Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Index géographique :

Maldives
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les Maldives sont peuplées depuis plus de 2500 ans et leur nom viendrait du mot malodheep signifiant « guirlande » en sanskrit (Risk and Sluka, 2000). L’archipel compte en effet 26 atolls géographiques, classés en 19 atolls administratifs, qui s’étirent sur près de 800 km du nord au sud et 130 km d’est en ouest (figure 1). Les 1 200 îles répertoriées constituent une surface émergée totale de 297 km2 dont seulement 38 % sont habités par les 270 100 habitants que comptait le pays en 2000, soit une densité moyenne de 2 394  hab/km2.

2En l’espace de trente ans, l’activité touristique a remplacé le secteur traditionnel de la pêche comme moteur du développement économique. Il contribuait en 2000 à environ 20 % du PNB, à 32 % des revenus du pays et à 75 % des entrées de devises. Dès le début, le gouvernement a préféré séparer les îles mises en tourisme des îles habitées de manière à limiter les contacts entre une société locale à 100 % musulmane et des touristes à 80 % occidentaux. Si bien que 87 % de la capacité d’accueil touristique des Maldives prend aujourd’hui la forme d’îles-hôtels.

3Il ne semble pas exister de définition aboutie de l’île-hôtel, au-delà de quelques travaux d’approche récents (Gay, 2001 ; Cazes-Duvat et Magnan, 2004a, 2004b). On peut cependant préciser que c’est un espace dans lequel le tourisme est la seule activité non traditionnelle (le plus souvent pêche et/ou agriculture). Sa spécificité réside dans le fait que l’île étant en général inhabitée, la main d’œuvre est exogène, ce qui, selon le degré d’isolement, oblige la plupart du temps les groupes touristiques à loger les travailleurs sur place. Par ailleurs, au-delà de l’importation de produits alimentaires et d’une dépendance extérieure pour l’acheminement des touristes depuis l’aéroport, tout est conçu pour l’autonomie. L’île est généralement équipée de groupes électrogènes, de stations d’épuration des eaux usées et de désalinisation, elle dispose de plusieurs restaurants, d’une piscine, de salles de jeu et de sport, d’un club de plongée…. Si bien que les touristes n’en sortent guère, si ce n’est pour des excursions sur des îles voisines ou des plongées sur les récifs proches. Le principe de l’île-hôtel se rapproche donc de celui « d’enclave touristique » (Cazes, 1989).

4Cet article fait état de la logique de diffusion des îles-hôtels à travers l’archipel maldivien et propose une interprétation de la très modeste intégration de la population locale à l’économie touristique. Il aborde ensuite la question des répercussions socioculturelles et économiques de cette situation de semi-marginalité sur la stabilité de la société. Une approche à la fois spatiale, économique et socioculturelle permettra de montrer en quoi cette situation est facteur d’équilibre ou de déséquilibre au sein de la société. Enfin, partant du principe que tout développement dans des perspectives durables nécessite au mieux l’harmonie sinon la compatibilité des évolutions environnementale, économique, sociale et culturelle, l’accent sera mis sur l’importance pour les Maldives comme pour les petits états insulaires en général de se doter de moyens de mettre en œuvre une stratégie de gestion solide. Une discussion sera alors engagée autour de l’intérêt d’étudier la vulnérabilité de la population au développement touristique.

Figure 1. L’archipel des Maldives

Figure 1. L’archipel des Maldives

1. Le tourisme dans l’espace maldivien : diffusion et emprise des îles-hôtels

1.1. La diffusion du tourisme

1.1.1. Une conquête de l’espace par vagues

5Une rapide analyse chronologique permet de dégager les grands principes de diffusion du phénomène touristique à l’échelle des atolls comme à celle de la région touristique dans sa globalité.

  • 1 Bateau traditionnel à voile à l’origine, très souvent motorisé aujourd’hui.
  • 2 Au regard de la position géographique de l’archipel des Maldives par rapport aux foyers émetteurs d (...)

6Les deux premières îles-hôtels, Kurumba Village et Bandos, voient le jour en 1972 dans l’atoll de Malé Nord, respectivement à 5 et 10 km de la capitale, Malé (figure 2). Entre 1973 et 1974, quatre nouvelles structures sont ouvertes à une distance comprise entre 6 et 15 km de Malé, dont une implantée à l’extrémité nord de l’atoll de Malé Sud (Laguna Beach). Une zone touristique se dessine donc, mais elle reste circonscrite dans un rayon de 15 km autour de la capitale. Cela s’explique par la modestie des transports maritimes (dhonis1 à faible motorisation) qui restent lents et limitent les longues distances2 à partir de l’aéroport d’Hulhulé, seule porte d’entrée internationale.

7Ce n’est qu’en 1977 avec l’implantation des îles-hôtels Four Seasons et Banyan Tree (atoll de Malé Nord) que le phénomène prend davantage d’envergure spatiale puisque ces structures se situent respectivement à 20 et 18 km de la capitale. L’activité touristique gagne la même année l’atoll administratif d’Ari Nord par son extrémité nord-est, l’atoll géographique de Rasdhoo, avec la mise en service du Kuramathi Tourist Resort. L’année suivante, la densification du réseau d’îles-hôtels s’opère toujours dans un rayon variant de 10 à 20 km autour de Malé, tant dans l’atoll de Malé Nord (Ihuru, Kanifinolhu) que dans celui de Malé Sud (Vaadhoo). Mais très vite, comme le laissait présager l’ouverture du Kuramathi, une nouvelle phase de diffusion s’instaure avec la conquête d’une aire géographique plus vaste. Dès 1979, toutes les îles-hôtels sont implantées au-delà du seuil des 20 km, mis à part celle de Paradise. Trois voient le jour à Malé Nord entre 23 et 39 km de Malé et une autre est ouverte à Malé Sud à 41 km de celle-ci. Au-delà, l’atoll de Lhaviyani accueille son premier établissement, à près de 150 kilomètres !

Figure 2. La diffusion des îles-hôtels dans les atolls de Malé Nord et Malé Sud (Maldives)

Figure 2. La diffusion des îles-hôtels dans les atolls de Malé Nord et Malé Sud (Maldives)
  • 3 Si une structure hôtelière existe dans l’atoll d’Addu, à l’extrême sud de l’archipel, ce n’est en a (...)

8Ainsi, à part quelques cas (Giraavaru, Hudhuveli et Thulhaagiri), les structures sont majoritairement implantées au-delà de 30 km de Malé. Une nouvelle aire géographique est ainsi investie. Dans l’atoll de Malé Sud, par exemple, sur neuf îles-hôtels ouvertes entre 1980 et 1985, deux seulement se trouvent à moins de 27 km de Malé et une est à plus de 50 km. C’est également à cette période que se confirme la propagation du phénomène dans l’atoll d’Ari Nord avec une île-hôtel établie à environ 50 km de Malé (Veligandu sur Rasdhoo) et six à plus de 80 km (Fesdu, Halaveli, Nika, Maayafushi, Bathala et Ellaidhoo). La proximité de Malé et d’Hulhulé influe désormais beaucoup moins sur la diffusion des îles-hôtels, même si l’éloignement des atolls septentrionaux et méridionaux de l’archipel les laisse en marge de toute tentative de mise en tourisme3.

9Depuis l’ouverture du Palm Tree en 1986, l’atoll de Kaafu (Malé Nord et Malé Sud) n’a plus accueilli d’île-hôtel. La vague de diffusion confirme son emprise dans l’atoll d’Ari Nord (trois nouvelles structures en 1987 et 1989) faisant parallèlement d’Ari Sud une nouvelle aire d’épanouissement pour l’activité touristique avec l’ouverture de six établissements entre 1988 et 1990. Ces derniers se situaient à plus de 90 km de la capitale du pays. En 1990, on est entré dans la phase d’expansion spatiale la plus récente. Une seule île-hôtel a été ouverte à Malé Nord et aucune ne l’a été, ni à Malé Sud, ni à Ari Nord, alors qu’Ari Sud est devenu le nouveau pôle de diffusion du tourisme. Neuf ouvertures y ont été enregistrées entre 1991 et 1998 et la fin de la décennie a confirmé la progressive mise en tourisme d’atolls plus périphériques. Les structures implantées à Lhaviyani en 1978 et à Baa en 1983 sont, en effet, restées longtemps seules, et ce n’est qu’après 1998 que ces atolls ont respectivement accueilli trois et quatre nouvelles îles-hôtels. Dans l’atoll de Vaavu, le développement a été contenu (deuxième et dernière ouverture en 1982) en raison de disponibilités spatiales limitées. Enfin, les atolls les plus périphériques (Raa au Nord, Faafu et Dhaalu au Sud) n’ont été que très récemment gagnés par le tourisme. Ils sont cependant annonciateurs de tendances futures, comme l’ont été Ari Nord, Vaavu et Lhaviyani à la fin des années 1970.

1.1.2. Une logique spatiale complexe et des îles de plus en plus grandes

10Tant que les conditions technologiques n’ont pas permis de s’affranchir de la contrainte de la distance, la proximité par rapport à Malé et Hulhulé a été le principal facteur de diffusion des îles-hôtels. Ce processus en « tache d’huile » a cependant été très vite complété par une diffusion en « sauts de puce » soutenue par de nouveaux moyens de transport. Ont alors été investis le nord de Malé Nord, l’ensemble de Malé Sud, Vaavu, Ari et Lhaviyani. Ainsi, la logique de proximité a perdu de son poids à petite échelle. Localement, les lieux gagnés par « sauts de puce » devenaient eux-mêmes des foyers de diffusion en « tache d’huile » comme le montrent, par exemple, les cas de Reethi Rah (Malé Nord) et de Kuramathi au début des années 1980, ainsi que celui de Nika (Ari Nord) en 1983. Le même phénomène a opéré dans les atolls d’Ari Sud, de Baa et de Lhaviyani. Le processus de diffusion s’est donc complexifié avec le temps, laissant à la proximité des foyers touristiques existants un rôle variable. La configuration de l’archipel a ainsi contraint la dynamique touristique à l’adaptation, tout comme elle l’a fait dans le cadre plus général du développement du pays (Cazes-Duvat, 2001).

11Parallèlement, plus l’éloignement des fronts touristiques à la zone centrale était important, plus il devenait difficile de maintenir la rentabilité du produit touristique. Augmenter la capacité des îles-hôtels a été une réponse. Si les structures construites entre 1975 et 1980 comportaient en moyenne 39 lits, ce chiffre s’élevait à 75 entre 1985 et 1990, puis à 233 après 1995. Le « gigantisme des hôtels » a ainsi été associé à l’expansion géographique de l’activité. À tel point que certains établissements ont été ouverts sur la base de 300 à 400 lits, voire 700 dans le cas du Sun Resort Island (Ari Sud). La demande croissante en disponibilité spatiale a eu pour conséquence une préférence marquée des investisseurs pour les îles inhabitées les plus vastes. C’est donc sans doute la taille restreinte des îles encore inoccupées qui a freiné les investissements dans les atolls centraux (Malé Nord et Sud) au profit des périphéries proches (Ari essentiellement).

12À partir des années 1980, la logique a donc été de mettre en valeur les îles non habitées les plus vastes. Le cas de la mise en tourisme d’Ari Sud donne un bon exemple de ce phénomène. En effet, l’île-hôtel de Kudarah (1983) a servi de point d’ancrage à l’implantation entre 1988 et 1994 de onze structures dans un rayon de 27 km. Or, ces îles étaient les plus grandes des îles inhabitées et aujourd’hui encore, seules les plus petites (moins de 0,03 km2) restent vierges. L’île inhabitée d’Ariyadhoo, qui compte pourtant parmi les plus grandes de l’atoll, fait office d’exception du fait de sa valeur patrimoniale (site archéologique témoignant d’une occupation aux IVème et Vème siècles avant notre ère) qui, parce qu’elle est reconnue par le gouvernement, la protège. Parallèlement, cette logique de mise en valeur des îles inhabitées les plus grandes expliquerait l’avortement du tourisme dans l’atoll de Vaavu dans lequel 71 % des 21 îles habitées et inhabitées font moins de 0,05 km2.

13On peut donc affirmer que la propension à privilégier les îles aux vastes dimensions est à la base de la dynamique touristique des années 1990. De plus, une analyse globale à l’échelle de l’ensemble de la région touristique de l’archipel permet de mettre en avant la complémentarité des modalités de diffusion des îles-hôtels en « tache d’huile » et en « sauts de puce ». En effet, si le processus de « saut de puce » a permis, durant les années 1970, l’extension spatiale des îles-hôtels de Kaafu au-delà de la périphérie directe de la capitale, il a ensuite été relayé par celui de « tache d’huile » à partir des nouveaux foyers. La même logique a guidé la mise en tourisme de l’atoll d’Ari Nord, mais avec environ une décennie de décalage : la première structure (1977) a servi de foyer à l’implantation au début des années 1980 d’une deuxième génération d’établissements, puis d’une troisième à la fin de cette même décennie. Ce phénomène en vagues se repère également à Ari Sud, mais encore une décennie plus tard. Le front pionnier de l’activité touristique a ainsi progressé dans l’espace maldivien au cours du temps (figure 3). L’implantation des plus récents établissements dans les atolls de Baa, de Faafu, de Dhaalu et de Meemu laisserait présumer d’une nouvelle migration.

1.2. L’emprise spatiale du tourisme

14L’emprise spatiale du tourisme peut se mesurer suivant deux approches complémentaires. La première est strictement quantitative et repose sur le nombre de lits d’îles-hôtels. La seconde est plus qualitative puisqu’elle établit deux types de rapports : entre le nombre de lits touristiques et le nombre d’habitants, d’une part, et entre les surfaces des îles-hôtels et celles des îles habitées, d’autre part.

Figure 3. Le déplacement du pôle de développement des îles-hôtels en trois décennies

Figure 3. Le déplacement du pôle de développement des îles-hôtels en trois décennies

15D’un point de vue quantitatif, tout d’abord. La dynamique de diffusion des îles-hôtels s’est traduite par une croissance de la capacité d’accueil de 1 320 lits à la fin des années 1970 à presque 16 000 en 2000. La répartition de cette croissance au sein de la région touristique n’a cependant pas concordé avec le mouvement centripète du pôle de développement de l’activité. L’évolution du nombre de lits par atoll montre que la majorité des lits d’îles-hôtels se situe dans les espaces les plus anciennement mis en tourisme. En 1990, Malé Nord et Malé Sud regroupaient près de 68 % de la capacité d’accueil du pays. En y associant Ari Nord et Ari Sud, cette part s’élevait à plus de 92 % jusqu’à la fin des années 1990. Les atolls centraux perdirent ensuite légèrement de leur influence (78,3 % en 2000) avec la construction en périphérie éloignée de structures à grande capacité d’accueil. Ainsi, malgré l’expansion spatiale du phénomène, l’effet de centralité perdure.

16D’un point de vue plus qualitatif maintenant, le pays comptait 270 100 habitants en 2000 et accueillait un peu plus de 467 000 touristes, soit un rapport de 1,7

17touristes/hab. On ne peut toutefois pas considérer ici cet indicateur, car la politique de séparation des îles-hôtels et des îles habitées limite les contacts entre ces deux types de populations. Nous insisterons donc davantage sur les potentialités d’accueil (nombre d’habitants/lit touristique) plutôt que sur l’accueil réel (touristes/hab). Ainsi, le nombre d’habitants par lit d’hôtel était en 1990 de plus de 11 dans l’atoll administratif de Kaafu. Ce ratio élevé est le résultat de la présence de la capitale qui regroupait déjà à cette époque plus du quart de la population. Ce ratio était, cette même année, de 1,5 dans la partie septentrionale de Malé Nord et de 1,2 à Malé Sud. Plus on s’éloignait de cette zone centrale, plus le nombre d’habitants par lit d’île-hôtel était élevé (figure 4), signe d’une emprise spatiale du tourisme encore modeste. Mais l’extension du phénomène dans l’espace s’est accompagnée d’une densification généralisée du nombre de lits. Si bien que les ratios des atolls les plus récemment touchés par l’intensification de l’activité touristique ont été fortement réduits entre 1990 et 2000, comme c’est le cas à Ari Sud (de 9,2 à 2,8 habitants par lit) et à Baa (de 154 à 13). En 2000, les plus forts ratios caractérisaient toujours les atolls les plus périphériques, tout comme ce fut le cas, dix ans auparavant, des atolls situés en périphérie directe de la zone centrale. Enfin, notons qu’en raison d’une densité de lits initialement élevée, les ratios des atolls centraux sont restés relativement constants au cours de la décennie 1990-2000. Encore une fois, l’évolution du phénomène touristique se caractérise par une propagation par vagues, du centre vers la périphérie (figure 4).

  • 4 L’atoll d’Addu n’est pas pris en compte, l’île de Gan ne répondant pas aux critères d’une île-hôtel

18Enfin, l’analyse du rapport entre la surface touristique et la surface habitée confirme le poids grandissant de l’emprise spatiale du phénomène. En 2000, la zone touristique4 comptait 53,6 km2 d’îles-hôtels et 27,1 km2 d’îles habitées, soit 1,98 km2 de surface touristique par km2 d’espace habité (2,12 sans compter la capitale). Ce ratio était le plus fort à Malé Sud (15,2) et il décroissait vers la périphérie jusqu’à être inférieur à 1 à Raa, Faafu, Dhaalu et Meemu (figure 5).

2. Les impacts du développement touristique

19L’évolution de l’emprise spatiale du tourisme ayant été étudiée, il convient désormais d’aborder la question des conséquences de cette activité. L’analyse tentera de montrer que les principaux impacts peuvent être évalués à diverses échelles spatiales (archipel, atoll, île) et sociales (société, famille, individu) et qu’ils sont, dans leur globalité, un facteur à la fois moteur et limitant du développement général du pays.

Figure 4. L’emprise humaine du tourisme aux Maldives entre 1990 et 2000

Figure 4. L’emprise humaine du tourisme aux Maldives entre 1990 et 2000

Figure 5. L’emprise spatiale du tourisme aux Maldives en 2000

Figure 5. L’emprise spatiale du tourisme aux Maldives en 2000

2.1. La non-intégration spatiale de la population : un impact majeur…

20Aux Maldives, le concept d’île-hôtel est en partie né d’une forte volonté politique de limiter les contacts entre habitants et touristes occidentaux, ce qui a eu pour principale conséquence une mauvaise intégration de la population au moteur contemporain de l’économie. Deux processus ont aggravé cette tendance, le premier étant exogène — la logique des investisseurs — et le second endogène — l’enclavement des populations —.

21Les atolls de Kaafu et d’Ari, qui regroupent depuis 1990 plus de 35 % de la population du pays, comptaient 92 % des lits d’îles-hôtels au début de la décennie et 78 % à la fin. Si la volonté politique avait été à l’impérative intégration de la population locale à l’économie touristique, des structures hôtelières auraient dû voir le jour dans d’autres atolls. D’autant qu’Addu, Gaafu Dhaalu, Laamu et Haa Dhaalu sont équipés d’aéroports régionaux depuis la fin des années 1980, période à partir de laquelle le seuil des 70 km au-delà de Malé et d’Hulhulé est systématiquement franchi, et que plus du tiers des îles-hôtels aujourd’hui en activité ont été ouvertes. De plus, la distance-temps pour atteindre l’atoll d’Addu à partir d’Hulhulé est d’environ une heure et demie, ce qui est largement comparable à un vol en hydravion entre l’aéroport national et les atolls touristiques périphériques. La situation actuelle montre cependant que le tiers des 87 îles-hôtels des Maldives se trouve à moins de 5 km d’un foyer d’habitation, la moitié entre 5 et 20 km, et 17 % au-delà. La tendance n’a donc pas été à leur rapprochement des îles habitées. En effet, si 100 % des îles-hôtels ouvertes entre 1972 et 1975 l’ont été à moins de 5 km d’un lieu de vie, cette proportion tombait à 73 % entre 1981 et 1990, puis respectivement à 50 et 38 % après 1991 et 1995. Si bien qu’en 2000, près de 65 % des habitants du pays vivaient à plus de 5 km d’une île-hôtel, cette valeur s’élevant à plus de 90 % si l’on exclut la population de la capitale. À l’échelle de la seule région touristique, cette part était de 37 % en comptant la population de la capitale et de 73 % en l’excluant ! Encore une fois, plus on s’éloigne des atolls centraux, plus la distance entre îles-hôtels et îles habitées s’accroît.

22La logique strictement économique des groupes touristiques, qui s’est d’abord appuyée sur la proximité de la capitale et de l’aéroport, puis sur la taille des îles inhabitées, a donc renforcé le phénomène de non-intégration des îles habitées à la dynamique touristique. D’autant plus que la logique de continuité spatiale — à la base d’économies d’échelle — a été entravée à la fois par la profondeur des chenaux marins qui imposaient une discontinuité territoriale et par l’appartenance des îles-hôtels d’un même atoll à des groupes touristiques différents n’ayant aucun avantage à se regrouper.

23L’autre facteur aggravant est endogène. Si le seuil de 5 km ici retenu peut sembler peu pertinent d’un point de vue extérieur, il est tout à fait justifié dans le contexte maldivien. En effet, toute logique d’intégration part du principe que les habitants doivent disposer des conditions d’accessibilité à l’activité génératrice d’emplois. Or, aux Maldives, la faible profondeur des platures récifales qui entourent les îles ainsi que l’éclatement territorial qui démultiplie les coûts d’investissement sont à l’origine d’un certain enclavement des populations (UNDP-MPND, 1998 ; Cazes-Duvat, 2001. En 2000, on dénombrait en moyenne 36 habitants par dhoni. À l’échelle du pays, 55 % de la population (mis à part la capitale) vivaient en 1998 sur une île difficilement accessible (UNDP-MPND, 1998. De plus, toujours sans compter les habitants de la capitale, 74 % de la population de l’ensemble des atolls touristiques vivaient dans une île ayant un port peu accessible, auxquels il faut ajouter près de 19 % qui habitaient une île sans même une simple jetée. Dans ces conditions, on comprendra qu’un seuil de 5 km est pertinent pour évaluer les potentialités d’intégration des habitants à la dynamique touristique.

24La mise à l’écart des îles habitées a renforcé l’effet de centralité exercé sur le plan économique par les atolls centraux de l’archipel. En 2000, les atolls de Kaafu et d’Ari regroupaient 80 % des îles-hôtels sur seulement 10,2 % du territoire. D’une manière plus générale, l’activité économique générale du pays se densifie autour de la capitale avec pour conséquence des flux migratoires qui intensifient la pression démographique dans les atolls centraux. Les effectifs de ces derniers ont été multipliés par deux à trois entre 1977 et 2000 alors qu’ils variaient dans le reste du pays de + 30 à + 93 %. Ces migrations concernant davantage les hommes que les femmes, elles sont à l’origine d’un déséquilibre des sex-ratios à l’échelle du pays (tableau 1).

Tableau 1. Le sex ratio des atolls touristiques et non touristiques des Maldives en 2000

Valeur du sex ratio

Moyenne du pays

1,03

Malé (capitale)

1,15

Moyenne des atolls (pays sans Malé)

Tous les Atolls

0,99

Les atolls non touristiques

0,91

Les atolls touristiques

1,17

Moyenne de l’atoll de Kaafu

En comptant la capitale Malé

1,26

Sans compter la capitale Malé

2,11

Moyenne de l’atoll d’Ari

Ari Nord

1,30

Ari Sud

1,20

25Les contraintes naturelles et le jeu des investisseurs ont donc renforcé la dépendance du pays à l’égard de l’activité motrice. Des logiques à la fois exogènes et endogènes se sont imposées qui ont été à l’origine d’une mauvaise intégration de la population à la dynamique touristique et au développement en général.

2.2. Aux répercussions économiques, sociales et culturelles

26Les dynamiques spatiales se traduisent par des modifications du contexte humain. Les effets du tourisme se répercutent donc sur l’économie et la société.

2.2.1. Des impacts économiques contrastés

  • 5 5 000 $ par lit et par an (valeurs de 1998).

27Les recettes touristiques du gouvernement maldivien proviennent de la location des îles5 et des taxes appliquées aux clients (6 $ par nuitée) comme à tout passager au départ d’Hulhulé (10 $ par personne). Elles ont participé à 25 % de la croissance des revenus du pays entre 1985 et 1990 et à 35 % entre 1995 et 2000. Plus des deux tiers du total des entrées de devises étrangères provenaient alors du secteur touristique, couvrant ainsi 65 % des coûts des importations à usage non touristique (UNDP-MPND, 1998 ; WTO-UNDP, 2000). Parallèlement, les dépenses du gouvernement pour le développement touristique ont toujours été extrêmement modestes (au mieux 1 % en 2000) (MPND, 2002). Si bien qu’en 2002, la contribution directe du tourisme au PNB s’élevait à 34 %, les baux des îles en assurant les deux tiers. Ceci montre bien que l’impact économique du tourisme à l’échelle du pays est largement positif.

  • 6 Âge à partir duquel l’école n’est plus obligatoire et à partir duquel les statistiques officielles (...)
  • 7 Plus l’indice de vulnérabilité se rapproche de 1, plus la population de l’espace concerné présente (...)

28Dans le domaine de l’emploi, le tourisme a généré de manière directe environ 10 150 postes à l’échelle du pays en 1994 et plus de 14 900 en 2000. Compte tenu du poids de cette activité dans l’économie, ces chiffres paraissent peu satisfaisants, car en 2000, le pays comptait 184 520 habitants de plus de 12 ans6 dont 49 % étaient actifs. Sans compter le fait que près de la moitié des travailleurs des îles-hôtels étaient étrangers. On constate également que le taux d’activité des atolls touristiques n’est pas plus élevé que celui des autres atolls (WTO-UNDP, 2000). En effet, l’indice moyen de vulnérabilité7 à l’emploi des atolls touristiques est de 0,22 et celui des autres atolls est de 0,23, alors qu’il est de 0,09 dans la capitale. Le même type de constat s’établit à l’échelle des îles puisque les populations des îles habitées proches d’îles-hôtels ne présentent pas systématiquement une moindre vulnérabilité face à l’emploi que celles des autres îles habitées du même atoll. À Ari Sud, par exemple, certaines îles isolées comme Omadhoo et Hanghghaameedhoo présentent un indice de 0,17 alors que Fenfushi et Maamigili, situées à moins de 2 km d’une île-hôtel, ont des indices respectifs de 0,56 et 0,27. De plus, des îles habitées telles que Dhiffushi (0,35), Huraa (0,08) et Thulhusdhoo (0), situées dans l’atoll de Malé Nord, présentent des situations très différentes bien qu’étant toutes proches d’îles-hôtels. Il semblerait donc que le tourisme n’est pas davantage créateur d’emploi direct qu’un autre secteur comme, par exemple, la pêche. L’activité touristique a également une influence indirecte puisqu’elle participe à la croissance d’autres secteurs d’activité et donc à la création d’emplois (UNDP-MPND, 2000). Dans le secteur de la construction, par exemple, on constate que les courbes de croissance correspondent, avec un décalage dans le temps, aux variations du nombre d’ouvertures d’îles-hôtels. Les fluctuations du secteur de la construction précèdent celles du nombre d’îles-hôtels nouvelles, car la construction des structures prend effet avant leur ouverture !

  • 8 Le revenu moyen d’un Maldivien était à la fin des années 1990 d’environ 1,6 $ par personne et par j (...)
  • 9 L’agriculture et la pêche employaient alors 13,7 % des actifs, les manufactures 12,8 % et les servi (...)

29Si le tourisme joue un rôle largement bénéfique au niveau national, ceci peut être discuté à l’échelle des individus. En effet, même si le salaire d’un travailleur d’île-hôtel est en moyenne 33 % plus élevé que dans un autre secteur d’activité8 (Faber, 1992 ; WTO-UNDP, 2000), les emplois touristiques ne concernaient directement que 8,7 % de la population active en 20009. Les revenus d’un travailleur bénéficiant à l’ensemble de sa famille et la moyenne des ménages du pays comptant 6 ou 7 personnes, on peut estimer que les impacts indirects du tourisme étaient alors significatifs pour 17 à 20 % des Maldiviens. Bien que les principaux atolls touristiques présentent une meilleure situation que les autres (moyenne de 2,3 $/personne/jour contre moins de 2), la proximité et le poids économique de la capitale empêchent d’établir une relation directe entre ce constat et la seule activité touristique. Par ailleurs, les liens économiques directs entre le tourisme et la vie locale sont limités parce que cette activité repose avant tout sur les potentialités naturelles de l’archipel (climat, plage et activité sous-marine). Le shopping ne représente que 5 % des dépenses journalières d’un touriste alors que les débouchés manquent à l’artisanat local concurrencé dans les boutiques des îles-hôtels par des produits asiatiques. Et si 100 % des poissons cuisinés dans les îles-hôtels sont achetés localement, plusieurs cas démontrent que cela se traduit par une inflation des prix qui est défavorable aux habitants dont les revenus évoluent à un rythme moindre (WTO-UNDP, 2000).

  • 10 Les excursions touristiques à la journée sur des îles habitées font partie de l’offre de certaines (...)

30Enfin, remarquons qu’en 1998, moins de 4 % des employés d’îles-hôtels étaient des femmes, dont 50 % étaient étrangères. Les Maldiviennes représentaient donc moins de 5 % des travailleurs locaux employés dans le tourisme alors qu’elles constituaient en 2000 près de 33 % des actifs du pays. La modeste intégration des femmes à l’activité touristique a limité leur reconversion économique alors que les secteurs de la pêche et de l’agriculture déclinaient. Les populations des îles habitées qui accueillent des excursionnistes10 affirment toutefois être relativement favorables au travail des femmes dans une île-hôtel à condition qu’elles puissent rentrer chez elles la journée s’achevant (WTO-UNDP, 2000). Très indirectement, le tourisme participe donc aussi à l’évolution des mentalités.

2.2.2. Des impacts sociaux et culturels

  • 11 Une Rufiyaa équivaut environ à un peu plus de 0,10 euro.

31En participant grandement aux revenus du gouvernement, le tourisme est indirectement en amont d’une majeure partie des investissements réalisés dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie. Les budgets alloués à l’éducation, à la santé, aux transports et aux communications sont passés d’environ 53 millions de Rufiyaa11 en 1984 à plus de 1 330 en 2000. À l’échelle du pays, ceci a eu pour principale conséquence l’équipement équilibré des différents atolls, en particulier en écoles et structures sanitaires. Aucune différence n’apparaît entre les taux de scolarisation des atolls touristiques et ceux des autres atolls. Le constat est le même dans le domaine de la santé pour lequel la redistribution des bénéfices du développement a été équitable à l’échelle du pays (UNDP-MPND, 2000). Au début des années 1980, soit huit ans après l’ouverture des premières îles-hôtels, cinq hôpitaux à vocation régionale ont été mis en service — en complément de l’hôpital national créé en 1960 — pour l’ensemble du territoire sur Haa Alifu, Raa, Meemu, Gaafu Dhaalu et Addu. Il semble donc que la croissance des recettes du tourisme ait permis l’équipement en infrastructures. La corrélation se répète, dans une moindre mesure, sur la période couvrant la fin des années 1980 et les années 1990. Des hôpitaux d’atoll ont ainsi pu être mis en service et, en 2001, l’offre de santé couvrait équitablement l’ensemble des atolls, touristiques ou non. Dans le domaine des transports et de l’accessibilité des îles, les améliorations, même modestes, ne correspondent pas non plus à une logique spatiale particulière, et en tout cas pas à une distinction entre atolls touristiques et non touristiques. Il en est de même pour l’accès aux moyens de communication (UNDP-MPND, 1998). En ceci, l’impact du tourisme a été positif.

32À l’échelle individuelle et familiale, le bilan est en revanche plus mitigé. Au sein même de la population, les impacts socioculturels les plus directs du tourisme concernent les travailleurs des îles-hôtels et leur famille. Le fait que les 7 653 travailleurs maldiviens des îles-hôtels ne représentaient en 2000 que 2,8 % des habitants du pays et que la part de la population — sans compter les habitants de Malé — vivant à moins de 5 km d’une île-hôtel n’était que de 7,5 % limite assurément les répercussions de cette activité sur la société en général. Toutefois, les impacts négatifs constatés à l’échelle des travailleurs ne sont pas négligeables. Peu d’entre eux sont originaires de l’atoll dans lequel ils travaillent et la modestie de leurs salaires, combinée aux coûts élevés de transport, ne leur permet de rentrer chez eux que peu fréquemment, quelquefois même une seule fois par an (WTO-UNDP, 2000). L’éloignement par rapport à la famille est à l’origine d’un isolement à double facette. Il est d’abord communautaire, car l’individu n’est que très peu en contact avec son groupe d’origine dont la valeur identitaire est d’autant plus prégnante que l’île habitée est petite et difficile d’accès. L’isolement est ensuite social. Les villages de travailleurs des îles-hôtels regroupent des individus aux origines et aux pratiques hétéroclites sur des surfaces souvent plus restreintes que l’île elle-même (plages et pourtour des bungalows souvent réservés aux clients). Un tel contexte bouleverse les repères identitaires et sociaux des travailleurs locaux et génère des comportements déviants (homosexualité, consommation d’alcool et de drogue…) par rapport aux normes sociétales maldiviennes. Au-delà, l’éloignement du père fragilise la structure familiale — traditionnellement patriarcale — et tend à en déstabiliser les membres (Cazes-Duvat et Magnan, 2003).

33Les capitaux investis dans le tourisme sont à 75 % exogènes, ce qui laisse supposer qu’au moins les trois quarts des bénéfices tirés de l’activité échappent au pays. Ceci est d’autant plus préoccupant que le coût moyen de création d’une île-hôtel, de 20 000 $ à la fin des années 1970, était de 100 000 $ deux décennies plus tard. Le tourisme tend donc dans sa forme actuelle à accroître la dépendance de l’archipel vis-à-vis de l’extérieur. Parallèlement, sa position dans l’économie maldivienne en fait le pilier du développement. Il est donc à la fois structurant et déstructurant, source d’équilibre et de déséquilibre, et ses divers impacts sont contrastés selon l’angle d’analyse et les échelles spatiales et sociales considérées.

3. Discussion autour de la vulnérabilité de la population au développement touristique

34Il est difficile, dans le cas des Maldives, de qualifier l’activité touristique dans sa globalité de positive ou de négative. Elle n’en est cependant pas moins porteuse de risques pour la société d’accueil. En effet, tout processus de développement s’accompagne inévitablement d’une confrontation entre des modes de vie quotidiens, vécus, et des éléments jusque-là inconnus. Dans les pays pauvres, c’est le passage de la tradition à la modernité et, dans les pays riches, celui de la modernité à la post-modernité. Cette transition est intrinsèquement porteuse de risque puisqu’il s’agit pour la société d’accueil de passer d’un état d’équilibre à un autre. Aux Maldives, l’activité touristique conduit le pays à passer d’une économie traditionnelle vivrière essentiellement fondée sur la pêche à une économie capitaliste à la base d’une dynamique de consommation. L’équilibre socioculturel traditionnel est ainsi appelé à évoluer. Or, le meilleur moyen d’accompagner cette tendance est d’adopter une démarche préventive dont la vocation est de réduire au mieux l’influence des rétroactions négatives qui sont à l’origine d’un déséquilibre du système, et ce avant même qu’elles ne surviennent. Dans cette perspective, il apparaît absolument nécessaire que le processus de gestion soit global et intégré, c’est-à-dire qu’il considère l’ensemble des facteurs (endogènes et exogènes) qui influent sur le système ainsi que leurs interactions. Pour ce faire, les gestionnaires doivent disposer d’outils d’évaluation et de suivi des phénomènes. C’est en ce sens qu’une approche en termes de vulnérabilité de la population face au développement de l’activité touristique s’avère pertinente. En effet, les contraintes imposées par les caractéristiques naturelles de l’archipel limitent les potentialités de reconversion économique, ce qui accentue le rôle du tourisme dans le développement à venir. L’archipel doit donc composer avec cette activité sans pour autant perdre son identité propre.

3.1. Évaluer la vulnérabilité de la population au développement touristique

35Les premières intentions visant à évaluer la vulnérabilité humaine des petits états insulaires en développement ont émergé à Malte en 1990 (Meeting of Government experts of island developping countries). Elles ont été reprises lors de la conférence globale sur le développement durable qui s’est tenue à la Barbade en 1994 sur la base des travaux de Lino Briguglio (1992, 1993).

3.1.1. Intérêt et définition

36Les petits états insulaires possèdent une fragilité intrinsèque qui repose sur diverses caractéristiques naturelles et humaines. De plus, les dimensions restreintes des espaces comme des communautés exacerbent les dynamiques de ces systèmes qui sont davantage sensibles aux changements brutaux que des espaces plus vastes (Cazes-Duvat et Magnan, 2004a). Il est donc plus qu’ailleurs nécessaire de prévenir les déséquilibres potentiels.

37Les Nations Unies ont défini la vulnérabilité d’une société comme étant le seuil à partir duquel la structure sociale ou communautaire est « exposée à un choc ou à un stress généré par des conflits économiques, des changements environnementaux, des décisions politiques ou d’autres évènements (…) nés de combinaisons de multiples facteurs » (UNDP, 2002). La notion de vulnérabilité ne fait cependant pas uniquement référence à celle de fragilité. Il convient de la considérer comme la combinaison de potentialités et de contraintes. La société étant un système, son degré de vulnérabilité en exprime la stabilité tout autant que l’instabilité selon qu’il est faible ou fort. Dans la perspective d’une évaluation du niveau de vulnérabilité, il est donc impératif de considérer à la fois les moteurs et les freins de la dynamique du système. La vulnérabilité d’un groupe dépend alors de son niveau d’exposition au risque, de sa capacité à s’y confronter, et de son aptitude à engager en réponse un cycle vertueux (CEPAL-ECLAC, 2002).

3.1.2. Premières réflexions d’ordre méthodologique

38Il n’existe pas de procédure universelle pour calculer la vulnérabilité sociale en raison du caractère polysémique de cette notion. C’est pourquoi il convient, avant tout travail méthodologique d’évaluation, de préciser avec objectivité le contexte du sujet (CEPAL-ECLAC, 2002). Aux Maldives, l’étude des Nations Unies de 1998 vise l’évaluation de la vulnérabilité du pays face au développement global, avec une attention particulière portée à la notion de pauvreté (UNDP-MPND, 1998). Dans le cadre plus spécifique du développement touristique, la vulnérabilité de la société est inhérente à des déséquilibres spatiaux, économiques et socioculturels. Sur cette base, trois grandes catégories d’indicateurs peuvent être définies.

39Des indicateurs de la dynamique spatiale permettraient de se concentrer sur le rapport qui existe entre la répartition du tourisme dans l’espace et celle de la population locale. Une répartition équilibrée de la population n’est pas ici primordiale, l’important étant davantage l’adéquation entre la distribution du tourisme et celle de la population. En effet, l’objectif est d’identifier les conditions physiques de l’accessibilité potentielle des habitants à l’activité motrice du pays (accès aux moyens de transport, distance des lieux de vie aux structures hôtelières…). Parallèlement, des indicateurs de la dynamique économique pourraient constituer un deuxième volet méthodologique qui concernerait l’accès des habitants aux recettes touristiques. L’objectif serait alors d’identifier si la population bénéficie des apports économiques du tourisme à hauteur du poids de ce secteur dans la dynamique nationale. Enfin, des indicateurs de la dynamique sociale et culturelle pourraient permettre d’évaluer le degré de stabilité sociale et identitaire face aux changements inhérents au développement touristique. Il s’agirait d’étudier l’évolution des conditions de vie (éducation, santé, transport et communication) afin d’évaluer de manière objective le rôle de l’activité touristique. La part de travailleurs étrangers dans le tourisme est également à prendre en compte, car l’exemple des Maldives montre bien qu’une trop modeste participation de la force de travail locale est un facteur de déstabilisation sociale et culturelle. De la même manière, la participation des femmes peut initier ou renforcer un processus de marginalisation nuisible à l’équilibre de la société d’accueil.

40Au-delà de ces premières pistes, il est important de préciser que les impacts du tourisme sont à la fois directs et indirects et que des éléments comme l’écart culturel entre le pays d’accueil et les touristes, le degré de dépendance extérieure globale du pays ou encore le niveau de conservation des référents culturels (qui limitent la déstabilisation) sont à évaluer puis à intégrer. Ceci permettrait, en effet, d’imbriquer les échelles territoriales, sociales et économiques, légitimant ainsi le caractère global de la démarche, lequel est à la base de la fiabilité des résultats de l’évaluation et de l’opérationnalité des propositions de gestion. Aux Maldives, donc, l’évaluation du degré de vulnérabilité de la population face au développement touristique pourrait être le fondement d’une gestion cohérente et d’un équilibre durable.

3.2. Le principe d’intégration : un pacte entre tourisme et petits états insulaires

41Aux Maldives comme dans les autres petits états insulaires, en raison de caractéristiques naturelles très contraignantes et de capacités financières limitées, s’imposent avec force deux enjeux d’avenir qui visent, d’une part, à conserver un équilibre dans la dynamique territoriale et, d’autre part, à préserver la stabilité identitaire de la population. Ces deux enjeux sont à l’amont d’une paix sociale durable et d’un développement harmonieux. Plus qu’ailleurs, l’équilibre est donc un maître mot dans le contexte micro-insulaire et le cas des Maldives en donne un excellent exemple. Il démontre également que ces enjeux principaux s’inscrivent dans un contexte économique définissant lui-même des enjeux secondaires (dépendance extérieure, diversification économique, intégration de la population au développement). Enjeux principaux et secondaires s’imbriquent donc et il convient, pour y répondre, d’adopter une approche globale et systémique. Peuvent alors être mis en avant deux grands principes qui sont à la base d’un processus de gestion susceptible de soutenir un développement à vocation durable. Le premier de ces principes est l’intégration et le second la résilience (Cazes-Duvat et Magnan, 2004b).

3.2.1. Soutenir l’intégration

42L’intégration est un processus qui vise à réunir l’ensemble des composantes d’un même système autour d’une dynamique d’évolution commune, favorisant ainsi la convergence et la compatibilité des intérêts divers (Cicin-Sain, 1993 ; Miossec, 1998). L’intégration repose donc sur une identification précise des composantes et de leurs interactions (Kenchington, 1993). Dans le cas précis des Maldives et d’un tourisme moteur principal du développement, il est impératif de tendre vers une meilleure intégration spatiale, économique et socioculturelle.

43L’intégration spatiale du tourisme est en effet la première condition d’équilibre, car elle conditionne l’insertion de l’activité dans une dynamique générale existante, limitant ainsi les effets néfastes de l’ingérence exogène. Cela est d’autant plus vrai que les petites îles sont des milieux aux équilibres fragiles. L’intégration de l’activité touristique dépend de la répartition de la population, des principaux réseaux de transport et de communication, et des moyens financiers et techniques dont dispose l’état. Les facteurs exogènes doivent donc tenir compte des conditions locales et s’y adapter au mieux.

44L’intégration économique de la population à la dynamique touristique donne à l’intégration spatiale tout son sens puisqu’elle soutient de l’intérieur les évolutions inhérentes à l’importation d’autres modes de vie, d’autres comportements. L’intégration économique passe par le développement des programmes de formation hôtelière et par l’apprentissage systématique de l’anglais. Dans le cas particulier des Maldives, il conviendrait également de trouver un moyen d’améliorer l’image du tourisme aux yeux de la population locale, ne serait-ce que pour favoriser l’intégration des femmes à cette activité. Ici, c’est la société d’accueil qui s’adapte à un changement de contexte. La notion d’adaptation devient donc un compromis entre les composantes endogènes et exogènes du système maldivien.

45Enfin, l’adaptation à double sens doit être soutenue par l’intégration socioculturelle. C’est la troisième condition d’un équilibre durable. En effet, si l’accès de la population aux bénéfices économiques du tourisme assure une évolution des comportements de consommation et des modes de vie en général, l’intégration socioculturelle vise davantage un processus de fond : l’évolution identitaire. Elle est le pilier de la paix sociale et donc de la stabilité du pays, car elle permet de conserver les repères ancestraux tout en les actualisant. L’intégration socioculturelle du tourisme peut prendre la forme d’une préférence de l’artisanat local dans les boutiques des îles-hôtels, de démonstrations de rituels locaux ou encore d’une valorisation de l’histoire locale (ouvrages, expositions). Il ne s’agit pas de créer un « zoo culturel », mais simplement de laisser la porte ouverte à l’échange, comme ce peut être le cas à l’île Maurice où les touristes peuvent assister, sous couvert d’être invités — le contact avec la population locale est plus aisé qu’aux Maldives —, à des rituels religieux (défilés dans les rues, mariages…). Ici encore, l’adaptation doit dominer sur l’ingérence.

3.2.2. Favoriser la résilience

46La mondialisation des échanges et l’ouverture du monde sur lui-même imposent des changements aux espaces antérieurement repliés sur eux-mêmes. Le développement est donc aujourd’hui impondérable et il s’accompagne de risques économiques, sociaux et culturels. Aux déséquilibres potentiels, il faut répondre ou se soumettre. Or, s’adapter suppose de disposer des moyens de le faire, c’est-à-dire non seulement d’être capable d’absorber les modifications contextuelles, mais également de pouvoir initier un cycle vertueux de retour à un équilibre (CEPAL-ECLAC, 2002). Cette double condition fonde le principe de résilience. Ainsi, la relation entre vulnérabilité et résilience est inversement proportionnelle (Witter, Briguglio and Bhuglah, 2002). Plus la société est capable de retrouver un équilibre après une crise, moins elle est vulnérable aux déstabilisations futures. Cette capacité d’adaptation est extrêmement difficile de mesurer. À tel point que la grande interrogation reste à l’heure actuelle de savoir comment se traduit le concept de résilience dans la réalité. Des discussions sur le Forum électronique de l’UNESCO intitulé « Pratiques côtières éclairées pour un développement humain durable » laissent à penser que les petits états insulaires sont encore en marge de la dynamique de la communauté scientifique internationale qui se penche sur cette question. Pourtant, ces petits espaces relativement isolés ne sont-ils pas d’excellents terrains d’application des préceptes du développement durable ? Ne sont-ils pas des lieux pertinents pour identifier et comprendre les relations qui existent entre société d’accueil et tourisme ? N’offrent-ils pas des conditions idéales pour la mise au point d’outils de gestion et leur application (évaluation de la vulnérabilité et suivi de la résilience) ?

Conclusion

47L’Organisation mondiale du tourisme n’hésite pas à proclamer que le tourisme est, à l’échelle mondiale, le secteur d’activité le plus dynamique. Il a en tout cas permis à des archipels coralliens comme les Maldives, dont la modestie des ressources naturelles et l’éclatement territorial limitent les potentialités industrielles, de se raccrocher à la locomotive du développement. Ainsi, l’activité touristique est à l’image de toute évolution puisque ses impacts sont à la fois positifs et négatifs, ces deux catégories étant indissociables. L’approche globale des phénomènes, à différents pas de temps et à diverses échelles spatiales, s’oppose donc à une démarche manichéenne qui limite à la fois la compréhension des problèmes (origines et conséquences) et l’identification de processus de régulation. La difficulté, pour le scientifique comme pour le gestionnaire, naît alors de la complexité des processus (combinaison de multiples facteurs) qui, de surcroît, évoluent dans le temps (Reeves et al., 1996). Aux principes d’intégration et de résilience, il faut donc ajouter celui d’adaptation qui permet de faire le lien entre ces derniers (Cazes-Duvat et Magnan, 2004b). Ensemble, ces trois principes définissent le cadre d’une exploitation raisonnée des ressources naturelles et humaines d’un espace, donc d’un développement à caractère durable.

48À l’échelle de l’île-hôtel, une étude systémique est possible en raison des dimensions restreintes de l’espace comme de la société (travailleurs/résidents et touristes), ce qui permettrait notamment d’affiner la définition de l’objet d’étude « île-hôtel ». Par ailleurs, s’il est délicat de transposer les résultats en l’état à des entités insulaires plus vastes comme Maurice ou La Réunion, par exemple, dont la diversification des économies complexifie considérablement les problématiques, une telle étude présente un grand intérêt dans le cas d’archipels comme les Maldives où la formule « île-hôtel » s’impose et où l’économie n’est que peu diversifiée. Ce raisonnement porte en lui une problématique éminemment géographique puisqu’il permet, au moins en théorie, de passer de la grande échelle à la petite.

Haut de page

Bibliographie

Briguglio L. 1992. Preliminary study on the construction of an index for ranking countries according to their economic vulnerability. UNCTAD/LDC/Misc. 4.

Briguglio L. 1993. The economic vulnerability of Small Island developing States. Study commissioned by CARICOM for the Regional Technical Meeting of the Global Conference on the Sustainable Development of SIDS, Port of Spain, Trinidad and Tobago, July 1993.

Cazes G. 1989. L’île tropicale, figure emblématique du tourisme international. In « Îles et tourisme en milieux tropical et subtropical », Îles et archipel n° 10, p. 37-53.

Cazes-Duvat V. 2001. Le poids des contraintes naturelles dans le développement des atolls : l’exemple de l’archipel des Maldives, Les Cahiers d’Outre Mer, vol. 54, n ° 213, p. 3-26.

Cazes-Duvat V., Magnan A. 2003. Développement touristique et préservation des patrimoines dans les trois archipels de l’océan Indien : Maldives, Seychelles et Mascareignes. In « Patrimoines et développement dans les pays tropicaux », Actes des IXèmes journées de Géographie Tropicale, 13-15 septembre 2001, Pessac, Dymset, p. 629-640.

Cazes-Duvat V., Magnan A. 2004 a. Les îles-hôtels, terrain d’application privilégié des préceptes du développement durable : l’exemple des Seychelles et des Maldives. Les Cahiers d’Outre Mer, n° 225, p. 75-100.

Cazes-Duvat V. et Magnan A. 2004b. L’île de Bird aux Seychelles : un exemple de développement durable ? L’Harmattan, Paris, 238 p.

CEPAL/ECLAC. 2002. Socio-demographic vulnerability : old and new risks for communities, households and individuals. Electronic paper (LC/R.2086).

Cicin-Sain B. 1993. Sustainable development and integrated coastal zone management. Ocean and Coastal Management, n°21, p. 11-43.

Faber M. 1992. Micro-states, increasing integration and awkward imperatives of adjustment : the case of the Republic of the Maldives. In : The political economy of small tropical islands : the importance of being small, ed. H.M. Hintjens and M.D.D. Newitt, University of Axeter Press, p. 123-149.

Gay J.C. 2001. L’île-hôtel, symbole du tourisme maldivien. Les Cahiers d’Outre Mer, vol. 54, n° 213, p. 27-52.

Kenchington R. 1993. On the meaning of integration in coastal zone management. Ocean and Coastal Management, n°21, p.109-127.

MPND (Ministry of Planning and National Development). 2002. Statistical Yearbook of Maldives. Malé-Maldives.

Miossec A. 1998. La gestion intégrée des zones côtières. In : Analyse et gestion intégrée des zones côtières, séminaire de l’UMR 6554, avril, p. 2-8.

Reeves H., Rosnay (de) J., et al. 1996. La plus belle histoire du monde : les secrets de nos origines. Éditions du Seuil, Paris, 178 p.

Risk M., J., Sluka R. 2000. The Maldives : a nation of atolls. In : Coral Reef of the Indian ocean, ecology and conservation, ed. T.R. McClanahan, C.R.C. Sheppard O., Obura, Oxford University Press, p. 325-352.

UNDP-MPND (United Nations Development Programme and Ministry of Planning and National Development). 1998. Vulnerability and poverty assessment. Malé-Maldives, 247 p.

UNDP-MPND (United Nations Development Programme and Ministry of Planning and National Development). 2000. Maldives human development report : challenges and responses. Malé-Maldives.

UNDP (United Nations Development Programme). 2002. Social vulnerability of small island developing states. Paper presented at the global roundtable « Vulnerability and small island developing states : capacity to mitigate vulnerability », Montego Bay, Jamaica, 9-10 may, 22 p.

Witter M., Briguglio L. et al. 2002. Measuring and managing the economic vulnerability of small island developing states. Paper presented at the global roundtable « Vulnerability and small island developing states : exploring mechanisms for partnerships », Montego Bay, Jamaica, 9-10 may, 25 p.

WTO-UNDP (World Tourism Organization and United Nations Development Programme). 2000. Social, economic and environmental impacts of tourism (final report). Madrid, environ 250 p.

Haut de page

Notes

1 Bateau traditionnel à voile à l’origine, très souvent motorisé aujourd’hui.

2 Au regard de la position géographique de l’archipel des Maldives par rapport aux foyers émetteurs d’Europe (près de 70 % de la clientèle), il est peu concevable d’ajouter un temps de trajet relativement long au déjà fastidieux voyage en avion depuis l’Europe.

3 Si une structure hôtelière existe dans l’atoll d’Addu, à l’extrême sud de l’archipel, ce n’est en aucun cas une île-hôtel, car l’Ocean Reef partage l’île de Gan avec d’autres activités (manufactures, banque, activités portuaires). Par ailleurs, en mars 2004, le gouvernement a ouvert au tourisme 11 nouvelles îles, toutes en dehors de l’actuelle zone touristique (1 à Haa Alifu, 1 à Haa Dhaalu, 1 à Shaviyani, 2 sur Noonu, 1 à Thaa, 1 sur Laamu, 2 sur Gaafu Alifu et 2 sur Gaafu Dhaalu). Pour le moment, aucun hôtel n’a officiellement ouvert sur ces 11 îles.

4 L’atoll d’Addu n’est pas pris en compte, l’île de Gan ne répondant pas aux critères d’une île-hôtel.

5 5 000 $ par lit et par an (valeurs de 1998).

6 Âge à partir duquel l’école n’est plus obligatoire et à partir duquel les statistiques officielles considèrent les travailleurs.

7 Plus l’indice de vulnérabilité se rapproche de 1, plus la population de l’espace concerné présente une fragilité face au développement, donc des risques de déstabilisation.

8 Le revenu moyen d’un Maldivien était à la fin des années 1990 d’environ 1,6 $ par personne et par jour dans les atolls, et de près de 2,8 $ à Malé.

9 L’agriculture et la pêche employaient alors 13,7 % des actifs, les manufactures 12,8 % et les services sociaux 20,9 %.

10 Les excursions touristiques à la journée sur des îles habitées font partie de l’offre de certaines îles-hôtels. L’État impose alors que les étrangers aient quitté l’île avant le coucher du soleil (18h00).

11 Une Rufiyaa équivaut environ à un peu plus de 0,10 euro.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’archipel des Maldives
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/862/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Titre Figure 2. La diffusion des îles-hôtels dans les atolls de Malé Nord et Malé Sud (Maldives)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/862/img-2.png
Fichier image/png, 268k
Titre Figure 3. Le déplacement du pôle de développement des îles-hôtels en trois décennies
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/862/img-3.png
Fichier image/png, 336k
Titre Figure 4. L’emprise humaine du tourisme aux Maldives entre 1990 et 2000
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/862/img-4.png
Fichier image/png, 458k
Titre Figure 5. L’emprise spatiale du tourisme aux Maldives en 2000
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/862/img-5.png
Fichier image/png, 345k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Magnan, « Le développement des îles-hôtels aux Maldives : d’hier à demain », Études caribéennes [En ligne], 9-10 | Avril-Août 2008, mis en ligne le 15 août 2008, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/862

Haut de page

Auteur

Alexandre Magnan

Géographe, Institut du Développement Durable et des Relations Intenationales (IDDRI)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org