Navigation – Plan du site

Le tourisme international dans le monde : logiques des flux et confins de la touristicité

Olivier Dehoorne, Pascal Saffache et Corina Tatar

Résumés

L’histoire du tourisme international des cinquante dernières années peut être décomposée en trois temps : 1/ les décennies de 1950 à 1980, caractérisées par une démocratisation progressive du tourisme soutenue par une croissance économique inégalée ; 2/ la dernière décennie du vingtième siècle, celle d’une euphorie touristique qui voit les frontières s’ouvrir. La fin d’un monde bipolaire annonce bien des espoirs naïfs. Le champ des territoires ouverts au tourisme ne cesse de s’élargir. 3/ La fin du siècle annonce l’âge de maturité du tourisme. Après l’euphorie, les illusions et les désillusions d’un espace touristique mondial sans frontières, les faits, souvent dramatiques ont fait prendre conscience aux touristes la complexité d’un monde où les guerres n’ont jamais cessé. L’espace touristique mondial est articulé autour de trois bassins régionaux : plus de 75 % des flux touristiques internationaux, impulsés par les riches métropoles européennes, nord-américaines et asiatiques, se cantonnent à dans leur espace régional d’origine. La distribution des flux touristiques dessine une organisation en trois bassins distincts : par ordre d’importance, 1/ le bassin euro-méditerranéen, centré sur la Mer méditerranée, 2/ le bassin Asie orientale-Pacifique, autour des rivages de la mer de Chine, 3/ le bassin Amérique du Nord — Caraïbes, organisé autour de la « Méditerranée américaine ». Les discontinuités s’affirment entre des périphéries mal stabilisées, des prolongements très sélectifs, des marges oubliées ou exclues. Les climats d’insécurité qui touchent certains territoires touristiques visent à fragiliser des périphéries plus sensibles et contraignent l’espace touristique international à se rétracter.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En l’espace de trois décennies, les champs du possible se sont considérablement élargis pour le voyageur en quête de territoires ludiques, ultimes, parfois extrêmes, comme en témoigne l’épisode médiatisé lors de l’été 2007 de ces touristes russes portés disparus à la suite d’une randonnée en canoë sur la rivière Yurungkax, à plus de quatre mille mètres d’altitude, au cœur de la montagne Kunlun (dans la région autonome de Xinjiang, Chine). Les déplacements touristiques, toujours plus massifs, n’ont cessé de s’étendre à travers le monde. Réservées hier à quelques élites, ces mobilités internationales concernent aujourd’hui largement les populations des pays les plus développés ; l’Organisation mondiale du Tourisme [OMT] vient d’annoncer un nouveau record pour l’année 2007 avec 898 millions de touristes internationaux.

2Le tourisme représente d’importants enjeux économiques : ces flux, qui correspondent à des déplacements temporaires de consommateurs en vacances, s’accompagnent de transferts financiers importants. Le tourisme est l’un des premiers secteurs économiques avec 12 % du PNB mondial et 6,5 % des exportations mondiales. En termes d’emplois, le World Tourism and Travel Council estime que 231 millions de personnes travaillent en relation avec le tourisme dans le monde.

3L’extension de l’espace touristique, symbolisée par l’ouverture de territoires longtemps retranchés comme la Chine continentale, la Péninsule indochinoise ou encore l’Afrique australe, ne signifie pas pour autant un bouleversement de la hiérarchie mondiale. À l’exception de la percée chinoise et plus largement de la progression des marchés asiatiques, les grands équilibres demeurent. Les pays les plus anciennement touristiques, qui appartiennent également aux ensembles régionaux les plus riches, restent au cœur de la dynamique : ils sont les principaux pays récepteurs et naturellement les principales puissances émettrices. L’essor du tourisme international engagé au début des années 1960 a contribué effectivement à une plus large diffusion des flux au profit de nouvelles destinations qui fondent des espoirs importants sur ce secteur d’activité, mais le positionnement de ces nouvelles périphéries touristiques est souvent précaire et leurs marges instables.

4L’objet de cette étude, après avoir présenté les différentes étapes du tourisme international, est de mettre en évidence les logiques des flux dans l’espace mondial, en insistant sur l’importance des bassins régionaux, et de s’interroger sur les facteurs limitant sa diffusion spatiale.

1. Un siècle de croissance du tourisme international

1.1. Les flux touristiques : des limites statistiques

5Le tourisme international affiche chaque année des résultats records : l’année 2000 avoisinait le seuil des 700 millions d’arrivées, alors que ce chiffre n’était que de 25 millions en 1950 et de 285 millions en 1980. Cette remarquable croissance reflète les transformations de notre monde, notamment l’enrichissement des sociétés où les déplacements se densifient à mesure que progresse le niveau de vie. Les chiffres officiels doivent cependant être relativisés (Dehoorne, 2002), car ils sont tributaires des jeux de frontières qui accompagnent la reconnaissance des nouvelles nations, notamment celles issues de la décolonisation puis de la chute des régimes communistes d’Europe centrale et balkanique des années 1990, [dans le cadre de ces découpages, des flux jusqu’alors intérieurs devinrent internationaux comme dans le cas de la République tchèque (6 millions de touristes en 2004) et de la Slovaquie, où les déplacements transfrontaliers au profit des centres commerciaux tchèques sont désormais qualifiés de « tourisme de shopping » (Williams & Balà, 2002)] ; enfin, plus largement, l’évaluation des déplacements transfrontaliers et des flux de transit est assez complexe. La France, première destination mondiale, en est le meilleur exemple. Tout automobiliste allemand ou britannique traversant le territoire pour rejoindre des destinations méditerranéennes est comptabilisé en France comme touriste. Cette situation explique en partie la large domination de la France avec 75 millions de visiteurs internationaux (2004). À l’inverse, le voisin espagnol distingue bien les touristes séjournant sur son territoire (53,4 millions en 2004), des touristes en transit (quelque 30 millions supplémentaires).

6L’identification des flux touristiques présente des insuffisances. Les définitions des organismes officiels, trop générales, additionnent des flux strictement touristiques avec de nombreux autres déplacements. Ainsi, tout déplacement qui ne relève pas d’une migration (avec un visa de travail) finit par être assimilé à du tourisme (qu’il s’agisse de voyages d’affaires, de déplacements pour des raisons médicales ou religieuses, de visites familiales, voire de séjour d’études à l’étranger). Suivant cette logique, toutes les populations émigrées sont assimilées à des touristes lorsqu’elles retournent dans leur pays d’origine. Ces confusions expliquent par exemple la raison pour laquelle l’Algérie a accueilli officiellement 1,2 million de touristes internationaux en 2004. La situation est identique pour nombre de pays caribéens ayant une importante diaspora en Amérique du Nord ou en Europe (Audebert, 2006).

7Autre limite qu’il convient de souligner, « les arrivées de touristes internationaux désignent le nombre d’arrivées de visiteurs et non de personnes » (O.M.T.). Un même touriste est donc comptabilisé autant de fois qu’il franchit de frontières au cours de son voyage. Les résultats sont alors surévalués comme dans le cas des croisiéristes. Enfin, il ne faut pas oublier que derrière ces visiteurs internationaux se dissimulent aussi nombre d’émigrés potentiels qui n’ont d’autre alternative que de recourir à l’alibi touristique pour quitter leur pays. Ces « faux-touristes » tentent leur chance dans le pays d’accueil, où ils travaillent par exemple dans le secteur du tourisme, notamment dans l’hôtellerie et la restauration.

8Nonobstant les insuffisances soulignées, rappelons que ces résultats n’enlèvent rien à l’ampleur croissante des pratiques touristiques dans le monde. Le tourisme international concerne désormais 14 % de la population mondiale (2007) et avec des définitions plus rigoureuses, s’attachant notamment aux motifs des déplacements annoncés (loisirs, détente et vacances) (OMT), on peut raisonnablement considérer que 7 à 8 % de la population mondiale participe effectivement au tourisme international.

1.2. Une fin de vingtième siècle entre euphorie et réalisme

9La croissance du tourisme qui n’a cessé de s’affirmer tout au long du dernier demi-siècle peut être décomposée en trois temps. Ce sont tout d’abord les premières décennies, de 1950 à 1980, caractérisées par une période de pleine croissance qui soutint une démocratisation progressive du tourisme dans les économies les plus développées, comme l’illustre le fameux « ruissellement le long de la pyramide sociale » de M. Boyer (1999) qui « déborde le monde des rentiers pour s’étendre à la bourgeoisie puis aux couches sociales de plus en plus larges ». L’augmentation des revenus s’accompagne de nouvelles dispositions sociales qui favorisent le repos des travailleurs et le « droit aux vacances ». Les progrès en matière de transports participent à l’envolée, avec la diffusion de la voiture familiale dans les pays d’économie capitaliste (45 % des déplacements touristiques internationaux en 2005) et le déploiement des transports aériens, particulièrement les vols charters. L’aviation réservée aux voyageurs les plus riches dans les années 1970 devient l’un des modes de transports les plus utilisés dans le tourisme international (43 % en 2005) (Gossling & Hall, 2006). Des destinations qui semblaient lointaines comme Bali, les Antilles et Hawaii sont beaucoup plus accessibles. Cela se traduit par l’apparition progressive d’un tourisme de masse, avec des concentrations privilégiées de vacanciers dans des lieux renommés, comme sur quelques portions occidentales des côtes méditerranéennes. Dès le début des années 1950, l’Espagne de Franco a accueilli un million de touristes attirés par les plages, le soleil et l’exotisme à prix réduit (Apostolopoulos et al., 2001).

10La seconde phase correspond à la dernière décennie du vingtième siècle, celle d’une euphorie touristique : les murs tombent, les frontières s’ouvrent, les formalités douanières sont allégées. Cette décennie fut propice au tourisme international, à la tentation du tourisme international, pour des citoyens qui avaient jusque-là des habitudes de villégiature dans leur espace national. La fin de ce monde bipolaire annonçait bien des espoirs naïfs. C’était la chute du mur de Berlin, la réunification de l’Allemagne et la fin des démocraties socialistes en Europe centrale et orientale. Dans cet engouement, la Roumanie reçut 1,4 million de touristes dès 1990, surtout des voisins venus de l’Europe de l’Ouest. La Pologne se positionne aussi sur le marché européen (19,2 millions de touristes internationaux en 1995 contre 3,4 millions en 1990) tout comme l’Ukraine (19 millions en 2006) et la Fédération de Russie (20,2 millions en 2006).

11Dans les années 1990, le champ des territoires ouverts au tourisme ne cesse de s’élargir. Le contexte international est extrêmement favorable au tourisme. D’autres grands territoires font leur entrée sur le marché comme l’Afrique du Sud et la Chine. L’Afrique du Sud post-apartheid sort de son isolement et devient rapidement le leader du tourisme africain (8,4 millions en 2006). L’impact de l’ouverture de la Chine est considérable pour le tourisme : ce pays longtemps proscrit (seulement 17 877 visiteurs étrangers recensés en 1965) s’impose désormais sur la scène mondiale : 49,6 millions de touristes internationaux en 2006 (et 72 millions d’emplois en relation avec cette activité).

12La fin du siècle annonce l’âge de maturité du tourisme. Après l’euphorie, les illusions et les désillusions d’un espace touristique mondial sans frontières, des évènements dramatiques (attentats visant spécifiquement des touristes à Bali ou à Charm El-Cheikh, accidents aériens, etc.) ont rappelé aux touristes toute la complexité d’un monde où les guerres n’ont jamais cessé. Celui qui se croyait « neutre » en raison de son état temporaire de touriste a compris qu’il constituait désormais une cible potentielle, particulièrement vulnérable (Dehoorne, 2004 ; Sarrasin, 2004). Quelques faits divers relevés en cette fin d’année 2007 illustrent cette évolution : ce fut l’attaque meurtrière d’une famille de touristes français en Mauritanie ; pays dans lequel, au cours de la même période, deux touristes français ont péri et quatre autres ont été blessés dans un accident de ballon lors d’une tempête de sable. Sur l’île Maurice, des bandes se spécialisent dans l’organisation de guet-apens avec la complicité de jeunes filles. L’inventaire des butins présenté dans la presse locale est assez éloquent : « deux cartes de crédit, des devises étrangères, un appareil photo numérique, un Camcorder et une Playstation portable » (Mauritius Times). La Thaïlande n’est pas en reste entre les agressions à l’arme blanche lors de vols à la tire (à Phuket) et l’assassinat d’une jeune touriste japonaise qui visitait à bicyclette les ruines de la ville ancienne de Sukhothai, dans le nord du pays. Et même dans l’hôtel Sofitel de Marrakech, au bord de la piscine, deux touristes ont été agressées, toujours à l’arme blanche, par un individu qui avait escaladé le mur de l’établissement. Des polices spéciales sont donc mises en place pour veiller à la sécurité des touristes et les sanctions sont immédiates comme en Chine où l’assassin d’une touriste russe (dans la ville de Suifenhe, septembre 2007) fut condamné à la peine capitale dans les mois qui suivirent.

13Entre petite délinquance, criminalité organisée, aléas naturels et risques sanitaires, le touriste prend conscience des limites de son « œkoumène ». Quelques nouvelles destinations qui semblent réunir les conditions de sécurité nécessaires pour un bon séjour touristique s’agrègent au marché mondial (comme Cuba ou le Vietnam) tandis que d’autres, plus incertaines, connaissent des résultats aléatoires, voire sombrent dans l’oubli (par exemple la majorité des États africains).

Figure 1. Le tourisme dans le monde (1990-2005)

Figure 1. Le tourisme dans le monde (1990-2005)

1.3. Le tourisme international : des dominations bien établies

14La diffusion des flux touristiques à l’échelle mondiale laisse apparaître d’importants contrastes entre des régions dominantes — qui sont aussi les plus anciennement touristiques —, des destinations émergentes et d’importantes zones peu intégrées à l’espace touristique international (cf.figure 1).

15L’approche régionale met en évidence le poids prépondérant de l’espace européen qui concentre 54,6 % des flux internationaux (tableau 1). Avec 133,2 millions de touristes, les Amériques, et principalement l’Amérique du Nord, viennent en troisième position. Leur part relative n’est donc plus que de 16,6 %. L’importance de ces deux régions s’amenuise devant la progression du marché est-asiatique et pacifique qui, porté par une forte croissance économique, affiche la plus forte progression en particulier dans le nord-est asiatique où la croissance moyenne annuelle s’élève à 8,3 % sur la période 2000-2006 (la moyenne mondiale est de 3,6 % pour la même période). Un certain rééquilibrage s’opère donc depuis la dernière décennie au profit de l’Asie orientale.

16Les encourageantes croissances moyennes annuelles affichées par l’Asie du Sud, l’Afrique et le Moyen-Orient, avec respectivement 6,4 %, 6,5 % et 9,3 %, doivent être relativisées au regard des volumes particulièrement faibles de touristes reçus qui, cumulés, n’atteignent que 10,5 %.

Tableau 1. La répartition des arrivées touristiques internationales par continent

1970

1985

1990

1995

2000

2005

millions

%

millions

%

millions

%

millions

%

millions

%

millions

%

Europe

112,8

72,4

212

64,8

282,7

61,8

338,4

61,8

403,2

57,8

438,7

54,6

Asie de l’Est et Pacifique

4,5

2,9

31,1

9,5

54,6

11,9

81,4

11,9

110,6

15,9

147,3

18,3

Amériques

33,1

21,2

64,3

19,7

92,8

20,3

108,9

30,2

128,3

18,4

133,2

16,6

Moyen-Orient

2,1

1,3

7,5

2,3

9

2

12,4

2

21,2

3

38,3

4,8

Afrique

2 275

1,5

9,7

3

15

3,3

20,2

3,3

27,6

4

37,3

4,7

Asie du Sud

0,92

0,6

2,5

0,8

3,2

0,7

4,2

0,7

6,4

0,9

8

1

Monde

11,74

327,1

457,2

656,4

697,5

803

Source : O.M.T.

17La hiérarchie mondiale des premières nations d’accueil, dominée par la France, l’Espagne et les États-Unis, demeure assez stable (cf. tableau 2) ; les seuls changements notables sont le fait de pays asiatiques qui se hissent dans ce palmarès : la Malaisie, Hong-Kong et bien sûr la Chine, qui occupe désormais le quatrième rang mondial, devançant l’Italie et le Royaume-Uni. Quelques destinations d’Europe orientale (l’Ukraine, la Russie et la Pologne) figurent également parmi les vingt premières destinations, mais les volumes de touristes accueillis, peu stabilisés, fluctuent assez fortement d’une année à l’autre. La situation est identique pour la Turquie qui alterne des résultats très encourageants et des reculs préjudiciables pour son économie au gré des tensions régionales.

Tableau 2. Les vingt premières destinations touristiques mondiales, évolution 1980-2005

Île

Superficie (km²)

Population (en milliers)

Visiteurs internationaux

Durée de séjour (nuitées)

Chambres (b)*

Dépenses touristiques (millions $US)

Touristes (séjours)

Croisiéristes (en milliers)

Anguilla

Antigua.Barbuda

Aruba

Bahamas

Barbade

Curaçao

Domonique

Grenade

Guadeloupe

Îles Cayman

Îles Vierges US.

Îles Vierges brit.

Martinique

St. Kitt — Nevis

Ste Lucie

St. Martin

St. Vincent

Turques-Caïques

91

440

193

139

430

544

750

340

1706

260

150

349

1060

269

610

41

340

430

13

68

70

297

275

147

70

89

440

42

122

21

415

39

158

36

116

18

47

234

642

1510

531

218**

73

142

439

294

538

285**

453

71*

277

381**

791

164

62

400***

542

2970

559

319**

177

147

195

1819

1774

181**

269

255*

393

949**

49

8,5

7,2

8,0

4,9

10,2

8,7

11,2

7,2

5,4

6,5

4,5

9,9

13,2

8,7

9,6

5,0

10,6

7,7

1069

3185

7783

15 393

6781

3203

937

1734

8019

5428

5049

1688

6766

1754

4428

3065

1757

2210

60

300

861

1757

758

223

54

104

418*

518

1257

425

247

75

282

538

91

285*

* année 2001 ; ** année 2002 ; *** estimation

Source : OMT

18Les arrivées de touristes internationaux proviennent très largement des pays émetteurs voisins. Ainsi sur le marché français, les trois quarts de l’activité sont le fait de ressortissants de cinq États : des Allemands (20,4 %), des Britanniques (16 %), des Néerlandais (15,6 %), des Belges et Luxembourgeois (12,5 %) et des Italiens (8,6 %). La situation est identique sur le marché espagnol dominé par le Royaume-Uni (12,8 millions des touristes, soit 26,5 % du total) et l’Allemagne (11,4 millions ; 23,7 %). Aux séjours internationaux s’ajoutent également ceux des nationaux : par exemple, en Espagne, pour l’année 2000, il faut adjoindre 562 millions de nuitées réalisées par les résidents espagnols aux 402 millions de nuitées des touristes internationaux.

19L’intégration des nouvelles destinations est très progressive. Pour l’heure, les quinze premières destinations mondiales concentrent toujours 57 % des flux (2005) — bien que leur part se réduise graduellement : elle était de 68 % en 1990.

20Les dominations classiques persistent et quelques recompositions sont engagées sur les marges. La part des nouvelles destinations reste modeste, mais elles se multiplient et se positionnent sur le marché. Certaines ont d’ailleurs connu de remarquables progressions lors de la dernière décennie comme la Croatie (8,5 millions des touristes étrangers en 2005 contre 1,5 en 1995), la République dominicaine (3,5 millions en 2005 contre 1,8 dix ans plus tôt), le Vietnam (2,9 millions contre 1,35 en 1995). Sans modifier les équilibres établis, ces pays émergents caractérisent l’extension de l’espace touristique et, localement, pour les pays les moins développés, ces résultats peuvent soutenir des défis économiques fondamentaux.

2. Au cœur du système touristique, quelques puissances émettrices majeures

21L’organisation de l’espace touristique mondial est articulée autour des régions d’émission de touristes internationaux, dominées par les pays les plus riches, et des espaces d’accueil, de réception. Dans un premier temps, les logiques de diffusion ont privilégié une distribution classique correspondant au schéma centre-périphérie (Cazes 1992 ; Dewailly & Flament, 1993) : des espaces urbains et industriels vers des périphéries littorales ou montagneuses, des régions urbaines du Nord vers les franges méridionales. Mais le schéma s’est complexifié. La distribution des flux dans le monde laisse apparaître des chevauchements entre les espaces de réception et d’émission. Les puissances économiques organisent l’espace touristique et s’échangent l’essentiel des flux intercontinentaux (20 % du total des flux).

22Le palmarès des plus importants marchés touristiques au titre des dépenses reflète le dynamisme des différentes économies nationales. Les dix premiers pays émetteurs, avec à leur tête l’Allemagne, les États-Unis et le Royaume-Uni, sont à l’origine de 51 % des dépenses touristiques mondiales. En ajoutant les dix pays suivants, cette part atteint 70 % (cf. tableau 3).

Tableau 3. Les premiers marchés touristiques au titre des dépenses

Dépenses du tourisme international (en milliards de $US)

2002

2004

2006

Monde

487

633

733

Allemagne

52,5

71

74,8

États-Unis

58,7

65,6

72

Royaume-Uni

41,5

47,9

63,1

France

19,5

28,6

32,2

Japon

26,5

38,2

26,9

Chine

15,4

19,1

24,3

Italie

16,8

20,5

23,1

Canada

11,7

16

20,5

Féd. de Russie

11,3

15,7

18,8

Corée du Sud

9

9,9

18,2

Source : OMT

  • 1 En 2006, la Chine comptait 35 millions de familles apparentées à des classes moyennes. Les projecti (...)

23Les douze principaux pays émetteurs de touristes, répartis entre l’Europe (l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas, l’Italie, la Belgique et l’Espagne), l’Amérique du Nord (États-Unis et Canada) et l’Asie (le Japon, la Chine1 et la Corée du Sud), sont à l’origine de plus de 50 % des déplacements touristiques.

24L’évaluation des stocks de touristes passe d’abord par une prise en compte des niveaux de richesses des différentes sociétés. Les dynamiques économiques et sociales des différentes régions du monde sont perceptibles à travers l’évolution de ces départs. L’enrichissement des économies se traduit par une ouverture aux loisirs et au tourisme international, mais les disparités restent grandes au sein même de ces nations entre les métropoles qui concentrent les richesses (les activités les plus dynamiques et les mieux rémunérées, les personnels les plus qualifiés) et les logistiques de transport modernes, essentiellement aériens, indispensables au déploiement des stratégies internationales dirigées à partir de ces centres décisionnels.

25Les grandes aires urbaines sont au cœur des zones émettrices de touristes internationaux : elles sont des centres de commandement avec leurs émissions de touristes et leur réservoir de touristes potentiels. Les résidents jouissent d’une meilleure accessibilité au monde. Cette logique prévaut autant dans les pays les plus développés, avec les mégalopoles européenne, nord-américaine (avec les relais californiens), japonaise (la région urbaine de Tokyo avec ses relais Osaka et Nagoya), qu’en Corée du Sud (avec la région urbaine de Séoul et la ville méridionale de Busan), au Mexique (région de Mexico et les villes du nord), en Russie (Moscou, Saint-Pétersbourg) ou encore en Chine (les grandes capitales politiques et économiques : Beijing, Shanghai, Hong Kong, Guangzhou). La concentration métropolitaine, avec pour corollaire « la montée des inégalités spatiales », constitue une donnée essentielle dans l’analyse des flux touristiques (Dehoorne, 2003).

3. Un espace touristique entre bassins régionaux et territoires en réseau

3.1. L’importance des bassins touristiques régionaux

26Entre foyers de départ et espaces de réception, la distribution des flux touristiques dessine une organisation en trois « bassins » ou « lacs » distincts. Les « trois grands lacs de vacances du monde » (Cazes, 1992) correspondent à des ensembles régionaux cohérents.

27Leur dynamisme est impulsé par quelques foyers émetteurs majeurs comme les États-Unis pour l’Amérique, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France pour la Méditerranée, le Japon et la Chine pour l’Asie orientale.

28Les touristes internationaux parcourent tous les continents, mais 80 % de ces déplacements restent confinés dans leur espace régional d’origine. Ainsi sur le continent européen, 87 % des séjours internationaux sont le fait de ressortissants européens (OMT). La part des Américains ne représente que 6 % du total et celle des Asiatiques ne dépasse pas 4 %. Autre exemple, aux États-Unis, première destination américaine et troisième mondiale, les flux alimentés par les pays limitrophes s’élèvent à 49,5 %, dont 30 % pour le seul Canada. Second marché émetteur, les Japonais y réalisent environ 6 millions d’entrées, principalement au profit des territoires du Pacifique : l’Archipel hawaiien (39,2 %), la côte californienne (22,4 %), l’île de Guam (19,1 %), et secondairement le Nevada (10,1 %) et New York (9,2 %). Les Européens, principalement Britanniques, Allemands et Français, ne représentent que 22,4 % des visiteurs.

29Selon les nationalités, tout au plus, 25 à 33 % des touristes quittent leur espace régional d’origine pour atteindre un autre continent. Les déplacements des Britanniques (366 millions de journées vacances à l’étranger en 1998) illustrent cette logique : 80 % des flux concernent l’Europe, particulièrement l’Espagne et la France, et 10 % arrivent en Amérique (8 % aux États-Unis et 2 % aux Caraïbes). Dans le cas des Français, la part des séjours effectués en Europe s’élève à 75 % et plus de 20 % des autres séjours se partagent entre les territoires francophones des Amériques et de l’Afrique du Nord. Le schéma est identique en Amérique du Nord où les deux tiers des ressortissants des États-Unis (53 millions de voyages à l’étranger en 1998, pour un total de 895 millions de journées vacances) privilégient les territoires américains voisins, au premier chef les pays limitrophes (le Mexique, 34 % des flux, et le Canada, 25 %). L’une des explications réside notamment dans le fait que l’Américain moyen ne bénéficie guère de plus de deux semaines de congés payés par an (Burns & Novelli, 2007). Une plus grande dispersion à travers le monde s’effectue ensuite entre les espaces européens (8 pays parmi les 20 premières destinations choisies) et asiatiques (6 pays), aux premiers rangs desquels des capitales comme Paris, Londres, Tokyo, Hong Kong (cf. figure 2). Les plus fortes proportions de déplacements transcontinentaux relèvent de marchés australiens et japonais. Environ 55 % des voyages des Japonais concernent l’Asie orientale et le Pacifique (cf. figure 3). Leur présence est très importante en Chine où ils apprécient particulièrement les grands sites historiques et culturels comme ceux de la région du Sichuan (600 000 touristes japonais en 2007). Les flux se partagent ensuite entre l’Amérique du Nord (34 %) et l’Europe occidentale (12 %).

Figure 2. Les touristes internationaux dans l’espace caribéen en 2004

Figure 2. Les touristes internationaux dans l’espace caribéen en 2004

30L’importance des séjours confinés à l’échelle régionale s’explique en partie par l’évolution de la durée des séjours, plus fréquents, mais plus courts (souvent inférieurs à la semaine), qui privilégient donc les trajets plus courts, peu marqués par les décalages horaires ; plus que jamais, ces touristes pressés privilégient les destinations proches et consolident ce qu’il convient d’appeler des lacs touristiques régionaux.

31Cet espace touristique, discontinu, organisé autour de trois bassins majeurs, reflète les inégalités de développement observables avec des différentiels de pouvoir de consommation significatifs et leur vitalité est intrinsèquement liée au dynamisme économique régional.

32Les fonctionnements de ces trois bassins touristiques reposent sur quelques paramètres communs (cf. figure 4). Tout d’abord, ils sont établis dans le prolongement des grands foyers de richesse de la Triade, dotés des stocks de touristes, c’est-à-dire des populations disposant des revenus confortables autorisant des consommations ludiques et récréatives dans le cadre de séjours touristiques. Ensuite, ces ensembles, traversés par la ligne de partage entre les pays du Nord et du Sud, juxtaposent deux zones constituées de pays au niveau de vie extrêmement contrastée. Les territoires les plus anciennement fréquentés sont les plus riches, mais une diffusion progressive se dessine, plus au sud, au profit de nouveaux lieux touristiques, intégrant notamment des pays en voie de développement. La circulation des touristes est facilitée par les formalités douanières simplifiées qui donnent une véritable cohésion à l’ensemble. Les avantages économiques et sociaux favorisent, dans chaque bassin, un glissement des flux d’une rive à l’autre de la Méditerranée pour le bassin européen, au sud de la frontière américano-mexicaine en Amérique, ou encore vers les confins sud-est asiatiques pour l’Asie orientale. Le développement d’un « tourisme médical », associant chirurgie esthétique ou soins dentaires et activités récréatives, illustre ce processus : les Nord-américains privilégient les offres colombiennes et costariciennes en la matière tandis que le choix des Européens se porte notamment sur la Tunisie et, en Asie, la Thaïlande, Singapour et la Chine qui développent des prestations similaires. À travers ces logiques spatiales, entre transferts de consommations et nouvelles stratégies d’investissement, se posent des questions autour des enjeux de développement : dans quelle mesure, ces processus contribuent-ils à créer de la richesse et du développement, sachant qu’ils engendrent également une privatisation, dans les lieux les plus cotés, qui peut être perçue comme une nouvelle forme de colonialisme, notamment dans les îles et les rivages de la Caraïbe (Hall & Tucker 2004, Dehoorne et al., 2008).

Figure 3. Les touristes japonais dans le monde

Figure 3. Les touristes japonais dans le monde


33Plus généralement, notons que cette tendance qui privilégie les destinations plus méridionales traduit un tropisme des Sud, un attrait pour des régions plus ensoleillées, qu’il s’agisse d’un climat méditerranéen, subtropical ou tropical. Enfin ces logiques régionales peuvent être confortées ou atténuées par l’existence de liens privilégiés entre certains pays, liens d’ordre historique, culturel, politique, linguistique qui facilitent les relations linguistiques entre certaines ex-colonies et des ex-puissances coloniales, aujourd’hui émettrice de touristes comme dans le cas des pays d’Afrique du Nord et de la France. Ce sont également les liens privilégiés entre certaines îles des Caraïbes et la France, la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas.

3.2. Les trois bassins touristiques régionaux

34Par ordre d’importance, les trois bassins touristiques sont le bassin euro-méditerranéen, centré sur la Mer méditerranée avec un déséquilibre particulièrement prononcé au profit de la rive Nord, le bassin Asie orientale-Pacifique, autour des rivages de la mer de Chine, et le bassin Amérique du Nord — Caraïbes, organisé autour de la « Méditerranée américaine ».

35Le premier bassin mondial est le bassin euro-méditerranéen qui concentre 375 millions de touristes internationaux en 2004, son volume d’activité correspond à 49 % du marché mondial. Sa part relative s’est néanmoins amenuisée ; elle était de 53 % environ en 2000 et de 59,5 % au début des années 1990. Le cœur du bassin le plus ancien s’articule autour des rives méditerranéennes de l’Europe, de l’Espagne à la Turquie (23,3 millions de touristes en 2007), puis s’étire sur les rives nord-africaines, vers le Maroc (7,45 millions en 2007 contre 2,6 en 1990), la Tunisie et l’Égypte. Une auréole secondaire se dessine au nord de la zone centrale. Elle couvre le reste du territoire français et se prolonge vers le nord et l’est de l’Europe intégrant des pays comme les Pays-Bas, la Norvège, la Pologne et quelques lieux privilégiés de la Russie et de l’Ukraine.

36Le poids des clientèles régionales est prépondérant au cœur du bassin et davantage encore dans ses ultimes extensions qui sont alimentées par quelques émetteurs privilégiés. Par exemple, le marché marocain, qui affiche des records chaque année, dépend à 84 % de sept émetteurs européens, au premier rang desquels la France (38 % du total) et l’Espagne (21,5 %).

37Avec un marché de l’ordre de 155 millions de visiteurs internationaux en 2004, le bassin Asie orientale-Pacifique poursuit sa structuration. Il concentre désormais 20 % du marché mondial contre 16,2 % en 2000. Cet ensemble est dominé par les flux asiatiques consolidés par l’apport des voisins australiens et néo-zélandais. Les poids de ces deux pays demeurent modestes eu égard à leurs faibles volumes de populations : quelque 3,5 millions d’Australiens voyagent à l’étranger, en Asie et dans les territoires du Pacifique (60,5 %), en premier lieu au profit des voisins néo-zélandais (15 %) et indonésiens (11 %, principalement Bali). Seulement 1,2 million de Néo-Zélandais participent au tourisme international, dont la moitié séjourne chez le voisin australien. Leur intégration dans ce même bassin se justifie par l’importance des flux asiatiques qui convergent vers ces deux États : les ressortissants asiatiques réunissent 50 % des nuitées touristiques australiennes contre 45 % pour les clientèles nord-américaines et européennes regroupées.

38La Chine devance désormais le Japon pour les émissions de touristes à l’étranger avec plus de 20 millions de séjours en 2004. Les déplacements des Chinois profitent en premier lieu au Japon qui a reçu plus de 8,3 millions de touristes en 2007, dont 30 % originaires de Corée du Sud et 13 % de Chine continentale. La Malaisie domine l’activité dans le Sud-est asiatique (20,7 millions de touristes en 2007), et l’espace chinois s’impose au centre du dispositif régional (54 millions de touristes en 2007). Les déséquilibres spatiaux sont importants en Chine : les régions côtières, où résident 41 % des Chinois, sont les zones de prédilection des touristes internationaux (80 %) et donc des retombées économiques (88 % des recettes) (Arlt, 2006). Le pays s’efforce donc d’ouvrir plus largement son espace intérieur, notamment en direction des territoires de l’Ouest, comme le Tibet qui a reçu 365 000 étrangers et 4 millions de touristes chinois en 2007.

39En troisième position, le bassin Amérique du Nord-Caraïbes, avec 125 millions de touristes internationaux en 2004 (OMT), est désormais dépassé par la dynamique est-asiatique. Sa croissance est plus mesurée. En Amérique du Nord, où les trois États sont réunis par l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain), les échanges touristiques bilatéraux sont parmi les plus importants au monde : les États-Unis fournissent 90 % des touristes internationaux au Canada et 85 % des touristes internationaux au Mexique, et les flux émis par le Mexique et le Canada convergent d’abord vers les États-Unis (Fennell, 2006).

40L’activité est dominée par les clientèles venant des États-Unis et du Canada comme aux Bahamas (1,5 million de touristes en 2000, dont 85 % de ressortissants des États-Unis et moins de 5 % d’Européens). Quelques métropoles régionales de pays émergents, telles celles du Mexique, alimentent également ce marché. Soulignons dans cet espace la permanence de quelques liens privilégiés entre certains territoires insulaires de la Caraïbe et quelques puissances européennes ; les flux transatlantiques priment ponctuellement sur les logiques régionales comme dans les cas des Antilles françaises.

3.3. Au-delà des bassins régionaux, territoires en réseau et discontinuité spatiale

41L’espace touristique dessine une structure en archipel d’où ressort une triade positionnée sur la partie méridionale de la triade économique (Amérique du Nord, Europe de l’Ouest et du Nord, le Japon et les nouvelles puissances économiques voisines) qui domine le monde. En effet, à partir de ces puissances économiques s’opère un glissement progressif des centres touristiques vers le soleil et la mer, jouant sur les avantages sociaux et économiques que procurent les différences de niveaux de vie et contribuant à diffuser de nouveaux revenus vers le Sud. À l’intérieur de ces bassins, la diffusion des flux est loin d’être uniforme et de répondre à une simple approche centre-périphérie : par exemple sur le pourtour méditerranéen, les séjours des 22 millions de touristes effectués dans les pays d’Afrique du Nord en 2005 se sont concentrés dans quelques secteurs privilégiés des territoires marocains, tunisiens et égyptiens alors que les immensités algérienne et libyenne furent très peu fréquentées avec respectivement 6,5 % et 0,7 % des visiteurs. La situation est identique dans l’Arc antillais où les arrivées touristiques sont très contrastées d’une île à l’autre en dépit d’atouts en apparence très proches. La qualité des ressources et la proximité géographique par rapport aux foyers émetteurs doivent être pondérées au regard de l’importance des choix de développement arrêtés (par exemple en faveur du désenclavement et de l’aménagement des ressources), de la stabilité sociale et politique. L’un des premiers Club-Med de la Caraïbe fut installé à Haïti, pays qui a aujourd’hui disparu de l’espace touristique caribéen (et mondial) tandis que la République dominicaine et les grandes îles voisines, Cuba, Porto-Rico, la Jamaïque dominent le marché régional.

42L’espace touristique se compose donc de territoires en réseau, « discontinu et feuilleté » : les territoires touristiques majeurs dominent leur espace régional et s’imposent sur la scène mondiale par la diversité des flux internationaux qu’ils polarisent. À l’inverse l’activité des territoires touristiques, de moindre envergure, en quelque sorte de second ordre, s’organise essentiellement dans le cadre de leur bassin régional. Les territoires s’organisent donc en réseau avec un emboîtement entre les échelles régionales et mondiale. Mais dans le cadre de l’espace touristique mondial, ces réseaux tendent à se superposer et s’enchevêtrer. Quelques exemples peuvent être développés par exemple dans l’ensemble Asie orientale-Pacifique où l’Archipel hawaïen et l’île de Bali constituent des territoires touristiques internationaux vers lesquels convergent une majorité de touristes régionaux, mais également des flux internationaux, représentant des nationalités très variées, qui consacrent la notoriété des lieux. À l’inverse l’activité des destinations telles les îles de Guam, de Jeju (Corée du Sud), de Riau (Indonésie) relève du niveau régional ; la présence des nationalités extra-régionales y est marginale. Bien sûr elles s’efforcent de se placer sur la scène internationale, comme l’île chinoise de Hainan (par exemple à l’occasion de grands évènements comme des concours de beauté du type Miss Univers). Cette approche hiérarchisée est également établie dans l’espace méditerranéen ou caribéen. Dans ce dernier espace, les destinations comme Cuba, la République dominicaine ou la Floride s’affichent sur le plan mondial tandis que d’autres, moins réputées, telles les Bahamas, Belize ou les Îles Vierges demeurent à l’échelle régionale voire confinées dans une logique nationale pour des îles comme Curaçao (Antilles néerlandaises), la Guadeloupe et la Martinique (Antilles françaises, 90 % de touristes nationaux).

Conclusion

43L’espace touristique est dominé par des pôles émetteurs majeurs qui structurent leurs bassins régionaux respectifs, intégrant de nouvelles périphéries selon l’intérêt des lieux et dans les limites de leur accessibilité. Les relations horizontales entre des territoires priment désormais sur les relations centre-périphéries.

44Cette organisation rompt avec la représentation d’un monde bien ordonné, suivant un zonage régulier qui accorderait à chaque espace des potentialités et autres vertus touristiques. Ces réseaux touristiques créent à la fois « de nouvelles connexités et des effets de “tunnel” pour les zones traversées et non desservies » que le terme anglais de « channelization » exprime très bien (Veltz, 2005). Et, transposant les conclusions de P. Veltz sur le « territoire économique », nous pourrions dire que le territoire touristique est « la combinaison des flux et des lieux, du territoire étendu et du territoire-réseau » (Dehoorne, 2003).

45Les discontinuités s’affirment entre des périphéries mal stabilisées, des prolongements très sélectifs, des marges oubliées ou exclues, des angles morts. Les climats d’insécurité qui touchent certains territoires touristiques visent à fragiliser des périphéries plus sensibles pour contraindre l’espace touristique à se rétracter, à se recroqueviller sur ses bases les plus solides. Certaines destinations, comme l’Égypte, la Turquie, l’Indonésie, les Philippines et le Sri Lanka, sont particulièrement sensibles aux évènements internationaux en raison d’antécédents et de risques terroristes ou insurrectionnels. Les flux touristiques s’adaptent continuellement au gré des crises et se redéploient lorsque les conditions deviennent propices : dans les années 1990, les côtes dalmates étaient infréquentables et la cité de Dubrovnik perdue pour le tourisme international. Et cette année 2008, c’est le jeune État du Monténégro qui entend s’installer dans le paysage méditerranéen. Quelques pays profitent des tensions internationales, faisant en quelque sorte figure de « destination refuge » au gré des tensions internationales comme certaines îles de l’Océan indien (Maurice, Seychelles) ou des Caraïbes (Cuba, la République dominicaine). Les attaques qui prennent pour cible des lieux touristiques fragilisent l’économie de ces pays et soulignent l’importance que peut revêtir le tourisme dans certains contextes politiques. Les enjeux de pouvoir autour du tourisme sont complexes et si le touriste évolue entre « peur de l’Autre » et « désir de l’Autre », l’expérience qu’il se forge à travers sa rencontre du monde ne peut que contribuer à briser le « choc des ignorances » qui alimente bien des discours idéologiques.

Haut de page

Bibliographie

Audebert C. 2006. L’insertion socio-spatiale des Haïtiens à Miami. Paris : L’Harmattan, coll. Populations, 300 p.

Apostolopoulos Y., Loukissas P. et al. 2001. Mediterranean Tourism – Facets of socioeconomic development and cultural change. Routledge, 320 p.

Arlt W.G. 2006. China’s Outbound Tourism. Routledge.

Boyer M. 1999. Le tourisme de l’An 2000. Presses Universitaires de Lyon, 265 p.

Burns P. M., Novelli M. 2007. Tourism and Politics – Global Frameworks and Local Realities. Elsevier, 409 p.

Cazes G. 1992. Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs. Paris : Bréal, 190 p.

Cooper C., Hall C.M. 2006. Contemporary Tourism : An International Approach. Butterworth-Heinemann, 400 p.

Dehoorne O. 2002. Tourisme, travail, migration : interrelations et logiques mobilitaires, Revue Européenne des Migrations Internationales, t.18, n°1, p.7-36.

Dehoorne O. 2003. Le monde du tourisme. In : M. Stock (dir.). Le tourisme. Acteurs, lieux et enjeux. Paris : Belin, p.117- 166.

Dehoorne O. 2004. « Tourisme international et risques terroristes. De nouveuax enjeux pour les paysdu Sud ». In : G. David (dir.), Espaces tropicaux et risques. Du local au global. Xe Journées de géographie tropicale. Orléans. Presses universitaires d’Orléans, IRD, p. 314-327.

Dehoorne O., Marc J-V., et al. 2008. Des ressources naturelles convoitées. De nouveaux enjeux autour des Ilets de la Martinique. In : Dehoorne O., Saffache P. (ed.). Mondes insulaires. Géopolitique, économie, développement durable. Ellipses.

Dewailly J-M., Flament E. 1993. Géographie du tourisme et des loisirs. Paris : Sedes, 287 p.

Fennell D.A. 2006. North America- A Tourism Handbook. Multilingual Matters.

Gossling S., Hall C.M. 2005. Tourism and Global Environmental Change : Ecological, Social, Economic and Political Interrelationships. Routledge, 323 p.

Hall C.M., Tucker H. 2004. Tourism and Postcolonialism. Routledge.

Hall C.M., Page S.J. 1999. The Geography of Tourism and Recreation : Environment, Place, and Space. Londres : Routledge, 309 p.

Organisation mondiale du Tourisme. 2007. Compendium of Tourism Statistics. Madrid, OMT.

Organisation mondiale du Tourisme. 1999. Marché émetteurs de tourisme. Madrid, OMT.

Organisation mondiale du Tourisme. Rapports annuels. Disponible sur : www.world-tourism.org

Sarrasin B. 2004. Risque politique et tourisme. Nouveautés et continuités, Téoros, vol. 23, n°1, p.12-22.

Veltz P. 2005. Mondialisation, Villes et Territoires. L’économie d’archipel. Paris, P.U.F., 288 p.

Williams A. M., Balà V. 2002. Mobilité internationale en Europe centrale : touristes, commerçants et migrants. Revue Européenne des Migrations Internationales, vol.18, n°1, p.37-65.

World Travel and Tourism Council. 2001. Tourism Satellite Accounting Research (Caribbean), London : World Travel and Tourism Council.

Haut de page

Notes

1 En 2006, la Chine comptait 35 millions de familles apparentées à des classes moyennes. Les projections actuelles suggèrent que leur nombre s’élèvera à 100 millions en 2016. Pour le seul premier semestre 2008, le pays devrait émettre plus de 20 millions de touristes internationaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le tourisme dans le monde (1990-2005)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Figure 2. Les touristes internationaux dans l’espace caribéen en 2004
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 3. Les touristes japonais dans le monde
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/882/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Dehoorne, Pascal Saffache et Corina Tatar, « Le tourisme international dans le monde : logiques des flux et confins de la touristicité », Études caribéennes [En ligne], 9-10 | Avril-Août 2008, mis en ligne le 15 août 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/882 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.882

Haut de page

Auteurs

Olivier Dehoorne

Université des Antilles et de la Guyane, Maître de conférences, dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Pascal Saffache

Université des Antilles et de la Guyane, Maître de conférences

Articles du même auteur

Corina Tatar

Department of Geography, Tourism and Territorial Planning, University of Oradea, Roumanie, Assistante

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org