Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

Le développement environnemental, une valorisation du patrimoine pour nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants

Environment Development, Valuing the Heritage for our Children, Grandchildren and Great-Grandchildren
Maria Cristina Maneschy, Edma Silva Moreira et Jean Hébette

Résumés

Cet article se réfère à ce que certains auteurs nomment, au Brésil, «nouveaux territoires» qui, depuis les débats lors de la Constituante fédérale de 1988, ont pris place, totalement ou partiellement, dans les circonscriptions tels qu’un État, une Commune, un District. Ce texte aborde deux types de réserves de conservation environnementale: une « réserve extractiviste » conquise par des populations rurales riveraines au confluent des fleuves Xingu et Amazone; et une « réserve marine» de populations rurales côtières – les deux à l’État du Pará. Au Brésil comme en Europe, ces initiatives ont visé un meilleur mode de vie et le développement des populations locales et, éventuellement, par surplus, régionales ou nationales. Au Brésil, ces objectifs ont été liés au droit à l’usage collectif des forêts, des bois, des cours d’eau et des mangroves. À des degrés différents, ces territoires sont issus de luttes pour la défense des ressources qui étaient la source de la subsistance de leurs habitants, de leur mode de vie et culture, en un mot, leur patrimoine – contre la pénétration d’« étrangers » venus d’ailleurs en dépit de la loi et de la légitimité: entreprises du bois, de grands élevages et de pêche. Ce texte cherche à confronter, au niveau de l’analyse sociologique, des intérêts de groupes, des acteurs, des stratégies des uns et des autres et de leurs perspectives pour les actuelles et futures générations.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient le Professeur Maria Lúcia Sá Maia qui a participé au terrain à Bragança et contribué aux discussions qui sont à l’origine de cet article.

Introduction

1Cette étude ouvre la réflexion sur les actions collectives entreprises par des agents individuels et des mouvements sociaux en vue du contrôle, par des populations amazoniennes, des ressources naturelles nécessaires à leur soutien matériel et à la défense de leur mode de travail et de vie en société. Il s’agit ici du contexte de ce que nous appelons au Brésil des « nouveaux territoires » ou des « territoires émergents » - concrètement, ici, ce sont d’Unités de Conservation de la Nature. On parle, donc, de processus de patrimonialisation puisqu’ils s’inscrivent dans le cadre de droits de résidence et d’usage des occupants traditionnels actuels, et de droits, aussi, à leur préservation et à leur transfert aux générations futures, comme beaucoup de gens aiment dire.

2Longtemps, la notion de patrimoine s’est limitée à des monuments fameux, considérés de grande valeur historique ou artistique. Ces biens ont été objets de soins particuliers et de conservation, devenant objets de visites touristiques ; avec le temps, ils ont été institutionnalisés en tant que « patrimoines » - une forme d’héritage civilisateur cédé aux descendants et digne du titre de patrimoine culturel, protégé et soumis à des normes architectoniques et opérationnelles lointaines de celles qui ont justifié leur établissement à l’époque.

3La fin du xxe siècle, néanmoins, a été marquée par des problèmes environnementaux dus au réchauffement global de la planète. La société industrielle a dû prendre en considération ces dimensions en vue de réduire les catastrophes socioécologiques. Cela contraignit les États à prendre des mesures politiques et économiques et à élaborer des plans de préservation de l’environnement susceptibles de garantir un développement durable, conformément au cri d’alarme lancé lors de la Rencontre de Rio de Janeiro en 1992 – ECO-92. On en est venu alors à parler de « patrimoines naturels », objets, à leur tour, de conservation - une expression à comprendre, bien sûr, non pas comme l’intouchabilité et l’impropriété à l’exploitation par les habitants, mais, bien au contraire, comme destinée à leur usage durable. De nouvelles sensibilités se sont éveillées à l’égard des populations traditionnelles vivant dans les milieux qu’elles contribuent à protéger et qui leur garantissent leur permanence matérielle, leur mode de vie, leur culture et leur identité, comme c’est le cas, par exemple, des communautés indiennes de l’Amazonie brésilienne.

4Par territoires, dans le champ des sciences humaines et, en particulier, des sciences sociales qui sont les nôtres, on ne parle pas de n’importe quel espace, mais d’espaces peuplés, déterminés, délimités et organisés socialement et politiquement, avec leurs normes de convivialité, leurs droits et devoirs, en un mot, leur – ou leurs – identité(s). Selon Collignon (2000 : 112-113), c’est la géographie moderne du xxe siècle qui a introduit dans le langage académique le concept de territoire dans son sens analytique, devenant désormais le paradigme de la relation entre les hommes et les espaces. Il s’agit des relations qu’une population entretient avec cet espace, sur la base de ses connaissances et de la reconnaissance publique qui en advient. Ce terme a été incorporé au discours courant et populaire comme l’expression de leur vie, de leur identité et de l’histoire, en un mot, de la construction sociale de leur territoire.

  • 1 En portugais, Reserva extrativista.

5Au risque de nuire à l’approfondissement de l’analyse, pour cette étude, nous avons préféré adopter comme références empiriques deux nouveaux territoires amazoniens constitués en Unités de Conservation de la Nature (SNUC), et plus particulièrement en réserve extractiviste (RESEX)1. Ces réserves sont des microrégions amazoniennes très différentes, aussi bien du point de vue de leurs écosystèmes respectifs, et par voie de conséquence, de l’histoire économique et sociale et même politique, que par la modalité particulière des différents nouveaux territoires. Ce sont des unités de conservation peuplées et organisées socialement, sans exclusion de l’exploitation économique de leurs ressources naturelles ; bien au contraire, elles sont organisées en vue de s’en servir pour améliorer leur vie quotidienne et garantir leur développement durable, non seulement économique, mais aussi social et politique. Les deux unités sont d’une part un territoire situé au confluent de deux grands fleuves – le Xingu et l’Amazone – et d’autre part une zone côtière.

1. Aux origines des RESEX

6Les RESEX sont des espaces concédés, soit par l’Union fédérative, soit par un des États fédérés, soit encore par une municipalité, à des populations qui les habitent déjà et auxquelles il appartient d’organiser l’utilisation des ressources selon un modèle d’usage établi par eux et pour eux. La formule RESEX est aujourd’hui un fait acquis. Elle naquit dans l’État de l’Acre, en Amazonie brésilienne, où elle fut le fruit des luttes des seringueiros (cueilleurs de latex) à l’extrême ouest de la région, à la frontière de la Bolivie. Dans la foulée des succès des seringueiros, ont été établies des formules voisines, fréquemment appelées dans la littérature brésilienne comme « nouveaux territoires » ou « territoires émergents ».

  • 2 Provient du nom de quilombo, territoire occupé par des anciens esclaves en fuite organisés en commu (...)

7Leur nouveauté et leur originalité s’expliquent par un certain ensemble de caractéristiques qui leur sont communes et qui les distinguent de ce qu’il est convenu d’appeler des territoires classiques, c’est-à-dire ceux qui, depuis la proclamation de la République (1891), constituent la structure politique et administrative de la Nation : État fédéral, États fédérés, municipalités… (BRASIL, 2006, art. 18). Parmi ces caractéristiques, soulignons d’abord son origine : la RESEX est le fruit de débats conduits aux niveaux national et international sur la gestion de l’environnement, comme la Conférence de Stockholm (en 1972) et, au Brésil, dans le cadre de l’Assemblée Nationale Constitutionnelle (de 1987 à 1988), convoquée après vingt ans de dictature avec l’objectif de « restaurer un État démocratique » (BRASIL, 2006, Preâmbulo). C’est sous la pression et grâce à une convergence publique autour de la question de l’environnement, de la volonté démocratique du peuple brésilien et, de plus, d’une revendication encore timide d’un aménagement de l’espace agraire – la Réforme Agraire – qu’émergèrent certaines dispositions constitutionnelles relatives aux « nouveaux territoires » ; parmi ces dispositions juridiques, notamment les trois suivantes : l’exigence de la démarcation des territoires traditionnellement occupés par les Indiens, la reconnaissance officielle des espaces occupés par des descendants des quilombolas2 et, enfin, la possibilité de création des Unités de Conservation de la Nature (SNUC), parmi lesquelles un type particulier : la réserve extractiviste (RESEX) permise aussi bien dans des espaces continentaux que dans les espaces côtiers et maritimes (IBAMA, 2002).

8C’est ainsi que se structura progressivement, lors des années de la re-démocratisation, un ensemble législatif qui définit les principes de base de ces « nouveaux territoires » en accord avec le modèle de développement durable prétendu par la loi. D’ailleurs, dans le cadre de la Constitution, furent aussi définis les principes de base de la question environnementale : « Tous [les citoyens] ont droit à un environnement écologiquement équilibré d’usage commun du peuple et essentiel à une qualité de vie saine » (BRASIL, 2006, Art. 225, III) et, ensuite, au sujet des terres des Indiens : « sont reconnues aux Indiens leur organisation sociale, leurs coutumes, leurs langues, leurs croyances et leurs traditions et droits originels sur les terres traditionnellement occupées par eux, revenant à l’État fédéral leur démarcation » (BRASIL, 2006, Art. 221). Et, comme s’il était avéré des législateurs constituants pour conclure leur mission, ceux-ci ajoutèrent à la Constitution fraîchement approuvée, un Acte de dispositions constitutionnelles (ADCT) relatives aux Indiens en ces termes : « l’État fédéral conclura dans un délai de cinq ans la démarcation indigène » (BRASIL, 2006, Ibid. Art. 67) et, de plus, « aux descendants des communautés de quilombos qui occupent [de fait] leurs terres en est reconnue la propriété définitive, restant à l’État l’obligation de leur émettre les titres respectifs » (BRASIL, 2006, ACDCT Art. 69). Il faut bien reconnaître que ce ne fut pas pris au pied de la lettre. Ce ne fut que quelques années plus tard et dans le cadre, cette fois, de simples lois, qu’ « a été institué sous régime spécial d’administration le Système National d’Unités de Conservation de la Nature  (SNUC) » (loi nº. 9.985 du 18.07.2000). Parmi ses objectifs, la loi mentionne : « favoriser les conditions susceptibles de promouvoir l’éducation et l’interprétation environnementale » (BRASIL, 2006, Art. 4, XII). Cette loi est complétée par le Décret nº4340 du 22.08.2002 qui réglemente les articles de cette loi. Le SNUC comporte deux groupes : l’un qui concerne la préservation intégrale et l’autre qui se rapporte à l’usage durable, comme les RESEX.

9Les discussions sur la régulation de l’usage des ressources naturelles par les populations locales approfondirent le débat sur l’objectif « d’assurer aux générations futures moyennant le développement durable [...] l’amélioration de la qualité de vie des peuples et des communautés traditionnelles de la génération actuelle, garantissant aux générations futures les mêmes possibilités dans le respect de leurs modes de vie et de leurs traditions » (Décret nº 6040, Art. 1, 2007).

Figure 1. Localisation des réserves de Verde Para Sempre et de Caeté-Taperaçu dans l'Etat du Pará (nord du Brésil)

Figure 1. Localisation des réserves de Verde Para Sempre et de Caeté-Taperaçu dans l'Etat du Pará (nord du Brésil)

Source : Auteurs

2. Les RESEX de Porto de Moz et Bragança : espaces de vie et modes d’organisation

10Le premier cas étudié est la RESEX Porto de Moz qui couvre jusqu’à 70% de la municipalité de Porto de Moz, le long du fleuve Xingu ; celle-ci reçoit les eaux d’un large réseau fluvial le long duquel s’échelonnent des groupes de familles appelées riveraines. Leurs aires se distinguent suivant l’alternance des crues et décrues des rivières déterminées par le mouvement des eaux qui prennent leur source dans la cordillère des Andes ; elles se constituent en communautés de « terres fermes » et de « terres inondables » ; elles vivent essentiellement des ressources naturelles abondantes et diversifiées de ces écosystèmes ; les unes et les autres pratiquent la pêche.

11Le second cas abordé est la RESEX de Bragança, peuplée par des populations qui habitent sur les berges de l’océan Atlantique ; elles vivent de la pêche réalisée, selon la loi, dans le territoire maritime brésilien qui s’étend sur 12 milles marins (environ 20 kilomètres), mais aussi de l’exploitation des crustacés et des mollusques des mangroves qui longent tout le littoral de l’État du Pará. En amont des fleuves et plus à l’intérieur des terres, ils se consacrent à de la petite et de la moyenne agriculture. Leurs activités sont rythmées par le rythme quotidien des marées, par le changement de salinité des eaux côtières et par l’intensité plus ou moins grande des pluies selon les deux saisons appelées l’hiver et l’été.

12Dans l’un et l’autre de ces deux territoires, les hommes et les femmes adaptent leurs activités aux rythmes de ces saisons. Ces activités sont fort différentes, notamment en raison des caractéristiques écologiques de leur territoire qui s’imposent aux habitants et aux utilisateurs, en commençant par le rythme temporaire de travail, aussi bien dans les eaux que sur la terre ferme. La pêche en mer, par exemple, exige du pêcheur et de la pêcheuse des périodes d’éloignement de leur résidence, tandis que les habitants des bords des fleuves résident au plus proche de leur lieu de travail.

13Différents sont aussi les outils qui souvent déterminent la distribution sexuelle de ceux qui les manient. L’organisation du travail correspond au type de technologie employée, qui varie selon les activités plutôt individuelles ou plutôt collectives. Inévitablement, les déterminations naturelles se répercutent aussi sur les institutions sociales et politiques locales et régionales du genre ; par exemple dans les institutions professionnelles et scolaires, les pratiques occasionnelles de travail collectif – le « mutirão » -, les festivités civiles et religieuses, etc. Ce sont finalement ces institutions qui expliquent le processus socio-politique qui a amené ces populations à s’intéresser à la création et à la gestion d’une RESEX adaptée à leurs nécessités, et à se lancer dans cette aventure volontaire et collective d’une forme spécifique de patrimonialisation, c’est-à-dire, de prise en charge d’un territoire de nature écologique, marginal par rapport aux territoires classiques constitutifs de l’organisation générale de l’État national (l’União, les États, les municipalités). La diversité de ces deux groupes sociaux dépend en grande partie des contextes naturels.

14Sur la côte du Pará, les activités ont imposé une division sexuelle du travail plus claire : la pêche lointaine est pratiquée surtout par les hommes, tandis que l’agriculture, la cueillette, la pêche à proximité et les activités pré et post-capture relèvent de la participation féminine. À Porto de Moz, les activités quotidiennes impliquent le plus souvent l’ensemble de la famille : femmes et hommes, jeunes, adultes et personnes âgées.

15Une autre spécificité très significative concerne, dans l’un et l’autre des deux territoires, de la question foncière. En ce qui concerne la zone côtière, elle a été profondément marquée par l’immigration de personnes en provenance du Nord-Est brésilien, vers la fin du xxe siècle. Les migrants ont été installés par le gouvernement sur des terrains agricoles pour assurer l’approvisionnement des seringais (les plantations d’hévéas) à l’époque où l’Amazonie était le principal fournisseur international de latex. Ces immigrés reçurent le titre officiel de propriété de leurs terres. Il est vrai qu’un certain nombre les ont ensuite abandonnées à d’autres ; on y compte aussi des divisions successives à la suite d’héritages, qui rendirent ces terres économiquement inexploitables.

16À Porto de Moz, au contraire, les actuels groupements sociaux s’installèrent sur des terres appelées « dévolues », c’est-à-dire, des terres concédées par la Couronne portugaise à des colons portugais qui ne les ont pas exploitées à l´époque puis les ont été abandonnées lors de l’Indépendance brésilienne (1822) ; elles ne retournèrent pas à la Couronne, ni ne furent intégrées au patrimoine des différentes Provinces, ni légalement appropriées par des particuliers : ces terres ne sont ni publiques, ni privées ; elles sont patrimoine de la Nation, quoique de nombreux prétendants invoquent sur elles des titres en fait falsifiés.

3. La conquête des RESEX comme processus de patrimonialisation

17Bien que le terme de patrimoine ne soit guère utilisé à la campagne, les expériences ici examinées sont, croyons-nous, des exemples de processus de patrimonialisation. Nous pensons, en effet, que le concept de patrimoine réunit des dimensions matérielles, telles que la terre et les eaux, leurs composants et leurs processus vitaux, mais aussi des dimensions immatérielles, comme le territoire avec ses frontières symboliques et culturelles, les relations sociales qui s’y tissent dans la pratique et les sens qui s’y expriment, les points de vue des acteurs sociaux qui sont directement impliqués, c’est-à-dire ceux qui y vivent et les utilisent au jour le jour. Comme le soulignent Zanitaro et Ribeiro (2006), les dimensions évoquées ci-haut sont de plus en plus prises en compte dans la conceptualisation du patrimoine. C’est ainsi qu’ils réservent un espace à l’expression de patrimoine immatériel et à diverses autres formes de reconnaissance de biens, tant au niveau local, national et international, tels que les danses, les musiques, les manifestations religieuses et divers autres événements.

18De par sa définition, le patrimoine implique donc la reconnaissance de la valeur à laquelle accèdent des biens ou des pratiques – en d’autres mots, leur adoption- de la part des fondateurs, des utilisateurs, des praticiens, des possédants, des héritiers, etc., mais aussi la reconnaissance de la part d’un cercle plus ample de la société, qu’il s’agisse d’une municipalité ou de la communauté internationale, dans la mesure où ils adhèrent à cette valeur. Il faut, cependant, ajouter que dans le cas des territoires en question, si la priorité dans la définition de patrimoine revient aux populations locales, la reconnaissance extérieure reste capitale, surtout lorsque sont en jeu de grands intérêts économiques et politiques.

19Les territoires organisés en RESEX émanent de conflits et de forces de résistance dans des contextes sociohistoriques sans intervention majeure d’instances de négociation : les populations locales se sont trouvées en position sociale et politique subalterne face à des jeux d'intérêts concurrents ; c’est clairement le cas à Porto de Moz face aux industries du bois bien représentées dans les engrenages du pouvoir politique municipal ou associées à celui-ci. Cette situation se retrouve aussi, à un moindre degré, à Bragança, avec la chaîne de commercialisation du poisson.

20Un grand défi se pose également au niveau du processus urbain de patrimonialisation ; on se réfère ici aux politiques de développement favorables à certains groupes ou à l’ensemble d’une ville, moyennant l’intégration sociale ou l’appui aux activités économiques. Il s’agit d’associer le patrimoine urbain au projet de développement pour répondre au souci des populations impliquées d’accéder à de meilleures conditions de vie et de travail. Comme on le sait, on est très loin d’une articulation consensuelle et effective entre les logiques de préservation et d’usage dans une perspective de développement. C’est une question critique quand il s’agit de formuler des règles d’usage compte tenu de l’hétérogénéité des intérêts, des dissensions et de la hiérarchisation du pouvoir ; même au plan local, les populations ne sont pas toujours des communautés homogènes.

21Un autre défi important, commun à d’autres processus de patrimonialisation, relève de l’identification des groupes, de la définition de leur identité sur la base du territoire ; on est confronté à la problématique de l’histoire de la constitution des groupes, à la qualité de l’associativisme qui les supporte.

4. Déterminations générales de l’histoire des RESEX de Porto de Moz et de Bragança

22Sur la base des réflexions développées, les expériences des RESEX Porto de Moz et de Bragança permettent d’analyser les méthodes et des actions engagées et à mettre en œuvre par les collectivités locales pour la réalisation du processus de territorialisation et de patrimonialisation, en fonction des types de luttes, de ruptures politiques et des nouvelles pratiques de gestion.

4.1. Le cas de la RESEX de Porto de Moz

23La territorialisation des familles rurales de Porto de Moz remonte à la première phase de l’exploitation du latex dans la forêt (1870-1920). Cet espace, traversé par le fleuve Xingu entre sa grande courbe au Sud et son embouchure au Nord, a été le domaine des propriétaires des plantations d’hévéas (seringalistas) qui imposaient de rudes conditions de vie aux travailleurs, hommes et femmes. Lors du déclin de ce cycle économique, vers les années 1920, ces territoires furent occupés par un certain nombre de ces travailleurs et par quelques commerçants de seconde main qui fournissaient aux aires d’exploitation les produits nécessaires. C’est ainsi que ces territoires appartinrent progressivement à des groupes de familles qui se structurèrent à travers les mariages et les relations de parrainage ; ces espaces devinrent des territoires intrinsèquement familiaux et se construisent aussi dans leur dimension écologique, en fonction de la pêche, de la chasse, de la cueillette, et d’une production agricole.

24À partir des années 1970, le clergé de l’Église catholique fit de ces groupes familiaux des « communautés chrétiennes » - un terme cher à l’Église – qui s’identifiaient entre elles par le nom d’un saint du calendrier. Ce clergé en établit une carte géographique correspondant à la localisation de ces groupes familiaux le long des fleuves et ruisseaux ; il les regroupa en secteurs : secteur du bas fleuve Acari, du fleuve Jaurucu, du Guajará, etc., d’où provinrent, dans les années 1980, les premiers militants communautaires. En fait, ce clergé, sans s’en douter, fit émerger un vrai territoire symbolique, chrétien. La cartographie réalisée par l’Église était si pertinente qu’elle fut adoptée par l’administration publique, tant au niveau municipal qu’au niveau fédéral.

25À partir des années 1960, les mesures politiques gouvernementales de type « développementaliste » du régime militaire projetaient sur l’Amazonie un nouveau système d’occupation territoriale avec l’implantation de grands projets proprement économiques en vue de son intégration au reste du Pays ; ce fut exécuté moyennant d’imposants déboisements, l’ouverture au latifondium d’élevages et des encouragements fiscaux aux entreprises minières. Ces politiques générèrent de nouvelles menaces contre les populations rurales ; celles-ci vivaient, désormais, le sous régime politique typique des campagnes amazoniennes marquées le clientéliste, le paternaliste et le « patrimonialiste » -ce dernier terme en vigueur dans le langage politique au Brésil désigne des gouvernants qui considèrent leurs circonscriptions administratives comme des prolongements de leur jardin.

  • 3 Dans le sens utilisé ici, quelqu’un provenant d’une autre municipalité.
  • 4 La pêche de blocage est considérée comme prédatrice en raison de sa méthode qui consiste à attraper (...)

26Au final, des années 1980, les communautés se mirent à développer localement des actions collectives par exemple pour contenir l’avancée croissante de la pêche commerciale avec l’interdiction d’entrée de ces bateaux de pêche et, même, des embuscades en certains endroits, la capture d’équipements, la dénonciation à la Délégation de police. Il en fut de même pour l’avancée des marchands de bois. Il en résulta la formation d’une Commission de représentants des habitants qui fut la première organisation collective à défendre leur territoire et leurs intérêts, et une première ébauche du concept de territorialité acquise par le recours à des préceptes coutumiers. Au sein de ces conflits émergèrent deux types d’action : d’un coté, ces pêcheurs venus du fleuve Tocantins, les « étrangers » (outsiders 3, selon la terminologie de Norbert Elias, 2000), considérés par les locaux (les established) comme des déprédateurs du fait des pratiques de pêche dites de blocage4, auxquels s’ajoute la commercialisation de leurs produits hors de la municipalité, au détriment de la population locale. Aux yeux des established, ces pêcheurs provoquaient du désordre chez eux.

27Inspiré par la théologie de la libération, le clergé de l’Église catholique locale joua un rôle important auprès des communautés en les encourageant et les éduquant, non seulement en vue des activités proprement pastorales, mais aussi dans le sens de leur autonomie politique en rupture avec les structures politiques traditionnelles et favorisant la prise de conscience de leur position de classe au bénéfice de l’organisation syndicale. Des séminaires et des réunions locales et régionales furent organisés avec l’appui de la Commission pastorale de la terre (CPT) et de la Centrale [syndicale] Unique des Travailleurs, d’où se forma un noyau local de dirigeants. Il en résulte, en 1986, la victoire de ces militants de gauche qui couronne leurs efforts.

28Dans les années 1990, les travailleurs ruraux se tournèrent cette fois, contre les marchands de bois qui dévastaient la forêt ; tout indiquait que les conflits de la pêche et ceux du bois allaient obéir à des logiques différentes : lors des premiers, les habitants arrivèrent à dialoguer et s’imposer leur position ; lors des seconds, au contraire, les communautés répondirent à la violence des invasions sur leurs territoires par des actions énergiques de défense (MOREIRA, 2010).

29Au milieu des conflits le syndicat des travailleurs ruraux (STR) s’affirma comme représentant légitime des communautés, non seulement au nom de l’organisme de classe, mais aussi par son articulation avec le milieu complexe des institutions régionales, politiques et privées. Les débats entre les communautés les amenèrent à mettre en place trois séminaires successifs sur les questions de la pêche et du bois. Un quatrième séminaire dépassa le cercle restreint des pastorales, toujours initié par la paroisse, mais, cette fois, conjointement avec le STR de Porto de Moz, le Parti des Travailleurs (PT) local et l’Association des pêcheurs artisanaux de Porto de Moz (ASPAR). Des représentants du gouvernement fédéral y participèrent. L’événement reçut le soutien d’une équipe interdisciplinaire de chercheurs du Laboratoire agroécologique de la Transamazonienne (LAET), lié à l’Université Fédérale du Pará (UFPA) ; ceux-ci étudièrent et évaluèrent les risques environnementaux et sociaux de l’avancée du déboisement. Une des conclusions effrayantes de leur recherche fut la mise en évidence qu’au rythme actuel du déboisement local, en l’espace de dix à quinze ans, toute la forêt de la municipalité serait en péril (LAET, 1996). 

30Au terme de la réflexion collective, des mesures de préservation furent adoptées pour délimiter et borner les périmètres estimés être les territoires de chaque communauté. Six d’entre-elles se consacrèrent à ce travail de démarcation en groupes (mutirões), l’espace démarqué variant, selon les cas, de 4 000 à 7 000 hectares, sans inclure les villages et les espaces d’habitation localisés sur les bords des fleuves et des ruisseaux. Ces territoires, plus éloignés des villages, au cœur de la forêt, sont les indispensables espaces d’usage des ressources naturelles et de travail. C’est ainsi que naissait un nouveau concept de territoire, celui de réserve naturelle, bien délimitée, démarquée, fermée, non plus construite simplement dans la mémoire selon la tradition des anciens, mais par une action concrète organisée. L’idée de la création officielle d’une réserve extractiviste (RESEX) et d’instituer, en 2002, une nouvelle entité civile et non plus religieuse, le Comité de Développement durable de Porto de Moz (CDSPM), qui reçut immédiatement l’appui d’organisations non gouvernementales (parmi lesquelles Greenpeace) qui contribuèrent à faire pression sur les gouvernements – tant au niveau fédéral que de celui de l’État du Pará – pour reconnaitre ce nouveau type de réserve.

  • 5 Réserve Verte à Jamais

31Faute d’une réponse de la part du gouvernement fédéral, le plus grand mouvement pacifique des communautés rurales se produisit en 2002 avec le barrage du large fleuve Jaurucu. Plus de 400 familles campèrent durant trois jours dans leurs barques en empêchant le transport illégal de bois. Cette manifestation compta sur les forces environnementales de la région et la médiation d’hommes politiques et d’autres ONG internationales. Le blocage du fleuve fut réprimé violemment par les marchands de bois et des hommes politiques locaux ; cette répression démontra publiquement les conflits et la destruction environnementale de Porto de Moz. Dans la foulée, sous la pression du PT, le gouvernement fédéral décréta finalement la création de cette « Reserva Verde para sempre »5.

32La conquête de ce nouveau territoire représente l’affirmation et la concrétisation de ce que nous considérons ici comme une patrimonialisation environnementale. Ce qui est académiquement et institutionnellement qualifié sous le génériquement de « ressource », sont bien prosaïquement pour les habitants, des arbres, des fruits, des semences de milliers d’espèces, des poissons, chacun avec un nom propre associé à la mémoire collective et leurs divers emplois : aliments, matériaux de construction de maison et de barques, remèdes, instruments domestiques et professionnels, usages rituels et religieux. Une vraie recette à transmettre pour les générations successives à chaque moment de leur vie, l’expression d’une interrelation très complexe de tous les êtres de leurs forêts et de leurs eaux, non seulement humains, mais aussi animaux, végétaux et inorganiques (Moreira et Hébette, 2009).

4.2. Le cas de la région de Bragança

33Bragança est l’une des plus anciennes cités de l’État du Pará et même de l’Amazonie brésilienne. À partir de la fin du xixe siècle, elle accueillit un mouvement d’immigration et de colonisation agricole pendant presque un siècle (1870-1960). Son accès se faisait par la Estrada de Ferro de Bragança (le chemin de fer bragantin [EFB]), véritable ouverture à travers la forêt vierge qui permit l’installation des nouveaux habitants (Conceição, 2002). Ce projet de colonisation agricole cédait à ces migrants des titres de propriété sur des lopins de terre éparpillés le long de la voie ferrée et des chemins vicinaux ; les agriculteurs bâtissaient leur maison à l’entrée du terrain. Avec l’avancée de la nouvelle frontière agricole amazonienne des années 1970-1980, beaucoup de ces terres furent vendues à des éleveurs de la région et à des latifundiaires venus d’autres États. Bragança était devenu un prospère centre commercial qui donnait aussi accès à l’État voisin de Maranhão ; ce centre assurait l’approvisionnement en produits agricoles (principalement de la farine de manioc très appréciée) des villes desservies par le chemin de fer.

34Longtemps maintenu dans un relatif isolement, en raison de son éloignement à l’extrémité orientale de l’État du Pará, la ville de Bragança et ses alentours ont évolué dans un cadre paysager et social assez traditionnel, comme en attestent l’architecture coloniale typique des bâtiments et surtout la Fraternité de Saint Benoît le Nègre – d’un esclave venu d’Afrique - qui ne cessa de réunir des milliers de pèlerins dans la ville à l’occasion de la fête Majurada, qui allie pure religiosité et croyances populaires. Grâce à cet évènement, Bragança a obtenu de l’État du Pará, le titre de patrimoine culturel, artistique et touristique. Les routes ouvertes dans la seconde moitié du xxe siècle, en direction du sud et du nord-est du pays, ont rompu définitivement cet isolement. Bragança est aujourd’hui l’un des plus grands ports de pêche du Pará. Les mangroves qui bordent la côte ouest attirent beaucoup d’extracteurs de mollusques, principalement de crabes ; cette vive concurrence a engendré des tensions et des conflits qui sont à l’origine de création de RESEX maritime sur les côtes du Pará (Conceição, 2000).

35Dans cette expérience, comme dans celle de Porto de Moz, le rôle des activités pastorales de l’Église catholique fut également important : ce sont d’abord l’implication des missionnaires italiens, pionniers l’éducation, la santé et l’organisation populaire ; ils furent secondés par des missionnaires brésiliens et par des congrégations de religieuses pour l’implantation d’écoles et d’un hôpital. Néanmoins, le clergé de Bragança rejeta la  théologie de la libération, d’où la permanence d’un certain conservatisme social et politique dans la région. Grâce à la diffusion de leur radio dans les foyers ruraux, le clergé exerçait une influence significative sur leurs fidèles et contrôlait la conversion à d’autres Églises ; il entra d’ailleurs dans un long conflit avec l’ancienne Fraternité de Saint-Benoît le Nègre.

  • 6 Le crabe Ucides cordatus (Linnaeus, 1763)

36Pour bien comprendre les déterminations de la constitution de la RESEX de Bragança, il importe de saisir l’activité rurale extractive du point de vue de son organisation sociotechnique, spécialement celle de la pêche aux crabes et les disputes provoquées autour des captures croissantes de crabes caranguejo-uçá6 dans les mangroves de l’État du Pará au cours des quatre dernières décades, avec l’expansion du réseau routier. La demande pour les crabes du Pará ne cesse de s’accroître sur les marchés locaux, mais aussi les marchés extérieurs. De plus, cette activité n’exige guère d’investissement initial, ces captures sont accessibles à des personnes extérieures, venues des régions rurales appauvries. Il leur suffit d’obtenir une place disponible dans un équipage de mer. La chaîne productive comporte en majorité des pêcheurs, les caranguejeiros (capteurs ou tireurs de crabes), auxquels s’ajoutent trois niveaux d’intermédiaires : le petit acheteur, qui va vers les zones de capture en bicyclette ou par transports collectifs ; les intermédiaires de petite ou moyenne importance qui disposent de leur propre embarcation et qui financent les expéditions de capture éloignées ; et, ultimes intermédiaires, les commerçants munis de camions qui fournissent les marchés éloignés. Cette chaîne inclut aussi, en moindre proportion, des ouvriers qui assurent la préparation et le nettoyage des crabes.

37En raison de l’essor de ce marché, les municipalités voisines de São Caetano, Odivelas, Vigia se sont spécialisées dans la commercialisation de ce produit. Des tireurs spécialisés ont étendu leurs déplacements jusque dans l’ile de Marajó, tandis que les mangroves proches des villages ont été abandonnées (Maneschy, 2005). L’évolution de ces comportements et les prélèvements croissants de crabes ont suscité chez les anciens tireurs locaux des mécontentements et nourri le sentiment d’être victimes d’invasion, avec l’infraction des règles coutumières au profit d’un accès désordonné du type des tragédies des communs étudiés par Hardin (1968) et d’Ostrom (1990). Cette situation fut à la base des motivations pour la création des premières réserves extractives marines de l’État du Pará en 2000. Cela s’est vérifié à Bragança lors de l’Accord de préservation environnementale, conclu le 31 octobre 1999, à la Vila de Treme, qui prohibaient désormais les pratiques responsables de la diminution de ce produit, notamment l’utilisation de certaines méthodes de captures contraires à la reproduction tels l’usage de lacets et de crochets et le blocage des trous (laço, gancho et tapa) (ACORDO, 1999). Par sa mise en œuvre, l’Accord responsabilise « tous les habitants, en premier lieu les personnes engagées dans ces activités [...], tenues de dénoncer les infractions au Secrétariat de la Colonie des Pêcheurs ou au représentant local du Secrétariat à la Science et à la Technologie de l’État du Pará et à l’IBAMA ».

38Les menaces relatives au milieu de vie et au patrimoine naturel ont motivé d’autres actions collectives des résidents de la côte qui ont abouti à la création de la réserve extractiviste marine de Caeté-Taperaçu, par Décret présidentiel du 20 mai 2005. Elle s’étend sur toute la côte du municipe avec juridiction depuis les zones de terres inondables et jusqu’à un mille nautique au large. D’autres secteurs de la même commune, notamment ceux consacrés au tourisme, ne font pas partie de la RESEX.

39Des leaders de communautés ont participé aux relevés socio-économiques de la région avec l’appui du STR et du bureau de l’EMATER, de l’ONG écologiste Mouvement Marée et du Projet Mangroves de l’Amazonie (MADAM) liée à l’UFPA. Quelques acteurs et institutions eurent un rôle-clef dans cette mobilisation comme l’IBAMA, le MADAM, un leader de la communauté (membre de l’Église locale et du Conseil Pastoral de Pêcheurs), un futur président de l’ASSUREMACATA, un religieux coordinateur du Conseil pastoral des pêcheurs à Bragança, l’ONG Caritas et, ponctuellement, le secrétaire municipal de la pêche.

Conclusion

40En termes de régulation, aussi bien à Porto de Moz qu’à Bragança, avant les décrets, les habitants disposaient de leurs  institutions traditionnelles d’accès, d’usage et de partage des ressources naturelles. C’est avec l’expansion du système capitaliste dans ces régions de confins, soutenue par l’ouverture de routes et par l’attribution d’avantages fiscaux qui promurent la venue de nouveaux fronts économiques, que les institutions locales furent débordées, incapables de contrôler l’évolution de l’exploitation des ressources. Les habitants avaient une certaine conscience de la situation, leur mobilisation fut soutenue par des institutions de recherche qui mirent en évidence les processus dégradations irrémédiables de l’environnement, soulignant la propre fragilité des pratiques locales en matière de défense de leur environnement.

41Dans les deux expériences suivies, se développèrent des formes de résistance aux pressions extérieures qui s’accumulèrent et conduisirent à l’adoption d’une nouvelle configuration avec la mise en place des RESEX qui consacrèrent l’appropriation du patrimoine rural sous leur gestion par le truchement de leur Conseil délibératif. Aux héritiers de ce patrimoine s’offraient désormais de nouveaux défis : ceux d’articuler cette gestion de type traditionnel avec les exigences découlant de son institutionnalisation, c’est-à-dire de sa patrimonialisation ; d’intégrer à leurs savoir-faire traditionnels aux savoirs scientifiques et autres technologies modernes ; de définir des règles de gestion en accord avec celles des organismes officiels - tout cela supposant l’apprentissage, aussi bien de la part des techniciens et des scientifiques que des habitants.

42Cinq ans après les décrets de création, on perçoit parmi les habitants des signes de progrès dans leur perception de l’environnement, tant dans leur prise de conscience que dans leurs pratiques, notamment chez les leaders engagés dans les Comités de coordination des Associations des usagers. A Bragança, par exemple, cette évolution est significative en ce qui concerne l’interdiction de l’usage de substances toxiques ou l’emploi de filets de pêche aux sources des fleuves, locaux de reproduction des espèces. Comme le disait un dirigeant : « la RESEX a domestiqué le peuple ». À Porto de Moz, la situation est plus complexe du fait que les marchands de bois et les pêcheurs d’autres horizons, qui ne sont pas membres de la RESEX y opèrent ; ils ont accès à la ville et aux institutions de la commune et restent libres de leurs mouvements aux abords de la RESEX et ne manquent pas d’en profiter.

43Dans un cas comme dans l’autre, les Associations de résidents et usagers ressentent des entraves dans la construction sociale de leurs réserves, quant à l’observation des règles de la part de certains d’entre eux et, surtout, du fait d’un certain éloignement ou, parfois, d’une absence prolongée de l’administrateur officiel et président du Conseil désigné par les institutions compétentes. Il en est de même qua

44nt aux responsabilités des divers gouvernements – fédéral, de l’État du Pará et de la Préfecture- par rapport aux politiques d’éducation, de santé, de transport et communication, de l’énergie, et autres qui restent toujours de leur ressort ; le ressort des communautés des RESEX se référant spécifiquement à la gestion et à l’économie de l’usage durable des ressources naturelles. On a perçu, par ailleurs, le problème sérieux du relai de leadership dans le sens d’un nouveau leadership capable des mêmes dynamismes et engagements de leurs aînés, ceux de la génération fondatrice, aujourd’hui quelque peu vieillissante, surtout à Porto de Moz.

45Pour conclure, il convient d’insister sur la portée de ces nombreuses actions collectives menées dans toute l’Amazonie brésilienne avec l’objectif d’implanter ce nouveau modèle, nouvelle version de Réforme agraire inspirée par le leader fondateur, Chico Mendes, qui associe la gestion des ressources naturelles à l’amélioration du niveau de vie et de l’esprit de citoyenneté au profit des générations actuelles et des futures.

Haut de page

Bibliographie

ACORDO (1999). Acordo Comunitário de Preservação Ambiental, Document signé à la localité de Treme, Bragança, le 31 Octobre 1999, sous l’égide de l’IBAMA.

BRASIL. (2006). Constituição da República Federativa do Brasil, 39ª ed, atualizada. São Paulo, Saraiva.

Collignon, B. (2000). « Les savoirs géographiques vernaculaires ont-ils une valeur? », In Y. Michaud (dir.), Qu’est-ce que la société?, Paris, Editions Odile Jacob.

Conceição, M.F.C. (2002). « Reprodução social da agricultura familiar: um novo desafio para a sociedade agrária do nordeste paraense”, In: J. Hébette, S.B. Magalhães and M.C. Maneschy (Orgs.). No mar, nos rios e na fronteira: faces do campesinato no Pará. Belém, EDUFPA : 133-171.

Elias, N. and J. Scotson (2000). Os estabelecidos e os outsiders: sociologia das relações de poder a partir de uma pequena comunidade, Rio de Janeiro, Jorge Zahar Editor.

Harding, G. (1968). “The tragedy of the commons”, Science, 162: 1243-1248.

Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e Recursos Naturais (2002).

Laboratório Agro-Ecológico da Tansamazônica (1996). Relatório do IVº seminário de preservação dos recursos naturais - pesca e madeira, Altamira.

Maneschy, M.C. (1993). « Pescadores nos manguezais », In L.G. Furtado, W.M. Leitão e A.F. Mello (Orgs.), Povos das águas: realidade e perspectivas na Amazônia, Belém, MPEG.

Maneschy, M.C. (2005). « Sócio-economia: Trabalhadores e trabalhadoras nos manguezais”, In: M.E.B. Fernandes. (Org.). Os manguezais da costa norte brasileira. 1 ed. Belém: Petrobrás/Fundação Rio Bacanga, Vol. II: 135-165.

Moreira, E. (2010). “Mobilização comunitária, ordenamento territorial e territorialidades no Rio Xingu, Pará”, In A.C. Gomes, M.C. Maneschy, S.B. Magalhães e J.M.C. Ferreira, Organização social do trabalho e associativismo no contexto da mundialização: estudos em Portugal, África e Amazônia. Belém, NUMA/UFPA: 213-238.

Moreira, E. do S.S e J. Hébette (2009). “Metamorfoses de um campesinato nos Baixo Amazonas e Xingu”, In: E.P. de Godoi, M.A. Menezes e R.A. Marin (Orgs.), Diversidade do Campesinato: expressões e categorias. Construção identitárias e sociabilidades. São Paulo; Brasília: UNESP; NEAD, 10: 187-208.

Ostrom, E. (1990). Governing the commons: the evolution of institutions for collective action, Cambridge University Press, Cambridge and New York.

Vergara, F. (2003). Parecer técnico: Criação da Reserva Extrativista Marinha Caeté-Taperaçu, Município de Bragança/PA, Document fait à Belém, le 26 Novembre.

Zanirato, S.H. e W.C. Rubeiro (2006). “Patrimônio cultural: a percepção da natureza como um bem não renovável”, Revista Brasileira de História, São Paulo, 26(51): 251-262.

Haut de page

Notes

1 En portugais, Reserva extrativista.

2 Provient du nom de quilombo, territoire occupé par des anciens esclaves en fuite organisés en communauté.

3 Dans le sens utilisé ici, quelqu’un provenant d’une autre municipalité.

4 La pêche de blocage est considérée comme prédatrice en raison de sa méthode qui consiste à attraper les poissons en vrac dans les filets, sans distinction. Elle est néanmoins pratiquée traditionnellement sur le fleuve Tocantins, d’où venaient ces « étrangers ».

5 Réserve Verte à Jamais

6 Le crabe Ucides cordatus (Linnaeus, 1763)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des réserves de Verde Para Sempre et de Caeté-Taperaçu dans l'Etat du Pará (nord du Brésil)
Crédits Source : Auteurs
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/8854/img-1.png
Fichier image/png, 4,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Cristina Maneschy, Edma Silva Moreira et Jean Hébette, « Le développement environnemental, une valorisation du patrimoine pour nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/8854 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.8854

Haut de page

Auteurs

Maria Cristina Maneschy

Université Fédérale du Pará (UFPA) et de l’Institut Technologique Vale Développement Durable (ITV DS), Brésil ; Professeur ; cristina@ufpa.br

Edma Silva Moreira

Université Fédérale du Sud et du Sud-Est du Pará (UNIFESSPA), Brésil ; Professeur ; edma@ufpa.br

Jean Hébette

Université Fédérale du Pará (UFPA), Brésil ; Professeur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org