Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

Développement du tourisme balnéaire en Algérie face à la problématique de protection des espaces littoraux. Le cas des côtes mostaganemoises

Development of Tourism in Algeria facing the Issue of Coastal Areas Protection. The Mostaganem Coast Case Study
Tarik Ghodbani, Othmane Kansab et Abdelaziz Kouti

Résumés

Le tourisme balnéaire joue un rôle fondamental dans le développement économique des pays des deux rives du bassin méditerranéen. Climat tempéré, plages sablonneuses et beauté du paysage naturel côtier représentent le support à cette nouvelle activité. Si dans beaucoup de pays, comme l’Espagne, le Maroc, la Tunisie, la France, etc., une large surface du littoral est mise en tourisme, les aménagements touristiques restent en Algérie très ponctuels et en décalage avec la demande réelle de la population. La volonté de l’Etat algérien de faire du tourisme balnéaire une activité génératrice de richesse dans l’objectif d’atténuer la dépendance de l’économie au secteur des hydrocarbures, rencontre beaucoup de difficultés telles la question des enjeux fonciers et les dysfonctionnements entre les outils d’aménagement et ceux de protection de la nature.
Dans cet article, l’objectif est, à travers le cas du littoral mostaganemois, d’analyser l’évolution des dispositions institutionnelles en matière du tourisme balnéaire et de leurs mises en œuvre sur le terrain toute en analysant les spécificités du contexte socioéconomique et naturel à une échelle locale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Algérie, la politique en matière de développement de l’activité touristique est restée en décalage par rapport aux pays voisins de la rive sud de la méditerranée (Maroc et Tunisie) malgré les fortes potentialités naturelles et patrimoniales des différentes régions algériennes (Littorale, Montagne, Sahara, Steppe). La rente pétrolière et les problèmes sécuritaires en sont les principales explications. La crise économique de 1986 -à la suite de la chute du prix du baril de pétrole- a poussé les gouvernements de l’époque à accorder plus d’importance aux autres secteurs productifs tels que la pêche, le tourisme et l’agriculture. L’espace littoral algérien qui s’étend sur près de 1 400 kilomètres constitue le secteur géographique le plus peuplé et le plus riche en ressources ; il a bénéficié d’un nombre important de programmes de développement. Dans le domaine touristique plus de 140 sites pittoresques ont été identifiés pour une mise en valeur des potentialités naturelles à travers l’implantation de Zones d’expansion touristique (ZET). Les ZET dont le développement est remarquable sont situées dans le prolongement géographique des grandes villes côtières comme Alger, Oran, Mostaganem, Jijel, Bejaïa, Annaba. Elles sont orientées vers des pratiques de tourisme balnéaire de masse. À partir des années 2000, la question environnementale arrive en force dans le discours des gestionnaires et une loi dédiée à la protection du littoral voit le jour en 2002 ; plusieurs sites sont proposés pour une mise en réserve naturelle.

2Dans cet article, le regard porte sur la place du littoral dans les politiques publiques d’aménagement touristique, les modes d’adaptation des projets préconisés au nouveau contexte de gouvernance et les lois récentes sur l’environnement. L’objectif est d’identifier les incidences sur la nature, les modes d’occupation du sol, les enjeux fonciers et les rapports de force qui en découlent. L’idée est d’analyser le renouvellement des modes de gestion du littoral déterminé par des facteurs sociaux, économiques, culturels, politiques, techniques qui se combinent et se hiérarchisent et non d’envisager les relations tourisme-environnement avec le regard du professionnel du tourisme, ni celui de l’écologue (Adreu-Boussut, 2008 : 12). À travers l’exemple de Mostaganem, sur le littoral nord-ouest de l’Algérie, des monts Dahra à la zone humide de la Macta, nous nous inscrivons dans cette démarche, combinant une approche à la fois diachronique et multiscalaire, basée sur la consultation des différents plans d’aménagement, la conduite d’entretiens semi-directifs, des observations de terrain et un travail cartographique.

1. Un développement touristique impacté par les changements politiques et économiques

3Les potentialités de l’Algérie sur le plan de la diversité paysagère sont incontestables avec son climat méditerranéen tempéré, la présence de sites préservés et une position géographique centrale entre l’Afrique et l’Europe. La mise en valeur de ces atouts dans le cadre d’une activité touristique dynamique est passée par trois grandes étapes.

1.1. Une planification dirigée du secteur du tourisme (1962-1985)

4À l’indépendance, en 1962, l’Algérie a hérité d’une structure d’accueil qui se limitait à environ 5 7922 lits, dont 50 % localisés dans les régions littorales. Les premières opérations qui suivirent la création du ministère du Tourisme en 1963 se limitaient à la construction par l’État d’un ensemble de complexes touristiques à travers le territoire national et la réhabilitation de plus de vingt stations thermales. À la fin des années 1960, le secteur touristique connut la création de plusieurs structures gestionnaires comme la commission nationale de l’hôtellerie et de la restauration (SOGEHORE), l’Office national du tourisme (ONAT) ainsi que l’Entreprise nationale des études touristiques (ENET). Certes, les budgets destinés aux projets touristiques étaient plus conséquents lors des premier et second plans quinquennaux (1970-1974 et 1975-1979), mais l’effort public était davantage orienté vers le développement de l’industrie en relation avec les ventes de pétrole et de gaz naturel ; la place du secteur touristique restait secondaire.

5Vers le début des années 1980, les capacités d’accueil atteignaient 30 000 lits, dont plus de 50 % toujours concentrés sur les franges littorales, aux abords des villes côtières les plus importantes. Malgré cette amélioration, l’offre reste insuffisante par rapport à l’augmentation des flux touristiques et les exigences plus élevées matière d’équipements et de services.

1.2. Une ouverture pour les investissements touristiques dans le cadre de l’économie de marché (1986-2000)

6La chute des prix de pétrole -qui constituaient plus de 92 % du budget de l’État- a engendré plusieurs restructurations politiques et économiques obligeant les gouvernements de l’époque à donner plus d’importance aux autres activités économiques génératrices de richesse comme le tourisme balnéaire. Ainsi l’ouverture sur l’économie de marché devait attirer des capitaux privés, nationaux et internationaux, pour soutenir des investissements dans le secteur du tourisme (Ghodbani, 2005). En effet, l’ENET (1987) a proposé des zones propices à l’investissement dans le cadre de Zones d’expansion touristique, au regard de la pertinence du paysage naturel et des conditions d’accessibilité nécessaires pour garantir le succès des investissements. Plusieurs ZET ont été identifiées sur le littoral, délimitées officiellement et classées selon deux degrés de priorité (investissements prioritaires ou secondaires). Durant cette période de planification, la vision environnementale était absente et de nombreux projets concernaient des sites fragiles (dans des arrières-plages, des périmètres inondables des oueds et même dans des zones humides vulnérables). Si les zones les plus retirées sont restées dans un état plus ou moins vierge, en raison de la dégradation des conditions sécuritaires internes (1990-2000), celles proches des villes ont connu une occupation assez rapide qui a entrainé une artificialisation accélérée du littoral. La faiblesse des prestations des hôtels et leur coût trop onéreux pour la majorité des citoyens algériens expliquent le succès des locations chez l’habitant. Au cours de cette période, le flux touristique a connu une stagnation, voir un recul significatif (Kansab, 2014).

Figure 1. L’évolution du nombre de touristes (étrangers et immigrés) de 1990 à 2000

Figure 1. L’évolution du nombre de touristes (étrangers et immigrés) de 1990 à 2000

Source : Ghodbani à partir de l’enquête (Bekheira, 2006)

1.3. La relance économique et l’intégration de la dimension environnementale (2001-2014)

7Cette période était caractérisée par l’augmentation spectaculaire du prix du baril du pétrole, et l’amélioration des conditions sécuritaires à la suite d’une amnistie nationale. Ces conditions ont donné plus de poids à l’action publique malgré un discours libéral. Par ailleurs, de nouvelles dispositions en matière de politique d’aménagement consistaient à donner plus d’intérêts à la protection de l’environnement et à la gestion durable des ressources naturelles. Une loi interdit l’urbanisation sur des distances variées à partir du domaine public maritime et plusieurs sites identifiés par le Plan d’aménagement côtier (2005) sont proposés pour une mise en réserve naturelle (lagunes, dunes, embouchures, îles, etc.). La volonté de l’état de redynamiser les ZET, déjà approuvées par les instances centrales et locales, a favorisé la création d’un ensemble de mécanismes financiers et fonciers pour encourager l’investissement dans le domaine du tourisme. Par exemple, des facilités bancaires sont accordées pour favoriser les crédits destinés aux hommes d’affaires nationaux et les démarches pour la procuration de terrain constructible dans les périmètres des ZET sont cadrées par le Comité d'assistance locale et de promotion de l'investissement (CALPI) et l’Agence nationale du développement touristique (ANDT). Depuis 2008, le ministère du Tourisme a fusionné avec celui de l’environnement et de l’aménagement du territoire et un Plan d’action pour le développement touristique durable en Algérie est conçu pour une meilleure valorisation de toutes les potentialités naturelles, culturelles et patrimoniales. Cependant, ces engagements sont freinés par les impératifs de développement, le manque de coordination entre les secteurs économiques ainsi que la convoitise exercée sur les espaces littoraux. Dans ce contexte, il est intéressant d’identifier les formes de dysfonctionnement qui entravent une mise en tourisme intégrée des sites littoraux et d’envisager des solutions durables pour réconcilier activité touristique et environnement.

2. Choix du terrain d’étude et méthode de travail

8Pour conduire ces analyses, nous avons fait le choix de travailler sur la côte mostaganémoise, un des secteurs importants du littoral ouest de l’Algérie. Ce choix est justifié tant par l’intérêt paysager de cette bande littorale que par l’importance des fréquentations touristiques et le poids des interventions en matière d’aménagement touristique de ce secteur. La méthode de travail s’est basée essentiellement sur des observations de terrain entamées il y a plus de dix ans sur la côte ouest-algérienne, sur la lecture de rapports techniques et de travaux académiques et enfin, sur l’organisation d’un ensemble d’enquêtes avec l’ensemble des acteurs. Dans notre travail de terrain nous avons ciblé plusieurs cas d’études : le site côtier de Salamandre à proximité de la ville de Mosataganem à l’ouest et celui de Kharouba à l’est (2012/2013), la ZET de Mers El Hadjadj (1999) et la ZET de Sablette-Ouréah (2006). Outre les entretiens semi-directifs, il a été réalisé une enquête par questionnaire auprès de deux échantillons fréquentant la zone côtière de la Sablette-Ouréah durant l’été 2006 : le premier est composé de 300 estivants que nous avons interviewés sur la plage, le second a ciblé 200 touristes fréquentant les établissements hôteliers du village touristique de la ZET au bord du rivage. Cet échantillon a couvert plusieurs catégories sociales et d’âges variés.

Figure 2. La localisation géographique du littoral mostaganemois

Figure 2. La localisation géographique du littoral mostaganemois

3. Un littoral méditerranéen à l’occupation humaine discontinue

9La bande littorale de Mostaganem qui s’étire sur 120 kilomètres de longueur peut être divisée en deux unités fondamentales. La première occupe la partie nord d’un grand plateau quaternaire limité à l’ouest par la dépression abritant la zone humide de la Macta et vers l’est par les monts telliens du Dahra. Le contact avec la mer se fait à travers un ensemble de talus, de larges plages sablonneuses et des embouchures d’oueds à régime semi-arides dont le Chélif, un des plus importants oueds de l’Afrique du nord. La deuxième unité se limite à un linéaire de plaines littorales exiguës bordées par la mer d’un côté et les versants nord du Dahra de l’autre. Contrairement à la partie ouest, la biodiversité de la côte est plus importante avec l’existence de grandes formations forestières en contact avec des plages faiblement anthropisées. L’ensemble naturel est cerné par la ville de Mostaganem, la deuxième ville importante du littoral ouest après Oran, et par une suite d’agglomérations semi-urbaines et rurales. Malgré le nombre important de la population occupant les dix communes qui se partagent le littoral de la wilaya de Mostaganem (330 000 habitants) et l’importance des activités industrialoportuaire, l’urbanisation reste plutôt discontinue et la surface artificialisée ne dépasse pas les 40 % du total de la bande littorale.

10Historiquement les fortes densités l’occupation humaine se sont précisées lors de la colonisation française du XIXe siècle et au début du siècle suivant, avec la mise en valeur agricole viticole du plateau de Mostaganem, la construction d’un centre colonial et un grand port destiné à l’exportation vers la France. Le développement économique, soutenu par l’implantation de plusieurs unités industrielles après l’indépendance, a donné au littoral mostaganemois un rôle d’espace charnière entre la mer et les régions intérieures d’une part (vallée du Chélif, Ouarsenis), le littoral algérois à l’est et celui d’Oran à l’ouest d’autre part.

4. L’activité touristique balnéaire et l’urbanisation de la côte

11L’activité touristique a vu le jour, au milieu du siècle dernier, avec l’implantation de villages agricoles et des résidences secondaires dans les sites bordant des plages non loin de la ville de Mostaganem comme la Sablette, Stidia, l’Ouréah, Salamandre, etc. Avec le développement des moyens de transport et l’attrait toujours plus fort pour la mer, l’aire d’influence de la fréquentation de la côte s’est élargie à tout le territoire national. Actuellement un potentiel de sept millions de visiteurs fréquente les plages de Mostaganem avec des pics durant la période estivale, allant du mois de juin à août (Bey Boudjelal, 2002).

12Deux types de tourisme balnéaire peuvent être identifiés : le premier est un tourisme de masse issu d’une adaptation des flux d’estivants aux conditions socioéconomiques, le second est plutôt cadré par une planification préalable et des acteurs institutionnels. Les deux types jouent un rôle déterminant dans l’économie touristique et dans son rapport avec le milieu naturel.

4.1. Le tourisme de masse, une composante principale de l’économie locale

13Le tourisme de masse à Mostaganem participe à la création d’emplois temporaires divers en relation avec les services de transport, de location et diverses ventes alimentaires et de produits du terroir, tous en relation avec la plage, les pratiques et les séjours balnéaires. Selon les statistiques fournies par la protection civile pour l’année 2014, à titre indicatif, plus de sept millions d’estivants ont fréquenté la côte mostaganemoise. Les flux sont concentrés sur les quatre mois les plus chauds de l’année et restent confinés sur le secteur des plages. Cette pression spatiotemporelle génère souvent des problèmes d’hygiène et d’approvisionnement en eau potable en quantité suffisante sans oublier les problèmes de circulation automobile sur les routes de corniches

Tableau 1. La fréquentation touristique de la côte mostaganemoise en 2014

Nombre de touristes

Part

Juin

596 530

8,2%

Juillet

2 753 650

38,4%

Août

3 760 000

52,4%

Septembre

73 227

1%

Total

7 183 407

100

Source : Direction générale de la protection civile de la wilaya de Mostaganem, 2014

14Les touristes appartiennent à des classes moyennes ; ce sont généralement des fonctionnaires, des commerçants, des artisans ou de jeunes étudiants. Pour ces usagers de la côte, deux catégories sont à distinguer : ceux originaires de la même région littorale, de Mostaganem et des régions limitrophes comme Oran, Chlef, Relizane, qui viennent à la plage pour la journée, et ceux originaires de régions plus lointaines, comme les wilayas de sud, qui parcourent parfois plus de mille kilomètres. Ces derniers optent souvent pour une location chez l’habitant, un phénomène qui prend de l’ampleur ces dernières années répond au déficit de structures d’accueil et au coût élevé des locations. Une enquête sur deux extensions de la ville de Mostaganem, réalisées sur des sites côtiers à haute valeur naturelle (Salamandre et Kharouba) a montré l’importance de cette dynamique.

15À l’image des villes côtières, la demande de nouvelles surfaces à urbaniser a commencé à atteindre des niveaux élevés dès les années 1980. En l’absence d’instruments de protection des littoraux, le Plan directeur de l’aménagement et de l’urbanisme (PDAU, 1990) de Mostaganem prévoit une extension du tissu urbain sur la partie côtière du site : Salamandre à l’ouest, sur des formations dunaires mobiles, et Kharouba à l’est, au niveau de l’extrémité orientale du plateau de Mostaganem. 70 % des programmes engagés dans les deux sites sont composés de logements sociaux, d’habitats promotionnels et d’autoconstructions, le reste de l’occupation du sol regroupe des équipements de proximité et des espaces verts ou de loisirs. L’implantation de ces programmes réalisés 2000 à 2010 s’est accompagnée d’opérations d’assainissement du foncier et de l’éradication des extensions illicites comme dans le cas de Kharouba qui empiétait sur le site d’une ZET proposée dans le cadre du Schéma directeur d’aménagement touristique en 1987.

16Les entretiens avec les agences immobilières attestent une forte spéculation immobilière dans ces deux sites d’études. Sur un échantillon de 500 logements répartis sur les différents secteurs à Salamandre et Kharouba, il apparaît que 40 % de logements sont revendus, 45 % loués et seulement 15 % occupés par les premiers bénéficiaires. Les nouveaux acheteurs sont généralement des familles d’immigrés résidant à l’étranger ou originaires des régions intérieures qui utilisent ces habitations comme des résidences secondaires, lors de la saison estivale, ou comme un placement permettant d’améliorer leurs revenus. La location d’un appartement peut atteindre l’équivalant de 800 euros/mois durant la haute saison. C’est une source importante d’argent qui permettra d’amortir le coup de l’achat du bien immobilier à court terme. Lors de la basse saison, d’autres locataires occupent les lieux tels que les étudiants de l’Université de Mostaganem qui préfèrent partager une location d’un appartement plutôt que de résider dans les campus. Ces locations se font par le biais de réseaux informels, sans déclaration officielle ; cette activité qui échappe à la taxe est tolérée par les autorités gestionnaires. Ainsi l’analyse des statistiques fournies par la Direction de la planification et de l’aménagement du territoire de la wilaya de Mostaganem (DPAT, 2014) sur l’état d’occupation des logements dans les quinze secteurs urbains composant l’extension de Salamandre montre une répartition graduelle du nombre des logements vides ou loués, destinés à la location, en relation avec la proximité de la mer. En effet, plus la maison est proche de la plage, plus elle sollicitée. Les stratégies résidentielles pour se procurer une maison avec une vue sur la mer sont omniprésentes malgré le phénomène érosif spectaculaire qui frappe l’estran du rivage à cause de l’urbanisation des zones d’arrière-plage et la construction d’un important port de pêche (en 2005) qui bloque, par sa digue principale, les transferts latéraux des sédiments (Kansab, 2014).

Figure 3. Les logements destinés à la location dans les secteurs urbains de Salamandre (wilaya de Mostaganem)

Figure 3. Les logements destinés à la location dans les secteurs urbains de Salamandre (wilaya de Mostaganem)

Source : Ghodbani 2016, à partir de l’enquête (Kansab, 2014)

Figure 4. L’étalement sur la côte de la ZET Sablette-Ouréah (wilaya de Mostaganem)

Figure 4. L’étalement sur la côte de la ZET Sablette-Ouréah (wilaya de Mostaganem)

Source : Ghodbani 2016, à partir du POS (URSA, 1997) et observations de terrain 2002-2015

4.2. Les ZET, un instrument de développement touristique pour la valorisation des potentialités naturelles

17Vers la fin des années 1990, la côte mostaganemoise a bénéficié d’une délimitation de quinze ZET occupant au total 4 339 hectares de superficie sur les parties les plus pertinentes du rivage. Sur l’ensemble des ZET proposées, six ZET sont considérées comme prioritaires. Elles sont prises en charge par des plans d’aménagement et d’occupation du sol. Sur les six sites figurent deux zones côtières (Mers El Hadjadj et Kef Kadous) considérées comme des sites sensibles à écosystème fragile. Les aménagements touristiques doivent désormais respecter les équilibres écologiques in situ. La réalisation des autres ZET est prévue ultérieurement.

Photographie 1. La mise en place de la Zone d’expansion touristique « Pôle touristique Nord-Ouest » (wilaya de Mostaganem)

Photographie 1. La mise en place de la Zone d’expansion touristique « Pôle touristique Nord-Ouest » (wilaya de Mostaganem)

Source : Ghodbani, 2010

Petit port de la wilaya de Mostaganem, indiquant l’appartenance de l’assiette foncière littorale à l’investissement touristique.

18Les Plans d’occupation du sol (POS) conçus par différents bureaux d’études pour ces ZET prévoient l’implantation de différents types de constructions : hôtels, bungalows, piscines, discothèques, restaurants, boulevards et promenades pour piétons et cyclistes, etc. Les différentes unités ZET doivent être gérées par une seule direction pour assurer l’hygiène, la sécurité et la gestion des voiries et des réseaux divers. La ZET n’est pas considérée comme une enclave, elle est ouverte à tous les citoyens, mais certains secteurs de la plage peuvent être réservés, sous couvert d’une redevance, à la clientèle de certains hôtels. À Mostaganem seules les ZET géographiquement proches de la ville ont connu un certain démarrage comme la ZET Sablette-Ouréah. Les autres ZET, en retrait, dans les zones naturelles, sont restées vides faute d’investissement ou ont vu leur foncier détourné pour d’autres usages, comme celles de Mers El Hadjadj, de Kharouba ou de Benabdelmalek Ramdane.

19Une analyse à microéchelle des deux sites de ZET, Sablette-Ouréah et Mers El Hadjadj, permet de comprendre des enjeux locaux liés à la problématique de la mise en tourisme des milieux naturels.

4.3. La ZET Sablette-Ouréah, un investissement touristique réalisé sur un site fragile

20Dans le cas de la ZET Sablettes-Ouréah, localisée sur un cordon dunaire mobile, l’occupation est programmée sur trois sites selon trois phases : Sablettes 1, Sablettes 2 et Ouréah. Le premier site a bénéficié dès 1997 d’un POS pilote conçu par le bureau d’étude URSA. Durant cette période, la question environnementale ne représentait pas un enjeu majeur et la répartition des différents projets s’inscrivait dans une logique de rentabilité économique. Non loin de la ZET, des unités industrielles rejettent des déchets liquides dans la mer sans traitement préalable, comme la papeterie et la sucrerie de Mostaganem. Le site lui-même est composé d’une formation dunaire mobile. Le plan prévoit une urbanisation de masse avec des coefficients d’emprise au sol élevés, l’aspect de l’intégration paysagère est négligé et la question des échanges hydrodynamiques et les équilibres écologiques n’ont pas été traités dans l’étude d’impact. Ainsi le principal boulevard du village touristique se trouve à l’intérieur du Domaine public maritime, entre 40 et 50 mètres du trait de côte. Ce laisser-faire n’est pas contradictoire avec la vision des différents acteurs puisque les collectivités locales souhaitent maintenir un niveau élevé de l’occupation du sol afin d’assurer une taxe foncière élevée d’une part, et faire augmenter l’offre d’emplois pour les jeunes locaux d’autre part. Les estivants sont plutôt indifférents à cette situation, selon une enquête auprès de trois cents individus fréquentant la plage Sablette durant l’été 2006 (encadrement personnel) ; l’intérêt de ces derniers est d’abord pour la proximité de la plage et la sécurité de l’endroit (figure 4). Pour les promoteurs, l’investissement dans la ZET répond à un enjeu plutôt foncier, car la possession d’un terrain dans la bande littorale garantit une valeur ajoutée. La plupart des investisseurs n’ont pas d’expérience ou de formation dans le domaine de l’activité touristique, ils sont originaires de plusieurs wilayas d’Algérie. 45% des 23 bénéficiaires, pour l’année 2006, n’avaient pas encore entamé le projet de construction malgré l’acquisition de l’assiette foncière et du crédit bancaire (Bekheira, 2006). Sur les 133 lots de terrains distribués, 81% sont des propriétés privées individuelles, 10 % sont acquis par des entreprises et le reste, soit 9 %, demeure dans le domaine public. L’ensemble des projets affiche une dominance pour l’hôtellerie, entre milieu et haut de gamme, pour une capacité de 2 300 lits. 700 autres lits sont départagés entre des locations de type bungalows et des campings. Selon notre enquête auprès des estivants fréquentant la ZET, il apparaît qu’une forte proportion (70%) préfère séjourner dans des bungalows en partageant les frais de location avec d’autres familles ou proches. Les autres personnes enquêtées, composés d’immigrés résidant en Europe privilégient les hôtels pour passer leurs vacances d’été sur la côte. Les cadres interrogés (11% des enquêtés) ont déclaré ne pas avoir le choix puisque leur séjour est offert par la compagnie pétrolière (Sonatrach) qui les emploie (figure 5). Par ailleurs, les mêmes personnes enquêtées ont déploré la dégradation de la qualité de l’eau des robinets et de ses coupures fréquentes, et étaient moyennement satisfaites par le rapport qualité/prix des différents services offerts.

Figure 5. Les motifs relatifs au choix de la Sablette comme destination touristique

Figure 5. Les motifs relatifs au choix de la Sablette comme destination touristique

Source : Ghodbani à partir de l’enquête (Bekheira, 2006)

21La saturation du site vers la fin 2006 a poussé les gestionnaires à recommander un glissement de l’extension de la ZET vers l’Ouréah. Là aussi, ni la loi littorale promulguée en 2002, ni les instruments d’aménagement comme le PAC (2005) n’ont pu encourager une meilleure prise en charge de la question environnementale dans les aménagements touristiques. Deux raisons peuvent expliquer cette situation : la première est la nature balnéaire de l’activité touristique qui nécessite la proximité immédiate de la mer, la seconde est la pression exercée par des groupes d’intérêt pour accéder au foncier littoral. Une quinzaine de bâtisses ont été construites après le décapage de grands volumes de sable fin.

4.4. La ZET de Mers El Hadjadj : un projet écotouristique détourné

22Si la ZET Sablette-Ouréah a vu le jour malgré les dépassements enregistrés sur le plan environnemental, celle de Mers El Hadjadj a été détournée pour une autre vocation à caractère industriel. L’implantation d’une usine de dessalement, la plus grande dans le bassin méditerranéen, d’une production de 500 000 m3/jour a engendrée l’annulation du projet de la ZET. Cet exemple met en évidence les dysfonctionnements entre les différents instruments d’aménagement d’une part, la protection et la valorisation de l’espace littoral d’autre part.

23L’aspect écologique fragile du site, avec un complexe de marais en contact avec la mer et de dunes bordières, avait nécessité une intégration de la dimension environnementale dans la conception du POS de la ZET. Ce travail confié au bureau d’étude West Engineering Environement Consult (WEEC) en 1999 avait abouti à l’approbation d’une variante d’aménagement plus au moins adaptée aux spécificités naturelles du site, malgré la résistance des collectivités locales qui préféraient une urbanisation plus importante du site. Le POS conçu est composé de 33 espaces aménagés, destinés à différentes fonctions et occupant une superficie de 91 hectares (environ le quart du total de la surface du site 410 hectares). Les installations proposées par le WEEC sont en retrait par rapport au domaine public maritime à l’arrière des dunes boisées. L’étendue d’eau des marais et la plage sont préservées de toute urbanisation pouvant défigurer le paysage, seuls les cheminements piétonniers à travers les dunes sont tolérés. Ainsi tous les aménagements lourds se concentrent autour d’un bras mort de l’oued Macta, élément central du dispositif d’aménagement, qui structure toutes les unités et leurs affectations. Il s’agit d’un aménagement qui peut paraître tourner le dos à la mer, mais celui-ci demeure le principal lieu de convergence. Le programme proposé tourne autour de trois zones principales : une zone naturelle fragile à protéger, interdite à toute urbanisation, un espace naturel moins fragile intégrant des aménagements à structures légères, et enfin, un espace destiné à l’urbanisation selon les affectations montrées dans le tableau 2.

Tableau 2. Programme global projeté par le POS de la ZET Mers El Hadjadj

Désignation

Superficie en m²

Nature des constructions

1

Complexe touristique 1

57 755,50

Dur

2

Complexe touristique 2

20 988,26

Dur

3

Complexe touristique 3

35 846,99

Dur

4

Complexe touristique 4

21 444,79

Dur

5

Restauration, théâtre de plein air

37 444,14

Léger

6

Voile, aviron, plage de ski nautique, jardin

9 502,40

Léger

7

Zone de détente (promenade, camping, jeux et kiosques)

423 950,50

Léger

8

Parc de loisirs

29 669,58

Léger

9

Hôtel 1

5 368,87

Dur

10

Hôtel 2

6 557,15

Dur

11

Hôtel 3

5 355,61

Dur

12

Hôtel 4

8 327,16

Dur

13

Chaîne d’hôtels sans étoile

22 181,14

Dur

14

Camping 1

8 276,26

Léger

15

Camping 2

8 295,17

Léger

16

Terrain de pique-nique

49 463,40

Léger

17

Bungalow 1

2 500,83

Léger

18

Bungalow 2

26 998,53

Dur

19

Camping 3

26 416,78

Léger

20

Jardin

4 709,75

Léger

21

APC, Banque

3 326,81

Dur

22

Protection civile, PTT, mosquée

5 982,61

Dur

23

Agence touristique

3 776,93

Dur

24

Parking

10 256,84

Dur

25

Motel 1

5 606,31

Dur

26

Motel 2

4 773,43

Dur

27

Salle de sport

6 070,80

Dur

28

Salle de sport

5 200,00

Dur

29

Terrain de sport

6 070,80

Léger

30

Auberge de jeunesse

16 575,00

Dur

31

Espace commercial

4 597,69

Dur

32

Centre de vacances 1

27 752,37

Léger

33

Centre de vacances 2

5 120,92

Léger

Total

916 163,32

Source : WEEC, 1999

Figure 6. L’occupation du sol actuelle dans le périmètre de la ZET de Mers El Hadjadj et les aménagements touristiques prévus (wilaya de Mostaganem)

Figure 6. L’occupation du sol actuelle dans le périmètre de la ZET de Mers El Hadjadj et les aménagements touristiques prévus (wilaya de Mostaganem)

Source : Ghodbani, 2016, à partir du POS WEEC (1999) et observations de terrain (2002-2015)

24Quelques années après l’approbation du POS de 1999, l’ensemble naturel de la zone côtière de la Macta (marais, dunes, embouchures) est identifié par le PAC comme une zone pertinente sur le plan environnemental. En 2002, toute cette partie littorale avec un large arrière-pays, sur une profondeur de quarante kilomètres et 45 000 hectares, est classée comme zone humide à protéger dans le cadre de la convention internationale Ramsar (Ghodbani et al, 2013). Ces actions allant dans le sens d’une patrimonialisation de la nature ont coïncidé avec le début d’une période d’aisance financière de l’État (favorisé par l’augmentation du prix de l’énergie fossile à l’échelle mondiale). Afin de faire face à la longue crise d’eau devenue oppressante avec les longues périodes de sécheresse, l’État a opté pour le lancement d’une vingtaine de grandes stations dessalement sur le long du littoral algérien. Ce choix est justifié par la régression du coût de l’eau dessalée par la technique de l’osmose inverse (10 $US/m3), l’envasement des barrages et l’incapacité des transferts d’eau régionaux de subvenir à la demande croissante en eau des villes côtières (Bellal et al, 2015).

Photographie 2. Plaque de signalisation indiquant l’aspect naturel à protéger de la zone humide de la Macta (wilaya de Mostaganem)

Photographie 2. Plaque de signalisation indiquant l’aspect naturel à protéger de la zone humide de la Macta (wilaya de Mostaganem)

Source : Ghodbani, 2011

Photographie 3. L’usine de dessalement d’eau de mer à l’arrière du cordon dunaire occupant des terrains affectés préalablement à la ZET Mers El Hadjaj (wilaya de Mostaganem)

Photographie 3. L’usine de dessalement d’eau de mer à l’arrière du cordon dunaire occupant des terrains affectés préalablement à la ZET Mers El Hadjaj (wilaya de Mostaganem)

Source : Kouti, 2015

25Des contrats ont été signés entre la compagnie Sonatrach (qui représente l’État) et plusieurs entreprises internationales pour la construction des usines de dessalement. L’État garantit le foncier à proximité de la mer pour l’installation des unités industrielles de traitement et s’engage à acheter des volumes d’eau dessalée produits à court et moyen terme. Les outils d’aménagement et de protection de l’environnement, y compris la loi littorale, n’ont aucun poids devant ce genre de décision centralisée ayant un caractère national d’intérêt public. L’article n°18 de la loi littorale stipule la non-application des restrictions des différentes délimitations pour les installations nécessitant la proximité de la mer. Plusieurs sites programmés comme ZET commencent à recevoir des stations de dessalement comme le site de Mers El Hadjadj.

Conclusion

26Le littoral est un espace convoité ; la concurrence sur l’appropriation de son foncier et l’exploitation de ses ressources menacent l’équilibre de ses écosystèmes. La valorisation de ses potentialités pour le développement de l’activité touristique balnéaire s’est faite dans le cadre d’une vision socioéconomique sans prendre en charge la question paysagère ou environnementale. La prise en charge de l’élément naturel dans l’aménagement touristique n’a commencé que vers le début des années 2000, mais la mise en œuvre des recommandations formulées par les différents instruments reste difficile.

27La faiblesse des outils de protection face aux décisions centralisées pour occuper le littoral et la faible conscience de la part des gestionnaires locaux à l'égard de la fragilité des écosystèmes côtiers rendent difficile une mise en tourisme intégré et durable de l’espace littoral. Les ZET et leur POS gagnent à être révisés pour mettre à jour des changements naturels et adapter les aménagements au cadre naturel et au nouveau contexte économique. Une coordination entre les différents secteurs intervenant sur le territoire est plus que jamais nécessaire pour une gestion intégrée et durable, indispensable pour répondre aux aspirations des estivants dans leur quête d’un cadre naturel beau et équilibré, avec un service d’accueil touristique de qualité et accessible aux différentes catégories sociales.

URSA, (Bureau d’étude en urbanisme de Saïda) (1997). Plan d’Occupation de Sol de la Zone d’Expansion Touristique de Sablette-Ouréah, Zone 1, Rapport final : 51.

Haut de page

Bibliographie

Andreu-Boussut, V. (2008). La nature et le balnéaire : Le littoral de l’Aube, Paris, L’Harmattan.

Bekheira, A. (2006). L’investissement touristique à Mostaganem. Le cas de la ZET Sablette-Ouréah, Ghodbani T (dir), Université d’Oran, mémoire d’ingénieur en géographie, 190 p.

Bellal, S-D., O. Dari, T. Ghodbani et S. Mokrane (2015). « Ressources, usagers et gestionnaires de l’eau en zone semi-aride : le cas de la wilaya d’Oran (ouest algérien) », Territoire en mouvement, Gestions alternatives de la ressource en eau, URL : <https://tem.revues.org/2859>, n° 25-26,

Bey, S-B. et S. Boudjlel (2002). Potentialités et perspectives de développement du tourisme à Mostaganem, Kouti A (dir), Université d’Oran, mémoire d’ingénieur en géographie, 120 p.

Bureau d’étude national des études touristiques (1987). Le Schéma directeur d’aménagement touristique, ENET, 252 p.

Bureau d’étude en urbanisme de Saïda (1997). Plan d’Occupation de Sol de la Zone d’Expansion Touristique de Sablette-Ouréah, Zone 1, rapport final, 51 p.

Direction de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (2014). Monographie de la wilaya de Mostaganem, DPAT, 120 p.

Direction générale de la protection civile de la wilaya de Mostaganem (2014). Bilan des interventions, saison estivale 2014, 28 p.

Ghodbani, T. et K. Amokrane (2013). « La Macta un espace à protéger sur le littoral ouest de l’Algérie », PhysioGéo, URL : <http://physio-geo.revues.org/3095>, n°7.

Ghodbani, T. et B. Semmoud (2010). « Urbanisation côtière en Algérie, processus et impacts sur l’environnement : le cas de la baie d’Aïn el Turck », Etudes Caribéennes, URL : <https://etudescaribeennes.revues.org/4431>, n°15.

Ghodbani, T. (2005). « Rechgoun, un espace à protéger sur le littoral ouest de l’Algérie », Méditerranée, URL : <https://mediterranee.revues.org/350>, n°105.

Kansab, O. (2014). Le développement touristique durable en Algérie, le cas de Mostaganem, Mémoire de magister en géographie, Tidjane B (dir), Université d’Oran, 216 p.

West Engineering Environment Consult (WEEC Oran) (1999). Plan d’Occupation de Sol de la Zone d’Expansion Touristique de Mers El Hadjadj, rapport final, 32 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’évolution du nombre de touristes (étrangers et immigrés) de 1990 à 2000
Crédits Source : Ghodbani à partir de l’enquête (Bekheira, 2006)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2. La localisation géographique du littoral mostaganemois
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 3. Les logements destinés à la location dans les secteurs urbains de Salamandre (wilaya de Mostaganem)
Crédits Source : Ghodbani 2016, à partir de l’enquête (Kansab, 2014)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-3.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 4. L’étalement sur la côte de la ZET Sablette-Ouréah (wilaya de Mostaganem)
Crédits Source : Ghodbani 2016, à partir du POS (URSA, 1997) et observations de terrain 2002-2015
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Photographie 1. La mise en place de la Zone d’expansion touristique « Pôle touristique Nord-Ouest » (wilaya de Mostaganem)
Crédits Source : Ghodbani, 2010
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 5. Les motifs relatifs au choix de la Sablette comme destination touristique
Crédits Source : Ghodbani à partir de l’enquête (Bekheira, 2006)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 6. L’occupation du sol actuelle dans le périmètre de la ZET de Mers El Hadjadj et les aménagements touristiques prévus (wilaya de Mostaganem)
Crédits Source : Ghodbani, 2016, à partir du POS WEEC (1999) et observations de terrain (2002-2015)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-7.png
Fichier image/png, 50k
Titre Photographie 2. Plaque de signalisation indiquant l’aspect naturel à protéger de la zone humide de la Macta (wilaya de Mostaganem)
Crédits Source : Ghodbani, 2011
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photographie 3. L’usine de dessalement d’eau de mer à l’arrière du cordon dunaire occupant des terrains affectés préalablement à la ZET Mers El Hadjaj (wilaya de Mostaganem)
Crédits Source : Kouti, 2015
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9305/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tarik Ghodbani, Othmane Kansab et Abdelaziz Kouti, « Développement du tourisme balnéaire en Algérie face à la problématique de protection des espaces littoraux. Le cas des côtes mostaganemoises », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/9305 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.9305

Haut de page

Auteurs

Tarik Ghodbani

Département de Géographie et de l’Aménagement du Territoire, Université Oran 2, Algérie ; Maître de Conférences ; ghodbani_tarik@yahoo.fr

Othmane Kansab

Département de Géographie et de l’Aménagement du Territoire, Université Oran 2, Algérie ; Doctorant ; othkan@hotmail.com

Abdelaziz Kouti

Département de Géographie et de l’Aménagement du Territoire, Université Oran 2, Algérie ; Maître assistant ; aziz.kouti@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org