Navigation – Plan du site

L’articulation entre migrations, mobilités et constructions identitaires : Une nouvelle approche de l’insertion de la Caraïbe dans les réseaux de la mondialisation

Cédric Audebert et Michel Desse

Texte intégral

1Aujourd’hui, les migrations antillaises ne peuvent être appréhendées indépendamment du contexte de l’inscription contemporaine multiforme de la Caraïbe dans les réseaux de la mondialisation. Géostratégie, liens politico-institutionnels et post-coloniaux privilégiés, attraction des capitaux internationaux dans des secteurs stratégiques de l’économie globale [tourisme, finance off shore notamment], dépendance vis-à-vis des marchés de l’emploi extra-caribéens, et pénétration culturelle états-unienne ont largement contribué à mettre en mouvement les populations dans le cadre de réseaux plus ou moins formalisés.

2S’interroger sur les enjeux sociaux et culturels des mobilités humaines dans la Caraïbe n’est pas anodin dans une région qui reste proportionnellement l’une des plus concernées par les migrations internationales, avec des effectifs à l’étranger représentant l’équivalent de 15 % à 20 % de la population des territoires d’origine. Ces mouvements de populations s’orientent encore pour l’essentiel vers les [anciennes] métropoles européennes et vers l’Amérique du Nord d’une part, et vers les territoires voisins [migrations intra-caribéennes] d’autre part.

3Ils restent dans une large mesure marqués par une forte concentration géographique dans les grandes villes, par un enracinement des migrants dans les sociétés d’installation, et par des conditions de logement et d’emploi relativement modestes en dépit d’une réelle ascension sociale. Leur expérience dans les sociétés d’accueil est aussi marquée par une ethnicisation du lien social susceptible de peser sur les générations suivantes. Parallèlement, ces flux ont des incidences ambivalentes sur l’économie et la société des espaces d’origine. Ainsi, les transferts financiers en provenance de la diaspora représentent l’équivalent de 20 % du PIB dans certains pays comme Haïti ou le Guyana, mais répondent davantage aux besoins de la famille transnationale qu’à ceux des structures macro-économiques.

4En prise avec ces réalités, la recherche sur les migrations caribéennes s’est plutôt focalisée sur l’insertion économique, sociale et culturelle des populations dans les sociétés post-industrielles, initialement sur le mode d’une vision linéaire et unilatérale du phénomène. Lorsqu’elle s’est intéressée aux dynamiques proprement dites, la recherche a fréquemment porté l’empreinte de la théorie du push/pull. À partir du début des années 1990, les populations migrantes antillaises ont été parmi les premières à faire l’objet de réflexions sur le transnationalisme, avec pour ambition affichée de dépasser les approches précédentes.

5Mais les études ont pour l’essentiel porté sur les États-Unis, et ne se sont que timidement intéressées aux logiques transnationales intra-régionales ou à celles ayant pour base d’autres espaces que l’Amérique du Nord. Parallèlement, l’intérêt croissant pour la réversibilité de ces flux et pour leur mobilité plus affirmée a apporté un éclairage salutaire sur la complexité du phénomène, en lien avec la mise en place de solidarités tissées au-delà des frontières et remarquablement évolutives sur le plan spatial.

6Sur la base de ces apports antérieurs, un approfondissement de la réflexion sur la relation entre mobilités humaines et constructions identitaires est de nature à ouvrir de nouvelles perspectives scientifiques pour mieux comprendre l’évolution récente des sociétés de la région. Comment articuler mobilités et migrations ? Qu’en est-il des logiques transnationales récentes ayant pour base la Caraïbe ? À quelles échelles se déploient les circulations qu’elles éveillent ou réactivent ? Comment ces échelles s’articulent-elles ? Et surtout, comment appréhender les nouvelles constructions identitaires qu’elles suscitent ou qui les ont inspirées ? Autant de questions qui nécessitent de nouvelles approches et de nouveaux terrains.

7Ainsi, l’articulation entre les différentes formes de mobilités et l’activité touristique — constituant au passage une nouvelle manière d’appréhender l’insularité ! – mettent en lumière les nouvelles interactions sociales et la complexification des flux polarisés par les espaces micro-insulaires. Leurs effets sur la recomposition des identités caribéennes sont remarquables, entre influences culturelles [néo— ] métropolitaines et dynamiques centripètes caribéennes voisines. Ce cadre théorique permet de jeter un coup de projecteur sur des réalités peu connues, de celles des mobilités de Métropolitains aux Antilles françaises à celles des migrations intra-régionales conséquentes de travailleurs vers des espaces dont les structures démographiques et sociales se trouvent parfois radicalement transformées.

8Au-delà du bassin caribéen, un nouveau regard sur la notion de diaspora éclaire sur la façon dont les expériences migratoires dans les [ex— ] métropoles ou, à un autre degré, vers l’Afrique, contribuent à réactualiser les différents registres sur lesquels se fondent les identités antillaises : identités familiales transnationalisées, concrétisation du mythe du « retour » vers l’Éthiopie par les Rastafaris, pour ne citer que deux cas de figure abordés dans ce dossier spécial.

9Un nouveau regard s’impose aussi sur l’évolution de ces identités en diaspora, en prenant notamment ses distances vis-à-vis de catégorisations ethno-raciales enfermentes et peu à même de saisir la complexité de stratégies identitaires déclinées différemment selon le contexte. Il n’est ainsi pas rare que les identités des originaires des Antilles en Amérique du Nord, en Europe ou ailleurs se réfèrent à l’origine nationale ou insulaire tout en revendiquant une ouverture pan-caribéenne et/ou une identité « afro » aux contours plus larges et parfois flous.

10De fait, on ne peut que constater le hiatus dans la manière d’appréhender les enjeux identitaires des migrations, entre les schèmes de pensée binaires au niveau sociétal et stato-national [nous/les Autres, sédentaires/mobiles, etc.] et les représentations et modes de fonctionnement individuels et familiaux marqués tant par la transversalité et certaines formes de continuité au-delà des frontières, que par la localité. À leur modeste niveau, les cinq textes qui suivent proposent différentes approches de ces identités et spatialités fondées sur le lien créé par la migration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Audebert et Michel Desse, « L’articulation entre migrations, mobilités et constructions identitaires : Une nouvelle approche de l’insertion de la Caraïbe dans les réseaux de la mondialisation », Études caribéennes [En ligne], 8 | Décembre 2007, mis en ligne le 15 décembre 2007, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/902

Haut de page

Auteurs

Cédric Audebert

Chargé de recherche CNRS, Laboratoire Migrinter (UMR 6588, CNRS/Université de Poitiers, Cedric.audebert@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Michel Desse

Professeur des Universités, Université de Poitiers, Laboratoire Migrinter [UMR 6588, CNRS/Université de Poitiers], michel.desse@mshs.univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org