Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Les horizons du divers : autour du postcolonial

Anne Pajard
Référence(s) :

Joubert Claire (dir.), Le postcolonial comparé : anglophonie, francophonie, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2014, 289 p.

Texte intégral

1Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre Le postcolonial comparé : anglophonie, francophonie, cet ouvrage ne propose pas la comparaison entre des courants théoriques postcoloniaux anglophones et francophones, mais dessine des passerelles entre territoires, langues et traditions universitaires souvent cloisonnés.

2L’entreprise de comparaison ne serait pas envisageable, car les postcolonial studies sont profondément ancrées dans un monde académique anglophone qui n’a pas d’équivalent en France. En effet, ces approches post-coloniales, qui interrogent les traces contemporaines d’une histoire coloniale très sensible en France — comme le montre l’intensité des conflits mémoriels contemporains autour des questions qui touchent aux anciennes colonies —, ont été longtemps ignorées, évitées, voire combattues. Pourtant, les perspectives de ce mouvement, — qui s’est principalement attelé aux fondements idéologiques des cadres coloniaux, aux représentations créées qui influent sur les sociétés bien après la fin des empires —, se sont développées dans la recherche anglophone, en prenant appui sur les travaux du philosophe français Michel Foucault et ont largement puisé dans la pensée d’auteurs français issus des anciennes colonies telles qu’Aimé Césaire ou Frantz Fanon. Après une longue période de réception marginale ou tendue, les postcolonial studies intègrent aujourd’hui le champ universitaire français. La publication de cet ouvrage inaugure une conversation féconde entre des horizons linguistiques et des perspectives disciplinaires divers. Elle intervient comme la voie d’un prolongement des postcolonial studies, dont l’essoufflement a été fréquemment relevé ces dernières années, y compris dans l’espace universitaire anglo-saxon.

3Coordonné par Claire Joubert, le livre propose une dizaine de contributions originales de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés comme Robert J.C. Young, J. Michael Dash ou encore Myriam Cottias.

4Les Postcolonial studies — dont les perspectives sont très largement questionnées —, ne sont pas proposées comme une théorie aux frontières hermétiques à adopter, mais comme un point de départ d’analyses comparatistes pour resituer le rapport entre la culture et le savoir, l’importance des situations d’énonciation, de l’exercice des pouvoirs, des modalités de circulations et des exigences d’émancipation qui peuvent émerger dans un contexte marqué par la Mondialisation.

5Les auteurs soulignent l’intérêt de la méthodologie mise en œuvre par le courant des Postcolonial studies, pour repenser, de façon pluridisciplinaire, la relation entre culture et pouvoir, d’un point de vue historique, mais comme outil contemporain pour explorer la Mondialisation actuelle. L’analyse du discours, à la genèse de ces perspectives postcoloniales, a en effet permis de mettre au jour l’instrumentalisation du culturel au service de stratégies de dominations politiques et économiques tout autant que le rôle des écrivains, poètes ou chercheurs dont les biographies et écrits sont étroitement liés à l’histoire des indépendances, des luttes contre les différentes formes d’oppression et pour l’obtention de droits garantissant l’égalité.

6Démontrant les ramifications complexes, les circulations (Caraïbe et Amérique, Afrique, Asie, Europe), échanges, rencontres, influences et solidarités transnationales entre des mouvements intellectuels de lutte contre les dominations, sans pour autant nier les ambiguïtés (culturelles, sociales…) et relever les polarités, l’ouvrage associe et confronte des projets poétiques et politiques d’aires linguistiques distinctes et fait surgir des jonctions inédites entre des histoires jusqu’alors maintenues à distance. Les contributions révèlent des intersections de l’ordre du style, des thèmes, des références, des personnages (…) entre des œuvres issues d’auteurs d’espaces postcoloniaux distincts, mais parfois géographiquement très proche et interrogent la question de la différence culturelle et de ses fabriques, conditionnée par les espaces linguistiques et les champs scientifiques disciplinaires institutionnalisés répondant eux aussi à des logiques de pouvoir.

7Les auteurs, faisant la part belle à la Caraïbe, rappellent qu’il il y a tout un monde (ou un Tout-Monde) de la pensée qui invite au décloisonnement, un espace longtemps réduit au « tiers-mondisme », et encore largement méconnu en dehors de ces grandes figures, espace dont la créativité et le cheminement restent à connaître et à croiser pour une grande partie du monde académique.

8Au cœur de cette étude, on peut lire l’importance de la création poétique, son pouvoir de contestation autant que d’invention de nouvelles propositions ; force poétique évoquée peut-être comme une piste pour réinvestir le champ politique et construire d’autres modèles de sociétés transnationales capables de redéployer de nouvelles citoyennetés.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Pajard, « Les horizons du divers : autour du postcolonial », Études caribéennes [En ligne], 30 | Avril 2015, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7419

Haut de page

Auteur

Anne Pajard

Université des Antilles ; Doctorante en sciences de l’information et de la communication ; anne.pajard@martinique.univ-ag.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org