Navigation – Plan du site

Le cadre politico-institutionnel des migrations antillaises : des dynamiques différenciées dans un contexte géopolitique segmenté

Cédric Audebert

Résumés

La construction historique des sociétés caribéennes est indissociable des mouvements migratoires séculaires qui les ont animées. Le cadre politico-juridique favorable aux migrations antillaises vers leur métropole rend compte de la vigueur des courants migratoires issus des territoires dépendants de la région ainsi que de leur orientation quasi-exclusive vers les métropoles. La problématique migratoire se pose en des termes différents concernant les territoires indépendants. L’analyse de trois populations caribéennes — les Portoricains, les Franco-antillais, les Haïtiens — interroge la particularité des contextes politico-institutionnels des sociétés d’origine en lien avec les modalités singulières de leur colonisation. Au regard de la remarquable diversité des statuts politiques des territoires de la Caraïbe, l’analyse du lien entre migration et fait colonial nécessite de s’interroger sur l’influence de ces derniers sur la temporalité, l’ampleur, la composition et la spatialisation des mouvements de populations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir à ce sujet le numéro de la Revue Européenne des Migrations Internationales (volume 24, n° 1) c (...)

1La construction historique des sociétés caribéennes est indissociable des mouvements migratoires séculaires qui les ont animées et qui, aujourd’hui encore, pèsent de manière remarquable sur les structures démographiques et familiales, les identités, et la vie politique et économique locale.1

2Le choix de la Caraïbe comme cadre d’analyse du contexte politico-institutionnel du fait migratoire a pour intérêt la mise en comparaison des territoires indépendants et sous tutelle. Il réside aussi dans l’opportunité de mise en parallèle des cadres historiques colonial et postcolonial. Les deux formes traditionnelles que recouvre la citoyenneté — celles relatives aux droits civils et politiques — ont fourni un cadre politico-juridique favorable aux migrations antillaises vers leur métropole. Celui-ci rend compte de la vigueur des courants migratoires issus des territoires dépendants de la région ainsi que de leur orientation quasi-exclusive vers les métropoles. La problématique migratoire se pose en des termes différents concernant les territoires indépendants, dont les ressortissants ne disposent généralement pas de la citoyenneté du pays de destination. Dans un contexte géopolitique postcolonial, cette situation ne préjuge pourtant pas de l’absence ou de la marginalité de mouvements de populations de grande ampleur.

3L’analyse de trois populations issues de la matrice caribéenne — les Portoricains, les Franco-antillais, les Haïtiens — interroge la particularité des contextes politico-institutionnels des sociétés d’origine en lien avec les modalités singulières de leur colonisation. Au regard de la remarquable diversité des statuts politiques des territoires de la Caraïbe, l’analyse du lien entre migration et fait colonial nécessite de s’interroger sur l’influence de ces derniers sur la temporalité, l’ampleur, la composition et la spatialisation des mouvements de populations. Les deux destinations extra-régionales majeures des migrants antillais que sont l’Europe occidentale et l’Amérique du nord renvoient à deux types de relations contemporaines de la Caraïbe avec le reste du monde, l’une étant de nature coloniale et l’autre de type post-colonial. Quel impact a la possession ou la non-possession de la citoyenneté du pays d’installation sur la dynamique migratoire proprement dite ?

4L’intérêt de la mise en perspective comparative de l’expérience migratoire de ces populations réside dans la singularité de leur relation avec les métropoles, en décalage avec le contexte historique général de décolonisation. La Caraïbe française et Porto Rico n’ont pas connu, à proprement parler, de décolonisation, et l’originalité de leur statut politique a eu d’importantes conséquences sur le volume, la nature et l’orientation de l’émigration de leur population. La spécificité du cas haïtien réside au contraire dans la précocité de sa décolonisation en 1804, anachronisme se traduisant par une temporalité migratoire et une diasporisation le distinguant nettement des expériences franco-antillaise et portoricaine.

1. Héritage colonial et temporalités migratoires antillaises

5Le fait migratoire est constitutif de la genèse et de la transformation des sociétés antillaises au cours des périodes moderne et contemporaine, au point de marquer en profondeur leur structuration et leur organisation sociétales actuelles. De fait, l’histoire de la Caraïbe au cours des cinq derniers siècles se confond avec celle de ses temporalités migratoires, et il est difficile de comprendre les enjeux actuels que posent les migrations antillaises à leurs sociétés métropolitaines d’installation sans se replacer au préalable dans le contexte historique colonial et post-colonial. Les dynamiques circulatoires, les politiques de main-d’œuvre migrante, les représentations de l’Autre et les catégorisations qu’elles inspirent portent en effet la marque de l’héritage colonial.

1.1. Colonisation, décolonisation et migrations dans la Caraïbe

6La portée historique et sociale du fait migratoire pour les sociétés antillaises se lit dans les desseins et stratégies des différents acteurs concernés. D’une part, il existe un lien étroit entre les stratégies géoéconomiques et géopolitiques des puissances coloniales et les dynamiques migratoires historiques dans la région. D’autre part, du point de vue des colonisés, la migration apparaît dès le XIXe siècle comme une stratégie de survie dans un environnement insulaire aux possibilités limitées, puis est progressivement intégrée dans le mode et le cycle de vie de l’être antillais.

7La mobilité spatiale des populations apparaît dès les débuts de la colonisation européenne comme un enjeu stratégique historique, en relation avec les desseins expansionnistes de contrôle de marchés toujours plus vastes émanant des puissances maritimes et des États aspirant à le devenir. L’organisation de vastes mouvements migratoires plus ou moins contraints constitue l’un des fondements de l’expansion du mercantilisme, dont la Caraïbe s’avère être un théâtre majeur du XVe au XIXe siècle. L’implantation de comptoirs en Afrique et en Amérique par la Compagnie des Indes occidentales crée notamment les conditions de la mise en place du commerce triangulaire. Les stratégies coloniales françaises, anglaises et hollandaises ont pour conséquence un développement important de la traite, les esclaves africains se substituant rapidement à la main-d’œuvre indigène en voie d’extermination et aux engagés européens. La traite est régulière dès 1560 pour les Anglais, 1623 pour les Hollandais et 1636 pour les Français, et se traduit par la déportation en Amérique d’au moins dix millions d’Africains, dont 45 % ont pour destination la Caraïbe (Curtin, 1972).

8La fin officielle de la traite en 1815 et les abolitions de l’esclavage échelonnées entre 1834 (pour la Grande-Bretagne) et 1865 (pour les États-Unis) ouvrent une nouvelle ère migratoire dans la Caraïbe. Parallèlement à l’appel de travailleurs sous contrat asiatiques, africains et européens pour répondre à la nouvelle donne économique post-esclavagiste, se développent de multiples flux intra-caribéens. Ils sont renforcés dès la fin du XIXe siècle par la restructuration de l’économie de plantation liée notamment aux investissements nord-américains. En accord avec la doctrine de Monroe, l’expansionnisme économique états-unien appuyé par un interventionnisme militaire actif crée le contexte néo-colonial de nouvelles migrations à destination des plantations sucrières des Grandes Antilles et des chantiers de Panama et d’Aruba. De cette époque date l’entrée de nombreux territoires de la région dans l’émigration internationale de masse, liée à deux impératifs du capitalisme ouest-européen et nord-américain : la mobilité de la main-d’œuvre garantissant sa flexibilité et la pérennisation du système économique de la plantation.

  • 2 Source : Economic Survey of Jamaica, 1998.

9Le troisième temps de la relation historique entre migration et (dé)colonisation dans la Caraïbe (deuxième moitié du XXe siècle) a trait aux mouvements migratoires vers les métropoles coloniales avant les indépendances, puis vers l’Amérique du nord dans le cadre de relations néo-coloniales. L’histoire contemporaine des Antilles anglophones symbolise cette évolution, à l’instar de la Jamaïque marquée par la rupture du lien exclusif avec l’ancienne métropole britannique et son passage progressif sous influence états-unienne. La période postérieure à la Seconde Guerre mondiale est en effet marquée par un mouvement massif vers la Grande-Bretagne, avec une émigration nette de 193 000 Jamaïcains à destination de la « mère-patrie » entre 1950 et 1962.2 Ces flux sont à mettre en relation avec les besoins en main-d’œuvre abondante et bon marché d’une métropole économiquement affaiblie par le deuxième conflit mondial, dans l’optique de reconstruire les infrastructures de production et de communication. Cependant, l’accès à l’indépendance de la Jamaïque et le Commonwealth Immigrant Act de 1962 — loi limitant l’immigration originaire des ex-colonies de la Couronne — ont pour effet la réorientation des flux migratoires antillais vers les États-Unis et le Canada, dont les frontières s’ouvrent en 1965 et 1967 respectivement (Audebert, 2004).

1.2. La diversité des statuts politiques antillais : un héritage colonial

10L’héritage colonial de la Caraïbe se lit dans la diversité des statuts politiques de ses territoires, dont les incidences sur les mouvements migratoires des populations locales sont remarquables. Fruit de convoitises impériales pluri-séculaires et de luttes consécutives âpres de la part des puissances européennes pour le contrôle de chaque micro-territoire et détroit du bassin, la remarquable fragmentation géopolitique de la région se décline en une variété de systèmes politico-institutionnels (Daniel, 1996). L’orientation géographique des flux de migrants de la Caraïbe au cours des cinquante dernières années porte la marque de cet héritage historique producteur d’une pluralité de modèles politiques et culturels.

11Les onze territoires sous tutelle présentent une pluralité de statuts, entre large autonomie et assimilation. Tandis que les territoires de la couronne des Pays-Bas bénéficient d’une grande autonomie dans le cadre de la Fédération des Antilles néerlandaises et qu’à l’instar des îles de la couronne britannique ils disposent d’un gouvernement local aux larges attributions, les trois départements français d’Amérique sont à la fois entièrement assimilés au système stato-national français et intégrés dans l’Union européenne en tant que régions ultra-périphériques.

12Les États-Unis ont mis en place différents types de relations politiques avec leurs dépendances. Si les Iles vierges sont des territoires d’outre-mer placés sous la tutelle de Washington, Porto Rico jouit d’un statut d’État libre associé lui conférant une large autonomie. Le gouverneur qui représente le pouvoir exécutif avec le Conseil des ministres est élu au suffrage universel, ainsi que l’assemblée bicamérale parlementaire incarnant le pouvoir législatif. De même, l’île bénéficie d’une grande marge de manœuvre dans le domaine culturel, notamment sur le plan de la politique éducative et linguistique. La dépendance de l’île vis-à-vis des États-Unis réside notamment dans l’application des lois fédérales et dans les prérogatives de Washington en matière d’affaires étrangères, de défense, de douane, d’immigration et de poste. En termes de citoyenneté, ce statut implique que les insulaires ne peuvent pas participer aux élections présidentielles et que leurs représentants au Congrès ne prennent part à aucun vote. Néanmoins, la citoyenneté états-unienne confère aux Portoricains le droit d’entrer et de résider sur le territoire métropolitain.

13Les divers modes de colonisation à l’origine de cette variété de statuts sont eux-mêmes les reflets des projets nationaux dans lesquels se sont historiquement inscrites les métropoles. Le lien colonial nous renvoie à la multiplicité des idéologies ayant sous-tendu les constructions stato-nationales, que révèlent divers modèles théoriques de conception de la citoyenneté. À la différence de la citoyenneté états-unienne à géométrie variable des Portoricains, le caractère universel de la citoyenneté républicaine française née des idéaux de la Révolution — et la correspondance entre citoyenneté et nationalité qu’elle a inspirées — explique l’accession à la citoyenneté des anciens esclaves des colonies françaises dès 1848. À l’exception de la période du Second Empire (1852-1870) mettant en parenthèse le suffrage universel, tous les hommes « naissent et demeurent libres et égaux en droits » dans une République « une et indivisible ». Cette évolution est parachevée avec l’assimilation politique des possessions françaises des Amériques en 1946. Le passage du statut de colonie au statut de département annonce l’accès des Antillais à une autre dimension de la citoyenneté, celle relative aux droits sociaux.

14Les liens de dépendance politique hérités de l’ère coloniale sont utilisés comme une ressource à la fois par les populations dans une stratégie de mobilité géographique souvent liée à des objectifs de mobilité sociale, et par les États métropolitains dans l’optique de réduire la pression démographique des îles et de répondre à la demande en main-d’œuvre peu qualifiée des marchés du travail européens et nord-américains. En effet, les populations originaires des espaces sous tutelle bénéficient de droit du passeport de leur État d’allégeance et jouissent d’une totale liberté de mobilité entre le territoire d’origine et la métropole. Le processus migratoire est en revanche nettement plus complexe d’un point de vue politico-juridique — et de celui des stratégies sociales et coûts économiques qui y sont associés — pour les ressortissants des États indépendants. Il est par exemple plus aisé de migrer et de résider au Royaume-Uni pour un Montserratien ou un Anguillais que pour un Jamaïcain, et en France pour un Martiniquais ou un Guyanais que pour un Haïtien. Il apparaît donc que la relation entre mode de colonisation, idéologie nationale et citoyenneté est cruciale pour comprendre les incidences des systèmes politico-institutionnels sur les dynamiques migratoires.

2. Systèmes politico-institutionnels et spatialisation migratoire : la singularité des modèles portoricain, franco-antillais et haïtien

15L’expérience de certains territoires antillais s’inscrit en décalage avec le continuum historique caractérisant la relation entre fait colonial et migration, soit du fait de la précocité de leur décolonisation à l’instar d’Haïti, soit parce qu’ils n’ont pas connu de véritable processus de décolonisation à l’image des Antilles françaises et de Porto Rico. La singularité de ces modèles migratoires se révèle dans le rapport qu’ils entretiennent à l’espace, du couple migratoire à la diasporisation. Elle se dévoile également dans l’évolution de leur spatialisation, en rapport avec la dimension politique de la citoyenneté des populations en mouvement.

2.1. De la dépendance politique à la formalisation de couples migratoires : Les cas franco-antillais et portoricain

  • 3 Le Bureau pour les migrations intéressant les Départements d’outre-mer créé en 1961 est devenu ensu (...)

16Les rapports de dépendance politique caractérisant les statuts des Départements français d’Amérique (DFA) et de Porto Rico déterminent l’orientation quasi-exclusive des flux migratoires vers leur métropole et, ce faisant, favorisent l’émergence et la pérennité de couples migratoires. Dans le cadre de ces relations tutélaires, l’articulation entre le contexte géopolitique et les stratégies économiques nationales apparaît particulièrement signifiante dans l’explication du fait migratoire contemporain. Outre la liberté de circulation et les avantages sociaux dont les populations des îles en question bénéficient dans les sociétés métropolitaines, l’organisation institutionnelle de la migration par les États a encouragé l’émigration antillaise de masse avec notamment pour objectif de favoriser son insertion sociale et économique. Il s’agissait de résoudre partiellement le problème de l’emploi lié à la crise de l’économie de plantation tout en répondant de manière pragmatique aux besoins non satisfaits de l’industrie états-unienne et de l’administration française en travailleurs peu qualifiés. À cet effet, de véritables institutions gouvernementales ont été créées — la Migration Division du Ministère du Travail portoricain, le BUMIDOM3 en France par exemple — pour organiser le recrutement peu onéreux de travailleurs d’outre-mer (Milia, 2002 ; Constant, 1987).

17La particularité de la migration en provenance des DFA et de Porto Rico a trait à l’importance relative et à la précocité de la migration des couches sociales défavorisées de ces sociétés. Dans un contexte général de durcissement des législations migratoires des pays du « Nord », leur liberté de circuler tranche avec la difficulté pour les ressortissants de même condition sociale des îles indépendantes d’émigrer vers des sociétés post-industrielles dont les politiques migratoires privilégient l’entrée de migrants qualifiés, instruits et aisés. La possibilité inédite pour l’ensemble des couches sociales d’émigrer rend compte du caractère massif et géographiquement canalisé des mouvements enregistrés. Partiellement lié à l’organisation institutionnelle de la migration, l’effectif des natifs des Antilles et de la Guyane en France hexagonale est multiplié par treize entre 1954 et 1999, passant de 17 500 personnes à 227 000 personnes (Marie, Rallu, 2004, p. 251) ; tandis que Porto Rico enregistre le départ de 600 000 travailleurs vers les États-Unis de la fin de la deuxième guerre mondiale à 1970 (Grosfoguel, 2002, p. 95). À la différence des migrations des autres territoires de la région, les départs des DFA et de Porto Rico ont depuis un demi-siècle une destination unique. La population d’origine franco-antillaise dans l’Hexagone représenterait ainsi l’équivalent de 40 % de celle des îles et celle des Boricuas aux États-Unis 90 % de celle de Porto Rico (INSEE, 1999 ; U.S. Census Bureau, 2001).

2.2. Rapports de dépendance post-coloniale et diasporisation haïtienne

18L’histoire coloniale d’Haïti apparaît comme l’antithèse de celle de ces deux territoires sous tutelle. Indépendante depuis deux cents ans, la « Perle des Antilles » a connu un destin migratoire beaucoup plus problématique dans le cadre de rapports de dépendance post-coloniale. Les modalités et le contexte de l’indépendance précoce de ce pays — à l’issue d’une guerre victorieuse contre les troupes napoléoniennes venues rétablir l’esclavage — ont rapidement laissé place à de nouvelles formes de dépendance (commerciale, diplomatique et même militaire à partir de 1915) vis-à-vis des États-Unis. L’expansionnisme nord-américain s’est développé en Haïti sous la forme de relations tutélaires directes, mais aussi indirectes, d’autres pays sous domination de Washington ayant joué un rôle intermédiaire dans la genèse de ces rapports. Dans le contexte de la mise en place de la division internationale du travail dans la Caraïbe, les États-Unis ont assigné à Haïti le rôle de pourvoyeur de main-d’œuvre à faible coût vers les plantations sucrières qu’ils ont développé dans les pays voisins. Les premières migrations haïtiennes massives se sont donc déployées vers Cuba et la République dominicaine durant la première moitié du XXe siècle.

19En réponse aux dictatures duvaliéristes (1957-1971) et à des législations migratoires nord-américaines plus favorables, les Haïtiens s’orientent directement et massivement vers les États-Unis à partir des années 1960. La deuxième moitié du siècle enregistre ainsi l’émigration légale d’un demi-million d’Haïtiens dans ce pays, les autres destinations majeures étant le Canada, les territoires de la Caraïbe et, dans une moindre mesure, la France. À la différence de la migration des citoyens d’outre-mer analysés précédemment, celle des Haïtiens vers la métropole néocoloniale états-unienne a été initiée par les couches sociales les plus favorisées. En effet, la non-possession de la citoyenneté des pays de destination dont les politiques migratoires privilégient les personnes qualifiées joue en défaveur des migrants haïtiens pauvres, souvent condamnés à une situation juridique et sociale précaire. Elle se traduit aussi par une précarisation des modalités de la migration, comme l’illustre la part croissante des flux de boat people dès les années 1970. La diversification des stratégies pour faire face à cette situation incertaine se traduit spatialement par la diasporisation de l’espace migratoire haïtien. En conséquence, une bonne dizaine de territoires accueillent chacun au moins une dizaine de milliers d’Haïtiens. À la différence des configurations migratoires bipolaires des DFA et de Porto Rico, les statistiques officielles montrent que la présence haïtienne est remarquable tant aux États-Unis (550 000 individus) que dans l’Hexagone (20 000 individus).

2.3. Citoyenneté, dynamiques circulatoires et enracinement dans les métropoles : vers un renouveau de la problématique de la citoyenneté ?

20La comparaison des situations portoricaine, franco-antillaise et haïtienne révèle le caractère déterminant du statut politico-institutionnel dans l’évolution du volume, de l’orientation et de la composition des flux migratoires. Leur évolution divergente selon la possession ou non de la citoyenneté du pays d’installation rappelle qu’en dépit du développement remarquable des dynamiques transnationales dans le cadre de la mondialisation, les logiques stato-nationales demeurent prégnantes dans l’organisation et la structuration des migrations et des mobilités. Le cadre de la dépendance politico-institutionnelle apparaît favorable à la migration des couches sociales modestes, alors qu’elles rencontreraient, dans le contexte de relations inter-étatiques classiques avec franchissement de frontière, des obstacles majeurs à la mobilité.

21L’évolution récente de ces dynamiques migratoires montre le passage d’un schéma dominant d’immigration à un schéma hybride de migration/circulation où la réversibilité migratoire revêt une ampleur plus importante qu’avant. Là encore, les logiques spatiales divergent en fonction de la possession ou non par les migrants de la citoyenneté des pays d’installation. Dans le cas des DFA et de Porto Rico, la réversibilité constitue la logique dominante de mobilité puisque la circulation s’exerce exclusivement dans le cadre politico-juridique de la relation bipolaire entre les territoires d’outre-mer et leur métropole. Si les années 1960 et 1970 ont été marquées par la prééminence des mouvements migratoires franco-antillais vers l’Hexagone, la décennie suivante a été celle des migrations-retours compensant l’émigration. Parallèlement au renforcement et à l’accélération de la tendance à la circulation migratoire, la décennie 1990 voit la confirmation d’une nouvelle tendance, celle d’une immigration antillaise de peuplement (Marie, 2002).

  • 4 Estimations du Gouvernement des Bahamas.

22À l’opposé, la circulation migratoire haïtienne est caractérisée par le modèle dominant de la réémigration. Elle est marquée par une mobilité entre les divers lieux de la diaspora, synonyme d’une adaptation permanente d’individus ne disposant pas de la citoyenneté des pays d’installation à des législations migratoires changeantes et de plus en plus strictes. Leur mobilité tisse un espace multipolaire dont la complexification est liée au statut juridique incertain des migrants et dont le centre organisateur reste la néo-métropole états-unienne. Leur précarité juridique se lit dans la part d’entre eux dont la présence en terre étrangère n’est pas légalement reconnue. La clandestinité concernerait ainsi 80 % des Haïtiens des Bahamas4 et 30 % à 40 % de ceux de Miami (Audebert, 2006). Néanmoins, en dépit de conditions migratoires plus problématiques et d’une intense mobilité, les dynamiques socio-démographiques des originaires d’Haïti apparaissent similaires à celles des Franco-Antillais et des Portoricains sur le long terme. Signe d’un enracinement progressif, les générations suivantes occupent un poids croissant au sein de ces populations. Ils représentent 37 % de l’effectif des originaires des Antilles en France, 58 % des Portoricains et 23 % des Haïtiens aux États-Unis (calculs personnels d’après : INSEE, 1999, op. cit. ; U.S. Census Bureau, 2001, 2002, op. cit.).

Conclusion

23L’analyse du fait migratoire par le prisme de la prégnance de la citoyenneté sur les logiques circulatoires montre les conditions comparativement plus favorables d’immigration de certaines populations antillaises par rapport à d’autres. Garants de la liberté et de l’égalité théoriques entre tous les citoyens, les attributs juridiques de la citoyenneté confèrent une liberté de migration et de résidence aux citoyens d’outre-mer dont ne disposent pas les non-citoyens. Il est légitime de penser qu’ils fournissent a priori le cadre d’une insertion sociale (accès aux droits sociaux) théoriquement plus avantageuse aux premiers dans les espaces métropolitains. Or, rien n’est moins sûr si l’on en croit les indicateurs socio-économiques comparatifs plutôt défavorables des migrants caribéens et de leurs enfants, en comparaison des populations autochtones. La diversité des expériences antillaises en migration invite à élargir la réflexion à la dimension sociale de leur citoyenneté dans les sociétés d’installation.

Haut de page

Bibliographie

Audebert C., Domenach H. (dir.). 2008. Les migrants caribéens : réseaux et descendance. Revue Européenne des Migrations Internationales, Vol. 24, n° 1, 167 p.

Audebert C. 2006. L’insertion socio-spatiale des Haïtiens à Miami. Paris : coll. Populations, L’Harmattan, 301 p.

Audebert C. 2004. La constitution de l’espace migratoire international des Jamaïcains : de la dépendance néocoloniale à la déterritorialisation. Cahiers des Anneaux de la Mémoire, n° 7, pp. 71-84.

Constant F. 1987. La politique française de l’immigration antillaise de 1946 à 1987, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 3, n° 3, pp. 9-30.

Curtin P. 1972. The Atlantic slave trade : a census. Madison : The University of Wisconsin Press, 358 p.

Daniel J. (dir.). 1996. Les îles caraïbes, modèles politiques et stratégies de développement. Paris : Karthala/CRPLC, 364 p.

Grosfoguel R. 2002. La problématique intégration des Portoricains aux États-Unis, Hommes et Migrations, n° 1237, pp. 91-100.

INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques). 1999. Recensement général de la population 1999, CD-ROM.

Marie C.-V. 2002. Les Antillais en France : une nouvelle donne, Hommes et Migrations, n° 1237, pp. 26-39.

Marie C.-V., Rallu, J.-L. 2004. Migrations croisées entre DOM et Métropole : l’emploi comme moteur de la migration, Espace Populations Sociétés, 2004/2, pp. 237-252.

Milia M. 2002. De l’Outre-mer au continent : étude comparée de l’émigration puertoricaine et antillo-guyanaise de l’après-guerre aux années 1960. Thèse de doctorat nouveau régime soutenue à l’EHESS, Paris.

U.S. Census Bureau. 2002. Census of population and housing 2000, Summary file 3.

U.S. Census Bureau. 2001. Census of population and housing 2000, Summary file 1.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet le numéro de la Revue Européenne des Migrations Internationales (volume 24, n° 1) consacré aux migrants caribéens, que nous avons coordonné avec Hervé Domenach en 2008.

2 Source : Economic Survey of Jamaica, 1998.

3 Le Bureau pour les migrations intéressant les Départements d’outre-mer créé en 1961 est devenu ensuite l’ANT (Agence nationale des travailleurs d’outre-mer).

4 Estimations du Gouvernement des Bahamas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Audebert, « Le cadre politico-institutionnel des migrations antillaises : des dynamiques différenciées dans un contexte géopolitique segmenté », Études caribéennes [En ligne], 8 | Décembre 2007, mis en ligne le 15 décembre 2007, consulté le 27 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/922 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.922

Haut de page

Auteur

Cédric Audebert

Chargé de recherche CNRS, Laboratoire Migrinter (UMR 6588, CNRS/Université de Poitiers), Cedric.audebert@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org