Navigation – Plan du site
Tourisme de masse vs. tourisme alternatif

Analyse externe de l’intégration du tourisme alternatif dans un territoire marginalisé : le cas du Bajo Balsas au Mexique

External Analysis of the Integration of Alternative Tourism in a Marginalized Area: the Case of Bajo Balsas in Mexico
Maxime Kieffer

Résumés

L’objectif de cet article est d’analyser, à partir d’une vision externe, les conditions préexistantes à échelle locale-régionale d’un territoire rural au Mexique, le Bajo Balsas, en vue de l’intégration hypothétique d’une activité de tourisme alternatif. L’analyse porte sur les aspects externes au territoire d’accueil à prendre en compte avant l’introduction d’une initiative touristique, et sur les conditions intrinsèques de celui-ci. Les résultats montrent que le territoire possède des aptitudes spécifiques pour mettre en œuvre une initiative de tourisme alternatif telle que la capacité d’organisation collective locale, l’existence d’un processus de développement plus ample ainsi que d’une complémentarité de ressources naturelles et culturelles intéressante. Cependant, l’étude révèle également de nombreuses restrictions comme l’image négative de la région ainsi que le manque de connexion et d’infrastructure. À partir des résultats obtenus, des recommandations ont été formulées à l’intention des acteurs impliqués dans le processus de développement concernant la mise en œuvre du tourisme alternatif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le travail présenté dans cet article fait partie d’une recherche doctorale (Kieffer, 2014) et constitue la dernière étape de l’analyse, à travers une approche systémique, multiscalaire et participative, des conditions préexistantes d’un territoire rural pour l’intégration d’une activité touristique dans un processus de développement local-régional.

2Le contexte actuel de crise des territoires ruraux en Amérique Latine et particulièrement au Mexique conduit de nombreuses communautés à chercher de nouvelles solutions pour diversifier l’économie paysanne. Dans ce cadre, le tourisme, et particulièrement le tourisme alternatif, est présenté comme une solution pour lutter contre la pauvreté et pour protéger les ressources naturelles. Depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000, le tourisme alternatif fait partie des politiques publiques et des programmes de coopération internationale pour le développement afin de répondre aux nécessités des populations locales. Une des modalités de tourisme alternatif répandue en Amérique Latine, particulièrement au Pérou, Équateur, Costa Rica, Nicaragua, Guatemala et Mexique est le tourisme rural communautaire (TRC). Cette modalité de tourisme s’est implantée dans des territoires ruraux conçus comme espaces collectifs et gérés par des communautés à travers leurs institutions traditionnelles. Il s’agit, selon Gascón (2009 : 36) « d’un type de tourisme développé dans des zones rurales dans lequel la population locale, à travers ses institutions locales collectives, exerce un rôle majeur et protagoniste dans son organisation, gestion et contrôle, offrant des activités respectueuses de l’environnement naturel, culturel, social et des valeurs de la communauté d’accueil, créant une expérience positive entre résidents et visiteurs, et dans laquelle la relation entre le touriste et la communauté est éthique et les bénéfices de l’activité répartis de manière équitable ».

3Ces initiatives récentes en sont à une phase de développement, voire pour de nombreuses d’entre elles en processus de planification. Cependant, certaines situations non désirées ont déjà été détectées au Mexique comme l’apparition d’effets pervers dans les structures sociales des communautés bénéficiaires, ou l’investissement erroné dans des infrastructures pour des communautés qui ne possédaient pas les conditions requises pour développer une activité touristique (Cañada et Gascón, 2007 ; Castillo, 2007 ; Kieffer, 2011 ; López et Palomino, 2008 ; Zizumbo, 2007). Dans bien des cas, le TRC a été présenté comme une panacée, sans questionner le modèle suivi et en reproduisant de manière acritique des idées reçues (Cañada, 2009 ; Gascón, 2009).

4Les résultats des étapes antérieures de la recherche doctorale de laquelle est extraite ce travail soulignent l’importance de l’étude des identités particulières et des représentations culturelles, ainsi que des perspectives locales et de la vision depuis l’intérieur du territoire, dans l’analyse des conditions d’insertion d’une initiative de TRC dans un territoire rural (Kieffer, 2014 ; Kieffer et Burgos, 2014 ; Kieffer et Burgos, 2015). Cependant, et c’est l’objet du présent article, l’analyse doit également être complétée par un point de vue externe (« vision de l’expert »). Cet article répond ainsi au quatrième et dernier objectif de la recherche doctorale en question et analyse à travers la vision de l’expert les enjeux et les conditions d’intégration d’une initiative de TRC dans un territoire marginalisé et vierge de tout développement touristique, le Bajo Balsas, au Mexique, ainsi que les différents aspects intrinsèques du système d’étude qui influencent, directement ou non, la mise en œuvre d’une activité touristique.

1. Développement territorial et tourisme alternatif

5L’implantation territoriale d’initiatives de TRC répond à d’autres enjeux que celle du tourisme de masse et des Centres Intégralement Planifiés (CIP). Au Mexique, les CIP tels que Cancún, Los Cabos, Ixtapa, Acapulco et d’autres utilisent le territoire d’un point de vue fonctionnel et utilitaire puisant dans celui-ci les ressources nécessaires à sa bonne exécution, mais sans prendre en compte à long terme les enjeux, caractéristiques et nécessités du territoire dans lequel ils s’implantent. Au contraire, une initiative de TRC s’inscrit dans une stratégie intégrale de développement territorial, elle fait partie d’un processus plus ample d’amélioration de la qualité de vie, tant aux niveaux individuel que collectif (Kieffer, 2014). Il s’agit donc d’approches différentes même si elles peuvent être complémentaires à des échelles distinctes. Cette première partie s’attache à analyser les particularités du territoire rural et la manière dont le tourisme alternatif s’y intègre.

1.1. Construction de l’espace touristique en milieu rural

6Afin de comprendre l’enjeu de l’insertion du tourisme alternatif dans un territoire rural, il est nécessaire de comprendre en premier lieu ce qu’est le monde rural. Il est ainsi important de reconnaître que le milieu rural a un rôle multifonctionnel et qu’il assure des fonctions vitales, étant à la fois une zone de production, de conservation et de défense des ressources naturelles, de multiples services environnementaux pour la régulation du climat et l’approvisionnement en eau, de centre culturel et qui offre, de plus, récréation et repos aux citadins à travers différents services touristiques (Paniagua, 2004). Dans ce contexte, le TRC apparaît comme une stratégie de diversification de l’économie paysanne et non de spécialisation (Cañada, 2009 ; Pisani et Franceschetti, 2011). Ces auteurs préconisent l’introduction d’un tourisme de basse intensité, qui n’oblige pas le paysan à délaisser son activité agricole traditionnelle, qui est une composante importante de l’activité touristique. En tant qu’activité complémentaire, le tourisme permet de transférer des bénéfices au secteur agropastoral. C’est une manière d’augmenter et de diversifier les options productives des communautés rurales et ainsi compléter l’économie paysanne (Cañada et Gascón, 2007). Il est important pour cela de définir le type de développement nécessaire. Un tourisme vu comme une activité économique unique ne garantit pas la souveraineté alimentaire des paysans, base de leur culture. En ce sens, une réflexion profonde doit être menée par les acteurs locaux afin de construire eux-mêmes le type de tourisme qui leur correspond le mieux. La notion de tourisme endogène prend ainsi tout son sens. Il s’agit pour les acteurs d’évaluer les possibilités qui leur sont offertes par leur territoire, tout en prenant en compte les composantes externes susceptibles d’influencer leur choix.

7Hiernaux (1989) définit le modèle de développement de l’activité touristique comme un ensemble d’éléments conçus par certains acteurs pour atteindre des fins préétablies. Si la complexité de l’activité touristique et les implications qu’elle engendre invitent à relativiser la possibilité de concevoir de manière sûre une initiative qui résoudrait le problème de la pauvreté, il est important de situer l’action d’entreprendre une activité de tourisme alternatif comme une action désirée. Cette action se réfère à un processus de construction sociale qui utilise des ressources pour créer des dynamiques territoriales. Le tourisme a donc une fonction constructiviste pour le territoire. Barbini (2008 : 210) explique que « ce sera la pratique des acteurs et agents locaux qui, à travers activités, perceptions, mémoire, symboles, pourra qualifier et localiser l’espace touristique ». En ce qui concerne le TRC et ses objectifs spécifiques, celui-ci devrait promouvoir une vision territoriale. Cette approche aborde le tourisme comme une activité qui doit s’insérer dans un système existant et dont il ne peut être séparé. Le tourisme est présenté comme un processus sociétaire et se base sur l’articulation acteurs/pratiques/espace, participant ainsi à un processus de construction sociale endogène (Hiernaux, 2006 ; Knafou et Stock, 2003).

1.2. Le TRC comme stratégie de développement territorial

8L’approche territoriale du tourisme soutient que pour construire une organisation intégrée du territoire, il est nécessaire de partir d’un diagnostic basé sur l’économie rurale, l’hétérogénéité spatiale, la diversité institutionnelle, les différentes potentialités et opportunités de la population, et sur les différences écologiques (Cordero et al., 2003). Dans ce cadre, l’intégration régionale d’une initiative de TRC doit respecter l’échelle locale, la participation de la population ainsi que la distribution locale des bénéfices de l’exploitation touristique (Cazes et Knafou, 1995). Doucet et Favreau (1991) prétendent que le développement doit favoriser la résolution de problèmes sociaux à travers un autodéveloppement économique et social des communautés locales. Élargir l’approche du développement de l’économique au social, politique, environnemental et culturel, permet d’avoir une vision intégrale des processus qui composent la réalité locale et son territoire (Barrera, 2005). Le développement s’entend ainsi non pas comme une croissance économique, mais comme un processus de changement social construit par les acteurs locaux et prenant en compte des caractéristiques sociales et culturelles (Sunkel, 2007 ; Vachon, 2001). L’autodétermination et la participation communautaire deviennent ainsi des concepts clés lorsqu’on aborde la question du développement endogène et du tourisme alternatif (Tosun, 2000). L’individu, mais aussi ses institutions collectives, est donc le moteur de tout projet de développement intégral. Il s’agit de prendre en compte des facteurs extraéconomiques dans une initiative de tourisme alternatif tels que les éléments culturels, sociaux et environnementaux qui composent le territoire d’accueil dans la perspective de participer à un développement intégral et endogène.

2. Méthodologie

9À la différence de la vision locale, la vision externe peut aboutir à la compréhension de nouveaux éléments non détectés depuis l’intérieur du territoire, tel que l’importance du contexte régional et national, facteur de grande importance pour la mise en œuvre de tout projet de développement (Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur l’Amérique Latine IPEALT, 2011), ainsi que l’adéquation et la relation que maintiennent ces deux niveaux d’administration dans l’introduction d’une activité touristique dans un territoire.

2.1. Présentation de l’aire d’étude

10L’aire d’étude (Figure 1) fait partie de la région du Bajo Balsas (État du Michoacán, Mexique), connue pour son climat excessivement chaud et sec, et pour l’identité particulière de ses habitants. La zone est caractéristique d’un territoire fortement rural, composé d’une végétation naturelle de forêt tropicale sèche dans laquelle sont dispersées des communautés de moins de 1 500 habitants.

Figure 1. Localisation de l’aire d’étude, Bajo Balsas, Michoacán, Mexique.

Figure 1. Localisation de l’aire d’étude, Bajo Balsas, Michoacán, Mexique.

Source : Kieffer, M. (2014)

11La configuration territoriale est composée d’un conglomérat d’unités agraires (ejidos), créées dans les années 1930, à la suite à la révolution mexicaine et à la redistribution des terres des grandes haciendas. L’aire a été décrétée Réserve de la Biosphère Zicuirán-Infiernillo, ce qui lui a donné une reconnaissance institutionnelle permettant la captation d’aides financières ainsi qu’un intéressant potentiel pour la promotion du tourisme. La principale caractéristique biophysique est une forte saisonnalité, les pluies se concentrant entre juin et octobre et étant quasiment nulles le reste de l’année. Ces caractéristiques restreignent fortement les activités productives conventionnelles. Cette situation engendre une très haute marginalité à la fois d’un point de vue social et économique. La faible activité économique et le manque d’emplois entrainent une forte migration vers les grandes villes et les États-Unis ainsi qu’une participation de la population locale à des activités illégales. Une stratégie de développement régional est actuellement impulsée dans cette région par l’ONG Grupo Balsas para estudio y manejo de ecosistemas. Sa finalité est de mettre en place un processus de développement territorial à partir de l’échelle locale, en développant les capacités individuelles et collectives des acteurs. Pour cela, plusieurs initiatives ont été encouragées telles que des projets productifs (production biologique de sésame et de fleurs d’hibiscus), la création de coopératives, la construction de capital social ainsi que le soutien à des initiatives en faveur de la gestion communautaire de l’eau et des espaces naturels. Dans ce cadre, l’activité de TRC est étudiée comme une option possible de cette stratégie de développement local-régional.

2.2. Méthode employée pour l’analyse du territoire

  • 1 Les résultats précédents de la recherche doctorale ont expliqué en quoi une initiative de tourisme (...)

12L’analyse externe a considéré les huit dimensions identifiées par Aref et al. (2010). Celles-ci offrent un cadre de référence intéressant pour évaluer la capacité d’une communauté et de son environnement global pour générer un processus de changement, dans ce cas à travers une activité de TRC1. Ces dimensions sont présentées ci-après :

  • Le leadership communautaire est un élément clé dans la mise en œuvre d’une initiative de tourisme alternatif, tout comme l’existence de leaders dans la communauté qui soient capables de mobiliser et de soutenir un processus de développement.

  • La participation communautaire est une caractéristique importante de la capacité d’une communauté pour mener à bien une activité touristique de caractère collectif. La communauté doit être capable de s’organiser pour contrôler et gérer l’activité sur son territoire.

  • Les structures communautaires sont un espace essentiel pour discuter des problèmes et opportunités qui se présentent dans une communauté. L’institution locale est une base importante pour construire de nouveaux projets, car elle permet le lien entre aspirations individuelles et collectives.

  • Le soutien d’acteurs externes permettant de créer les conditions favorables pour le développement.

  • Les aptitudes et les connaissances des acteurs.

  • La mobilisation de ressources, c’est à dire la capacité des acteurs pour identifier et utiliser de manière stratégique les ressources disponibles (humaines, financières, naturelles, etc.).

  • Le pouvoir communautaire est la capacité des acteurs pour influer de manière substantielle sur les décisions prises concernant leur village ainsi que leur capacité à faire respecter leurs droits et opinions dans les projets de développement dans lesquels ils sont impliqués.

  • Le sentiment d’appartenance communautaire, vu comme l’interdépendance entre individu et communauté, condition nécessaire pour que les acteurs locaux puissent construire une vision endogène du développement à long terme.

13Le présent cadre de référence a donc été utilisé comme un guide pour évaluer de manière externe les conditions du territoire du Bajo Balsas à échelle locale et régionale dans la perspective d’introduire une activité de TRC.

  • 2 Il est important de rappeler ici que cet article constitue la dernière étape d’une recherche doctor (...)

14La méthodologie utilisée pour déterminer les conditions du territoire et des communautés rurales en vue de l’insertion du TRC depuis une vision externe s’est basée sur une analyse SWOT2 (Forces/Faiblesses, Opportunités/Menaces). Il s’agit de répondre à la question suivante : le territoire d’étude possède-t-il les conditions nécessaires pour créer et soutenir une activité de TRC ? L’analyse tient compte de la condition préexistante (favorable ou restrictive) de divers facteurs présents dans le territoire au moment de cette étude (2009-2013), en précisant que certains d’entre eux peuvent présenter des caractéristiques à la fois favorables et restrictives. L’analyse a séparé le contexte structurel du territoire du système intrinsèque. De plus, il est apparu nécessaire de préciser les éléments de l’aire d’étude qui constituent des facteurs circonstanciels afin de déterminer les éléments qui peuvent être modifiés dans la perspective d’entreprendre une activité de TRC et ceux qui sont indépendants de l’action humaine dans un projet de changement social. Ainsi, des vecteurs (drivers), c’est-à-dire des éléments qui pourraient faire évoluer les conditions actuelles du territoire dans le futur, ont été intégrés. À partir d’une perspective multiscalaire, l’analyse a pris en compte l’échelle locale en intégrant comme exemple trois communautés rurales réparties dans l’aire entre des zones identitaires différentes (El Capirito, Los Copales et El Palatanar), et l’échelle régionale en considérant la région dans son ensemble (Figure 2).

Figure 2. Communautés choisies dans chaque zone identitaire pour l’analyse des conditions d’intégration du TRC dans le Bajo Balsas

Figure 2. Communautés choisies dans chaque zone identitaire pour l’analyse des conditions d’intégration du TRC dans le Bajo Balsas

3. Analyse externe des conditions d’insertion du TRC dans le Bajo Balsas

15Les résultats de ce travail sont synthétisés dans le tableau 1 et une description détaillée est présentée ci-après.

Tableau 1. Facteurs analysés depuis la vision externe pour la valorisation ex ante d’une initiative de TRC dans le Bajo Balsas

Tableau 1. Facteurs analysés depuis la vision externe pour la valorisation ex ante d’une initiative de TRC dans le Bajo Balsas

3.1. Analyse du contexte structurel

16Partant des caractéristiques de l’activité de TRC et de celles du territoire d’étude, quatre facteurs externes qui influencent la mise en œuvre d’une initiative touristique dans la région du Bajo Balsas ont été analysés :

  • 3 C’est au contraire le modèle sea et sun qui continue à accaparer le plus d’attention (Secretaría de (...)

17i) La place du tourisme alternatif dans les politiques publiques mexicaines. L’inexistence de politique touristique spécifique sur ce segment touristique empêche tout développement important de l’activité (Garduño et al., 2009 ; Guerrero, 2010). Le tourisme alternatif au Mexique n’a pas encore réussi à s’imposer comme un segment touristique viable économiquement et de ce fait les instances gouvernementales ne le prennent que peu en compte dans l’élaboration des stratégies de développement touristique national3 (Vergara et Arrais, 2005). Il n’y a par exemple pas de vision claire de comment développer ce secteur, il n’existe pas de programme de subventions publiques spécifiques dédié, certains financements incombent par exemple à la Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indígenas (CDI), d’autres à la Secretaria de Desarrollo Social (SEDESOL), d’autres encore à la Secretaría de Agricultura, Ganadería, Desarrollo Rural, Pesca y Alimentación (SAGARPA) ou bien à la Secretaría de Turismo (SECTUR). Si l’on rajoute à cette confusion sur les compétences de chaque institution en matière d’investissement dans le secteur du tourisme alternatif, des échelles d’administration complexes entre les politiques locales, régionales et nationales, il n’existe qu’une visibilité très faible pour développer ce segment de manière cohérente. Malgré le consensus international sur le potentiel de ce marché spécifique, la situation indiquée au Mexique freine grandement le développement d’initiatives de tourisme alternatif qui ne peuvent compter sur un cadre institutionnel fort. De ce fait, de nombreux projets de tourisme alternatif se créent grâce au phénomène de mode, mais peu se consolident et fonctionnent dans la durée.

18ii) La connexion de la région. Le deuxième élément structurel concerne l’éloignement et le manque de connexion du territoire d’étude avec la capitale du Michoacán, Morelia (3 heures en voiture) et le pôle touristique le plus proche, Ixtapa-Zihuatanejo (3 h 30). Une fois dans la région, l’accès aux différentes communautés dépend de l’éloignement de celles-ci, il est facile par route goudronnée et difficile par chemin de terre. Pour les études classiques de géographie du tourisme, le fait de ne pas pouvoir s’appuyer sur un centre émetteur touristique ainsi que le difficile accès aux communautés constitue un frein majeur pour l’implantation du tourisme dans un territoire. Cependant, cette restriction peut se présenter comme un avantage dans le cadre spécifique du tourisme alternatif, car l’éloignement fait que les communautés ont conservé des traditions fortes, ce qui les rend attractives pour ce segment particulier. De plus, cette difficulté d’accessibilité associée au fait que le Bajo Balsas ne fait pas partie des destinations touristiques du Michoacán le protège dans un premier temps d’une invasion touristique de plus grandes ampleurs qui irait à l’encontre des caractéristiques du territoire.

19iii) L’image négative du Bajo Balsas. Le troisième élément d’importance dans l’analyse est l’image négative et violente dont souffre la région due à la présence d’activités illégales sur le territoire. De manière informelle, de nombreuses personnes ont manifesté une perception négative liée à la peur et à l’insécurité qu’il semble exister dans la région. Il est important de signaler qu’il s’agit d’une perception qui ne rend pas forcément compte de manière fidèle de la réalité ; perception qui de plus varie d’une personne à l’autre et peut changer au fil du temps, comme cela s’est produit pour de nombreuses destinations touristiques dans le monde.

20iv) Les soutiens institutionnels envers la région. Le dernier facteur structurel est la dynamique positive du territoire d’étude en termes de captation d’aides au développement. Même si la région a été tenue à l’écart des politiques de développement jusqu’au début des années 2000, il existe actuellement une volonté politique de récupérer certains espaces publics oubliés et tombés de ce fait entre les mains des cartels de la drogue. La capacité de l’ONG Grupo Balsas à impliquer des financeurs dans les projets de développement actuels constitue une base solide sur laquelle compter pour la mise en œuvre potentielle de projets de développement, dont des activités de TRC. Les approches de développement endogène à différentes échelles (communautaire et régionale), de consolidation des capacités locales et dans la durée sont des atouts supplémentaires dans la construction sociale du territoire et dans l’élaboration d’un processus de changement et d’amélioration de la qualité de vie.

3.2. Analyse des conditions intrinsèques

21Les aspects intrinsèques du territoire qui ont été pris en compte dans l’analyse des conditions en vue de l’intégration d’une initiative de tourisme alternatif sont :

22i) L’infrastructure locale. L’infrastructure existante, aussi bien au niveau local que régional, est minime voir quasi inexistante. Bien que cette insuffisance limite la mise en œuvre du TRC, il est important de préciser que cette activité requiert une infrastructure de bas impact écologique et moins couteuse que d’autres segments touristiques. Il s’agit donc d’une restriction qui peut évoluer facilement en présence d’une volonté politique et d’un investissement modeste.

23ii) Les attraits tangibles et intangibles. Un second élément concerne les attraits touristiques qui, malgré l’inexistence d’attrait majeur (flagship) tel que le définit Sharpley (2007), sont complémentaires au niveau régional. Chaque communauté possède des caractéristiques particulières, culturelles et/ou naturelles selon les cas, ce qui constitue une base intéressante pour l’offre des services touristiques (Tableau 2). Ces ressources tangibles et intangibles constituent l’identité de chaque lieu et bien que tous les villages fassent partie de la même région culturelle, de nombreuses caractéristiques particulières ont été détectées d’un village à l’autre (Kieffer, 2014). Dans le village de Los Copales par exemple, de nombreux artisans travaillent la palme et la pierre volcanique et ont développé un lien particulier avec cet écosystème spécifique fondateur de l’identité culturelle des habitants de ce village. Dans la communauté de El Capirito, la culture biologique d’hibiscus et de sésame définit les traits culturels particuliers des habitants de ce lieu en générant des processus productifs spécifiques lors de la récolte, transformation et commercialisation de ces produits. En ce qui concerne El Platanar, l’éloignement de ce village implique que la population vive en grande partie de manière autonome et autosuffisante. Les habitants ont donc conservé des traits culturels traditionnels forts dans leur forme de vie et d’agriculture. Cette diversité naturelle et culturelle renforce la richesse de l’identité culturelle du Bajo Balsas, chaque lieu possédant des aspects intéressants et complémentaires d’un point de vue régional.

Tableau 2. Attraits tangibles et intangibles du Bajo Balsas

24iii) Les bases organisationnelles. Le troisième facteur intrinsèque analysé est le capital social. Même s’il existe de nombreuses barrières techniques à la mise en œuvre du TRC et une expérience préalable nulle dans cette activité, le travail impulsé par le Grupo Balsas a créé des conditions favorables pour la conduite de projets de développement en renforçant les capacités locales et le niveau d’organisation collective des institutions locales, assurant ainsi une gestion collective et une répartition équitable des bénéfices escomptés (Tableau 3).

Tableau 3. Caractéristiques des bases organisationnelles locales

Domaine d’intérêt

Spécificités

Communauté représentative

Identité productive

Système d’organisation productive traditionnel (maïs et frijol en démiques, fruits exotiques, etc.)

Modes de vie paysans

Culture biologique

Processus locaux de transformation de produits (fromage, artisanat de palme et pierres volcaniques)

El capirito – El Plantanar – Los Copales

Gastronomie locale

Cuisine traditionnelle basée sur la culture de produits locaux

El Capirito – El Platanar

Us et coutumes

Vie rurale traditionnelle,

Coutumes locales

El Capirito –El Platanar – Los Copales

Processus organisationnels

Organisation collective en coopératives pour la production, transformation et commercialisation de fleurs d’hibiscus et de sésame

El Capirito

Paysage naturel

Sentiers et montagnes présentant différents degrés de difficulté et d’accès pour marcher observer la faune et la flore

Bassins naturels et cascades en saison des pluies

El Capirito – El Platanar

Volcan Jorullo

Los Copales

Source : Kieffer, 2014

25iv) La vision locale. Précédemment à cette étude, des activités participatives ont été menées à l’échelle locale et ont permis de détecter la présence, bien que partielle, d’une vision locale et collective sur la mise en œuvre d’une initiative de TRC (Kieffer et Burgos, 2014). En faisant passer les intérêts collectifs au-dessus des intérêts individuels et en mettant l’accent sur le bien-être de la communauté, les acteurs locaux ont manifesté leur volonté de travailler de manière collective. Le fort sentiment d’appartenance à une communauté avec des traits culturels et productifs spécifiques influence très fortement la vision à court et terme du développement dans le territoire local, celle-ci ne se limitant pas à des critères économiques, mais incluant également des critères sociaux, culturels et écologiques. La construction sociale qui a abouti à cette vision du développement intégral constitue donc une référence commune pour tous les projets de développement, qu’ils soient productifs ou environnementaux, ce qui apparaît comme une condition préalable indispensable à la mise en œuvre d’une initiative de TRC.

4. Synthèse

4.1. Discussion

26Il apparaît clairement dans cette étude que le travail de développement impulsé par le Grupo Balsas dans l’aire d’étude a laissé des traces concrètes. Ces traces sont différentes d’une communauté à l’autre pour des raisons diverses telles que l’ancienneté de la collaboration, l’implication mutuelle, le nombre de projets réalisés, le niveau d’organisation interne, la situation géographique de la communauté, etc., et elles ont modifié le capital social préexistant. Les trois villages choisis constituent un échantillon des processus qui sont actuels dans la région dans le cadre d’un programme de développement. Même s’il existe des capitaux sociaux différents d’un village à l’autre, il existe un patron commun au niveau régional. D’un côté les communautés paraissent ne pas avoir beaucoup d’espoir dans leurs possibilités de mettre en œuvre une initiative de tourisme alternatif, mais d’un autre côté les résultats positifs du travail avec le Grupo Balsas nourrissent beaucoup d’espérance, si bien que de nombreuses personnes croient réellement aux possibilités du collectif dans la construction de processus de changements sociaux. Le succès de nombreux projets de développement a permis de renforcer les aptitudes des membres des communautés ce qui a eu un impact positif sur leur confiance en eux. Les acteurs reconnaissent donc d’un côté leur manque d’aptitudes spécifiques pour mettre en œuvre une activité touristique, mais d’un autre côté, après les nombreux obstacles qu’ils ont déjà franchis par le passé, ils considèrent que celui-ci n’est pas insurmontable.

27Sur l’ensemble de l’aire d’étude, les résultats montrent que le territoire du Bajo Balsas présente certaines habilités spécifiques pour développer un projet de TRC tel que la capacité d’organisation collective, l’existence d’un processus de développement ample ainsi que la présence d’une complémentarité d’activités possibles basées sur des identités et des paysages différenciés. D’un autre côté, l’analyse révèle également une série de restrictions, les principales étant l’image négative de la région, l’absence d’attrait touristique majeur ainsi que le manque de connexion du territoire avec un centre émetteur de touristes. Considérer que les lieux touristiques sont systématiquement associés à des attraits naturels ou historiques exceptionnels conduirait à affirmer que le territoire d’étude est incompatible avec le tourisme, ce qui reviendrait à tomber dans un déterminisme physique duquel la géographie humaine s’est éloignée après son virage culturel. Ce travail de recherche doctorale reconnaît au contraire la possibilité pour le Bajo Balsas de construire un espace touristique à partir de la dynamique créée par tous les acteurs potentiellement impliqués dans l’activité. Le tourisme étant une activité sans aucun antécédent pour les communautés rurales de l’aire d’étude, il est nécessaire d’inventer et de construire un nouvel espace, basé sur les facteurs existants. Si les éléments circonstanciels du territoire doivent être pris en compte par les acteurs locaux à l’heure de la prise de décision sur les projets de développement à mener, l’étude souligne aussi l’importance des éléments sur lesquels il est possible d’avoir une incidence pour faire évoluer la situation donnée.

4.2. Recommandations pour l’insertion du TRC dans le territoire d’étude

28Cette analyse externe des conditions du territoire a donné lieu à une série de recommandations formulées à l’attention des acteurs impliqués dans le processus. Celles-ci se réfèrent dans un premier temps aux activités touristiques possibles (Tableau 4).

Tableau 4. Attraits et activités possibles dans trois communautés représentatives du Bajo Balsas

Tableau 4. Attraits et activités possibles dans trois communautés représentatives du Bajo Balsas

29La difficulté pour une communauté rurale isolée d’entreprendre une initiative de TRC ainsi que le potentiel touristique limité de chacune des trois communautés étudiées suggère d’aborder l’activité touristique dans le cadre d’un circuit régional. Les recommandations établissent ensuite un certain profil de visiteurs potentiellement intéressés par la région et en accord avec la vision locale. Dans la ligne des recherches d’Urry (2002), cette identification s’est basée sur le fait que les pratiques sociales, les intérêts de la vie quotidienne et la manière de voir le monde conditionnent les choix et pratiques touristiques des individus. Cette perspective indique que l’individu préoccupé par l’agriculture biologique, la valeur du monde rural, la nature, l’organisation communautaire, etc. est un touriste potentiellement intéressé par les caractéristiques de l’aire d’étude. La nécessité de créer des liens commerciaux directs avec des réseaux de tourisme solidaire ou de commerce équitable est également recommandée afin d’attirer un public international. La commercialisation et la promotion touristique doivent être ciblées, le marché étant dirigé à des secteurs restreints concernés par les caractéristiques présentées. La participation d’autres acteurs s’avère indispensable dans la mise en œuvre du TRC : le Grupo Balsas comme partenaire technique et relais pour financer le projet et les institutions gouvernementales, même si leur rôle est minime, doivent participer à la planification de l’activité pour créer les synergies nécessaires.

30La dernière recommandation porte sur l’organisation qui pourrait être envisagée pour impulser le TRC, soulignant le rôle intéressant de la coopérative. Les coopératives constituent la base collective des activités économiques tandis que l’ejido est une institution sociale propice à la gestion d’autres projets. La coopérative présente l’intérêt d’être plus transversale dans la mesure où les femmes et les jeunes peuvent être membres ainsi que les « simples » habitants de la communauté. L’ejido, de son côté, est composé uniquement d’ejidatarios, généralement des hommes d’un certain âge, propriétaires d’une parcelle de terre dans le territoire ejidal. De ce fait, la coopérative semble une institution plus adéquate dans la gestion et l’administration d’une activité de TRC, l’accès aux responsabilités y étant plus équitable. De plus, l’utilisation de la coopérative comme support de différentes activités économiques présente l’avantage de pouvoir mutualiser les frais de gestion et d’administration, voire de promotion. En effet, les responsables des coopératives participent régulièrement à des évènements divers tels que marchés biologiques, foires traditionnelles, etc., et pourraient donc également offrir dans ce genre d’espaces leurs services touristiques.

31Finalement, la figure 3 schématise ce que pourraient être les étapes chronologiques de la mise en œuvre d’une activité de TRC dans la région.

Figure 3. Étapes du processus chronologique pour la mise en œuvre d’une initiative de TRC dans le Bajo Balsas

Figure 3. Étapes du processus chronologique pour la mise en œuvre d’une initiative de TRC dans le Bajo Balsas

Conclusion

32La contribution de cette étude n’est pas dirigée à déterminer si le Bajo Balsas pourrait se convertir en une destination touristique à travers le paradigme du tourisme conventionnel, mais bien de trouver de nouvelles formes de diversification de l’économie paysanne et d’analyser comment le tourisme pourrait s’insérer dans un projet de développement plus ample. En considérant les possibilités d’échec de cette initiative, les acteurs devront définir des objectifs raisonnables afin de ne pas créer de fausses illusions pour la population locale. Il est fortement probable qu’une initiative de tourisme alternatif dans cette région ne se convertira jamais en une activité économique majeure, mais pourra cependant avoir un rôle important dans des domaines tels que l’ouverture de réseaux d’échange d’expérience paysanne, d’échange culturel, d’amélioration du niveau d’éducation, de diversification de l’économie, de renforcement des liens communautaires ou de développement de nouvelles capacités individuelles et collectives. En prenant en compte les restrictions et les potentialités du territoire, une série de recommandations ont été formulées, centrées sur la coopération régionale et l’utilisation des synergies créées pour l’ensemble des actions réalisées dans le cadre du processus de développement actuellement en cours.

33La dynamique de développement impulsée par le Grupo Balsas a permis de créer de nouveaux projets productifs et non productifs à l’échelle locale-régionale et construits à partir d’une base sociale et économique forte. Dans ce cadre, un projet de tourisme alternatif doit s’appuyer sur ces bases existantes ainsi que sur le potentiel du territoire qui vient d’être présenté afin de participer à la construction et à l’invention de nouvelles solutions qui répondent aux enjeux actuels de territoires ruraux tels que le Bajo Balsas. Finalement, les pratiques communautaires en général, et spécifiquement celles liées au tourisme alternatif, font partie d’un processus permettant de réduire l’incertitude pesant sur des communautés rurales marginalisées et apparaissent comme un enjeu central dans la compréhension des politiques de développement territorial en Amérique latine, et plus largement, dans les pays en voie de développement.

Haut de page

Bibliographie

Aref, F., M. Redzuan and S. Gill (2010). “Dimensions of Community Capacity Building: A review of its Implications in Tourism Development”, Journal of American Science, 6: 172-180

Barbini, B. (2008). “Capacidades locales de desarrollo a través del turismo: reflexiones para su abordaje”, dentro A. César y S.M. Arnaiz (dir.), Turismo y desarrollo: crecimiento y pobreza, Guadalajara, Universidad de Guadalajara.

Barrera, E. (2005). “Turismo rural: la experiencia argentina y el potencial de México”, dentro A. César y S.M. Arnaiz (dir.), Desarrollo Rural y Turismo, Guadalajara, Universidad de Guadalajara - Universidad de Buenos Aires.

Cañada, E. (2009). Impactos del turismo en los países del Sur y Turismo Rural Comunitario, Espagne, Fundación Luciérnaga-Foro Turismo Responsable.

Cañada, E. et J. Gascón. (2007). Turismo y Desarrollo: Herramientas para una mirada crítica. Espagne, Fundación Luciérnaga-Acción por un Turismo Responsable.

Castillo, M. (2007). “El papel del estado en el discurso y política del turismo en el ámbito cultural”, dentro M.C. Espinosa (dir.). Tendencias de investigación turística a principios del siglo XXI. Mexico, Instituto Politécnico Nacional.

Cazes, G. et R. Knafou. (1995). « Le tourisme », dans A. Bailly, R. Ferras et al. Encyclopédie de la Géographie. Paris, Economica.

Cordero, P., H. Chavarría y al. (2003). Territorios rurales competitividad y Desarrollo. San josé Costa Rica, Cuaderno Técnico.

Doucet, L. et L. Favreau. (1991). Théorie et pratiques en organisation communautaire. Québec, Presse de l’Université du Québec.

Garduño, M, H. Guzmán y L.Z. Villarreal (2009). “Turismo rural: Participación de las comunidades y programas federales”, El Periplo Sustentable, 17: 5-30.

Gascón, J. (2009). El turismo en la cooperación internacional. De las brigadas internacionalistas al turismo solidario, Espagne, Icaria - Antrazyt.

Guerrero, R. (2010). « Ecoturismo Mexicano: la promesa, la realidad y el futuro. Un análisis situacional mediante estudios de caso », El Periplo Sustentable, 18: 37-67.

Hiernaux, D. (2006). “Geografía del turismo”, dans D. Hiernaux et A. Lindón (dir.). Tratado de Geografía Humana, Mexique-Barcelone, Universidad Autónoma Metropolitana Iztapalapa-Editorial Anthropos.

Hiernaux, D. (1989). “El espacio reticular del turismo”, Geografía y Desarrollo, 3: 31-39.

Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur l’Amérique Latine [IPEALT]. (2011). Voyager en Amérique Latine : le tourisme solidaire en question, France, Université de Toulouse Le Mirail.

Kieffer, M. (2011). « Le tourisme alternatif au Mexique : solution durable ou moyen de contrôle territorial ? », dans P. Duhamel et K. Boualem, Tourisme et mondialisation. France, Mondes du tourisme Editions ESPACES.

Kieffer, M. (2014). Análisis de las condiciones de un territorio para la integración del turismo rural comunitario: una aproximación a la investigación-acción en el Bajo Balsas, Michoacán, Thèse de Doctorat en Géographie, spécialité Sciences du tourisme en co-tutelle entre la Universidad Nacional Autónoma de México et l’Université de Perpignan Via Domitia.

Kieffer, M. y A. Burgos (2014). “Construcción de una visión local y colectiva para emprender iniciativas de Turismo Rural Comunitario”, dentro J.C. Monterrubio et A. López. De la dimensión teórica al abordaje empírico del turismo en México. Perspectivas multidisciplinarias, Mexico, Instituto de Geografía de la UNAM (en cours d’édition).

Kieffer, M. & Burgos, A. (2015). “Productive identities and community conditions for rural tourism in Mexican tropical drylands. Tourism Geographies”, International Journal of Tourism Space, Place and Environment, DOI: 10.1080/14616688.2015.1043576

Knafou, R. et M. Stock. (2003). « Tourisme », dans J. Lévy et M. Lussault. Dictionnaire de géographie et des sciences de l’espace et du social, Paris, Belin.

López, G. y B. Palomino (2007). Elaboración de un diagnóstico del estado de la investigación turística en el país y generación de un programa de investigación integral para el sector turismo, Mexico, CESTUR-SECTUR- IIE UNAM.

Paniagua, A. (2004). “Geografía rural, entre el peso de la regulación y las orientaciones constructivistas”, Anales de Geografía, 43: 123-134.

Pisani, E. and G. Franceschetti. (2011). “Territorial approaches for rural development in Latin America: a case study in Chile”, Revista de la Facultad de Ciencias Agrarias Universidad Nacional de Cuyo, 43: 201-218.

Secretaría de Turismo (SECTUR). (2000). Estudio de Gran Visión del Turismo en México: Perspectiva 2020, Mexico, Centro de Estudios Superiores en Turismo.

Sharpley, R. (2007). “Flagship Attractions and Sustainable Rural Tourism Development: The Case of the Alnwick Garden, England”, Journal of sustainable tourism, 15: 125-143.

Sunkel, O. (2007). “En busca del desarrollo perdido”, dentro G. Vidal et A. Guillen. Repensar la teoría del desarrollo en un contexto de globalización. Homenaje a Celso Furtado, Buenos Aires, CLACSO libros.

Tosun, C. (2000). “Limits to community participation in the tourism development process in developing countries”, Tourism Management, 21: 613-633.

Urry, J. (2002). The Tourist Gaze (2ème ed.), Londres, Sage.

Vachon, B. (2001). El desarrollo local. Teoría y práctica. Reintroducir lo humano en la lógica del desarrollo, Espagne, Ediciones Trea.

Vergara, P. et M. Arrais (2005). “Planificación turística en días de incertidumbre”, Ciencias Sociales Online, 2: 65 - 83.

Zizumbo, L. (2007). El turismo en comunidades rurales: práctica social y estrategia económica, Thèse de Doctorat en Sociologie, Universidad Nacional Autónoma de México, Mexique.

Haut de page

Notes

1 Les résultats précédents de la recherche doctorale ont expliqué en quoi une initiative de tourisme alternatif doit s’inscrire dans une perspective de changement social plus global ainsi que l’importance des institutions locales collectives et des acteurs locaux dans ce processus. Pour de plus amples informations, veuillez consulter Kieffer et Burgos (2014) et Kieffer (2014 ; 2015).

2 Il est important de rappeler ici que cet article constitue la dernière étape d’une recherche doctorale et rend compte de la dernière partie de l’étude. Pour de plus amples informations sur le reste de la recherche, il est possible de consulter : Kieffer, 2014, 2015 ; Kieffer et Burgos, 2014

3 C’est au contraire le modèle sea et sun qui continue à accaparer le plus d’attention (Secretaría de Turismo SECTUR, 2000).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de l’aire d’étude, Bajo Balsas, Michoacán, Mexique.
Crédits Source : Kieffer, M. (2014)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7645/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 2. Communautés choisies dans chaque zone identitaire pour l’analyse des conditions d’intégration du TRC dans le Bajo Balsas
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7645/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau 1. Facteurs analysés depuis la vision externe pour la valorisation ex ante d’une initiative de TRC dans le Bajo Balsas
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7645/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 4. Attraits et activités possibles dans trois communautés représentatives du Bajo Balsas
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7645/img-4.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 3. Étapes du processus chronologique pour la mise en œuvre d’une initiative de TRC dans le Bajo Balsas
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7645/img-5.png
Fichier image/png, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Kieffer, « Analyse externe de l’intégration du tourisme alternatif dans un territoire marginalisé : le cas du Bajo Balsas au Mexique », Études caribéennes [En ligne], 31-32 | Août-Décembre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7645 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7645

Haut de page

Auteur

Maxime Kieffer

Escuela Nacional de Estudios Superiores (ENES) Unidad Morelia - Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), Mexique ; Docteur en Géographie et en Sciences du tourisme ; Enseignant-chercheur ; maxime.kieffer@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org