Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

La production de l’espace touristique de l’Île-à-Vache (Haïti) : illustration du processus de développement géographique inégal

Production of Tourism Space of Île-à-Vache (Haiti): Illustration of the Process of Inequal Geographic Development
Sadais Jeannite et Dominic Lapointe

Résumés

L’article présente comment les enjeux et les relations socioéconomiques qui sous-tendent la construction des discours sur le développement touristique influencent les pratiques matérielles dans le processus d’appropriation des territoires. Il soutient que les jeux de pouvoir, les valeurs et les croyances constituent un ensemble de relations fabriquant les discours des différents groupes et classes dans un territoire touristique. Ces discours modèlent, à travers des pratiques matérielles, l’espace touristique. Il démontre que l’enchevêtrement de ces relations complexe dans l’étude de cas réalisé sur l’Île-à-Vache. En fait, le « confort existentiel » que recherche le touriste y joue un rôle essentiel. Il influence le discours hégémonique des acteurs dominants et dicte les décisions d’aménagement des destinations touristiques. Dans le cadre de la production et de la mise en tourisme de l’Île-à-Vache, il permet d’expliquer le mécanisme des d’accumulation capitalistique par dépossession dans le processus de développement géographique inégal.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’instar de nombreux pays de l’espace caribéen, Haïti mise sur le tourisme comme un pilier stratégique pour contribuer à la croissance de son économie et réduire la pauvreté (Dupont, 2009). En effet, grâce aux divers atouts dont elle peut se prévaloir — beauté naturelle, culture fascinante, histoire remarquable, sites et monuments, art et artisanats réputés —, cette industrie se révèle un levier potentiel de création de valeurs ajoutées permettant d’élargir la base de l’essor économique en stimulant la production intérieure et la création d’emplois. Nonobstant ces nombreux avantages comparatifs, le tourisme peine aujourd’hui à jouer son rôle prééminent de catalyseur de développement permettant de pourvoir les possibilités aux individus afin de mener pleinement leur existence. Pourtant, Haïti a été parmi les pionniers et l’une des destinations les plus prisées dans la région caribéenne au courant des années soixante. Les décennies quatre-vingt et celles qui s’en suivent ont vu l’activité touristique se contracter très fortement et celle-ci procure des retombées de plus en plus marginales sur l’économie. Aussi, le nombre des arrivées de touristes a chuté considérablement passant de 239 200 en 1987 à 108 868 en 2004 (ministère du Tourisme, 2012), soit une baisse de plus de la moitié (-54,5 %) en dix-sept ans. Cette décélération de la fréquentation a engendré conséquemment une baisse substantielle des revenus touristiques. Selon la Caribbean Tourism Organization (CTO, 2013), les gains de recettes du tourisme haïtien s‘évaluent en 2014 à environ 54 millions de dollars américains, soit environ 10 % de ses exportations totales. De plus, sa contribution au produit intérieur brut accuse une faible proportion se mesurant à environ 4 % et ce secteur n’emploie que 5,2 % de la population active alors que la moyenne mondiale se chiffre à 12 %.

2Fort de ces résultats mitigés le gouvernement haïtien s’est alors résolu à introduire un nouvel équilibre dans l’univers du tourisme caribéen en redonnant à son pays la place qu’il a perdue jadis. À cet égard, il formule un ensemble de politiques publiques pour garantir la relance du secteur. Ce programme de développement touristique mentionne « un imposant projet haut de gamme […] mis en œuvre dans le sud du pays », sur l’Île-à-Vache (Alterpresse, 2013 ; Le Nouvelliste, 2013). Ce projet consiste à doter cet espace d’un aéroport international, des infrastructures routières et des établissements hôteliers de première classe, d’un terrain de golf, des fermes et des « villages touristiques » avec des clubs cafés, boutiques et boîtes de nuit. Le gouvernement précise que ces investissements devraient servir en substance de locomotive à la dynamisation la vie sociale et économique de la population locale. Pourtant, bien loin de susciter l’optimisme d’une amélioration de leurs conditions d’existence, l’exécution de ces activités traîne dans son sillage, pour les riverains de l’île, de nombreuses interrogations. Alter presse (2014) rapporte que, pour déployer ces attractions sur les sites convoités, des agriculteurs se font exproprier de leur terre et des pécheurs déposséder de leur habitation. Sarrasin et Renaud (2014 : 9) précisent que ce groupe d’acteurs, conscients de leurs « intérêts à long terme », se montre manifestement disposé à se battre contre toutes formes d’exclusion dans le processus d’appropriation du territoire.

3Ainsi, dégageons-nous au cœur de cette dynamique une dialectique de fond mettant en confrontation deux discours traduisant deux visions divergentes de la transformation de l’espace et de sa mise en tourisme. La première, dominante et portée par l’État, promeut un tourisme dit durable, mais exclut la population locale et transforme fortement l’écosystème. La seconde, marginale et véhiculée par les locaux, défend une appropriation territoriale dans une logique de coproduction. Alors, la démarche d’explication de ces forces opposées inhérentes à cette mise en tourisme soulève une question centrale : comment les relations socioéconomiques qui sous-tendent la construction des discours des acteurs sur le développement touristique de l’Ile-à-Vache influencent-elles les pratiques matérielles dans le processus d’appropriation de l’espace touristique ?

4Nous abordons l’étude en deux étapes. Dans un premier temps, nous présentons l’Île-à-Vache, le projet dont il est l’objet et ses enjeux pour les groupes d’acteurs protagonistes ; ensuite, la deuxième étape proposera une lecture par la théorie du développement géographique inégal (Harvey, 2010) pour mettre en lumière les rapports sociaux spatiaux à l’œuvre dans le fétichisme de la marchandise (Marx, 1867) qu’est le « confort existentiel » du touriste dans le processus de la production de territoire touristique.

5Pour réaliser cette étude, nous nous orientons vers une approche socioconstructiviste de la production de l’espace touristique. Nous saisissons notre objet sous le prisme de la géographie critique en nous appuyant sur l’analyse interprétative et compréhensive des discours des acteurs (celles et ceux qui s’expriment) dans l’espace public. Pour cela, nous avons choisi les outils méthodologiques suivant la recherche documentaire à partir d’articles scientifiques et de journaux. Nous avons analysé un corpus constitué de 33 articles de presse, publiés dans 12 médias nationaux et étrangers sur la période allant de juin 2013 à avril 2015. Nous avons cherché à décrire à l’aide de la théorie du développement géographique inégal (Harvey, 2003) le phénomène d’accumulation par dépossession dans le cadre de la mise en œuvre du projet. La démarche se veut d’abord descriptive c’est-à-dire qu’elle identifie le phénomène à l’aide des faits et des actions ; ensuite analytique en analysant la valeur explicative de ces discours (concepts, idées, etc.).

1. Ile-à-Vache : un territoire sous tension touristique

6Située dans le département Sud d’Haïti, l’Île-à-Vache est un petit joyau insulaire baigné par la mer des Caraïbe (Figure 1). Elle regorge de plages vierges d’une beauté spectaculaire. L’île contient aussi un écosystème empreint d’une extraordinaire biodiversité où se côtoient de nombreuses espèces rares. Elle s’étend sur une superficie de 45,5 km2 et compte 14 000 habitants qui pratiquent jusqu’à récemment une économie axée essentiellement sur l’agriculture et la pêche (ministère du Tourisme, 2012). La population est concentrée dans quatre (4) localités (Figure 1) soit à Madame Bernard, Caille-Coq (Kakok), Gros-Morne et La Hatte (Sarrasin et Renaud, 2014). La plupart des habitants sont localisés dans l’ouest de l’île et n’ont accès à aucun service public (Sarrasin et Renaud, 2014). Mis à part quelques groupements de panneaux solaires, les infrastructures électriques sont tout simplement inexistantes. Sarrasin et Renaud (2014) rapportent que l’eau potable est disponible à partir de puits éparpillés sur le territoire. Actuellement, les infrastructures touristiques sont concentrées sur la pointe ouest de l’Île où se trouvent les hôtels de luxe AbakaBay et Port Morgan qui comptent environ vingt chambres chacun. Chaque hôtel possède un quai d’embarquement, un système de génératrice électrique au mazout, une liaison satellite et une connexion internet par réseau 3G. On retrouve aussi un établissement hôtelier intermédiaire possédant son quai et proposant dix chambres rudimentaires. Enfin, deux habitants sont en mesure d’héberger les visiteurs dans leur maison et il existe un petit hôtel communautaire au lieu-dit de Madame Bernard (Sarrasin et Renaud, 2014).

71.1. Le contexte socioéconomique

8C’est donc dans ce fragile contexte socioéconomique que le gouvernement haïtien décide de réaliser le gigantesque projet de développement touristique de l’île. Ce dernier constitue, selon Sarrasin et Renaud (2014), « une révolution à plusieurs niveaux ». D’abord, cette révolution est territoriale, avec la mise en place d’infrastructures d’accueil touristique moderne tel que cité à l’introduction. Ensuite, elle est économique et sociale, par la création d’un village créatif pour la production d’objets d’art et d’artisanat, la construction d’une école de formation aux métiers du tourisme ; une école de navigation ; la mise en place de fermes insulaires avec culture sous serre, apiculture et aquaculture (ministère du Tourisme Haïti, 2013 : 38-40). Toutefois, cette vision n’est pas partagée par tous les acteurs, et des positions antagonistes émergents.

Figure 1. Le département Sud d’Haïti et l’Île-à-Vache

Figure 1. Le département Sud d’Haïti et l’Île-à-Vache

Sources : Ministère du tourisme, République d’Haïti

9Les positions antagonistes des groupes d’acteurs locaux créent une situation d’incertitude pour la poursuite des activités par les groupes d’acteurs hégémoniques. Cette opposition s’exprime manifestement sous la forme d’un dualisme mettant aux prises deux grands groupes de protagonistes. Le premier représente les intérêts des locaux et se positionne contre le projet. Le second expose la position de ceux qui soutiennent la réalisation du projet : les promoteurs. Ces forces opposées sont en concurrence permanente les unes avec les autres pour imposer leurs préférences quant à l’instrumentalisation de l’espace par des modes privilégiés de savoir, d’actions et surtout de sens qui doivent présider sa construction.

10Sous ce regroupement d’acteurs se retrouvent les communautés de pêcheurs et d’agriculteurs qui sont menacées d’expropriation. Ils sont la partie prenante occultée par le projet. Le plan de développement proposé mentionne ceux-ci seulement à deux reprises et présente l’Île-à-Vache avec un discours qui évoque une île déserte et paradisiaque plutôt qu’un espace habité.

11Dans ce contexte, la population locale a pris une position d’opposant au projet, car ils sont naturellement liés par un intérêt commun : se défendre contre la velléité du gouvernement de les déposséder de leur foncier. Selon Sarrasin et Renaud (2014), ces acteurs sont appuyés dans leurs actions par des acteurs individuels ou institutionnels provenant du milieu caritatif et privé. Les principaux objectifs de ceux-ci sont de protéger le milieu naturel et d’assurer le développement social. En effet, le projet pousse la population locale à passer d’une économie résidentielle axée sur la maîtrise de leurs moyens de subsistance, à une intégration à l’économie mondiale via le salariat touristique contrôlé par des acteurs exogènes à l’île.

121.2. Les promoteurs du projet

13Il n’est pas anodin que ce groupe d’acteurs soit particulièrement conduit par le ministère du Tourisme. Cette institution, qui détient la charge de diriger la politique du gouvernement en matière touristique, incarne l’instigateur de ce projet et oriente toute forme de pratique matérielle dans l’espace. Pour ce faire, il se dote d’un ensemble de moyens d’action réglementaires et financiers, tel l’arrêté présidentiel déclarant zone réservée et zone de développement touristique le territoire de la Commune de l’Île-à-Vache. L’analyse en surface montre que ses intérêts portent sur le développement économique et la cohésion sociale dans l’espace en production. Mais, l’examen en profondeur dévoile que la réussite de ce projet servirait de tremplin pour séduire un électorat réceptif à des programmes à prétention de développement économique. Il est rejoint par d’autres organismes gouvernementaux, des investisseurs à la fois locaux et étrangers, des firmes de consultation et d’exécution pour constituer le groupe de promoteur du projet. Porteur du discours prééminent, ils accentuent leurs actions et leurs pratiques dans le déni de reconnaissance des acteurs locaux, avec pour objectif principal de sécuriser les investisseurs étrangers et le marché touristique.

2. L’Île-à-Vache : une illustration du mécanisme socioéconomique d’accumulation par dépossession dans la construction de l’espace touristique

14Du point de vue de la géographie critique, le concept d’espace, contrairement à la logique homo economicus faisant signifier l’organisation de l’espace comme le produit des agents économiques rationnels qui l’instrumentalisent pour minimiser leurs coûts de production, participe de l’inspiration du paradigme phénoménologique, comme le démontre Lefebvre (1974), d’une compréhension de l’appropriation des humains qui l’investissent. Il est en effet la résultante de l’énergie d’un ensemble de relations sociales. L’espace est imprégné de représentations du vécu des individus qui construisent sa réalité en fonction de logiques sous-jacentes marquées d’une forte composante discursive indissociable entre autres de leurs expériences, de leurs savoirs et de leurs valeurs (Staszak, 2006 : 389). Mais surtout, il constitue, observe Lefebvre (1974), un système fabriqué par un discours hégémonique, porté par des groupes d’acteurs dominants, qui s’exprime par des pratiques matérielles en fonction de leurs intérêts propres, de leurs positions sociales et des modèles socioculturels.

15Ainsi, dans le prolongement de cette réflexion de la critique sociale de l’espace appliquée à l’ontologie du tourisme, Amirou (2012 : 83) qualifie l’espace touristique comme fondamentalement une réalité construite d’un territoire travaillé par une logique multidimensionnelle (historique, économique, sociale…) de l’activité humaine pour des pratiques de loisir et de distinction sociale. Le but ultime de sa fabrication demeure une forte attractivité pour les touristes. Amirou (2012 : 336) soutient que les chances de succès de tels lieux reposent sur leur capacité à créer dans l’imaginaire de ceux qui les fréquentent un endroit qui émerveille « la prégnance de leur émotion » par la qualité de leur cadre de vie. Cette conception de l’espace touristique au demeurant complexe, mais intelligible, présente les rapports que le touriste entretient avec l’espace. Elle enrichit la compréhension des horizons d’attentes du visiteur, socle sur lequel s’articulent les effets de sens que les acteurs investissent dans la production et la mise en tourisme de l’espace.

16Le marché touristique offre une large gamme de produits et de services qui touchent les émotions du touriste en quête d’un ailleurs et d’expériences « authentiques ». Ceux-ci constituent, dans une large mesure, l’expression des besoins et désirs (sources de sa motivation) sur lesquels se construisent ses horizons d’attentes. En effet, de l’édification d’installations à la mise en place de programmes de promotion, la mise en tourisme des territoires requiert la mobilisation de capitaux pour élaborer des programmes d’offres capables de répondre aux exigences de la demande. L’exigence de la demande du touriste liée à la sécurité et le confort que ce dernier définit comme une fonction essentielle de sa matrice de lecture de ses représentations de l’espace touristique guidant son système d’action lors de ses choix de voyage.

17La notion de « confort » s’inscrit dans cette réflexion à ses dimensions de la qualité du cadre de vie dans l’espace touristique. Il renvoie à une sensibilité, au sens de Sèze (1994), à l’égard des aspects environnementaux, tels que la qualité des équipements, les services urbains, les espaces verts et des formes visuelles architecturales. Il peut être compris à lumière de Le Goff (1994 : 264) comme le bien-être consommable, fait de satisfaction et de plaisir qui a « sa source dans la configuration de l’espace ». Il se traduit par conséquent, pour le touriste, par des fonctions objectives et pratiques, esthétiques et humaines de son cadre de vie. Le confort du touriste imprègne fortement la conception de la qualité perçue par les touristes des produits et services qu’ils consomment. Il représente le levier sous-jacent qui gouverne les actions du capitalisme dans la production de l’espace touristique. La quête du « confort existentiel » recherché par le touriste dans un ailleurs dépaysant et sécuritaire influence les pratiques matérielles des détenteurs de capitaux dans l’espace touristique. Ils dictent l’idéal de ce à quoi doit ressembler le modèle d’aménagement et le standard de qualité des infrastructures d’accueil.

18Dans le contexte de la construction de l’espace touristique de l’Île-à-Vache, le « confort existentiel » du touriste demeure la base essentielle de compréhension des relations socioéconomiques sous-jacentes aux mécanismes d’accumulation par dépossession enclenchée par les acteurs dominants. Le confort et la sécurité représentent la marchandise même qui, à travers son fétichisme (Marx, 1867), internalise les processus sociaux et économiques au cœur même du développement géographique inégal. Pour l’analyse, nous reprenons les quatre conditionnalités de la théorie du développement géographique inégal telle qu’élaborée par Harvey (2010).

3. La théorie du développement géographique inégal

19La théorie du développement géographique inégal repose sur quatre conditionnalités pour expliquer la différence de développement dans l’espace dans le contexte du développement et de l’expansion du processus d’accumulation capitaliste. Ces quatre conditionnalités sont : l’ancrage matériel des processus d’accumulation capitaliste dans la toile socio-écologique de la vie ; l’accumulation par expropriation ; l’accumulation du capital dans l’espace et le temps et les luttes politiques et sociales (Harvey, 2010). Nous présentons chacune de ces conditionnalités pour ensuite analyser le cas du développement touristique de l’Île-à-Vache à partir de chacune de ces conditionnalités.

20L’ancrage matériel du capitalisme dans la toile socio-écologique de la vie réfère à la capacité du système d’accumulation capitaliste à transformer en marchandise les aménités environnementales et sociales. En effet, l’activité capitaliste s’inscrit dans un espace-temps précis, une réalité spatio-temporelle. Le processus d’accumulation capitaliste implique une réorganisation des processus naturels et sociaux dans cet espace-temps afin de rendre ceux-ci compatibles avec le processus d’accumulation. Cette réorganisation passe par des changements dans les représentations de l’environnement, de la culture, mais aussi par des changements administratifs et légaux. Le tourisme s’inscrit dans cette dynamique d’expansion du capitalisme en s’appuyant sur des aménités non marchandes telles que le paysage, la culture, l’ambiance, le dépaysement associés à un lieu (Overton, 2010; Britton, 1990) pour ventre des prestations, hébergement, restauration, souvenirs, etc.

21Cette réorganisation nous amène à la source de l’accumulation par dépossession. Cette deuxième conditionnalité est la continuité de ce que Marx (1867) appelait l’accumulation primitive. L’originalité de la théorie élaborée par Harvey (1990 ; 2010) repose sur le postulat que le processus de dépossession est toujours à l’œuvre et fait partie inhérente du système d’accumulation capitaliste. Ce dernier s’accroît à travers la capacité d’une classe capitaliste à s’approprier le surplus de valeur, à le faire circuler et à le faire profiter. Cette appropriation peut se faire par la force, l’expropriation, la recombinaison des conditions politiques et sociales de l’accumulation ainsi que par la transformation des valeurs et représentations sociales associées à certaines marchandises.

22Dans le cas du tourisme, l’accumulation par dépossession peut se faire par la transformation des valeurs investies dans l’espace, le paysage et la culture. Là où les formations sociales et politiques prétouristiques s’inscrivaient dans des relations de production de subsistances agraires ou de sens collectif, via des manifestations culturelles, de nouveaux acteurs transforment ces lieux en espace de loisirs et de contemplation. Pour rendre possible cette transformation des valorisations de l’espace, il y aura, entre autres, changement dans la tenure du sol, de la structure d’emploi, ainsi que du cadre juridique (Britton, 1990; Harvey, 2010 ; Overton, 2010).

23Cette dépossession pour avoir du succès doit toutefois, selon Harvey (2010), créer les conditions de la reproduction dans le temps de la capacité d’accumulation du capital. Ces conditions reposeraient sur sept éléments dont nous retiendrons pour la présente recherche que trois d’entre eux : l’échange marchand, les infrastructures de production et l’État interventionniste. En effet, pour qu’il y ait accumulation, il doit y avoir une transformation de relations socio-environnementale pour que celles-ci deviennent des relations marchandes, qu’elles soient transformées en commodités (Britton, 1990 ; Overton, 2010). L’activité touristique va ainsi amener dans l’échange marchand des aménités a priori non marchandes présent dans la toile socio-écologique de la vie. Que ce soit les manifestations culturelles, des écosystèmes rares ou encore des paysages, ceux-ci devront pouvoir générer des échanges marchands, directement via des droits d’accès ou indirectement via des produits tels que l’hébergement ou la restauration. Cet échange marchand sera facilité par la présence d’infrastructures de transport pour amener les visiteurs à destination et des infrastructures touristiques comme des hôtels et des équipements de sport. Finalement, les conditions d’investissement et d’accumulation seront maintenues et même défendues par un état interventionniste qui encourage et institutionnalise l’échange marchand et l’accumulation capitaliste entre autres au nom de la croissance économique et la lutte à la pauvreté.

24La quatrième conditionnalité est celle des luttes sociales et politiques. En effet, le processus d’expansion du mode d’accumulation capitaliste n’est pas sans créer des résistances. En effet, face à la dépossession et à la concentration des surplus de la production dans les mains d’une classe dominante, les acteurs sociaux se mobilisent et proposent des représentations alternatives au processus d’accumulation capitaliste. Ils formulent à travers un discours de résistance les problèmes sociaux et économiques générés par le processus d’accumulation par dépossession. Les acteurs sociaux, dans leur mobilisation, deviennent le révélateur de la dialectique inhérente au développement géographique inégal où au nom d’un développement vertueux et désirable, le processus d’accumulation laisse en plan et marginalise une partie de la population.

25Maintenant, reprenons chacune de ces conditionnalités pour analyser le processus de développement à l’œuvre dans le projet de l’Île-à-Vache.

3.1. Éléments socio-écologiques du projet

26La construction de la destination de l’Île-à-Vache exprime lisiblement le mécanisme de la marchandisation des processus sociaux pour l’accumulation capitalistique. Les composantes du projet démontrent clairement la volonté d’institutionnaliser certaines traditions culturelles telles que l’histoire, les rituels, les modes de vie des locaux et même les relations interpersonnelles (rencontre des touristes avec les locaux) en vue de les instrumentaliser à des fins mercantiles. Les promoteurs du projet construisent des musées de l’histoire et de la culture destinés non pas au développement du capital socio-culturel des locaux ou à des fins pédagogiques, mais uniquement à la consommation touristique. Cette mise en scène de l’identité de la population locale dans le processus de fabrication de l’attraction touristique transforme les rapports sociaux entre le visiteur et le visité en objets d’échange touristique marchands. Le mode de vie de l’un devient objet de loisir de l’autre. De plus, ils transforment le cadre naturel et la qualité du paysage en produit touristique. En claire, cette inscription par la muséification des processus sociaux dans la toile socio-écologique de la vie participe de la domination de leur marchandisation pour générer des surplus de valeur à l’échange.

3.2. Accumulation par dépossession et concentration de l’accumulation

27L’accumulation du capital dans le processus de production de la destination Île-à-Vache est surdéterminée par le retour sur les investissements consentis dans les infrastructures touristiques (hôtel, attractions, restaurant, etc.). Le mécanisme qui l’explique se manifeste sous deux fronts distincts, mais complémentaires : la coercition des pouvoirs publics et la prédation du système de marché. Le premier est direct et se fait par des arrangements politico-juridiques et le second indirect et économique se manifeste par des subterfuges du marché. Dans le premier cas, l’État mobilise son pouvoir régalien – promulgation d’un arrêté présidentiel déclarant l’espace « zone de développement touristique » — pour libérer le foncier et y accorder un accès préférentiel aux investisseurs. Il complexifie par cet acte le système socioéconomique tel qu’exigent les conditions de domination de la production et de l’appropriation des excédents du système touristique. L’usage de l’argumentation juridique sert dans ce contexte à coder subtilement le mécanisme d’expropriation en vue de sa légitimation et de son acceptation, car il se révèle initialement nécessaire à la mise en place des mécanismes économiques.

28Pour ce qui est de l’expression du second, le pouvoir public formule un ensemble de stratégies de politique d’investissements sur invitation pour doter l’espace de conditions matérielles et objectives d’accueil et de divertissement, par exemple des hôtels, un aéroport, un club de sports, etc. Le déploiement de ce plan, peut-on observer, se diffuse par le recrutement sur appels d’offres d’un groupe select d’opérateurs économiques qui viendront courir le risque de la production. Or, les décisions d’investissement de ces détenteurs de capitaux se jouent essentiellement sur les possibilités de « congélation » d’actifs (Batou, 2015) dont la rentabilisation n’est attendue qu’à long terme. Ils doivent par conséquent s’assurer de dégager sur de longues périodes des profits espérés substantiels. Le profit – défini dans ce cadre comme la plus-value de la valeur d’usage de l’espace touristique constitué du paysage naturel et de la culture des visités — est essentiel pour le capitaliste, car il représente le gage de l’accumulation élargie. Son obtention est liée non seulement au fonctionnement des rapports sociaux de production, mais aussi à l’existence d’un marché de touristes solvables — fondement du système touristique. Donc, leur prise de risque est fortement conditionnée par une demande soutenue de fréquentation et de consommation de l’espace touristique.

29Par ailleurs, le marché de touriste formule implicitement aussi ses exigences. Le client-roi — l’armée de touristes — désire visiter des espaces touristiques conforment à ses attentes de confort et de sécurité. Il veut percer les énigmes d’un ailleurs inconnu qui lui procure son « confort existentiel » de l’homme post-moderne et la sécurité des lieux pour s’immuniser contre le regard suspect de la société d’accueil. La garantie de la satisfaction de ce couple de besoins motivera en effet sa décision de se rendre à une destination ou à une autre. Ainsi, les planificateurs de l’espace touristique se retrouvent obligés d’offrir des installations qui tiennent compte de ses intransigeances. Ceci étant, les villageois ne détiennent ni le savoir, ni l’expérience ni surtout les capitaux pour offrir ce cadre de vie répondant aux exigences de « confort existentiel » et de sécurité recherchées par le touriste. De ce fait, ils sont tout simplement expropriés de leur foncier et de leur culture pour faire place à une commodification de leur espace symbolique à travers les représentations dominantes d’îles tropicales désertes, ainsi que propre, sécuritaire et confortable. Cette commodification permettra de concentrer l’accumulation chez les quelques opérateurs qui auront été à même de se qualifier pour profiter des mesures mises en place par l’État pour développer le produit touristique et s’accaparer l’usage et l’échange des infrastructures qui seront érigées sur l’île.

3.3. Mobilisation sociale

30La construction de l’espace touristique de l’Île-à-Vache a pour conséquence de substituer le mode de vie préexistant, articulé autour de l’agriculture et de la pêche, à la diffusion d’activités économiques et sociales rationalisées pour l’accumulation capitalistique. En effet, cette transformation socioéconomique se faisant autour d’une nouvelle valorisation de l’espace dépouille les villageois de leur substrat d’être anthropologique en les contraignant d’abandonner des savoirs, des traditions et des valeurs qu’ils ont acquises sur plusieurs générations. Cette nouvelle valorisation de l’espace engendre un nouvel ordre de production qui place les locaux dans une position de dépendance et induit la concentration des capitaux financiers, voire sociale entre les mains des groupes d’acteurs dominants, l’État haïtien et les opérateurs étrangers. L’espace est instrumentalisé pour la production d’excédents, de leur appropriation et de leur concentration. Les subterfuges du système de marché conduiront les locaux en fin de compte à la ruine et les obligeront à échanger leurs moyens de production et d’existence traditionnels contre le bas salaire du marché du travail. Pourtant, ils ne se laissent pas faire. L’exécution du projet reçoit un accueil mitigé et divise la population quant au modèle d’appropriation de l’espace qu’il implique.

Figure 2. Le processus d’accumulation capitalistique

Figure 2. Le processus d’accumulation capitalistique

31Si l’on se penche sur l’opinion des habitants des localités concernées rapportés dans les articles de presse étudiés, un constat évident apparaît nettement : la majorité des citoyens réfute le projet. En effet, les enquêtes conduites par des organismes indépendants auprès de la population (DESAFRODH et al., 2014), les manifestations et rassemblements publics à vif débat témoignent ce rejet. Les citoyens justifient leur position par un argument de fond : la velléité du gouvernement d’exproprier les propriétaires fonciers au profit des multinationales touristiques (DESAFRODH et al., 2014). Ils tiennent par conséquent une forte résistance aux intentions du gouvernement d’accaparer leur patrimoine au profit des intérêts d’autrui.

32Pourtant, quand on examine leur discours, on s’aperçoit que leur réaction semble plutôt vouloir combattre la manière dont le gouvernement s’approprie le processus de développement de l’île (Le Nouvelliste, 2014 ; DESAFRODH et al., 2014 ; Sarrasin et Renaud, 2014). En effet, historiquement, cette contrée a toujours été habitée essentiellement de propriétaires constituant une vaste communauté d’individus peu prospères, mais libres, cultivant leur terre pour assurer leur survie. L’activité touristique représente pour eux une forme inédite d’organisation productive qu’impliqueraient de nouvelles perspectives sociales et économiques. Ils espéraient contribuer pleinement à ce développement en ayant aussi l’opportunité de prendre le risque de l’activité productive et d’intégrer le système de marché. Par contre, ce qu’ils voient venir à l’annonce du projet ressemble plutôt à une énorme vague d’expropriation foncière. Ils sont complètement écartés du processus d’appropriation et de la transformation de l’espace qu’ils ont contribué pourtant à façonner. Méfiants, ils se mobilisent pour contrer les manœuvres visant à briser, par des moyens détournés, les liens les attachant avec leur propriété. Ils proposent donc une configuration différente de l’utilisation de la toile socio-écologique de la vie où leurs pratiques agraires et halieutiques pourraient être au cœur même du produit touristique. Dans cette vision du développement touristique de l’île, le confort existentiel du visiteur ne serait plus une marchandise fétichisée qui joue le rôle d’écran pour camoufler l’objectif de garantir une sécurité pour les investisseurs par la dépossession foncière et symbolique.

Conclusion

33La réflexion qui se forge autour du questionnement démontre que derrière la marchandisation de l’espace touristique se trouve un discours de sécurité et de confort pour les touristes. La mise en place de celui-ci se fait dans un processus de dépossession qui favorise la concentration de l’accumulation au profit de quelques acteurs privilégiés dans une perspective de compétition internationale. Mais les acteurs locaux ne sont pas totalement passifs et des modes de résistances se mettent en place. L’exemple de la mise en tourisme de l’Île-à-Vache met en évidence l’appétit démesuré des forces capitalistiques pour l’accumulation capitalistique par dépossession, avec l’aide des fonctions régaliennes de l’État. Il est révélé que ces pratiques sont exercées en effet dans le déni complet de reconnaissance des acteurs locaux qui, de plus, sont dépossédés de leurs seuls moyens de survie : leur terre et ses ressources.

34La quête du confort du touriste apparaît comme un élément clé pour comprendre les relations manifestes entre le touriste et les acteurs sociaux, politiques et économiques qui influencent les pratiques matérielles dans un contexte de production de territoires touristiques. D’un point de vue appliqué, il est à la base de la conception de l’aménagement de l’espace touristique pour la plus grande satisfaction de ses visiteurs. Il influence les discours et la pratique matérielle qui animent l’espace touristique dans le cadre de la construction de l’Île-à-Vache. Les acteurs dominants tournent à leur profit cette exigence du client en tenant le contrôle sans partage du processus d’appropriation du territoire ; d’où des mobilisations sociales en opposition au projet qui tentent de proposer une vision différente du tourisme possible sur leur île.

Haut de page

Bibliographie

Alter Presse (2013). « Haïti-Tourisme/Ile-à-Vache : Des maisons détruites pour la construction d’un port à Madame Bernard », Alter Presse, Port-au-Prince.

Amirou, R. (2012). L’imaginaire touristique, Paris, CNRS Édition.

Batou, J. (2015). « Accumulation by Dispossession and Anti-Capitalist Struggles: A Long Historical Perspective », Science & Society, 79(1).

Britton, S. (1991). “Tourism, capital, and place: towards a critical geography of tourism”, in Environment and Planning D: Society and Space, vol. 9: 451-478.

Caribbean Tourism Organization (CTO) (2014). Latest Statistics 2013, St Michael (Babados).

DESAFRODH, DOP, FRAKKA, GARR, JILAP, PAPDA, POHDH, RNDDH (2014). Rapport d’enquête sur la situation de tension à Ile-à-Vache.

Dupont, L. (2009). « Cointégration et causalité entre développement touristique, croissance économique et réduction de la pauvreté : cas de Haïti », revue Études caribéennes, URL : < https://etudescaribeennes.revues.org/3780 >, n° 13-14.

Harvey, D. (2003). The New Imperialism, Oxford, Oxford UP.

Harvey, D. (2010). « Notes pour une théorie du développement géographique inégal », D. Harvey, Géographie et capital : Vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Éditions Syllepse

Lefebvre, H. (1974). « La production de l’espace », L’Homme et la société, Sociologie de la connaissance marxisme et anthropologie, n° 31-32 : 15-32.

Le Goff, O. (1994). L’invention du confort. Naissance d’une forme sociale, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Le Nouvelliste (2013). Activités de sensibilisation sur l’expropriation par des organisations sociales, Port-au-Prince

Marx, K. (1867 [1993]). Le capital, Paris, Presses universitaires de France.

Ministère du Tourisme (2011). Bulletin trimestriel de statistiques touristiques, Port-au-Prince, Service des statistiques et de recherches.

Overton, J. (2010). “The consumption of space: Land, capital and place in New Zealand wine industry”, Geoforum, vol. 41: 752-762.

Sarrasin, B. et L. Renaud (2014). « Quel tourisme pour Haïti : de la résilience à l’émergence d’une nouvelle destination ? », Revue Études caribéennes, URL : < https://etudescaribeennes.revues.org/6777>, n° 27-28.

Seze, C. (1994). Confort moderne une nouvelle culture du bien-être, Paris, Paris Autrement.

Staszak, J.-F. (2006). « Production de l’espace », dans S. Mesure et P. Savidan (ed.), Dictionnaire des sciences humaines, Paris, Presses Universitaires de France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le département Sud d’Haïti et l’Île-à-Vache
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Crédits Sources : Ministère du tourisme, République d’Haïti
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2. Le processus d’accumulation capitalistique
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sadais Jeannite et Dominic Lapointe, « La production de l’espace touristique de l’Île-à-Vache (Haïti) : illustration du processus de développement géographique inégal », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/8810 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.8810

Haut de page

Auteurs

Sadais Jeannite

Université du Québec à Montréal

Dominic Lapointe

Université du Québec à Montréal ; Professeur ; lapointe.dominic@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org