Skip to navigation – Site map
Hors dossier

« Pepe, regarde ! Les experts arrivent ! » : Porto Rico comme laboratoire des sciences sociales

Look, Pepe! The experts arrived!”: Puerto Rico as a Laboratory of Social Sciences
Giselle Avilés-Maldonado

Abstracts

The United States, as a colonial power and with the support of the Popular Democratic Party (PPD) led by Luis Muñoz Marín, used the social sciences to present Puerto Rico as the perfect setting for thinking modernity and industrialization through public policy. Between 1940-1960 the University of Puerto Rico and the Centro de Investigaciones Sociales (CIS) will become showcases for the production and legitimation of United States social science. From testimonies gathered of three key researchers of the time, this article proposes to restore the tensions of practicing social science in Puerto Rico within the colonial period.

Top of page

Full text

Je voudrais remercier Michel Naepels et Amín Perez pour leur lecture attentive et à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS-EHESS) pour leur soutien financier pour ce terrain de recherche à Porto-Rico.

Introduction

1Les années suivant la Seconde Guerre mondiale, Porto Rico, possession des États-Unis, est devenu l’un des laboratoires les plus éminents et les plus productifs des sciences sociales dans les Caraïbes (Lapp, 1995 ; Duany 2005). Des anthropologues étatsuniens tels que Julian Steward, Sidney Mintz, Eric Wolf, et Oscar Lewis y ont trouvé un espace pour poursuivre leurs enquêtes sur les mondes ruraux, la pauvreté et l’éthos culturel d’une population en pleine transition d’une économie traditionnelle vers une économie capitaliste. Durant cette période, la collaboration entre l’Université de Porto Rico et le gouvernement en métropole fut essentielle pour ces enquêtes, mais cela a aussi créé de tensions avec les chercheurs portoricains.

2En 1942, l’Université de Porto Rico met en place une réforme qui prévoit sa restructuration et la création de nouvelles filières pour servir le secteur public, parmi lesquelles l’École d’administration publique (EAP) et le Centre de recherche sociale (ou Centro de Investigaciones Sociales, CIS), structurées autour d’une politique de développement élaborée par le gouvernement du Parti populaire démocratique (PPD). Ces deux unités académiques ont été particulièrement impliquées dans le projet de modernisation de l’île. La mise en place d’une École d’administration publique à Porto Rico était une nécessité pour Luis Muñoz Marín, premier gouverneur portoricain de l’île. Selon sa vision, l’EAP servirait à produire des experts locaux travaillant dans les institutions publiques. Au CIS, des intellectuels étatsuniens articulent le projet de la modernité dans le cadre des projets d’industrialisation du PPD. Les rapports annuels du CIS soulignent l’intérêt à produire de la connaissance scientifiquement valable et utile pour des problèmes sociaux telle que le contrôle de la naissance, l’industrialisation, le changement culturel et les transformations de la structure sociale portoricaine (Duany, 2005).

  • 1 Les entretiens ont été réalisés entre février-mars 2012 à Porto Rico.
  • 2 Luis Nieves Falcón est décédé le 10 mars 2014.

3Cet article se concentre sur le CIS et a pour ambition d’apporter une vision nouvelle des sciences sociales à Porto Rico durant cette période avec des témoignages d’acteurs clés1. L’anthropologue Sidney Mintz et la sociologue Angelina Saavedra de Roca ont travaillé pour l’enquête The People of Puerto Rico (PPR), menée sur le terrain entre 1948-1949, sous la direction de Julian Steward. Cette recherche avait pour objectif d’élaborer une analyse culturelle d’un pays complexe et relativement peuplé, mais bien délimité par son insularité. La Fondation Rockefeller soutiendra financièrement le projet dans le but de contribuer à recueillir des informations sur les contextes culturels et déterminer ainsi ce qui produit le rejet ou l’acceptation d’influences de formes et d’origines diverses. Le troisième témoignage celui de Luis Nieves Falcón2, premier directeur portoricain du CIS, nous offre une vision poignante des difficultés rencontrées par un chercheur en sciences sociales en période coloniale. Notre intention est de montrer ce qui s’est joué dans un moment spécifique de l’histoire politique et intellectuelle de Porto Rico.

1. Porto Rico : un laboratoire pour la recherche sociale

4Sous la direction de chercheurs étatsuniens tels que le sociologue Clarence Senior et l’historien Millard Hansen, le Centre de recherche sociale fondé en 1945 à l’Université de Porto Rico devient un laboratoire phare pour les sciences sociales de la métropole (Lauria-Pericelli, 1989 ; Lapp, 1995). Dans l’Annals of the American Academy of Political and Social Science, Millard Hansen, alors directeur du CIS, écrit que le président Harry S. Truman a créé en 1949 le Point Four Program dans l’objectif de mieux concevoir l’assistance technique aux régions les moins développées du monde et que Luis Muñoz Marín a offert l’île de Porto Rico comme terrain d’entraînement.

5« Les États-Unis, d’autres États avancés, et l’Organisation des Nations Unies, ont adopté la politique de l’assistance technique dans l’espoir, au moins en ce qui concerne les États-Unis, que le programme puisse fonctionner contre le communisme et l’agression militaire dans les régions sous-développées et les renforcer en tant qu’alliés de l’Occident. Les régions sous-développées demandent de l’aide et du développement, quelles que soient leurs réserves au sujet de l’industrialisation et la civilisation occidentale en tant que mode de vie contraire à leurs cultures traditionnelles, parce qu’elles apprécient le prix du confort, la liberté et la puissance, de toute évidence associées et probablement dérivées de l’industrie et de la culture occidentale. [...] Les étudiants et les responsables gouvernementaux des endroits moins développés du monde entier sont récemment venus à Porto Rico pour étudier, observer et participer à des programmes de développement et d’éducation de l’île. [...] Porto Rico est un laboratoire de recherche ainsi qu’un terrain d’entraînement et l’un des endroits les plus propices dans le monde pour étudier le développement, le changement social rapide et la fusion de la culture d’une société frontière. Ce fait est reconnu par l’autorité publique qui soutient la recherche dans la mesure où ses ressources le permettent, et qui comprend la nécessité de la connaissance précise comme condition de succès de la politique » (Hansen, 1953 : 111-113).

  • 3 La traduction en français est Maintenant, au boulot. En espagnol il est connu comme l’Operación Man (...)

6En 1947, peu de temps avant le Point Four Program, l’Opération Bootstrap3 est lancée ; elle est le fruit de la réflexion du Parti populaire démocratique qui envisage le développement économique de l’île à travers la transition d’une économie agricole vers une économie industrielle. Le gouvernement organise une campagne de promotion et de publicité sur Porto Rico aux États-Unis, ce que certains nomment le « processus d’industrialisation par invitation ». Ce processus a pour conséquence l’évolution d’une société agraire vers une société de salariés plus stratifiée. Dans le rapport d’étape Operation Bootstrap in Puerto Rico de l’Association nationale de planification des États-Unis, on peut lire :

7« Ici, l’île est l’une des expériences sociales et économiques parmi les plus intéressantes au monde, une véritable mine d’or pour la recherche en sciences sociales. Au lieu de se concentrer sur ce que Jeremy Bentham pensait sur ​​l’île de Grande-Bretagne il y a cent ans, les séminaires d’économie pourraient se concentrer sur l’industrialisation de l’île de Porto Rico en 1951. Un modèle entièrement nouveau des relations économiques est évidemment en train de se forger. Il mérite une étude intensive et de grande envergure, créative, qui réfléchisse sur l’avenir ainsi que sur le passé pour donner un cadre théorique au processus de transformation sociale. […] Quelle opportunité pour développer une nouvelle théorie économique et sociale ! L’Université de Porto Rico a commencé dans cette voie, mais je pense qu’elle pourrait faire beaucoup plus. […] Voici une chance pour l’École de San Juan de participer à l’histoire de l’économie politique avec l’École de Manchester (Chase, 1951 : 35-36) ».

8Ce rapport met notamment l’accent sur la nécessité d’appliquer ces savoirs à travers l’Université de Porto Rico et le Centre de recherche sociale. Sur fond de modernisation des « pays sous-développés » de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique latine (Duany, 2005), l’un des paradigmes dominants d’après-guerre, l’Opération Bootstrap aura été l’une des politiques publiques les plus importantes des pouvoirs coloniaux, locaux et métropolitains, pour l’industrialisation de Porto Rico. Son succès mettait en avant la bonne entente entre les différents niveaux des pouvoirs coloniaux et valorisait l’île aux yeux du monde en valorisant les sciences sociales appliquées.

  • 4 Populaires est un adjectif qui désigne les partisans du Parti populaire démocratique.

9Le projet politique du PPD et des pouvoirs coloniaux reposent alors sur le bouleversement des structures socioéconomiques. Étant donné la conception centrale de la politique publique, croissance économique avec le soutien de la métropole, la modernité semblait impérative et sa mise en place nécessitait toute l’infrastructure de fonctionnement de l’État étatsunien. Les politiques du New Deal et la relation de Franklin D. Roosevelt et Luis Muñoz Marín furent précurseurs de ce fait. Le développement des espaces sociaux et économiques se poursuit avec la réalisation de nouvelles routes, de logements sociaux, de grands projets d’urbanisation et de magasins pour la classe moyenne montante. Pour certains, Porto Rico se modernise, pour d’autres, il s’« americanizaba ». Afin d’opérer tous ces changements sociaux, l’administration de l’université dominée par les populares4, avec son président Jaime Benítez, demande des compétences élargies et des sciences sociales plus modernes. Dès lors, les chercheurs des États-Unis travaillent sur une île en évolution où s’imposent les modèles d’une culture étrangère, l’Étatsunienne, au détriment de la Latino-Américaine ; c’était une époque où les sciences sociales appliquées voulaient tester leurs théories sur le terrain.

10C’est dans ce contexte historique et politique que se déroule l’enquête The People of Puerto Rico à laquelle Sidney Mintz et Angelina Saavedra de Roca participent. C’est également dans ce contexte que se forme Luis Nieves Falcón, très critique de tout ce processus d’usage politique des sciences sociales.

2. Repenser les sciences sociales coloniales

11Les trois témoignages recueillis constituent des sources de première main sur les événements liés aux sciences sociales à Porto Rico, il y a déjà plus de soixante ans ; Sidney Mintz était l’anthropologue étatsunien du groupe de recherche dans PPR et il a continué à travailler sur les sujets portoricains et la Caraïbe ; Angelina Saavedra de Roca a été assistante de recherche dans PPR. Luis Nieves Falcón fut le premier directeur portoricain du Centre de recherche sociale de l’Université de Porto Rico.

12Au moment des entretiens, tous mes interlocuteurs avaient plus de quatre-vingts ans et leurs vies avaient été marquées par des événements comme la Grande Dépression des années trente aux États-Unis qui toucha également l’île. Ainsi, les paysans, la main d’œuvre la plus importante se retrouvaient dans la précarité extrême et la domination politique des États-Unis se révélait de plus en plus asphyxiante. Le New Deal de Franklin D. Roosevelt sera la réponse en urgence à la pauvreté de Porto Rico. La fondation du Parti populaire démocratique en 1938 qui changera l’histoire politique de Porto Rico avec la figure de Luis Muñoz Marín. La restructuration économique vers le capitalisme et la modernité commence et ce parti dominera les élections pendant trente ans. Les Portoricains obtiennent finalement le droit de voter pour leur propre gouverneur et Luis Muñoz Marin est élu en 1949. En 1952 le statut de Commonwealth des États-Unis est promulgué et relativise le statut colonial de l’île. En 1954, les nationalistes Lolita Lebrón, Rafael Cancel Miranda, Irving Flores et Andrés Figueroa Cordero attaquent à coups de pistolet la Chambre des représentants à Washington, D.C., pour demander l’indépendance de l’île. Cinq représentants sont blessés. Dans les années cinquante et plus tard, des milliers de Portoricains émigrent aux États-Unis pour un meilleur avenir. Pendant les grandes guerres de la métropole, et en raison du service militaire obligatoire, les Portoricains combattent pour un pays qui les racialise comme étrangers (notamment, lors des Guerres de Corée et du Viêt Nam). En 1968, un parti politique voit le jour, le Parti nouveau progressiste (PNP), son objectif est l’union permanente avec les États-Unis en tant que cinquante et unième État. C’est la décennie des années soixante que marquera l’effondrement de l’île comme laboratoire étatsunien des sciences sociales.

13Cette série d’événements atteste du moment historique vécu par nos interlocuteurs. Dans les paroles qui suivent, il faut replacer les témoignages comme une conversation entre tous les acteurs concernés, remontant aux enjeux sociaux et intimes que comportait le colonialisme de l’époque. Ainsi, en se remémorant ces périodes, on peut saisir les différentes voix, certaines d’entre elles plus heureuses que d’autres.

2.1. Sidney Mintz

14L’entretien avec Sidney Mintz, professeur émérite à l’Université de John Hopkins (Maryland, États-Unis), a coïncidé avec son invitation à l’Université de Porto Rico pour la commémoration de la semaine de l’histoire orale et pour parler de son œuvre Taso : la vie d’un travailleur de la canne (1960). Après avoir participé à l’enquête PPR, Mintz a poursuivi ses recherches dans la Caraïbe, notamment à Porto Rico, Haïti et la Jamaïque sur le rôle de la canne à sucre comme force économique et de domination sociale.

Photographie 1. Coupeurs de canne à sucre au repos, Rio Piedras, Porto Rico

Photographie 1. Coupeurs de canne à sucre au repos, Rio Piedras, Porto Rico

Source : Jack Delano, 1941, Library of Congress, États-Unis; http://www.loc.gov/​pictures/​item/​fsa1992000436/​PP/​

Photographie 2. Coupeur de canne et sa femme, Rio Piedras, Porto Rico

Photographie 2. Coupeur de canne et sa femme, Rio Piedras, Porto Rico

Source : Jack Delano, 1941, Library of Congress, États-Unis; http://www.loc.gov/​pictures/​collection/​fsac/​item/​fsa1992000421/​PP/​

  • 5 Le numéro de la revue de l’Université Interaméricaine est « Anthropology of The People of Puerto Ri (...)

15SM : « Bien, c’est probablement 1978, mais il y a un numéro entier de la Revista Interamericana consacré à cette étude, nommé l’étude de Steward ou le projet People of Puerto Rico5. Et là, tu trouveras quatre ou cinq articles sur le projet et les critiques. Dans mon article, j’ai expliqué que People of Puerto Rico n’a été publié que 6 ans ou plus après que le travail a été fait. La raison est que la plupart des textes n’étaient pas de Julian Steward, c’était fait par nous. Et Eric Wolf et moi avons écrit l’introduction et les conclusions. Je ne sais pas si Julian Steward les a jamais lues, parce que s’il l’avait fait il ne les aurait pas aimées. Notre point de vue était différent du sien. Sinon, je ne pense pas que nous aurions pu garder ces livres. Wolf et moi avons été recrutés pour un salaire d’un dollar de l’heure… Steward était très paresseux, mais il était très intelligent... Wolf a fait les conclusions. Nous n’avons terminé notre thèse qu’en 1951, donc entre 1949 et 1950 nous étions à Columbia en train d’écrire nos thèses et travaillant aussi sur l’écriture du livre. Puis en 1951, j’ai obtenu un poste à Yale et Wolf a obtenu une bourse et il est allé au Mexique. Puis il est allé en Virginie, Steward lui a trouvé un travail. Wolf n’aimait pas Steward, et c’était réciproque. Wolf était très antiautoritaire, mais il savait que Steward était bon. Wolf était très sérieux et Steward l’a utilisé pour rédiger les conclusions. Et je pense que Steward ne pensait plus à ce sujet. Il est entré dans quelque chose d’autre. L’autre livre qui a été fait par ses étudiants était sur l’Afrique et le changement culturel. Vous y allez en Afrique, pleine de colonies, comment pouvez-vous écrire sur le changement culturel sans écrire sur les colonies ? Mais, je pense que nous, au moins Eric et moi, avons eu une merveilleuse opportunité. Nous n’aurions jamais appris tant de choses à propos de l’Amérique latine ou sur Porto Rico sans cela. On nous a donné des milliers de dollars pour ces recherches. Vous savez combien il est difficile de les obtenir aujourd’hui ? J’ai pu économiser une grande partie de l’argent. J’ai vécu avec des gens qui m’ont traité comme de la famille. Donc, nous avons été très chanceux et je suis le seul du groupe qui a décidé de travailler dans la Caraïbe. Julian Steward ne reconnaissait pas l’importance du statut politique de Porto Rico et les conséquences économiques de cette situation coloniale, et nous, E. Wolf et moi-même, nous en avons tenu compte dans le livre, mais pas autant que nous le devrions.

16Nous pensons que sans comprendre le statut colonial de Porto Rico, il était impossible de donner une image complète de la société. Donc, dans cet article que j’ai écrit (Mintz, 1978 : 5-16), j’ai mentionné que le livre, je pense, n’a pas eu un tirage supérieur à 3,300 exemplaires, réédition comprise, pas un seul mot n’a jamais été traduit en espagnol. Aucun hispanophone à Porto Rico n’a jamais lu le livre. Le livre était presque interdit à l’Université de Porto Rico, personne ne l’a utilisé. Et les raisons sont tout à fait idéologiques, non scientifiques, de sorte que le livre est resté non lu. Mon propre livre sur Taso a été publié en 1960 et il n’a pas été traduit en espagnol avant 1982. Pourquoi ? Il n’y avait pas d’intérêt à le publier. Donc, tu vois bien que ce fut une période où les intellectuels portoricains voulaient faire passer un message aux gens sur l’état politique de l’île. Mais, dans ce cas, ils l’ont fait en boycottant nos livres. Donc, je voulais que tu saches cette situation des intellectuels. Vous connaissiez la Revista Interamericana ? L’article d’Éric Wolf dans cette revue est très bon. Il souligne que l’idée de l’évolution du sous-développement, l’idée qui venait de Gunder Frank, a été publiée seulement cinq ou six ans après la sortie de notre livre, je pense en 1962, de sorte que la notion de communauté internationale et la notion d’intention délibérée du sous-développement n’avaient fait partie des sciences sociales que longtemps après notre travail. Donc, pour nous accuser d’avoir voulu dissimuler une idée. Je ne peux que dire qu’il est difficile de dissimuler quelque chose dont vous ne connaissez pas l’existence. Donc, d’une certaine manière la critique de certaines était injuste. Et je pense qu’il est plus juste de dire qu’ils n’ont pas tort à cent pour cent. Le livre a été un échec, je pense. Le livre ne tire pas pleinement les conséquences de l’impérialisme américain. Donc, quand je dis que c’est un échec, je veux dire que cela est l’une des façons dont le livre a échoué ».

  • 6 Central Intelligence Agency.
  • 7 Identities est une revue internationale de la maison d’édition Routledge.
  • 8 Les « agregados » étaient les travailleurs sans-terre qui avaient construit leurs maisons dans la f (...)

17GAM : Vous vous souvenez de votre relation avec la communauté intellectuelle portoricaine ?
SM : « Oh, très bien ! Il y avait un dessin merveilleux, je pense que c’était dans le journal El Día. (…) Le dessinateur local montrait deux jíbaros levant leurs yeux vers le ciel, et dans le ciel vous voyez deux êtres humains volant comme des oiseaux et ils portent le costume militaire que l’Américain portait, et l’un des jíbaros disait : “Pepe, regarde ! Les experts arrivent !” Il est sous-entendu que quand l’hiver arrivait, les experts étatsuniens prenaient l’avion pour Porto Rico. Nous étions nommés anthropophages. Les gens pensaient que nous étions de la CIA6 et ils se sont sentis insultés par le fait que des anthropologues puissent venir les étudier. Pour beaucoup, l’anthropologie restait identifiée à l’étude primitive des peuples prétendument primitifs, et ils se sentaient insultés. J’ai écrit dans un article, c’est celui dans Identities,7 que j’étais beaucoup plus heureux d’arriver au barrio de Jauca que d’arriver à la ville de Río Piedras, parce qu’à Jauca les gens me traitaient très poliment, en fait. Quand je suis allé là-bas, j’avais qu’ils disent : “Regarde, un gringo d’une corporation américaine arrive”. J’avais peur qu’ils me détestent. Vous arrivez dans un endroit où vous ne savez pas comment vous moucher, vous ne savez pas comment faire pipi, alors ils pensaient que j’étais un bébé. Et à Río Piedras, j’ai toujours ressenti de l’hostilité, rien de personnel, mais comme si j’étais dans une catégorie, c’était comme être dans une race différente, dans une religion différente. Et cela avait à voir avec le sentiment, le sentiment compréhensible, que les Portoricains en avaient marre des Étatsuniens. C’était à la fois vrai et faux. Et je savais très bien comment c’était vrai parce que j’ai coupé la canne à sucre et je savais de quelle manière c’était vrai. Il n’était en quelque sorte pas vrai que le niveau de vie à Porto Rico était en hausse. La raison pour laquelle le Parti Populaire était de plus en plus puissant en 1948 était que les gens avaient plus de soins médicaux, la loi sur le salaire minimum les populations les plus pauvres du pays évoluaient, elles changeaient. Et je pense que je l’ai décrit quand j’ai parlé sur Taso et de la façon dont ils avaient été nommés agregados8, qui vivaient du sol, de la terre. Je ne l’avais pas vu, mais des gens qui y étaient m’ont dit qu’après qu’une personne ait indiqué qu’elle soutenait le Parti populaire ou qu’elle était socialiste ou organisatrice syndicale ou avait vécu comme un agregado, ils sont allés chez lui et ils ont jeté ses affaires dans la rue, sur la route, et il a dû vivre nulle part. Le Parti socialiste a été entièrement corrompu. Les gens à ce niveau ont été piégés et le Parti populaire leur a offert une porte de sortie, donc naturellement ils ont répondu. C’est ce que les intellectuels de l’Université ne comprenaient pas. Ils n’ont pas compris l’oppression politique qu’ils subissaient. Ils ne comprenaient pas la répression économique que les gens supportaient. Et c’est tout à fait compréhensible, mais ils voulaient que je sois pour l’indépendance. Donc j’étais beaucoup plus heureux de venir au barrio de Jauca ».

18 D’après les paroles de Sidney Mintz, on comprend que, pendant cette période, l’Université de Porto Rico, et notamment la filière de Río Piedras, était le centre névralgique de la reforme politique et sociale de l’île. Or, pour quelques groupes, Mintz aurait incarné l’image de l’anthropologue colonial au service de la métropole. Dans le barrio où il a enquêté pour People of Puerto Rico et par la suite pour Taso : La vie d’un travailleur de la canne, Jauca, il était perçu comme un membre de la famille. D’après Mintz, les anthropologues portoricains indépendantistes n’arrivaient pas à appréhender la réalité immédiate des gens, ni à comprendre la situation de précarité que subissaient les paysans. Pour lui, ce sont des « raisons tout à fait idéologiques, non scientifiques » qui ont été à l’origine du rejet de son travail et d’une sorte d’idéalisation de la réalité sociale portoricaine. Le témoignage d’Angelina Saavedra de Roca revient sur les tensions qui se jouent à cette époque.

2.2. Angelina Saavedra de Roca

19Angelina Saavedra de Roca, après l’enquête People of Puerto Rico (PPR), a réalisé des enquêtes sur le spiritisme et a continué à travailler comme assistante au Centre de recherche sociale (de Roca, s.d.). Elle a combiné l’université avec la politique publique du Parti populaire démocratique en collaborant à l’Opération Sérénité, qui visait à développer la culture et les valeurs de la société portoricaine. Grâce à sa motivation et à l’aide des chercheurs métropolitains avec lesquels elle avait travaillé, elle obtient un master en sociologie à l’Université du Michigan en 1967. Lors de l’interview menée à son domicile, nous avons remarqué plusieurs symboles faisant allusion à son admiration pour le Parti populaire. Saisir son esprit de l’époque est important, car elle représente la vision de ceux qui ont été séduits par la politique de Muñoz Marín. Elle percevra sa formation intellectuelle, non comme ancrée dans une dichotomie coloniale, mais en tant que porte d’entrée pour comprendre les problèmes sociaux de l’île.

20GAM : Commentez nous votre expérience dans l’enquête PPR.
ASR
 : « Je dois vous dire que j’ai été en troisième année de licence, c’était plus ou moins en 1947, et on commençait à parler de l’enquête People of Puerto Rico avec le Dr. Steward. Mon professeur d’anthropologie était le Dr. Murra. Et John Murra a été chargé de diriger le projet parce que le Dr. Steward n’est pas venu à Porto Rico pour le diriger, mais il lui a fait confiance et alors, j’étais étudiante de Murra et il me demande : “Madame Roca, souhaitez — vous” – parce que laissez-moi vous dire que j’étais déjà marié et avais deux enfants – “souhaitez-vous travailler dans un projet dans lequel interviendront certains anthropologues de Chicago et qui sera très important, comme assistante de l’anthropologue, parce qu’ils ne parlent pas espagnol ?” Il m’a motivée, mais j’ai dû déménager dans une autre ville. J’ai parlé avec mon mari, Fernando, qui m’a dit : “Mais comment tu vas y aller, et cela signifie que tu dois quitter l’Université”. J’ai été très intéressée, ce serait une expérience unique, une opportunité. Et mon mari m’a dit : “Ça va, allez. Tu déménages et je te rends visite les weekends”. Et puis les anthropologues sont arrivés. Pendant un semestre, nous n’avons fait que des réunions, des plans, ils étaient très sympas et m’invitaient aux réunions... Quand j’ai reçu le premier chèque, je pense qu’il était de 125 dollars ou quelque chose comme ça, j’ai voulu le retourner. Je leur avais dit : “Mais comment je suis payé si je n’ai fait aucune chose ici”. Et ils me dirent : “Non ! Mais tu as assisté aux réunions et cela fait partie de la formation”. Et alors, j’ai pris l’argent. Parce que nous avons été élevés comme ça. Si je ne sentais pas que j’avais travaillé, pourquoi devais-je être payée ? C’était à la fin de 1947 et nous avons déménagé à Barranquitas. Je devais travailler avec le Dr. Manners, Robert Manners.

21L’île était divisée en fonction des cultures et nous étions là, entre la région de la municipalité de Comerío et de Barranquitas. Puis, il allait y vivre avec sa femme. Je dois vivre dans une maison payée par l’Université. Manners ne savait rien de l’espagnol. Peut-être qu’il le lisait, mais il ne le comprenait pas très bien, parce qu’il le parlait très mal. Et sa femme était très timide, il avait aussi un petit bébé. Et mon travail n’était pas initialement clair parce que ce que font les anthropologues était le contact direct et ils ne savaient encore pas clairement le travail à faire, alors, ils m’ont mise… ben, moi-même je l’avais proposé. Je suis allée un jour au registre d’état civil afin d’obtenir quelques données, parce que je savais faire le dépouillement sur la famille, travailler avec des données. Et il y avait beaucoup de gens et puis j’ai commencé à parler avec eux, poser des questions, mais guidée par rien, il n’y avait aucune chose définie. Et puis, le propos était de connaître le peuple, et qu’eux nous connaissent, que nous fassions partie de la communauté.

22Ainsi, le premier mois, s’il y avait une danse, une fête, nous y allions. Mon mari avait obtenu que l’université me donne des crédits, donc l’université m’a octroyé 6 crédits pour l’enquête. Monsieur John Murra me visitait et me posait des questions et me demandait de lire deux ou trois textes, que maintenant je ne me rappelle pas, sur des études de communauté, des études de base qu’il faisait à l’époque, comment poser des questions, parler avec les gens, être comme une autre de la ville, aller à l’église. Après deux ou trois mois, Manners a pris un chemin et moi un autre. Nous n’avions jamais été ensemble. Une ou deux fois, il a dû faire un entretien avec le maire et il m’a appelée pour que je l’aide. Et tout était bien informel, tout bien informel, c’était de l’observation participante, comme on disait à ce moment-là. Je visitais les pauvres, à côté de la rivière, qui me racontaient comment ils vivaient. Il y avait une femme que me disait : “Moi, je n’avais rien à donner à mes enfants pour manger, donc je prenais des feuilles d’oranger, je les faisais bouillir avec de l’eau et c’est ça que je leur donnais”. Une autre femme que j’avais visitée était en train de manger sur le sol, un sol de terre, il y avait des maisons très pauvres, parce qu’il y avait des gens très pauvres à l’époque. Et encore aujourd’hui, mais il n’y avait pas d’aide. Et c’était vraiment ce que j’avais fait. J’ai appris beaucoup, vraiment. Murra était celui qui a lu les choses, plutôt que Manners. Vraiment comme assistante de Manners donc j’allais à certains bureaux, rechercher des informations, parler avec des commerçants, parler avec le boucher, tu sais, et il était avec moi. La plupart du temps, je prenais des notes et je les lui passais. Mais en fait, je ne pense pas que cela l’aidait beaucoup. Mais qu’est-ce que c’était bien pour moi, c’était une bonne expérience, assez belle dans ma vie et qui m’a changée. M’a changée au point que je me suis toujours consacrée à ces choses. Je n’ai rien fait d’autre que travailler dans la recherche. Et puis, quand j’ai obtenu ma licence, avec l’aide de M. Hansen, j’ai obtenu une bourse pour étudier la sociologie. Mais je ne pouvais pas parce que j’avais des enfants et il fallait déménager aux États-Unis. Il m’avait dit de rester et travailler dans le Centro de Investigaciones Sociales. Et j’ai obtenu mon diplôme le 31 mai et le 1er juin, j’ai commencé à travailler au Centre. Mais oui, l’expérience fut bien enrichissante pour moi.

23L’expérience m’a permis d’étudier avec un anthropologue, sympathique, qui était très bien formé et cette expérience m’a encouragée à poursuivre mes études. J’ai appris aussi beaucoup de choses sur mon pays qui m’intéressaient, sur la classe populaire, la classe pauvre que je ne connaissais pas si bien. Je n’ai pas poursuivi mes études parce que j’avais commencé très tard. Je le souhaitais et je l’ai bien voulu, mais j’ai eu de nombreux engagements, j’ai eu cinq enfants. C’est-à-dire, après avoir eu les trois premiers enfants, après que j’ai fini le master, j’ai eu deux enfants. En plus, je travaillais et je m’occupais de la maison. C’était difficile pour moi. Et comme il n’y avait pas de doctorat en sociologie à Porto Rico. S’il y avait eu un doctorat à Porto Rico, bien sûr que je l’aurais fait. Parce que ce que j’aime faire c’est d’enquêter ».

  • 9 Voir le documentaire : La Operación (1982) de la réalisatrice Ana María García, distributeur Cinema (...)

24Le témoignage d’Angelina représente la vision la plus posée de l’époque. Elle réaffirme son soutien au Parti populaire démocratique, car elle a vu les changements sociaux et les opportunités professionnelles progresser en particulier pour les femmes, confinées jusque-là aux travaux domestiques. Les possibilités de pouvoir se former dans un métier, travailler, décider d’avoir ou non des enfants, en bref, d’être plus indépendante, avaient produit de grands changements dans la vie des femmes. Mais la politique publique de planning familial avait aussi suscité des polémiques. La politique publique métropolitaine de stérilisation féminine, simultanément avec l’entrée de femmes sur le marché de travail, fut intense. Vers 1968, une femme sur trois avait été stérilisée. Selon différents témoignages, certaines femmes n’ont pas été informées des effets de l’opération9. C’est sur ce malaise avec le colonialisme que portera le témoignage de Luis Nieves Falcón. Si bien des Portoricains ont eu des opportunités sociales, le coût aura souvent été élevé.

2.3. Luis Nieves Falcón

25Luis Nieves Falcón, dont les opinions indépendantistes sont notoires, a obtenu le Doctorat en sociologie à la London School of Economics et a fait des études de droit à Porto Rico. Ses travaux dénoncent le colonialisme et ses effets dans l’éducation et la culture (Nièves-Flacón et Trèves, 1978). Il s’est consacré également à lutter pour la libération des prisonniers politiques portoricains aux États-Unis.

  • 10 Ramón Emeterio Betances (1827-1898) et Eugenio María de Hostos (1839-1903) étaient deux intellectue (...)

26GAM : Racontez-nous comment était le climat politique de l’époque quand vous travailliez à l’université?
LNF
 : « Eh bien, rappelez-vous qu’en 1948 a eu lieu la grande grève universitaire où le Chancellor Jaime Benítez a licencié tous les enseignants qui étaient identifiés d’une manière ou d’une autre à l’indépendance, un groupe d’intellectuels pointé, tous ont été licenciés. Alors, quand Benítez impose sa vision de l’université il y avait une forte dévalorisation de toutes les éléments portoricains et une grande attention portée, non seulement à l’étranger, mais surtout à l’influence des universités étatsuniennes. Par exemple, un grand nombre d’assistants de Jaime Benítez avaient étudié à Chicago et donc l’École de Chicago avait une grande influence ici. Je me souviens que la filière d’Études générales avait commencé un nouveau programme pour lequel on a fait venir de nombreux professeurs étrangers. Et puis, je me rappelle qu’en Études générales, il y avait des conférences sur la liberté, on utilisait les classiques grecs, et bien qu’il y ait de très bonnes lectures sur le même sujet de Betances, de Hostos10, cela était interdit. Cela signifie qu’on créait un environnement pour faire du Portoricain un étranger dans sa terre.

27À cette époque, j’avais écrit un article sur l’acculturation des sciences sociales à Porto Rico qui est sorti dans la revue des sciences sociales de l’Université et qui, à l’époque, a provoqué un grand trouble. Ce qui est essentiel, c’est que Porto Rico pendant tout ce temps était un paradis pour les chercheurs américains. Ils sont venus avec des contrats. Et ils étaient, en fait, des chercheurs qui ne faisaient aucun effort pour chercher des méthodes leur permettant d’étudier une culture différente de celle des Americanos. Les instruments utilisés ont été américains traduits en espagnol. Il y a eu une enquête très célèbre à l’époque, celle de Steward, où il ne disait pas que les Portoricains n’ont pas de culture parce que personne ne le lui pardonnerait. Sidney Mintz, par exemple, un de ces Américains réputés a énormément pâti du fait que son cadre d’analyse était en dehors de la réalité de Porto Rico. Quand je vais à Londres, je rencontre des étudiants d’Amérique latine à l’école ou dans d’autres écoles autour de Londres. Entre autres, il y avait Pablo Gonzalez Casanova du Mexique, Cardoso [du Brésil] et Camilo Torres de Colombie. Et vraiment, nous étions un groupe qui avait fait comme promesse de retourner dans nos pays et essayer de développer une science sociale de la libération. Et puis, c’était notre travail. Cela a causé beaucoup de problèmes à ceux qui ont voulu se distancier de cela.

28En revenant de l’université de Londres, l’Université de Porto Rico m’a donné une bourse d’études et la filière d’Études générales était à l’époque sous l’influence dominante de l’Université de Chicago. Ils m’on dit franchement qu’il n’y avait pas de place pour moi et donc que je devais aller travailler à la Faculté d’éducation. Et là, j’ai créé un Centre de recherche en éducation et j’ai commencé à élaborer des séminaires pour les professeurs et les étudiants des cycles supérieurs qui tentaient d’utiliser des techniques d’enquête, mais pour étudier la réalité de Porto Rico à partir d’un cadre différent de l’américain. Après, j’ai eu un poste dans le Centre de recherche sociale à la Faculté des sciences sociales. Le directeur, Miller Hansen, était en poste depuis 15 ans. Il n’a jamais appris l’espagnol. Ce qu’il faisait était d’employer des chercheurs americanos au Centre qui venaient passer l’hiver ici et avec des salaires fabuleux ».

  • 11 Angel « Chuco » Quintero Rivera était un sociologue portoricain, formé à la London School of Econom (...)
  • 12 Rafael L. Ramírez Vergara était un anthropologue portoricain, indépendantiste, critique du Parti po (...)
  • 13 C’est le nom donné aux adeptes du Parti nouveau progressiste (PNP), le parti politique qui demande  (...)

29GAM : Et comment réagissait la communauté portoricaine ?
LNF
 : « Non, non. Ils ont accepté. Je pense qu’ils n’étaient pas conscients de cela, vraiment. Pourquoi, par exemple, si vous preniez tous ces départements, la psychologie, la sociologie, tous les cadres théoriques étaient de la sociologie américaine. En fait, ni européen, ni même latino-américain... Et puis il y a un collègue étatsunien en sciences sociales, Bob Anderson, mais qui avait un point de vue différent des Americanos, entre autres choses il était indépendantiste, alors imaginez, un Americano. Même sa femme était indépendantiste. Et comme il avait un point de vue différent, il m’a offert le poste pour diriger le Centre de recherche sociale et je l’ai accepté. Et puis, nous avons imaginé de ne pas renouveler le contrat à l’un des gringos ! Après que son contrat ait expiré, il n’a pas été renouvelé. Après, j’ai essayé de recruter de nouveaux chercheurs portoricains tels que Chuco Quintero11, Rafael Ramírez12, des personnes qui n’avaient pas terminé leur thèse, mais le Centre pouvait les aider. Et nous établissions un plan de recherche en fonction des besoins de Porto Rico. En 1971, je suis licencié du Centre parce que les penepés13 ont pris le contrôle de l’université. J’ai été au Centre pendant trois ans et vraiment avec ce plan nous orientions la recherche à partir d’une perspective portoricaine, de la Caraïbe et d’Amérique latine ».

30GAM : Pouvez-vous commenter un peu plus sur la réception des enquêtes réalisées par des chercheurs étatsuniens, par exemple, PPR ?
LNF
 : « Vraiment, ces livres ont été célébrés ici par l’establishment académique parce que c’était un établissement académique qui avait… qui était développé dans les universités americanas et les livres eux-mêmes étaient une continuation de cette vision oppressive. Un autre exemple, ma thèse de doctorat portait sur l’accès des pauvres à l’enseignement supérieur de 1940 à 1960, avec la politique des populares, c’était une période où les universités étaient ouvertes aux pauvres. Mon étude montre qu’entre 1940 et 1960, les opportunités pour les pauvres ont diminué plutôt qu’augmenté et alors, cela contrastait avec la version des pouvoirs politiques. J’ai donné une conférence et la conférence a été publiée dans le journal San Juan Star. Je me souviens que Jaime Benítez m’a appelé et m’a dit : “Je veux voir comment nous pouvons faire pour corriger ces erreurs de la presse”. Et je lui ai dit : “Non, M. Benítez, aucune erreur, c’est ce que j’ai dit et c’est ce qui est. Vous êtes le chercheur ou le suis-je ?”. Le livre s’intitulait Recruitment to Higher Education in Puerto Rico (Nieves Falcón, 1965). Ma femme, une Philippine, elle ne comprenait rien. Parce qu’il y avait une attaque tous les jours. (...) Tous les jours. Et bien sûr, c’est un peu parce que c’est une science sociale qui examine la réalité portoricaine avec une perspective différente de l’oppresseur. Les chercheurs des sciences sociales à Porto Rico… le critère d’évaluation primaire, le colonialisme, n’apparaissait pas dans les enquêtes.

  • 14 Nieves Falcón évoque la période de la politique publique Porto Rico qui, visant à réduire et à cont (...)
  • 15 Roberto Sánchez Vilella fut, après Muñoz Marín, le deuxième gouverneur de Porto Rico (1965-1969) is (...)

31Aujourd’hui encore, avec tous les changements qu’ont expérimentés les sciences sociales, la mentalité coloniale existe toujours un peu. Il fut un temps où, par exemple ici, on a stérilisé plus d’un tiers des femmes pauvres14 et même l’Église catholique n’avait rien dit. L’émigration était une chose terrible ici. (...) Roberto Sánchez Vilella15, quand il était au Conseil de planification, il a passé un mémorandum qui disait que 100 000 Portoricains devaient quitter l’île toutes les années si l’on voulait garder la marge du développement. Alors, ce que vous voyez est toute cette force officielle qui contrôle également les sciences sociales. Lorsque Luis Muñoz Marín prend ses fonctions comme gouverneur, il nous associe à un groupe de chercheurs en sciences sociales dont le but est de chercher à justifier le Commonwealth d’un point de vue sociologique. Muñoz Marín a été parmi ceux qui ont fait l’effort de chercher un fondement scientifique à leur stratégie de domination. Et les sciences sociales ici étaient en fait des sciences sociales au service du pouvoir. »

32 À la différence de l’expérience vécue par Angelina Saavedra de Roca, Luis Nieves Falcón – chercheur militant et assez critique des politiques publiques du colonialisme – se retrouve confronté à de situations de conflit vis-à-vis du gouvernement étatsunien et de ses experts. On peut se rappeler du rejet qu’avait ressenti Sidney Mintz quand il enquêtait à Porto Rico avec les professeurs de l’université. L’entrée de Nieves Falcón au Centre de recherche sociale (CIS) en tant que directeur a changé le cours des événements dans le domaine des sciences sociales à l’Université de Porto Rico. Ainsi, avec sa volonté d’aider les missions de recherche menées par des Portoricains par rapport à celles menées par des Étatsuniens, les publications s’équilibrèrent d’une manière plus juste.

Remarques finales

33Les épisodes que nous venons d’évoquer pendant la période des années quarante et la fin des années 1960 montrent donc les moments de gloire, mais aussi de confrontation pour la science sociale étatsunienne à Porto Rico. Le type de recherche qu’elle a engendrée a suscité des tensions entre chercheurs étatsuniens et portoricains ; en revanche, comme le souligne Angelina Saavedra de Roca, les reformes économiques et sociales, que les investigations des premiers proposaient, amélioraient les conditions de la population portoricaine. Les désaccords scientifiques, révélateurs de tensions politiques, allaient se nuancer sous l’administration du Parti populaire démocratique qui militait pour la mise en place des reformes sociales métropolitaines sur le territoire portoricain. Sidney Mintz note que l’un des grands changements sociaux fut l’établissement de la loi fédérale étatsunienne sur le salaire minimum. Cela était évidemment une action nécessaire pour la justice et la dignité du travail. Jusqu’à sa disparition, Luis Nieves Falcón a dénoncé le statut colonial de Porto Rico, la précarisation sociale et l’économie de dépendance de l’île avec le Commonwealth. Bien que ses dénonciations fussent empiriquement fondées, elles n’auront plus d’écho. En 1968, avec la victoire du Parti nouveau progressiste, un nouveau contexte politique de bipartisme ne laissait pas de place aux regards indépendantistes sur l’avenir de Porto Rico.

34Les conversations sur les sciences sociales avec Sidney Mintz, Luis Nieves Falcón et Angelina Saavedra de Roca nous révèlent donc que les manières de sentir et de percevoir le pouvoir dans les processus coloniaux sont plurielles. La question des décisions, des désirs, des idées, des actions et des altérités emprunte, dans sa nature, pour le meilleur et/ou pour le pire, des chemins divergents dans les sciences sociales, tout autant que dans les questions touchant l’avenir politique.

Top of page

Bibliography

Chase, S. (1951). ‘Operation Bootstrap’ in Puerto Rico, Report of Progress : National Planning Association, États-Unis.

De Roca, A.S. (s.d.). El espiritismo como una religión: observaciones sociológicas de un grupo espiritista en un pueblo de Puerto Rico, Rio Piedras, Centro de Investigaciones Sociales, Universidad de Puerto Rico.‬‬‬‬

Duany, J. (2005). « Modernizar la nación o nacionalizar la modernidad ? Las ciencias sociales en la Universidad de Puerto Rico durante la década de 1950 », in S. Alvarez Curbelo y Raffucci, C., Frente a la Torre: Ensayos del Centenario de la Universidad de Puerto Rico, 1903-2003, Rio Piedras, La Editorial de la Universidad de Puerto Rico : 177-207.

Duncan, R. et al. (1979). “The Anthropology of the People of Puerto Rico”, Revista Interamericana. Studies of Puerto Rican Society and Culture, 8(1), Printemps.

Frank, A. (1966). “The Development of Underdevelopment”, Monthly Review Press, 18(4) : 4-17.

Hansen, M. (1953). “Training and Research in Puerto Rico”, The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 285(1) : 110-115.

Hansen, M. (1953). “Training and Research in Puerto Rico”, The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, 285(1) : 110-115.

Lapp, M. (1995). “The Rise and Fall of Puerto Rico as a Social Laboratory, 1945-1965”, Social Science History, 19(2) : 169-199.

Lauria-Perricelli, A. (1989). A study in historical and critical anthropology: The Making of the People of Puerto Rico, thèse de doctorat, The New school for social research, New York, États-Unis.

Lewis, O. (1969). La Vida, une famille portoricaine dans une culture de pauvreté : San Juan et New York, Paris, Gallimard.

Mintz, S. (1978). “The role of Puerto Rico in modern social science”, Revista Interamericana VIII(1) : 5-16.

Mintz, S. (1979). Taso : La vie d’un travailleur de la canne, Paris, Éditions Maspero.

Nieves Falcón, L. (1965). Recruitment to Higher Education in Puerto Rico, Rio Piedras, Editorial Universidad de Puerto Rico.

Nieves-Falcón, L. et E. Trèves (1978). « Les mécanismes de la domination culturelle à Porto Rico », L’Homme et la société, Mass média et idéologie — Impérialisme et fronts de lutte, n ° 47-50 : 105-118.

Steward, J. (1956). The People of Puerto Rico: A study in social anthropology, Illinois, University of Illinois Press.

The Rockfeller Foundation (1948). The Rockefeller Annual Report, URL : < http://assets.rockefellerfoundation.org/app/uploads/20150530122155/Annual-Report-1948.pdf>.

Top of page

Notes

1 Les entretiens ont été réalisés entre février-mars 2012 à Porto Rico.

2 Luis Nieves Falcón est décédé le 10 mars 2014.

3 La traduction en français est Maintenant, au boulot. En espagnol il est connu comme l’Operación Manos a la Obra.

4 Populaires est un adjectif qui désigne les partisans du Parti populaire démocratique.

5 Le numéro de la revue de l’Université Interaméricaine est « Anthropology of The People of Puerto Rico », (1978, printemps), Studies of Puerto Rican Society and Culture, VIII(1), 76 pp.

6 Central Intelligence Agency.

7 Identities est une revue internationale de la maison d’édition Routledge.

8 Les « agregados » étaient les travailleurs sans-terre qui avaient construit leurs maisons dans la ferme de leurs patrons.

9 Voir le documentaire : La Operación (1982) de la réalisatrice Ana María García, distributeur CinemaGuild.

10 Ramón Emeterio Betances (1827-1898) et Eugenio María de Hostos (1839-1903) étaient deux intellectuels nationalistes portoricains.

11 Angel « Chuco » Quintero Rivera était un sociologue portoricain, formé à la London School of Economics, l’un des fondateurs du Centre d’Études de la Réalité portoricaine à l’Université de Porto Rico.

12 Rafael L. Ramírez Vergara était un anthropologue portoricain, indépendantiste, critique du Parti populaire démocratique et ancien directeur du Département de sociologie et anthropologie de l’Université de Porto Rico.

13 C’est le nom donné aux adeptes du Parti nouveau progressiste (PNP), le parti politique qui demande que Porto-Rico soit le cinquante et unième État des Etats-Unis.

14 Nieves Falcón évoque la période de la politique publique Porto Rico qui, visant à réduire et à contrôler la population, avait promu la stérilisation des femmes.

15 Roberto Sánchez Vilella fut, après Muñoz Marín, le deuxième gouverneur de Porto Rico (1965-1969) issu du Parti populaire démocratique.

Top of page

List of illustrations

Title Photographie 1. Coupeurs de canne à sucre au repos, Rio Piedras, Porto Rico
Credits Source : Jack Delano, 1941, Library of Congress, États-Unis; http://www.loc.gov/​pictures/​item/​fsa1992000436/​PP/​
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8785/img-1.jpg
File image/jpeg, 360k
Title Photographie 2. Coupeur de canne et sa femme, Rio Piedras, Porto Rico
Credits Source : Jack Delano, 1941, Library of Congress, États-Unis; http://www.loc.gov/​pictures/​collection/​fsac/​item/​fsa1992000421/​PP/​
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8785/img-2.jpg
File image/jpeg, 204k
Top of page

References

Electronic reference

Giselle Avilés-Maldonado, « « Pepe, regarde ! Les experts arrivent ! » : Porto Rico comme laboratoire des sciences sociales », Études caribéennes [Online], 33-34 | Avril-Août 2016, Online since 25 July 2016, connection on 23 September 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/8785 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.8785

Top of page

About the author

Giselle Avilés-Maldonado

L’École des hautes études en sciences sociales (Paris), Membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS) ; Doctorante en anthropologie ; gisellemarie.aviles@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org