Navigation – Plan du site
Hors dossiers

La lecture publique à l’épreuve du territoire, un défi pour la Guyane de demain ?

Public Reading to the Test of the Territory, a Challenge for the Future of Guyana?
Blaise Bitegue Dit Manga

Résumés

Les mutations continues de l’environnement culturel des habitants de Guyane favorisent une prise de conscience des attentes des populations locales et de leur demande sociale en matière de lecture publique. Cela devrait à terme susciter l’émergence d’un public « avisé » malgré l’influence de la tradition orale. Par conséquent, face à la complexité du terrain sociologique, il est nécessaire de modifier les stratégies des acteurs et de les adapter aux réalités sociales et à la vie quotidienne des populations concernées. Pour atteindre ces objectifs, sur quelles représentations sociales peuvent reposer les interventions des acteurs ? Cette question trouvera sa réponse dans une perception objective de la réalité sociale des populations locales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1D’après le recensement complémentaire effectué au mois de juillet 2006, la Guyane compte une population de 205 954 habitants répartis sur une superficie de 91 000 km2. Sa densité est de 2,3 h/km2 et l’arrière-pays rendu inaccessible par des barrières naturelles (fleuves et forêts) a enfermé les populations dans un monde clos avec ses rites d’interaction fondés sur les palabres, les contes, les proverbes et des lieux d’acquisition de la connaissance (parlements claniques, agoras).
En 2000, plus d’un Guyanais sur quatre est au chômage et un habitant sur dix-huit perçoit le revenu minimum d’insertion (CEREQ, 2003). À la faible densité de la population, il faut signaler le record paradoxal de la ville de Cayenne qui compte 2 725 h/km2. La moyenne d’âge de la population est de 28,6 ans. Le taux de natalité est élevé, celui de la mortalité faible et l’espérance de vie de 77 ans.

2Bien que territoire français, la Guyane a les caractéristiques d’un pays à « économie fermée » où la majorité des sites éloignés de l’intérieur du territoire vivent en autarcie, avec un niveau de vie des populations marqué par des inégalités sociales et des difficultés à bénéficier des droits fondamentaux. Au regard de l’indice de développement humain (IDH), plusieurs paramètres (éducation, santé, taux d’analphabétisme, niveau d’étude et d’instruction) donnent à la Guyane l’image d’un pays du tiers monde. Le discours officiel connaît et reconnaît cette rupture entre les deux mondes : « De nombreux habitants des communes éloignées du littoral ne disposent pas des services de base : eau potable, électricité, voies et moyens de communication, éducation. La situation de “maldéveloppement” que connaît cette population est incompatible avec la solidarité spatiale, un élément fort du développement durable » (Conseil régional de la Guyane, 2005).

3Une grande partie de la population habite dans les petites communes situées dans l’arrière-pays, zones où la connaissance et le savoir se transmettent par l’oralité, tandis que dans la Guyane du littoral les canaux utilisés sont l’écriture, la lecture et le livre, la bibliothèque, la médiathèque, la télévision, l’internet. Il existe ainsi deux Guyanes antinomiques qui juxtaposent une société créole et un arrière-pays composé d’amérindiens et d’afro-descendants. La société guyanaise est ambiguë : d’un côté une Guyane créole « laïque », de l’autre une Guyane « profonde ». Le sacré et le profane y sont intimement liés.
La stratégie qui consiste à transformer les populations enclavées en lecteurs potentiels n’est pas au bout de ses difficultés. Si l’idéal type est de toucher le public amérindien et marron, en revanche, le convaincre de faire de la lecture un objet public, un stigmate positif doit se faire dans la négociation intelligente, sans heurter la « coutume ». Nous sommes dans une zone où l’illettrisme bat son plein et où l’oralité est l’instance culturelle dominante. La bibliothèque est une institution culturelle inexistante dans les sites isolés. L’appareil scolaire est rare dans les sites isolés et la communication de masse (télévision et internet) reste encore peu connue. La Guyane enclavée est un « désert académique » en pleine forêt amazonienne.

4Au regard de ce contexte, l’introduction de la lecture dans ce territoire enclavé, où l’écriture n’a pas encore fait son chemin et où les rites d’accès à la connaissance sont basés sur l’oralité, ne va pas sans problème. En effet, quand la politique « lectorale » vise à combattre le sous-développement dans les zones isolées de l’arrière-pays, le combat contre l’illettrisme ne doit pas négliger les impacts sur les traditions locales, en faisant fi de l’environnement social des populations concernées et en omettant de prendre en compte ces populations dans leurs spécificités respectives. L’Amérindien n’a pas la même vision du monde que le Créole, lequel ne partage pas les mêmes rites religieux que l’Asiatique qui, lui-même, ne se projette pas les mêmes utopies que le Marron. En clair il s’agit d’analyser les conditions nécessaires pour engager la Guyane dans un processus de développement culturel durable autour de la lecture, pratique qui favorise le lien social et l’information documentaire des populations qui n’ont pas les mêmes références culturelles. Comme le préconise la commission française du développement durable (2002), une telle démarche de développement place les populations guyanaises au cœur de cette problématique et prend en compte l’aspect inaliénable du domaine culturel dans lequel « tout être humain, à tous échelons de la société, se verrait offrir la possibilité de devenir producteur/acteur de culture et de dépasser le stade de simple consommateur de divertissement. De la sorte, le fonds culturel de l’humanité s’enrichirait en permanence et le processus de civilisation se renforcerait ».

5Une société sans écriture et qui n’a pas encore réussi son intégration économique peut-elle intégrer sans heurt le livre par le biais de la lecture publique ? Irvin Goffman (1974) pose qu’en situation d’agression (physique ou culturelle), l’agresseur peut rendre son agression efficace en s’arrangeant pour ne pas faire perdre la face à l’autre. Le problème porte ici sur la manière dont la lecture pénètre avec une violence réelle ou symbolique les sociétés rurales enclavées et isolées, en tâchant de ne pas faire perdre la face aux Amérindiens, afro-descendants, asiatiques concernés par cette innovation. Dans les rites d’interaction, Goffman considère qu’en cas d’intrusion innovante ou d’invasion culturelle, les acteurs développent des stratégies en fonction du parti qu’ils vont tirer du rapport de force. Soit ils font preuve d’ouverture quand cela ne menace pas leur équilibre social, soit ils résistent ou se ferment lorsque cela ne « fait pas leur affaire », par des « stigmatisations », par des « détournements de stigmates » ou par des « retournements de stigmates ».

1. Typologie du lecteur

6Alors qu’en France la distinction intellectuelle est quasiment gommée, il existe dans les territoires isolés de Guyane deux types de populations : celle qui ne sait pas lire, les « illettrés totaux » et celle qui sait déchiffrer un document écrit. Parmi cette deuxième catégorie, on peut distinguer les « lettrés partiels », ou « semi-lettrés », et les « lettrés totaux ». Parmi les lettrés partiels figurent ceux qui, sachant déchiffrer un texte écrit, sont limités par leur niveau de compétence pour en appréhender le sens global, de façon, par exemple, à ressentir ce que Roland Barthes appelle le « plaisir du texte ». Dans les petites communes de l’intérieur, là où la problématique du livre est cruciale, il s’agit de déterminer qui lit, ce qui est lu, dans quelle langue et ce qui se passe au-delà du livre et de l’emprunteur ? Cette grille sera également appliquée dans les couches sociales défavorisées du milieu urbain. Il ne serait pas inutile de dresser une typologie de la langue pratiquée par le lecteur afin de distinguer les lecteurs francophones des lecteurs lusophones, voire anglophones, ou les plurilingues combinant une compétence dans les trois langues écrites.

7Ceux qui ne savent pas lire (les illettrés) ceux dont Goffman dit qu’ils sont « porteurs de stigmates négatifs » renvoient une image négative à la société ; et la gestion de ce handicap, parce que honteux, peut les amener soit à retourner positivement ce stigmate par une soif d’apprentissage, soit à le retourner négativement par un phénomène de rejet en le camouflant, par exemple, dans une rhétorique identitaire visant à affirmer leur authenticité culturelle, leur « négritude » pour reprendre le concept de Léon-Gontran Damas, Aimé Césaire et Léopold-Senghor.

1.1. La langue scolaire

8Par ailleurs il est intéressant d’étudier le rapport de l’enfant à la lecture et à la pratique du français, langue de l’offre de lecture. C’est le cas de l’enfant des sites isolés dont la langue préscolaire n’est pas la langue officielle. Quand il entre à l’école, cet enfant ne parle pas le français, langue dans laquelle se pratique la scolarisation. L’enfant gère ainsi une situation babélique qui lui joue des tours.

  • 1 Secrétaire de Mairie à Camopi

9Les enseignants observent qu’au CP, les enfants ne reconnaissent pas les jours de la semaine et ne savent pas écrire leurs prénoms. Le même constat est partagé en milieu rural comme le témoigne l’intervention de Fabri1 à la motion de l’Association des Maires de Guyane sur la politique éducative en Guyane, lors de l’assemblée générale de l’AMG tenue en 2008 à Cayenne : « au (…) collège, nous constatons que les élèves arrivent avec un niveau de langage incroyablement faible pour certains, donnant lieu par exemple à des formulations du type “Guillaume, ballon ?”. Le constat de l’équipe enseignante du collège n’est pas tant sur le faible niveau de langage que sur la forme de “manque de goût” ou de “dégoût” pour beaucoup de nos élèves de la langue française : des élèves qui, parallèlement, peuvent plaisanter en Portugais (signe que certaines formes de syntaxe, de constructions grammaticales peuvent être acquises dans un contexte extra scolaire). L’arrivée en 6e est pour beaucoup d’entre eux un moment de fierté, de motivation nouvelle. Nous avons fait le constat de ces élèves frétillants, impatients quand l’enseignant leur pose les premières questions de l’année… et de la frustration de la plupart d’entre eux quand ils réalisent qu’ils ne sont pas sûrs de comprendre la question et surtout, de ne pas avoir assez de compétences langagières pour répondre et se faire comprendre». Parmi les explications possibles à cette situation, Jean Hébrard (2000), inspecteur général de l’Éducation nationale relève deux phénomènes qui expliquent ces échecs graves : « la scolarité trop tardive en école maternelle, voire en école élémentaire ; la mauvaise maîtrise de la langue de scolarisation (le français) due, dans la plupart des cas, à un phénomène de diglossie né du statut dévalorisé des langues maternelles et de leur non prise en compte dans la scolarité de l’enfant. Il faut y ajouter, évidemment, l’absence quasi totale de formation (initiale et continue) des personnels tant enseignants que d’encadrement ou de formation aux problèmes de la scolarisation d’enfants dont le français n’est pas la langue maternelle ».

1.2. La régulation des rapports sociaux par la parole

10Or ici aussi, en Guyane forestière, la parole est l’expression du verbe c’est-à-dire capable de verbaliser quand il s’agit par exemple du droit traditionnel. La société aime la palabre, véritable nourriture spirituelle du clan. Dans ces sociétés, la prise de la parole obéit à des règles de pouvoir, à des fonctions qui donnent lieu à des rites d’interaction. Les anciens parlent, les jeunes écoutent. Comme le griot africain, les aînés dotés d’un certain pouvoir sont les dépositaires de la parole. Ce sont, en soi, des bibliothèques vivantes. La formule d’Hamadou Hampaté Bâ reste ici de rigueur : « un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». Même si certaines personnes âgées contrôlent la parole, il ne reste pas moins que celle-ci n’est pas un monopole, un monologue. L’institution de la parole s’organise de sorte que celui qui parle fait aussi circuler la parole.

1.3. Parole écrite et parole orale

11Comment est perçu le document imprimé ? Insérer le concept de bibliothèque (en bus ou en pirogue) dans une société « sans écriture » composée de plusieurs « bibliothèques vivantes » (les seniors) n’est pas le moindre des « renversements stigmatiques ». L’un des problèmes majeurs consiste justement à relativiser les notions en les prenant non pas à la lettre, mais en en gardant l’esprit. Un lecteur public prêcherait dans le désert avec son livre à la main. L’assiduité et l’attention des auditeurs relâcheraient si on ne les sollicite pas par le dialogue, par des formules d’assentiment, comme dans la narration publique du conte dans les sociétés africaines dont une catégorie de Guyanais revendique la filiation historique. Ainsi fonctionne en effet l’interaction discursive dans les sociétés africaines où le conteur, dans une sorte de récit dans le récit, dialogue avec ses auditeurs qui, au passage, ne se privent pas de commentaires.
Car dans le procès de lecture, tout est fonction de celui qui doit porter cette parole écrite et de la stratégie avec laquelle il doit la porter. Étant donné que le bibliothécaire, en tant que gestionnaire de la parole écrite, n’est pas un vieillard ni un chef coutumier (celui dont la parole est viable, fiable), va se poser la question de l’adhésion du public local à son discours. On écoute difficilement celui qui ne vous écoute pas. En revanche l’instauration du dialogue pendant la lecture peut favoriser des dynamiques de groupe qui donnent au message son efficacité.

12Le problème porte non pas sur la distribution des livres, mais sur l’instauration de la lecture publique là où la connaissance se transmet sur le mode oral et les rites d’initiation au savoir sur un mode privé, à l’abri du profane c’est-à-dire de ce qui est de l’ordre de la profanation qu’implique le mauvais œil dont est porteur l’étranger. La parole devient alors mode de transmission de la connaissance ; dans ces conditions, la pratique de la lecture publique a d’autant plus de chances d’être efficace qu’elle est pudique, c’est-à-dire de connivence avec un champ rituel où les codes sociaux sont régis par le secret, c’est-à-dire par le sacré et par un respect de la dichotomie aîné/cadet. Un aîné qui enseigne, renseigne également sur le respect qui lui est dû.
Les limites tiennent au fait que, quoique publique, la lecture ne tient pas compte des spécificités locales, notamment du mode de transmission de la connaissance, de la manière dont la parole est prise et reprise dans la société. Cette prise de parole n’est pas neutre ; elle est fondée sur des hiérarchies. Même si l’interaction aîné/cadet n’a rien à voir avec l’âge biologique du sujet (on peut être cadet à soixante ans, c’est-à-dire à vie), rappelons tout de même que la population guyanaise dans son ensemble est jeune, l’âge médian est de 28,6 ans.

  • 2 Par exemple les villages Akioki, Amaïdou Condé, Bayamati, Koneli Kampoe situés sur le territoire de (...)
  • 3 Par exemple concernant les interactions entre les Wayanas et leur environnement naturel, Marie Fleu (...)

13Dans ce territoire français, les sites isolés2 de Guyane continuent de véhiculer un modèle culturel spécifique et caractéristique des ethnies3. Chaque société a ses modèles culturels à l’intérieur desquels ses membres se forment et se transmettent la connaissance, fait transiter la connaissance d’une classe d’âge à l’autre. En société guyanaise, comme dans la plupart des traditions ambigües d’Afrique et dans celles de l’Autre Amérique (Sélim Abou), rien ne se conçoit sans une pratique de groupe, sans un apprentissage groupé. Ici le triomphe n’est pas individuel, mais collectif, car comme dans la musique africaine, les musiques traditionnelles guyanaises sont collectives et constituent de véritables moyens d’expression et de communication. À ce propos, citant l’exemple de la société amérindienne, Marie-Françoise Pindar (2006) observe que « la musique participe à la vie sociale. Chaque instrument a son utilisation propre et ne peut être joué hors des circonstances qui lui sont destinées. D’objets sonores, ces instruments deviennent symboles des échanges entre personnes, familles et communautés ».
Comment passer du statut d’illettré total à celui de lecteur intégral ? D’un point de vue purement stratégique, il s’agit de développer, sans heurts, la pratique de la lecture dans un territoire en pleine crise identitaire où, comme le rappelle le Conseil Régional de la Guyane (2005), « les cultures (…) sont confrontées à la gestion d’un lourd passé historique, qui est lié à l’effacement total ou partiel de certaines cultures (…) conséquence des contacts avec les civilisations occidentales ».

14Durant la période de l’esclavage et même après la colonisation, le Guyanais subissait les choix de lectures d’une élite qui ne faisait pratiquement aucun compromis pour encourager cette habitude culturelle. Cependant, depuis 1945, l’idéologie officielle prône une pratique de « longue portée » visant à atteindre et desservir les communes éloignées du centre du pouvoir (Cayenne), peuplées de moins de 10 000 habitants, cela, par le moyen de la bibliothèque départementale de prêt dont l’outil principal demeure le bibliobus.

1.4. Coins reculés, coins oubliés

  • 4 Par exemple le village Favard situé sur le territoire de la commune de Roura
  • 5 Cérémonie de levée de deuil célébrée par la communauté buschinengue un an après la mort d’un parent

15La réalité sur le terrain est autre. Des inadéquations relatives à l’affirmation de son positionnement et à sa capacité à renforcer le lien entre la lecture publique et l’identité du territoire sont visibles. L’offre de lecture n’est pas assurée précisément dans les sites reculés, voire dans les communes entières comme Saül, Saint-Elie, Ouanari, ainsi que les villages isolés4 et exclusivement accessibles par le fleuve.
Dans d’autres communes, comme Sinnamary, où existe une petite bibliothèque municipale, la lecture publique a tendance à s’ouvrir aux populations extérieures au bourg. Non seulement il existe assez peu de dynamiques locales pour consolider et soutenir les initiatives et les projets, mais, en outre, le mode de fonctionnement reste encore largement influencé par le discours officiel. Ainsi, les normes et modèles extérieurs, notamment sur les jours et heures d’ouverture, laissent assez peu de place à la prise en compte du contexte local. Il en est de même du montage financier des projets. Ainsi, il est plus facile pour un petit espace de lecture d’obtenir une subvention pour un projet prévu dans le cadre des manifestations culturelles nationales (lire en fête, printemps des poètes, etc.), définies par le ministère de la Culture et de la Communication pour toutes les bibliothèques de France, que de bénéficier d’une subvention de l’État ou de l’Europe pour organiser une animation autour du livre lors de la célébration d’un évènement culturel traditionnel comme le poubaca5.

16Dans ces conditions, quel peut être l’impact de la lecture publique sur de nombreuses communautés qui revendiquent de plus en plus leur identité et les groupes sociaux aux coutumes le plus souvent différentes ? L’hypothèse est que la lecture est loin d’être vécue dans le moyen et l’arrière-pays comme un habitus. Et pourtant, ce n’est pas faute de demande qui s’intensifie et se diversifie d’un site à l’autre. L’offre existe, mais ceux qui la proposent ne savent pas la canaliser. Les décideurs ne comprennent pas les requêtes du public faute de ne pas avoir mené d’enquêtes, d’autant plus que ces requêtes sont formulées dans des langues inconnues ou non reconnues des politiques publiques. Avant d’enseigner le français, il y a peut-être lieu de se renseigner au préalable sur les langues de ceux auxquels il s’adresse. Dans le même ordre d’idées, il ne serait pas inintéressant d’envisager une académie des langues locales en Guyane ? Ama Mazama fit sensation lorsqu’elle défendit la thèse de linguistique selon laquelle le créole antillais est une langue africaine avant d’être une interaction de langues européennes et exotiques.
Entre temps, de nombreux projets de construction d’espaces de lecture sont achevés ou en encore en projet, mais aucun sondage d’opinion n’est entrepris afin de déterminer au préalable les aspirations des personnes réellement visées dans le territoire, en prenant en compte « leurs structures sociales, dans leur culture particulière et dans le mouvement historique dans lequel ils sont impliqués » (Chombart de Lauwe, 1969).

1.5. La lecture : malentendus culturels

  • 6 Un poisson des fleuves et criques de Guyane.

17Et pourtant, nous constatons que les habitants de Guyane commencent à prendre acte d’une certaine identité locale du développement culturel, même si « le manche » (c’est-à-dire les mécanismes de reconnaissance et de valorisation) n’est pas entre leurs mains. Dans le même temps, les acteurs institutionnels et les professionnels se rendent compte du caractère toujours plus compliqué d’une stratégie d’introduction de la pratique de la lecture dans une société à tradition orale. En fait, cette démarche est complexe pour plusieurs raisons.
Par exemple, en ce qui concerne les rites alimentaires, dans les sites isolés, le public visé ne perçoit pas la portée ni les objectifs recherchés par une politique de développement de la lecture publique par rapport à la vie quotidienne. En l’occurrence, un document scientifique suffisamment argumenté sur les méfaits de la consommation du poisson carnassier appelé communément aïmara6, en raison de l’utilisation du mercure dans l’orpaillage, n’aura aucun effet sur la mentalité des habitants des communes accessibles par le fleuve, car il est très apprécié et sert d’aliment de base depuis des générations.

  • 7 Petite cabane ou grande case ouverte servant de salle de réunions ou d’abri.

18Autre exemple : la notion de prêt d’un livre pour une durée précise avec menaces de pénalités ne trouve pas de référence dans les pratiques traditionnelles des petites communes où le troc et les échanges sont plutôt « monnaie courante ». Ici l’échange se conçoit, pour reprendre une catégorie de Marcel Mauss, dans une structure du don/contre-don. Hors de ce rapport, l’échange se comprend difficilement.
Par ailleurs l’aménagement d’un espace qui regroupe la population pour une pratique silencieuse ne correspond pas aux habitudes culturelles des populations. Dans les territoires isolés, le principal lieu de regroupement de la population, c’est le carbet7 où l’on se retrouve autour du chef coutumier pour recevoir un message, pour débattre d’une question ou pour une cérémonie précise accompagnée parfois de jeux de tambours et de danses. Le silence qu’implique l’acte de lecture est un contresens par rapport au code langagier de ces populations chez qui « parler veut dire quelque chose » ou toute chose doit être dite pour avoir une signification sociale. Mieux ou pire, l’institution du silence monacal renvoie davantage à des rites d’initiation magique ou rites de consécration où le succès de l’entreprise est déterminé, justement par des non-dits.

  • 8 Mahuri ou Mayouri : Un rassemblement des volontaires pour réaliser un travail en commun (par exempl (...)
  • 9 Une cérémonie traditionnelle de retrait de deuil organisée chez les Noirs Marrons, un an après le d (...)

19À propos de la dialectique de l’individu et du groupe, disons que le discours officiel sur le fonctionnement d’une bibliothèque vise la satisfaction des besoins spécifiques de chaque individu ou des catégories sociales bien précises, tandis que l’éducation traditionnelle s’est bâtie, au fur et à mesure des années, sur des références collectives comme on peut le vérifier à l’occasion du mahuri8 chez les créoles ou le brocode9 chez les buschinengues. Il y a donc un antagonisme entre les deux modalités de socialisation.
La population des petits villages est tiraillée entre la tradition orale et la pratique de l’écrit du fait de la complexité des relations sociales entre ceux qui maîtrisent l’écrit par rapport à ceux (beaucoup plus nombreux) qui éprouvent de réelles difficultés à s’exprimer et à lire en français, principale langue de l’offre locale de lecture.
Ainsi, la lecture publique en Guyane rurale est véritablement un jeu multipartenarial comportant des alliances entre acteurs et des concessions mutuelles qui permettront d’atteindre un objectif partagé : celui de l’épanouissement culturel des populations concernées, du respect de leur identité et de leur contexte environnemental. Par conséquent, cela nécessite, d’une part, une modification substantielle de certains comportements et, d’autre part, un changement de stratégie d’intervention dans le but de les adapter au contexte socio-culturel local.
De plus, il est indispensable de considérer les habitants des communes de l’intérieur comme des acteurs, et non comme de simples consommateurs de lectures, afin de donner une image plus optimiste et une vision alternative de la pratique de la lecture et surtout, afin de les valoriser dans ce qu’ils ont de plus précieux : leur identité ou, dirait Irvin Goffman, leur « face ».

2. Professionnaliser le lecteur et le personnel : perspectives et pédagogie du respect

20Sur cette question précise, rappelons que certains cas ont été étudiés dans un contexte similaire comme en Afrique et ont abouti aux mêmes conclusions : pour toucher le public qui présente les caractéristiques de celui des lieux isolés de l’intérieur guyanais, et pour construire un réseau de lecture public solide et durable, il est indispensable de recourir à des professionnels et d’associer les chercheurs à la réflexion générale sur les possibilités d’évolution nécessaire des pratiques et des stratégies en œuvre. Malgré les difficultés financières des communes de Guyane, il est indéniable qu’une telle démarche reste incontournable.

2.1. Spécificités locales

  • 10 Par exemple la fête patronale durant laquelle on joue de la musique à longueur de journée. Ce thème (...)

21En fait, dans les sites difficilement accessibles des communes de l’intérieur, les populations conservent encore leurs valeurs culturelles, en d’autres termes, elles refusent de s’ouvrir à la modernité, plus précisément à la vision occidentale de la « modernité », car comme le souligne Jean-William Lapierre, chaque société possède sa propre modernité et sa propre tradition. Par conséquent, si les traditions locales (y compris les fêtes10 et cérémonies qui les accompagnent) ne sont pas prises en compte, il ne faudra pas compter sur leur coopération ni sur leur ouverture aux nouveaux modèles culturels.
Il est donc utile de s’attarder au préalable sur les modalités d’utilisation des moyens mis à la disposition des espaces de lecture avant de chercher à les déployer, sans garantie de leur impact sur le terrain. Cette démarche n’est pas sans effet sur le profil des gestionnaires des espaces de lecture de l’intérieur guyanais au regard des attentes du public ciblé. Ces considérations sont incontournables pour bâtir une politique locale de développement de la lecture publique.

22Cependant, il faut reconnaître que les conditions dans lesquelles évolue la lecture publique sont symbolisées par un désert infrastructurel ; « la Guyane a un besoin d’équipements qui est ressenti sur l’ensemble de son territoire, mais qui prend une acuité particulière dans les communes de l’intérieur. En effet, La Guyane subit de fortes contraintes géographiques et naturelles qui se traduisent notamment par des difficultés d’accès aux zones de l’intérieur » (Préfecture de la région Guyane, 2000).
En ce qui concerne précisément le mode de desserte, dans les communes accessibles par le fleuve, on se noie dans des incohérences ; si l’acheminement des livres dans de nombreux sites voire des communes entières passe par le transport fluvial, le métier de piroguier ne figure pas dans la nomenclature française des métiers. Or il est indispensable de recourir à la « biblio pirogue » comme moyen déterminant pour acheminer les livres par voie fluviale, à l’inverse du « biblio-bus ». Sinon le projet tombe à l’eau.

Figure 1. Le biblio-bus de Guyane, vu par un artiste local

Figure 1. Le biblio-bus de Guyane, vu par un artiste local

Sources : Bitegue Dit Manga Blaise, 2007.

23Enfin, le métier de piroguier relève de la « galère » ; le rameur en mission éprouve des difficultés liées à son statut professionnel qui reste encore méconnu par les pouvoirs publics. Il va sans dire que, exerçant une profession non déclarée, le piroguier assure le transport sans contracter une assurance tous risques. En cas de naufrage, il n’est pas garanti que le sinistre fasse l’objet d’un dédommagement. Face à cette tragique perspective, certains transporteurs fluviaux commencent à régulariser leur situation administrative afin de bénéficier du paiement par bons de commande.

2.2. La qualification du personnel

24La qualification professionnelle du personnel ou plus précisément la professionnalisation des métiers du livre et de la lecture, elle reste encore problématique. Car à cette question, s’ajoute celle de la langue dans laquelle on s’adresse au public visé par les livres et la langue avec laquelle se véhicule le contenu des livres. Cette question devrait figurer au premier plan des préoccupations des décideurs. Faute de personnel qualifié et faute de la qualification de la langue, y compris dans le secteur commercial du livre, la courbe de l’échec tendra vers zéro : l’échec absolu. En raison de cette confusion des langues, il sera pratiquement impossible d’évaluer les pratiques et les stratégies en œuvre ou en projet.
La bibliothèque départementale de prêt (BDP) de Guyane est le principal dispositif public d’alimentation des communes de moins de 10 000 habitants en lecture ; au regard de ses difficultés de fonctionnement et compte tenu de la pénurie de l’offre de lecture dans les petites communes, son intervention souligne un décalage :

  • Les populations de Guyane en général et plus précisément celles des territoires reculés perçoivent l’insuffisance voire l’absence d’offre de lecture notamment dans les langues parlées par les populations concernées. Dans ces conditions, il leur est véritablement difficile de comprendre l’intérêt et les objectifs de la stratégie de construction du lectorat des communes de l’intérieur à partir d’une structure basée à Cayenne.

  • Les besoins en personnel existent, mais il est difficile d’expliquer l’insuffisance de l’implication des médias et l’absence de mobilisation et de développement de la participation de la population concernée.

  • Dans les communes de l’intérieur, lorsque le personnel existe, les quelques rares préposés à la gestion des espaces de lecture existants ne saisissent pas les possibilités de formation qui leur sont offertes pour assurer leur efficacité.

  • Les agents chargés de gérer les petits espaces de lecture éprouvent de réelles difficultés à développer des coopérations et des partenariats d’acteurs pour renforcer ou construire l’identité du territoire et leur propre identité professionnelle.

  • 11 La réalisation d’un tel projet nécessite la validation d’un certain nombre d’étapes incontournables (...)

25Au regard de ces ruptures, on s’aperçoit, au fil des années, que les tentatives de réorganisation des services de lecture et les difficultés de mise en place d’une politique locale de développement culturel de la Guyane sont aussi liées à l’absence ou à l’insuffisance d’une vision globale et concertée sur la question. Il est important de créer des espaces de dialogue entre acteurs pour favoriser l’expression parfois en dehors des réunions formelles en mairie, à Cayenne, à Saint-Laurent du Maroni ou ailleurs, en dehors des sites concernés. Dans le même ordre d’idée, il est nécessaire de créer un climat de convivialité, dans une démarche participative de conduite de projet11 qui mobilise les équipes de terrain concernées ou impliquées.

2.3. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication

26Aujourd’hui, l’avènement du multimédia rend nécessaire le lancement des consultations auprès des spécialistes de la question pour imaginer un mode de desserte des sites accessibles par le fleuve et le plus souvent privés d’électricité. En effet, si la nécessité de l’intervention des pouvoirs publics fait l’objet d’un consensus, il existe une contradiction entre le poids des critères d’éligibilité pour accéder aux fonds européens et au financement de l’État par rapport aux difficultés liées au foncier en Guyane. En outre, de réelles difficultés d’accompagnement des petites communes dans le montage des projets existent et constituent d’ailleurs un autre obstacle majeur au processus de construction du lectorat des communes de l’intérieur.

27La « politique d’arrosage » qui consiste à satisfaire les besoins non repérés ne va pas de soi et elle est souvent mal vécue par les populations de l’intérieur alors considérées comme des individus incapables d’intention. Il semble plus approprié d’éviter la « politique du trottoir » qui consiste à collecter les ingrédients qui justifient une intervention dans l’immédiat, sans aucune vision à long terme. Bien au contraire, il est important d’étudier les possibilités de faire appel aux capacités d’imagination à la fois des individus, du tissu associatif et d’autres formes originales de partenariat local y compris avec les chefs coutumiers, garants métaphysiques de la société (P. Bourdieu) pour parvenir à un moment ou à un autre, à impliquer le public visé dans les stratégies en œuvre.
Finalement, développer la lecture publique dans les sites excentrés exige de saisir toutes les opportunités locales pour établir le lien avec l’écrit, l’image, le livre : la trilogie du savoir moderne. Il s’agit d’une trajectoire en plusieurs étapes successives qui passent par la relation qu’entretient le professionnel avec son public ainsi qu’avec sa hiérarchie.

2.4. Perspectives d’avenir

28De ce point de vue, au lieu de défendre avec acharnement les normes et les règles protocolaires applicables dans un autre contexte, il est préférable de recourir aux outils de médiation comme les animations socioculturelles accompagnées d’explications simples, bien ciblées et, si possible, dans les langues parlées par le public concerné. Parfois, il suffit tout simplement d’associer respectueusement un chef coutumier lors de la mise en place du projet pour résoudre certains problèmes pratiques d’organisation des actions.
C’est pourquoi, contrairement au discours officiel qui privilégie certaines tâches classiques comme l’indexation, le catalogage, l’application plus ou moins rigide du règlement intérieur, le rangement selon telle ou telle classification, dans les petites communes de Guyane, il est important de privilégier la relation sociale. Autrement dit, pour que la population s’imprègne de la notion d’acteur du développement de la lecture, il est utile de valoriser ses habitudes culturelles.

29C’est à cette condition que les pouvoirs publics et les professionnels pourront convertir le « mauvais lecteur », c’est-à-dire faire face à ceux qui, pour des raisons parfois légitimes, semblent réfractaires à la lecture. Au lieu de se contenter du public qui fréquente régulièrement l’espace de lecture là où cet espace existe, il s’agira de mettre tout en œuvre pour conquérir de nouveaux lecteurs et leurs familles, leurs réseaux de connaissances et les encourager à la pratique de la lecture, dans un espace attractif, et, si possible, adapté ou inspiré de l’architecture locale, comme on peut le vérifier au Centre culturel Tjibaou de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, et plus près de nous à la médiathèque d’AwalaYalimapo.
En effet, d’après l’article 4 de la Charte des bibliothèques adoptée par le Conseil supérieur des bibliothèques le 7 novembre 1991, les bibliothèques se définissent avant tout comme des espaces de lecture qui « doivent rendre leurs collections accessibles par tous les moyens appropriés, notamment par les locaux d’accès facile, des horaires d’ouverture adaptés aux besoins du public… ».

30Ainsi, le concept de lecture publique préfigure dans les régions rurales de la Guyane rurale une véritable rupture qui devrait se traduire par de nouvelles pratiques professionnelles. En dehors des activités classiques qui relèvent du fonctionnement élémentaire d’une bibliothèque, le plus souvent, lorsque que ces professionnels sont interrogés sur leurs pratiques, on s’aperçoit qu’ils effectuent un éventail de tâches dans l’ombre qui traduisent les enjeux des espaces ruraux de lecture de la Guyane d’aujourd’hui : la correspondance administrative et le secrétariat, le montage des projets, la recherche des financements, l’accueil du public, les animations.
Face à cette multitude de tâches pour des agents non formés et le plus souvent de niveau inférieur ou égal au Bac, on se demande comment définir leur place et leur rôle précis afin de leur accorder un statut spécial en raison des responsabilités et des difficultés liées à la pénibilité de leur travail : entre mobilisation d’énergie et bonnes facultés mentales afin de maîtriser les difficultés liées au contexte professionnel.

31Dans le cas contraire, est-il raisonnable de leur laisser exercer un métier pour lequel ils ne sont pas formés, tout simplement parce qu’ils sont capables de le décrire en détail lors des entretiens d’embauche ? D’un autre point de vue, doit-on évaluer leur rôle par rapport au bibliothécaire idéal de métropole ? Il est également possible d’envisager pour ce personnel une formation pluridisciplinaire sur le tas, en validant ses acquis professionnels. L’École de Chicago ne problématise pas autrement l’accès à un métier en se passant des titres académiques qui autorisent à l’exercer, en insistant sur le mimétisme professionnel, comme cet assistant du médecin légiste qui en arrive à pratiquer une autopsie pour avoir longtemps vu faire par son patron. Cette intériorisation de la norme professionnelle est résumée par le dicton populaire « c’est en forgeant qu’on devient forgeron ».

Conclusion

32Pour obtenir l’adhésion des habitants dans le processus de construction du lectorat, il est nécessaire de leur envoyer des signaux de reconnaissance de leur mode de vie et de donner du sens à leur modeste contribution, en créant des évènements à partir de ce qu’ils font et en mettant en place de micro projets novateurs. En effet, au lieu d’attendre que le public modifie sa perception de la pratique de la lecture, au regard de la complexité du territoire guyanais et la spécificité des sites isolés, il serait plus judicieux de compter sur le professionnalisme des acteurs pour changer radicalement la nature et les modalités des interventions.

  • 12 Un tel dispositif devrait préciser les modalités de sa mise en œuvre (but, objet, motifs, objectifs (...)

33Parallèlement, eu égard aux traditions locales, l’introduction de la pratique de la lecture au sein de populations à tradition orale génère inévitablement une modification substantielle de leur comportement. Cela soulève aussi des interrogations sur les possibilités de leur participation, sur les conditions de leur engagement et sur leurs réactions face aux interventions préconisées. Une telle approche exige de dépasser les logiques personnelles, les chocs de cultures professionnelles et de gérer l’humain dans son ensemble, car le risque de rejet ou de repli sur soi n’est pas négligeable.
Ainsi, au lieu de laisser perdurer un système de développement culturel qui ne fixe ni n’évalue de véritables objectifs, autrement que, dans une démarche de « pilotage à vue », sans aucun schéma de direction, et malgré les bonnes intentions de certains acteurs, il devient de plus en plus nécessaire de mettre en place, de légitimer et de valider un véritable plan12 départemental de développement de la lecture publique en Guyane, car la pratique de la lecture doit être ancrée dans un contexte sociohistorique bien précis.

34Enfin, il est utile de rappeler qu’il existe sans doute en France et ailleurs dans les territoires de la Caraïbe et des pays en voie de développement, de multiples expériences accumulées ces dernières années susceptibles d’inspirer les décideurs du développement culturel de la Guyane et les accompagner dans l’innovation afin de favoriser le développement de la lecture publique dans les lieux reculés de l’intérieur guyanais. En cela, cet article va dans le même sens de tous ceux qui pointent du doigt l’impérieuse nécessité d’inscrire cette question dans la coopération transfrontalière et les échanges universitaires afin de nourrir les réflexions sur les outils crédibles et adaptés à la réalité sociale, géographique et historique du territoire. C’est ainsi que la Guyane pourra construire son propre dispositif de référence qui servira de fil conducteur aux professionnels et à d’autres intervenants souhaitant mener des actions cohérentes ou soutenir les projets de développement de la lecture publique dans ce territoire. Il pourra même être envisagé de se tourner vers les modèles de ses puissants voisins, le Brésil ou les États-Unis ; trop souvent, on oublie que La Guyane est un pays des Caraïbes avant d’être un Département de la lointaine France hexagonale.

Haut de page

Bibliographie

Abou, S. (1986). L’identité culturelle : relations interethniques et problèmes d’acculturation. Paris, Anthropos, 2e éd., 235 p.

Association des directeurs des bibliothèques départementales de prêt (1995). Le livre en campagne, bibliothèques départementales en jeu, Actes du colloque du cinquantenaire centre Georges Pompidou, 13-14 novembre, 177 p.

Bitegue dit Manga B. (2007). Lecture publique et identités locales : le cas des territoires isolés de l’intérieur de la Guyane française, Université de Picardie Jules Verne, Thèse de doctorat en sociologie : 362.

Bobinot, R. (2008). « Serions-nous infirmes », La Semaine guyanaise, n° 1290 : 68-71.

Charte des bibliothèques adoptée par le Conseil supérieur des bibliothèques le 7 novembre 1991, 10 p.

Commission française du développement durable, Avis n° 2002, avril 2007.

Conseil Régional de la Guyane, Conseil de Développement durable de la Guyane (2005). Agenda 21, Cayenne, Conseil Régional de la Guyane, 104 p.

Goffman, E. (1974). Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 236 p.

Hebrard, J. (2000). Rapport effectué dans l’académie de Guyane du 20 février au 1er mars, 10 p.

Labonne, B. (1999). « Permettre aux ruraux d’avoir accès aux services de droit commun », Cinéma itinérant et territoires ruraux : réseaux publics, s.l., s.n., n.p.

Pindard, M.-F. (2006). Musique traditionnelle créole, le grajé de Guyane, Matoury, Ibis rouge éd., 122 p.

Préfecture de la Région Guyane (2000). Contrat de plan État — Région 2000-2006 pour la Région Guyane, Cayenne, 221 p.

Haut de page

Notes

1 Secrétaire de Mairie à Camopi

2 Par exemple les villages Akioki, Amaïdou Condé, Bayamati, Koneli Kampoe situés sur le territoire de la commune de Grand Santi.

3 Par exemple concernant les interactions entre les Wayanas et leur environnement naturel, Marie Fleury, Directrice de l’antenne du Muséum national d’histoire naturelle en Guyane déclare dans France Guyane n° 6014 du 26 septembre 2008 p. 8 qu’ils « tirent leur alimentation, leurs remèdes, les éléments pour la construction et l’artisanat et puisent une grande partie de leur imaginaire de la forêt ».

4 Par exemple le village Favard situé sur le territoire de la commune de Roura

5 Cérémonie de levée de deuil célébrée par la communauté buschinengue un an après la mort d’un parent.

6 Un poisson des fleuves et criques de Guyane.

7 Petite cabane ou grande case ouverte servant de salle de réunions ou d’abri.

8 Mahuri ou Mayouri : Un rassemblement des volontaires pour réaliser un travail en commun (par exemple le défrichement d’un terrain agricole ou la construction d’un carbet) au profit d’un individu ou d’une association. Dans « Les Dossiers de l’Outre-mer » n° 85, 4e trim. 1986, p. 21, Marie-José JOLIVET (1986) rappelle qu’à la fin des années 1960, le mayouri pouvait réunir une quarantaine de personnes pour défricher un hectare en une journée, avec des sabres et des haches. Pendant que les hommes travaillent dur à cette activité, les femmes s’activent à la préparation des repas qui seront consommés en commun par tous les participants. Cette institution économique se nomme tchilombo chez les Kongo du Congo-Brazzaville.

9 Une cérémonie traditionnelle de retrait de deuil organisée chez les Noirs Marrons, un an après le décès d’un membre de la famille

10 Par exemple la fête patronale durant laquelle on joue de la musique à longueur de journée. Ce thème peut se décliner en offre de lecture sous forme d’exposition de livres de musiques et de documents audiovisuels. En même temps, on peut mettre en place des ateliers d’initiation à la danse à partir du fonds documentaire de la bibliothèque.

11 La réalisation d’un tel projet nécessite la validation d’un certain nombre d’étapes incontournables : l’engagement des élus, la sensibilisation pour l’adhésion de l’ensemble des acteurs, la mise en place d’un comité de pilotage, la réalisation d’un diagnostic avec définition des grands axes stratégiques, la communication et la consultation, la mise en place des plans d’action, l’évaluation, le suivi des résultats et la détermination des modalités d’actualisation du projet.

12 Un tel dispositif devrait préciser les modalités de sa mise en œuvre (but, objet, motifs, objectifs et résultats attendus, ressources, timing, rôles des acteurs impliqués, scénarios à risques, possibilités d’ajustements possibles, méthode de contrôle et de cadrage du déroulement du plan).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le biblio-bus de Guyane, vu par un artiste local
Crédits Sources : Bitegue Dit Manga Blaise, 2007.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Bitegue Dit Manga, « La lecture publique à l’épreuve du territoire, un défi pour la Guyane de demain ? », Études caribéennes [En ligne], 15 | Avril 2010, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7870 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7870

Haut de page

Auteur

Blaise Bitegue Dit Manga

Université de Picardie Jules Verne ; Docteur en sociologie ; bitegue@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org