, t. 13, n°3: 167-182.

Hall, C-M. (1994). “Ecotourism in Australia, New Zealand and the South pacific: Appropriate Tourism or a New Form of Ecological Imperialism”, In E. Cater & G. Lowman ed. Ecotourism: a Sustainable Option, John Wiley & Sons Ltd. : 137- 156.

Island Resource Foundation [IRF] 1996. Tourism and Costal Resources Degradation in the Wider Caribbean. St. Thomas (IVA) : Island Resources Foundation.

McEeroy, J-L. and K. de Albuquerque (1998). Tourism penetration index in small Caribbean islands’, Annals of Tourism Research, 25: 145-168.

Organisation Mondiale du Tourisme [OMT] (2003). Compendium of Tourism Statistics. Madrid : OMT.

OMT (1999). Marché émetteurs de tourisme. Madrid : OMT.

OMT (Edition annuelle). Aperçu Mondial et Actualité Touristique. Madrid : OMT.

Pattullo, P. (1996). Last Resorts : The Cost of Tourism in the Caribbean. London : Castell.

Saffache, P. (2000). Le littoral martiniquais : milieux, dynamiques et gestion des risques. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 368 p.

Sheller, M. (2003). Consuming the Caribbean: From Arawaks to Zombies. London and New York: Routledge.

Wilkinson, P-F. (1997). Tourism Policy and Planning: Case Studies from the Commonwealth Caribbean. Elmsford (NY): Cognizant Communications Corporation.

World Travel and Tourism Council (WTTC) (2001). World Travel and Tourism Council, Year 2001. Tourism Satellite Accounting Research (Caribbean), London: World Travel and Tourism Council.

Haut de page

Notes

1 Cette estimation effectuée par l’auteur vise à nuancer les résultats des croisiéristes comptés autant de fois qu’ils font d’escales, tandis que celui des plaisanciers reste très largement sous-évalué dans les données officielles. Plus généralement, il convient de souligner les limites des données utilisées en raison même d’une définition trop large du « touriste » (Dehoorne, 2002). Dans le cas présent, nous gardons les statistiques de l’Organisation Mondiale du Tourisme [OMT] qui permettent d’entreprendre une approche régionale homogène.

2 Le calcul de l’indice de pénétration touristique s’effectue ensuite à partir de ces trois indicateurs ; l’indice est calculé en prenant la valeur de chaque variable pour chaque destination en lui soustrayant le minimum de la valeur minimum de cette variable pour l’ensemble de l’échantillon étudié et en divisant le résultat par la différence entre la valeur maximum et minimum de cette variable pour l’ensemble de l’échantillon considéré. Soit la formule suivante : (X- Xmin)/(Xmax – Xmin). Pour plus d’information, se reporter à l’article de Mc Elroy & de Albuquerque (cf. bibliographie).

3 Les données de l’île franco-néerlandaise de Saint-Martin sont les suivantes : 91 km2, 36 000 habitants pour 432 000 touristes et 868 000 visiteurs à la journée, 3 065 chambres et 482 millions de dollars américains de dépenses en 2002 ; soit 13 389 dollars américains par habitant, une moyenne journalière de 2,3 touristes pour 10 habitants et 74,8 chambres/km2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne, « L’avènement du tourisme de masse sous les tropiques. Eléments de réflexion sur les enjeux touristiques dans l’espace caribéen », Études caribéennes [En ligne], 4 | Juillet 2006, mis en ligne le 15 juillet 2006, consulté le 27 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/733 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.733

Haut de page

Auteur

Olivier Dehoorne

Maître de Conférences ; Université des Antilles et de la Guyane ; dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org