Navigation – Plan du site
Hors dossier

La manufacture de soie et ses tentatives d’implantation dans le domaine colonial des Antilles françaises. L’exemple de la Martinique de la fin de la compagnie des Indes occidentales à l’orée du xviiie siècle

Silk factory and its attempts of establishment in the French West Indies colonial domain. Example of Martinique at the end of the West India Company at the edge of the eighteenth century
Manuel Marie-Luce

Résumés

La manufacture de la soie est une industrie qui fut présente en France, mais aussi dans les colonies durant la moitié du xviie siècle. Elle représentait le luxe dans le secteur textile. Pourtant, il n’y a pas d’études sur la question. Elle est oubliée au profit de la culture du sucre, davantage étudiée. Cet article permet de comprendre les efforts faits afin de l’implanter dans les Antilles. La Métropole voulait développer une alternative au sucre, tandis que les colons voulaient rester dans l’économie servile et rentable avec le système des habitations et des raffineries. La question de la dépendance est présente avec des opinions très différentes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À Monsieur du Maitz de Goimpy, à Versailles le 30 mars 1687, B/13/f ° 5.

« À Monsieur du Maitz de Goimpy,
À Versailles le 30 mars 1687.
Je vous ay amplement escrit le 19 du courant pour obliger les habitants des isles [...] et à élever des meuriers, et nourrir des vers à soye, comme aussi pour vous informer des ordres que j’avais donné pour faire passer la graine de vers à soye et des meuriers et des arbres. J’ay appris depuis qu’il y a beaucoup de meuriers aux isles. »1

1La sériciculture, c’est-à-dire la soie et sa culture, est considérée comme une manufacture ancienne en France. Elle était déjà présente en Métropole depuis le xve siècle grâce à l’apport des marchands italiens, découlant du développement des foires. Deux grandes villes furent habilitées dans le développement de ce textile de luxe : la ville de Tours avec un rôle primitif et plus tard à Lyon, où elle est entrée dans le domaine du patrimoine en particulier avec l’histoire des Canuts (Collon et Hinnion, 1933)2. À Tours et Lyon, la soie se développa, à partir de 1480 par lettres patentes pour la première (Clerget, 1929)3 et 1539 pour la seconde. Il fallut attendre plus d’un siècle avant de voir apparaître l’idée des manufactures de soie dans les Antilles avec une extension plus tardive vers la Louisiane. Au cours des siècles suivants, elle se développa aussi dans les Cévennes et la Provence. Sur l’évolution et la connaissance de la culture de la soie en France, aux xviie et xviiie siècles, il est nécessaire de se référer aux différents articles de l’Encyclopédie qui contiennent les définitions et de nombreuses planches explicatives4.

2Les ouvrages spécialisés sur la question sont nombreux, la thématique étant amplement citée dans les nombreux moteurs de recherches tels que Gallica ou Sudoc pour ne citer qu’eux. Les historiens Jacques Anquetil et Serge Chassagne ont privilégié cet axe de recherche particulier. Le premier, auteur de nombreux ouvrages sur la question est considéré comme le spécialiste du thème. Dans un ouvrage phare, il a étudié l’évolution de la soie sur une longue période avec le cheminement de l’Orient à Occident (Anquetil et Ballesteros, 1992). Il a aussi publié une étude plus localisée sur l’Occident (Anquetil et Ballesteros, 1995). Le second auteur, quant à lui, s’est projeté dans la région Rhône-Alpes, mais dans un temps plus tardif, avec un centrage sur la région lyonnaise (Chassagne, 2012). De nombreuses références sur l’évolution de la soie en Europe et dans le monde sont présentées dans le cadre du site Persée recensant divers articles dont l’accès est gratuit. Le simple référencement de l’entrée soie renvoie à plus de 66 272 références5.

3La soie, par la référence apportée par l’archive, est passée de la « Route de la soie » à une volonté de culture sur les habitations des Isles de l’Amérique française. Les espaces de cultures esclavagistes étaient en général perçus comme les plantations de types tropicales nécessaires aux manufactures métropolitaines où régnaient le pétun, le sucre, le coton, l’indigo. Il est intéressant de s’interroger ici sur les motivations de ce soudain intérêt pour la soie et d’étudier les conditions de développement de la sériculture dans ces colonies.

1. La manufacture de soie, reflet des volontés mercantiles et exclusives de la Métropole

1.1. Une industrie comme alternative à la culture sucrière dans les îles

4Dans ce contexte, le prix du produit en lui-même n’est pas cité par les auteurs ; pour certains, il valait son pesant d’or, c’est-à-dire une équivalence avec le métal précieux. Une tentative de cette culture particulière avait commencé du temps de la compagnie entre 1673 et 1674, certainement l’année précédant la fin de la Compagnie des Indes occidentales. Les efforts entrepris pour éviter la monoculture étaient liés au développement même de l’idée de la dépendance coloniale. La volonté de la royauté était de pourvoir aux établissements manufacturiers de la Métropole en se servant des colonies.

5En 1682, une volonté de favoriser le raffinage du sucre en Métropole plutôt que dans les Antilles se dessine de façon formelle dans les archives du CAOM6 : dans un mémoire, Patoulet, alors intendant en Martinique7, notait le 20 décembre 1682 que les raffineurs de France voulaient la ruine des sucreries de la Martinique (Saint-Yves, 1902)8 ; la pression qui s’amplifia les années suivantes. Le 1er janvier 1684, il fut interdit l’érection de nouvelles raffineries sous peine d’une amende de 3000 livres (Bléralad, 1986 : 21). En 1688, Petit, un des anciens directeurs du domaine voulut les destructions des nouvelles raffineries.9Le pouvoir, quant à lui, souhaitait une stagnation des raffineries de sucre dans les colonies, peine perdue, car elles continuèrent leur progression comme le démontrent les travaux de Blérald (1986). Nous sommes donc dans un contexte de pleine expansion des idées mercantilistes avec la revente et la satisfaction des besoins de la Métropole par les colonies.

  • 10 Mémoire pour servir d’instruction au sieur de Gali, commandant le vaisseau le Joli, 19 novembre 168 (...)
  • 11 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Bégon (Mi (...)
  • 12 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Bégon (Mi (...)
  • 13 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Bégon (Mi (...)
  • 14 Administration de Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amér (...)

6L’effort particulier sur le développement textile dans les colonies antillaises se poursuivit en 1983 : le commandant Gali du vaisseau le Joli devait faire établir l’élevage du ver à soie en Martinique10. Un an plus tard, cette tentative fut décrite comme un échec11 et son invalidation confirmée en septembre 1685.12 Les muriers, quant à eux, étaient bien présents et en croissance dans l’île13. En 1686, leurs plantations refirent leur apparition dans la correspondance, et de nouveaux essais étaient envisagés14. Cette volonté de la part de la Métropole se comprend, car l’élevage des chenilles et la culture des muriers devaient alors détourner les colons du secteur lucratif de la canne.

1.2. Des officiers royaux sous la pression du résultat : entre réussites et échecs

  • 15 Le ministre à l’intendant Bégon au sujet de l’envoi aux îles d’Amérique de graines de mûrier, B 13 (...)
  • 16 Administration de Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amér (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

7Les pressions sur les officiers furent permanentes afin qu’ils incitassent les habitants à se détourner du sucre. En février 1687, des envois de graines de mûrier furent faits et un courrier envoyé à l’intendant Bégon, alors intendant des galères de Marseille, l’informant des dispositions à prendre afin de favoriser le soin des graines pour cette culture, certainement du fait de l’envoi à partir de Marseille15. Le 6 mars 1687, le gouverneur écrivit que cette culture de la soie dans les colonies était un bienfait et que de nombreux avantages étaient possibles pour la Métropole, ce qui est intéressant est le fait qu’il parla alors de manufactures : « nous sommes persuadés que les manufactures de soyes establies dans les isles procureront beaucoup d’avantages comme aussi dans le royaume, d’où il faut que de l’argent sorte pour en aller acheter en Levant »16. L’officier, qui n’était que le serviteur de la Métropole dans la colonie, vanta même son action auprès de sa hiérarchie : « c’est aussi sur cette connaissance que nous en avons donné tous les soins et nostre attention pour la faire réussir »17. Mais pour lui, il fallait que cette obligation de culture se fasse à l’égard des nouveaux concessionnaires dans le cadre d’une polyculture : «  il n’y a que sur les terrains qui sont à concéder que sa majesté nous permet d’obliger les habitants à qui, ils seront accordés à faire à proportion de l’estendue des plantations de meuriers »18. Il ajouta même que l’un de ses devoirs était alors de favoriser la culture de cette plante nourriture des chenilles permettant leur croissance et qu’il faisait tout son possible afin d’accroitre ces cultures et leurs extensions : « sa majesté a parfaitement bien remarqué qu’il estait nécessaire de quelque-temps pour faire venir les meuriers sans quoy le graine de vers à soie ne peut produire aucune utilité qu’à mesure qu’ils fourniront des feuilles pour la nourriture et des vers »19. Une mesure nécessaire afin d’augmenter les chances de réussites : « ainsy nous prendrons toutes les précautions nécessaires pour les faire cultiver et en avoir suffisamment pour faire réussir la graine qui nous sera envoyée »20. L’intendant reçut moins d’un mois plus tard d’autres directives plus sévères afin de contraindre les colons à d’autres activités plus utiles à la colonie et surtout la sériciculture, une activité mixte, car elle nécessite non seulement l’élevage des vers, mais aussi la présence d’une agriculture spécifique en faisant pousser du murier blanc :

  • 21 B/13/f° 5, A Monsieur du Maitz de Goimpy, à Versailles le 30 mars 1687.

« A Monsieur du Maitz de Goimpy,
À Versailles le 30 mars 1687.
Je vous ay amplement escrit le 19 du courant pour obliger les habitants des isles [...] et à élever des meuriers, et nourrir des vers à soye, comme aussi pour vous informer des ordres que j’avais donné pour faire passer la graine de vers a soye et des meuriers et des arbres. J’ay appris depuis qu’il y a beaucoup de meuriers aux isles […] »21.

  • 22 B/13/f ° 5 ; À Versailles le 30 mars 1687, à Monsieur le comte de Blénac.

8Pour le pouvoir, les conditions climatiques sont favorables pour la culture des vers, mais aussi pour les arbres nécessaires à leur alimentation dans le but de créer une industrie rentable pour les autorités métropolitaines. Ces dernières pensaient qu’une simple année était alors suffisante pour « provoquer » l’émergence d’une nouvelle culture dans le cadre de l’économie esclavagiste : « elle a donné ses ordres pour exciter les habitants à s’appliquer pour enlever des meuriers, et élever des vers a soye, elle sait qu’il n’y a point d’arbres qui viennent dans les isles avec tant de facilité que les meuriers blancs, et que l’accroissement y est si prompt qu’un an après qu’ils sont plantés, on peut commencer a en couper les branches qu’elles prennent de boutures [...] »22.

  • 23 Lettres patentes, édits, arrêts, ordonnances, Arrêt du Conseil qui exempte du droit de poids les so (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, culture des (...)

9Afin d’accélérer la mise en œuvre de la soie, la fabrique fut exemptée de droit d’entrée sur le territoire de la Métropole23. Le gouvernement ne se posa pas la question de la réaction de la population mise devant le fait accompli, les directives venant alors du pouvoir, qui, pour lui, étaient sans contestation ; certainement du fait que les habitants n’étaient alors que de simples concessionnaires, sujets du roi, voués à l’obéissance : « pour obliger ceux qui sont en estat de planter des meuriers de le faire incessamment, et à suivre cette culture aussy soigneusement qu’il faut pour un bon succès et pour les engager à faire de la soye »24. Le gouverneur obtempéra et dans la correspondance de septembre 1687, il écrivit qu’il avait suivi à la lettre les instructions données : « je vous envoie l’ordre que j’ai donné au Sr le Begue pour la plantation des meuriers »25.

  • 26 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Dumaitz d (...)
  • 27 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, Analyse d’une lettre de Dumaitz de Goim (...)
  • 28 À monsieur Du Maitz de Goimpy au sujet de la culture des mûriers et de l’élevage du ver à soie, à p (...)
  • 29 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, échantillons de soie fabriquée par le s (...)

10L’année suivante, la culture du murier se développa comme l’atteste la correspondance26. En date du 12 février, Dumaitz de Goimpy écrivit que les plantes avaient péri du fait des fortes pluies : « on avait planté plus de 600 meuriers au mois d’octobre que les pluyes ont fait mourir, on devrait en replanter à la fin de mars »27. Le pouvoir métropolitain avait des raisons d’espérer la réussite, car certains ne se découragèrent pas, comme on le voit dans l’investissement des La calle et leurs nombreux essais qui donnèrent un résultat28. Ces derniers, en mai 1688, réussirent à fabriquer des échantillons de soie, relançant ainsi les projets métropolitains : «  je me donne l’honneur de vous envoyer de la soie qui a esté faite chez Mr De la Cale, il y en a de plusieurs qualités... »29.

11La correspondance s’amplifia alors et, en date du 20 octobre, nous apprenons les localisations plus précises des plantations de muriers dans l’île. Elles répondaient à des critères particuliers, comme celui de la qualité de la terre : « il est encore à propos qu’il donne des soins pour la plantation des muriers, on dit que la terre n’est pas propre partout et je le crois ».

  • 30 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, plantations (...)

12Pour l’officier, les lieux les plus propices étaient situés tout au nord de l’île et sur la partie nord-est : « les lieux que l’on y croit les plus propres sont la Bassepointe quelque endroits de la Capesterre, il peut laisser ses ordres pour qu’on prenne du plan chez Monsieur de la Cale qui est voisin de ses deux endroits ». La participation des habitants gradés de la colonie et des esclaves fut aussi requise : « et ordonner aux capitaines de milice de commander des noirs pour en aller chercher et en faire la distribution aux habitants les plus en estat de prendre le soin ». L’officier voulut tout de même effectuer, en dépit de conditions défavorables, des tentatives aux alentours des deux villes principales de l’île qui étaient Saint-Pierre : « dans le quartier du Fort Saint-Pierre, il pourra ordonner qu’on en prenne dans quelques maisons particulières ou il y a des arbres et en faire porter chez les habitants comme il est dit cy dessus » et la ville de Fort-royal — connue actuellement sous le nom de Fort-de-France —, « on croit aussy que le fonds du cul de sac royal et quelques endroits aux environs de ce fort ils sont propres. On pourra prendre du plan chez le sieur Collard ». Il envisagea aussi de faire appel aux plants anciens que l’on avait établis en différentes parties de l’île : « il est bon de savoir de quoy est devenue toute cette quantité qu’avait fait planter le major, et sy en chaque quartier il ne s’en est pas sauvé quelqu’un afin qu’on s’en serve de ceux qui auront pris pour en tirer du plan », afin d’éviter les pertes éventuelles dans le cas d’un transport à l’échelle de l’île : « l’éloignement et le transport de chez Monsieur de la Cale où l’on a esté chercher pour le porter dans ses quartiers éloignés pourrait les avoir fait mourir et il est à croire que le prenant proches, il n’en mourra pas de sy tost ». Face à l’action positive des officiers, la réaction de la Métropole ne se fit pas attendre avec l’envoi de cocons en septembre 168830.

2. La prise de conscience de la réalité de l’échec à partir de 1689

2.1. Une terre hostile à cette culture particulière ?

  • 31 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Dumaitz d (...)

13En 1689, les officiers nous apprennent qu’ils œuvrent pour des plantations à grande échelle de muriers en la favorisant chez tous les habitants, mais que l’échec était réel malgré tous leurs efforts. Ils firent alors part de leur volonté de développer l’implantation dans d’autres îles sous dépendance française : « il a fait planter plus de 6000 pieds de muriers et on en a mis chez tous les habitants et dans tous les quartiers, mais il n’espère pas qu’ils réussissent mieux qu’ils ont fait jusqu’à présent à moins que l’on ne trouve quelques endroits à la chute des montagnes où l’eau ayt entraîné de la terre, il en fait chercher, les plantes envoyées dans les autours de l’île n’ont pas eu un meilleur succès »31.

  • 32 À monsieur Bégon au sujet de l’élevage des vers à soie aux îles d’Amérique, de la quarantaine des v (...)
  • 33 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, Culture des muriers et nègres en nombre (...)

14Cette tentative d’explication donnée par les autorités locales ne sembla pas plaire à Louis XIV qui voulut maintenir le cap de ces réformes. En mars 1694, l’intendant De Gimpy rentra dans le rang, car il vanta les mérites de la décision de son roi, certainement à la suite des missives reçues dont nous avons en partie perdu les traces, hormis un courrier fait à Bégon, passé alors de Marseille à Rochefort.32 En dépit des déboires connus, l’intendant persista alors en déclarant que le climat était propre à élever des vers à soie et que le manque de volonté de certains ne permettait pas l’expansion de la culture. Il avança le chiffre possible de « cinq cent mille pieds » qui auraient pu pousser dans l’île avec des soins appropriés.33

  • 34 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, Blénac et Du (...)
  • 35 Administration de Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amér (...)

15Moins d’un mois plus tard, le gouverneur Blénac fit déchanter tout le monde, car pour lui, ce n’était qu’un échec retentissant34. Il parla alors d’une terre inadaptée et de profits imaginaires, en dépit d’un fonds d’aide développé dans cette optique. En mai 1696, en réponse au courrier du roi d’octobre 1695, Blénac expliqua plus longuement au roi les motifs de l’échec de la manufacture de la soie dans la colonie : « le sieur Robert s’est informé à fonds de tout ce qui concerne la plantation et la culture des meuriers, la nourriture des vers à soye et la fabrique de la soye. » Pour lui, les motifs de cet échec étaient sans réelles solutions, car le contexte n’était pas le même que l’espace métropolitain où la culture était alors en croissance : « il a trouvé les difficultés qui empeschent en ces isles le fabrique de la soye insurmontables et elles sont bien différentes de celles qu’on a surmonté dans les quelques provinces de France, lorsque les peuples ont esté excités à entreprendre la fabrique de la soie ». La plante n’étant pas endémique, son acclimatation était possible avec une conséquence particulière sur sa valeur et sa qualité nutritive pour les chenilles : « les meuriers viennent bien, mais leurs feuilles sont si dures qu’elles ne peuvent servir de nourriture aux vers à soye ». Le cycle de reproduction des chenilles était alors déphasé par rapport à ce qui était attendu : « ces vers n’ont point de saison dans ce pays cy ». La population de ces insectes était alors fluctuante et insuffisante : « il en éclost tous les jours, et il en manque beaucoup ». Une fois éclos, ces derniers ne produisaient pas de soie, ce qui demeurait l’enjeu de la culture : « ces vers étant venu ne donnent point de graines » (Administration de Blénac). De plus, ils avaient trouvé des prédateurs dans les îles qui s’attaquaient autant à eux qu’aux cannes : « et les insectes de ce pays, dont on ne savait pas se garantir dans les endroits les plus propres et tenus dans le plus grand soin, mangent et détruisent les vers ». 35 Mais l’explication de cette déroute ne réside pas dans l’exposé de ces seuls motifs.

2.2. Un modèle économique inadapté à la persistance de l’habitation sucrière

  • 36 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, liberté laissée aux habitants pour la c (...)

16En 1691, les officiers Guiteaud, lieutenant du roi, et Dumaitz écrivirent qu’ils ne pouvaient favoriser la culture de la soie dans l’île à cause de la guerre et du besoin de revenus rapides nécessaires incompatibles avec cette culture. En date du 16 février, ils informèrent les autorités métropolitaines qu’ils avaient donné la liberté aux habitants de cultive. Ils dépassèrent alors la simple idée de la concession avec un droit formel d’obligations et de dirigisme de la part de l’Etat : « la liberté dans laquelle les habitants des isles avaient de tout temps esté sur la cultures et plantations de leurs terres ayant servi d’amorce pour y en attirer et conserver, il estait difficile de prendre d’abord un autre party dans l’appréhension de perdre ceux qui estaient sur les lieux et dégoûter les autres qui auraient pu prendre la résolution de s’y venir établir ainsy que l’on ne pouvait parvenir à fixer les différentes plantations qu’à la longueur du temps, afin d’insinuer doucement cette contrainte qui était capable de rebuter un chacun si d’authorité on les y avait voulu assujettir »36.

  • 37 Guitaud (Charles de Pechpeyrou-Comminges de), lieutenant au gouvernement des îles, et Dumaitz de Go (...)
  • 38 Ibid.

17Les officiers ne fermèrent pas la porte aux différentes directives royales. Une telle attitude pouvant signifier leur retour en Métropole manu militari. Ils jouèrent alors sur plusieurs plans en conservant l’idée de la royauté que cette liberté n’était qu’une chimère, afin de maintenir les habitants si mutins dans l’obéissance : « continuer au moins l’imagination des habitans en leurs conservant cette liberté prétendue dans un temps ou d’un autre côté on les assujetissait à des corvées qui avaient été jugés nécessaires pour mettre les isles en défense ». 37 Ils attendaient, selon eux, des jours meilleurs, c’est-à-dire la fin de la guerre, afin de pouvoir réagir aux ordres de la Métropole : « c’est pourquoy j’espère que sa majesté faisant quelque attention à cette conduite elle sera prévenu plus favorablement de l’attention que j’aye à l’exécution de ces ordres qui est devenue impossible dans la conjoncture de la guerre »38.

  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

18Les officiers ne mirent point fin aux différentes espérances dans le succès de cette manufacture. Au contraire, ils contribuèrent à nourrir l’espoir de la royauté : « si je n’avais été traversé dans les établissements des vers à soye, j’ose avancer à sa majesté qu’il y aurait dans ses isles plus d’un million de pieds de muriers capables de faire vivre un grand nombre de vers qui auraient produit une quantité considérable de soyes »39. La promesse de jours meilleurs, d’un changement radical dans l’attitude et la perception des habitants furent donc délivrés au roi, une fois la guerre finie : «  mais les habitants n’osant pas dans la conjoncture de la guerre faire les dépenses des bastiments qui sont nécessaires pour cet établissement, je ne peux rien promettre à sa majesté que jusqu’à ce que les habitants des isles ne soient rassurés des incertitudes où la guerre les a jetté »40

19En octobre de la même année, l’intendant continua sur cette ligne de conduite en croisant les difficultés de cette culture : le fait que les nègres ne pouvaient point travailler aux champs, car ils étaient utilisés dans le cadre de la défense de la colonie. Une telle idée ne pouvait que rassurer le roi sur la volonté de toutes les parties de conserver la colonie dans le domaine de la couronne, alors que l’on imposait des restrictions aux colons, chargés, en partie, de la défense de l’île dans le cadre des milices : « ce serait à nous une témérité de promettre à sa majesté pendant la guerre quelque succes de l’establissement des vers à soye, les habitants estant détournés de la culture de leur terre soit pas les gardes continuelles et encoure par les corvées qui sont imposés à leurs nègres, et ne pouvant en estre tiré du profit qu’après quelques années d’attente et de plusieurs avances faite on ne peut espérer de leur donner des vues pour un établissement qui ne contribuerait pas actuellement à les faire subsister.

  • 41 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, Culture des muriers et nègres en nombre (...)
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.

20D’autres barrières à l’épanouissement de la sériciculture furent évoquées par les officiers en charge de la colonie. Selon Dumaitz de Goimpy, l’apport en nègres était alors insuffisant dans le cadre de cette culture “manufacture de la soye qui ne peut être surmonté qu’avec un nombre de nègres occupés uniquement à cet ouvrage et n’en estant pas apporté suffisamment »41. Le cadre démographique était aussi différent, car les cultures familiales n’étaient pas répandues dans les Antilles. À cette époque, nous sommes souvent dans un schéma avec un colon des serviteurs blancs et des esclaves, contrairement à la Métropole où le système familial est privilégié : “outre qu’il n’y a pas en ce pays des peuples et des familles nombreuses comme en France, à se pouvoir occuper à ces sortes de soin »42. Selon l’auteur, l’évidence des habitations esclavagistes est le meilleur modèle qu’il soit pour la culture du sucre, du coton ; le pétun étant en régression “et tout le travail se fait par les nègres dont il faut que les journées rapportent à leurs maistres la dépense qu’ils font pour les acheter et les entretenir »43. Pour lui, détourner une partie des nègres de la culture initiale, en plus de la formation à leur apporter, et faire de nouvelles concessions à défricher pour ces établissements étaient impossible : “il en favorisera l’establissement autant qu’il luy sera possible, mais il représente que pour y réussir qu’il soit soumis des nègres aux habitants qui sont en estat d’en acheter et que si l’on continue d’en manquer, non seulement, ils ne feront pas de nouveaux défrichements et de nouvelles cultures, mais ils seront obligés d’abandonner une partie de leurs terre qui sont en valeur, faute d’avoir les moyens pour les entretenir »44.

  • 45 Ibid.

21La question n’était qu’un simple objet de calcul de la part des habitants qui n’y voyaient alors que la banqueroute possible du fait du peu de profit qu’ils pouvaient en attendre : “n’estant pas possible de faire entreprendre à des particuliers un commerce qui ne peut aller qu’à leur perte »45. Ces derniers avaient déjà édifié des sucreries qui avaient un coût important, non seulement en main-d’œuvre servile, mais aussi en matériel comme les chaudrons ou encore les moulins. Les colons préféraient alors la sureté de cette culture déjà bien implantée, comme le note Amblimont en 1696 qui avait été relancé sur le sujet : “ce qui met les habitants dans la nécessité d’employer toutes leurs forces à maintenir leurs sucreries qui seules peuvent faire la richesse des gens de ce pays cy, les autres cultures estant bonnes seulement pour les médiocres et petis habitants qui n’ont pas les moyens de faire l’établissement d’une sucrerie, de cela il résulte que si les habitants n’entreprennent pas diverses cultures”.

  • 46 Ibid.

22Il accepta, avec le concours de l’intendant, toujours sous la pression de la Métropole, de favoriser encore une nouvelle expansion de la culture en dépit des échecs : «  le sieur d’Amblimont et robert examineront encore avec les habitants les plus zélés, si l’on peut trouver des moyens de réussir avantageusement à la culture des meuriers, à la nourriture des vers à soye et à la fabrique de la soye, et si l’on peut parvenir à engager quelques habitants à faire cette entreprise, ils rendront compte à sa majesté de tout ce qu’ils pourront découvrir sur ce sujet »46. Mais la fin de la missive démontre le peu d’enthousiasme qu’ils ont à la faire prospérer : “le débit de la soye est si certain qu’ils sont bien convaincus de l’avantage qu’il en résulterait pour la colonie si il était possible d’en fabriquer dans ces isles cy avec des dépenses proportionnées au prix qu’on en pourrait tirer”.

  • 47 Amblimont (Thomas Claude Renart de Fuschamberg, comte d’), gouverneur général des îles d’Amérique, (...)
  • 48 Amblimont (Thomas Claude Renart de Fuschamberg, comte d’), gouverneur général des îles d’Amérique, (...)

23En 1699, la culture fut complètement abandonnée du fait des ravages faits par les insectes et l’échec de l’acclimatation ; la majeure partie en avait été déportée vers la Louisiane47. Dans la même année, elle fut remplacée par un projet sur le café.48

Conclusion

  • 49 http://www.bmlisieux.com/normandie/clieu.htm

24Les tentatives d’implantations de manufactures textiles de soie furent tentées par le pouvoir métropolitain. Le développement de la sériciculture a connu de nombreux déboires dans son évolution. Le temps long évoqué de 1673 à 1699 montre l’obstination de la royauté de favoriser cette culture afin de tirer profit de cette dépendance coloniale. Cette volonté devait servir de levier la mise en place d’une polyculture dans les Antilles au détriment des sucreries dans les isles, tout cela au profit des manufactures métropolitaines. Malheureusement pour le pouvoir, l’obstination des colons, la guerre et les conditions naturelles sonnèrent rapidement le glas de cette initiative qui fut remplacée par l’idée de la culture du café bien avant l’évocation de Gabriel de Clieu49.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bibliographie

Anquetil, J. (1992). Routes de la soie : des déserts de l’Asie aux rives du monde occidental : vingt-deux siècles d’histoire, Paris, J.-C. Lattès, vol 1, 406 p.

Anquetil, J. et P. Ballesteros (1995). La soie en Occident, Paris, Flammarion, 200 p.

Blérald, A. P. (1986). Histoire économique de la Guadeloupe et de la Martinique, du XVIIe à nos jours, Karthala, 366 p.

Chassagne, S. (2012). Veuve Guerin et fils : banque et soie, une affaire de famille : Saint-Chamond–Lyon, 1716-1932, Lyon : Éd. BGA Permezel, vol 1, 381 p.

Collon, G. et H. Hennion (1933). Grande Semaine de Tours (10-21 mai 1933) : exposition rétrospective et moderne : la soierie en Touraine du XVe au XXe siècle : exposition de documents et d’échantillons d’étoffes des manufactures tourangelles, ornements d’église, vêtements et ameublements : hôtel de ville de Tours, salle des fêtes, Tours, Arrault, vol. 1, 28 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Clerget, P. (1929). “Les industries de la soie dans la vallée du Rhône”, Les Études rhodaniennes, 5 (1) : 1-26.
DOI : 10.3406/geoca.1929.6694

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Saint-Yves, G. (1902). “Les Antilles françaises et la correspondance de l’intendant Patoulet”, Journal de la Société des Américanistes, Tome 4-1 : 55-71.
DOI : 10.3406/jsa.1902.3380

Haut de page

Notes

1 À Monsieur du Maitz de Goimpy, à Versailles le 30 mars 1687, B/13/f ° 5.

2 http://www.soierie-vivante.asso.fr/index.php

3 http://www.lyon.fr/page/culture-et-loisirs/balades-en-ville/quartier-de-la-soie-pentes-de-la-croix-rousse.html

4 La référence est faite directement à partir du site internet de l’ATILF : http://portail.atilf.fr/cgi-bin/search2e?title=soie&author=&class=&speech=&objtype=&word=&CONJUNCT=PHRASE&PROXY=moins+de&DISTANCE=3&OUTPUT=conc&SYSTEM_DIR=%2Fvar%2Fartfla%2Fencyclopedie%2Ftextdata%2FIMAGE%2F

5 http://www.persee.fr/web/guest/home

6 http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/

7 http://www.biographi.ca/fr/bio/patoulet_jean_baptiste_1F.html
Saint-Yves G. « Les Antilles françaises et la correspondance de l’intendant Patoulet ». In: Journal de la Société des Américanistes. Tome 4-1, 1902. pp. 55-71.

8 Patoulet à Bégon, le 20 décembre 1682, C8A 3 F ° 188.

9 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, le 11 novembre 1688. C8A 5 F ° 137.

10 Mémoire pour servir d’instruction au sieur de Gali, commandant le vaisseau le Joli, 19 novembre 1683, COL B 10 F ° 63 v.

11 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Bégon (Michel), intendant des îles d’Amérique, 18 juin 1684, C8A 3 F ° 310.

12 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Bégon (Michel), intendant des îles d’Amérique, 30 septembre et 1er octobre 1685, C8A 4 F ° 50.

13 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Bégon (Michel), intendant des îles d’Amérique, 18 juin et 3 septembre 1684, essais de cultures de pite et vers à soie, COL C8A 4 F ° 18, 18 juin et 3 septembre 1684.

14 Administration de Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique de 1677 à 1690, Mémoire de Blénac et Dumaitz au roi, C8A 4 F ° 114, 20 mars 1686.

15 Le ministre à l’intendant Bégon au sujet de l’envoi aux îles d’Amérique de graines de mûrier, B 13 F ° 7, 23 février 1687.

16 Administration de Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique de 1677 à 1690, Mémoire de Blénac et Dumaitz au roi, plantations de mûriers, C8A 4 F ° 233, 6 mars 1687.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 B/13/f° 5, A Monsieur du Maitz de Goimpy, à Versailles le 30 mars 1687.

22 B/13/f ° 5 ; À Versailles le 30 mars 1687, à Monsieur le comte de Blénac.

23 Lettres patentes, édits, arrêts, ordonnances, Arrêt du Conseil qui exempte du droit de poids les soies fabriquées aux îles d’Amérique, B 13 F ° 56, 22 août 1687.

24 Ibid.

25 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, culture des mûriers, C8A 4 F ° 295, 11 septembre 1687.

26 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, Extraits des lettres reçues des îles d’Amérique pendant l’année 1688, cultures de mûriers par le sieur de La Calle, COL C8A 5 F ° 22, 1688.

27 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, Analyse d’une lettre de Dumaitz de Goimpy, soies et mûriers, C8A 5 F ° 71, 12 février 1688.

28 À monsieur Du Maitz de Goimpy au sujet de la culture des mûriers et de l’élevage du ver à soie, à propos des essais faits par madame de La Calle, COL B 13 F ° 14 v ° (30 mars 1687).

29 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, échantillons de soie fabriquée par le sieur de La Calle, C8A 5 F ° 77, 5 mai 1688.
Administration de Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique de 1677 à 1690, Mémoire de Blénac et Dumaitz sur la situation générale des îles, C8A 5 F ° 3, 8 mai 1688.

30 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, plantations de mûriers, C8A 5 F ° 190, 20 octobre 1688.

31 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, et Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, Analyse de lettres reçues des îles, plantation de mûriers, C8A 5 F ° 280, 1689.
Administration de Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique de 1677 à 1690, Mémoire de Blénac et Dumaitz au roi, développement des cultures (indigo, mûriers, cacao, coton), C8A 5 F ° 299, 25 mai 1689.

32 À monsieur Bégon au sujet de l’élevage des vers à soie aux îles d’Amérique, de la quarantaine des vaisseaux et de la saisie de la cargaison du Vaillant (13 mai 1693), B 14 F ° 486 v °.

33 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, Culture des muriers et nègres en nombre insuffisant, C8A4 F ° 53-54, le 01 mars 1694.

34 Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique, Blénac et Dumaitz, COL C8A 8 F ° 2, 19 avril 1694.

35 Administration de Blénac (Charles de La Roche-Corbon, comte de), gouverneur général des îles d’Amérique de 1691 à 1696 « Mémoire pour servir de response aux ordres du roy constenus dans l’instruction de Sa Majesté du 12 octobre 1695 remise au sieur Robert lors de son départ pour les Isles de l’Amérique », difficultés rencontrées dans la culture des mûriers et l’élevage des vers à soie, C8A 9 F ° 318, 12 mai 1696).

36 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, liberté laissée aux habitants pour la culture de leurs terres, C8A 6 F ° 324, 16 février 1691.

37 Guitaud (Charles de Pechpeyrou-Comminges de), lieutenant au gouvernement des îles, et Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, vers à soye, C8B 2 N° 14 (4 octobre 1691).

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Dumaitz de Goimpy (Gabriel), intendant des îles d’Amérique, Culture des muriers et nègres en nombre insuffisant, C8A4 F ° 53-54, le 01 mars 1694

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Amblimont (Thomas Claude Renart de Fuschamberg, comte d’), gouverneur général des îles d’Amérique, les vers à soie sont détruits par les insectes, C8A 11 F ° 42, 4 mai 1699.

48 Amblimont (Thomas Claude Renart de Fuschamberg, comte d’), gouverneur général des îles d’Amérique, 4 mai 1699, projet de culture du café, C8A 11 F ° 42.

49 http://www.bmlisieux.com/normandie/clieu.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Marie-Luce, « La manufacture de soie et ses tentatives d’implantation dans le domaine colonial des Antilles françaises. L’exemple de la Martinique de la fin de la compagnie des Indes occidentales à l’orée du xviiie siècle », Études caribéennes [En ligne], 30 | Avril 2015, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 05 décembre 2016. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7487 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7487

Haut de page

Auteur

Manuel Marie-Luce

Laboratoire ISTHME, (Image, Société, Territoire, Homme, Mémoire, Environnement), Université de Lyon-St-Etienne, Doctorant et certifié en Histoire, manuel26@gmx.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org