Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

Le parc national du Mont Péko (Côte d’Ivoire) entre dynamiques de déguerpissement, tensions sociales et logiques des acteurs : vers un risque d’explosion de violences

The National Park of the Mont Péko (Ivory Coast) between Dynamics of Eviction, Social Tensions and Actors’ logics: towards a Risk of Explosion of Violence
Kouamé Walter Kra

Résumés

L’arrestation en mai 2013 d’Amadé Ouérémi, leader emblématique des « infiltrés » du parc national du mont Péko, a ouvert la voie à une politique publique de relance de la conservation et de remise en tourisme de cette aire protégée de 34 000 hectares presque entièrement colonisée par la culture du cacao. Mais cette reprise en main du parc matérialisée par un projet de « déguerpissement », se heurte à des logiques d’intérêts et à des tensions qui, si elles ne sont pas maîtrisées, risquent de compromettre durablement à la fois tout projet de remise en tourisme et la paix relative dans l’ouest ivoirien.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Côte d’Ivoire
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La politique de déguerpissement est au stade de préparation, elle fait suite à une première étape d (...)
  • 2 Nous utiliserons prudemment ce terme pour désigner les structures gouvernementales qui, au niveau c (...)

1Après l’arrestation le 18 mai 2013 de Amadé Ouérémi (leader emblématique des infiltrés du parc national du mont Péko et ex-chef des miliciens supplétifs qui a combattu aux côtés des forces pro-Ouattara durant la crise postélectorale de 2010-2011), le gouvernement ivoirien a initié une politique de déguerpissement1 des milliers d’infiltrés de cette aire protégée de 34 000 ha presque entièrement colonisée illégalement par la culture du cacao. Ceci dans le but de relancer des activités de conservation du parc et de sa réouverture au tourisme. De leur côté, les populations dites « infiltrées », installées illégalement dans le parc, se sont organisées pour défendre leurs intérêts. Si les pouvoirs publics2 et les « infiltrés » sont, sur le principe, d’accord pour le déguerpissement, ils n’en demeurent pas moins en désaccord sur les modalités pratiques de l’opération. Cette situation nous plonge au cœur du débat sur la contestation sociale des politiques publiques de développement.

2Trois perspectives de recherche ont été développées sur la question. La première met en relief la contestation des politiques publiques par des acteurs étatiques internes, les policy insiders, dont le rôle de protestataire est défini a priori par les auteurs de cette tendance (Muller, 2006). À cette approche qui relève de l’analyse des politiques publiques est opposée une autre défendue par la sociologie de la mobilisation qui analyse le rôle contestataire des policy outsiders émanant de la société civile, incarnée par des experts indépendants ou des entités collectives mobilisées (Mayntz, 2003), y compris des altermondialistes (Milani et Keraghel, 2009) et autres acteurs suscités par les collectivités en contexte électoral dans le cadre d’interventions hors compétences (Vitale, 2007).

3Entre ces deux catégories d’acteurs classiques, il existe de nouveaux acteurs qui procèdent de l’observation empirique et dont les rôles ne sont pas prédéterminés (Dupuy et Halpen, 2009). Ainsi le mouvement contestataire peut conduire à la constitution de configurations d’alliances hétérogènes entre acteurs publics et protestataires des politiques publiques pour défendre une solution alternative à celle proposée par le porteur de projet (Fillieule, 2003 ; Lolive, 1999). En clair, il n’y a pas de rôle a priori ou dichotomique dans la contestation des politiques publiques (Burstein, Bricher et Al., 1995 ; Tilly et Tarrow, 2008) tout comme il n’y a pas de frontière entre les rôles de contestation, ce d’autant qu’une policy outsider peut, dans la dynamique de la protestation, devenir une policy insider (Hayes, 2002). Il y a en revanche une interdépendance entre les politiques publiques et leurs protestataires (Thatcher, 1995).

4La réflexion sur les contestataires des politiques publiques à travers leur rôle, que celui-ci soit défini a priori ou empiriquement construit, est certes intéressante. Mais une autre approche questionnant ces acteurs en se focalisant sur leurs logiques d’intérêts dans un contexte postconflit paraît plus intéressante. Dépassant le cadre de la sociologie de la mobilisation et de l’analyse classique, cette approche s’inscrit, en revanche, dans la sociologie du développement et est sous-tendue par la problématique de la relation entre les logiques étatiques et les pratiques populaires (Haubert, Frelin et al., 1992) ; problématique qui, entre autres, met l’accent sur la contestation ou le contournement des politiques publiques par des groupes ou des réseaux d’acteurs plus ou moins structurés et hiérarchisés. Dans cette perspective, la politique de déguerpissement du parc a été scrutée sous l’angle d’une dynamique sociale qui met essentiellement en scène les infiltrés soucieux de défendre leurs intérêts dans une posture contestatrice insidieuse et les pouvoirs publics porteurs du processus, mais traversés, selon toute vraisemblance, par des logiques d’intérêts en contradiction avec ladite politique.

5La collecte des informations a essentiellement concerné la politique de déguerpissement à travers ses objectifs, ses principales étapes, les interdictions qui y sont associées ainsi que les sanctions prévues en cas de violation des interdictions. La collecte s’est également focalisée sur l’organisation mise en place par les infiltrés pour défendre leurs intérêts face à la politique de déguerpissement, sur le fonctionnement de cette organisation, sur les alliés mobilisés à cet effet ainsi que sur les stratégies privilégiées. Enfin les tensions entre les parties prenantes à la dynamique de déguerpissement ont été observées. Au moyen d’une enquête par interviews et d’une recherche documentaire réalisées dans une approche qualitative, l’étude a conduit à des résultats qui se structurent en trois grandes parties : il s’agit d’abord de présenter la dynamique de déguerpissement qui s’articule autour de la politique telle que mise en œuvre et des stratégies mobilisées par les infiltrés pour la contester sous le verni de la défense de leurs intérêts. Ensuite nous nous intéresserons aux tensions sous-jacentes à la dynamique de déguerpissement avant d’analyser enfin les logiques des parties prenantes autour de cette dynamique.

Figure 1. La localisation du parc national du Mont Péko (Côte d’Ivoire)

Figure 1. La localisation du parc national du Mont Péko (Côte d’Ivoire)

Source : Google Map, capture d’écran

1. La dynamique de déguerpissement du parc du mont Péko

1.1. Politique de déguerpissement et entraves

  • 3 Ce comité est prédestiné à garantir une appropriation de l’opération d’évacuation par les parties p (...)

6La politique de déguerpissement est une initiative des pouvoirs publics dont la phase de mise en œuvre a été lancée le 9 juillet 2013 avec pour objectif de libérer le parc du mont Péko, d’en relancer la conservation et de lui restituer sa vocation première d’aire protégée remplissant une double fonction écologique et touristique. Elle s’inscrivait dans une action collectivement menée par deux catégories d’acteurs institutionnels à deux niveaux : d’abord le niveau central, avec un comité interministériel qui constituait l’instance de décisions, ensuite le niveau décentralisé, avec un comité local de gestion du mont Péko chargé de la mise en œuvre des décisions du comité interministériel. Pressenti pour chapeauter l’action collective de déguerpissement, un comité mixte de coordination et de suivi du plan d’évacuation3, dont la création a fait l’objet d’une recommandation expresse du 4e sommet du traité d’amitié et de coopération ivoiro-burkinabé tenu le 31 juillet 2014 à Ouagadougou, n’a pas encore vu le jour.

  • 4 Le recensement fait dans le parc en 2013 après l’arrestation d’Amadé Ouérémi indique que la populat (...)
  • 5 Il y en a huit au total : Sibably, Pona-Vahi, Bleniminouin, Bahé-Sébon, Guinglo-Taouake, Diébly, Di (...)

7Cette politique de déguerpissement a été structurée autour de cinq activités clés : sensibiliser, identifier, recenser, évacuer et relocaliser les clandestins du parc. Conduite par le Comité local de gestion du mont Péko, l’activité de sensibilisation consiste à porter le discours du gouvernement à la connaissance des acteurs à déguerpir ou des acteurs pouvant influencer la politique de déguerpissement dans le sens voulu par les pouvoirs publics. Les activités d’identification et de recensement ont été menées par le ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant à l’endroit des ménages et des paysans qui vivent ou travaillent à l’intérieur du parc, pour faire l’état des lieux, notamment sur les aspects démographiques et humanitaires4. L’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration (ADDR) a participé à ces activités en ciblant surtout les ex-combattants du parc pour leur expliquer l’accord associé à leur désarmement. Les activités d’évacuation et de relocalisation attendent la mise en place effective du comité mixte de coordination et de suivi du plan d’évacuation. Toutefois, les villages de transit5, situés aux alentours du parc et devant servir à regrouper temporairement les infiltrés avant leur départ définitif vers d’autres destinations, ont été identifiés, mais leur acquisition reste problématique.

  • 6 L’OIPR est l’Office ivoirien des parcs et réserves qui a en charge leur surveillance et leur gestio (...)
  • 7 Source : le quotidien L’Inter, mis en ligne le 9 juillet 2013, URL : <http://www.linfodrome.com/vie (...)

8L’action de déguerpissement est assujettie, sous peine de sanctions, à des valeurs et à des normes dont les principales sont l’interdiction des nouvelles infiltrations et des nouveaux défrichements, l’interdiction d’entretenir les anciennes plantations de même que les nouveaux plans pour les plantations non encore en production, l’interdiction d’achat du cacao dans le parc et du braconnage, l’interdiction d’empêcher les agents de l’État de circuler dans le parc et ses alentours dans le cadre de leurs missions. Cependant, des actes de violences physique et psychologique ont été signalés et vécus par les pouvoirs publics comme des entraves à la politique de déguerpissement. À titre d’exemple, des agents de l’OIPR6, selon un responsable interviewé le 4 décembre 2014 à Duékoué, ont été victimes d’agression à l’arme blanche au cours d’une mission de surveillance et de vérification menée dans le parc, le 16 octobre 2014, lorsqu’ils ont surpris un infiltré en train de détruire de nouvelles parcelles de forêt. De même, des agents de l’ADDR ont témoigné avoir reçu des appels téléphoniques anonymes d’intimidation et de menaces leur intimant l’ordre de mettre fin à l’opération de déguerpissement. Un haut responsable de l’armée chargé de la démobilisation et de la réinsertion des ex-combattants du Péko a même affirmé avoir reçu des menaces de mort anonymes7 (cf. Figure 2).

Figure 2. Les menaces et intimidations comme entraves au déguerpissement

Figure 2. Les menaces et intimidations comme entraves au déguerpissement

Source : capture d’écran, extrait de presse du quotidien L’Inter, mis en ligne le 9 juillet 2013, Url : http://www.linfodrome.com/​vie-politique/​10014-duekoue-mont-peko-les-occupants-refusent-de-partir.

1.2. L’organisation pour la défense des intérêts des infiltrés

  • 8 Extraits des statuts du CRPMP
  • 9 Entreprise Kiébré Bagohouo (EKB) : Bagohouo est le nom du village où était basé Amadé Ouérémi et Ki (...)

9Comme indiqué précédemment, les infiltrés se sont organisés pour défendre leurs intérêts face à une politique de déguerpissement qui semble irréversible et pour laquelle le gouvernement a marqué une volonté politique appuyée, traduite par les missions multiples d’information et de sensibilisation conduites en direction des infiltrés. Ils ont mis en place une association dénommée Conseil représentatif des populations du mont Péko (CRPMP), officiellement chargée de les représenter et de défendre leurs intérêts. L’objet de cette association, trivialement appelée Conseil représentatif des occupants du mont Péko (CROMP), s’articule autour de deux axes : premièrement, la préservation des intérêts des populations autochtones et étrangères vivant dans la forêt du mont Péko et, deuxièmement, la conduite de toutes les démarches nécessaires auprès des pouvoirs publics, tant en Côte d’Ivoire qu’au Burkina Faso, dans la perspective de la relocalisation des populations qui pourraient éventuellement être déguerpies de la forêt8. La création du CRPMP s’est accompagnée de la mise en place d’une structure dénommée EKB9 qui constitue son outil d’opérationnalisation.

10Dans son fonctionnement, le CRPMP repose sur trois acteurs clés qui agissent comme des alliés de premier rang des « infiltrés ». Le premier de ces acteurs est un opérateur économique ivoiro-burkinabé, acheteur de fèves de cacao, basé à Duekoué : faisant office de secrétaire général du CRPMP, il assure le leadership de l’association en se positionnant comme l’interlocuteur privilégié des infiltrés chargé de défendre leurs intérêts. Le deuxième acteur clé est un homme politique en poste dans une institution républicaine ivoirienne qui assure la présidence du conseil d’administration du CRPMP ; son rôle est de mobiliser les réseaux d’influence pour défendre les intérêts des infiltrés. Journaliste dans un organe de presse ivoirien et chargé de communication du CRPMP, le troisième acteur clé s’occupe de la communication avec des articles de presse orientés et diverses activités médiatiques destinés à défendre les intérêts des infiltrés. À côté de ces acteurs directement impliqués dans l’organisation, il y a des acteurs indirects qui, agissant eux aussi comme des « alliés », apportent un soutien aux infiltrés dans les interactions avec les pouvoirs publics. C’est le cas de l’association des Ivoiriens d’origine burkinabé (AIOB) qui relaie au sein de l’opinion publique les idées et les doléances des infiltrés. Ces alliés indirects prennent également des initiatives visant à défendre les intérêts des infiltrés notamment en matière de droits humains.

11Autres acteurs, les infiltrés eux-mêmes peuvent être distingués en deux catégories : la première est celle des ex-combattants du parc, un groupe de plusieurs dizaines d’ex-miliciens, ayant combattu sous les ordres du chef de guerre Amadé Ouérémi, qui demeurent reclus dans le parc du mont Péko, leur sanctuaire, dont ils exploitent et contrôlent les ressources depuis 2002. Ils servent d’agents de mobilisation sociale, mais aussi de bras armé de l’organisation mise en place pour défendre les intérêts des infiltrés. La seconde catégorie regroupe les autres infiltrés du parc qui comptent en leur sein des occupants ordinaires, composés d’hommes, de femmes et d’enfants, majoritairement burkinabés et minoritairement allochtones (Baoulé, Agni, Senoufo, Koulango, etc.). Ils détiennent des exploitations agricoles dans le parc ou y travaillent pour des exploitants. Ils constituent la base sur laquelle les membres de l’exécutif du CRPMP fondent leur légitimité sociale et s’appuient pour se projeter. Ils sont également les principaux pourvoyeurs du système des cotisations mis en place par le CRPMP et dont le recouvrement a été confié à l’EKB pour financer les actions de défense des intérêts des infiltrés.

1.3. Déguerpissement à « visage humain » sur fond de victimisation

12L’organisation mise en place par les infiltrés et leurs alliés pour défendre leurs intérêts a privilégié une action qui épouse la forme d’un plaidoyer pour un déguerpissement à « visage humain » sur fond d’un discours victimaire. Servi aux pouvoirs et à l’opinion publics, ce discours s’exprime sous forme de promesses de ne représenter aucune menace pour la paix, d’appliquer à la lettre les interdictions du déguerpissement, de reboiser le parc sur trois ou quatre ans et de le déguerpir sans difficulté pour rejoindre leurs localités ou leur pays d’origine. En plus des promesses, il y a le caractère pitoyable du discours à travers lequel les infiltrés se présentent comme des allogènes et des allochtones qui se sont réfugiés dans le parc pour fuir les menaces de mort des autochtones Guéré pendant la guerre et qui, par conséquent, se servent des activités agricoles juste pour subvenir aux besoins élémentaires de leurs familles en attendant l’effectivité du déguerpissement. Pour ces raisons qu’ils qualifient d’« humanitaires », les infiltrés demandent un délai de grâce (de 3 à 4 ans) pour déguerpir. Il y a enfin les vocables sous lesquels les infiltrés se désignent, quoiqu’ils reconnaissent le caractère illégal de l’infiltration. À cet effet, les termes « occupants » ou « populations » sont soigneusement utilisés à la place des termes « infiltrés » ou « clandestins » employés par les pouvoirs publics.

  • 10 Extrait de presse, Agence de presse africaine, publié en ligne le 3 août 2014, URL : http://news.ab (...)
  • 11 Ibid.

13Ce discours victimaire est relayé par les alliés des infiltrés à travers des actions médiatiques et diplomatiques qui ont déjà abouti à l’inscription de la question du mont Péko à l’ordre du jour du 4e sommet du traité d’amitié et de coopération ivoiro-burkinabé (juillet 2014) dans l’optique d’obtenir le délai de grâce avant le déguerpissement. Dans cette dynamique, l’association des Ivoiriens d’origine burkinabé (AIOB) a, lors d’une conférence de presse organisée le 2 août 2014 à Abidjan, plaidé pour un « déguerpissement à visage humain » insistant sur le fait que les Burkinabés ont trouvé refuge dans ce parc en 2002 pour fuir la guerre et accusant l’État d’avoir « laissé faire au point où le parc a été transformé en plantations produisant plus de 15 000 tonnes de cacao qui rapportent [à l’État] 11 milliards FCFA »10. Le président de ladite association a également jugé « raisonnable le délai de trois ans sollicité par le Conseil représentatif des populations du mont Péko pour l'exécution du déguerpissement »11.

Figure 3. Le discours victimaire des infiltrés

Figure 3. Le discours victimaire des infiltrés

Source : capture d’écran, extrait de presse, Agence de presse africaine, publié en ligne le 3 août 2014, Url : http://news.abidjan.net/​h/​504935.html.

2. Les tensions sous-jacentes à la dynamique de déguerpissement

2.1. Les tensions entre les pouvoirs publics locaux et les infiltrés

  • 12 Canada 1, Canada 2, Guéhibly, Petit Guiglo, Gonié, Poutenga, Gribagui, Sabarikro.

14Les tensions entre les pouvoirs publics locaux et les infiltrés se sont construites depuis l’arrestation d’Amadé Ouérémi au gré de l’évolution du projet de déguerpissement. Ces tensions se sont cristallisées autour de deux faits marquants à travers lesquels chaque camp jette le discrédit sur l’autre. D’un point de vue chronologique, le premier concerne la gestion opaque de l’écoulement du cacao en provenance du parc, dont les infiltrés accusent le comité local de gestion du mont Péko qui a initié le système des ports secs, creuset de cette gestion opaque. Mis en place en octobre 2014 par ledit comité dans le cadre de la commercialisation du cacao des infiltrés, le système des huit ports secs12 sest organisé autour de corridors, tenus par des agents de l’État, appelés points focaux (16 au total soit 2 par port sec), qui prélèvent sur chaque kilogramme de cacao la somme de 100 FCFA dont la traçabilité, la destination et l’usage ne sont pas formellement définis. Ce système, qualifié par les infiltrés d’inacceptable, de scandaleux et d’illogique, perdure en dépit de sa dénonciation par les responsables du CRPMP et dun mouvement de protestation qui a entraîné son démantèlement « de façade » en janvier 2015. Cette situation les a installés dans un double sentiment de frustration et d’injustice comme le soulignent les propos d’un des responsables du CRPMP lors d’une conférence de presse organisée le 12 janvier 2015 à Abidjan :

  • 13 Extrait de presse du quotidien Le Sursaut, publié en ligne le mardi 13 janvier 2015, URL : http://n (...)

« (…) Si les infiltrés du parc du mont Péko occupent encore provisoirement les lieux, l’explication se trouve dans le fait que l’État ivoirien et l’État burkinabé ont décidé de la création d’une commission mixte en vue de traiter de cette question sensible [allusion à la question du mont Péko] (...) Dès l’instant où l’affaire est devenue politique, nous ne savons pas pourquoi le Préfet et l’OIPR peuvent décider de prélever 100 FCFA/kg de cacao alors qu’ils savent très bien que c’est avec ces ressources que les agriculteurs comptent partir des lieux pour se reconvertir ailleurs »13 (cf. figure 4).

Figure 4. Une manifestation des tensions entre les pouvoirs publics locaux et les infiltrés

Figure 4. Une manifestation des tensions entre les pouvoirs publics locaux et les infiltrés

Source : capture d’écran, article de presse du quotidien Le Sursaut publié en ligne le mardi 13 janvier 2015, Url : http://news.abidjan.net/​h/​520372.html.

15Le deuxième fait majeur est relatif aux sanctions prises par les pouvoirs publics locaux à l’encontre de certains acteurs du camp des infiltrés accusés de constituer une entrave au projet de déguerpissement ou d’en violer les normes. Ces sanctions sont à la fois d’ordre juridique et d’ordre pratique. Les sanctions juridiques se sont exprimées sous la forme d’une suspension en décembre 2014, par l’autorité compétente, du CRPMP à la suite à plusieurs plaintes d’infiltrés mettant en cause les responsables de l’association. Dans la foulée, le principal leader du CRPMP a été mis aux arrêts et déféré le mardi 10 mars 2015 à la prison civile de Man pour, entre autres chefs d’accusation, escroqueries, extorsions de fonds, ventes de parcelles du parc national, faux et usage de faux, falsification de signatures de 1407 planteurs, menaces de mort, appel au soulèvement contre les agents des eaux et forêts en charge de la surveillance du parc. La suspension du CRPMP, l’arrestation et l’emprisonnement de son leader « naturel » interviennent dans un contexte où de nombreux infiltrés se reconnaissent encore en lui. Sur le plan des sanctions pratiques, elles ont été dirigées contre des infiltrés ordinaires tels l’incendie de campements ou la destruction de jeunes plantations en représailles à la violation des interdictions en vigueur et à la recrudescence des nouvelles plantations. Ces violations ont entraîné, par exemple, la destruction en 2014 du campement "Canada 1", l’un des plus connus du parc – qui a aussitôt repoussé sous le nom de "Canada 2" sur un autre site –, et le saccage de plusieurs plantations en janvier 2015, comme l’atteste un responsable de l’OIPR en ces termes :

  • 14 Extrait de l’entretien avec un responsable de l’OIPR réalisé le 4 décembre 2014 à Duékoué

 « (…) Les interdictions que nous avons imposées aux infiltrés en attendant la phase active du déguerpissement n’ont pas été suivies. De nouveaux infiltrés sont installés, la colonisation se poursuit et le parc continue d’être dégradé. Depuis l’arrestation d’Ouérémi, la dégradation s’est accentuée de façon exponentielle. Donc j’ai fait détruire 4 campements et une jeune plantation de cacao à titre dissuasif face à la recrudescence des nouvelles plantations. (…) Le leader du CRPMP a réussi à dresser les infiltrés contre nous et les fait cotiser abusivement. Mais une catégorie d’infiltrés comprend le bien-fondé de notre action. Un processus est donc en cours pour porter plainte contre ce leader »14.

16Mais les deux camps surfent sur deux registres diamétralement opposés pour justifier les sanctions pratiques infligées aux infiltrés. Pour les pouvoirs publics locaux, ces sanctions ont une visée dissuasive qui doit permettre un meilleur fonctionnement du dispositif de déguerpissement. Pour les infiltrés, au contraire, les destructions de plantations, sous le verni de la rhétorique des nouveaux défrichements, sont, en réalité, des représailles contre ceux d’entre eux qui refusent de se soumettre au système opaque des ports secs ; d’où la peur et la psychose permanentes qu’ils disent ressentir à l’idée d’être confrontés à tout moment aux agents de l’OIPR qui, en plus, les soumettraient à des pratiques de racket ou à des menaces de destruction de plantations en cas de dénonciation.

2.2. Les tensions entre infiltrés et alliés

17À sa création en 2014, à la suite de l’arrestation d’Amadé Ouérémi, le CRPMP, prétextant l’accord des pouvoirs publics, a tenu un discours de promesses empreint de certitudes aux infiltrés sur le prochain déclassement du parc ou, à tout le moins, sa mise en location. En conséquence, ils ont été incités à souscrire massivement à cette « initiative de déclassement » moyennant la somme minimum de 10 000 FCFA (soit 20 $US) par planteur. Mais à l’approche du 7 octobre 2014, date à laquelle le gouvernement a décidé de lancer l’opération de recensement qui devait précéder la phase active du déguerpissement, les premiers signes de tensions ont point, d’autant que cette opération prenait le contre-pied des promesses du CRPMP. Déjà début septembre 2014, une dissidence s’est créée au sein du CRPMP dont certains membres ne s’y reconnaissaient plus.

18Cette dissension a rapidement gagné la base des infiltrés dont une partie importante s’est révoltée contre le leader du CRPMP, leur principal allié, au motif qu’ils ont été grugés. Leur mécontentement s’est cristallisé autour de deux faits qui, selon eux, attestent de la supercherie. D’abord, ils se sont rendus compte que les dirigeants du CRPMP se sont fait passer pour ce qu’ils n’étaient pas, c’est-à-dire des occupants du parc en s’attribuant, de façon imaginaire, des plantations dans le parc pour légitimer leur statut de représentants des infiltrés. Ils ont ensuite déduit que la manne issue des cotisations (environ 300 millions FCFA soit 600 000 $US) n’était pas destinée à la déclassification du parc, mais au contraire à servir probablement des intérêts personnels. Et les droits d’adhésion au CRPMP ainsi que les cotisations annuelles, dont ils devaient s’acquitter prochainement pour acquérir le statut de membres, s’inscrivaient sans doute dans la même logique « d’escroquerie ».

19La fracture sociale entre une partie des infiltrés et leurs alliés s’est accentuée en se nourrissant de l’activisme dont font preuve les autres responsables du CRPMP et des organisations de la société civile indirectement impliquées dans la politique de déguerpissement pour obtenir la libération pure et simple du leader de l’association emprisonné. Le chargé de communication du CRPMP et le Collectif des associations et mouvements de jeunesse burkinabè en Côte d’Ivoire (CAMJBCI) ont respectivement animé une conférence de presse pour exiger la relaxe du leader du CRPMP, contre le gré du collectif des planteurs qui l’ont assigné en justice. À travers cette discorde, ce sont indirectement des tensions entre les infiltrés eux-mêmes qui transparaissent : certains se reconnaissent dans le combat que mènent les alliés (responsables du CRPMP et organisations de la société civile pro-CRPMP) et d’autres, en revanche, dans celui des dissidents qui ont traduit en justice lesdits responsables.

2.3. Le malaise social des autochtones Guéré face aux infiltrés

20La première tentative de déguerpissement avortée pour raison humanitaire a amené de nombreux infiltrés à retourner dans le parc quand d’autres se sont installés dans les villages riverains à partir desquels ils continuaient de mener leurs activités agricoles dans le parc. Cette situation, déjà difficilement supportable par les autochtones riverains, a été davantage mal vécue avec les rumeurs persistantes faisant état de la poursuite des défrichements nonobstant les interdictions. Ces riverains estiment important le sacrifice qui a été accepté par leurs ancêtres en évacuant ce parc pour cause d’utilité publique et, tout aussi important fut l’effort fait à leur tour en consentant de respecter les limites du parc. Mais dans le contexte actuel, il y a un risque évident que les générations futures n’obtiennent aucun héritage de ce parc. Ce malaise social est renforcée par le fait que les autochtones, riverains du parc, perçoivent les infiltrés comme des acteurs économiquement et socialement prospères, des détenteurs des plantations fertiles et du monopole des circuits d’écoulement et de commercialisation des fèves de cacao issues du parc.

21Cette situation nourrit un triple sentiment de frustration, d’impatience et de peur chez les autochtones Guéré qui vivent dans les alentours du parc : la frustration parce qu’ils estiment que les pouvoirs publics ont longtemps fermé les yeux sur la dégradation du parc au profit d’allogènes Burkinabé ; l’impatience du fait du temps qui semble s’écouler indéfiniment sans voir l’effectivité du déguerpissement ; la peur en raison de la gestion plutôt incertaine des conséquences du déguerpissement et de la relocalisation des infiltrés. Les autochtones s’opposent en effet à la relocalisation sur les huit sites de transit (dits « villages tampon ») identifiés par les pouvoirs publics ; ils craignent que cette relocalisation soit définitive et qu’ils soient ainsi « envahis ». Le porte-parole des chefs traditionnels du Guemon (la circonscription administrative qui abrite le parc) a, au cours d’une interview accordée au quotidien Le Patriote, le 3 avril 2015, confirmé cette opposition en ces termes :

« (…) Nous ne sommes pas prêts à les accueillir dans nos villages. Nous ne sommes pas d’accord non plus que l’État crée des sites d’accueil pour eux (…) Qu’ils retournent d’où ils sont venus sans un site de transit (…) Si l’État leur fait la part belle, alors il devrait le faire aussi pour nous qui avons été injustement dépossédés de cette forêt ».

3. Statu quo et logiques d’intérêts en jeu

22Depuis l’arrestation d’Amadé Ouérémi en 2013, trois années se sont écoulées sans que la politique de déguerpissement ne rentre dans sa phase active qui comporte les étapes de l’évacuation et de la relocalisation. Toutes les parties prenantes à cette politique sont focalisées, depuis bientôt un an, sur la mise en place effective du comité mixte de coordination et de suivi du plan d’évacuation, dont le principe de la création expresse avait pourtant été adopté à l’issue du sommet du traité d’amitié et de coopération ivoiro-burkinabé. En clair, le temps court et l’on ne semble pas s’activer pour donner corps à ce comité qui devrait accélérer le processus de déguerpissement. De façon critique, on pourrait se demander si derrière les déclarations de bonnes intentions formulées par chaque partie prenante, il n’y a pas des intérêts en jeu et pour lesquels le temps qui s’écoule « indéfiniment » devient un allié stratégique. En d’autres termes, le statu quo (ni déguerpissement, ni interdiction de récolter le cacao) ne profite-t-il pas à certaines parties prenantes à la politique de déguerpissement?

3.1. Les intérêts des infiltrés et de leurs alliés

23De façon générale, les intérêts des infiltrés pourraient être sous-tendus par leur posture victimaire et le plaidoyer pour un déguerpissement à « visage humain » qu’ils prônent, le tout dans le but de gagner du temps. Cette façon de focaliser l’attention de l’opinion sur la dimension humanitaire du déguerpissement induirait de se donner le temps nécessaire pour réussir une évacuation et une relocalisation qui tiennent compte de leurs droits élémentaires en particulier chez les femmes et les enfants. La victimisation et le plaidoyer relayés à coup de communication médiatique pourraient, dans cette logique, captiver l’attention des organismes internationaux de défense des droits humains et les amener, comme ils l’ont déjà réussi une première fois, à influencer les décisions des pouvoirs publics dans le sens d’entourer les opérations d’évacuation et de relocalisation de toutes les garanties de succès, quelle qu’en soit la durée.

24Ces intérêts pourraient, par ailleurs, se greffer subtilement aux violences physiques et psychologiques perpétrées sur les agents en charge du suivi de l’application des interdictions. On en ignore certes les auteurs, mais si elles parviennent à les intimider et à les dissuader, ces violences susciteraient l’opportunité d’intensifier l’exploitation du parc. Dans ces conditions, le « système de parc partagé » (expression trivialement admise dans le jargon des infiltrés qui signifie l’installation par les anciens infiltrés des nouveaux infiltrés en leur attribuant de nouvelles parcelles agricoles moyennant une rétribution) pourrait se poursuivre avec la probable intention de mettre les pouvoirs publics devant les faits accomplis, pour les contraindre à déclasser totalement ou partiellement le parc ou, du moins, à le mettre en location au bénéfice des infiltrés. À regarder de près, les violences physiques et psychologiques sur les agents de surveillance du parc et le « système de parc partagé » ne s’inscrivent-ils pas finalement dans une stratégie sociale de contournement de la politique de déguerpissement?

25De façon spécifique, le statu quo actuel laisse sous-entendre des logiques d’intérêts propres à chaque catégorie d’acteurs. Ainsi les ex-combattants, sur lesquels Amadé Ouérémi avait bâti sa stratégie de contrôle du parc, pourraient continuer à mener, en plus de l’exploitation agricole du cacao, toutes les activités lucratives et tous les trafics (telles les productions et la commercialisation de stupéfiants, l’orpaillage, le braconnage, le sciage du bois, le trafic d’ivoire) en profitant des faiblesses du système de surveillance. Au niveau des infiltrés ordinaires, la situation de « ni déguerpissement ni abandon des activités agricoles » les installe dans une position certes délicate, mais à partir de laquelle ils peuvent consolider leur présence dans le parc, y compris à travers le « système de parc partagé », et contraindre ainsi insidieusement les pouvoirs publics au déclassement.

26Pour les alliés des infiltrés, notamment les responsables du CRPMP (dont le leader est aujourd’hui emprisonné), il s’agit de tirer des avantages financiers sur trois plans : en premier lieu, le contrôle de la production cacaoyère du parc, de façon à en être le principal acheteur ; ensuite, le contrôle de la rente financière issue de la poursuite des ventes de parcelles du parc, mobilisée par les infiltrés pour financer la stratégie de « défense de leurs intérêts » ; et enfin, en dernier lieu de la gestion des aides qui seraient versées par le gouvernement en guise de dédommagement en cas de déguerpissement. Bien qu’en détention, le statu quo donne au leader du CRPMP le temps de revenir dans l’arène et de reprendre sa place si les tentatives de ses collaborateurs du CRPMP de le sortir de prison s’avéraient fructueuses. C’est sans doute la principale raison pour laquelle ses collaborateurs s’activent à l’innocenter pour lui permettre de reprendre les choses en main, tant que le comité mixte de coordination et de suivi du plan d’évacuation tarde à se mettre en place.

3.2. Les intérêts des pouvoirs publics

27Les intérêts des pouvoirs publics sont à analyser à deux niveaux : à l’échelle des pouvoirs publics locaux et à celle de l’État central. Pour les pouvoirs publics locaux, ces intérêts ont pu se construire autour du système de port sec qui apparaît tel un système de racket organisé, aux retombées lucratives, tant pour les agents chargés de sa mise en œuvre que pour ses responsables. Il semble donc que le statu quo profite également aux acteurs impliqués dans la gestion de ce système. Au niveau de l’État central, les intérêts résident probablement dans la manne financière issue des taxes sur le cacao issu du parc. Le volume total annuel n’est pas connu officiellement, mais cette production est estimée à plusieurs milliers de tonnes. Cette production est reversée dans la quantité totale de fèves de cacao produites et exportées chaque année. Cette rente constitue un atout non négligeable pour un pays qui sort d’une longue période de crise sociopolitique et dont les défis de développement demeurent importants.

28Faut-il pour autant en déduire que le statu quo actuel est volontairement entretenu pour continuer à tirer profit, à tous les niveaux, du cacao produit dans le parc? Le retard observé dans la mise en place du comité mixte de coordination et de suivi du plan d’évacuation (contrairement à la recommandation expresse du 4e sommet ivoiro-burkinabé) serait-il entretenu à dessein? N’y a-t-il pas d’autres facteurs qui contribuent à expliquer cette situation? Par exemple des éléments explicatifs pourraient résider dans l’élection présidentielle d’octobre 2015  qui se déroula dans un climat sociopolitique relativement pacifié, mais encore empreint de méfiance, surtout dans l’ouest ivoirien où les autochtones Guéré, majoritairement partisans de l’ex-régime, estiment être victimes d’une « justice des vainqueurs ». Conduire une opération de déguerpissement dans un tel contexte avec ses effets collatéraux possibles, pourrait en effet constituer une source de désordre social notamment dans la région de Duékoué considéré comme un « carrefour de la haine » (Miran-Guyon, 2011). Dans cette deuxième thèse, les pouvoirs publics ont donc un intérêt politique à la passivité, le temps d’organiser sereinement une élection présidentielle dont la réussite constituera, selon l’opinion publique nationale et internationale, un gage de consolidation de la stabilité du pays. Dans une thèse comme dans l’autre, les pouvoirs publics ont des intérêts particuliers sous-jacents au statu quo différents de ceux officiellement attribué à l’action publique de déguerpissement (Bourdieu, 1994).

3.3. Les autochtones riverains en position doutsiders?

29Les autochtones riverains présents dans les vingt-deux villages qui ceinturent le parc n’ont pas d’intérêt dans la situation actuelle. Ils ont au contraire intérêt au déguerpissement, principalement pour une raison : avant 2002, le parc, avec sa politique de conservation dont il bénéficiait, constituait pour eux un enjeu socio-économique important. Cette politique de conservation et les activités touristiques qui en découlaient (tourisme de découverte, tourisme scientifique) étaient pourvoyeuses d’emplois notamment pour les jeunes et avaient vocation à soutenir l’économie locale. En plus des enjeux socio-économiques, le parc revêtait également un enjeu écologique : ce massif forestier générait un microclimat propice aux activités agricoles des autochtones. Quelle pourrait être l’attitude des autochtones riverains une fois le parc déguerpi et les infiltrés éventuellement relocalisés dans des villages environnants qui refusent de les accueillir?

30Le déguerpissement pourrait sans doute susciter chez les autochtones riverains un appétit d’exploitation des plantations abandonnées et dont la surveillance par les agents de l’OIPR pourrait s’avérer une tâche herculéenne étant donné l’immense étendue des surfaces colonisées. Si ce schéma se produisait, ce sera alors pour eux une façon de se rendre justice d’autant qu’ils se sont longtemps considérés comme les « dindons de la farce » dans un jeu de dupes où les infiltrés, l’État (à travers la perception des taxes sur la vente du cacao du parc) et même les acheteurs de cacao, communément appelés « pisteurs » (qui sortent du parc avec des fèves illégales car non certifiées), se sont taillés la part du lion. Même si les pouvoirs publics entamaient la destruction des exploitations agricoles pour laisser la nature reprendre ses droits, cette opération nécessiterait probablement plusieurs années et des moyens matériels et financiers conséquents. Cette situation laisserait le temps aux autochtones riverains de « se faire justice ». Si au contraire le choix était fait de laisser en l’état les plantations sans les entretenir pour permettre à la flore et à la faune de se reconstituer au bout de quelques années, ce même appétit pourrait toujours s’exprimer.

Conclusion

31La dynamique de déguerpissement du parc national du mont Péko, une aire protégée aux potentialités touristiques importantes, entamée par les pouvoirs publics à la suite de l’arrestation d’Amadé Ouérémi, a été scrutée sous l’angle des tensions et des logiques qui la sous-tendent. Ces logiques, du fait des intérêts qui semblent les guider, entretiennent une situation de statu quo qui se traduit par une dégradation croissante du parc, éloignant toute perspective de relance de sa conservation et de sa remise en tourisme. Cette situation ravive des tensions qui constituent une bombe à retardement qui risque d’exploser lors de la mise en œuvre des différentes phases d’évacuation et de relocalisation des populations qui exploitent illégalement le parc. Cette situation explosive résulte d’une combinaison d’ingrédients contradictoires dont les principaux sont : le refus des autochtones riverains d’accueillir les populations infiltrées à déguerpir, puis leur appétit potentiel face aux exploitations agricoles laissées à l’abandon après le déguerpissement éventuel, et leur impatience affichée face à la volonté tout aussi manifeste des infiltrés de gagner du temps et face à la lenteur du processus de déguerpissement qu’ils attribuent aux pouvoirs publics.

32La question du lien entre l’activité touristique et les ressources naturelles s’enrichit de ces conclusions dans la perspective de l’analyse sociologique d’une politique publique de développement qui montre comment les attitudes et pratiques émanant tout à la fois des cibles contestatrices, mais aussi des pouvoirs publics, à différents niveaux, s’entremêlent pour, paradoxalement et peut-être volontairement, entraver le processus de mise en œuvre de ladite politique. Dans un tel contexte, les logiques des différentes parties prenantes au processus de déguerpissement, dont l’identité, les rôles et intérêts ont été analysés, sont difficilement conciliables et le système d’interactions dans lequel elles se meuvent n’est pas nécessairement en phase avec la finalité poursuivie, c’est-à-dire la sauvegarde du parc et sa remise en tourisme. Dès lors, le principal défi sur lequel il faut se pencher, sans tarder, pour atteindre cette finalité, est de parvenir à un « ordre local » (Muller, 2006) qui concilie les intérêts des parties prenantes.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, P. (1994). Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil.

Burstein, P., M. Bricher and L. Rachel (1195). “Policy Alternatives and Political Change: Work, Family and Gender on the Congressional Agenda, 1945-1990”, American Sociological Review, 60 (1): 67-83.

Carlos, R., S. Milani et C. Keraghel (2009). « Développement durable, contestation et légitimité : la perspective des mouvements altermondialistes », Cahiers des Amériques latines, 54-55 : 137-151.

Dupuy, C. et C. Halpern (2009). « Les politiques publiques face à leurs protestataires », Revue française de science politique, 4 (59) : 701-722. 

Fillieule, O. (2003). “Local Environmental Politics in France: The Case of the Louron Valley (1984-1996)”, French Politics, 1 (3): 305-330.

Haubert, M. C. Frelin, F. Leimdorfer, A. Marie et N. Trân Nguyên Trong (1992). Etat et Société dans le Tiers Monde. De la modernisation à la démocratisation ?, Paris, Publications de la Sorbone.

Hayes, G. (2002). Environmental Protest and the State in France, New York, Palgrave Mac- millan.

Lolive, J. (1999). Les contestations du TGV Méditerranée : projet, controverses et espace public, Paris, L’Harmattan.

Mayntz, R. (2003). « From Government to Governance : Political Steering in Modern Societies”, communication à la Summer Academy on IPP, Würzburg, 7 au 11 septembre, URL : <http://www.ioew.de/fileadmin/user_upload/DOKUMENTE/Veranstaltungen/2003/SuA2Mayntz.pdf>.

Miran-Guyon, M. (2011). « Au-delà du silence et de la fureur. Duékoué (Ouest ivoirien): rencontres interreligieuses au Carrefour de la haine », Politique africaine, 123 : 95-115.

Muller, P. (2006). Les politiques publiques, Paris, PUF.

Thatcher, M. (dir.) (1995). Les réseaux de politiques publiques. Débat autour des policy networks, Paris, L’Harmattan.

Tilly, C. et S. Tarrow (2008). Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences Po.

Vitale, T. (2007). Partecipazione e rappresentanza nelle mobilitazioni locali, Milano, Franco Angeli.

Haut de page

Notes

1 La politique de déguerpissement est au stade de préparation, elle fait suite à une première étape de déguerpissement en vrac opérée dans la foulée de l’arrestation d’Amadé Ouérémi. Mais à l’issue de cette première opération, les infiltrés déguerpis ont été autorisés à retourner dans le parc, le temps de mieux préparer le déguerpissement en prenant en compte la dimension humanitaire et les droits humains. La plupart d’entre eux sont retournés dans le parc, certains sont restés dans les villages environnants pour continuer à exploiter leurs plantations dans le parc et d’autres ont émigré, vers d’autres destinations en Côte d’Ivoire ou à l’étranger (notamment au Burkina Faso).

2 Nous utiliserons prudemment ce terme pour désigner les structures gouvernementales qui, au niveau central ou décentralisé, sont impliquées dans la mise en œuvre de la politique publique de déguerpissement.

3 Ce comité est prédestiné à garantir une appropriation de l’opération d’évacuation par les parties prenantes et à assurer une exécution conjointe du plan d’évacuation estimé à un peu plus d’un milliard FCFA (soit environ 1 700 000 dollars américains) sur une période de huit mois.

4 Le recensement fait dans le parc en 2013 après l’arrestation d’Amadé Ouérémi indique que la population totale est de 27 045 personnes, soit une moyenne de 4 personnes par ménage pour un total de 6 715 ménages ; 4% des occupants sont d’origine ivoirienne et 96% d’origine étrangère avec une prédominance de Burkinabés estimés à 99% de la population étrangère. Les enfants, qui représentent la moitié de la population du parc, constituent le principal vivier de la main-d’œuvre agricole et ne sont ni déclarés, ni scolarisés ni vaccinés.

5 Il y en a huit au total : Sibably, Pona-Vahi, Bleniminouin, Bahé-Sébon, Guinglo-Taouake, Diébly, Diéouzon, Gohouo-Zagna.

6 L’OIPR est l’Office ivoirien des parcs et réserves qui a en charge leur surveillance et leur gestion.

7 Source : le quotidien L’Inter, mis en ligne le 9 juillet 2013, URL : <http://www.linfodrome.com/vie-politique/10014-duekoue-mont-peko-les-occupants-refusent-de-partir>.

8 Extraits des statuts du CRPMP

9 Entreprise Kiébré Bagohouo (EKB) : Bagohouo est le nom du village où était basé Amadé Ouérémi et Kiébré du nom de son dirigeant : Seydou Kiébré. 

10 Extrait de presse, Agence de presse africaine, publié en ligne le 3 août 2014, URL : http://news.abidjan.net/h/504935.html).

11 Ibid.

12 Canada 1, Canada 2, Guéhibly, Petit Guiglo, Gonié, Poutenga, Gribagui, Sabarikro.

13 Extrait de presse du quotidien Le Sursaut, publié en ligne le mardi 13 janvier 2015, URL : http://news.abidjan.net/h/520372.html

14 Extrait de l’entretien avec un responsable de l’OIPR réalisé le 4 décembre 2014 à Duékoué

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La localisation du parc national du Mont Péko (Côte d’Ivoire)
Crédits Source : Google Map, capture d’écran
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 2. Les menaces et intimidations comme entraves au déguerpissement
Crédits Source : capture d’écran, extrait de presse du quotidien L’Inter, mis en ligne le 9 juillet 2013, Url : http://www.linfodrome.com/​vie-politique/​10014-duekoue-mont-peko-les-occupants-refusent-de-partir.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9418/img-2.png
Fichier image/png, 253k
Titre Figure 3. Le discours victimaire des infiltrés
Crédits Source : capture d’écran, extrait de presse, Agence de presse africaine, publié en ligne le 3 août 2014, Url : http://news.abidjan.net/​h/​504935.html.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9418/img-3.png
Fichier image/png, 135k
Titre Figure 4. Une manifestation des tensions entre les pouvoirs publics locaux et les infiltrés
Crédits Source : capture d’écran, article de presse du quotidien Le Sursaut publié en ligne le mardi 13 janvier 2015, Url : http://news.abidjan.net/​h/​520372.html.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9418/img-4.png
Fichier image/png, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kouamé Walter Kra, « Le parc national du Mont Péko (Côte d’Ivoire) entre dynamiques de déguerpissement, tensions sociales et logiques des acteurs : vers un risque d’explosion de violences », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/9418 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.9418

Haut de page

Auteur

Kouamé Walter Kra

Université Alassane Ouattara, Bouaké, Côte d’Ivoire
Sociologue, Enseignant-chercheur
walterkra@uao.edu.ci

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org