Navigation – Plan du site
Tourisme de masse vs. tourisme alternatif

Du tourisme de masse au tourisme rural au Maroc : le cas de la commune rurale d’Asni

Mass Tourism to Rural Tourism in Morocco: Case of the Rural Commune of Asni
Taoufik Daghri et Soukaina El Omari

Résumés

Le tourisme de masse ayant déjà démontré ses limites et fait l’objet de critiques et d’indignation de la part des associations internationales de la protection de l’environnement cède peu à peu sa place au tourisme durable. Ce dernier tient compte de la protection de l’environnement et de la sauvegarde des richesses naturelles en offrant aux touristes des produits purement bio et des cultures tout à fait originales.
Dans un contexte connu par sa complexité, vu les inégalités environnementales et sociales que connaît le Maroc, et pour remédier ce déséquilibre des acteurs économiques, des locaux dans la majorité des cas, ont opté pour des investissements touristiques dans les milieux ruraux. Ainsi des établissements touristiques ruraux commencent à prendre de l’ampleur, visant à consolider la notion du tourisme durable avec ses produits artisanaux locaux, ses variétés culinaires régionales et ses folklores saisonniers aux traditions bien enracinées. Mais ces actions sont-elles en mesure d’assurer un avenir prometteur à ces établissements ruraux, sans l’intervention de l’État qui a un rôle primordial à jouer en la matière de la formation et la qualification des ressources humaines dans le secteur du tourisme ; une formation pour préserver l’environnement et les ressources naturelles et donner un nouvel élan au tourisme rural dont la modernité demeure une référence essentielle.
Par la beauté naturelle de leurs sites, la qualité de leurs aliments, le comportement clair et limpide de leurs personnes, les établissements d’hébergements touristiques ruraux marocains attirent déjà un nombre significatif de touristes qui viennent à l’origine pour un séjour de deux ou trois jours et prolongent souvent à une semaine séduits par la qualité du séjour. Eau pure, qualité de l’air, richesse culturelle, autant d’atouts qui justifient le soutien de ce genre de tourisme qui inspire notre enquête au niveau de la commune rurale d’Asni.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La recherche de la découverte des cultures et des paysages nouveaux a depuis longtemps préoccupé et attiré l’être humain. Le tourisme qui constituait une activité à la portée d’un groupe réduit de personnes aisées au début du xxe siècle a pris l’aspect de phénomène de masse dans les pays développés pour faire l’apanage de larges ensembles de personnes à l’échelon mondial. Mais ceci n’a pas pris un aspect général pour des raisons historiques. Le Maroc, considéré comme un pays touristique par excellence, a vécu sous le protectorat de 1912 à 1956. Cette situation de pays colonisé a eu un impact négatif et retardateur sur son développement durable. Néanmoins il est aujourd’hui confronté à un tourisme de masse, tel qu’il se construisit à partir « des années 1930, une période qui a connu la démocratisation des vacances et les progrès de la saison d’été sur les plages, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le phénomène touristique s’amplifie avec la hausse du niveau de vie et la diffusion de l’automobile qui marque le début du tourisme de masse » (Mespelier, Durafour, 2005 : 94). Et comme définit B. Schéou « le tourisme de masse est une expression courante que l’on peut relier à l’utilisation de méthodes apparues initialement dans l’industrie comme la standardisation et la concentration verticale et horizontale de l’offre qui permettent notamment une production massive et la réduction des coûts et des prix » (2009 : 161). Cette évolution a consacré une situation avantageuse pour le tourisme de masse qui « privilégie le profit immédiat et la grande échelle détruisant ainsi la qualité relative des sites touristiques » (Zaoual, 2007 : 155-182), il permet « l’accessibilité de la destination à tous publics, par des moyens de transport à des prix souvent très bas » (A.G.F, 2004 : 387).

2Ce mode de tourisme n’a pas manqué de démontrer ses limites : dépendance territoriale, inégalités socio-économiques, pauvreté, exode rural. C’est alors que des préoccupations en faveur d’un développement plus égalitaire touchant l’ensemble des populations commencent à s’imposer, avec des concepts de proximité, de participation, de partenariat et de territoire. C’est dans cette dynamique que le développement local apparaît comme une alternative. Le développement local remet en cause le rôle central de l’État et des politiques traditionnelles de développement où la gestion est réalisée par le sommet, pour introduire une logique de développement qui s’appuie sur la base selon le Centre africain de formation et de recherches administratives pour le développement. « On peut interpréter le développement local de diverses manières, depuis la gestion d’urgence au plan local jusqu’au modèle alternatif à la mondialisation » (Pecqueur, 2008 : 11).

3L’essor des espaces peu développés est ainsi facilité par cette nouvelle stratégie de responsabilisation des acteurs locaux : les collectivités locales, les ONG, etc. Les ressources locales et l’adhésion des populations y sont valorisées. Des changements socioculturels profonds ont fait évoluer la demande du produit touristique : la clientèle adopte de nouveaux comportements, recherche un produit touristique différent et modifie ses modèles de consommation (Zaoual, 2007). La tendance actuelle est davantage au voyage en famille ou en compagnie d’amis pour des séjours à proximité de la nature, du réel et des valeurs ancrées dans le passé. Ils apprécient la convivialité, les fêtes et les nouvelles connaissances, les exercices physiques et sportifs comme dans le cadre des randonnées. Ces touristes prennent davantage soin de leur santé, de leur alimentation et aiment la nature. Ouverts aux autres et à leurs cultures, plus respectueux, ils s’intéressent aux populations locales, à leur mode de vie, leurs traditions, leurs coutumes, mais aussi leurs difficultés.

4Par la richesse de ses ressources, le tourisme en milieu rural semble répondre aux attentes émotionnelles et à la demande d’espace et de calme de ces clientèles. La variété des paysages, des cultures, des patrimoines, des savoir-faire offre la possibilité d’une grande gamme d’activités ludiques et sportives. « Conçu comme une évasion, comme une aspiration à un complément de vie urbaine, le retour au goût des terroirs bénéficie d’une promotion et d’une actualité indéniable » (Bessière, 2001 : 9). Pour Edgard Pisani, « le tourisme rural devait permettre la rencontre de deux mondes, faire évoluer les mentalités des citadins vis-à-vis des ruraux, et réciproquement » (cité par Noël et Willaert, 2007 : 249). L’économie touristique rurale peut être un facteur de grande importance sachant que les activités touristiques rurales (écotourisme, aventure et voyage éducatif) représenteraient entre 15 % et 20 % de l’économie touristique internationale. Le développement du tourisme est considéré comme une stratégie porteuse d’avenir qui contribue à fixer la population, créer de l’emploi, générer la richesse et attire des investisseurs étrangers ; il soutient le développement des infrastructures des zones rurales défavorisées. Mais pour atteindre ces objectifs, l’attitude des autorités compétentes, aux niveaux central, régional et local, est fondamentale, notamment pour soutenir le développement des infrastructures de base (routes, électricité, eau potable, moyens de transport…).

5Pour développer cette réflexion, le terrain d’étude privilégié est la commune rurale d’Asni, à une quarantaine de kilomètres de Marrakech, au pied du Haut Atlas. Outre son climat tempéré, ses paysages naturels variés, cette région dispose d’un riche potentiel humain : la population est connue pour son sens de l’hospitalité en dépit des conditions précaires. Ce terrain permet de prospecter sur les alternatives susceptibles de participer à l’épanouissement à la vie de cette population, parmi lesquelles le tourisme : l’alternative idéale et ultime.

1. La situation touristique du Maroc

6Le Maroc est la première destination touristique du continent africain. Outre ses deux ouvertures maritimes atlantique et méditerranéenne, son climat doux et ensoleillé, riche de ses diversités culturelles et géophysiques, le pays est doté d’infrastructures routières de qualité et jouit d’un positionnement géostratégique privilégié. Conscient de ses atouts, le pays a mis en œuvre des stratégies pour attirer les touristes (10 millions à l’horizon 2010 et 20 millions à l’horizon 2020). Ces objectifs n’ont pas été faciles à atteindre dans un contexte international difficile avec la guerre du Golfe de la première décennie du xxie siècle puis la crise économique et financière mondiale depuis 2008. Les chiffres du ministère surestiment sans doute la réalité, car ils prennent en compte les ressortissants marocains résidant à l’étranger. Officiellement, « en 2013, le volume des arrivées totales aux postes-frontière a franchi le seuil des 10 millions de touristes » et les principaux clients du Maroc sont « les Européens, qui représentent 81 % de la clientèle étrangère » (Observatoire du tourisme, 2013 : 13).

Figure 1. La situation géographique du Maroc

Figure 1. La situation géographique du Maroc

Tableau 1. Évolution de la capacité d’hébergements au Maroc par région

Tableau 1. Évolution de la capacité d’hébergements au Maroc par région

Source : Observatoire du tourisme Maroc, Annuaire statistique 2013 : 19.

7Le développement du tourisme de masse a amené les politiques et conceptions touristiques à évoluer et à prendre en compte la notion d’impact du tourisme de masse sur les ressources naturelles tout comme sur le patrimoine culturel. « Le tourisme de masse est une ressource économique considérable pour de nombreux pays. Mais son impact sur les sociétés et l’environnement est souvent très négatif » (Dehais, 2001). Dans un souci d’équité sociale, de protection de l’environnement, de sauvegarde des patrimoines culturels, naturels et de respect des populations locales, le tourisme a aujourd’hui une nouvelle facette, celle de la durabilité. Cette nouvelle conception du tourisme durable (un tourisme de qualité et respectueux de l’environnement, des populations d’accueil et de leur culture) est devenue le thème de discussion par excellence dans tous les forums internationaux et fait également partie des principaux objectifs de la vision 2020 initiée par le Ministère du Tourisme marocain — ce programme a pour ambition de hisser le Maroc au diapason des pays avancés dans le domaine touristique. Ceci démontre des efforts continus réalisés dans la promotion du secteur dans le Royaume.

1.1. Les limites du modèle actuel

8Au Maroc, deux cibles du tourisme de masse sont d’une part Marrakech qui reste incontestablement la première destination touristique du pays. En 2013, aussi bien les arrivées que les nuitées ont enregistré une croissance à deux chiffres : plus de 14 % pour les premières qui ont atteint 1,118 million soit 240 000 arrivées de plus qu’en 2012, et plus 15 % pour les secondes, soit 740 000 nuitées de plus sur l’année. D’autre part, Agadir, cette destination balnéaire a enregistré la visite de 820 437 touristes lors des onze premiers mois de 2013, soit une hausse de 9,42 %.

9Ce tourisme de masse n’est pas sans engendrer des dégâts à l’environnement de ces deux régions (consommation excessive des eaux potables), pour des retombées dérisoires pour l’économie locale étant donné qu’il s’agit de voyages organisés dont le coût est presque dérisoire pour le touriste.

10« La sensibilité sociale et environnementale est une tendance de plus en plus présente au cœur des choix des touristes issus des marchés sources traditionnels du Maroc. La multiplication des labels et des initiatives pour promouvoir un tourisme durable et respectueux a sensibilisé les consommateurs des pays développés aux externalités négatives d’un tourisme de masse non régulé, qui apparaît comme un repoussoir » (ministère du Tourisme, 2010 : 21). « Les observations empiriques montrent bien que la demande tourne de plus en plus le dos au tourisme de masse. Des valeurs négatives lui sont de plus en plus associées telles que l’inactivité culturelle et les contacts superficiels avec les milieux d’accueil, risques nutritionnels et pollution et surtout prise de conscience des effets pervers d’un produit uniforme » (Zaoual, 2007 : 155-182). Le tourisme de masse a malheureusement des effets négatifs sur le plan de la protection de l’environnement, les touristes venant en groupes détruisant par la force des choses à moyen ou à long terme tout ce qui a trait à l’environnement, à titre d’exemple : les produits chimiques mélangés aux eaux naturelles, les ordures et déchets supplémentaires, etc. À cet effet, la responsabilité de la population locale n’est pas négligeable, car on constate une absence de sensibilisation pour sauvegarder les ressources naturelles et préserver l’environnement. Ainsi, les dégâts s’aggravent en l’absence d’une stratégie globale en la matière.

11Sur le plan économique, les défaillances structurelles et socio-économiques ne sont jamais comblées et corrigées par le tourisme de masse, bien au contraire, elles prennent encore des mesures exagérées en enracinant davantage le secteur moderne qui nuit aux secteurs traditionnels. Les cultures et les valeurs locales perdent de leur immuabilité et subissent des transformations sous la pression de la marchandisation. Il est certain les initiatives de développement tel que les programmes de l’Initiative nationale de développement humain ont contribué à l’amélioration du mode de vie de la population locale. Plusieurs valeurs originales comme l’épargne des ressources commencent à disparaître. À titre d’exemple, l’utilisation de l’eau potable, devenue disponible et à la portée de la population rurale, n’est plus rationnelle « les sociétés d’accueil perdent leurs repères, les structures familiales se dissolvent, les hiérarchies de valeurs sont remises en question » (Boyer, 2002 : 398).

12La biodiversité locale et le patrimoine culturel se détériorent et finissent par se détruire, les infrastructures touristiques occupent des espaces réduits et serrés, les eaux deviennent rares du fait de leur utilisation en grandes quantités et le taux de pollution augmente. La presse généraliste réserve, occasionnellement des articles à l’environnement, qui, même s’ils sont superficiels et ne touchent pas les spécificités sectorielles, tirent l’alerte d’alarme. Selon Mme Hakima El Haïté, ministre déléguée auprès du ministre de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement chargé de l’Environnement, le coût annuel de la dégradation de l’environnement environnemental et écologique au Maroc est estimé à 4 % du PIB.

13Ces pollutions peuvent être dues à plusieurs facteurs, d’abord il faut préciser que les moyens de transport utilisés représentent des sources de pollution par excellence qu’ils soient aériens, terrestres, maritimes, ferroviaires ou fluviaux. « Que ce soit en termes de consommation de ressources naturelles, de production de déchets, de consommation d’espace, de modification paysagère, de préservation des sites classés, etc., le tourisme incontrôlé peut entraîner une pression importante sur l’environnement et les ressources des zones visitées » (ASBL, 2006).

1.2. Le choix d’un tourisme durable

14L’évolution des activités touristiques à l’échelon mondial dessine un changement de cap. Dans ce contexte, le Maroc, riche de la diversité de ses ressources naturelles et de son patrimoine culturel est sollicité de créer d’autres créneaux qui pourraient marquer la différence et faire l’exception. Le Maroc a tous les atouts pour devenir une vraie plateforme idéale pour un nouveau tourisme « propre » grâce à l’exploitation des énergies renouvelables (énergie solaire). Une grande opportunité s’offre au Maroc pour promouvoir un modèle de tourisme qui consiste à respecter l’environnement dans toutes ses composantes en exploitant les principaux sites considérés comme lieux de qualité et de premier ordre.

15« Le développement d’un tourisme durable répond aux besoins des touristes et des régions qui les accueillent, tout en ménageant et améliorant les possibilités futures. Il doit se traduire par une gestion de toutes les ressources permettant à la fois de satisfaire les besoins économiques, esthétiques et sociaux, et de préserver l’intégralité culturelle, les écosystèmes, la biodiversité et les systèmes de soutien à la vie ». Cette définition s’appuie sur différentes considérations :

16Si ces ressources sont dégradées, le tourisme ne prospère plus. Cela signifie, sur le plan de la production, que le tourisme durable consiste principalement à développer les pratiques, permettant aux gestionnaires de l’activité touristique d’optimiser la création de richesses, tout en concourant à la préservation et à l’amélioration du capital environnemental et humain du territoire, nécessaire à l’attractivité et à la durabilité de la destination touristique.

17Malgré la marginalisation qu’a connue le monde rural au Maroc, lors du protectorat et après l’indépendance, il a pu sauvegarder ses rites hérités et son patrimoine civilisationnel. Fière de son appartenance rurale, la population qui exerce l’agriculture comme activité principale a sauvegardé les arts authentiques tels que l’artisanat et la fantasia. Les divers « mousems » organisés chaque année demeurent le seul moyen pour faire connaître aux autres cette richesse. Le tourisme rural durable fait référence à une croissance réfléchie et maitrisée à long terme, qui tout en assurant le progrès économique et social tient compte du respect de la nature et de l’environnement, de la préservation du patrimoine culturel et de la qualité de vie en général.

18« De tout temps, et jusqu’à une date peu lointaine, le tourisme rural a été associé, aux yeux des observateurs, à une vision plus ou moins comptable » (El Bayed, 2003 : 1). Comme si les mœurs, les habitudes et les coutumes ont toujours préféré la quantité à la qualité et ne s’intéressent qu’aux nombres d’opérations effectuées dans l’activité touristique. La justification économique du tourisme rural comme facteur de développement pour les régions réceptrices a toujours eu et garde encore le caractère d’une évidence, les consommations touristiques génèrent non seulement un secteur d’activité créateur de profits et pourvoyeur d’emplois, mais, stimulent, aussi, les autres secteurs d’activités (artisanats, services culturels…).

19À l’instar de plusieurs secteurs qui se croisent avec des activités diverses, le tourisme agit d’une façon horizontale. Promouvoir les potentialités touristiques du pays ne se limite pas aux infrastructures hôtelières, mais cette promotion porte aussi sur les autres activités similaires ou qui ciblent la même population. En visitant un pays, le touriste cherche non seulement à découvrir la nature ou une géographie proche soit elle ou lointaine, mais il cherche une autre civilisation et une autre culture. Les monuments historiques, l’artisanat et les arts constituent la forme, l’image du pays aux yeux de ces visiteurs, donc pour réussir le tourisme il faut adopter une vision rassemblant tous ces atouts.

20Le tourisme rural est ainsi la nouvelle réalité du marché touristique et la référence d’un tourisme durable, qui fait appel à une logique qui concilie développement local, économique et conservation des patrimoines. Cette logique a beaucoup plus de force qu’un simple principe moral du fait qu’elle redéfinit les conditions de la compétitivité touristique des territoires.

2. Présentation de la commune rurale d’Asni

21La commune rurale d’Asni, située dans la région Marrakech —Safi, est considérée une zone enclavée. Depuis l’indépendance, cette commune, à l’instar de toutes les agglomérations rurales, a subi une grande marginalisation de la part des décideurs qui ont concentré les politiques publiques dans un triangle avantagé (Casablanca – Rabat et Kenitra).

22Les manques d’infrastructures et de stratégie de développement humain sont des facteurs parmi d’autres qui écartent toute comparaison entre la commune rurale d’Asni et les autres sites touristiques à proximité (Marrakech et Agadir).

23La Province d’Al Haouz s’étend sur une superficie de 6 612 km2, soit l’équivalent de 4,5 % du territoire national. Le territoire de cette province est constitué d’une plaine éponyme et de plusieurs chaînes de montagnes dont l’altitude varie entre 1 000 mètres et 4 165 mètres ; ses atouts naturels confèrent à l’activité touristique une place de choix dans le développement de l’économie locale. Cette province compte 3 communes urbaines et 37 rurales qui couvrent 92,5 % de son territoire. Elle compte 484 312 habitants et 89 % de cette population réside en milieu rural (selon le Recensement général de la population et de l’habitat [R.G.P.H.], 2004).

24La position géographique d’Al Haouz, son climat tempéré, la diversité  de ses paysages naturels (vallées, rivières, cascades, lacs, sites historiques et archéologiques dont des gravures rupestres), la simplicité et la générosité de ses populations sont des atouts qui lui confèrent un rayonnement international. Ces aspects sont souvent médiatisés sur des sites Internet consultés par les touristes étrangers. Peu de Marocains connaissent la région d’Asni dans un pays qui ne fournit guère d’efforts pour encourager le tourisme intérieur : la majorité des nationaux choisissent les sites touristiques de Marrakech, Agadir et les villes nordiques balnéaires.  

25Outre la diversité  des paysages naturels et la proximité de la ville de Marrakech, l’existence d’un patrimoine historique et culturel riche et d’un secteur artisanal florissant constitue des attraits importants pour le développement du secteur touristique dans la province. Le tourisme dans cette zone connaît certains problèmes en raison des limites en matière de planification et de pilotage des actions de développement, sans oublier le besoin d’une véritable relance socio-économique selon les principes de durabilité et d’intégration avec son contexte environnemental, humain et patrimonial. La commune rurale d’Asni est considérée comme enclavée, isolée du monde extérieur.

hébergement touristique

Principal créateur d’emplois et de revenus de l’activité touristique dans la zone, sa capacité d’accueil actuelle (3000 lits) reste insuffisante et mal répartie. Moins d’une vingtaine d’établissements sur une superficie très vaste ; s’ajoute à cela la difficulté de s’orienter en raison du manque de signalisation géographique (refuges, gîtes, auberges et hôtels).

De faibles qualités, parfois un manque d’hygiène, choix de nourriture peu diversifié, manque d’animation et infrastructures de base (électricité, assainissement, eau potable…).

Faible connexion Internet, certains gîtes et auberges ne sont pas branchés au réseau électrique.

circuits touristiques

Absence de signalétique et de balisage permettant l’information, ne favorisant pas l’orientation des touristes et la mise en valeur des sites naturels et culturels.

animation

Des richesses tant naturelles que culturelles permettant le développement des niches touristiques spécifiques, mais la faiblesse des structures d’animation ne permet pas de dégager des circuits à thème commercialisables au niveau des marchés émetteurs.

produits de terroir

Richesse des produits du terroir et des métiers d’artisanat, mais qui reste peu valorisée dans le secteur du tourisme. Absence d’une charte et d’un label de qualité, quasi-inexistence d’un réseau de commercialisation adapté.  

formation

Les problèmes liés aux différentes composantes susmentionnées sont accentués par un manque de professionnalisme et de savoir-faire.

26Diverses contraintes bloquent toutes actions visant à épanouir la commune rurale d’Asni à commencer par la capacité d’accueil et la qualité des services offerts par les établissements touristiques. Les touristes ne cherchent pas seulement les paysages naturels, mais ils sont aussi affamés de découvrir le patrimoine immatériel très peu valorisé.

Figure 2. La localisation de la commune d’Asni

Figure 2. La localisation de la commune d’Asni

3. Étude de cas

27La commune rurale d’Asni est située dans la province d’Al Haouz, au pied du Haut Atlas, aux limites du parc national de Toubkal. La vallée d’Asni abrite un village traditionnel où l’on apprécie l’ambiance paisible, loin des mouvements et des bruits de la ville, dans un paysage naturel préservé. La population de la vallée d’Asni vit en partie de l’élevage, d’où les fréquentes rencontres de bergers avec leurs troupeaux lors des promenades en montagne. La vallée d’Asni est un parfait point de départ pour de nombreuses excursions.

28Notre enquête s’est déroulée en deux phases : la première fut une démarche quantitative à partir six questionnaires distribués et expliqués au préalable aux populations concernées. Un groupe de touristes de trente personnes a été choisi au hasard pour le questionnaire. La deuxième démarche qualitative fut réalisée sous forme d’entretiens semi-directifs. Les questions ont porté sur les problèmes liés au tourisme dans la région, la formation des différents acteurs et le rôle de l’État pour la promotion et le développement de ce secteur.

3.1. Résultats de la démarche quantitative

Figure 3. Les touristes par classes d’âge

Figure 3. Les touristes par classes d’âge

Figure 4. Les touristes par genre

Figure 4. Les touristes par genre

Figure 5. Les touristes par nationalité

Figure 5. Les touristes par nationalité

Figure 6. Les catégories socioprofessionnelles des touristes

Figure 6. Les catégories socioprofessionnelles des touristes

29La population des touristes est très jeune où la proportion des hommes est presque égale à celle des femmes, la majorité des sondés sont de nationalité française (40 %) puis espagnole (30 %). On remarque une grande affluence de la part des touristes émanant des villes européennes voisines, mais les Marocains ne font pas partie des visiteurs, ceci peut s’expliquer par l’infrastructure routière qui rend l’accès à la région assez difficile et aussi par la faible promotion de cette commue qui reste peu connue dans le pays.

Figure 7. Le choix de l’établissement touristique de séjour

Figure 7. Le choix de l’établissement touristique de séjour

Figure 8. L’information sur l’établissement de touristique

Figure 8. L’information sur l’établissement de touristique

Figure 9. La durée du séjour

Figure 9. La durée du séjour

30Pour les personnes sondées, la raison du séjour est liée à la proximité du Toubkal et de la plus haute montagne du Maroc où se trouve une station de ski bien connue. La proximité de Marrakech et les informations sur Internet sont également déterminantes dans leur choix. 45 % des personnes sondées ont trouvé leur établissement de séjour sur Internet et 25 % à partir d’agences de voyages. La faible utilisation du canal traditionnel des agences de voyages s’explique par les mutations que connaît le secteur de distribution des voyages au profit de l’émergence de l’E-tourisme. Il est à noter que les durées de séjour restent faibles et se situent en majorité en moins de dix jours, sans doute en raison de l’absence d’animation touristique.

Figure 10. L’appréciation de la qualité des prestations et des repas

Figure 10. L’appréciation de la qualité des prestations et des repas

Figure 11. L’intention de revenir dans l’établissement touristique

Figure 11. L’intention de revenir dans l’établissement touristique

Figure 12. La recommandation de l’établissement touristique à l’entourage

Figure 12. La recommandation de l’établissement touristique à l’entourage

Figure 13. Les recommandations des clientèles

Figure 13. Les recommandations des clientèles

31La majorité des personnes sondées sont satisfaites, globalement, des prestations fournies (95 %), mais le taux d’insatisfaction est de 25 % pour la restauration, notamment en raison de la faible variété des menus. Toutes les personnes interrogées ont participé aux randonnées organisées et trouvent les prix exigés par les établissements touristiques abordables ; elles apprécient également les bienfaits tant que le plan physique que social. Les trois quarts des touristes ont l’intention de revenir et recommanderont la destination à leur entourage. Ils déplorent les limites des infrastructures et parfois d’hygiène au niveau des unités d’hébergement.

3.2. Résultats de la démarche qualitative

32Afin d’établir cette enquête des entretiens semi-directifs en eu lieu auprès de :

  • l’auberge Atlas Tichka : M. Amerda Omar actuellement propriétaire de l’auberge Atlas Tichka qui a débuté comme faux guide en 1982 puis qui a été classé guide à partir de 1992 ; il est actuellement le propriétaire et directeur de l’auberge Atlas Tichka, créée en 2004 et qui emploie actuellement 8 personnes ;

  • l’association des guides de montagne : M. Imrhane Mohammed, Président de l’association des guides de montagnes d’Imlil, lieu de rencontre, de concertation des guides officiels, les intrus (des faux guides) ne sont pas autorisés ;

  • la Délégation régionale du tourisme de Marrakech : M. Ahmed Kassibi, chargé du tourisme rural, tourisme de niche et tourisme interne.

Infrastructures

Développement durable et développement local

formation

Promotion

Auberge Atlas Tichka

Existence d’une seule route étroite et de mauvaise qualité ; d’où des limites pour l’activité de l’auberge.

Un seul camion de ramassage des déchets (qui manque souvent de carburant) ; d’où une accumulation de déchets

Des partenariats signés avec le Ministère de la Santé, la Protection civile et l’OFPPT pour la formation ; sans résultat à ce jour

Une carence de la promotion touristique, faible communication sur ses richesses naturelles.

Association des guides

Plaintes des touristes à propos de l’infrastructure routière qui lie cette commune aux villes voisines ; accidents fréquents

Les guides sensibilisent les touristes au respect de la nature.

Partenariat avec le Centre national de ski nordique de France ; des séances de formation de courtes durées permettent aux guides de suivre les évolutions de connaître les nouveautés du métier.

Le bureau de l’association est à Imlil. Ouvert toute l’année, il invite ses clients à découvrir les beautés des montagnes et à faire une randonnée (à dos de mulets ou en VTT), tous les niveaux sont acceptés sans distinction.

Délégation du tourisme

Des porteurs de projets nationaux et étrangers qui investissent dans les structures d’hébergements et de restaurations, l’aménagement des sites, des sentiers et des pistes

L’encouragement des associations et des coopératives pour créer de la richesse localement et pour un rééquilibrage du tourisme régional

Des partenariats signés avec la France pour la formation des guides, avec le ministère de la Santé, l’OFPPT et la protection civile pour la formation des ressources humaines des établissements d’hébergement touristique ; quelques résultats, mais l’ensemble restent très insuffisant.

Les éditions de brochures, de cartes topographiques, l’organisation de voyages de presse viennent de voir le jour en application des termes de l’article 13 de l’accord d’application de l’accord-cadre consacré au développement du tourisme rural

33La réalisation de cette enquête a permis de souligner l’utilité et l’immense apport social, culturel, écologique et économique des établissements touristiques ruraux au Maroc, mais aussi la nécessité de développer une formation adéquate des différents acteurs, de connaître l’environnement, ses bienfaits, de le protéger, avec un soutien de l’État. Les résultats des questionnaires montrent que dans la commune rurale d’Asni la formation des ressources humaines doit être le premier objectif à viser. Concernant la démarche qualitative, la première interview menée avec le propriétaire de l’auberge Atlas Tichka a mis en évidence les problèmes de pollution, de formation et de promotion de la région. La deuxième rencontre avec le président de l’association des guides de montagne a mis l’accent sur le rythme des réunions et posé le problème des faux guides ; il réclame également une contribution de l’État en matière de formation. Le troisième entretien avec le responsable du tourisme rural au sein de la Délégation du Tourisme de Marrakech a permis d’aborder les réalisations et les stratégies de la Délégation et du Ministère en faveur du développement local de la commune, mais cela reste pour le moment à l’état embryonnaire.

Conclusion

34Dans le cas du tourisme au Maroc, il est indéniable que les bienfaits du tourisme durable l’emportent de loin sur ceux relatifs au tourisme de masse (dont le premier intérêt reste l’apport de devises étrangères). Le tourisme durable prend en considération toutes ses opérations dans le cadre d’une approche systémique qui consiste à respecter l’équilibre des ressources naturelles et des actions menées par les visiteurs. Les auberges, les gîtes, les pensions fonctionnent en accord avec toutes les préoccupations en matière de sauvegarde de l’environnement et de sa protection. Au Maroc, ces types d’établissements se multiplient et s’implantent dans toutes les zones rurales qui répondent aux exigences des touristes. Pour le moment, il est à déplorer le sous-équipement ces établissements et les limites en matière d’animation. Ces problèmes sont en lien direct avec le manque de formation des ressources humaines et la faiblesse de la contribution de l’État. Il est compréhensible que ces établissements ruraux recrutent des autochtones, mais leur niveau de qualification s’avère nettement insuffisant pour garantir une bonne qualité des prestations. Les différentes fonctions nécessitent des savoir-faire et savoir-être spécifiques en mesure de gagner l’admiration et de susciter la tranquillité d’esprit des clients dont la satisfaction constitue l’objectif ultime. La formation du personnel de l’administration, de l’hébergement et de la restauration doit permettre l’apprentissage des règles et notions indispensables à l’exercice de leurs fonctions, sous la responsabilité du ministère de tutelle. Les infrastructures scolaire et sanitaire relèvent du domaine de l’État.

35Le Maroc par la diversité de ses reliefs, la multiplicité de ses ressources naturelles, sa biodiversité, sa flore et sa faune, répond parfaitement au tourisme durable. Il appartient aux investisseurs d’en prendre conscience et à l’État de l’encourager par tous les moyens.

Haut de page

Bibliographie

Association Aide au développement international (2006). Un voyageur averti en vaut deux !, AADI.

Bessiere, J. (2000). « Valorisation du patrimoine gastronomique et dynamique de développement territorial », Ruralia, n° 6, URL : https://ruralia.revues.org/154.

Breton J-M. (dir.) (2004). Tourisme, environnement et aires protégées : Antilles-Guyane, Haïti, Québec, Karthala Éditions.

Boyer, M. (2002). Comment étudier le tourisme ?, Ethnologie Française, 37(32) : 393-404.

Centre africain de formation et de recherches administratives pour le développement (2003). African administrative studies.

Dehais, B. (2001). « Mondialisation les dégâts du tourisme », Alternatives économiques, n° 194.

El Bayed, H. (2003). « Tourisme durable et développement local, approche par la dynamique territoriale et les indicateurs de durabilité », URL http://cdurable.info/IMG/pdf/Article-behnassi.pdf.

Lozato-Giotart, J-P. (2006). Le chemin vers l’écotourisme, impacts et enjeux environnementaux du tourisme aujourd’hui, Delachaux et Niestlé.

Mesplier, A. et P. Bloc-Duraffour (2005). Le tourisme dans le monde, Bréal.

Ministère du Tourisme (2004). Manuel de conception de l’hébergement touristique rural.

Noël, G. et E. Willaert (2007). Georges Pompidou et le monde des campagnes, 1962-1974, Peter Lang.

Observatoire du tourisme Maroc (2013). Annuaire statistique 2013.

Pecqueur, B. (2008). Développement local, gouvernance territoriale : enjeux et perspectives, Karthala Éditions.

Schéou, B. (2009). Du tourisme durable au tourisme équitable : quelle éthique pour le tourisme de demain ?, Boeck Supérieur.

Vision stratégique de développement touristique (2010). Contrat programme 2011-2010.

Zaoul, H. (2007). « Du tourisme de masse au tourisme situé. Quelles transitions ? », Revue Organisations et marché, URL : <http://www.cairn.info/revue-marche-et-organisations-2007-1-page-155.htm>, 3 : 155-182.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La situation géographique du Maroc
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Tableau 1. Évolution de la capacité d’hébergements au Maroc par région
Crédits Source : Observatoire du tourisme Maroc, Annuaire statistique 2013 : 19.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-2.png
Fichier image/png, 96k
Titre Figure 2. La localisation de la commune d’Asni
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-3.png
Fichier image/png, 80k
Titre Figure 3. Les touristes par classes d’âge
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-4.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 4. Les touristes par genre
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-5.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 5. Les touristes par nationalité
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-6.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 6. Les catégories socioprofessionnelles des touristes
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-7.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 7. Le choix de l’établissement touristique de séjour
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-8.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 8. L’information sur l’établissement de touristique
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-9.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 9. La durée du séjour
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-10.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 10. L’appréciation de la qualité des prestations et des repas
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-11.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 11. L’intention de revenir dans l’établissement touristique
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-12.png
Fichier image/png, 6,6k
Titre Figure 12. La recommandation de l’établissement touristique à l’entourage
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-13.png
Fichier image/png, 9,7k
Titre Figure 13. Les recommandations des clientèles
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7638/img-14.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Taoufik Daghri et Soukaina El Omari, « Du tourisme de masse au tourisme rural au Maroc : le cas de la commune rurale d’Asni », Études caribéennes [En ligne], 31-32 | Août-Décembre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7638 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7638

Haut de page

Auteurs

Taoufik Daghri

Université Mohammed V Rabat, Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales de Salé ; Professeur ; daghri@voila.fr

Soukaina El Omari

Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales de Salé ; Doctorante en Economie Appliquée ; elomarisoukaina@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org