Navigation – Plan du site
Ressources marines : états des lieux, usages et gestion

Entre préservation et/ou mise en valeur de la ressource, quel avenir pour les Aires Marines Protégées en Province Nord de la Nouvelle-Calédonie ?

Between Preservation and / or Development of the Resource, what Future for Marine Protected Areas in Northern Province of New Caledonia?
Dolorès Bodmer

Résumés

Cette étude permet une approche distincte de la réflexion sur les ressources marines dans le cadre d’une aire protégée. En effet, les écosystèmes marins sont essentiels d’autant plus, qu’ils présentent en Nouvelle-Calédonie une grande richesse, notamment en termes de patrimoine culturel. Ce sont majoritairement les Kanak qui habitent sur la Côte Est de la Province nord, où la Collectivité et le WWF collaborent à la mise en place de plusieurs aires marines protégées (AMP). Jusqu’à présent, la gestion coutumière Kanak a permis une relative préservation de ces écosystèmes dans un secteur littoral non soumis aux pressions de l’urbanisation, du tourisme ou de la navigation. L’étude s’attache à souligner les enjeux autour de la mise en place des AMP et des perspectives de développement local, sur le milieu marin et les populations locales. Il s’agit de voir comment cette expérimentation est envisagée par les différents acteurs (État, Province Nord, associations, coutumiers, etc.) et de s’interroger sur les mécanismes de gouvernance.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ces Calédoniens sont les descendants, d’au moins deux générations, de colons européens ou de déport (...)

1La Province Nord est avec celle du Sud et des Îles, une composante territoriale de l’espace néo-calédonien. La Nouvelle-Calédonie est un Territoire français, qui bénéficie d’un statut particulier (sui generis, « de son propre genre ») et d’une très large autonomie, à la tête duquel siège un gouvernement. Chaque composante politique provinciale (selon le nombre de voix) est représentée au sein du Congrès et de ce Gouvernement collégial. Celui-ci dirige un Territoire, dont les composantes en terme humain et physique sont riches et diversifiées.
La population se compose essentiellement de Kanak, de « Caldoches1 », d’Occidentaux, d’Océaniens et d’Asiatiques. Les habitants de la Province Nord sont avant tout des Kanak et des Caldoches, bien que le métissage se retrouve dans chaque génération. Les Kanak habitent particulièrement sur la Côte Est et vivent avant tout des produits de la terre et de la mer. Leurs représentations, organisations de l’espace, savoir-faire et usages intéressent en premier chef la mise en place des trois aires marines protégées sur cette côte.

2L’archipel calédonien est composé de plusieurs îles, dont la principale, la Grande-Terre, longue de 400 km et large d’environ 50 km, est traversée d’un bout à l’autre par une chaine de montagnes, appelée la Chaîne Centrale. Celle-ci dessine une dissymétrie entre une Côte Ouest moins arrosée, où les propriétés d’élevage Caldoches abondent et une Côte est plus arrosée où les tribus Kanak se suivent le long du littoral, enserrées entre montagne et mer (fig. 1). Ces eaux de pluies et les nombreux cours d’eau qui descendent à la mer, donnent un aspect différent à la barrière récifale. Le lagon est également plus profond qu’ailleurs.
Les écosystèmes sont multiples et riches autant sur la partie terrestre, que maritime (récif, lagon…). Le taux d’endémisme de certaines espèces animales et végétales est élevé, ce qui n’est pas sans poser de problèmes quant à leur sauvegarde dans certains cas. L’inscription de certaines zones récifales au Patrimoine mondial de l’UNESCO offre d’autres perspectives à ces espaces. La mise en place des Aires Marines Protégées (AMP) de la Côte Est prolonge celles-ci et ouvre une « nouvelle ère de gestion » pour les populations…

1. La Province Nord

1.1. Aspects administratifs et juridiques

3Depuis la création des Provinces par les Accords de Matignon-Oudinot en 1988, leur autonomie n’a cessé de croître. Ces collectivités territoriales de la République se gèrent librement par des assemblées élues au suffrage universel (www.province-nord.nc). Leurs limites géographiques et administratives (avec des limites maritimes) ont été confirmées par l’Accord de Nouméa du 5 mai 1998 et la loi Organique modifiée n° 99-209 qui a suivi le 19 mars 1999. Cet Accord engage des transferts de compétences entre l’État français et la Nouvelle-Calédonie, dont certaines sont dévolues aux trois Provinces (Sud, Nord et Îles). Juridiquement, elles bénéficient ainsi de « la capacité de négocier et de signer, sur leurs compétences propres, des conventions de coopération décentralisée avec des collectivités étrangères, leurs groupements ou établissements publics » (www.province-nord.nc). Comme son Président l’a indiqué, cela permet à la Province Nord de bénéficier, de « fonds propres qui pourront lui permettre de jouer son rôle, notamment agir pour diversifier l’économie, protéger l’environnement et valoriser sa biodiversité » (Province Nord, 2006, introduction). Ces compétences lui ont permis de créer des AMP (fig.1) avec la volonté à terme de créer un « fond fiduciaire pour la conservation de la biodiversité » (Calas, 2009 : 5).
Et, fait intéressant et nouveau depuis l’Accord de Nouméa (inscrit dans la Constitution française en son Titre XIII), l’État français reconnaît « l’existence du “peuple Kanak”, distinct du peuple français » (Chauchat, 2009 : 1). Cette reconnaissance admet surtout que les usages des Kanak peuvent être différents de ceux des Métropolitains. Mais cette reconnaissance permet davantage encore, notamment sur le plan juridique, tout dépendra ensuite du degré d’implication des acteurs politiques de la Province.

  • 2 2 Article 45 « le domaine public maritime des Provinces comprend, à l’exception des emprises affect (...)
  • 3 En règle générale, on traduit le mot « coutume » par des « règles traditionnelles non écrites qui r (...)

4Ainsi l’Article 452 de la loi Organique définit les territoires du domaine public maritime sur lesquelles s’exercent les droits de chaque collectivité, entre État, Territoire (Nouvelle-Calédonie) et Province. Quant à l’Article 46, il fixe les compétences des Provinces qui « réglementent et exercent les droits d’exploration, d’exploitation, de gestion et de conservation des ressources naturelles biologiques et non biologiques des eaux intérieures, dont celles des rades et lagons, de leur sol et de leur sous-sol, et du sol, du sous-sol et des eaux sur jacentes de la mer territoriale » (Loi Organique n° 99-209, 1999, Art. 46). La suite de cet article montre l’importance, de tenir compte des usages coutumiers3, selon le conseil coutumier de l’aire coutumière en question, puisqu’il dit que « les Provinces prennent, après avis du conseil coutumier concerné, les dispositions particulières nécessaires pour tenir compte des usages coutumiers » (Loi Organique n° 99-209, 1999, Art. 46). Les AMP ainsi que leurs parties terrestres adjacentes, sont-elles concernées par ces usages coutumiers ? Sans conteste.

1.2. Considérations sur les Aires Marines Protégées

5Les territoires français d’outre-mer bénéficient d’une très large bande côtière du fait de nombreuses îles, mais également, et c’est le cas en Nouvelle-Calédonie, d’une ceinture récifale exceptionnelle. Quel bilan peut-on faire de la gestion des ressources marines en Nouvelle-Calédonie et particulièrement en Province Nord ? En Guadeloupe (Grand cul-de-sac marin et Petites îles), Martinique, Réunion (Réserves Naturelles Marines), Polynésie française (réserves de biosphère de Fakarava) et Nouvelle-Calédonie, les études relativement anciennes des écosystèmes marins montrent toute leur richesse. Et si l’outre-mer représente 90 % de la surface marine protégée en France, jusqu’en 2007, très peu était localisée en Nouvelle-Calédonie. Désormais avec les 31 aires marines protégées Outremer, nous pouvons ajouter l’inscription du récif calédonien au Patrimoine mondial de l’UNESCO et les trois nouvelles AMP de la Province Nord. Ainsi, ce n’est que depuis l’année 2002 et plus encore depuis la constitution du dossier pour l’inscription de ce récif, que des efforts sont pensés et faits par la Province Nord en matière de protection du lagon et de valorisation des ressources marines. C’est avec certaines associations, dont particulièrement le WWF et Conservation International (CI), qu’elle veut initier un réseau d’AMP autour du projet du Mont Panié sur la côte Est de la Grande-Terre en Nouvelle-Calédonie (WWF, 18/03/09).

6Il n’y a pas de conflit d’usage incompatible avec cette mise en place des AMP sur les communes de Pouébo et de Hienghène (fig. 1). L’explication tournera autour de cette gestion coutumière (notamment de la valeur culturelle et sociale de ce territoire marin) et de la nouvelle attribution de ces territoires en rapport avec la mise en place des AMP (par rapport à l’inscription du récif au patrimoine mondial de l’UNESCO), ainsi que de l’expérimentation scientifique mise en place avec les bénitiers roulants (Hippopus hippopus) et les projets touristiques associés. Finalement donc, il s’agit moins de se demander si ces AMP protégeront des dégradations et des effets en cascade sur la population et sur leur environnement, que de se demander si justement l’installation de ces aires protégées ne va pas chambouler l’organisation première de l’espace, qui jusqu’à présent garantissait certains équilibres écosystémiques.

7Que dire sinon de l’AMP de Nékoro (fig. 1) dans la commune de Poya sur la Côte Ouest de la Grande-Terre ? Celle-ci couvre une superficie d’environ 1260 hectares et était jusqu’en 2009 la seule réserve spéciale marine en Province Nord. Elle a été mise en place en 2000 sur une volonté conjointe (depuis 1995) de la commune et des coutumiers du district de Muéo. Cette baie profonde de moins de 5m inclut des mangroves, des platiers, une algueraie sur sable, des herbiers de phanérogames, avec quelques massifs coralliens isolés, au milieu de laquelle se trouve une île (île Dijié). Toutefois, les parties terrestres non recouvertes par les plus hautes laisses de mer n’entrent pas dans cette réserve. Les pressions sur le milieu étaient relativement faibles et consistaient essentiellement la pêche. La proximité d’une activité minière sur la commune apporte certains sédiments terrigènes. Les objectifs de cette réserve portent particulièrement sur la « création d’une zone de conservation d’un habitat et des espèces emblématiques que sont les dugongs et les tortues » (Province Nord, 2000). Toutefois, pour tout ce qui est de la responsabilité, de la gestion, du plan de gestion…rien n’a jusqu’à ce jour été envisagé. Seul le balisage (bouée jaune) permet d’identifier la réserve. De ce fait, nous n’en parlerons pas dans l’exposé qui suit

Figure 1. Localisation des aires marines protégées (AMP) en Province Nord de la Nouvelle-Calédonie

Figure 1. Localisation des aires marines protégées (AMP) en Province Nord de la Nouvelle-Calédonie

Source : Conception Bodmer D. (2010) ; réalisée à partir de plusieurs cartes SIG Province Nord (2003, 2010), Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Ifrecor (2007), ISEE (2009)

2. L’installation des Aires Marines Protégées sur la Côte Est de la Grande-Terre

8Ces AMP s’intègrent dans des territoires ruraux.
À Pouébo, la densité de population ne dépasse guère les 12 hab/km², tandis qu’à Hienghène celle-ci atteint à peine 2 hab/km² du fait de l’importance de la superficie communale. Les emplois rémunérés sont plutôt administratifs, dans l’enseignement et la santé. Les travaux agraires, la chasse et la pêche sont le quotidien des habitants. Pouébo a une vocation plus agricole (activités de plantation en plus des travaux des champs) et d’activité de pêche, quant à Hienghène, nous pouvons parler d’une vocation plus pêche et tourisme (installation de longue date du Koulnoué village — anciennement Club Med — et d’autres structures). Contrairement à ce qui se passe souvent, la mise en place de ces AMP n’intervient pas dans un contexte « d’agression » de l’environnement. Qu’est-ce qui motive alors cette forme de gestion de la zone côtière et récifale ?
Ces zones maritimes font partie d’une des six zones (la zone côtière nord et Est) inscrites au Patrimoine mondial de l’UNESCO (fig.1), envers lesquelles la Province doit dorénavant avoir une démarche de gestionnaire du « Bien ». Comme l’indique l’Agence de Développement Calédonien (ADECAL), cela « nécessite la mise en place de programmes de suivi adaptés avec des objectifs bien particuliers » (ADECAL, 2010 : 7), d’où cette volonté de structurer des AMP en réseau pour l’ensemble de la Province et dont les toutes premières sont celles de la côte Est.

2.1. Aires Marines Protégées de Pouébo (Pweevo)

9En superficie totale la zone protégée s’étend sur 67 km² de surface marine (fig. 2). Les parties terrestres étant des zones tampons qui englobent la totalité du bassin versant (certains n’hésitent pas à qualifier cette AMP « d’un genre nouveau »). Une délibération provinciale indique sa création en août 2009, après presque deux ans de travaux conjoints avec les tribus, l’ADECAL, la Province Nord et le WWF. Cela concerne en premier lieu les usages d’environ 300 personnes vivant dans les deux tribus (Yambé et Diahoué) concernées par l’AMP, auxquelles on ajoute celles des tribus limitrophes (Tchamboene, Saint Ferdinand…) et allant même jusqu’aux tribus situées dans la Chaine Centrale et le long des bassins versants concernés de la zone tampon (Téméline, Wélik, Wévia, Paalo).
Comment est gérée l’AMP ? Un Comité de cogestion est organisé en association Loi 1901. Celui-ci rassemble la Province Nord, la Mairie de Pouébo, la tribu de Yambé, le district de Lé Jao et les tribus adjacentes de Tchamboene et de Wévia (Faninoz, 2009 : 5). La valeur du patrimoine naturel de cette AMP concerne entre autres un lagon profond au sein de la barrière corallienne (rare), une couverture corallienne exceptionnelle, certaines espèces rares ou recherchées (dugong, requin corail ou du récif, requin baleine, requin bar, napoléon, tortue caouanne, tortue verte, tortue à écaille et des poissons comme les poissons anges à tête bleu, ou tigre, un picot rare…).
La figure 2 montre la distribution en zonage de l’AMP (selon un référentiel de l’UICN, 1994) adoptée et « adaptée » par la Province Nord dans sa délibération n°306-2008/APN, tenant compte des habitats et de ces espèces. Ce zonage présente une aire de gestion durable des ressources à côté de trois réserves de nature sauvage et une zone tampon terrestre.

Figure 2. Zonage de l’AMP Hyabé-Lé Jao à Pouébo

Figure 2. Zonage de l’AMP Hyabé-Lé Jao à Pouébo

Source : Faninoz, S. ; WWF ; Province Nord ; ADECAL (nov. 2009 : 6)

2.2. Aires Marines Protégées de Hienghène (Hyehen)

10Quant aux deux AMP de Hienghène (fig. 3), nous retiendrons pareillement ici une organisation en Comité de cogestion, association Loi 1901 et rassemblant la Province Nord, la Mairie de Hienghène, le Centre de plongée (Babou), l’Association des pêcheurs professionnels (Mangalia) et les tribus de Lindéralique, de Koulnoué, de Pindache (à proximité des AMP), complétées par les Chefferies de Poyes et Goa, ainsi que les tribus de Ganem, Lewarap, Ouare et Poindjap (Faninoz, 2009 :7-8).

Figure 3. AMP de Hienghène : Parc provincial Yeega (6,6 km²) et Réserve Dohimen (37 km²)

Figure 3. AMP de Hienghène : Parc provincial Yeega (6,6 km²) et Réserve Dohimen (37 km²)

Source : Province Nord, 2010

11Ces deux AMP sont plus modestes et se retrouvent dans le lagon avec une zone terrestre constituée de la pointe ouest de l’îlot Hienga (Yeega). Le patrimoine naturel marin est tout aussi riche. En plus de la plupart des espèces citées plus haut, ajoutons certains perroquets à bosse et la présence du dauphin à long bec, du cachalot pygmée (rare), de la baleine à bosse, de l’hippocampe pygmée et de la raie manta. L’AMP Dohimen est une zone de fraye de nombreux poissons tels que le napoléon, le perroquet, le mérou camouflage, certains poissons d’aquarium… L’îlot Hienga est apprécié pour son importance floristique, comme lieu de ponte de certaines tortues et un lieu privilégié pour l’avifaune (nidification de Puffin Fouquet).

2.3. Projets associés

12À ces trois AMP sont associés des projets éco-touristiques tel qu’un sentier sous-marin, des sentiers botaniques (à Hienga et un sentier dans la mangrove à Mazé det pour une future AMP à Sainte-Marie Pouébo), complétés « par des actions ponctuelles et fortement médiatisées, d’Éducation à l’Environnement et au Développement durable (ponte du corail, ponte des tortues marines) » (Faninoz, 2009 : 3) comme ce fut le cas lors des journées du 14,15 juin 2010 où cinquante enfants de Hienghène ont découvert « autrement », « les milieux du bord de mer » (Association Henri Blaffart, 2010).

Planche 1. Les enfants en pleine découverte des écosystèmes littoraux

Planche 1. Les enfants en pleine découverte des écosystèmes littoraux

Source : Association Henri Blaffart, 2010

13À cela s’ajoute une expérimentation scientifique via l’introduction de plus de 300 bénitiers roulants (Hippopus hippopus) géniteurs (200 individus à Pouébo : 100 en 2009 dont 10 % de mortalité naturelle et 100 en 2010 ; et 100 à Hienghène). Cette espèce étant facilement victime de la pêche, compte tenu de son caractère plus libre « hors récif », les cogestionnaires de l’AMP de Hyabé-LéJao (Heyraud, 13 mai 2010) ont voulu la réintroduire et ceux de Hienghène ont suivi la même action cette année.

3. Territoire des Kanak

  • 4 Il n’est pas de notre propos de nous étendre sur cette distinction entre village et tribu, même si (...)

14Rappelons que ces deux communes dont les habitants ne dépassent guère les 2500 individus sont habitées à plus de 95 % par des Kanak (recensement de 2009). Les quelques rares Occidentaux et Polynésiens vivent surtout dans les villages et certains Caldoches dans certaines propriétés contiguës aux tribus. Ces villages se distinguent des tribus, notamment par l’organisation interne, les premières étant liées aux structures administratives et commerciales de type « occidental » et les secondes à une répartition « ancestrale » des terres par les Kanak4. La prégnance de la culture Kanak et l’importance identitaire sont indéniables et s’observent autant pour la terre que la mer. Comment cela ? Quelles sont les implications dont nous devons tenir compte entre la gestion coutumière Kanak de l’espace et la gestion de ces AMP par le WWF et la Province Nord, ainsi que le cadre juridique envisagé ?

3.1. Un nom, une terre-mer !

  • 5 Nous n’entrerons pas dans cette complexité des territoires, que nous retrouvons particulièrement av (...)

15Dans l’univers Kanak, le nom que porte un Homme a également un lien avec une histoire, une terre. Ce « lien à la terre » (la mer est totalement intégrée à cette notion) d’où l’Homme est sorti, permet en retour d’avoir une autre considération de l’espace naturel, à savoir que l’Homme appartient à cette nature d’où il est sorti et non l’inverse. Ce lien « fusionnel » (il ne faut rien idéaliser) permet un impact moindre sur l’environnement.
Cet Homme en tant qu’issu d’une lignée, un lignage, un clan, défini à partir d’un ancêtre fondateur, connaît sa place au sein de la chefferie dont il dépend. Selon les clans ensuite, il y a partage d’un territoire5 entre ses membres, sur lequel chacun pourra s’établir, et un lieu où chacun pourra travailler en famille, ou selon, avec l’ensemble du clan. « La détermination des limites est primordiale puisqu’elle guide tant le repérage que la démarche d’explication » (Velasco-Graciet, 2005 : 86). C’est donc que l’attachement à un territoire, à un espace considéré par ses limites et ses usages, est indispensable aux Kanak (aux Caldoches aussi, mais selon un autre rapport). Cet attachement est lié à leur identité et ne se retrouve pas chez les Occidentaux, qui préfèrent considérer cette terre (et la mer également) comme une ressource (un bien commun), d’où l’incompréhension des uns et des autres souvent.

16À ces territoires sont associés des usages particuliers, qui tiennent du monde Kanak et à leur mode de vie, que l’on traduit souvent par le mot « coutume ». Cette coutume définie par la même les « terres coutumières », que l’on oppose souvent aux « terres de droit commun » régies par les lois françaises. Or aujourd’hui, du fait de la reconnaissance des usages Kanak dans le droit français, le statut des terres se complique (dans le sens où nous n’avons plus le « net » distinguo entre le droit français et les usages — « le droit » — Kanak). D’autant que si l’on observe les territoires ainsi définis au regard de la coutume, les limites naturelles qui déterminent l’espace d’un clan par rapport à un autre, peuvent tout aussi bien être la berge d’une rivière sur la partie terrestre, qu’un chenal ou qu’un récif frangeant dans sa partie maritime ! D’ailleurs les lieux tant sur terre qu’en mer (jusqu’au récif-barrière) sont nommés (îles, récifs, passes, anses, baies, rocher en mer…) et renvoient à un aspect particulier du territoire pour un ou des clans. Il s’agit donc bien avant tout d’un patrimoine culturel pour les Kanak, auquel on associe également un certain nombre d’usages (idéels et matériels). L’organisation de l’espace ainsi façonné va jusqu’au récif-barrière !

  • 6 « La Réserve Naturelle Intégrale où il est défendu de pénétrer. Le Parc Territorial (et Parc Provin (...)

17Or le droit commun ne dit-il pas que la mer est à tous ? De plus, le Territoire (Nouvelle-Calédonie) a certains droits sur l’espace, la Province ensuite est compétente en matière d’environnement et la commune est en charge de la sécurité jusqu’à 300 mètres depuis le rivage. De surcroît dans le cadre des AMP, la législation en vigueur en Nouvelle-Calédonie, ne stipule-t-elle pas que celles-ci sont « intouchables »6 ? Et l’inscription du récif au Patrimoine mondial de l’UNESCO, ne fait-elle pas de ces territoires un « Bien » commun à toute l’Humanité (avant d’être aux Kanak !) et donc avec une certaine obligation de gestion ? Comment donc concilier ces superpositions de territoires et de compétences (ou d’usages), sans créer à terme des conflits d’usage ?

3.2. Un territoire, des usages !

18À ces territoires marins sont associés un certain nombre d’usages liés à la coutume et aux réalités de la vie en tribu à savoir des prélèvements (différentes pêches) pour un besoin familial, pour un mariage ou un décès, afin d’accueillir les clans « alliés » et « invités ». D’autres prélèvements peuvent intervenir à des moments spéciaux tels qu’au moment de la fête de l’igname quand celle-ci arrive à la grande chefferie, ou encore lors du mariage d’un chef ou son décès. Dans ces cas, les éléments pêchés par certains clans permettent de les identifier selon leur rôle au sein de la chefferie (outre la distinction : clan de la mer ou de la terre, certains de ces clans de la mer peuvent être associés à la fonction de « Gardien » « protecteur » de la Chefferie). Enfin, des prélèvements sont associés à l’activité de pêche professionnelle pour certains et dans ce cas il s’agira de ne pêcher que certaines espèces (ex. Trocas Trochus niloticus pour sa nacre, Holothuries…).
À côté de ces usages interviennent d’autres, plus idéels, liés aux relations qu’entretiennent les Kanak avec la nature et le monde des ancêtres (des morts). À chacun est associé un totem, c’est-à-dire un élément de la nature lié à l’esprit de l’ancêtre, censé protéger les vivants. Si par exemple ce totem est le requin, il devient « tabou » c’est-à-dire « intouchable » et dans ce cas, cet animal s’en trouvera protégé en retour (et également « craint ») par le clan auquel il est associé. A contrario certains autres animaux sont valorisés coutumièrement et donc étaient souvent pêchés pour les cérémonies. C’est le cas notamment des tortues (particulièrement les tortues vertes [Chelonia mydas]) et des dugongs (Dugong dugon).

19À cela s’ajoutent d’autres usages sur les îlots, les récifs, dans les passes, etc. tel que rapporté ci-après : « chez nous, on dit que le récif Doïman est le paradis des morts. Doïman signifie respect dans notre langue, explique Joseph Bouarat. Avant d’aller pêcher sur ce récif, il y a des gestes à faire au niveau de la porte d’entrée de ce paradis. On a des zones partagées entre les clans. Nos vieux nous ont toujours dit de les respecter. Pour préserver ce qu’on appelle nos garde-manger, il y a des zones où l’on peut pêcher et d’autres non, ou seulement durant une période. » En effet, certains récifs (intermédiaires le plus souvent) sont interdits de pêche par les clans « propriétaires » ou « usufruitiers », cela entraine une forme de « réserve coutumière » sur l’espace ainsi délimité. L’interdiction peut durer un temps court ou plus long comme c’est le cas sur une partie de l’AMP Hyabé-Lé Jao.
Dans d’autres cas, l’impact des prises sur le milieu seront limités afin de protéger de la surpêche, à savoir que les prises auront obligation d’être mangé sur place (sur l’îlot, comme à Houaïlou). Cette limitation des conseils coutumiers implique de ne pêcher que le strict nécessaire pour le repas. Dans les usages, c’est souvent ce qui prime à savoir, ne pas aller au-delà de ce dont la famille a besoin. Ainsi, « ce patrimoine dit naturel a été le plus souvent légué par des sociétés qui ont su le gérer intelligemment au long des siècles passés » (Laux, 2002 : 13). Pourra-t-on en dire de même demain avec ces AMP ?

4. Quel avenir pour ces usages ?

20L’installation de ces aires protégées ne va-t-elle pas chambouler l’organisation première de l’espace et les équilibres écosystémiques associés ? En effet, depuis l’inauguration officielle le 12 mars 2010, tout le monde semble montrer son engouement pour ces AMP et les projets associés, créateurs de dynamisme dans des régions où les activités étaient plutôt rares. Comment envisager le futur de ces aires protégées ? Sont-elles compatibles avec la gestion coutumière de l’espace ? Sinon, comment les populations vivant sur place se réapproprient-elles ces nouvelles fonctions de l’espace ? Y sont-elles sensibilisées au point d’amorcer une nouvelle forme de gestion ? Gestion que tous espèrent durable !

4.1. Entre territoires et ressources

21« Notre pays a la chance de disposer de ressources naturelles importantes comme le nickel et une des plus belles biodiversités au monde. La Province Nord a fait le choix de valoriser ces richesses » (Province Nord, 2006, introduction). Grâce à ces AMP et à la réglementation des pêches de 2006, les prises de dugongs et de tortues sont davantage proscrites par les coutumiers eux-mêmes et sont soumises à des demandes très strictes auprès de la Province et de la gendarmerie pour des cérémonies coutumières spéciales. Des questions peuvent néanmoins être soulevées, autant pour les effets touristiques, que pour l’introduction (ou la réintroduction) en quantité d’une espèce animale. De quels ordres seront les répercussions sur le milieu et sur les autres espèces ? Pouvons-nous parler d’action bénéfique ou négative à long terme ? Quel moyen de régulation de l’espèce introduite sera mis en place (pêche de subsistance ou pêche économique et au profit de qui) ? Certes le nombre de touristes est loin d’égaler celui des AMP des DOM, mais a-t-on envisagé que ces écosystèmes (récif, lagon, îlot, espèces animales et végétales…), que l’on cherche à préserver, puissent souffrir à terme de cette affluence ?

22Car, jusqu’à présent, territoires de « quelques privilégiés », ces espaces évoluaient selon des logiques coutumières et/ou de pêche, rarement de tourisme (plongée par le Centre de plongé). Les gîtes, campings et chambres d’hôtes situés le long du littoral font rarement des promenades dans le lagon, ce qui n’entraîne que peu d’impact sur les zones où dorénavant ont été créées les AMP. Tandis que la structure du Koulnoué village, autrefois desservi par le Club Med, ne l’est plus depuis quelques années. Qu’est-ce qui va changer ?
Désormais, il faudra tenir compte d’un surplus de population sur la côte Ouest avec l’Usine du Nord, susceptible (en moins de 2 ou 3 heures par la Transversale Koné-Tiwaka) d’impacter ces AMP et leurs environs par des affluences ponctuelles. Les enjeux financiers représentés par ces AMP ouvertes au public sont de plus en plus importants dans le monde (Laux, 2002 : 14) et le Pacifique n’échappe guère à cela. Dorénavant, la contrainte de la gestion pèsera particulièrement sur les populations usufruitières des territoires en question (à plein temps), tandis que les zones seront dorénavant « plus libres » pour le public (étranger aux clans, à la coutume parfois…), qui viendra pour le loisir (un temps court). Les pratiques pour les uns plus contraignantes et les autres plus libres sont à prendre en considération dans le suivi de ces AMP et pour leur viabilité !

23Entendu que la culture Kanak est également une richesse, saura-t-elle évoluer de façon positive avec le développement de ces AMP ? Pourra-t-on trouver une harmonie entre culture Kanak (terre/mer, identité et coutume), préservation du patrimoine écologique (aujourd’hui à tous depuis l’Inscription du récif) et développement local (par l’argent) ? Si le choix, voulu par tous (comités de gestion) de valoriser ces ressources marines, bouleversaient les premiers équilibres, quelles solutions pourra-t-on mettre en œuvre ? Comment réguler l’impact ? Car les bénéfices induits seront-ils au profit de tous ? La question essentielle est de se demander quel intérêt a chacun dans la mise en place de ces AMP et si à court, moyen et long termes chacun retrouvera ce rapport. Rapport qui garantit également la participation.

4.2. Une volonté commune ?

24En effet, il existe une « multidimensionnalité des enjeux » (Le Meur, 2009 : 1) liées aux territoires. Cette complexité se retrouve tant dans les identités et les sens, que dans les aspects économiques et politiques, voire dans les rapports de gouvernance. Quel intérêt pour la Province Nord de créer ces AMP ? Est-ce le développement de la Côte Est parallèlement à celle de l’Ouest ? Ou alors l’obligation dorénavant de tenir compte de l’intégrité du Bien afin de ne pas être considérée comme un « mauvais gestionnaire » par le comité du patrimoine de l’UNESCO ? Ou peut être est-ce tout simplement politique afin de rattraper son retard par rapport à la Province Sud (compte tenu des échéances politiques futures, ou bien encore la préservation d’un électorat) ? Quoi qu’il en soit, il apparaît sans conteste que l’institution collabore (particulièrement financièrement) à cette création d’AMP et sa gestion, grâce à une coordination par le WWF.
Que dire alors de cette ONG ? Si ce n’est un intérêt direct via une vitrine de ces actions dans le Pacifique. Notamment, quoi de plus marquant que de collaborer à la mise en place d’AMP sur le deuxième plus grand récif au monde et de surcroit classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO ? Cette manne scientifique est toutefois plus qu’appréciée dans tout le travail quant aux projets et la création des AMP. Dorénavant, cette seconde phase dans le travail de coordination, est d’amener à terme la cogestion dans chaque AMP, jusqu’à ce que celles-ci soient totalement gérées par les acteurs locaux (entre 3 et 5 ans selon le WWF), et notamment en créant des ponts entre les cogestionnaires des différentes AMP.

  • 7 Ces partenaires injectent plusieurs millions d’euros pour la sauvegarde des récifs et dans les AMP (...)

25Quant aux coutumiers, quelles sont leurs motivations dans la création et la gestion de ces AMP ? Pour l’AMP Hyabé-Lé Jao, il semblerait que la motivation vienne du fait que les clans de Yambé commençaient à subir la pression de pêche des tribus alentours dans la zone de réserve coutumière pourtant instaurée de longue date. Ce choix d’AMP a donc coïncidé avec une volonté de se protéger vis-à-vis des autres clans, en renforçant l’interdiction coutumière par le droit commun, même si bien entendu les motivations de création de dynamisme avec elles sont tout de suite apparues comme bénéfiques. De même également les aspects financiers ne sont pas à négliger puisque des partenaires « puissants7 » sont prêts à soutenir tout travail allant dans le sens des AMP (comme l’achat de bénitiers roulants à Golone Poum, les panneaux touristiques…). Toutefois, les exemples d’initiatives innovantes, tels que le sentier botanique dans la mangrove déjà en place pour la seconde AMP de Pouébo, montrent une volonté commune des clans de créer un certain dynamisme autour de ces AMP.
Cette volonté se retrouve également avec les coutumiers de Hienghène qui n’ont pas hésité à donner leur accord verbal (donner sa parole chez les Kanak équivaut à la signature d’un contrat chez les Occidentaux) pour la mise en place d’un sentier sous-marin. Une sensibilisation a également été faite auprès des tribus voisines (Kongouma, Téganpaïk, Werap, Ganème, Ouaré et Ouendijick). L’association Tujiwa regroupant les jeunes des Tribus de Koulnoué et de Lindéralique, s’implique (avec le CFPPA) aussi dans la mise en place des infrastructures touristiques sur l’îlot Hienga. Certains d’entre eux pourront également être formés comme guides de randonnée palmée (Heyraud, 2010). Préserver leur patrimoine tout en le valorisant, n’est-ce pas montrer un intérêt à la création et la gestion de ces AMP ?

26La figure suivante, montrant l’installation des panneaux des AMP de Hienghène à la grande Chefferie Goa, expose toute la symbolique de cette action, c’est-à-dire cette volonté participative des coutumiers à ces AMP. On pouvait lire également dans le rapport WWF, que les populations locales ont le souhait, « de lutter contre l’érosion de la culture Kanak, de contribuer à l’amélioration des conditions de vie par des actions de repeuplement d’espèces endémiques, par le développement d’activités écotouristiques, de renforcer les capacités de la population par des formations locales » (WWF, 2010) Est-ce à dire que le travail des Kanak derrière la mise en place et la gestion des AMP contribue à raviver la culture Kanak ? Sans doute parce que les coutumiers ont été prêts à « créer une zone tabou (traduite ensuite dans le Droit commun en réserve de type IB – réserve en no-take, intérêt sécuritaire) », à travailler ensemble pour un intérêt commun à toute la communauté, comme dans la gestion coutumière par ailleurs.

Figure 4. Panneaux des AMP de Hienghène devant la case de la grande chefferie Goa

Figure 4. Panneaux des AMP de Hienghène devant la case de la grande chefferie Goa

Source : Heyraud, mars 2010

Conclusion

27Il n’y a pas de réponse univoque à la question de savoir si en définitive la création et la gestion à terme de ces AMP ne va pas générer des incapacités et des déséquilibres irrémédiables pour la société et l’environnement relativement préservé d’avant leur mise en place. Seule la dynamique temporelle répondra à cette interrogation. Mais en attendant, tout doit être mis dans la balance afin de révéler au mieux le principe de précaution qui accompagne ces aires protégées.
Les certitudes que l’on peut avoir sont que dans le Pacifique les volontés des populations vont vers un plus grand développement local, ce qui revient à vouloir dépasser le « traditionnel ». Le dépasser non pas dans la déstructuration de la culture et des coutumes associées, mais bien plus dans une volonté d’ouverture, de dynamisme économique, de valorisation du patrimoine tant culturel, qu’écologique. Alors, le faire tout en préservant l’environnement et les savoir-faire dans les AMP, quoi de mieux ?

28La création des AMP « montre ainsi l’usage de la naturalisation des frontières et des entités qu’elles découpent dans le montage d’outils politiques qui doivent ensuite dans l’action faire la preuve de leur pertinence » (Velasco-Graciet, 2005 : 94). Le rôle des partenaires d’accompagner tant financièrement (Province Nord) que scientifiquement (WWF, ADECAL) ces AMP n’ont pu se faire que sur une pleine collaboration d’avec les coutumiers (« propriétaires » et usufruitiers) des zones concernées. Cette collaboration en cogestion ou gestion participative marque une « ère nouvelle » dans la mise en place de politiques, plus concertées, avec les populations, mieux à même de faire réussir la voie de ces aires protégées (comme toute autre politique sur un territoire). D’ailleurs elles semblent se réapproprier cette nouvelle fonction de l’espace avec un certain engouement.

29Des mutations sont attendues, c’est ce dont on doit être certain. Espérant que les enjeux financiers ne déstructurent pas à terme les clans et les organisations coutumières Kanak sur cette côte, et avec eux les AMP par ricochet, comme cela a été le cas bien souvent lorsque l’argent a pris le pas sur les relations qu’entretiennent les Hommes entre eux et avec la nature. On dit qu’on définit d’autant mieux sa culture au contact des autres (d’une autre culture). On se rend compte de la richesse de certaines actions, de leur pertinence (ou pas dans certains cas). Souhaitons que l’affluence de population extérieure (par la fréquentation touristique) révèle d’autant mieux la culture Kanak des clans de cette côte Est, quant à la préservation de liens entre les clans, allant au-delà des contraintes de gestions (de pression sociale). « En Australie, en dépit des aléas, il semble que les activités que ce type de structure génère permettent de mieux intégrer socialement et économiquement les populations qui sont considérées comme gardiennes des lieux et des espaces concernés » (Laux, 2002 : 14). Pourvu alors que les AMP de la Province Nord perdurent de la sorte.

Haut de page

Bibliographie

ADECAL (2010). Séminaire sur la mise en place d’un guide méthodologique pour le suivi de la qualité ADECAL. Nouméa, Compte Rendu, 30 avril 2010.

Association Henri Blaffart. (2010). « Séjour découverte “les milieux du bord de mer” (14 et 15 juin 2010, Tribu de Koulnoué », URL : <http://www.henriblaffart.org/fr/realisations-nouvelle-caledonie.aspx>.

Bodmer, D. (Juin 2001). Gestion de l’environnement littoral « au cœur des vagues » Commune de Koumac en Nouvelle-Calédonie, Université de Bordeaux 3, (TER : Géographie, Aménagement).

Calas, J., Secrétariat FFEM (2009). Aide mémoire de Mission Pacifique. Supervision du programme « Initiative régionale pour la protection des récifs coralliens dans le Pacifique Sud (CRISP- Coral Reef Initiative for the South Pacific) », Paris, Secrétariat du Fonds français pour l’Environnement mondial (FFEM).

Chauchat, M. (2009). « La Nouvelle-Calédonie : une autre nation avec la France ? » Nouméa, UNC, URL : <http://larje.univ-nc.nc>, (consulté le 09 mai 2010).

De Deckker, P. et L. Kuntz (1998). La bataille de la coutume. Ses enjeux pour le Pacifique Sud. Paris, L’Harmattan.

Faninoz, S., WWF, Province Nord, ADECAL et al. (2009). Aires Marines protégées Nord-est Nouvelle-Calédonie, Nouméa, CRISP.

Gunther, O., Province Nord et al. (2009). Agenda des marées de la Province Nord 2009, Nouméa, Graphoprint.

Heyraud, X. et al. (2010). « 2010, Année de la biodiversité », Les Nouvelles Calédoniennes du 15 mars 2010, URL : <http://www.lnc.nc/provinces/province-nord/389-nord/228294-des-benitiers-de-poum-migrent-sur-la-cote-est.html>, (consulté le 10 mai 2010).

Heyraud, X. et al. (2010). « Des bénitiers de Poum migrent vers la côte Est », Les Nouvelles Calédoniennes du 13 mai 2010, URL : http://www.lnc.nc/provinces/province-nord/389-nord/228294-des-benitiers-de-poum-migrent-sur-la-cote-est.html (consulté le 20 mai 2010).

Ifrecor (2009). Le Patrimoine mondial de l’Humanité. Le projet Calédonien. Les réglementations, URL : <http://www.ifrecor.nc/projetpatrimoine/Les-reglementations-generales>, (consulté le 1 juillet 2009).

Laux, C. et al. (2002). 101 mots pour comprendre le Pacifique, Nouméa, édit. Île de lumière.

Le Meur, P-Y. (2009). La question foncière dans le Pacifique. Les enjeux et les mots de la question foncière, Nouméa. Cours Master DEVTAT à l’UNC.

Mc Kenna, S-A., et al. (2006). « Une évaluation rapide de la biodiversité marine du des récifs coralliens du Mont Panié, Province Nord, Nouvelle-Calédonie », Bulletin PER d’évaluation biologique, n° 42.

Petit, N. et al. (2009). « Naturellement calédonien. Récifs Coralliens. AMP », Le Caillou Vert, n° 9. URL : <http://www.wwf.nc/CaillouVert%208.pdf>.

Province Nord (2000). Loi organique modifiée n° 99-209, 19 mars 1999, relative à la NC, URL : <www.province-nord.nc>.

Province Nord (2000). Fiche AMP Réserve de Nékoro. Koné, DDE-E.

Province Nord (2006). Allocution du Président de la Province Nord, Néaoutyine P., 28 sept. 2005. Koné, Agenda provincial.

Velasco-Graciet, H, C. Bouquet et al. (2005). Tropisme des frontières. Approche pluridisciplinaire, Paris, L’Harmattan, coll. Géographie et cultures, série Culture et politique, Tome I.

WWF (12/04/2010). « Inauguration officielle en Nouvelle-Calédonie des trois premières aires marines protégées (AMP) du Nord-Est », WWF France, URL : <http://www.wwf.fr/s-informer/actualites/inauguration-officielle-en-nouvelle-caledonie-des-trois-premieres-aires-marines-protegees-amp-du-nord-est>.

Haut de page

Notes

1 Ces Calédoniens sont les descendants, d’au moins deux générations, de colons européens ou de déportés du bagne. Mais compte tenu du malaise à s’entendre dire à chaque fois « Calédonien descendant européen ou de souche européenne », ceux-ci revendiquent pleinement le mot Calédonien ou Caldoche, apparaissant ainsi plus identitaire, pour des personnes, qui bien souvent, ne connaissent pas la vie en Europe et qui sont nées et ont toujours vécu sur cette terre de Nouvelle-Calédonie. Le terme Caldoche n’est pas revendiqué par tous. Les plus âgés trouvent un aspect péjoratif à ce mot, comme dans son utilisation initiale, à contrario, les plus jeunes le revendiquent. Ils revendiquent ainsi leur identité calédonienne (démarche parallèle à celle des Mélanésiens qui revendiquent l’identité « Kanak »). Nous pensons également que les descendants des autres ethnies venues en Nouvelle-Calédonie pour travailler dans les mines ou par liens familiaux se sentent profondément Calédoniens ou Caldoches. Citons par exemple les descendants Asiatiques (Japonais, Vietnamiens, Indonésiens, rares Chinois et Indiens), Anglo-saxons et autres Océaniens (Australiens, Néozélandais, Ni-Vanuatés, Tahitiens).

2 2 Article 45 « le domaine public maritime des Provinces comprend, à l’exception des emprises affectées à la date de la publication de la présente loi à l’exercice des compétences de l’État et sous réserve des droits des tiers, la zone dite des cinquante pas géométriques, les rivages de la mer, les terrains gagnés sur la mer, le sol et le sous-sol des eaux intérieures, dont ceux des rades et lagons, telles que définies par les conventions internationales, ainsi que le sol et le sous-sol des eaux territoriales. Les îles qui ne sont pas comprises dans le territoire d’une Province ainsi que le sol et sous-sol du plan d’eau du port autonome de la Nouvelle-Calédonie font partie du domaine public de la Nouvelle-Calédonie» (Loi Organique n° 99-209, 1999, Art. 45).

3 En règle générale, on traduit le mot « coutume » par des « règles traditionnelles non écrites qui régissent la société Kanak. » Certaines autres définitions traduisent la coutume par une forme de « don/contre-don » (De Deckker P., Kuntz L., 1998). Mais ces échanges vont bien au-delà et engagent des groupes selon des réseaux précis que nous appelons chemins coutumiers. « Les objets, les paroles échangés doivent être “proportionnés” ou plutôt “équivalents” au regard d’une échelle de valeurs, bien différente de celle des Occidentaux, qui privilégie la valeur estimée. Bien souvent, le geste et la parole ont bien plus de valeur que l’objet, même si l’objet est précis, comme l’igname, la monnaie kanak.... » (Bodmer D., 2001)

4 Il n’est pas de notre propos de nous étendre sur cette distinction entre village et tribu, même si celle-ci est importante pour comprendre l’organisation de l’espace. Cette distinction n’est pas comparable à celle des sociétés africaines, même si elle relève également de la colonisation française. Cette organisation de l’espace a été observée en partie dans les thèses des géographes Doumenge, J-P. (1982) et Saussol, A. (1986). Je développe également ces aspects en liaison avec le développement de la Nouvelle-Calédonie ces dernières années dans une thèse de géographie que je soutiendrai prochainement.

5 Nous n’entrerons pas dans cette complexité des territoires, que nous retrouvons particulièrement avec l’analyse des réseaux (par les généalogies dans le monde Kanak) en termes sociologiques ou anthropologiques.

6 « La Réserve Naturelle Intégrale où il est défendu de pénétrer. Le Parc Territorial (et Parc Provincial) où tout prélèvement est interdit. La Réserve Spéciale où certaines activités particulières peuvent être interdites ou réglementées. Dans cette dernière classification on trouve les réserves spéciales de faune et les réserves spéciales botaniques » (Ifrecor, 2009).

7 Ces partenaires injectent plusieurs millions d’euros pour la sauvegarde des récifs et dans les AMP et apportent également une aide scientifique, matérielle…Ils financent ainsi des programmes tels que Coral reef Initiative for the South Pacific (CRISP). Entre autres il y a la Province Nord, le WWF, Conservation International (CI), le Fond français pour l’Environnement mondial (FFEM), l’Agence française de Développement (AFD), l’Union européenne à travers divers programmes, le Fond Pacifique, la Fondation des Nations unies…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des aires marines protégées (AMP) en Province Nord de la Nouvelle-Calédonie
Crédits Source : Conception Bodmer D. (2010) ; réalisée à partir de plusieurs cartes SIG Province Nord (2003, 2010), Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Ifrecor (2007), ISEE (2009)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 2. Zonage de l’AMP Hyabé-Lé Jao à Pouébo
Crédits Source : Faninoz, S. ; WWF ; Province Nord ; ADECAL (nov. 2009 : 6)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 3. AMP de Hienghène : Parc provincial Yeega (6,6 km²) et Réserve Dohimen (37 km²)
Crédits Source : Province Nord, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Planche 1. Les enfants en pleine découverte des écosystèmes littoraux
Crédits Source : Association Henri Blaffart, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4. Panneaux des AMP de Hienghène devant la case de la grande chefferie Goa
Crédits Source : Heyraud, mars 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dolorès Bodmer, « Entre préservation et/ou mise en valeur de la ressource, quel avenir pour les Aires Marines Protégées en Province Nord de la Nouvelle-Calédonie ? », Études caribéennes [En ligne], 15 | Avril 2010, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7883 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7883

Haut de page

Auteur

Dolorès Bodmer

Unité Mixte de Recherche (UMR) 5185 D’Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Sociétés (ADES) ; École Doctorale Montaigne-Humanités, UFR de Géographie, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, Domaine Universitaire 33607 PESSAC cedex ; Doctorante, bodmer_d@voila.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org