Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

Tourisme et socio-économie dans les espaces ruraux au Cameroun : entre survivances culturelles et mutations

Tourism and Socio-Economy in Rural Areas in Cameroon: between Mutations and Cultural Resilience
Yomb Jacques et Tefe Tagne Robert

Résumés

Dans un monde essentiellement mouvant et dynamique et dont les stratégies de développement sont tout aussi diverses, le monde rural ne reste pas à la traine. Les espaces ruraux qui sont par essence des lieux de survivances culturelles ont de la peine à construire des stratégies de développement par des replis identitaires dans un contexte de mondialisation et marqué particulièrement par une indigence notoire. Dans ce contexte, le tourisme qui demeure une situation de rente pour les ruraux est influencé par de profondes dynamiques exogènes. L’objectif de ce travail est donc d’évaluer le lien social entre les acteurs inscrits dans le développement du tourisme en milieu rural. La problématique est soutenue par les interrogations suivantes : comment résister aux conduites modernes des touristes en milieu rural dans un contexte de mondialisation ? Les modes de vie des touristes en milieu rural sont-ils autant compatibles avec ceux des locaux ? Comment les touristes influencent-ils les modes de vie des acteurs ruraux au point d’en provoquer des innovations socio-économiques ? Le cadre théorique est essentiellement axé sur la théorie du lien social axé sur la finalité de l’échange. La méthode est qualitative, car il est question dans cette étude de ressortir les interactions entre les acteurs en présence dans la problématique du tourisme. Les résultats montrent que : a) le tourisme en milieu rural est une source de rente pour les locaux, b) il y a une innovation dans la gestion des temps traditionnelles, c) les sources de revenus ne sont plus seulement issues de la production agricoles, mais aussi des services, d) les modes de vie des ruraux sont profondément modifiés par les dynamiques portées par les touristes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans un contexte marqué par une intensification des échanges, aucun espace de nos jours ne reste indifférent aux nombreux échanges mondiaux. C’est pour cette raison que le monde rural malgré ses survivances culturelles fait face aux diverses dynamiques de la mondialisation. De nouvelles activités s’y développent parmi lesquelles le tourisme. Au Cameroun en général, et en milieu rural en particulier, des impacts du tourisme sont observables. Dans la localité de Kribi, les observations faites démontrent que les conduites des acteurs ont été profondément modifiées pour répondre aux défis de la pauvreté, de la dégradation des termes de l’échange et de l’échec de nombreux projets de développement. Face à cette situation, des politiques allant dans le sens de la participation ont vu le jour pour soutenir la prise en compte des savoirs faire des locaux (UNWTO, 2008). L’espace social concerné réévalue son potentiel économique et social de mobilisation de ressources matérielles et humaines dans lequel le tourisme joue un rôle de plus en plus important.

2L’objectif de ce travail est donc d’évaluer le lien social entre les différents acteurs locaux dans un contexte de développement du tourisme en milieu rural. Il s’agit d’analyser l’évolution des relations entre les acteurs en présence dans le développement rural en général et du tourisme en particulier. Le développement du tourisme dans ces économies rurales traditionnelles fait émerger certaines contradictions, d’où les questionnements suivants : comment résister aux conduites modernes des touristes en milieu rural dans un contexte de mondialisation ? Dans quelle mesure les modes de vie des touristes en milieu rural sont-ils compatibles avec ceux des locaux ? Comment les touristes influencent-ils les modes de vie des acteurs ruraux au point de susciter des innovations socio-économiques ? Pour mener à bien cette réflexion, notre analyse a été construite en trois temps : le premier s’appuie sur la revue de la littérature et le cadre théorique. Le second présente l’espace d’étude et définit le cadre méthodologique ; et le troisième analyse les dynamismes touristiques en milieu rural en général et dans l’espace d’étude considérés.

1. Revue de la littérature et cadre théorique

1.1. Revue de la littérature

3Le tourisme préoccupe de plus en plus les chercheurs et dans bien des espaces sociaux ruraux, il apparait tel un levier de développement et donc d’amélioration des conditions de vie. C’est dans ce sens qu’il est présenté comme étant « une modalité d’échange économique et culturel respectueuse des traditions des valeurs des sociétés visitées », autour de « l’idéologie d’une société mondiale unie par sa mobilité » (Saskia et Réau, 2009). Le tourisme est vecteur d’une réalité dynamique qui produit des enjeux économiques et politiques, à travers les marchés du tourisme, dans le cadre de la mondialisation. Saskia et Réau insistent également sur le rôle des élites locales, des pouvoirs publics et ceux d’institutions internationales qui présentent les pratiques d’un « bon » et d’un « mauvais » à partir d’exemples divers tirés des travaux de recherche les plus récents (Hillali, 2003 ; Ashley et Michell, 2010 ; Dehoorne et al., 2013). Bien que le tourisme soit un puissant levier de développement, il n’en demeure pas moins selon ces auteurs que le tourisme effrite le lien social dans la mesure où il a des incidences sur les normes et les mœurs de la localité et contribue à la modification des comportements des locaux.

4Le tourisme est entendu comme étant l’ensemble des activités, de personnes qui voyagent vers et séjournent en des lieux extérieurs à leur environnement habituel pendant un temps pour leur loisir, leurs affaires ou à d’autres fins (Saskia et Reau, 2009). Le milieu rural quant à lui, constitue le lieu de production d’une grande partie des denrées et des matières premières essentiellement agricoles. Mais en raison de ses différentes interactions avec les dynamiques exogènes, il se transforme et assure de plus en plus des fonctions de détente, de loisir, de dépaysement et de vie alternative. Malgré cette mutation observée, sa spécificité se situe dans une diversité d’attitudes, de traditions socio-culturelles, de liens avec la nature et de caractéristiques économique et environnementale. La socio-économie est une branche des sciences économiques et de la sociologie qui examine l'influence des rapports humains sur l'évolution économique. Dans cet échange du lien social, la sociologie économique examine les influences des relations économiques sur les groupes sociaux. Le mode de lecture de la réalité sociale étant axé sur le lien social marchand (Yomb, 2012). La socio-économie du tourisme quant à elle s’entend comme l’ensemble des relations sociales construites autour de cette activité économique ; elle est liée aux activités marchandes qui naissent, se construisent et se développent autour du tourisme.

5Les travaux menés par M. Picard (1992) montrent que le tourisme rural participe au développement local, même s’il n’a pas toujours un impact significatif sur le plan financier. En France, selon l’auteur, le tourisme rural ne participe qu’à 10% du chiffre d’affaires de la consommation intérieure en tourisme en dépit de la progression du nombre de séjours à la campagne. L’objectif pour accroitre le chiffre d’affaires n’est pas nécessairement d’augmenter le nombre de touristes, mais d’être en mesure d’accroître leurs dépenses localement. En outre, le tourisme en milieu rural est entendu comme une source de revenus complémentaire s’inscrit dans une logique de pluriactivité. Il participe aussi à l’augmentation du chiffre d’affaires des petits commerces et de l’artisanat grâce notamment à l’explosion du nombre des résidents secondaires dans les campagnes (Béteille, 2000).

6De plus, comme l’observe Kayser (1990), le phénomène touristique en espace rural apporte de nouvelles « populations intermittentes » (les touristes) qui favorisent le maintien du commerce et de l’artisanat. Du point de vue social et politique, non seulement le tourisme relève l’anatomie du milieu rural, mais il s’intéresse directement aux affaires villageoises. Ces nouveaux venus renforcent ou créent, selon les espaces, une hétérogénéité sociale qui peut engendrer de nouvelles dynamiques en matière de socio-économie du développement local. Ce modeste regard sur le tourisme souligne « le champ des possibles ouvert » par le tourisme dans le développement rural (Dehoorne et al., 2013).

1.2. Le cadre théorique

7La théorie de la participation postule que les connaissances de tous les acteurs en présence sont indispensables dans la construction d’un développement autonome et auto-entretenu. Au regard de l’impact des dynamiques exogènes sur les savoirs faires locaux, le tourisme ne peut véritablement améliorer les conditions des acteurs locaux que si ceux-ci sont suffisamment impliqués dans la construction de leur environnement de vie. C’est pour cette raison qu’elle « requiert l’implication, voir l’engagement collectif de la communauté dans une série d’actions collectives sur la base des valeurs partagées et sur la coopération des gens à tous les niveaux du corps social et part du principe de la communauté d’intérêts » (Lammarink et Woffers, 1998).

8Ainsi l’appropriation des activités touristiques par les populations locales et le développement du tourisme passent par une mobilisation des acteurs en présence capable de participer à l’endogénéisation de la réalité. Plusieurs acteurs (État, ministre de la Culture, du Tourisme les locaux) déclarent agir pour le bien-être des populations locales, mais les stratégies pour atteindre l’objectif escompté et les moyens utilisés sont très souvent contradictoires et parfois conflictuels. La théorie du lien social évalue les échanges qui se construisent entre les touristes et les populations locales. Cet échange sur le lien social est marqué par plusieurs finalités au travers des productions touristiques dans la ville de Kribi.

9Partant du fait que le tourisme est porteur d’enjeux divers (politiques, économiques, sociaux et culturels), les finalités dans l’échange sont elles aussi dynamiques. Du paradigme de l’intégration déclaré en passant par celui de la compétition, les uns et les autres sont au cœur de la production des inégalités parce que se souciant de la maximisation du gain et de la diminution des couts. De la production de plusieurs fibres dans l’échange, les populations locales, conscientes de leur vulnérabilité, acceptent parfois les inégalités dans l’échange pour satisfaire leur besoin basique. À travers l’activité touristique, « le lien social est donc constitué de quatre grosses fibres de sociabilité inégalement enchevêtrées dans les divers types de rapports sociaux : la complémentarité, la compétitivité, la contradiction et le conflit » (Bajoit, 1992). En conséquence, les modalités d’échange sont définies soit par la nature de ses finalités, soit par le mode reproduction de l’inégalité entre les catégories sociales en relations.

10Les différentes interactions sont alors articulées sous la forme de l’échange et aux rapports entre les finalités poursuivies par les différentes catégories inscrites dans la relation (populations locales et les touristes). Deux types d'échanges sont retenus : l'échange inclusif et l'échange exclusif (Bajoit, 1992). De façon plus explicite, dans le premier le cas, l’ensemble des acteurs en présence dans les services touristiques estiment qu’ils ne peuvent réussir dans ce domaine sans la contribution des autres (une relation de complémentarité). Inversement, dans le second cas, certains acteurs du tourisme pensent que la présence des uns et des autres est plutôt un frein dans l’atteinte des objectifs dans leur secteur d’activité (une relation de rivalité).

2. Cadre méthodologique et zone d’étude

2.1. Le cadre méthodologique

11La méthode utilisée dans le cadre de cette recherche est essentiellement qualitative, ce d’autant plus que nous sommes dans un processus de construction d’une réalité socio-économique par les acteurs locaux. À cet effet, un guide d’entretien et d’observations a été mobilisé, soutenu par des analyses documentaires. L’analyse documentaire consiste à rechercher et identifier les différents types de problèmes et les divers traitements qui ont été apportés antérieurement. Il s’agit précisément des annuaires, des archives, des journaux, des rapports et des études consacrés au tourisme et à la vie dans l’espace d’accueil.

  • 1 Données statistiques obtenues des bureaux centraux et déconcentrés du ministère du Tourisme (MINTOU (...)

12En complément de ces enquêtes, les données statistiques du MINTOUR1 et la consultation de documents de la Mission d’étude et d’aménagement de l’océan (MEAO) à Kribi ont été sollicitées. Les résultats des observations menées au campement pygmée de Nanikoumbi (qui borde le fleuve Lobé), ainsi que des entretiens avec le chef des Pygmées, puis les chefs Mabi et Batanga (réalisés par un jeune chercheur de l’université de Yaoundé), ont également soutenu notre recherche (Étoga, 2011). Le guide d’entretien permet de générer des séries de données primaires. De plus, il permet un examen approfondi des données de l’intimité, c’est-à-dire des expériences personnelles, des sensations ou des opinions. En effet, la méthode est compréhensive et la logique inductive, car l’objectif majeur était d’évaluer le lien social entre les acteurs locaux du milieu rural et ceux en faveur du développement du tourisme. L’échantillon est à choix raisonné taille 50. Indépendamment, des lectures, les monographies ont été articulées autour des villages, Batangas, Ebodje et Londji.

2.2. La zone d’étude

13La ville côtière de Kribi se situe au bord du golfe de Guinée, dans la région du Sud-Cameroun et plus précisément dans le département de l’Océan dont elle est le chef-lieu. Elle est un point stratégique maritime dans le golfe de Guinée et aussi le terminus de l’oléoduc Tchad — Cameroun. Grâce à sa position équatoriale, elle possède une courte saison sèche et une longue saison très humide. La ville de Kribi renferme plusieurs villages qui constituent des sites touristiques dont les plus importants sont les villages Batangas, Ebodje et Londji (sur la côte, au nord de Kribi, à proximité des embouchures du Nyong et de Lokoundje).

14Au cœur de la côte méridionale camerounaise, cet espace cristallise les enjeux sur les plans industriel, touristique et environnemental. Ce milieu est pourvu d’abondantes ressources naturelles, culturelles et touristiques qui demeurent encore sous-valorisées en dépit des timides initiatives des populations locales et de l’administration centrale pour promouvoir le tourisme. Sa population est articulée au carrefour de trois civilisations côtières : Pygmées, Batanga et Mabi (Tchindjang et Etoga, 2014).

15Les données recueillies dessinent les contours d’un potentiel touristique (tant naturel que culturel et historique) appréciable et diversifié, qui se caractérise par des paysages naturels attrayants et l’existence de populations dynamiques. Les villages Batangas, Ebodje et Londji jouissent d’une bonne renommée et leur attractivité est accentuée en raison de l’insécurité générée par la présence de la secte terroriste « Boko Haram » qui s’étend dans le grand nord du Cameroun (cf. planche 1).

16La relative quiétude de cet espace social se trouve toutefois menacée par les pressions croissantes des activités industrielles anciennes (comme l’agro-industrie) et nouvelles avec la construction du port en eau profonde de Kribi, du terminal pétrolier du pipeline tchadien, de la centrale à gaz de Mpolongwe et de l’exploitation minière de l’hinterland qui s’accompagne des projets de construction d’un chemin de fer pour le transport du minerai et d’une autoroute à quatre voies (Tchindjang et Etoga, 2014).

Planche1. Vue des plages de Kribi

Planche1. Vue des plages de Kribi

Source : ecoutourismekribi.jimdo/londji.

Planche 2. Vue de la mangrove d’un des villages de Kribi

Planche 2. Vue de la mangrove d’un des villages de Kribi

Source : ecoutourismekribi.jimdo

3. Les impacts socio-économiques du tourisme dans le développement local

3.1. Le tourisme et la dynamique de rente

17La dynamique touristique dans la production et la construction du lien social local est globale, dans la mesure où le tourisme impacte le quotidien des acteurs locaux tout en permettant de dynamiser les activités économiques jusque-là traditionnelles. Au regard des échanges entre les locaux et les touristes et avec le développement du paradigme de la compétition, la production touristique offre des possibilités d’emplois et la création d’offres de services spécifiques. Si la situation avait été qualifiée par Kribipar Nguepjouo Megaptche (2006) de secteur d’activité de « prétourisme » ou de « tourisme de cueillette » (selon l’expression de Béteille, 2000)  en raison de son timide démarrage, elle a bien évolué : les données collectées par diverses sources montrent que la fréquentation touristique de Kribi connaît une croissance accompagnée d’une certaine amélioration des infrastructures d’hébergement. En 2004, la fréquentation était de 10 000 touristes annuels, elle atteignait 50 000 en 2010 (Tchindjang, 2011). Le tourisme apparaît bien donc un moteur de développement non négligeable pour la région.

18Son importance dans la région du Sud n’est plus à démontrer avec près de 65 000 arrivées annuelles pour 150 000 nuitées (touristes et visiteurs confondus). Cette augmentation de la fréquentation s’explique également par la croissance de l’activité industrielle dans la ville de Kribi (Etogo, 2011). La région du Sud occupe actuellement la troisième position nationale sur le plan des infrastructures et des services touristiques par le volume de ses offres d’hébergements, de restauration et de loisirs (Tchindjang et Etoga, 2014). Le tourisme intervient désormais comme une sorte de soupape pour des pouvoirs publics incapables de lutter efficacement contre la pauvreté. Les habitants y trouvent une source d’emploi comme le déclare cet habitant : « moi j’ai des diplômes, mais je n’ai pas trouvé du travail. Je suis donc parti de Douala pour jouer le rôle de guide touristique et ça me rapporte un peu. Je nourris ma petite famille malgré tout. À Douala, je n’avais pas ça. Il y a également certains produits qui sont adulés par les visiteurs en générale et les touristes en particulier. Donc, moi je m’adapte à la demande pour vivre » (entretien réalisé à Kribi le 8 août 2015 avec un ancien étudiant, guide touristique).

19En raison de leurs retombées dans tous les secteurs de la vie des acteurs locaux, les activités liées au tourisme se développent. Ces activités pourvoyeuses de revenus (telles que celles de guide touristique, de responsable d’excursions, etc.) ne sont toujours encadrées par les pouvoirs publics, mais elles contribuent à la diversification des sources de revenus des acteurs locaux et participent ainsi à l’amélioration de leurs conditions de vie.

20L’espace socio-économique de la ville de Kribi est articulé autour de trois grands groupements (Ebodje, Batangas et Londji) aux ressources touristiques riches et diverses, de l’attrait de plages à la curiosité des grands vestiges coloniaux (le palais royal, le marché de troc, la tombe du roi Madola, etc.). Le village d’Ebodje renferme un site écologique qui abrite une grande biodiversité ; certains locaux se livrent informellement à la vente des tortues marines et contribuent par ce biais au financement des projets communautaires. Le village Batangas dispose de belles plages naturelles qui s’étendent sur deux grands villages (Luma et Bongahélé) aménagés à des fins touristiques avec des matériaux locaux par les jeunes du village. La fréquentation de ces plages a permis la création de services touristiques qui « participent énormément à l’amélioration des conditions de vie des acteurs locaux. En dehors de l’agriculture, nous pouvons faire autre chose » (Entretien réalisé à Kribi le 8 août 2015 avec un habitant Batanga). Les habitants proposent des grillades de poissons, de crevettes et des fruits de mer pêchés artisanalement.

21Les effets du tourisme concernent aussi la découverte des valeurs culturelles. Il contribue également au renforcement des identités territoriales. Son développement permet de renforcer l’identité locale et soutient la valorisation des espaces de vie. Dans le sillage de la construction du lien social du tourisme en milieu rural, l’identité rurale peut-être la résultante de processus d’identification et de distinction par lesquels les communautés tentent de fonder une cohésion et de marquer leur territoire. Ainsi, le tourisme en milieu rural repose sur un projet commun et sur une identité locale forte. Il peut contribuer à renforcer l’identité, le sentiment de fierté et la cohésion sociale par l’implication des populations dans un processus d’intégration. Il joue un rôle de socialisation et d’appartenance communautaire tant pour les touristes que pour les populations locales face à l’appauvrissement du lien social quotidien.

22Toutefois, il faut aussi prendre en compte des effets pervers de cette opportunité économique que constitue le tourisme qui va provoquer un effet d’inflation. En effet, les populations locales se retrouvent rapidement dans des situations où elles sont incapables d’assurer quotidiennement leurs alimentations, car les productions qui étaient jusque-là destinées à la consommation locale sont vendues aux visiteurs et aux restaurateurs. Les prix des produits locaux deviennent hors de portée des populations locales au faible pouvoir d’achat, comme le déclare cette personne enquêtée : « tout est cher à Kribi, à cette allure, je pense qu’on va mourir de faim ici. Une noix de coco qui était à la portée de tout le monde coûte désormais 800 FCFA, et parfois plus, c’est trop » (entretien réalisé avec un habitant de Kribi le 12 janvier 2016).

Planche 3. Vue des plages et service touristique à Kribi

Planche 3. Vue des plages et service touristique à Kribi

Source : ecoutourismekribi.jimdo

3.2. Diversification des sources de revenus et nouvelles enjeux socio-économiques

23Les innovations observées dans le quotidien des acteurs locaux sont diverses et impactent leurs réalités sociales et économiques. De par le contact avec les visiteurs, plusieurs locaux n’hésitent pas à se lancer dans l’apprentissage des langues étrangères (l’anglais, l’espagnol) pour faciliter les échanges avec les touristes. Ce sont notamment les acteurs qui commercialisent des hébergements ou offrent divers services (comme les guides). Il en résulte la création des centres linguistiques qui accompagner les populations locales animées d’initiatives touristiques.

24Le développement du tourisme dans une zone rurale agit sur les hiérarchisations traditionnelles au profit d’une modification socio-économique qui accorde une place de plus en plus prépondérante aux services dans les campagnes. Les touristes présents dans les villages sollicitent des habitants qui s’improvisent dans l’activité de guidage qui s’organise progressivement. Comme témoigne l’une des personnes interviewées : «  des touristes demandent les guides pour visiter les différents sites et cela nous rapporte de l’argent. Certains touristes veulent aussi parfois qu’on leur raconte l’histoire de la localité » (entretien réalisé à Londji le 4 janvier 2016 avec un habitant).

25En fonction des richesses naturelles et des acquis socio-économiques, chaque village s’investit dans la dimension pour laquelle il a un « avantage absolu ». Par exemple, dans le village de Londji, les excursions viennent en tête des services touristiques. Les touristes sollicitent énormément les plages de cet espace social et le sanctuaire des mangroves pour une contribution communautaire de 1 000 FCFA par personne. Ils apprécient les balades panoramiques en pirogue motorisée sur la baie de Londji (où la location de la pirogue motorisée, le carburant et le guide communautaire coûtent 12 000 FCFA par personne par groupe) et les excursions d’aventures à pirogue motorisée vers les campements des pêcheurs des embouchures de la Lokoundje et du Nyong (pour un montant de 50 000 FCFA).

26Dans ce contexte, les activités agricoles et pastorales, autrefois considérées comme les seules à pouvoir impulser le développement local, sont soutenues par de nouvelles activités rémunératrices en relation avec le secteur touristique. Désormais, une partie croissante de la base économique des zones rurales ne repose plus sur des exportations physiques de biens, mais, au contraire, sur la production locale des services dont les revenus bénéficient directement aux populations du territoire concerné. Ces activités de services sont diverses : de l’hôtellerie et autres formes d’hébergement à la restauration et aux services bancaires pour faciliter les échanges, sans oublier les infrastructures immobilières, les guides-accompagnateurs, les centres de conférences et d’expositions, les centres de vacances, et les multiples activités informelles.

27Au regard de l’importance des activités rémunératrices, nouvelles et séduisantes, de cet espace social et aussi de certaines stratégies non durables, des organisations locales et internationales (ONG SNV, Fondation TROPENBOS, le projet KUDU, le CAMPO Ma’an, EBOTOUR, etc.) assurent l’accompagnement dans une perspective de durabilité. L’objectif est de mettre sur pied un mécanisme de suivi écologique des tortues marines et la mise sur pied d’un volet écotouristique pour faciliter sa durabilité sociale. Dans cette communauté et en raison des mécanismes de participation, l’association locale EBOTOUR gère les activités d’écotourisme de façon autonome.

28Le tourisme en milieu rural participe à l’affaiblissement du lien social à travers les dynamiques modernes induites auprès des acteurs locaux dans des phases de socialisation anticipée, comme le remarque l’une des personnes interviewées « pour vivre du tourisme ici à Kribi, il faut désormais se comporter comme un citadin, changer son mode de vie. Les gens se comportent maintenant d’une manière commode, question de se faire aimer par les étrangers, s’adapter aux demandes des touristes pour gagner leur confiance » (entretien réalisé à Kribi le 11 décembre 2015 avec un pêcheur et guide touristique).

29Le milieu rural a toujours été caractérisé par trois indicateurs spécifiques que sont les activités agricoles et pastorales, l’importance des systèmes de valeurs (le rôle de la famille, de la tradition…) et le mode de vie (autoconsommation, solidarité villageoise). Tous ces indicateurs connaissent de profondes modifications en raison de la modernisation accélérée introduite par l’activité touristique.

Planche 4. Espaces d’attraction touristique à Kribi

Planche 4. Espaces d’attraction touristique à Kribi

Source : Endong, 2015

Conclusion

30L’amélioration des conditions de vie des populations rurales avec le développement de l’activité touristique modifie profondément leur quotidien comme en témoignent les différents sites touristiques de cette recherche. Le quotidien des locaux s’améliore relativement, mais quelques des effets inattendus doivent être maitrisés (criminalité, prostitution, dépravation des mœurs, etc.). Il en est même de l’effritement du lien qui oscille entre les paradigmes de l’intégration, de la compétition, du conflit et même de la domination. Cet état de choses se justifiant par le fait que les acteurs en présence dans le développement des services touristiques poursuivent des objectifs parfois en contradiction avec le bien-être de l’ensemble des acteurs locaux. En dépit des efforts des pouvoirs publics, certains projets se heurtent à une indifférence très profonde des Pygmées et d’autres groupes sociaux locaux. C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison que « toute résistance à une innovation a ses raisons et sa cohérence, qu’elle soit d’ordre stratégique ou représentationnel » (Olivier de Sardan, 1995).

31Malgré certaines limites dans le développement local, les offres de tourisme soutiennent la promotion des produits locaux et renforcent les liens culturels entre les trois peuples qui, bien que de cultures différentes, rendent compte de leur mode de vie actuel à travers des projets communs (Tchindjang et al., 2011). Au regard de cette expérience, le tourisme apparaît être une activité de socialisation qui favorise l’intégration socio-économique. Les acteurs ruraux ne peuvent plus être considérés comme des simples personnes à la mono activité (agriculteurs généralement), mais doivent aussi être comprises en tant que personnes aux capacités d’innovations inéluctables. Les ruraux savent intégrer les savoirs faire savants dans leur quotidien pour renforcer leur capacité de résilience et asseoir un développement local durable.

Haut de page

Bibliographie

Ashley, C. and J. Michell (2010). Tourism and Poverty Reduction: Pathways to Prosperity, Earthscan, Tourism, Environment and Development Series.

Bauer, M. (1997). « Le lancement d’un produit touristique ou le management d’un projet en système ouvert : les chemins du baroque », Revue française du marketing, n°163.

Barthe, L. (1998). Processus de différenciation des espaces ruraux et politiques de développement local, Thèse en Etudes rurales, mention Géographie, Université de Toulouse le Mirail.

Bajoit, G. (1992). Pour la sociologie relationnelle, Paris, PUF

Bergery, L. (2002). « Nouveaux comportements, nouveaux produits touristiques », Université Toulon-Var, Actes du colloque, Territoires et Marchés, Université de Savoie, 12-14 sep.2002.

Bontron, J.C. (1996). « Le monde rural un concept en évolution », Revue Internationale d’Education de Sèvres, n° 10.

Beteille, R. (2000). Le tourisme vert, Paris, PUF.

Dehoorne, O., C. Tatar et S. Theng (2013). « Tourisme et pauvreté : le champ des possibles », Etudes caribéennes, URL : < http://etudescaribeennes.revues.org/6578>, n° 24-25.

Étogam, M.H. (2011). Tourisme, risques et enjeux des grands projets de développement sur l’environnement balnéaire de Kribi, Mémoire de Master de géographie, Université de Yaoundé I, 192p.

Hillali, M. (2003). Le tourisme international vu du Sud, Presses de l’Université du Québec.

Kayser, B. (1990). La renaissance rurale, sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Colin.

Lammarink, M.P. et I. Woffers (1998). Approche participative pour un développement durable. Exemples d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie (Douala-Cameroun), Paris, CECI

Nguepjouo Megaptche, D.S. (2005). L'insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du sud Cameroun, Mémoire de DEA de Géographie, Université de Ngaoundéré.

Olivier de Sardan, J.P. (1995). Anthropologie et développement : essaie en socio anthropologie du changement social, Paris, APAD-Karthala.

Picard, M. (1992). Bali, tourisme culturel et culture touristique, Paris, Harmattan

Saskia, C. et B. Reau (2009). Sociologie du tourisme, Paris, la Découverte.

Tchindjang, M. et M.H. Etoga (2014). « Les chutes de la Lobé, un patrimoine géoculturel exceptionnel sur la côte camerounaise entre tourisme durable et préservation des identités culturelles », Revue Internationale, Plurilingue et interdisciplinaire, 2014-1(5)/2013-2(4).

Tchindjang, M., P. Kamdem, E. Mahend et S. Mbouhou (2011). « Espaces, sociétés et tourisme au Cameroun: passer des ressources touristiques ignorées aux ressources consommées », in Kamdem P. et Tchindjang M. (dir), Repenser la promotion du tourisme au Cameroun : Approches pour une redynamisation stratégique : 25-63.

Tchindjang, M. (2010). Étude de faisabilité en vue de l’aménagement à des fins touristiques de la péninsule de Bakassi, Rapport provisoire de mise en œuvre, Yaoundé, MINTOUR.

UNWTO (2008). Facts and figures, UNWTO.

Violier, P. (2008). Tourisme et développement local, Belin,

Yomb, J. (2012). « Lien social, socioéconomie foncière et habitat en milieu urbain camerounais », Les cahiers du MECAS, n°8, Alger, Université de Tlencem.

Haut de page

Notes

1 Données statistiques obtenues des bureaux centraux et déconcentrés du ministère du Tourisme (MINTOUR), devenu en 2012 ministère du Tourisme et des Loisirs (MINTOUL).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Planche1. Vue des plages de Kribi
Crédits Source : ecoutourismekribi.jimdo/londji.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Planche 2. Vue de la mangrove d’un des villages de Kribi
Crédits Source : ecoutourismekribi.jimdo
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8820/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Planche 3. Vue des plages et service touristique à Kribi
Crédits Source : ecoutourismekribi.jimdo
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8820/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Planche 4. Espaces d’attraction touristique à Kribi
Crédits Source : Endong, 2015
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8820/img-4.png
Fichier image/png, 401k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yomb Jacques et Tefe Tagne Robert, « Tourisme et socio-économie dans les espaces ruraux au Cameroun : entre survivances culturelles et mutations », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/8820 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.8820

Haut de page

Auteurs

Yomb Jacques

Département de Sociologie ; Faculté des Lettres et Sciences Humaines ; Université de Douala- Cameroun ; precojam94@yahoo.fr

Tefe Tagne Robert

Département de Sociologie ; Faculté des Lettres et Sciences Humaines ; Université de Douala- Cameroun ; tefero@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org