Navigation – Plan du site
Le luxe dans tous ses états : fondements, dynamiques et pluralité

Le luxe des montres (xixe-xxe siècle) : réputation et identité de l’horlogerie de Genève

The Luxury of Watches (19th-20th Centuries): Reputation and Identity of the Watch-Making of Geneva
Nadège Sougy

Résumés

À la fin du xixe siècle, la fabrique horlogère de Genève est confrontée à l’arrivée de montres reprenant abusivement ses marques et le nom de Genève. En réaction, les horlogers, les marchands et les pouvoirs publics mettent en place un dispositif pour protéger ce secteur économique. L’une des solutions retenues est d’identifier les montres faites Genève en certifiant leur qualité. En 1886, la création d’un poinçon de l’État et de la République de Genève est le premier label associant les savoir-faire d’un territoire à la qualité technique de ses produits. A l’origine défensif, le poinçon fait la promotion de produits de haut de gamme caractérisés par une bonne facture, une fiabilité et leur origine, marqueur du luxe des montres de Genève.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le magasin du Foyer, Chevalier éditeur, Paris, 1870 : 2-3

1En 1870, tout abonnement souscrit au journal familial, Le magasin du Foyer, permettait de recevoir une prime extraordinaire à choisir entre « une pendule-réveille-matin (sic), une pendule de salon, un tableau-horloge représentant un paysage avec un cadre doré doté d’un excellent mouvement garanti deux ans ou une montre à sélectionner dans un assortiment comprenant de magnifiques montres de Genève, contre paiement des frais de port et d’emballage, ou à un tarif préférentiel »1. Posée sur la table de chevet, sur la cheminée, accrochée au mur, sur le vêtement ou dans les poches des vestons, l’heure est entrée dans les habitudes de consommation (Landes, 1987). Comme nombre de produits de luxe, initialement réservés à une clientèle étroite, les montres connaissent une distribution sociale plus large au cours du xixe siècle (Sougy, 2013). En Europe comme aux États-Unis, les changements de mode de fabrication avec la mécanisation, le recours à des matières moins précieuses autorisent une baisse des coûts et permettent effectivement leur démocratisation.

2Progressivement, cette extension des gammes de modèles et de qualités variés fait confusion sur le marché. Lorsqu’il ne s’agit pas directement de tromperies orchestrées par les vendeurs et les fabricants pour faire passer de la pacotille pour de la bonne horlogerie de Genève, les argumentaires publicitaires retenus renvoient à ceux déployés par les fabricants genevois. En reprenant le registre traditionnel de bienfacture, de beauté et de fiabilité de l’horlogerie de Genève, en proposant des « qualités supérieures », garanties, certifiées à prix modéré, ces nouvelles offres obligent la filière genevoise à réagir pour protéger ses intérêts. Il en va de la défense d’un secteur économique important pour le canton comme de la conservation de l’identité horlogère de la place sur le marché. L’étude de la fabrique horlogère de Genève doit permettre d’apprécier la façon dont une filière renégocie ses pratiques afin de préserver et de défendre la qualité de ses produits. Il s’agit donc de comprendre comment se recompose une offre de luxe au moment où se déploient des offres concurrentielles parfois déloyales.

3Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l’essor de la concurrence qui s’inspire ou imite les produits en reprenant leurs marques et origine, oblige les acteurs et les pouvoirs publics à discipliner leurs pratiques et déterminer l’identité des produits de la fabrique. Cette stratégie n’est pas pour étonner : la période voit la mise en place de régulation juridique contre les contrefaçons et les fraudes sur les produits en Europe (Beaur, Bonin, Lemercier, 2006, 2013). Mais cette nécessité de clarifier les droits sur les produits va de pair avec un effort mené sur leur identification (Beltran, Chauveau, Galvez-Behar, 2001). Si la fraude est possible, c’est que les montres de Genève ne sont pas aisément identifiables sur le marché. Il revient donc à l’Etat, aux organisations professionnelles de s’accorder pour contrecarrer ces asymétries d’informations en déterminant les caractéristiques attendues d’une montre dite de Genève et en les rendant repérables par le client (Stanziani, 2003 et Bourdieu, Bruegel, Stanziani, 2004).

  • 2 Mémoires sur la Question du Titre et du Contrôle dans le Canton de Neuchâtel, Neuchâtel, « Mémoire (...)

4Ces discussions ne sont certes pas nouvelles (Koller, 2003). Au cours du XIXe siècle, le secteur horloger genevois s’est constamment interrogé sur ses pratiques : « la montre de Genève, on ne saurait en disconvenir, possède, de longue date, un assez grand renom de bienfacture, sur tous les marchés : Est-ce d’une loi que viennent à la montre de Genève sa qualité et sa vogue ? Est-ce d’une interdiction faite aux fabricants genevois de produire de l’horlogerie, médiocre ? Est-ce d’un poinçon officiel et obligatoire garantissant surement sa provenance ? Non le crédit que possède la montre de Genève vient uniquement de sa valeur réelle et générale ! »2. Sa « valeur réelle et générale » ne se laisse pas aisément définir (Remaury, 2004). Si la situation n’est pas mûre dans les années 1860, la force des concurrences vingt ans plus tard change la donne. Dès lors, la défense des marques de fabrique et de l’appellation d’origine est au cœur du dispositif retenu par les horlogers, les marchands et l’État pour protéger la qualité et la notoriété de leurs produits. Nous souhaiterions en rendre compte en examinant dans un premier temps ce qui semble faire les bases de la réputation horlogère de Genève (Sougy, 2005). Sur le marché, celle-ci apparaît effectivement suffisamment établie pour servir de référence à des montres étrangères. En suivant ces offres et surtout les réactions qu’elles ont provoquées, il s’agit, en dernier lieu, de saisir non seulement les modes de protection d’une filière, mais surtout de définir les qualités qui font des montres de Genève, des produits prisés par les plus fortunés.

1. La fabrique de Genève : une « Antique réputation »

1.1. Aux origines de la réputation de Genève

  • 3 Exposition universelle de New York en 1853. Mesures prises par l’administration française, résultat (...)

5Lorsqu’en 1868, la Chambre de commerce de Genève rend son rapport d’enquête sur la situation actuelle de la Fabrique d’horlogerie de bijouterie et de boîtes à musique à Genève, elle conclut que la fabrique de Genève n’a peu ou rien à reconquérir, mais qu’elle a beaucoup à conserver et à défendre. Si la concurrence fait rage et lui dispute ses positions, l’horlogerie de Genève peut se targuer d’une réputation gagnée depuis le XVIIIe siècle sur le marché international. Au siècle suivant, les Expositions universelles de Londres, New York, de Paris et de Genève contribuent à affirmer et à renforcer la notoriété de Genève en tant que place horlogère de premier plan. Les médailles remportées lors de ces événements en témoignent. Au Crystal Palace de New York en 1853, l’importance de l’horlogerie suisse est confirmée : « Nous retrouvons la Suisse digne de sa vieille renommée et la justifiant par de précieux spécimens de toutes dimensions, depuis la montre d’un centimètre de diamètre jusqu’aux horloges colossales »3. À Paris, deux ans plus tard outre les chronomètres de poches et différentes montres à seconde, l’horlogerie genevoise s’illustre par le faste de son ornementation « ce sont de beaux diamants, de beaux émaux, des perles, de la belle peinture, de la riche ciselure, enfin de beaux bijoux qui font le plus grand honneur au talent des ouvriers graveurs, ciseleurs et émailleurs genevois qui incontestablement ont la suprématie pour ce genre, mais ces produits ne sauraient constituer une exposition chronométrique, malgré certaines montres microscopiques qui y figurent » (Borsendorff, 1855). Avant de reconnaître « partout on connaît l’horlogerie suisse ; Genève fait les articles de luxe, elle fait des montres grandes comme une pièce d’un franc, enchâssées dans des lorgnons, des carnets, etc. Neufchâtel (sic) travaille plutôt pour la masse, des montres énormes, destinées aux mandarins et à l’empereur de la Chine, attirent l’attention » (Girardin, 1856).

6L’analyse portée par les horlogers contemporains renseigne sur le niveau de qualité de l’horlogerie genevoise. Les lettres de Pierre Dubois insérées dans le journal parisien « La Patrie », republiées à destination des horlogers quelques années plus tard dressent un état comparé de la fabrication des montres qui confirme la notoriété de la place genevoise pour la fourniture de montres artistiques : « ce qui rend l’horlogerie de Genève si précieuse aux yeux des étrangers, c’est l’élégance que savent donner aux boîtes des montres les ouvriers qui les exécutent. Rien n’est, en effet plus parfait que la forme de ces boîtes, qu’elles soient simplement guillochées ou qu’on les ait enrichies de ciselures, de gravures, d’émaux peints, de perles fines ou de diamants, elles conservent toujours le cachet genevois. C’est même là, la seule chose aujourd’hui qui distingue les montres de Genève de celles de la Chaux-de-Fonds, du Locle ou de la vallée du Lac de Joux » (Dubois, 1853). La remarque est intéressante, car elle renvoie à l’organisation de la production horlogère de Genève (Blanchard, 2011). Dans le canton, il n’y a que deux manufactures qui peuvent fabriquer entièrement la montre sans faire appel à des sous-traitants extérieurs. Les montres de Genève d’un point de vue technique sont donc, en partie, redevables à la fourniture de pièces produites notamment dans les montagnes neuchâteloises ou la vallée de la Cluse. Cependant la fabrique de Genève demeure la place de haute valeur ajoutée par le faste qu’elle donne aux décors des boîtes de ses montres. Émailleurs, graveurs, orfèvres disposent de savoir-faire artistiques réputés qui constituent avec la fiabilité technique une part de sa valeur (Sougy 2007). C’est sur cette double acceptation, technique et esthétique, que se joue la notoriété des montres de Genève notamment dans les publicités des revendeurs à l’étranger. La maison Leforestier, rue Rambuteau 61, précise dans ses annonces « Quant à ses articles d’horlogerie, montres et pendules à tous systèmes, il suffit de dire qu’il les tient directement de Genève, et qu’il les garantit un an, quelque en soit le bon marché » (Boudin, 1855 : 285). Rue Saint-Martin, Detouche, qui se présente comme « le fournisseur de Sa Majesté l’empereur se targue de récompenses nationales et de fournir un grand assortiment de pendules et montres de la fabrique de Genève (Boudin, 1855 : 293) ». Comment mieux établir le lien fait entre le lieu, véritable bassin horloger, et la qualité de produits qui, s’ils appartiennent à des niveaux de factures différents, ont ceci de commun d’être considérés comme fiables.

7Cette réputation se joue également au niveau des marques des grandes maisons établies à Genève. Il en est ainsi de la maison Patek, Philippe & Ce, exemplaire des stratégies commerciales et productives adoptées au cours du xixe siècle, qui contribue à affirmer la réputation horlogère de Genève à cette époque.

1.2. Patek Philippe & Ce : « le roi des horlogers »4

  • 4 Patek Philippe Sa, Genève, Archives historiques, Inv. 8503, p49-51, in Catalogue, Montres royales 1 (...)

8Née en 1839 de l’association de deux immigrés polonais, Antoine-Norbert Patek et François Czapek, la société devient avec l’arrivée du technicien Philippe Adrien une véritable manufacture. Douze ans plus tard, la première Exposition universelle est l’occasion de présenter le chemin accompli : « Dans les ateliers de MM. Patek (Philippe) et Ce, organisés sur une vaste échelle, toutes les parties sont faites depuis le métal brut, à l’aide de moyens mécaniques crées par eux. La régularité et la supériorité du travail sont faciles à constater par l’examen de leurs produits exposés. Ils se distinguent aussi par les ornements et le bon goût de leurs pièces décorées. » (Boudin, 1855 : 133).

Illustrations 1 et 2 : Présentation de la manufacture Patek, Philippe & Ce et de ses montres à l’Exposition universelle de Londres de 1851. Authority of the Royal Commission, Great exhibition of the Works of industry of all nations, Official descriptive and illustrated Catalogue, London, 1851, p1283-1284

Illustrations 1 et 2 : Présentation de la manufacture Patek, Philippe & Ce et de ses montres à l’Exposition universelle de Londres de 1851. Authority of the Royal Commission, Great exhibition of the Works of industry of all nations, Official descriptive and illustrated Catalogue, London, 1851, p1283-1284
  • 5 Roussialle Denis, Quelques études sur l’horlogerie à l’Exposition universelle de Paris de 1889, Lyo (...)

9Les succès rencontrés confirment le jugement, mais précisent également la recherche de reconnaissance à laquelle se livre la maison horlogère. En 1889, l’expert français déclare « Nous citerons la maison Patek, Philippe & Ce, dont les produits captivent l’attention forcent l’admiration à elle seule, elle résume tout ce que notre art a de beau, de riche, toutes les complications qu’on peut obtenir, tout ce que le réglage peut offrir de précision. En un mot, c’est une fabrique qui dans la sphère de l’horlogerie est pointée comme étoile de première grandeur. »5

10En présentant ses produits à toutes les Expositions universelles, la société récolte des distinctions qui instaurent tout à la fois sa notoriété et l’excellence horlogère de la place. Ces références qui sont reprises sur son papier à lettres, dans ses argumentaires de ventes, forgent et affinent la réputation des montres et des savoir-faire de l’entreprise. La pratique n’est pas nouvelle, mais Patek, Philippe & Ce l’adopte systématiquement en prenant soin de dresser dès 1904 un tableau rétrospectif qui retrace ses succès et consolide son image. Fort des médailles d’or acquises à Londres (1851), Paris (1855, 1867), Vienne (1873), Philadelphie (1876), Adrien Philippe gagne en notoriété en devenant membre du Jury à l’Exposition universelle d’Anvers en 1885. Parallèlement, les succès remportés lors des concours de réglage organisés dans les observatoires astronomiques attestent la qualité de la marche des modèles créés.

  • 6 Catalogue d’exposition, Montres Royales 1850-1910 par Patek Philippe, Patek Philippe Museum, Genève (...)

11De fait, ces produits disposent progressivement d’un statut qui les fait désirer par les plus fortunés. Si dès l’origine les fondateurs ont misé sur la clientèle polonaise aisée, les Expositions universelles vont contribuer à séduire de nouveaux prescripteurs pour la marque. Les livres d’établissement de Patek Philippe qui précisent les commandes passées et traitées en assurant une véritable traçabilité des produits rendent parfaitement compte de l’intérêt de riches commanditaires. Considéré par l’horloger anglais Edward John Dent comme « le roi des horlogers », Patek Philippe & Ce vend régulièrement à des souverains ou à de membres de leur famille6. La préparation de l’exposition londonienne est l’occasion de s’attirer les faveurs de la reine Victoria qui passe plusieurs commandes avant que l’engouement ne s’étende aux autres souverains des cours européennes, asiatiques ou d’Afrique du Nord.

  • 7 Catalogue général officiel de l’Exposition universelle de 1889, Paris, 1889 : 24.

12Dès lors, cadrans et cuvettes donnent à voir le nom de la fabrique Patek, Philippe & Ce et celui de sa provenance, Genève, qui sont autant d’indications distinctives qui consolident la réputation acquise par les montres de haut de gamme. Celle-ci est précieuse, car Patek Philippe dispose également d’une offre de moyenne gamme qui jouit de l’aura gagnée par ses montres de luxe. En 1889, le catalogue officiel des produits exposés précise que la manufacture couvre tous les segments de qualité qui vont des chronomètres de poche avec bulletins de l’Observatoire astronomique, aux montres artistiques, bijoux-montres, en passant par des montres de fantaisie7. Cet éventail de genres et de modèles dans un contexte de forte concurrence entraîne en retour des phénomènes de fraudes. Parce qu’elles disposent d’un crédit et constituent une référence pour leur commercialisation, les références à la provenance « de Genève » et à la marque de la manufacture « Patek Philippe », deviennent l’enjeu de contrefacteurs qui pèsent sur l’offre de la marque et plus globalement sur celle de la fabrique horlogère de Genève.

2. À l’ombre de la réputation : les fraudes

2.1. Tromperies et abus : des atteintes multiples

  • 8 Société des horlogers de Genève, De l’abus du nom de Genève, mémoires et documents, Genève, 1886 : (...)

13Les fraudes ou pour le moins leurs dénonciations apparaissent de plus en plus fréquentes dans le dernier tiers du XIXe siècle. Le ralentissement général des affaires semble rendre moins supportables des pratiques jugées déloyales. Essentiel à l’économie du canton, le secteur horloger genevois subit de plein fouet à la fois la concurrence des autres cantons, principalement de Neuchâtel, et la montée des offres étrangères. La concurrence qui tente de faire passer ses montres de piètre qualité présentées comme venant de Genève et parfois abusivement signées de la marque de maison horlogère du canton érode une part de l’identité horlogère de Genève. Pour les horlogers le diagnostic est clairement établi. « Nous ne fabriquons à Genève que la montre soignée qui est la source de la réputation genevoise, et à cause de cette réputation, nous voyons chaque jour et depuis longtemps gravés sur les cuvettes de mauvaises montres qui ne méritent pas qu’on les désigne même comme étant des contrefaçons des nôtres, le nom de l’une quelconque de nos meilleures maisons et celui de Genève, quelquefois ce sont des noms parfaitement imaginaires qui sont employés »8.

14En France, nombre de journaux diffusent notamment au moment de la semaine des étrennes entre Noël et jour de l’an, des publicités qui revendiquent des ventes de montres de Genève à prix cassés. Aux annonces promotionnelles régulièrement publiées, s’ajoutent des articles qui expliquent et justifient les offres faites. Faillites, incendies fournissent le crédit nécessaire pour assurer une traçabilité à des montres censées être de Genève et de bonne facture, mais bradées.

Illustrations 2, 3 et 4. Publicités frauduleuses de montres de Genève, 1880. 2 et 3 Le Figaro, 20 décembre 1880. 4 Le petit journal, 25 décembre 1880, p. 4

Illustrations 2, 3 et 4. Publicités frauduleuses de montres de Genève, 1880. 2 et 3 Le Figaro, 20 décembre 1880. 4 Le petit journal, 25 décembre 1880, p. 4

15Ces publicités renseignent bien sûr les caractéristiques dont une montre produite à Genève est censée disposer. Il s’agit d’un produit décliné en or ou en argent dont la marche est garantie et la vente proposée sous l’enseigne du magasin parisien le « Comptoir de Genève ». Ce magasin, qui n’a pas d’affiliation avec le canton, ne peut qu’émouvoir les horlogers dans la mesure où un tel dispositif a été envisagé pour assurer la vente des produits genevois à l’étranger. Cependant, la fraude parisienne ne fait que traduire des pratiques à l’œuvre en Suisse. Ainsi, à Genève même, certains horlogers ne peuvent que se plaindre de la liberté laissée à des marchands de vendre pour des montres de Genève des produits fournis par la vallée de Joux ou de celle de la Cluse. Un horloger genevois l’exprime en ces termes dès 1862. « Il ne faut pas se fier aux apparences, malgré tant de splendides magasins d’horlogerie et de bijouterie qui déploient dans nos rues leurs brillants étalages, malgré tant d’écriteaux qui annoncent aux regards les noms d’une foule de fabricants, on fait en réalité tous les jours moins d’horlogerie à Genève, celle qu’on y vend a été fabriquée ailleurs, les marchands font venir leurs pièces de Neuchâtel, les baptisent du nom de montres de Genève, et les vendent comme telles à l’étranger ou sur la place » (Verchère, 1862 : 122).

16Si la structure productive de l’horlogerie de Genève est tributaire de l’extérieur pour ses mouvements ou certaines de leurs pièces, la commercialisation sur place revendique le nom de Genève, comme indication du lieu de vente du produit. Cette situation brouille l’identité qualitative des montres vendues sur place et participe à dévaloriser l’offre de la fabrique de Genève. Pire, elle risque de conduire, localement comme à l’étranger à la dégradation de la confiance dans la qualité des montres de Genève et contribue à entamer leur réputation sur le marché.

2.2. Montée en gamme des contrefaçons

  • 9 Patek, Philippe & Ce, fabricants d’horlogerie à Genève contre A. Schwob & frère, négociants à Paris (...)

17Les pratiques frauduleuses qui jusqu’alors reposaient sur une offre de mauvaise qualité incomparable avec les produits genevois changent de segment lorsqu’elles proposent des montres de précision. En août 1884, le rapport de l’Observatoire de Neuchâtel, rendant compte des concours qui venaient d’y être organisés, présente des chronomètres déposés aux noms de Genève et de fabricants genevois pourtant inconnus dans la ville. Cette fraude sur l’origine et la marque consterne d’autant plus les horlogers genevois que ces montres de précision ont subi avec succès les épreuves d’observations astronomiques. La situation gagne encore en ampleur lorsqu’elle prend place dans le cadre de l’Exposition universelle d’Anvers en 1885. Le 9 juillet, le jury de la classe horlogerie découvre lors de l’inspection de la vitrine de la maison Armand Schwob & frère, fabricant et marchand d’horlogerie en tous genres, à Paris et à La Chaux-de-Fonds, « plusieurs montres de la plus infime qualité, soit comme mouvement soit comme boîte qui portaient inscrits sur la cuvette, les noms de « Patek (sic) & Ce, Genève »9.

  • 10 Patek, Philippe & Ce, fabricants d’horlogerie à Genève contre A. Schwob & frère, négociants à Paris (...)

18Si la suppression de la vitrine est immédiatement réclamée, la maison Patek Philippe & Cie entame une action en justice pour faire condamner cette pratique. Le procès qui fait suite à l’incident d’Anvers met alors sur le devant de la scène des pratiques déjà largement rodées. Patek comme Adrien Philippe, ont vu depuis de nombreuses années prospérer les contrefaçons de leur nom sans avoir pu en identifier leurs auteurs. De son coté, la maison Armand Schwob semble coutumière du fait. « Depuis l’incident d’Anvers, Ils (Patek Philippe & Ce) ont appris qu’Armand Schwob & frère n’avaient pas commis là un acte isolé de contrefaçon, mais que cette maison faisait fréquemment apposer sur ses produits, soit la marque «Patek et Ce, Genève », soit d’autres marques dans lesquelles entre le nom « Pateck ». Depuis lors aussi, comme précédemment déjà, ils ont été informés que des montres portant cette même marque « Pa teck & Ce, Genève », ou seulement « Pa teck » étaient vendues par les marchés les plus divers comme des produits de leur maison. »10

  • 11 Patek, Philippe & Ce, fabricants d’horlogerie à Genève contre A. Schwob & frère, négociants à Paris (...)
  • 12 Patek, Philippe & Ce, fabricants d’horlogerie à Genève contre A. Schwob & frère, négociants à Paris (...)

19L’abus apparaît bien établi, mais le procès est l’occasion de révéler l’ampleur de la fraude. L’un des fabricants pour la maison Schwab, Georges Roulet au Locle déclare avoir fabriqué 678 pièces signées de « Pa teck & Ce, Genève » entre 1883 et juillet 188511. Le témoignage des graveurs précise les pratiques à l’œuvre : « l’un d’eux âgé de 65 ans a dit qu’il gravait déjà ce nom dans l’atelier où il était apprenti. Le nom de « Pa teck » suivant un autre témoin, serait surtout demandé sur les montres destinées à l’Autriche, tandis que le nom «Vacherot » serait destiné à l’Italie, et les noms « Tobias » et « Bauge » à la Russie »12.

20La tromperie sur l’origine et la marque de fabrique est un moyen régulièrement utilisé pour assurer le placement de montres jugées ordinaires et sans commune comparaison avec les produits des maisons genevoises. À ce titre, l’atteinte portée à la réputation de la marque copiée est double puisque la médiocrité des modèles dégrade son crédit sur le marché et la tromperie exercée sur le consommateur entame une part de sa clientèle. L’affaire Patek apparaît symptomatique des atteintes portées à la fabrique genevoise et ne fait que renforcer la nécessité de défendre la notoriété de la place en assurant la protection, mais aussi l’identification de ses fabrications. Face à l’intensification de l’offre vendue comme étant de Genève sur l’ensemble des marchés, les acteurs de la filière horlogère ont conscience qu’il importe de séparer le bon grain de l’ivraie en adoptant des dispositifs suffisamment efficaces pour certifier la qualité de leurs montres.

3. Luxe, poinçon et notoriété

3.1. Informer, sanctionner : la presse et la loi

  • 13 Société des horlogers de Genève, De l’abus du nom de Genève, mémoires et documents, Genève, 1886 : (...)

21La lutte contre la fraude menée par la Société des horlogers de Genève, épaulée par l’État de Genève, se livre dans un premier temps sur le terrain de la communication. C’est effectivement par voie de presse que les fraudes sont dénoncées. L’enquête faite auprès des annonceurs précise les habitudes promotionnelles à l’œuvre dans la presse parisienne. Le négociant en horlogerie Aron Samson a nommé son magasin Comptoir de Genève pour indiquer que les montres sortant de ses magasins proviennent de Suisse tandis le directeur de la maison Bon Génie, Levy, précise qu’il s’agit « d’une réclame ayant pour but d’attirer l’attention du lecteur et qu’il ne connaît d’ailleurs à Genève aucun négociant en faillite »13. Ces principes publicitaires dénoncés dans le Journal de Genève sont suspendus le temps que le mécontentement retombe, mais reprennent ainsi qu’en atteste une annonce faite en janvier1881 dans le Figaro.

Illustration 5. Publicité frauduleuse, 1881, Le Figaro, janvier 1881

Illustration 5. Publicité frauduleuse, 1881, Le Figaro, janvier 1881
  • 14 Journal de Genève, le 13 janvier 1881.

22Bien que légèrement modifiée, l’annonce reprend les mêmes argumentaires en se référant non plus au Comptoir de Genève, mais de Suisse. Dans ce cadre, le Journal de Genève soutient l’initiative de la Société des horlogers de Genève en relayant son indignation : « Ce sont là, nous le répétons, des manœuvres frauduleuses très nuisibles au commerce et à l’industrie horlogère dans notre ville, et qui tendent à détruire sur le marché de l’étranger le renom d’habilité de nos fabricants en même temps que la réputation de loyauté de nos marchands dans cette branche si importante de notre travail national et de notre exportation. »14

  • 15 Mémorial des séances du Grand Conseil, session extraordinaire, Mercredi 21 octobre 1885, Genève : 2 (...)

23Cette campagne de presse n’est qu’un premier jalon pour obtenir l’adhésion de la population et réclamer la mise en place d’un arsenal législatif. En effet si l’usage des marques de fabrique est réglementé au titre de la loi de 1879, celui du nom du lieu de fabrique ne fait l’objet d’aucune protection. La Société des horlogers de Genève traduit donc une préoccupation qui touche à l’intérêt général du canton. En 1884, le Conseil d’État nomme une commission chargée d’étudier la question de l’abus frauduleux du nom de Genève. La nécessité de défendre l’appellation et de la réserver aux acteurs locaux semble acquise, mais les discussions mettent en exergue des divergences d’intérêts relativement fortes. Les horlogers ont à cœur de limiter l’emploi du nom de leur localité aux produits faits sur place tandis que les marchands horlogers ou les marchands bijoutiers réclament l’apposition de ce nom sur n’importe lequel de leurs produits, genevois ou non, au titre de leur commercialisation dans le canton. La logique défendue est révélatrice des pratiques commerçantes. Pour les ventes sur place ou à l’étranger, les marchands et les négociants d’horlogerie cherchent des assortiments de genres variés. En s’approvisionnant à l’extérieur du canton, ils trouvent des modèles de qualité moyenne ou médiocre introuvables à Genève. Ainsi, en les marquant du nom de leur localité, ils entendent faire valoir le lieu de leur installation commerciale en répondant aux demandes d’horlogerie commune que ne satisfait pas la production locale. La position des marchands ne fait donc pas la réputation de l’horlogerie de Genève. Or, l’enjeu est important, car la loi sur le lieu d’origine doit protéger la notoriété ancienne des montres de Genève. La Société des horlogers de Genève en est parfaitement consciente et estime « que ledit projet traite la question au point de vue commercial seul et ne donne pas satisfaction au travail national, soit à la fabrique d’horlogerie ». La loi promulguée en 1885 fait ainsi plus la promotion des activités marchandes que la réputation des montres de la localité. C’est à ce titre que les horlogers réclament immédiatement, comme un corollaire à cette loi sur le nom d’origine « L’établissement d’un bureau de contrôle facultatif pour les montres fabriquées à Genève. Ce contrôle est seul capable d’assurer le maintien et le développement de notre industrie. C’est le seul moyen que l’État possède pour protéger l’industrie horlogère et garantir aux acheteurs la qualité de la montre de Genève »15.

3.2. Poinçon et certificat d’origine : les paramètres de la qualité

24L’identification des montres produites à Genève est une préoccupation ancienne, car chaque moment de ralentissement des activités de la fabrique a été l’occasion d’en affirmer l’utilité au cours du XIXe siècle. Longtemps repoussée, elle est jugée délicate, car elle implique la détermination de critères de qualité admis par tous les fabricants et aisément mesurables. De fait, au moment où la fraude est la plus contestée, son utilité est réaffirmée, mais sa mise en pratique rencontre toujours la résistance de certains acteurs de la filière. Si les ouvriers voient dans le poinçon un moyen de sauvegarder leur emploi, l’Association des fabricants et marchands d’horlogerie s’oppose à la création d’un poinçon qui exclurait les produits faits à partir de pièces étrangères indépendamment de la qualité de leur facture. Les discussions largement publiées par voie de presse font cependant apparaître l’extrême nécessité de garantir au client l’origine de la fabrication de sa montre. Sur les marchés extérieurs, comme aux Indes, les montres de Genève perdent de leur crédit, selon un associé de Patek Philippe, tandis que des horlogers de Moscou ou de Saint-Pétersbourg réclament que des moyens leur soient donnés pour garantir l’origine genevoise de leur montre afin de les distinguer des pacotilles frauduleuses.

25Certificat et poinçon sont alors les deux remèdes préconisés pour assainir les pratiques commerciales et protéger le travail horloger dans le canton en clarifiant l’identité de provenance et la qualité de l’horlogerie de Genève. Si des certificats font déjà partie des documents accompagnant les montres livrées par certaines maisons horlogères, ils garantissent le niveau technique donné par la marque sans pour autant attester l’origine géographique de la production. Le projet de loi présenté au Grand Conseil le 13 janvier 1886 vise à instituer un bureau de contrôle facultatif des montres de Genève, « Chargé de délivrer aux fabricants, négociants ou marchands sur leur demande des certificats d’origine et d’apposer le poinçon officiel de l’État de Genève. » L’examen des montres ainsi soumises porte sur la bienfacture, la fiabilité et l’origine. L’engagement de l’État pour protéger le secteur horloger par l’apposition du poinçon aux armoiries du canton sur les modèles ayant satisfait aux contrôles prescrits renforce la lutte contre les fraudes. Dans ce cadre en effet, l’imitation du poinçon officiel de l’État jouerait, comme pour la fausse monnaie, sur un arsenal pénal plus efficace. Ainsi le vote de la loi de 1886 marque la naissance d’une labellisation qui unit une certification technique identifiant la bienfacture des montres et leur lieu d’origine.

26Le contrôle étant facultatif, nombre de maisons installées à Genève, parce qu’elles ne peuvent convenir à l’exigence géographique imposée par le poinçon ou parce que leur gamme de qualités n’entre pas le cahier des charges prescrit et établit de façon indépendante des certificats d’origine et de garantie. Pour Patek, Philippe & Ce, le recours au poinçon facultatif apparaît utile tout autant que la remise d’un certificat de la manufacture qui tout à la fois précise les garanties du fabricant sur le modèle, le niveau technique de la facture et de l’origine géographique. La publicité faite au lendemain de l’affaire d’Anvers est parfaitement exemplaire de cette stratégie distinctive qui implique de certifier la qualité des montres de la maison.

Illustration 6. Publicité Patek Philippe & Ce, 1889, Catalogue général officiel de l’Exposition universelle de 1889, Paris, 1889 : 270-271

Illustration 6. Publicité Patek Philippe & Ce, 1889, Catalogue général officiel de l’Exposition universelle de 1889, Paris, 1889 : 270-271
  • 16 Mémorial des séances du Grand Conseil, Genève, 3 novembre 1886 : 2325.

27Cette double certification, certificat de la marque et poinçon et certificat de l’Etat, consolide la réputation de la montre et authentifie des modèles vendus par des représentants dans toutes les parties du monde. Ce qui se joue derrière la mise en place du poinçon d’État, c’est bien de l’identification de montres, dont la qualité est redevable aux savoir-faire et aux compétences d’un territoire horloger, qu’il faut défendre et préserver la notoriété face à la profusion de montres de pacotille signées de Genève. Il s’agit d’attester de la bonne marche de la montre indépendamment de son modèle. Le conseiller d’État chargé de rapporter le projet l’explique clairement « sans doute, il y a différentes qualités de montres qui sont poinçonnées, il y a des chronomètres qui coûtent très chers et d’autres de qualité moyenne. »16 En définitive, la mesure vise à redonner son lustre à l’horlogerie de Genève en exigeant que le niveau de technique des montres fabriquées à Genève ne soit pas brouillé par une offre bas de gamme concurrente. Cette discipline de l’offre horlogère genevoise demeure facultative, mais exprime bien la volonté d’identifier les montres en fonction de leur bienfacture et de leur bonne marche. Ce niveau garanti fournit une base légale à la qualité qu’une montre de Genève est censée avoir. À ce titre, le poinçon est aussi constitutif de l’image de Genève en tant que place horlogère de haute qualité du seul fait qu’elle tente de se distinguer d’une offre de médiocre qualité.

3.3. Genève : capitale horlogère ?

28Les débuts sont difficiles ainsi qu’en atteste la faiblesse du nombre de montres présentées au contrôle.

Tableau 1. Nombre de montres contrôlées (1887-1914)

Tableau 1. Nombre de montres contrôlées (1887-1914)

Source : Mémoriaux des séances du Grand Conseil (1887-1914).

29La gratuité du contrôle adoptée en 1891 n’y change rien. La faiblesse du nombre de pièces coïncide avec celle du nombre de fabricants, ou négociants qui ont font la demande. Ils sont en moyenne une trentaine sur la période à faire poinçonner leurs montres.

Tableau 2. Nombre de fabricants demandant le poinçon d’État (1890-1914)

Tableau 2. Nombre de fabricants demandant le poinçon d’État (1890-1914)

Source : Mémoriaux des séances du Grand Conseil (1887-1914).

  • 17 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle (...)

30Pour convaincre de son utilité, il importe de stimuler la demande en informant les consommateurs : dans ce but, la commission entreprend des campagnes promotionnelles à Genève et à l’étranger. En multipliant les publicités localement, le comité souhaite informer les voyageurs de passage sur les critères à retenir pour sélectionner une montre de Genève. Le poinçon de l’État sur le mouvement et le cachet attaché à la montre sanctionnent une bienfacture. Rapidement aussi la création d’un certificat de marche devient indispensable pour garantir la régularité du fonctionnement de la montre. En 1893, Thiébaud, membre de la commission explique « les certificats de marche sont les compléments indispensables du contrôle c’est celui qui est réellement sérieux, car ces certificats permettent de satisfaire le droit incontestable de l’acheteur lorsqu’il désire non seulement savoir si sa montre est bien construite, mais encore dans quelle mesure elle a été réglée. »17

  • 18 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle (...)

31Si la certification s’affine, la publicité qui en est faite vise les espaces les plus fréquentés par les touristes, les hôtels, les gares et les ports du lac Léman. Annonces dans les guides ou revues de voyage, cartes réclames, mais aussi panneaux d’affichage forment le gros d’une communication locale qui semble peu audacieuse et manque de perspective. Ainsi en 1896, l’Exposition Nationale Suisse qui se tient à Genève sert plus de vitrine aux montres bas de gamme fabriquées hors du canton et vendues comme étant de Genève qu’à affirmer la valeur du poinçon de Genève. L’un des membres ne peut que le regretter : « Dans la situation exceptionnelle dans laquelle se trouvait notre ville cette année, on aurait pu faire davantage de réclame pour faire connaître le Bureau de contrôle surtout dans l’Exposition. Il s’est ouvert cette année un certain nombre de magasins plus ou moins provisoires qui ne vendent que de mauvaises montres, il se vend en outre au sein de l’exposition une montre pour 15 francs qui est de très mauvaise qualité et qui passe à tort pour être fabriquée à Genève, il semble qu’il eut été utile d’intervenir auprès du Comité central pour empêcher cette exploitation et du public et du nom de Genève »18.

32Ce rendez-vous manqué oblige à relancer la promotion du Bureau et marque l’affirmation de l’identité horlogère du canton. L’initiative contribue à ancrer l’expertise du bureau dans le territoire grâce notamment à la participation de la Société des intérêts de Genève responsable localement de l’information touristique. Dès lors l’État s’engage à ne plus offrir en cadeau protocolaire que des montres contrôlées, tandis que la carte promotionnelle du contrôle est redessinée avec un visuel de la ville.

Illustration 7 et 8. Carte réclame 1887, 1910

Illustration 7 et 8. Carte réclame 1887, 1910
  • 19 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle (...)
  • 20 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle (...)
  • 21 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle (...)
  • 22 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle (...)

33La promotion passe également par un élargissement de la campagne à l’échelle internationale. Les prospectus d’excursion en Suisse de l’agence Thomas Cook diffusés partout en Europe et aux États-Unis offrent une bonne visibilité au bureau de contrôle tout comme le journal L’Atlantique paraissant à bord des paquebots de la Cie générale transatlantique desservant l’Amérique du Nord. Pour autant le développement de la certification peine à s’affirmer au point que sa suppression est même évoquée. En 1898, la contraction du marché américain pèse en partie sur la demande de pièces poinçonnées. L’année suivante, l’affirmation de son utilité est renouvelée notamment pour permettre la distinction entre montres de qualités différentes. En effet, dans un avenir proche, certains horlogers souhaitent développer une offre de montre bon marché qu’il faudra pouvoir différencier des offres étrangères de même prix, mais de qualité inférieure. Cette préoccupation est d’autant plus importante que la persistance des fraudes impose une vigilance renforcée. En 1902, une affiche fait la promotion de la montre Zénith19, fabriquée au Locle en présentant un écusson aux couleurs rouge et jaune imitant assez bien l’écusson genevois. Six ans plus tard, face à la recrudescence des fraudes sur le nom de Genève, le Bulletin commercial suisse réaffirme l’utilité du poinçon de Genève, seule preuve d’une fabrication établie dans ce canton. Il n’en demeure pas moins que l’activité du Bureau souffre d’un manque constant de pièces à tester. En 1913, l’État de Genève décide d’ouvrir une grande enquête auprès des fabricants et des marchands d’horlogerie de la place pour leur demander leurs avis sur le bureau. La consultation qui n’a pas reçu l’engouement réclamé puisque seulement 38 % des questionnaires sont retournés, souligne l’une des raisons principales qui explique la faiblesse des contingents certifiés : « Le poinçon ne peut être placé sur une montre que lorsque les parties de cette montre sont entièrement faites à Genève, or ces montres-là sont généralement de première qualité et par conséquent d’un prix élevé, c’est pour cela que le poinçonnement n’est qu’exceptionnel comparativement à la vente totale des montres de Genève »20. De label distinctif de qualité et de provenance, le poinçon s’avère devenir un marqueur de l’offre haut de gamme de l’horlogerie genevoise. Dans ce cadre, les stratégies des marchands jouent souvent à l’encontre de l’essor de la certification. Le président du bureau l’exprime très clairement : « Tel négociant qui n’a chez lui que des montres dont les échappements sont faits en dehors de Genève dit qu’il n’utilisera donc jamais le contrôle et n’en affirme pas moins que la qualité de ses échappements et aussi bonne que celle des pièces fabriquées à Genève. Tel autre négociant, qui vend des montres de Genève et d’autres montres fabriquées aux montagnes, attirera loyalement l’attention de l’acheteur sur les deux genres qu’il peut livrer et lui dira que pour les premières il peut avoir le poinçon. Tel autre au contraire sera moins scrupuleux et voyant à qui il a à faire ne voudra pas s’exposer à voir partir le client trop peu fortuné pour se payer une montre de Genève »21. Au final, en certifiant la provenance de la montre, le Bureau exclut les bonnes factures proposées par des manufactures genevoises qui font appel à des fournisseurs extérieurs. La protection du travail dans le canton pèse ainsi sur la promotion de la qualité des montres proposées par les manufactures implantées à Genève. Cette division du travail qui caractérise la fabrique horlogère de Genève loin cependant d’affaiblir l’identité horlogère de la localité semble la renforcer. Poinçon d’État et marques souvent anciennes contribuent par leur réputation à promouvoir l’identité horlogère de Genève. Cette consolidation, entre territoire horloger et la qualité certifiée des montres qui s’y produisent, trouve une confirmation dans l’attraction de nouvelles entreprises. Le président du bureau de contrôle en est parfaitement conscient et l’exprime en ces termes : « Les anciens fabricants genevois n’ont pas besoin d’ajouter ce supplément moral à leur fabrication. Sauf erreur, les services du Bureau sont surtout mis à contribution par les fabricants du dehors venus ces dernières années s’établir à Genève et qui cherchent par là à donner du lustre à leurs produits »22. Dans ce cadre, le poinçon apparaît progressivement comme un agent structurant de l’identité horlogère du territoire. Il est le marqueur réel d’une valeur ajoutée que les nouvelles manufactures du canton recherchent pour profiter de la notoriété que cette référence leur accorde sur le marché.

34Est-ce parce qu’elle est consciente de l’avantage donné par son ancrage dans un territoire horloger ancien que la société Patek, Philippe & Ce participe activement à la promotion du poinçon en faisant régulièrement certifier ses montres ? S’il est difficile de l’affirmer, son implication est telle que le bureau de contrôle lui décerne un diplôme puis une médaille au titre du nombre de pièces poinçonnées consacrant de fait l’aura et la confiance gagnées sur le marché par ses montres.

Conclusion

35Né de la volonté de protéger les emplois du canton et de préserver la réputation acquise par un territoire et sa fabrique d’horlogerie, le poinçon de Genève certifie une bienfacture, une fiabilité et une provenance. Face à la profusion des abus sur la marque et l’usage du nom de Genève, fabricants et marchands horlogers ainsi que les pouvoirs publics tentent de discipliner leurs pratiques par l’établissement d’un arsenal juridique protégeant le nom d’origine et créant une certification. Cette nécessité de rétablir l’aura d’objets, les montres, au moment où leur statut social change, s’impose comme un moyen pour maintenir la confiance dans les fabrications de Genève. En retour, elle permet de recréer une distinction qui débouche sur l’affirmation d’une offre jugée haut de gamme par les contemporains. En ce sens elle participe à recomposer une démarcation entre produits et à redéfinir une hiérarchie entre pouvoirs d’achat différents. Le poinçonnage ne concerne qu’un nombre réduit de montres, mais attise progressivement l’intérêt d’une partie des acteurs de la filière horlogère et surtout de la clientèle à la recherche de distinction. Ainsi le contrôle officiel et facultatif des montres de Genève assuré sous l’autorité de la République et du canton de Genève participe à une double valorisation du produit en lui attribuant une part réelle relevant de sa qualité technique et une part plus « immatérielle » basée sur l’héritage horloger de Genève. À ce titre, le poinçon devient à côté de la marque une partie intégrante de la valeur de la montre en agrégeant progressivement aux caractéristiques techniques contrôlées, l’histoire d’un territoire (Assouplie, 2004). Ce dernier est mobilisé dans un récit qui est constitutif de l’identité et de la désirabilité de produits destinés à faire rêver autant qu’à donner l’heure.

Haut de page

Bibliographie

Assouplie, O. (2004). Les nourritures nostalgiques, Arles, Actes Sud

Beaur, G., H. Bonin et C. Lemercier (2006, 2013). Fraude, contrefaçon et contrebande de l’Antiquité à nos jours, Paris, Droz, 830p.

Beltran, A., S. Chauveau et G. Galvez-Behar (2001). Des brevets et des marques. Une histoire de la propriété industrielle, Ouvrage publié par l’INPI à l’occasion de son cinquantenaire, Paris, Fayard,

Blanchard, P. (2011). L’établissage. Étude historique d’un système de production horloger en Suisse (1750-1950), Espace quêtes et lacunes, les éditions de la Chatière.

Borsendorff, L-A. (1855). Un coup de loupe à l’Exposition universelle de 1855, revue complète sur les produits de l’horlogerie française et étrangère, figurant à l’Exposition universelle de Paris en 1855, Paris, 55p.

Boudin, H. (1855). Le palais de l’industrie universelle : ouvrage descriptif ou analytique des produits les plus remarquables de l’exposition de 1855, Paris : 133, 285, 298.

Bourdieu, J., M. Bruegel et A. Stanziani. (2004). Nomenclatures et classifications : approches historiques, enjeux économiques, Actes et communications, colloque Cachan 19-10juin 2003.

Dubois, P. (1853). Lettres sur les fabriques d’horlogerie de la Suisse et de la France, « Deuxième lettre, 6 août 1852 », Paris : 28.

Dubuisson-Quellier, S. et J-P. Neuville (2003). Juger pour échanger, la construction sociale de l’accord sur la qualité dans une économie des jugements individuels, Paris, MSH, 239p.

Girardin, J. (1856). Cordier Alphonse, Burel, Eugène, Rapport sur l’Exposition universelle de 1855 : suivi de la liste des exposants de la Seine-Inférieure, Paris : 32.

Koller, C. (2003). De la lime à la machine. L’industrialisation et l’État au pays de l’horlogerie, Contribution à l’histoire économique et sociale d’une région suisse, Ed CJE.

Landes, D. (1987). L’heure qu’il est. Les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, Paris, Gallimard.

Remaury, B. (2004). Marques et récits. La marque face à l’imaginaire culturel contemporain, Paris, IFM-regard.

Sougy, N. (2005). Entre protection et identification : La marque des montres suisses au xixe siècle, in D. Allérès, Marques de luxe, significations et contenu, Paris, Economic : 29-43.

Sougy, N. (2007). « Les produits d’or et d’argent à Genève au xixe siècle », in J-C. Daumas, M. De Ferrière le Vayer, Le luxe, Entreprises et histoire, 46 : 71-85.

Sougy, N. (2013). Luxes et internationalisation xvie-xixe siècles, Neuchâtel, Alphil.

Stanziani, A. (2003). La qualité des produits en France (xviiie-xxe siècles), Paris, Belin.

Verchère, I-A. (1862). Mémoire pour le concours sur les moyens de relever la fabrique genevoise d’horlogerie, Genève : 122.

Haut de page

Notes

1 Le magasin du Foyer, Chevalier éditeur, Paris, 1870 : 2-3

2 Mémoires sur la Question du Titre et du Contrôle dans le Canton de Neuchâtel, Neuchâtel, « Mémoire d’Henri Dameth », 1865 : 60.

3 Exposition universelle de New York en 1853. Mesures prises par l’administration française, résultats de l’Exposition, Paris, 1853 : 52.

4 Patek Philippe Sa, Genève, Archives historiques, Inv. 8503, p49-51, in Catalogue, Montres royales 1850-1910 par Patek Philippe, Patek Philippe Museum p 28.

5 Roussialle Denis, Quelques études sur l’horlogerie à l’Exposition universelle de Paris de 1889, Lyon, 1890.

6 Catalogue d’exposition, Montres Royales 1850-1910 par Patek Philippe, Patek Philippe Museum, Genève, 2005, 192p.

7 Catalogue général officiel de l’Exposition universelle de 1889, Paris, 1889 : 24.

8 Société des horlogers de Genève, De l’abus du nom de Genève, mémoires et documents, Genève, 1886 : 23.

9 Patek, Philippe & Ce, fabricants d’horlogerie à Genève contre A. Schwob & frère, négociants à Paris et à la Chaux-de-Fonds. Jugement du tribunal cantonal de Neuchatel du 18 novembre. Arrêt du tribunal fédéral suisse du 13 février 1891, Genève, 1891, 55p.

10 Patek, Philippe & Ce, fabricants d’horlogerie à Genève contre A. Schwob & frère, négociants à Paris et à la Chaux-de-Fonds. Jugement du tribunal cantonal de Neuchatel du 18 novembre. Arrêt du tribunal fédéral suisse du 13 février 1891 : 10.

11 Patek, Philippe & Ce, fabricants d’horlogerie à Genève contre A. Schwob & frère, négociants à Paris et à la Chaux-de-Fonds. Jugement du tribunal cantonal de Neuchatel du 18 novembre. Arrêt du tribunal fédéral suisse du 13 février 1891 : 16.

12 Patek, Philippe & Ce, fabricants d’horlogerie à Genève contre A. Schwob & frère, négociants à Paris et à la Chaux-de-Fonds. Jugement du tribunal cantonal de Neuchatel du 18 novembre. Arrêt du tribunal fédéral suisse du 13 février 1891 : 18.

13 Société des horlogers de Genève, De l’abus du nom de Genève, mémoires et documents, Genève, 1886 : 15.

14 Journal de Genève, le 13 janvier 1881.

15 Mémorial des séances du Grand Conseil, session extraordinaire, Mercredi 21 octobre 1885, Genève : 2141.

16 Mémorial des séances du Grand Conseil, Genève, 3 novembre 1886 : 2325.

17 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle des montres : procès-verbaux de la commission, 1887-1936, Séance 26 mai 1893.

18 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle des montres : procès-verbaux de la commission, 1887-1936, Séance 16 septembre 1896.

19 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle des montres : procès-verbaux de la commission, 1887-1936, Séance 9 janvier 1902.

20 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle des montres : procès-verbaux de la commission, 1887-1936, Séance 7 février 1913.

21 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle des montres : procès-verbaux de la commission, 1887-1936, Séance 7 février 1913.

22 Archives d’État de Genève, Registre des procès-verbaux des séances du Bureau de contrôle, Contrôle des montres : procès-verbaux de la commission, 1887-1936, Séance 7 février 1913.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustrations 1 et 2 : Présentation de la manufacture Patek, Philippe & Ce et de ses montres à l’Exposition universelle de Londres de 1851. Authority of the Royal Commission, Great exhibition of the Works of industry of all nations, Official descriptive and illustrated Catalogue, London, 1851, p1283-1284
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-1.png
Fichier image/png, 319k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-2.png
Fichier image/png, 312k
Titre Illustrations 2, 3 et 4. Publicités frauduleuses de montres de Genève, 1880. 2 et 3 Le Figaro, 20 décembre 1880. 4 Le petit journal, 25 décembre 1880, p. 4
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Illustration 5. Publicité frauduleuse, 1881, Le Figaro, janvier 1881
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-4.png
Fichier image/png, 97k
Titre Illustration 6. Publicité Patek Philippe & Ce, 1889, Catalogue général officiel de l’Exposition universelle de 1889, Paris, 1889 : 270-271
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-5.png
Fichier image/png, 119k
Titre Tableau 1. Nombre de montres contrôlées (1887-1914)
Crédits Source : Mémoriaux des séances du Grand Conseil (1887-1914).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-6.png
Fichier image/png, 27k
Titre Tableau 2. Nombre de fabricants demandant le poinçon d’État (1890-1914)
Crédits Source : Mémoriaux des séances du Grand Conseil (1887-1914).
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-7.png
Fichier image/png, 19k
Titre Illustration 7 et 8. Carte réclame 1887, 1910
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7370/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Sougy, « Le luxe des montres (xixe-xxe siècle) : réputation et identité de l’horlogerie de Genève », Études caribéennes [En ligne], 30 | Avril 2015, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7370 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7370

Haut de page

Auteur

Nadège Sougy

Université de Neuchâtel ; Professeure Assistante ; nadege.sougy@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org