Navigation – Plan du site
Le luxe dans tous ses états : fondements, dynamiques et pluralité

Le tourisme : un luxe réinventé ?

Tourism: Re-inventing Luxury?
Yolanda Onghena

Résumés

Parler de tourisme, c’est parler de rêves et d’illusions, mais aussi d’ambigüités et de contraintes. D’un côté, il y a les expectatives des touristes à la recherche d’expériences authentiques et de l’autre côté, chez la population hôte peut se produire le sentiment d’une expérience déséquilibrée et inégale. Il peut en résulter des malaises pour les uns et des expériences frustrantes pour les autres, ou tout peut rester au stade d’une simple recréation artificielle des uns sans les autres, au service d’une mode ou une tendance globale. Pour aborder ce changement de paradigme et comprendre les interactions entre personnes, nous proposons le prisme du luxe, le luxe comme signe de différenciation par excellence, pour analyser les interactions entre tous les participants. Nous nous concentrerons sur les nouvelles possibilités de mobilité et de communication que les processus de globalisation ont mises en marche. Jusqu’où le tourisme permet-il une interaction réelle entre les personnes et un dialogue interculturel entre sujets ? De quelle façon les changements dans les comportements provoquent-ils des transformations dans la demande et l’expérience touristique ?

Haut de page

Texte intégral

« Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté. »
C. Baudelaire

Introduction

1Le tourisme, comme objet d’étude pluridisciplinaire, a besoin de la vision d’économistes, d’urbanistes, de géographes, d’archéologues, de sociologues d’anthropologues, d’historiens, etc. Tous peuvent apporter des données pour l’analyse des causes et des effets multiples de cette activité. Par contre, dans la réalité, les discours sur le tourisme se font trop souvent à partir de l’« offre touristique » et ses possibilités de projection -voire de spéculation, du patrimoine à la projection d’icônes- en mettant l’accent d’une part, sur les revenus touristiques, et d’autre part, sur les risques d’abandon d’une destination touristique. Si le tourisme est objet d’étude de plusieurs disciplines qui analysent les causes et les effets de ce phénomène selon leurs méthodologies, une chose est certaine : sans touristes, le tourisme n’existe pas. Jusqu’où le tourisme favorise-t-il une interaction réelle entre les personnes ? Compte tenu de la difficulté d’avoir des opinions directes sur la demande touristique, on laissera parler les articles de la presse quotidienne locale pour voir jusqu’où la demande est traduite par un système de communication qui prend en charge le désir d’évasion. De quelle façon les changements dans les comportements provoquent-ils des transformations dans la demande et l’expérience touristique ? Sans oublier la nécessité de repenser le rôle, la responsabilité et la participation de toutes les personnes impliquées dans ce processus pour voir jusqu’à quel point les transformations actuelles qui traversent le système touristique peuvent générer une responsabilité partagée et contribuer à un développement durable. Ce n’est pas le tourisme qui change, mais les facteurs de base, les ressources, qui favorisent les contacts et les interactions humaines dans le tourisme. Le changement d’un de ces facteurs de base modifie de façon directe ou indirecte la demande et l’offre touristique et conduire à des situations de saturation ou d’abandon de la destination touristique.

2Les touristes proviennent de différents pays, de différentes régions à l’intérieur de ces pays et de classes sociales différentes. De plus, les perspectives qu’ils mettent dans leurs déplacements sont également variées. Il s’agit d’un groupe qui n’a pas d’origine commune, ni des cultures homogènes ni des comportements similaires. Le point commun est le désir de rompre la routine quotidienne : échapper au stress et se réaliser « autrement ». Une caractéristique essentielle de ce désir est une certaine caractéristique hédoniste : « être différent et au sein de cette différence, celui de la distinction qui fait qu’on a plus de goût, plus d’originalité, plus de moyens, plus d’informations que les autres » (Michaud, 2013). On est dans le domaine du symbolique et de l’imaginaire, mais aussi du superflu et pour ce qui est « l’ailleurs », parfois même dans le domaine de la tyrannie d’une planète qui devient trop petite parce qu’elle a été parcourue dans tous les sens et trop familière parce qu’on peut accéder à tout genre d’information.

3Le tourisme évolue et deux éléments importants de ce changement sont : la mobilité - avec un accès beaucoup plus élargi à cette mobilité- et les nouvelles technologies qui introduisent les pratiques touristiques dans une nouvelle dimension. Ces deux éléments sont deux piliers importants du processus global et expliquent la construction d’une circulation transnationale qui permet de repenser le social au-delà des frontières nationales. En ce sens le tourisme est un laboratoire où les transformations dans les comportements sont aussitôt prises en charge dans le système touristique pour optimiser la commercialisation du produit.

4Pour aborder le luxe, il sera d’abord appréhendé dans sa signification actuelle, qui après un moment de démocratisation (la société de consommation), cherche de nouveaux atouts pour pouvoir continuer à séduire. Dans un deuxième temps, il s’agira d’interpréter la relation du luxe et de l’envie de distinction dans le champ du tourisme, de voir quelles sont les éléments de réponses apportés par le système touristique, avec d’un côté une banalisation de la mémoire et de l’autre une individualisation croissante. Pour conclure, des lignes émergentes seront esquissées pour voir dans quelle mesure une transformation sociale profonde peut donner de nouvelles opportunités au développement durable dans un contexte de connexion transnationale.

1. Le luxe commercialisé

5Un élément très sensible dans l’envie de tourisme et qui fait partie de la nature du tourisme depuis l’origine, est le sens du luxe. Le luxe qui a été présent dans toutes les programmations et activités touristiques, ce luxe qui habite les désirs et qui est si important lors du choix final. Ce luxe a subi une transformation substantielle. Ce changement dans la perception du luxe nous permet d’appréhender les évolutions de comportements du citoyen de ce nouveau siècle et voir comment son éternel désir de rompre ce quotidien est pris en charge par le système touristique.

6Le luxe a été considéré pendant des siècles comme une suite sans fin de faux plaisirs « en fragilisant le corps et l’âme ». En plus il était « le coupable de corruption des coutumes et enfoncements des villes, incompatible avec le bonheur et entrainant automatiquement la décadence des peuples » (Lipovetsky et Roux, 2004). Cette vision du luxe imprégnée de critique morale a marqué l’analyse jusqu’au XVIIe siècle, moment à partir duquel surgissent les premières apologies modernes du superflu et de la richesse. A cette période, se développe une autre morale régie par les luttes symboliques des classes sociales ; l’accent est mis sur les modèles interprétatifs de distinction. Une nouvelle culture s’installe et une nouvelle économie de luxe où les « marques » acquièrent une signification nouvelle. Les passions aristocratiques et démocratiques cohabitent sur le terrain du mythe qui peut être de longue durée : l’éternelle compétence entre tradition et innovation, entre mythe et modernité, comme de courtes durées : c'est-à-dire la mode. Lipovetsky résume les changements cruciaux dans les dernières décades de la manière suivante : l’émergence de nouvelles classes, la globalisation, la diffusion du luxe dans de nouveaux pays. Ainsi, le Japon est le premier pays du monde pour les marques de luxe (Lipovetsky et Roux, 2004). En même temps la visibilité sociale du luxe s’est multipliée par l’augmentation de marques de luxes et l’élargissement du public capable de consommer du luxe, par l’intensification de la publicité et de la médiatisation en général, et par l’extension des réseaux de distribution.

7Deux tendances qui s’imposent : d’une part, une banalisation de l’accès au luxe ce qui le démythifie et, d’autre part, une tendance à produire de nouveaux rêves et une nouvelle attraction selon les politiques d’image. On parle de société de consommateurs où « personne ne peut se convertir en sujet sans auparavant convertir en produit, et personne ne peut préserver son caractère de sujet s’il ne s’occupe pas de ressusciter, revivre et réalimenter perpétuellement les qualités et habilités, qu’on exige à tout produit de consommation » (Bauman, 2007). Un défi pour un système dans lequel le sujet consomme des pays ou des paysages (autres que les siens) et où le luxe lui satisfera son envie de distinction. « L’attraction réside dans un idéal concret de voyage dans lequel, les repas, les logements, les moyens de transport doivent être plus luxueux, plus élaborés et plus exquis que ses équivalents dans son pays » (Mac Cannel, 2007).

8Entre le luxe et l’individualisme, un nouveau système s’installe dans le sens où le luxe a perdu son exclusivité jusqu’au point d’une banalisation totale qui voit les icônes du luxe perdre leur capacité de différenciation. «Moi, je l’ai déjà fait» est le titre d’un article sur le luxe en relation avec le tourisme dans le dominical du journal El Pais (27 avril 2008). « Rien n'est exotique ni exclusif si tout le monde peut y accéder. Le luxe de voyager dans un monde global est vivre de nouvelles expériences ». Les Caraïbes ont perdu leur glamour, l’Everest semble une rue de Londres… mais il y a un nouveau style qu’on peut contracter : se laisser accompagner par une personne pour faire (ensemble) les achats dans une ville qu’on ne connaît pas. Pour cette occasion il y a aussi des agences qui louent un sac de Prada en régime de leasing, ou une Ferrari F430. Tout cela pour ne pas se retrouver seul et ainsi se laisser inspirer dans ses achats par quelqu’un du lieu.

  • 1 El Pais, novembre 2007.

9Puisque l’accès au luxe s’est démocratisé, on commence à aimer les objets de luxe pour eux-mêmes et plus seulement comme symboles de statut et de pouvoir. Pour Enrique Loewe, arrière-petit-fils de l’allemand qui fondait il y a un siècle à Madrid une des plus grandes entreprises espagnoles dédiée au luxe, c’est une idée en révision : « aujourd’hui, le luxe est plus de culture, plus d’objets compagnons. Pas l’or et l’ostentation. C’est une forme d’utilisation du temps, qui est le luxe majeur1 ». Ces mutations invitent à reconsidérer les sens social et individuel de l’expansion globale des imaginaires, des signes et des récits « ainsi que le rôle traditionnellement structurant des stratégies différenciatrices et les affrontements symboliques entre groupes sociaux » (Lipovetsky et Roux, 2004).

2. Le tourisme : mobilité, communication et mémoire

10Le tourisme a eu une relation étroite avec le luxe, pour ne pas dire qu’à son origine le tourisme était « luxe », un élément essentiel de différenciation de classes: les touristes étaient ceux qui avaient l’argent et le temps pour voyager. Ceci a changé avec les congés payés pour les ouvriers, point de départ d’un tourisme qui devient une industrie : « le tourisme de masses » à l’instar de la société de consommation. Ce changement se fonde sur l’évolution d’éléments de base sans lesquels le tourisme n’est pas possible : c’est l’évolution des moyens de transport et leur accessibilité. Les flux se diversifient : ils ne sont plus seulement au départ de l’Occident, désormais les pays longtemps récepteurs de touristes sont également émetteurs de touristes. Le tourisme devient un bien complémentaire et symbolise un statut au-delà des frontières. Donc le luxe perd son privilège occidental et devient un désir « global ». Les classes moyennes et supérieures des pays riches poursuivent leur quête de voyages toujours plus éloignés et plus insolites tels des vacances sur une plateforme pétrolifère en mer du Nord, la visite de Tchernobyl, un séjour au Brésil avec la visite des favelas, une prison devenue hôtel de luxe, etc.

11Le touriste du XXIe siècle

12Tout d’abord il y a des touristes, au pluriel, avec leurs provenances multiples, nationales et sociales, mais qui partagent une même émotion avec l’envie de rompre la monotonie quotidienne. Pour satisfaire et pouvoir maintenir un certain niveau idéal d’émotion, le tourisme doit continuellement stimuler cette quête, même avec l’animation de ressources artificielles capables de compenser les carences et autres insuffisances du quotidien. En ce sens le touriste est un consommateur d’exotisme (Augé, 2003). Dans son désir réel de « partir ailleurs », il veut retrouver les mêmes commodités que « chez lui », sa chaîne de télé, sa cuisine, etc. Et il y a aussi la seconde émotion, celle du « retour chez lui » : ses compagnons, les expériences racontées, les commentaires échangés sur la commodité des chaînes hôtelières, les vidéos filmées, autant de trophées rapportés en guise de souvenir qui prouvent qu’il y a été... Le tourisme est un immense terrain où un nouveau luxe peut s’exprimer en relation directe avec ces nouvelles consommations qui permettent de chasser et de posséder un substitut commercialisé de l’authentique, du « vrai autre » : des caméras toujours plus sophistiquées, remplacées d’un voyage à l’autre, des expériences chaque fois plus insolites vantées par les revues spécialisées, sans parler des expériences multiples croisées dans les réseaux sociaux.

13En résumé, l’accès à ce produit d’antan, luxueux, de plus en plus généralisé et banalisé, doit renouveler ses fondements et ses produits. Si le luxe pour une génération antérieure était fait de « vieux», aujourd’hui, au contraire il semble complètement moderne. « S’agit-il d’un retour d’anciennes valeurs en même temps que d’une inflation du mémorial et de l’authentique ?» (Lipovetsky et Roux, 2004). Donc, d’un côté, il y a une intensification des recherches pour satisfaire la soif de nouveautés et, en même temps, une banalisation des grandes marques historiques, des mémoires, des commémorations et des héritages. Hier les pratiques balnéaires, les croisières apparaissaient comme autant d’activités d’une autre époque, d’une aristocratie d’antan. Aujourd’hui, répondant au stress du quotidien de la vie citadine, le regain d’intérêt pour les bienfaits de l’eau et des bains est pris en charge par les hôtels et le tourisme. Avec la démocratisation des vacances en mer, les offres se sont multipliées au risque de ne plus répondre à la recherche du «luxe» dans des paquebots toujours plus grands d’une croisière livrée au tourisme de masse. La globalisation produit aussi des icônes globales, vues et reconnues de tous, de nouveaux hôtels ou bâtiments emblématiques construits par des architectes célèbres, qui forment part d’un imaginaire, interchangeable à niveau global, mais en compétition à niveau local. On ne va plus à la ville comme une simple destination géographique, mais à la ville de «quelqu’un» et à un moment donné.

  • 2 “Conde Nast Traveler, Travel & Leisure dans leurs bateaux : Harmony, Serenity y Symphony », El Pais (...)

14Pour pouvoir satisfaire ce désir de luxe dans sa dimension de différenciation, l’offre touristique connaît une personnalisation grandissante à l’image de l’individualisation croissante de la société en général. Cela devient une affaire personnalisée, une relation individualisée. Une firme de croisières par exemple invite Isabella Rosselini comme passagère de plusieurs croisières de luxe, contribuant à construire la notoriété de la compagnie. La possibilité de la rencontrer lors d’une croisière ou de partager sa table est très rare, mais le croisiériste pourra séjourner dans l’une des « suites Rosselini » qu’elle a personnellement décorées et il demeurera l’une émotion de la voir apparaitre lors du service. Une autre dimension permettant de donner une valeur ajoutée supplémentaire de cette offre différenciée joue sur l’incorporation de personnes icônes telles de grands chefs de cuisine qui, lors d’une croisière, prodiguent quelques cours et proposent des dégustations culinaires tout au long d’une croisière. Ce sont aussi des cours de langues à bord avec d’éminents professeurs, des classes de piano, en collaboration avec Yamaha ou des classes magistrales d’art par des experts de Sotheby2.

  • 3 «Une molécule dans la ville de Tintin : Du vin chaud dans la taverne du Roi d’Espagne », El Pais, 8 (...)
  • 4 « Haendel et Hendricks, de porte en porte, la mémoire en cercles bleus», El Pais, 24 novembre 2008.

15Parallèlement il y a la prolifération des discours identitaires, des lieux de mémoire connaissent un vif intérêt. S’agit-il d’un hommage à ce qui est immuable, à ce qui ne se « démode » pas dans une époque où règne l’éphémère ? Ou est-ce un effort de réconciliation d’un moment court, d’un effet de mode, avec ce qui est éternel ? Le tourisme a trouvé un immense terrain à exploiter, entre tourisme de mémoire et évènementiel, au gré des calendriers de commémorations : 500e anniversaire de la mort de tel personnage mythique, les 200 ans de la naissance d’un autre. Parlant de cet abus de commémorations, P. Ricœur (2000) dit être : « toujours confondu par l’inquiétant spectacle offert par l'excès de mémoire ici et l'excès d'oubli là-bas, en marge de l'influence des commémorations et des abus de mémoire et de l'oubli. L'idée d'une politique de la juste mémoire est donc un de mes thèmes civiques déclarés ». La combinaison des personnages et des lieux de mémoire est la tendance générale dans la plupart des articles sur les destinations de voyage. Cette approche marketing donne des résultats dans divers programmes touristiques de villes européennes dans le renouvellement de leur attraction touristique : Bruxelles devient la ville de Tintin3. Londres mémorise avec ces fameuses plaques bleues les endroits où vécurent des habitants célèbres, de Lord Byron jusqu’à Vivien Leigh ; la première plaque fut installée en 1887, désormais 800 plaques agrémentent les promenades londoniennes indiquant autant de bâtiments où vécurent des femmes et des hommes de talent4.

16C’est aussi «l’autre», celui qui est chez nous, qui devient l’icône d’intérêts touristiques : le multiculturel qui se construit dans les quartiers des grandes villes devient alors un élément enrichissant de l’offre touristique en milieu urbain comme « le savoureux Paris multiracial », à travers les cultures arabes, orientales, africaines, etc. dans les rues de la capitale française. Du jardin vertical de Patrick blanc au Little Tokyo en passant par la grande mosquée, avec une halte dans le magasin Colette pour repasser les dernières tendances en matière de mode5. Comme d’autres villes à travers le monde, Barcelone répond au prototype de ville moderne et métisse où la rencontre des cultures est évidente dans n’importe quel quartier de la ville. Les flux migratoires importants, surtout du continent africain, du sud-ouest asiatique et d’Amérique latine participent à la construction d’une ville cosmopolite6. Il s’agit de la différence qui séduit, d’un exotisme urbain capable de promouvoir un tourisme «différent» illustrant les propos de Jean Baudrillard (1997) « avec la modernité, on est rentré dans l’ère de production de l’ « autre ». Il ne s’agit plus de le tuer, de le dévorer ou de le séduire, de lui faire front ou de rivaliser avec lui, de l’aimer ou de le haïr, il s’agit avant tout de le produire »

3. Contact interpersonnel et société high-tech

17Le parallélisme entre l’évolution du sens du luxe et le comportement du touriste lui-même, de son désir de tourisme, montre la vulnérabilité d’un système touristique qui doit sans cesse se renouveler, s’adapter, dans ses produits, mais aussi dans l’animation des territoires d’accueil.

18Les citoyens de la société high-tech sont désespérément en quête de contacts humains. Sur le plan touristique, une évolution se profile dans l’interaction avec la population locale à travers de guides spécialisés qui ne doivent pas seulement informer, mais également stimuler l’enthousiasme du touriste pour atteindre une satisfaction totale de l’expérience touristique. D’autres genres de tourisme ont besoin d’un accompagnement spécialisé pour pouvoir consommer le rituel et rentrer avec le trophée : une photo dans le désert avec le chauffeur du véhicule tout-terrain ou avec le sherpa sur les cimes de l’Everest. Sans ces personnes qui sont à la fois des habitants et des connaisseurs du territoire, l’expérience touristique pourrait difficilement être vécue comme une réussite. Le tourisme sans l’hospitalité peut déclencher une « large chaîne parasitaire qui arrive à détruire la structure d’accueil et fait de la relation sociale une chaîne d’abus et de tromperies » (Morandon, 2004). Dans ce sens, seulement l’hospitalité renouvelée, en collaboration avec la population, est capable d’effacer du système touristique ce caractère de parasitisme. Sans hospitalité, n’importe quel visiteur devient automatiquement un parasite.

19En même temps, le touriste de ce siècle, dans son quotidien, passe des heures devant l’ordinateur, parle avec des personnes de n’importe quel endroit du monde par Skype (Escaping from the reality) et organise sa vie en compagnie des nouvelles technologies. Pour le tourisme, Internet et les TTII donnent de nouvelles opportunités tant au niveau de la demande que de l’offre touristiques. Ces transformations sont déjà prises en compte par le système, mais l’accélération du rythme de ces transformations et l’autonomie personnelle des interactions virtuelles sont difficiles à contrôler. Si en ce moment le système touristique parle de e-tourism, le secteur des nouvelles technologies propose déjà de changer le « e » par « my » qui est moins impersonnel : « My-bay » pour la vente sur Internet, « My World » GIS le dernier software d’analyse géographique. « My Space » où chacun peut se représenter à lui-même, ce qu’il fait, ce qu’il aime, mais en même temps partager un espace, une musique. La tendance est d’arriver à installer un « we » dans le futur pour montrer qu’il s’agit d’une communauté virtuelle transnationale.

20Les références et les recommandations des autres voyageurs sont des données importantes à l’heure du choix de la destination, de l’organisation de son voyage. Les agences commencent à ouvrir leurs sites sur Internet en laissant la possibilité d’intervention directe de leurs clients pour que leur opinion arrive à d’autres clients potentiels7.

21Une autre interaction plus directe entre internautes, prise en compte par les agences, est le champ des réseaux sociaux, par exemple Facebook, twitter, les fusions entre blogs et messageries instantanées où les internautes communiquent en direct à travers le site Internet et les messages émis depuis leur téléphone portable pour expliquer «ce qu’ils sont en train de faire », échanger des opinions ou donner des conseils, en un mot : pour être en connexion. “Twitter is a service for friends, family, and co–workers to communicate and stay connected through the exchange of quick, frequent answers to one simple question: What are you doing?8Ces nouvelles technologies facilitent le contact direct entre la population locale et les touristes. Le lieu le plus éloigné peut être à portée de n’importe quelle personne on-line en un minimum de temps à partir d’une vision personnalisée et une interaction directe pour « des vacances originales à la rencontre des gens qui au cœur de leur région vous en feront découvrir les moindres trésors. Bon voyage et bonnes vacances »9.

Conclusion

22Face à la recherche continuelle de renouvellement de l’offre, la nécessité de l’adapter à une demande toujours plus exigeante et plus spécifique, plus personnalisée, le système touristique doit prendre en compte la plus grande implication de la population locale. Cette interaction croissante et ce dialogue direct (de personne à personne) sont intégrés dans les lignes de marketing, avec l’intégration de figures historiques mythiques qui éveillent la mémoire des lieux, des personnages icônes qui donnent du sens au luxe, de nouveaux accompagnateurs –professionnels extérieurs au champ du tourisme- qui donnent une nouvelle dimension à l’offre de séjour.

23Les transformations des comportements en relation avec les nouvelles technologies, surtout de la part des jeunes générations, aussi bien des pays émetteurs que les pays récepteurs de tourisme, auront une influence considérable sur l’évolution future du système touristique. Les réseaux sont devenus des lieux communautaires connectés qui pensent, qui échangeant et se projettent : « hybrides, nous-mêmes. Notre véhicule est la notion de traduction ou de réseau. Plus flexible que la notion de système, plus historique que celle de structure, plus empirique que celle de complexité, le réseau est le «fil d’Ariane» des histoires mélangées » (Latour, 1991).

24Pourra-t-on parler bientôt d’une construction collective de sens au-delà des frontières et à travers des réseaux chaque fois plus denses et plus présents ? Seront-ils capables de remettre en question l’hégémonie de ce secteur protégé par les pouvoirs nationaux ? Les transformations sociales et culturelles ont besoin d’être situées dans un climat de solidarité transnationale entre touristes, entreprises et population locale, tous affectés par le destin de ce système, dit «intangible», mais qui par contre n’existerait pas sans les «tangibles», c'est-à-dire les touristes et les populations hôtes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Augé, M. (2003). El tiempo en ruinas, Barcelona, Gedisa.

Baudrillard, J. (1997). Écran Total, Paris, Galilée.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bauman, Z. (2007). Consuming life, Cambridge, Polity press,
DOI : 10.1177/146954050100100102

Berlyne, D.E., (1962). Antropology and human behaviour, Washington DC, Anthropological society of Washington.

Bhaba, H. (2007). The urgency of theory, Manchester, Carcanet press.

Garcia Canclini, N. (1989). Culturas hibridas, Mexico D.F, Grijalbo.

Hofstede, G. (1991). Allemaal anders denkenden, Omgaan met cultuurverschillen. Amsterdam, Contact.

MacCannel, D. (2007). Lugares de encuentro vacíos, Barcelona, Melusina,

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Latour, B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes, Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La découverte.
DOI : 10.1016/S1240-1307(97)86232-2

Lipovetsky G. y E. Roux (2004). El lujo eterno. De la era de lo sagrado al tiempo de las marcas, Barcelona, Anagrama.

Morandon, A. (dir) (2004). Le livre de l’hospitalité, Paris, Bayard.

Michaux, Y. (2013). Le nouveau luxe. Expériences, arrogance, authenticité, Paris, Éd. Stock.

Prat, J. y A. Martinez (1996). Ensayos de antropologia cultural, Barcelona, Ariel.

Ricœur, P. (2000) La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Ed du Seuil. Santana, Agustin (1997) Antropologia del turismo, Barcelona, Ariel.

Smith, V.L. (1989). Anfitriones e invitados, Madrid, Endimión.

Warnier, J.P. (1999). La mondialisation de la culture, Paris, La Découverte.

Wieviorka, M. (2001). La différence, Paris, Balland.

Haut de page

Notes

1 El Pais, novembre 2007.

2 “Conde Nast Traveler, Travel & Leisure dans leurs bateaux : Harmony, Serenity y Symphony », El Pais 10 mars 2007

3 «Une molécule dans la ville de Tintin : Du vin chaud dans la taverne du Roi d’Espagne », El Pais, 8 mars 2008.

4 « Haendel et Hendricks, de porte en porte, la mémoire en cercles bleus», El Pais, 24 novembre 2008.

5 «Le savoureux Paris multiracial », El Pais, 17 novembre 2007.

6 http://www.bcn.es/turisme/castella/turisme/rutes/mcult_int_fr.htm#apartat3

7 Par exemple : www.lastminute.com et www.Atrapalo.com.

8 http://twitter.com/

9 http://www.chambrehote.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yolanda Onghena, « Le tourisme : un luxe réinventé ? », Études caribéennes [En ligne], 30 | Avril 2015, mis en ligne le 02 juillet 2016, consulté le 26 août 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7475 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7475

Haut de page

Auteur

Yolanda Onghena

Senior research fellow intercultural dynamics ; CIDOB Barcelone ; Espagne ; yonghena@cidob.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org