Navigation – Plan du site
Hors dossier

De l’attractivité universitaire en contexte de crise : réflexions sur les mobilités des étudiants haïtiens en Afrique dans la gestion de l’après-séisme de 2010

From Academic Attractiveness to Academic Crisis Context: Reflections on Haitian students Mobility in Africa in the Management After the Earthquake of 2010
Elieth Eyebiyi et Séverine Carrausse

Résumés

La question de l’attractivité est souvent évoquée par plusieurs auteurs pour expliquer les mobilités étudiantes, qu’elles soient internationales ou régionales. L’attractivité du pays d’accueil ou des universités accueillantes font ainsi partie des logiques explicatives avancées. Ce papier part du contexte de crise universitaire et académique généré par le séisme de 2010 à Haïti pour réfléchir sur les fluctuations de la notion d’attractivité dans le cadre de mobilités étudiantes quasiment forcées et actées depuis des pays africains. Et ceci, en examinant des programmes de mobilité proposés par le Bénin et le Sénégal aux étudiants haïtiens au moment où la plupart des pays du Nord optaient davantage pour une délocalisation des étudiants haïtiens ou un maintien sur place. Notre propos relativise fortement le critère d’attractivité comme déterminant majeur des mobilités étudiantes en contexte de crise de l’institution universitaire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Initialement les réflexions ici exposées devaient faire l’objet d’une communication au Colloque HEM 2013 de Grenoble, mais cela ne put se faire. Cet article vise à les concrétiser. Les auteurs remercient Boubacar Niane pour ses commentaires sur une première version de ce texte.

Texte intégral

Introduction

  • 1 S. Mazzella et E. Eyebiyi ont coordonné un numéro spécial de la revue Cahiers de la recherche sur l (...)

1Les mobilités étudiantes internationales sont généralement examinées sous divers angles : les politiques publiques et les programmes d’échange (Ballatore et Blöss, 2008a ; Dervin et Byram, 2008), les motivations étudiantes, les parcours et trajectoires des étudiants (Carrausse, 2010), ou parfois encore elles essaient d’interroger toutes ces dimensions (Garneau, 2008 ; Mazzella, 2009 ; Erlich, 2012 ; Eyebiyi et Mazzella 2014)1. Au plan institutionnel, les politiques publiques mises en place par les États donnent généralement naissance à des flux de mobilités étudiantes du Sud vers le Nord, et sont de divers types : mobilité européenne comme Erasmus (Ballatore et Blöss, 2008b ; Ballatore, 2011), mobilité intercontinentale (programme Eiffel), mobilité s’inscrivant dans des programmes d’échanges bilatéraux ou multilatéraux gérés parfois directement par des services dédiés des États, à l’instar du programme Campus France (Obama et Acioly-Régnier, 2012), parfois par des agences internationales spécialisées comme l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) ou encore EduFrance (Dodds, 2004). Les différents auteurs n’hésitent souvent pas à évoquer la question de l’attractivité soit des institutions d’accueil, soit des territoires comme l’un des facteurs centraux de la mobilité étudiante, que celle-ci soit organisée dans le cadre de programmes structurels ou impulsée par une volonté individuelle.

2Cependant, le séisme à Haïti en 2010 ayant provoqué une situation de crise (Eyebiyi et Carrausse, 2012) dans l’enseignement supérieur, quelques pays africains ont mis en place des programmes quasi spontanés de mobilité pour accueillir des étudiants haïtiens. Cet élan de solidarité s’est instauré en dehors d’autres programmes mis en place par des États des Caraïbes, des Amériques et d’Europe sur la base d’ententes universitaires préexistante ou d’aide à distance. Dans ces conditions, à quelles logiques (ou formes) de l’attractivité le choix des étudiants haïtiens bénéficiaires de ces types de programmes répond-il potentiellement ? Le critère d’attractivité a-t-il encore tout son sens dans des cas particuliers de crise de l’institution universitaire déclenchée par une catastrophe naturelle dans le pays d’origine ?

3Ce papier examine ce type de mobilité étudiante née d’un contexte très spécifique — une catastrophe naturelle —, situé au croisement de la mobilité académique et de la mobilité internationale, en analysant la question de l’attractivité des pays d’accueil dans une posture politique et institutionnelle. En ouvrant quelques pistes sur l’arrimage entre les logiques étudiantes de mobilité et l’ambiguïté de la notion, il montre que si l’attractivité associe logiques territoriales et logiques économiques, elle peut parfois se dissoudre ou devenir contrainte, en situation de crise universitaire générée par un cataclysme. Et ceci, alors que les catastrophes naturelles (séismes, cyclones, typhons, etc.) et autres changements climatiques se multiplient depuis quelques années.

  • 2 Il s’agit en particulier au Bénin, des quotidiens Le Matinal, L’Événement Précis et La Nouvelle Exp (...)

4Le matériau exploité consiste en une douzaine d’entretiens effectués auprès d’étudiants haïtiens bénéficiaires de ces programmes et vivant à Cotonou (Bénin) et Dakar (Sénégal), ainsi que du dépouillement d’une documentation de presse béninoise, sénégalaise, haïtienne, française et canadienne2. Les entretiens se sont tenus avec des étudiants haïtiens bénéficiaires des programmes de mobilité offerts par le Bénin et le Sénégal, physiquement à Cotonou (Bénin) durant l’été 2013 ; et au moyen du logiciel Skype pour ceux vivant à Dakar (Sénégal). Nous nous limitons à ces deux terrains, le Sénégal et le Bénin étant les principaux pays africains ayant offert un nombre significatif de bourses de mobilités aux étudiants haïtiens, dans le contexte de la gestion post-sismique de 2010.

1. L’attractivité : de l’ambiguïté d’une notion à sa relativité

5De nombreux travaux en sciences sociales, notamment sur les transformations de l’enseignement supérieur ou encore les mobilités étudiantes, convoquent le concept d’attractivité. Ils essaient ainsi de rendre compte de la capacité totale ou partielle des institutions universitaires à drainer de plus en plus d’étudiants dans le cadre non seulement de la formation des élites (Cerquiglini, 2004), de la circulation des savoirs et des élites (Leclerc-Olive, Scarfo Ghellab et Wagner, 2011), mais aussi, et surtout dans un contexte de marchandisation de l’enseignement supérieur (Hatcher, 2003). Pour cause, les questions de formation des élites et de circulation de savoirs s’inscrivent aujourd’hui dans des logiques économiques de marchandisation et d’internationalisation. Ces logiques prennent forme avec la mise en œuvre de véritables stratégies commerciales et marketing destinées à capter les étudiants internationaux, qu’ils soient parmi les meilleurs ou qu’ils disposent des ressources nécessaires pour financer leurs études. Ceci pousse d’ailleurs Foegle (2013) à parler de « mercato » des étudiants étrangers, en référence à la pratique des transferts de joueurs dans le monde sportif — en l’occurrence footballistique. Cette économicisation de l’enseignement supérieur (Garcia, 2009) exacerbe la concurrence entre les programmes, les États, et nombre d’universités aux fins d’attirer davantage d’étudiants avec ou non des profils spécifiques. L’attractivité se pose alors comme un pouvoir de séduction sur les étudiants, pouvoir déployé autant par des États que par des institutions universitaires. Et ceci, à travers des programmes spécifiques, la renommée, ou encore d’autres modalités et normes de spectacularisation et de valorisation de résultats ainsi que de réputation de l’institution universitaire désireuse d’internationalisation.

6Pourtant, le concept d’attractivité reste peu explicité dans la littérature contemporaine sur les transformations de l’enseignement supérieur ; et ceci a contrario du cas de la géographie économique où il est associé à la notion de territoire (Dévoué, 2005), ou encore en économie où sa mesure repose sur des indicateurs plutôt quantitatifs (Le Roy et Ottaviani, 2011) et sa compréhension liée généralement aux notions de concurrence, d’intérêt, de benchmarking, etc.

7Dans une réflexion sur l’offre d’enseignement supérieur à distance, Obama et Acioly-Régnier (2012) montrent que l’attractivité peut recouvrir tant la flexibilité des dispositifs de formation à distance que l’autonomie des apprenants. En examinant le positionnement des universités londoniennes dans l’économie de la connaissance, Newman (2012) définit l’attractivité en lien à la fois avec le territoire, l’économie et la culture. L’attractivité prend alors le visage d’atouts culturels, voire touristiques, la présence d’institutions de recherche réputées ou encore la diversité ethnique des habitants de Londres, pour permettre la valorisation de la capitale anglaise comme une destination géographique et institutionnelle d’intérêt pour des étudiants internationaux considérés davantage comme des « clients » à la recherche d’un bien symbolique (la connaissance) et capables d’investir dans l’économie locale. Une logique profondément marchande en somme, qui fait d’ailleurs sens avec la dimension concurrentielle véhiculée par toute évocation de la notion d’attractivité. Aux États-Unis, la lecture est assez similaire avec les « universités-brand » (Ingallina, 2013 : 32), véritables opérateurs d’import/export à la recherche d’une part de visibilité internationale, et d’autre part soucieux de vendre l’image et le pouvoir de séduction de villes. Par exemple, les labels New York University (NYU) et Sorbonne s’exportent respectivement à Shanghai et Abou Dhabi. Ingallina (2013 : 32) soutient à ce propos que « les universités paraissent aussi de bons indicateurs de l’attractivité d’une ville ». L’équation reste cependant irrésolue quant au contenu de l’attractivité tel que pensé par l’étudiant ou même par l’institution universitaire. Comment l’attractivité est-elle sociologiquement définie, tant du point de vue étudiant que de celui des universités ? Et ceci, notamment lorsque l’existence même des institutions universitaires est matériellement remise en cause dans des territoires affectés par des crises ou catastrophes naturelles, comme à Haïti en 2010 ?

8Harfi (2005 : 32-33) énumère divers facteurs qui conditionnent la mobilité étudiante et, de facto, l’attractivité des pays, territoires ou zones géographiques. Les critères susceptibles d’orienter les étudiants dans leur parcours universitaire sont nombreux. Il s’agit entre autres de : la diversité des formations proposées et les conditions d’accès, la qualité de l’offre de formation, la réputation des institutions, la transférabilité ou la reconnaissance des diplômes dans le pays comme à l’international, la langue de l’enseignement, les infrastructures d’accueil (tel que le logement, les prestations sociales, la politique des bourses d’études, etc.), ou encore la qualité de vie et l’attractivité culturelle du pays d’accueil. D’autres critères sont : les programmes d’échanges bilatéraux ou multilatéraux entre établissements, pays ou régions économiques, la proximité géographique et culturelle des pays d’origine et d’accueil, la présence de diasporas et de réseaux d’accompagnement ou encore la politique d’immigration peuvent avoir un impact conséquent sur le choix de la destination des étudiants étrangers. De toute évidence, la notion d’attractivité est particulièrement polymorphe (Le Roy et Ottaviani, 2011). Ainsi que nous le verrons par la suite, même lorsqu’il semble que l’opportunité de poursuivre des études prend le pas sur l’attractivité (d’un pays d’accueil, d’une institution universitaire en particulier), les derniers critères mentionnés peuvent toutefois être invoqués. Les entretiens exploratoires menés dans le cadre de ce papier laissent à penser que le désastre qui a frappé Haïti n’a pas pour autant annihilé toute alternative. Ceci reste illustré sur le plan universitaire en particulier par les réponses solidaires de quelques pays africains ayant proposé des programmes de mobilités aux étudiants haïtiens.

2. L’enseignement supérieur haïtien et le séisme de 2010 : catastrophe naturelle versus crise universitaire

9L’état des lieux de l’enseignement supérieur haïtien dressé avant le séisme de 2010 n’est guère reluisant. Paul et Michel (2013 : 63-64) montrent que l’absence d’une loi sur l’enseignement supérieur, la multiplication des établissements d’enseignement supérieur estimés à plus de 200 (GTEF, 2010), ou encore un corps enseignant peu diplômé affaiblissent la qualité des enseignements prodigués (moins de 10 % des enseignants à l’université sont titulaire d’un diplôme de doctorat) ou de gouvernance financière dans l’espace universitaire haïtien. De plus, l’insolvabilité financière des ménages (Paul et Michel, 2013) affaiblit les projets d’études et affecte les institutions universitaires. C’est dans ces conditions difficiles qu’intervient le séisme de janvier 2010.

  • 3 Divers médias et sites institutionnels ont relayé l’information, tel le site du CNRS : http://www.i (...)
  • 4 Sur le bilan, bien que les chiffres varient légèrement d’une source à l’autre, on pourra se référer (...)

10Le 12 janvier 2010, Haïti est secoué par un séisme de magnitude 7 à 7,3 sur l’échelle de Richter, suivi d’une douzaine de répliques3. Le 20 janvier, un nouveau séisme de magnitude 6,1 frappe la petite république des Caraïbes. Le bilan est désastreux : au moins 225 000 morts, plus de 300 000 blessés, 2,3 millions de déplacés (Minustah, 2011), 1,2 million de sans-abris et des millions de tonnes de gravats4. À la situation de catastrophe naturelle et humanitaire (Jabouin, 2010), mais aussi patrimoniale qui s’installe se superpose également une catastrophe universitaire. Le système universitaire déplore environ 400 morts dans les rangs des enseignants et du personnel administratif, sans compter les pertes subies au sein de la population estudiantine. Des documents administratifs ainsi que des bibliothèques ont brûlé dans nombre de cas et l’année universitaire est suspendue, ouvrant un champ d’incertitudes tant pour des milliers d’étudiants et leurs parents, que pour les enseignants ou encore les autorités politiques. Perucca (2010) rapporte que les dégâts dans le système universitaire en matière d’infrastructures peuvent chiffrés à 50 millions d’euros par an et sur dix ans. La situation universitaire d’avant le séisme est donc amplifiée après la catastrophe.

11Selon Pierre (2010), sur près de 97 000 bâtiments détruits, plus de 80 % étaient des ministères, des universités et des infrastructures économiques. Les conséquences du séisme sur les ressources humaines et l’économie locale (Jabouin, 2012) sont également majeures. L’ampleur de la situation renforce donc le degré d’incertitude quant à la reprise véritable et efficace du système universitaire haïtien. Dans ces conditions, obtenir une bourse d’études couvrant tous les frais d’études et même des frais de vie peut apparaître comme une solution idoine pour les étudiants les moins nantis financièrement et cependant désireux d’achever leur formation. L’université de destination apparaît moins comme pouvant faire l’objet d’un arbitrage particulier, à l’exception des étudiants qui peuvent financièrement se prendre en charge. Ces derniers entrent alors dans les logiques classiques des mobilités étudiantes financées par les familles ou de tiers proches de la famille.

3. Des solutions à la crise universitaire : entre délocalisations et mobilités de longue durée ?

12Face à l’importance de la catastrophe, la communauté internationale se mobilise et met en place à Haïti une aide d’urgence qui prendra la forme d’un programme de reconstruction, vivement critiqué plus tard. Sur le plan universitaire, diverses institutions internationales apportent leur aide, notamment l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), mais également des universités américaines et sud-américaines qui agiront dans le cadre d’ententes universitaires préexistantes pour procéder soit à la délocalisation temporaire des étudiants haïtiens, soit à leur maintien sur place en développant des programmes à distance. En Afrique, deux pays se singularisent en offrant des programmes de bourses complètes pour accueillir des étudiants haïtiens : le Sénégal et le Bénin. Portés par une volonté politique forte et déterminés par des logiques multiples, ils établissent un nouveau flux de mobilité vers l’Afrique. Souvent prise comme un déterminant majeur des logiques de mobilité étudiante, la notion d’attractivité sera donc interrogée dans cette étude ; le contexte haïtien ainsi que les « échappées » proposées par le Sénégal et le Bénin soumettent en effet cette notion d’attractivité à la réflexion.

3.1. La délocalisation

  • 5 Déclaration sur RFI Amériques, 29 décembre 2010. En ligne http://www.rfi.fr/ameriques/20101229-hait (...)

13La première proposition visant à pallier la crise universitaire haïtienne est une délocalisation temporaire de quelques étudiants par le biais d’ententes universitaires existantes vers le Canada, les Antilles, Porto-Rico et les États-Unis, afin de leur permettre d’achever leur année universitaire. Environ 700 places sont réservées par la France aux étudiants haïtiens pour se rendre aux Antilles et en Guyane. Cette mobilité est toutefois conditionnée par la capacité financière à pouvoir prendre en charge, par l’étudiant, les frais y afférents. Aucune bourse n’est offerte, mais l’obtention des visas est facilitée. Officiellement, les États ayant proposé cette option affirment vouloir limiter la fuite des cerveaux (Niard, 2010) en imposant la nécessité de prouver que les potentiels bénéficiaires disposent de ressources financières suffisantes. D’ailleurs, fin décembre 2010, une trentaine d’Haïtiens en transit en France pour rejoindre le Bénin feront l’expérience du placement en zone d’attente pour avoir demandé asile. L’ambassadeur de France à Haïti, Didier Le Bret, déclare sur Radio France Internationale qu’« ils n’avaient pas vocation à rester en France »5 et qu’ils ont abusé du programme d’échanges mis en place entre leur pays et le Bénin.

14Ce cas présente une mobilité étudiante répondant à une logique d’urgence causée par la situation de catastrophe naturelle, puisque seuls ceux qui peuvent financer leurs études dans ce contexte pourront partir étudier à l’étranger. La gestion du post-séisme en termes universitaires offre ainsi aux étudiants disposant de ressources financières conséquentes la possibilité, au moyen d’ententes universitaires antérieures au séisme, d’entamer une mobilité qui n’avait pas été auparavant planifiée. Le critère principal de l’attractivité reposant sur la possibilité de terminer l’année universitaire en cours dépend ainsi d’une capacité financière combinée aux ententes universitaires existantes, comme conditions principales de la mobilité étudiante.

  • 6 Notons que ces offres de délocalisation, reposant généralement sur la capacité des étudiants à fina (...)

15De manière générale, l’offre de délocalisation6 provient d’universités d’une part géographiquement plus ou moins proches du territoire d’Haïti et d’autre part relevant de pays considérés comme développés, notamment le Canada et les États-Unis. Quant aux Antilles, elles sont administrativement un territoire d’outre-mer de la France. L’archipel de Porto Rico est pour sa part un État associé, administrativement rattaché, aux États-Unis.

  • 7 Il s’agit de l’association générale étudiante du campus de Rimouski de l’Uqar (Agecar) et de l’asso (...)
  • 8 Davantage de détails sont disponibles sur http://www.uqar.ca/uqar-info/programme-exceptionnel-daide (...)

16Au Canada par exemple, l’administration de l’université du Québec à Rimouski (UQAR) s’associe aux associations étudiantes7 et de retraités, aux syndicats (professeurs, chargés de cours et personnel de soutien) et aux populations pour offrir conséquemment dix bourses aux étudiants haïtiens. L’Université d’État d’Haïti (UEH) est associée pour identifier les étudiants, sans appel à candidature, et procéder aux sélections. Les filières admises sont la chimie de l’environnement et des bioressources, le génie (électrique, mécanique, systèmes électromécaniques), la biologie, la géographie, l’informatique et l’administration (commerce). Les critères de sélection incluent : « impact du séisme sur le parcours d’études ; précarité de la situation financière ; situation familiale ; capacité psychologique à poursuivre le programme d’études envisagé... »8. Par ailleurs, les clauses du programme stipulent le retour des bénéficiaires à Haïti après obtention de leur diplôme et l’obligation de travailler pour l’UEH pendant au moins trois ans. Annoncé le 22 mars 2010, ce programme s’appuie également sur la population pour assurer l’hébergement des dix boursiers haïtiens admis pour la rentrée d’automne 2010. Certes, dans ce cas particulier la mobilité, tout en restant classique, ne repose pas sur la capacité des étudiants à subvenir à leurs frais universitaires, mais le souci de ne pas organiser une fuite des cerveaux reste présent.

3.2. Des bourses venues d’Afrique et des stratégies multiples

17La seconde offre de solution pour tenter de juguler la crise académique se manifeste par l’octroi de bourses d’études aux étudiants haïtiens ; ce fut le cas de deux pays africains : le Sénégal et le Bénin qui se distinguent dans l’offre de cette aide académique et de mobilité par le nombre de bourses allouées.

18Le Sénégal entre en scène sous la houlette du dirigeant de l’époque, Abdoulaye Wade, qui n’hésite pas à rappeler sa qualité d’universitaire en dehors de son manteau politique. Il s’engage dans le cadre d’une logique de confort de son influence dans la sous-région ainsi que sur le plan international en utilisant la fibre humanitaire et solidaire. Dans le même temps, le Bénin apporte son concours par l’entremise de son chef d’État Boni Yayi. L’engagement béninois est porté par la conjonction d’un ensemble de logiques politiques et sociales mises en marche dans le contexte d’une diplomatie tous azimuts dont le regain d’activité s’inscrit dans le cadre d’une politique d’internationalisation visant à renforcer la position du Bénin sur la scène politique africaine et mondiale.

19Le régime de justification des deux pays intègre des références historiques et culturelles liées à la traite négrière et au retour de la diaspora en Afrique pour témoigner de leur bonne volonté à accueillir les étudiants haïtiens. En dehors de la solidarité fraternelle et de la proximité culturelle avec le peuple haïtien telle que proclamée par les autorités de ces deux pays, les ressorts de l’engagement des deux chefs d’État et de leurs pays sont divers et procèdent de stratégies contextuelles.

4. Le «Projet Sénégal-Haïti» : une stratégie de renforcement d’influence ?

20Au Sénégal, Abdoulaye Wade veut poser un « geste exceptionnel de solidarité Sud-Sud » dans le cadre de sa politique extérieure, et favoriser le retour des Haïtiens sur leur « terre d’accueil ». L’arrivée des étudiants haïtiens à Dakar est soigneusement mise en scène et le fait qu’ils bénéficient des mêmes conditions que les étudiants sénégalais, et sont logés dans les mêmes cités universitaires, est particulièrement souligné. Une cinquantaine d’entre eux est installée dans l’immeuble dit Marcus Garvey, du nom du leader afro-américain, non loin de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. La mémoire de l’esclavage est ravivée, et trouve place légitime dans le discours public officiel, d’autant plus que l’île de Gorée fut une étape importante sur la route des esclaves en direction des Amériques, et reste célèbre de ce fait. De plus, le pouvoir politique tient à concrétiser la tradition de l’hospitalité sénégalaise, la Teranga. Une fête est même organisée en leur honneur au Monument de la Renaissance à Dakar, sans doute aussi pour légitimer la construction de ce monument qui a soulevé beaucoup de polémiques. Le président Abdoulaye Wade, qui a invité son homologue bissau-guinéen pour l’occasion, ne manque pas de préciser :

  • 9 Déclaration également en ligne : http://www.haitilibre.com/article-1421-haiti-senegal-163-etudiants (...)

« Nous vous accueillerons comme membres à part entière de nos familles (…) Vous êtes chez vous en terre africaine du Sénégal (…) Vos ancêtres étaient partis sous la force physique, vous êtes revenus sous la force morale (…) Ce 13 octobre 2010, marqué du retour de jeunes Haïtiens sur la terre de leurs ancêtres, est une victoire éclatante de l’Afrique, une victoire du peuple noir » (Abdoulaye Wade, Haïti Libre, 13 octobre 2010)9.

21Le chargé des Affaires internationales et humanitaires auprès du cabinet du chef de l’État sénégalais souligne :

« Nous avons eu 10 000 jeunes qui ont fait la queue devant le centre de sélection. En trois jours, nous n’avons pu recueillir que 2 050 dossiers, alors qu’il était prévu qu’on donne juste 100 bourses dans un premier temps. Devant la pression, l’envie de ces milliers de jeunes de venir au Sénégal — beaucoup voulaient étudier, mais aussi découvrir la terre de leurs ancêtres — nous avons été obligés de réajuster et d’augmenter le chiffre à 160, en tenant compte bien sûr de la capacité de nos universités » (Mamadou Lamine Ba, RFI, 11 octobre 2010)10.

22Une commission mixte entre Haïti et le Sénégal est créée et procède à la sélection des bénéficiaires. Le 13 octobre 2010, un avion spécialement dépêché à Port-au-Prince ramène les 163 étudiants haïtiens auxquels le Sénégal accorde une bourse complète. Toutes les universités publiques du pays (l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, l’Université de Thiès, l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, l’Université de Bambey et l’Université de Ziguinchor) sont mobilisées pour les accueillir, mais aussi plusieurs universités privées.

23L’absorption de cette cohorte d’étudiants haïtiens sur fond de solidarité et d’humanitaire illustre une autre facette que peut avoir l’attractivité. Car au fond, l’attractivité n’est pas ici un critère déterminant dans la mobilité étudiante : nous sommes en présence d’une attractivité par défaut, qui se pose comme solution unique pour continuer ses études. La notion d’attractivité s’évanouit-elle, ou au contraire perdure-t-elle en prenant une forme diffuse ? L’attractivité peut-elle être déterminée par une volonté politique en direction de populations étudiantes issues d’États en difficulté ?

5. Une stratégie multiforme : facteurs politiques, devoir historique et philanthropie

  • 11 Établie le 1er juin 2004 par la résolution 1542 du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nation (...)
  • 12 Le père de Toussaint Louverture est originaire d’Allada dans le sud Bénin. Un mémorial lui est d’ai (...)

24Au Bénin, l’engagement public va bénéficier de la conjonction de plusieurs facteurs à la fois politique, culturel, émotionnel et philanthropique. Tout d’abord, le Bénin a perdu dans cette catastrophe trois nationaux membres du contingent formé à l’époque par trente et un gendarmes et policier et déployé à Haïti dans le cadre de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH)11. L’émotion est vive. Le Bénin décrète trois jours de deuil national, le discours officiel rappelle que la seule ambassade d’Haïti en Afrique se trouve au Bénin, terre d’origine de Toussaint Louverture12, fondateur de ce qui est de plus la première République noire libre du monde.

  • 13 Ouidah, ville du Sud Bénin est un ancien port négrier de grande importance dans le Golfe de Guinée. (...)
  • 14 Soutenu par l’UNESCO, le projet « La Route de l’Esclave » fut lancé au Bénin par le colloque intern (...)

25Le facteur culturel intègre l’agenda politique et, comme au Sénégal, la référence mémorielle à l’esclavage cimente la motivation d’intervenir en direction des « frères » haïtiens. Et ceci d’autant plus que plusieurs initiatives de retrouvailles et de retour de la diaspora ont, par le passé, traversé l’histoire récente du Bénin. Ancienne plaque tournante du commerce des esclaves, la ville de Ouidah13 est ainsi passée symboliquement du statut de port négrier à celui de « port négrier et cité du repentir » (Vignondé, 2002). Les usages politiques de la traite négrière (Araujo, 2007 ; Bako Arifari, 2000) ne sont d’ailleurs pas une nouveauté dans l’histoire récente du Bénin. Déjà en 1998, lors de la commémoration d’un cycle rituel vaudou (« la procession à la mer »), la diaspora haïtienne est représentée à Ouidah (Tall, 2009). Il en sera ainsi également lors du festival « Ouidah 92 » autour du culte vaudou en février 1993 dans la même ville puis dans le cadre du projet « La Route de l’Esclave »14 mis en place à l’initiative d’Haïti et d’autres pays africains (Vignondé, 2002 ; Araujo, 2007). De plus, au Bénin comme au Sénégal, le symbole constitué par le fait que Haïti fut la première république noire indépendante (en 1804), et ait connu l’unique révolution d’esclaves qui réussit, ne manquât point d’être rappelé. Au Bénin, l’origine béninoise de Toussaint Louverture est en outre particulièrement soulignée pour renforcer l’idée de la nécessité d’aider les étudiants haïtiens et, subséquemment, le peuple haïtien.

  • 15 Elle a consisté notamment à renforcer la politique étrangère en améliorant le niveau de respectabil (...)
  • 16 Il s’agit notamment du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), du Programme Alime (...)

26Ces différentes références culturelles offrent donc une fenêtre d’opportunité au politique, ce qui coïncide avec une phase particulière de redynamisation et d’internationalisation de la politique étrangère du Bénin, dans le cadre de ce qui fut nommé dès lors une « diplomatie de développement »15. Le Gouvernement d’alors profite de la conjoncture pour agir ostensiblement : un comité interministériel est mis en place pour coordonner l’action du Bénin en faveur d’Haïti ; la Commission de l’Union africaine est saisie pour mettre à l’agenda le cas haïtien. À l’interne, la communication gouvernementale bat son plein et l’État promet de participer aux efforts de reconstruction d’Haïti. La cellule de crise établie au Ministère des Affaires étrangères pour Haïti établit une coordination avec de nombreux partenaires techniques16. Une chaîne de solidarité se met en place, des messes et séances de prières organisées par différentes confessions religieuses se tiennent presque partout dans le pays, des comptes sont ouverts dans de nombreuses banques pour recueillir des fonds.

  • 17 Prélat particulièrement respecté dans le monde chrétien et au Bénin, né en 1922, Bernardin Cardinal (...)
  • 18 Lire l’article de Olivier Allocheme intitulé « Soirée en faveur des sinistrés du cataclysme : Le Bé (...)
  • 19 Par philanthropie, nous faisons nôtre la définition selon laquelle « la philanthropie est un phénom (...)

27L’élément philanthropique se matérialise par l’entrée en scène de la Fondation Bernardin Gantin17. Née officiellement le 19 juillet 2012, cette fondation dont l’idée est rendue publique dès le 13 mai 2009, soit un an après le décès du Cardinal Gantin, se trouve impulsée par de nombreux intellectuels, pour la plupart catholiques et proches du pouvoir politique. Sa mission est de « servir tout homme ». À la tête du comité coordonnant les activités de la fondation durant quatre années, Albert Tévoedjre — par ailleurs Médiateur de la République à l’époque — déclare au sujet de la catastrophe : « Haïti c’est nous... Je crois en la résurrection d’Haïti »18. C’est également l’occasion pour la toute nouvelle fondation de s’illustrer en prenant une dimension internationale particulièrement intéressante pour toute institution de type philanthropique19.

28Ces différents éléments mêlant l’émotion au culturel, l’historique à la référence mémorielle de l’esclavage, rencontrent l’intérêt du politique. Le cadre est tracé pour une « chaîne de solidarité » façonnée à la fois par les autorités politiques et les responsables de la fondation Bernardin Gantin.

6. La chaîne de solidarité et « Afrique Haïti »

  • 20 Voir le quotidien le Matinal du 30 avril 2010, paraissant au Bénin.

29À la suite du séisme survenu le 12 janvier 2010, la Fondation Bernardin Gantin fait organiser différentes activités de collectes de fonds et exprime sa volonté de « sauver l’intelligentsia » d’Haïti. Soixante millions de francs CFA (environ 91 000 €)20 sont offerts à Haïti. En partenariat avec le pouvoir politique, un programme nommé « Afrique Haïti » et destiné à accueillir une centaine d’étudiants haïtiens est mis en œuvre et soumis aux institutions internationales : cent dix étudiants vont en bénéficier. Des sélections préliminaires sont effectuées le 23 décembre 2010 à Haïti. Le 3 mars 2011, un premier groupe d’étudiants haïtiens atterrit à Cotonou et est réparti dans les universités publiques du Bénin. Mais avant l’arrivée de ce groupe, le gouvernement béninois offrait 10 millions de FCFA (soit 15 250 €) aux étudiants haïtiens déjà présents dans ses universités publiques et qui étaient boursiers de leur pays d’origine avant le séisme — indépendamment d’une aide de 100 millions FCFA (soit 152 670 €) adressée à l’État d’Haïti par l’entremise des Nations Unies.

30À la demande d’Haïti, les deux États formalisent le programme pour éviter le retour de vieux antécédents liés à la gestion d’étudiants haïtiens boursiers de l’État béninois, sans l’implication de leur pays d’origine.

« En arrivant au ministère en 2008, nous avons découvert qu’une vingtaine de jeunes boursiers du ministère des Sports au Bénin se trouvaient dans une situation difficile et une quinzaine d’autres étaient abandonnés à eux-mêmes sans pouvoir étudier. On ne pouvait rien réclamer de l’État du Bénin vu qu’aucun accord ne nous liait sur les conditions de l’octroi de ces bourses... Nous avons exigé que le gouvernement du Bénin s’engage dans un accord entre l’État du Bénin et l’État haïtien qui précise les conditions dans lesquelles seront reçus, formés, nourris et logés les ressortissants haïtiens par le biais du ministère des Affaires étrangères avant d’accepter ces bourses » déclarait Evans Lescoufair, ministre haïtien des Sports à Haïti Libre.

31La liste des filières d’accueil est dressée par les accords bilatéraux comme suit : Sciences administratives, Sciences économiques et financières, Sciences biologiques et environnementales, Sciences humaines et sociales, Sciences et Techniques, avec le détail des disciplines contenues dans chaque filière, et susceptibles d’accueillir les étudiants haïtiens.

7. Lectures préliminaires des motivations étudiantes

32La mise en place de programmes de mobilités par des pays africains se veut un élément particulier qui mérite d’être souligné malgré sa faible ampleur (environ trois cents bénéficiaires au total). Elle s’est faite dans le cadre d’un faisceau de références que nous avons précédemment examiné. De même, les logiques étudiantes qui ont prévalu auprès des bénéficiaires sont variées. Pour les étudiants qui choisissent le Sénégal, si le désir de s’éloigner, au moins momentanément, d’une terre de catastrophes est perceptible, le choix du Sénégal en lui-même est stratégique :

« J’ai déposé pour le Sénégal en espérant vivement… car on m’a dit que de là-bas il y a beaucoup de facilités pour aller ensuite en Europe ou aux États-Unis… Il n’y a rien à Haïti... c’est comme si une malédiction nous suit... on ne pouvait plus rester » (J. L, étudiant haïtien à Dakar, septembre 2013).

33La (mé)connaissance des systèmes universitaires d’accueil a semblé faiblement déterminer la décision de prendre part à l’un ou l’autre des programmes :

« Le Bénin ? Oui je connaissais historiquement nos liens avec le Bénin, mais je n’étais jamais venue... je n’avais même pas pensé venir ici. J’ai choisi de déposer pour le programme béninois parce que cela me semblait proche de chez nous, les valeurs, les cultures... les réalités... et puis de toute façon je me suis dit que leur système universitaire est forcément mieux... et je n’avais pas le choix » (A-M, étudiante haïtienne au Bénin, Cotonou, août 2013).

34Pour d’autres étudiants, le choix s’est imposé de lui-même par les résultats des sélections. Ils ont préféré mettre plusieurs fers au feu :

« Moi j’ai postulé pour les deux programmes... c’est au Bénin qu’ils ont accepté mon dossier donc je suis venu au Bénin… si le Sénégal avait marché je serais allé là-bas » (V. L, étudiant haïtien au Bénin, Cotonou, août 2013).

35Les déterminants du choix d’un programme plutôt qu’un autre ne sont pas forcément les mêmes. Si des étudiants avaient des préférences et s’étaient renseignés sur l’une ou l’autre des destinations proposées, d’autres ont choisi de postuler aux deux programmes pour ensuite se saisir de l’opportunité s’offrant à eux. En arrière-plan, la question même de la mobilité étudiante semble couverte par le souci de quitter une terre perçue comme catastrophée à divers niveaux (économique, politique, social, etc.) pour espérer se construire un avenir plus prometteur.

36Si le Sénégal semble posséder un attrait particulier pour plusieurs étudiants en raison de son statut de carrefour entre l’Europe (la France en l’occurrence) et les États-Unis (où se trouve une forte communauté haïtienne), pour un faible nombre des étudiants interviewés, le choix en lui-même de souscrire pour l’un ou l’autre des programmes sénégalais ou béninois ne semble pas être guidé en première instance par une rationalité autre que celle de saisir une opportunité pour se donner une chance, un espoir. Il s’agit en l’occurrence d’un désir de poursuivre ses études et de se doter d’un diplôme, dans le cadre d’objectifs essentiels : se former pour pouvoir trouver du travail, améliorer leurs conditions de vie, subvenir aux besoins de leurs familles, etc. La perception d’un pays en situation de crise, qui peine à se relever de différentes difficultés a contribué à amplifier cet imaginaire, d’ailleurs renforcé par des problèmes concrets sur le terrain (santé, problèmes de l’aide internationale qui ne vient pas ou vient au compte-goutte, déblaiement et reconstruction d’infrastructures, etc.). Le séisme de 2010 est ainsi présenté par certains étudiants comme un coup de grâce.

37Notons également que si les justifications formulées par les pays africains, entrepreneurs des programmes de mobilité en question, intègrent les références culturelles et un usage mémoriel de l’histoire pour cimenter le sentiment d’une dette à honorer envers les « frères » haïtiens, les discours étudiants (et notamment des bénéficiaires) ne semblent pas prendre racine sur les éléments symboliques et culturels. Ils sont plutôt tournés vers le besoin d’agir concrètement pour échapper à un destin pensé comme étant possiblement vicié. Partir apparaît alors comme une alternative impérative, que la destination soit attractive sur le plan académique ou non. En ces sens, les programmes de mobilité ont une valeur de soupape en offrant une échappatoire aux étudiants désireux de partir. Par défaut, l’ailleurs semble perçu comme étant dans tous les cas. Dans ce sens, les déclarations de l’ancien président sénégalais visant à favoriser le retour des Haïtiens sur leur terre d’origine, l’Afrique, peuvent faire craindre que le programme de mobilité ne génère une sorte de fuite organisée des cerveaux, comme dans le cas d’autres programmes internationaux d’ailleurs. Le président Abdoulaye Wade déclare ainsi sur Radio Canada :

  • 21 Pour un compte-rendu davantage détaillé des déclarations de Abdoulaye Wade quant au «retour» des (...)

« La récurrence des calamités qui tombent sur Haïti m’amène à proposer une solution radicale : [...] créer en Afrique, quelque part, avec des Africains … avec l’Union africaine [...] un espace, à déterminer avec des Haïtiens, pour y créer les conditions de retour des Haïtiens … Notre devoir, c’est de leur reconnaître le droit de revenir sur la terre de leurs ancêtres » (Abdoulaye Wade, Radio-Canada, 17 janvier 2010)21.

Il est complété par son porte-parole :

« Si ce ne sont que quelques personnes, nous leur offrirons un toit et un bout de terre. S’ils viennent en masse, nous leur donnerons une région » (Mamadou Bamba Ndiaye, Radio-Canada, 17 janvier 2010).

38L’arrivée d’étudiants haïtiens en terre africaine dans le cadre de programmes institutionnels est encore loin de préfigurer un retour massif d’Haïtiens selon les vœux des tenants d’une vision panafricaniste incitant au retour de la diaspora comme ce fut le cas au Liberia par le passé. Toutefois, ces programmes de mobilité proposés pour participer à la reconstruction de l’élite d’Haïti offrent une importante alternative aux étudiants de ce pays et permettent de relire de manière plus différenciée la notion d’attractivité.

Conclusion : les valeurs multiples de l’attractivité

39Le concept d’attractivité comporte une pluralité de significations et peut être socialement construit selon diverses logiques, elles-mêmes garantes des conditions de la mobilité étudiante en question. L’histoire commune de l’esclavage, la revendication d’une certaine proximité culturelle, la mobilisation des valeurs solidaires ou encore le besoin d’internationalisation font partie des éléments ayant déterminé les offres de mobilité faites aux étudiants haïtiens par différents pourvoyeurs de bourse suite au séisme de 2010. En clair, l’attractivité devient une variable très peu influente en situation d’urgence alors que la logique de la solidarité prévaut comme allant de soi.

« Avec le séisme, j’ai vu mourir mes proches, l’université a presque disparu, les dossiers et tout avec… alors quand on vous dit de rentrer dans un avion pour aller ailleurs poursuivre vos études, même si c’est au bout du monde vous ne réfléchissez pas beaucoup… » (J-H, étudiant haïtien au Bénin, août 2013).

40L’attractivité apparaît dans ces conditions comme étant suggérée, voire imposée, par la possibilité d’obtenir une bourse pour « ’sauver »’ une année, quitter un contexte de crise (Carrausse, 2012) et de désolation pour conserver l’opportunité de continuer à s’instruire, la possibilité d’avoir provisoirement une vie meilleure. Pour de nombreux étudiants, et leurs familles, un départ pour l’Afrique aux fins de poursuivre ses études peut présager d’une possibilité future de réussite sociale. Et ceci, d’autant plus que la mobilité étudiante peut alors s’inscrire soit dans une logique transitionnelle donnant lieu à l’entame d’une mobilité classique à destination de l’Europe ou de l’Amérique, soit pérenne, sur place en Afrique. La prise de décision du départ en est conséquemment facilitée. L’analyse du cas de la mobilité des étudiants haïtiens après le séisme de 2010 permet de souligner non seulement l’ambivalence de la notion d’attractivité, mais aussi d’en déterminer quelques valeurs possibles. Il faut préciser toutefois que cette mobilité ne s’apparente nullement à une fuite organisée des cerveaux en ce qui concerne les programmes de bourses mis en place par quelques pays africains, notamment le Bénin et le Sénégal.

41Dans un contexte de crise particulière telle que celle engendrée par le séisme de 2010 à Haïti, l’attractivité des pays de destination devient moins un critère fondamental que la volonté de « sauver » une année académique, poursuivre sa progression dans le système universitaire pour accéder à une qualification, et se donner une nouvelle chance dans les études. À l’aune d’une telle situation, la notion d’attractivité se dissout dans les préoccupations de survie. Nonobstant, cet effondrement ne dépossède pas pour autant la valeur conférée aux études, d’autant plus que l’opportunité de poursuivre dans l’enseignement supérieur a pu faire réapparaître une forme d’attractivité en son sens le plus fondamental : celui de séduire, de détourner de la catastrophe au profit des nouvelles options qui s’offrent.

Haut de page

Bibliographie

Araujo, A.L. (2007). “Political Uses of Memories of Slavery in the Republic of Benin”, History in Focus: The Guide to Historical Resources, 12.

Bako-Arifari, N. (2000). « La mémoire de la traite négrière dans le débat politique au Bénin dans les années 1990 », Journal des Africanistes, 70(1-2) : 221-231.

Ballatore, M. (2011). « Échanges internationaux en Europe et apprentissages : l’exemple de la mobilité étudiante institutionnalisée par le programme Erasmus », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Revue internationale des sciences sociales, Hors-série n°3 : 149-166.

Ballatore, M. et Th. Blöss (2008a). « Le sens caché de la mobilité des étudiants Erasmus », In F. Dervin & M. Byram (Eds), Échanges et mobilités académiques. Quel bilan ?, Paris, L’Harmattan : 17-31.

Ballatore, M. et Th. Blöss (2008b). « L’autre réalité du programme Erasmus : affinité sélective entre établissements et reproduction sociale des étudiants », Formation Emploi, 103 : 57-74.

Carrausse, S. (2010). Les sociabilités étudiantes, Thèse de doctorat, Paris : EHESS.

Carrausse, S. (2012). « Travail, famille et éducation », EspacesTemps.net, Travaux, 09.07.2012, URL, <http://www.espacestemps.net/articles/travail-famille-et-education/>.

Cerquiglini, B. (2010). La formation des élites francophones, Géoéconomie 4(55) : 99-105.

Dervin, F. et M. Byram (Eds), (2008). Échanges et mobilités académiques. Quel bilan ?, Paris, L’Harmattan.

Dévoué, M.É. (2005). « Demande d’enseignement supérieur et attractivité des régions françaises pour les étudiants (1990-2002) », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 1 : 109-124.

Dodds, A. (2004). « Le développement des agences en Grande-Bretagne et en France : L’exemple d’EduFrance, transfert d’outre-manche ou création indigène ? », Revue française d’administration publique, 3 : 483-500.

Erlich, V. (2012). Les mobilités étudiantes, Paris : La Documentation Française, coll. « Panorama des savoirs », 208 p., Préf. Catherine Agulhon.

Eyebiyi, P.E. (2011). L’alignement de l’enseignement supérieur ouest-africain, Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série 3 : 43-59.

Eyebiyi, P.E., S. Ndiaye et S. Carrausse (Eds), (2012). « Sociétés en crise. Raisons d’espérer », EspacesTemps.net, Traverses, URL, < http://www.espacestemps.net/articles/societes-en-crise-raisons-drsquoesperer/ >.

Foegle J.-Ph. (2013). « Le grand “mercato” des étudiants étrangers », Plein droit 2(97) : 16-19.

Garcia, S. (2009). « Réformes de Bologne et économicisation de l’enseignement supérieur », Revue du MAUSS, 1 : 154-172.

Garneau, S. (2008). « Les mobilités étudiantes en Europe, en Tunisie et au Canada francophone : processus global et fragmentations sociales », Observatoire jeunes et société, Bulletin d’information, 7(1) : 1-3.

Groupe de Travail sur l’Éducation et la Formation (GTEF), (2010). Pour un pacte national sur l’éducation en Haïti, Rapport du Groupe de Travail sur l’Éducation et la Formation (GTEF) au président de la République, Port-au-Prince, 330 p.

Guilhot, N. (2004). « Une vocation philanthropique ». Actes de la recherche en sciences sociales, (1), 36-48.

Harfi, M. (2005). Étudiants et chercheurs à l’horizon 2020 : Enjeux de la mobilité internationale et de l’attractivité de la France, Rapport au Commissariat général du plan, Projet Sarawati, 253 p.

Hatcher, R. (2003). « La marchandisation en route. Éducation et business au Royaume-Uni », Agone. Histoire, Politique & Sociologie, (29-30), 83-98.

Ingallina, P. (éd.), (2012). Universités et enjeux territoriaux. Une comparaison internationale de l’économie de la connaissance, Presses universitaires du Septentrion, 320 p.

Jabouin, E. (2012). « Haïti, en situation post-séisme : quelques effets de la catastrophe du 12 janvier 2010 sur la population locale », Revue Études caribéennes, n° 17, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/4842>.

Leclerc-Olive, M., G.S. Ghellab et A.C. Wagner (2011). Les mondes universitaires face au marché : Circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Paris : Karthala.

Le Roy, A et F Ottaviani, (2011). « Développer de nouveaux indicateurs de richesse afin de repenser l’attractivité territoriale ? », Communication au Colloque Territoires, Emploi et Politiques Publiques, Université de Metz, 23-24 juin 2011.

Mazzella, S. (dir.) (2009). La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 401 p.

Mission des Nations-Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) (2001). MINUSTAH en 2011. Faits et chiffres, ONU/Minustah/Section de la communication, 8 p.

Newman, P. (2012). « Les universités de Londres : concurrence, attractivité et gouvernance régionale », In P. Ingallina (éd.). Universités et enjeux territoriaux. Une comparaison internationale de l’économie de la connaissance, Presses universitaires du Septentrion : 113-138.

Niard, A. (2010). Les étudiants haïtiens recherchent des bourses pour étudier à l’étranger, L’école des savoirs : le Blog d’Emmanuelle Bastide, URL, <http://ecoledessavoirs.blogs.rfi.fr/article/2010/03/19/les-etudiants-haitiensrecherchent-des-bourses-pour-etudier-l-etranger>.

Obama, M. M. et N.M. Acioly-Régnier (2012). « Équité et cohésion sociale dans l’enseignement supérieur : le cas des étudiants de l’Afrique noire francophone », Poiésis-Revista do Programa de Pós-Graduação em Educação, 5: 99-117.

Paul, B. and T. Michel. (2013). “Addressing the problem of human and financial resources mobilization in Haitian universities: Propositions for better proactive institutional and managerial strategies”, Research Journal of Business Management and Accounting, 2(3): 063-074.

Pierre, J. P. (2012). Gestion de crise et aide internationale après le séisme du 12 janvier à Port-au-Prince Haïti, toujours dans l’urgence ! (Témoignage), Revue Études caribéennes, n° 17, URL, < http://etudescaribeennes.revues.org/4832>.

Tall, E.K. (2009). « Guerre de succession et concurrence mémorielle à Ouidah, ancien comptoir de la traite », Politique africaine, 3 : 155-173.

Vignondé, J.N. (2002). « Ouidah, port négrier et cité du repentir », Cahiers d’histoire, Revue d’histoire critique, 89 : 69-77.

Haut de page

Notes

1 S. Mazzella et E. Eyebiyi ont coordonné un numéro spécial de la revue Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs (CRES) consacré aux mobilités étudiantes Sud-Sud paru au printemps 2014.

2 Il s’agit en particulier au Bénin, des quotidiens Le Matinal, L’Événement Précis et La Nouvelle Expression, au Sénégal, de Seneweb ; à Haïti, le plus ancien quotidien, Le Nouvelliste, et le site d’informations Haïti Libre, ainsi que la revue en ligne thématique dans le domaine des médias et de l’humanitaire Grotius.fr, Radio Canada et Radio France Internationale.

3 Divers médias et sites institutionnels ont relayé l’information, tel le site du CNRS : http://www.insu.cnrs.fr/terre-solide/catastrophes-et-risques/seismes/seisme-de-haiti-du-12-janvier-2010 [dernière consultation : 26 octobre 2015]

4 Sur le bilan, bien que les chiffres varient légèrement d’une source à l’autre, on pourra se référer entre autres à celui dressé par la ministre des communications Marie Laurence Jocelyn Lassegne, notamment sur http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/02/10/004haiti_bilan.shtml) ou encore au film de Raoul Peck, Assistance mortelle (2013) qui dévoile quelques ressorts de la gestion ambiguë de l’aide internationale apportée à Haïti. Sur la base de témoignages de première main, Jabouin (2012) détaille utilement quelques, effets sur la population locale, de ce séisme qui reste le plus meurtrier dans l’histoire d’Haïti.

5 Déclaration sur RFI Amériques, 29 décembre 2010. En ligne http://www.rfi.fr/ameriques/20101229-haiti [dernière consultation le 26 octobre 2015].

6 Notons que ces offres de délocalisation, reposant généralement sur la capacité des étudiants à financer leur séjour (sauf dans de rares cas), complète le programme d’études à distance porté par l’Agence Universitaire de la Francophonie. Ce dernier ne fait pas l’objet de la présente réflexion.

7 Il s’agit de l’association générale étudiante du campus de Rimouski de l’Uqar (Agecar) et de l’association générale des étudiants du campus de Lévis (AGECALE).

8 Davantage de détails sont disponibles sur http://www.uqar.ca/uqar-info/programme-exceptionnel-daide-humanitaire-luqar-accueillera-10-etudiants-hai/ [dernière consultation le 26 octobre 2015]

9 Déclaration également en ligne : http://www.haitilibre.com/article-1421-haiti-senegal-163-etudiants-haitiens-sur-la-terre-de-leurs-ancetres.html [dernière consultation le 26 octobre 2015]

10 Déclaration sur RFI le 11 octobre 2010 http://www.rfi.fr/afrique/20101011-le-senegal-accueille-160-etudiants-haitiens [dernière consultation le 26 octobre 2015].

11 Établie le 1er juin 2004 par la résolution 1542 du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), la MINUSTAH a vu ses forces augmenter par la résolution 1908 du 19 janvier 2010. Elle a perdu au total 96 personnes lors du séisme. De nombreux pays dont le Bénin et le Sénégal sont contributeurs aux forces de la MINUSTAH, notamment dans la composante policière. Des détails peuvent être obtenus sur le site de la MINUSTAH : http://www.un.org/fr/peacekeeping/missions/minustah/ [dernière consultation le 26 octobre 2015].

12 Le père de Toussaint Louverture est originaire d’Allada dans le sud Bénin. Un mémorial lui est d’ailleurs consacré dans cette ville.

13 Ouidah, ville du Sud Bénin est un ancien port négrier de grande importance dans le Golfe de Guinée. Sur les treize millions d’esclaves ayant quitté l’Afrique aux XVIIe et XVIIIe siècle, quelques deux millions de captifs auraient été embarqués à Ouidah, par ailleurs cité du vaudou, et dernière étape avant le départ. Plusieurs auteurs restituent non seulement le rôle central de Ouidah dans la traite négrière (Araujo, 2007) mais aussi les récurrences de la pratique du culte vaudou propagé par ce biais dans les Antilles, notamment à Haïti, Cuba ou encore au Brésil pour ce qui est de l’Amérique latine. En 1992, un monument baptisé La Porte du Non-Retour fut érigé sur la plage de Djègbadji à Ouidah pour symboliser l’étape ultime du départ des esclaves.

14 Soutenu par l’UNESCO, le projet « La Route de l’Esclave » fut lancé au Bénin par le colloque international « La Route de l’Esclave » en septembre 1994, colloque dont les travaux sont synthétisés dans l’ouvrage La Chaîne et le Lien, une vision de la traite négrière, Paris, Éd. de l’UNESCO, 1998.

15 Elle a consisté notamment à renforcer la politique étrangère en améliorant le niveau de respectabilité du pays et à mobiliser des ressources extérieures pour le financement du développement. Jean-Marie Ehuzu, alors ministre du développement, rappelait les principaux succès de la diplomatie béninoise depuis 2008 : la présidence du bureau de coordination des pays les moins avancés, l’élection comme membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, la tenue de différents sommets à Cotonou donc celui de la Communauté des États Sahélo-Sahariens (CEN-SAD), la tenue du premier sommet extraordinaire des pays membres du Mécanisme Africain d’Évaluation par les Pairs (MAEP), la visite de Georges W. Bush à Cotonou le 18 février 2008, etc. Pour davantage d’information sur la « diplomatie de développement » à la béninoise, lire l’article de presse « Quelle diplomatie pour l’émergence du Bénin ? », signé par Philippe Hado et Brice Ogoubiyi dans le quotidien La Nouvelle Expression, 21 janvier 2009.

16 Il s’agit notamment du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), du Programme Alimentaire Mondial (PAM), de l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) ou encore de l’Union Européenne (UE).

17 Prélat particulièrement respecté dans le monde chrétien et au Bénin, né en 1922, Bernardin Cardinal Gantin est fait doyen du collège des cardinaux dès 1993 et décède le 13 mai 2008. Sa grande proximité avec Jean-Paul II qui visita deux fois le Bénin ainsi qu’avec Benoit XVI. Le Vatican a mis en place le 23 mai 2013 la « Chaire sur la socialisation politique en Afrique » pour lui rendre hommage.

18 Lire l’article de Olivier Allocheme intitulé « Soirée en faveur des sinistrés du cataclysme : Le Bénin renforce sa solidarité avec Haïti », in L’Événement Précis du 1er mars 2010. Également en ligne au 15 novembre 2013 : http://levenementprecis.com/?p=2227

19 Par philanthropie, nous faisons nôtre la définition selon laquelle « la philanthropie est un phénomène de second ordre qui ne peut se concevoir que sur le don d’une pratique d’accumulation de la richesse qui est nécessairement première (Guilhot, 2004 : 8).

20 Voir le quotidien le Matinal du 30 avril 2010, paraissant au Bénin.

21 Pour un compte-rendu davantage détaillé des déclarations de Abdoulaye Wade quant au «retour» des haïtiens sur Radio Canada, consulter http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/01/17/006-Haiti-senegal-retour.shtml [dernière consultation le 26 octobre 2015].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth Eyebiyi et Séverine Carrausse, « De l’attractivité universitaire en contexte de crise : réflexions sur les mobilités des étudiants haïtiens en Afrique dans la gestion de l’après-séisme de 2010 », Études caribéennes [En ligne], 31-32 | Août-Décembre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 22 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7578 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7578

Haut de page

Auteurs

Elieth Eyebiyi

LHME/FSA, Université d’Abomey-Calavi (Bénin), Lasdel et Transpol Canada ; Docteur en Sociologie Anthropologie, eelieth@yahoo.fr

Séverine Carrausse

EHESS & Université Toulouse II ; Docteur en Sociologie,

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org