Navigation – Plan du site

Les gestes éco citoyens ou de la citoyenneté d’aujourd’hui à la responsabilité de demain

Lise Moutamalle

Texte intégral

Introduction

1Le concept d’écocitoyenneté est en partie issu de la prise de conscience des impacts des activités humaines sur les écosystèmes et de la volonté de favoriser la participation du citoyen aux choses de la cité, mais surtout aux choses dont il est le seul responsable.

2L’écocitoyenneté se fonde sur la reconnaissance par l’homme de sa responsabilité vis-à-vis de la destruction de son milieu et sur sa capacité à mettre en œuvre un comportement et des gestes qui feront de lui un citoyen actif, réactif et un consommateur averti soucieux de la préservation de son environnement.

3En cela, l’eau, patrimoine commun, ressource fragile, rare et limitée qui suscite déjà des guerres entre pays se doit d’être protégée, car c’est un droit à tous, droit géographique, mais également temporel, intergénérationnel.

1. Des gestes écocitoyens : pourquoi ?

1.1. L’eau, au cœur de la santé, du plaisir, de la vie

4Depuis la nuit des temps, l’eau a été source de vie. Les premières formes de vie ont été aquatiques. Aujourd’hui, l’eau reste plus que jamais indispensable à la vie. A l’image du cycle de l’eau sur terre, l’eau effectue un cycle complet dans notre corps où elle contribue à la réalisation essentielle des fonctions de notre organisme : elle permet la digestion, l’irrigation et la multiplication des cellules ainsi que l’évacuation des déchets de notre organisme. L’eau est synonyme de bien être, de bonne santé, de plaisirs. Dans nos contrées insulaires, riches en eau douce et en milieux aquatiques marins, nos rivières et nos plages qui sont des lieux de rencontre, de plaisir et de découverte doivent le rester.

1.2. L’eau, au cœur de l’économie insulaire

5Pour beaucoup d’industries, l’eau est une matière première indispensable. Les rhumeries en consomment beaucoup pour refroidir leur process. La plupart des entreprises industrielles sont d’ailleurs stratégiquement situées à côté d’un cours d’eau comme les carrières, les industries agro alimentaires…

6Dans le milieu agricole, les cultures locales et traditionnelles sont très gourmandes en eau comme la banane. Le climat tropical favorise une forte consommation en eau de la part des agriculteurs.

7Dans le milieu domestique, le citoyen insulaire est fortement consommateur d’eau : c’est une manne qui tombe du ciel comme un bienfait de Dieu et qui semble inépuisable comme « an tan lontan ». L’époque de la corvée d’eau est révolue et le confort du robinet fait oublier le caractère précieux de ce bien.

8Le contexte insulaire augmente le caractère vital de l’eau dans la vie économique, car seule la ressource locale est disponible. Si elle venait à manquer, cela paralyserait toute l’économie insulaire et au-delà causerait une catastrophe citoyenne immédiate.

1.3. L’eau, au cœur d’une île caribéenne

9Présente dans l’imaginaire des insulaires, l’eau fait partie intégrante de notre culture, de nos mythes, de nos rituels, de notre poésie, de notre mémoire. Elle est associée à la maternité : mamman d’lo. Qu’elle soit salée ou douce, elle est présente dans notre oralité, nos rythmes, chansons, contes.

10Jadis, l’eau éliminait elle-même sa pollution par auto-épuration naturelle. Aujourd’hui et plus que jamais, elle subit une pression anthropique en constante progression. Soumise à une forte pression urbaine et à l’emploi massif de produits chimiques (pesticides, engrais, détergents), l’eau est trop souvent menacée d’asphyxie. L’abondance des déchets et des produits toxiques quotidiennement déversés dans les cours d’eau représente un péril d’autant plus grave que, loin de stagner, la consommation d’eau et le rejet d’eau usée progressent de jour en jour.

11Le bilan effectué sur les îles francophones, qui doit probablement faire écho dans les autres îles de la grande Caraïbe, est alarmant. Un gaspillage important de la ressource est le résultat de rendement de réseaux médiocres. La densité de l’occupation des sols génère des pollutions de tous types d’origine domestique, agricole et industrielle. Certaines pollutions sont ponctuelles, d’autres diffuses. Elles sont d’ordre industriel, phytosanitaire, mais également domestique. La pression domestique est l’une des plus importantes qui s’exerce actuellement dans les milieux insulaires, très exigus.

12Elle se compose de :

  • la pollution générée par les systèmes d’assainissement, en particulier autonomes, souvent défaillants.

  • la pollution due à un manque d’organisation ou à l’inexistence de certaines filières d’élimination de déchets. Le retard accumulé dans cette organisation a entraîné la dégradation continue de tous les systèmes : continentaux, littoraux et marins, les eaux marines étant le réceptacle ultime, à très court terme et distance de toutes les pollutions terrigènes.

  • la pollution liée au comportement du citoyen vis-à-vis des déchets et de la préservation des milieux.

13Les îles caribéennes ne peuvent envisager un développement socio-économique sans une maîtrise de la qualité de leur environnement, notamment aquatique, et particulièrement de leur bassin marin et hydrographique partagé «  la mer des Caraïbes ». Il est important de sensibiliser le citoyen caribéen à la préservation de son environnement, car il ne perçoit pas toujours la conséquence de ces actes. Aujourd’hui encore, un certain nombre de rivières est considéré comme une décharge ou encore comme une aire de lavage. Pourtant, de nombreuses activités nécessitant des eaux superficielles et terrestres de bonne qualité se développent et font partie intégrante du cycle économique de l’eau. La nécessité d’appliquer le principe pollueur payeur semble prendre toute sa dimension dans ce contexte insulaire.

2. Des gestes écocitoyens : mode d’emploi

14Il est important que la prise de conscience, qui semble flotter comme un air du temps sans application concrète des décideurs, mais surtout de chacun des citoyens, se traduise, au plus tôt, dans les actes individuels et collectifs. L’avenir des milieux insulaires ne repose pas sur une quelconque tutelle, mais elle est entre les mains des insulaires, à charge pour eux de le saisir et de réagir vite.

15L’écocitoyenneté, et au-delà, le développement durable est bel et bien une révolution culturelle qui devrait nous conduire à changer de comportement, produire et consommer différemment, afin d’assumer pleinement nos responsabilités. Réduisons notre impact écologique ! La nature et l’humanité ont besoin de chacun de nous, là où il se trouve. C’est un combat qui nécessite la participation de tous.

Aucune action individuelle n’est dérisoire. Chaque geste compte !

Du robinet que vous fermez quand vous vous brossez les dents et qui vous fait économiser environ 18 litres d’eau.

De la douche que vous prenez plutôt que le bain qui vous fera économiser entre 100 et 200 litres d’eau.

Des machines ménagères éco que vous achèterez en lieu et place des classiques qui vous feront économiser de l’eau, mais également de l’énergie.

De la station de lavage que vous utiliserez pour le lavage de votre voiture plutôt que de la laver chez vous ou dans le lit d’une rivière.

Des déchets que vous ne jetterez pas à la rivière et à la mer en croyant qu’ils partiront loin entraînés par la mer sans réaliser qu’ils iront chez vos autres voisins insulaires qui partagent le même espace de vie que vous.

Des fuites d’eau que vous n’ignorerez plus et qui vous feront faire des économies d’eau, mais aussi d’argent.

De votre jardin que vous arroserez le soir de préférence ou avec de l’eau de pluie.

16Autant de gestes à l’échelle citoyenne qui peuvent faire la différence. Différence qui doit bien sûr être relayée par les politiques locales. Les décideurs doivent être les premiers à donner l’exemple. Tout comme les entreprises se doivent aujourd’hui de rendre des comptes sur leurs actions environnementales, les décideurs publics et privés doivent devenir des éco-décideurs. Plus question de relayer le problème environnemental au dernier plan.

17Le développement durable des îles est solidairement lié à la prise de conscience de la nécessité de préserver un de leurs plus sûrs atouts : la biodiversité et la richesse de leurs écosystèmes côtiers et d’eau douce. Toute politique de développement local qui n’impliquerait pas un volet de protection de la biodiversité des milieux et écosystèmes insulaires et de diversification de la ressource est une politique à court terme ne présentant aucun caractère durable.

Conclusion

18Mais attention être écocitoyen n’est pas la responsabilité d’un jour, d’un lieu ou d’une situation. On est éco citoyen 365 jours par an ou on ne l’est pas. De même, une politique de développement local intégrant la protection des écosystèmes et des milieux ne peut réussir que si le décideur politique y adhère fortement. Être éco-citoyen est un apprentissage de tous les jours qui nécessite un accompagnement de proximité de chacun par les relais publics, mais surtout une véritable éducation. Car à la base, il s’agit bien d’une problématique d’éducation.

19Les générations passées n’ont pas connu les pollutions que l’on vit actuellement, le système éducatif n’en a donc pas fait une priorité à l’époque. Aujourd’hui, le système éducatif est bien obligé de se recycler et de devenir un système éco-éducatif car il est vital que les générations d’aujourd’hui soient éco-éduquées pour donner l’opportunité aux générations futures de disposer des ressources nécessaires à leur survie. En tant que générations d’aujourd’hui, notre citoyenneté déterminera notre responsabilité de demain vis-à-vis des générations futures.

20Nous avons le choix : Perpétuer l’image que Buffon donne de l’homme dans son ouvrage « La gloire de consommer » : « L’homme est le plus grand destructeur de la planète, qui par abus plutôt que par nécessité ; au lieu de jouir modérément des biens qui lui sont offerts, au lieu de les dispenser avec équité, au lieu de réparer à mesure qu’il détruit, de renouveler lorsqu’il anéantit, l’homme met toute sa gloire à consommer et se détruit lui-même par ses excès ».

21Ou encore penser aux générations futures dans un esprit de développement durable et solidaire. Nous sommes détenteurs d’une des plus belles merveilles du monde : une île, avec sa biodiversité, sa richesse marine, ses rivières, ses coraux, ses plages, ses paysages si divers et si somptueux. Faisons-nous les bons gestes pour protéger ce joyau ? Mettons-nous en œuvre les bonnes politiques de développement pour la préserver ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Moutamalle, « Les gestes éco citoyens ou de la citoyenneté d’aujourd’hui à la responsabilité de demain », Études caribéennes [En ligne], 4 | Juillet 2006, mis en ligne le 15 juillet 2006, consulté le 21 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/783 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.783

Haut de page

Auteur

Lise Moutamalle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org