Navigation – Plan du site

À contre-courant : les mobilités caribéennes vers l’Éthiopie

Giulia Bonacci

Résumés

L’article s’intéresse à la migration des Caribéens vers l’Éthiopie, et notamment celle des Rastafariens qui se définissent comme de « vrais Éthiopiens » et se disent « rapatriés » en Éthiopie. En dépit de leur nombre limité, ils n’en sont pas moins importants, car ils illustrent la persistance et les transformations des imaginaires et idéologies liant les Noirs du monde à l’Éthiopie ainsi qu’un pan méconnu des mobilités caribéennes qui, se dirigeant vers l’Afrique, se découvrent complètement à contre-courant.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’Éthiopie, vaste pays d’Afrique de l’Est, se situe bien loin du monde atlantique sillonné par les mobilités caribéennes, forcées ou volontaires. Pourtant, depuis la fin du dix-neuvième siècle, des Caribéens ont visité, vécu ou travaillé en Éthiopie. Ils étaient alors médecins, comme le Guadeloupéen Joseph Vitalien, panafricanistes comme le Haïtien Benito Sylvain ou musiciens comme le rabbin Arnold J. Ford, migrant barbadien aux États-Unis. En 1930, une centaine d’Afro-américains et de Caribéens vivaient à Addis-Abeba, capitale de l’Éthiopie (Robbins, 1933 : 69). Pour la plupart, ils étaient poussés par la violence de la discrimination raciale et de la marginalisation économique qui caractérisait leur position sociale aux Amériques et ils étaient attirés par l’Éthiopie qui habitait leur imaginaire. Au cœur de cet imaginaire, l’identification raciale à l’Éthiopie était centrale. Symbole identitaire, l’Éthiopie évoquait non seulement un pays mythique, biblique, dont la terre devait ruisseler de lait et de miel, mais aussi un pays réel, souverain, seul État indépendant en Afrique jusqu’à la fin des années 1950 (Scott, 2006).

2Dès les années 1950, une installation rurale a pris forme à la périphérie de Shashemene, une ville située dans la vallée du Rift, à 1900 mètres d’altitude et à 250 kilomètres au sud de la capitale. Shashemene est aujourd’hui une ville de plus de 100 000 habitants, et y vivent au moins quatre cents personnes issues de l’espace caraïbe ainsi que des espaces migratoires où circule ce qui est appelé la deuxième strate de la diaspora caribéenne (Chivallon, 2004 : 95-109). Il s’agit de Rastafariens qui se définissent comme de « vrais Éthiopiens » et se disent « rapatriés » en Éthiopie, « rentrés chez eux ». Ils ne se sont pas installés par hasard près de Shashemene. C’est là que des terres avaient été offertes par l’empereur d’Éthiopie Hailé Sellassié I à l’intention des Noirs du monde, pour les remercier de leur soutien lors de la guerre italo-éthiopienne qui battit son plein entre 1935 et 1941 (Scott, 2006 ; Harris, 1994). Les Noirs aux Amériques qui s’étaient identifiés à l’Éthiopie et s’étaient mobilisés en sa faveur étaient invités à venir y vivre pour contribuer à la reconstruction et au développement du pays. Parmi eux, les Caribéens et les Américains d’origine caribéenne étaient majoritaires. Ces Caribéens en Éthiopie sont bien peu nombreux au vu des mobilités qui en ont drainé des millions vers les métropoles au cours du vingtième siècle, ainsi qu’à l’aune de la population éthiopienne qui dépasse les 70 millions d’habitants. Ils n’en sont pas moins importants, car ils illustrent la persistance et les transformations des imaginaires et idéologies liant les Noirs du monde à l’Éthiopie ainsi qu’un pan méconnu des mobilités caribéennes qui, se dirigeant vers l’Afrique, se découvrent complètement à contre-courant.

1. Des Caribéens en Éthiopie

  • 1 Tous mes remerciements vont à Girma Balcha, alors responsable de l’Immigration and Nationality Affa (...)
  • 2 Cette enquête a été conduite à l’occasion d’une recherche doctorale portant sur les Caribéens en Ét (...)

3Afin de saisir les dynamiques de ces mobilités caribéennes vers l’Éthiopie et tout particulièrement vers Shashemene, cette ville du Sud éthiopien, un corpus des arrivées a été établi à partir de deux sources principales. La première est un recensement de cette communauté, conduit par l’Immigration and Nationality Affairs du gouvernement éthiopien en février et mars 20031. Ce recensement devait permettre d’élaborer une image démographique et socio-économique plus précise de la communauté et de formuler éventuellement des décisions politiques relatives au statut juridique des individus, alors pour la plupart résidents sans papiers. Cent huit adultes y ont répondu et douze ménages se seraient abstenus. Malgré des précautions nécessaires à l’usage de ce recensement, certaines informations nous semblant erronées, il constitue néanmoins une source quantitative importante. La deuxième source est l’enquête d’histoire orale conduite entre 2001 et 2003 auprès des Caribéens vivant en Éthiopie2. Celle-ci a permis de vérifier et de compléter ces données officielles, même si une lecture critique de ces réminiscences était nécessaire, afin d’élaguer les récits des transformations subversives de la mémoire et des interventions naturelles du vécu dans le discours. Finalement, après avoir écarté ceux qui avaient été identifiés comme des visiteurs et non des résidents, quarante-neuf personnes ont pu être ajoutées au recensement éthiopien, pour former un corpus de 157 personnes arrivées en Éthiopie entre 1948 et 2002 (Tableau 1). Ce corpus n’est pas destiné à être un tableau figé et exhaustif, mais un outil d’analyse qui permet de saisir les caractéristiques de ces mobilités caribéennes.

Tableau 1. Les arrivées de Caribéens en Éthiopie (1948-2002)

Période

hommes

femmes

Ensemble

Première vague : 1948-1964

10

3

13

Deuxième vague : 1965-1991

38

11

49

Troisième vague : 1992-2002

65

30

95

Total

113

44

157

Sources : Recensement de l’Immigration and Nationality Affairs ; enquête personnelle.

4Les Caribéens se sont installés en Éthiopie au fil de trois vagues. Avant 1965, il s’agissait de quelques individus qui avaient été migrants aux États-Unis, ainsi que de quelques Américains. Après 1965, seuls des Jamaïcains arrivèrent, directement depuis la capitale Kingston. Après 1992, ils ont été plus nombreux à arriver, de toute la Caraïbe ainsi que des États-Unis et de Grande-Bretagne. Les femmes représentent 28 % des personnes arrivées en Éthiopie. D’abord peu nombreux, leur nombre augmenta sensiblement durant les années 1990. Elles arrivèrent pour la plupart mariées ou en couple. Ces mobilités vers l’Éthiopie sont donc majoritairement masculines, en lien avec la dimension patriarcale du mouvement rastafari où les fonctions rituelles et publiques sont généralement réservées aux hommes. Dans ce corpus, les Jamaïcains restent largement majoritaires, mais quatorze nationalités différentes sont représentées à Shashemene, arrivées durant les années 1990 (Tableau 2). Trois vagues donc, qui s’articulent par des effets de glissement et de basculement, autour de temps et d’espaces divers, pour dessiner un modèle de mobilités atypiques – tant dans leurs rythmes que leurs trajectoires.

Tableau 2. Distribution de l’immigration caribéenne à Shashemene selon la nationalité (1948-2002)

Nationalité

Effectif

Jamaïque

88

Royaume-Uni

20

États-Unis

19

Trinidad & Tobago

10

Bermudes

4

Barbade

3

Allemagne

3

France - Martinique

2

Montserrat

2

Suède

2

Bahamas

1

St Vincent

1

Dominique

1

Autriche

1

Total

157

Sources : Recensement de l’Immigration and Nationality Affairs ; enquête personnelle.

2. Des arrivées peu nombreuses, 1948-1964 

  • 3 Voir notamment le journal édité à Londres, New Times & Ethiopia News, 15/11/1952, p. 4 et le Majori (...)

5La première vague d’arrivées à Shashemene est ténue, moins d’une quinzaine d’Américains et de Caribéens qui avaient été migrants aux États-Unis s’y retrouvent. Elle s’inscrit dans un mouvement plus large qui a drainé de nombreux Afro-américains vers le pays après la victoire de l’Éthiopie en 1941 — avec le soutien des Anglais — contre les Italiens. Pour participer à la reconstruction du pays, des enseignants, professionnels, techniciens, journalistes, photographes et administrateurs furent engagés par le gouvernement éthiopien. Pour la plupart, ils restèrent en Éthiopie le temps de leur contrat sauf quelques-uns qui décidèrent d’y vivre. Leur contribution au développement du pays fut importante quoiqu’encore méconnue (Shack, 1974 ; Harris, 1994). Parmi ceux-ci, un couple originaire de Montserrat qui avait vécu aux États-Unis arriva en 1948. James Piper prit un poste d’enseignant dans une école technique à Addis-Abeba et Helen Piper occupa un emploi administratif sur le site de l’aéroport. En 1952 ils repartirent aux États-Unis pour faire une description enthousiaste de l’Éthiopie et ils revinrent en 19533. Ils s’installèrent alors à Shashemene, sur les terres données par l’empereur Haile Selassie I. Les Piper étaient des garveyites, membres du mouvement nationaliste conduit par le Jamaïcain Marcus Garvey (1887-1940) qui prônait la fierté noire, l’indépendance économique des Noirs et le droit au retour en Afrique pour y établir une nation noire (Martin, 1986). Ils étaient aussi membres des congrégations de Juifs noirs qui avaient fleuri à Harlem et Chicago et rassemblaient des milliers de personnes dont une majorité de Caribéens (Ottley, 1943 : 142).

6Les Piper ont été suivis à Shashemene par quelques personnes dont les trajectoires restent fragmentaires, quelques Afro-Américains, un autre couple de Juifs noirs américains, un musulman noir avec ses deux femmes et deux filles et un révérend baptiste de Géorgie qui avait entendu parler de Shashemene à une rencontre publique avec Malcolm X en Pennsylvanie au début des années 1960 (Bishton, 1986 : 29). En 1964 arrivait un dernier américain dont le père était marin et originaire de la Barbade et la mère une indienne cherokee. Diplômé en pharmacie, il se définissait comme un Rastafarien, mouvement alors bien peu connu aux États-Unis. Les Américains étaient de plus en plus rares à arriver en Éthiopie, car le lointain pays d’Afrique de l’Est n’occupait plus les esprits comme durant la guerre italo-éthiopienne. En effet, depuis l’indépendance du Ghana en 1957, les nouvelles nations africaines attiraient tous les regards et servaient de source de fierté à ceux qui étaient engagés dans la lutte pour les droits civiques (Meriwether, 2002). Une autre vague prit alors le relais et à la suite de ces quelques Américains et Caribéens, des Jamaïcains commencèrent à arriver en Éthiopie pour vivre à Shashemene.

3. Les Jamaïcains entrent en scène, 1965-1991 

7Une personne au destin étonnant, Noel Dyer, annonçait ce changement. Rastafarien jamaïcain, il partit à pied depuis le Royaume-Uni jusqu’en Éthiopie. Happé par les migrations massives de Jamaïcains vers le Royaume-Uni durant les années 1950 (Robert et Mills, 1958), il lui fallut plus d’un an pour arriver en Éthiopie en passant par la France, l’Espagne, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Egypte et le Soudan. Premier Jamaïcain à vivre à Shashemene, il fut suivi par plus d’une quarantaine d’entre eux dans les douze années suivantes. Pour la plupart, ces Jamaïcains allèrent directement depuis Kingston à Addis-Abeba. Ils venaient de downtown, les quartiers centraux et déshérités de la capitale. Souvent de familles nombreuses, ils étaient issus des milieux pauvres et certains étaient illettrés. Ils étaient cependant tous travailleurs, maçons, peintres, cordonniers, petits commerçants habitués à la survie. Vers le milieu des années 1970, quelques Jamaïcains de la classe moyenne firent aussi le voyage vers l’Éthiopie, des comptables, des administrateurs et des athlètes. Tous réalisaient le désir nourri depuis longtemps de « rentrer » en Afrique. Rastafariens, ils étaient les acteurs d’un mouvement politique, religieux et culturel qui revendiquait une filiation éthiopienne, considérait l’empereur d’Éthiopie comme Dieu sur terre et réclamait le droit au retour en Afrique en lieu et place d’une migration vers les métropoles anglophones. La visite officielle d’Haile Selassie I en Jamaïque en 1966, loin de défaire les croyances des Rastas comme l’avaient espéré les observateurs britanniques, contribua à lancer le départ de cette deuxième vague. Alors que certains de ces Jamaïcains avaient dû investir personnellement pour financer leur voyage pour l’Éthiopie, d’autres mirent en place des mécanismes collectifs (congrégations, cotisations, organisation de soirées, etc.) qui permettaient de lever des fonds. Sans pouvoir rentrer ici dans les détails de ces organisations formées par les Rastafariens, il est possible de souligner combien la création d’un capital était ralentie par les luttes de pouvoir qui agitaient les divers segments du mouvement rasta. Malgré ces dissensions, plusieurs dizaines d’entre eux partirent grâce à l’aide de ces organisations.

8L’élan des Jamaïcains se trouva freiné puis arrêté par les bouleversements politiques qui avaient lieu en Éthiopie. En effet, en septembre 1974 la mobilisation populaire puis la prise de pouvoir par les militaires signait la chute de l’empire et installait suite à plusieurs grandes réformes un régime autoritaire appelé le derg. La situation des Jamaïcains et des quelques Afro-américains qui vivaient à Shashemene se vit fragilisée : ils étaient identifiés comme des supporters de la couronne et sous la vindicte populaire plusieurs d’entre eux décidèrent de quitter l’Éthiopie. Ceux qui restèrent furent rejoints par les nouveaux arrivants, souvent jeunes, dans leur vingtaine d’années, et ils partagèrent avec les Éthiopiens les rigueurs du derg. Mais dès la fin des années 1970, les entrées en Éthiopie étaient compromises. Les frontières du pays, enlisé dans la guerre, se refermèrent et seuls quelques-uns purent y entrer. En Jamaïque, la situation politique et sociale s’aggravait et le souffle apporté par l’indépendance en 1962 s’était éteint dans les luttes entre les factions armées à la solde des partis politiques. Les élections de 1980 se soldèrent par presque un millier de morts et la violence s’installait durablement dans le pays. Alors que les Jamaïcains n’arrivaient plus ni à quitter Kingston ni à entrer à Addis-Abeba, les rares arrivées des années 1980 soulignaient une évolution nette des lieux de départ : une Jamaïcaine née au Royaume-Uni, un Jamaïcain migrant aux États-Unis et un métis britannique, de mère anglaise et de père sierra léonais. Ce n’étaient plus seulement des Jamaïcains venus depuis Kingston, mais des Jamaïcains migrants ou enfants de migrants ainsi que des minorités noires et britanniques qui faisaient leur entrée en Éthiopie.

4. Toutes les Caraïbes à Shashemene, 1992-2002

9Les années 1990 s’ouvrirent avec la chute de la junte militaire en Éthiopie, un nouveau régime et la création d’une République fédérale qui s’accompagnait d’une réouverture des frontières et d’une reprise des relations extérieures. Entre 1992 et 2002, près de 95 personnes s’installèrent à Shashemene. Un événement fit l’effet d’un aimant : en 1992, une coordination internationale de Rastas organisait en Éthiopie les célébrations du centenaire de la naissance de l’empereur Haile Selassie I. L’Éthiopie, Shashemene et le « retour » étaient ainsi remis à l’ordre du jour dans les préoccupations diasporiques. Les arrivées s’accélérèrent autour de l’an 2000 : 51 d’entre elles furent enregistrées entre 2000 et 2002, même si le recul temporel manque pour savoir si elles seront définitives. Les premiers acteurs de cette croissance venaient des États-Unis, d’Angleterre et de Trinidad et Tobago.

10Plusieurs éléments expliquent la transformation de ces trajectoires vers l’Éthiopie, dont la diffusion et l’internationalisation du mouvement rastafari. Cette internationalisation se fit rapidement, le long de routes différentes qui parfois se rencontraient, s’accompagnaient, se séparaient de nouveau : celles des migrations jamaïcaines et celles du succès planétaire du reggae (Van Dijk, 1998). Avec un mouvement rastafari devenu international, les candidats au retour venaient d’horizons géographiques divers où leur position sociale était similaire, celles d’anciens sujets coloniaux et de minorités ethniques économiquement marginalisées. Les lieux où le mouvement rasta reprit racine durant les années 1980, les États-Unis, l’Angleterre, Trinidad et Tobago, furent aussi ceux qui envoyèrent les contingents les plus importants.

11Les trajectoires des mobilités caribéennes vers l’Éthiopie durant les années 1990 se sont révélées plus complexes que celles qui les avaient précédées. En effet, il devint alors courant de voir arriver des migrants qui avaient déjà voyagé et vécu dans des endroits différents. Ainsi un fils de migrants de St. Kitts et de Montserrat né en Angleterre, ayant grandi à Montserrat et revenu à trente ans en Angleterre ; un Jamaïcain finissant sa scolarité à Kingston avant de migrer vers l’Angleterre puis vers les États-Unis où il resta plusieurs années ; un autre Jamaïcain partant vivre au Ghana avant de gagner l’Éthiopie ; un Dominicain passant par l’Angleterre ; un Trinidadien ayant vécu à Miami et New York, etc. Dans les métropoles anglophones, la violence raciale et sociale pouvait sembler accrue par rapport aux Caraïbes, mais l’accès aux ressources était relativement plus aisé, ce qui facilitait le financement des mobilités vers l’Éthiopie et permettait des allers-retours plus nombreux entre l’Éthiopie et la deuxième strate de la diaspora caribéenne. Les Caribéens francophones, issus de contextes différents, notamment en termes d’activité politique et d’implantation du mouvement rasta, arrivèrent au compte-gouttes. Plus surprenante, la présence de quelques « rapatriés » originaires d’Europe trouble les catégories utilisées. Les processus par lesquels des Européens s’identifient à des idéologies et des pratiques considérées comme « noires » sont trop complexes pour être abordés ici (Bonacci, 2001-2002 ; 2003). Les Européens s’insèrent pourtant, et non sans contradictions, dans ces mobilités caribéennes vers l’Éthiopie. Sans être issus des Caraïbes, ils en ont adopté la foi des Rastas et ils participent du tissu social caribéen en Éthiopie. Les installations à Shashemene reflètent la complexité de l’espace migratoire et culturel caribéen au tournant de l’an 2000 : des allers-retours, des mobilités accrues, des trajectoires complexes, des routes migratoires tournant autour de l’Atlantique et des quêtes identitaires drainant dans leur sillage même des Européens.

Conclusion

12Ces Caribéens vivant à Shashemene sont peu nombreux, mais, arrivés en trois vagues depuis les années 1950, ils ont fini par avoir une présence sur la scène publique et culturelle éthiopienne, comme le démontrent les grands festivals de reggae qui ont eu lieu ces dernières années, la renaissance de l’image d’Haile Selassie I pourtant abhorrée par deux régimes successifs et la croissance visible d’un mouvement rasta éthiopien. Ces Caribéens fascinent, dérangent, interpellent, froissent ou sont source de fierté pour les Éthiopiens. Les perceptions et interprétations liées à leur présence sont équivoques, bien sûr, et ont évolué dans le temps, comme les conjonctures sociales et politiques qui les ont encadrées. Les nombreux enfants issus de ces « rapatriés » caribéens, dont beaucoup ont une mère éthiopienne, participent des transformations sociales et culturelles caractérisant l’Éthiopie d’aujourd’hui.

13En dépit de son faible nombre, la présence caribéenne est importante, et pas seulement symboliquement : elle illustre la persistance des liens tissés entre l’Éthiopie et les Noirs du monde. Il y a des Caribéens en Éthiopie depuis le XIXe siècle et aujourd’hui, à Shashemene, se trouve une des plus larges communautés caribéennes vivant en Afrique. Les idéologies et les imaginaires à travers lesquels ces relations entre l’Éthiopie et les Caraïbes se sont tissées ont perduré, mais se sont transformés. Chrétiens, Juifs noirs et Rastafariens, chacun en leur temps, sont arrivés à Shashemene le long de routes qui ont glissé des États-Unis vers la Jamaïque, pour ensuite s’ouvrir à toutes les Caraïbes, insulaires ou métropolitaines. Ces mobilités vers l’Éthiopie, qui ne sont ni des migrations de travail, ni des migrations économiques, mais bien des trajectoires baignant dans des idéologies religieuses et des pratiques culturelles vont décidément à contre-courant. Et contre toute attente, loin de se tarir à l’aube du XXe siècle, elles semblent en plein essor. Elles démontrent ainsi combien le mythe d’une Éthiopie entendue comme un symbole racial et identitaire, une terre d’opulence et d’indépendance peut survivre à la réalité de la mobilité et de l’installation dans ce vaste et lointain pays d’Afrique de l’Est.

Haut de page

Bibliographie

Bishton D. 1986. Black Heart Man: a journey into Rasta. Londres : Chatto & Windus.

Bonacci G. 2001-02. Discours et pratiques du mouvement rastafari en Italie : continuités et discontinuités de la transmission religieuse, Psychopathologie Africaine, vol. 31, n° 1, p. 45-67.

Bonacci G. 2003. De la diffusion musicale à la transmission religieuse : reggae et rastafari en Italie. In : G. Bonacci & S. Fila-Bakabadio (éds.), Musiques populaires : usages sociaux et sentiments d’appartenance. Paris : CEAf, EHESS, p. 73-89.

Chivallon C. 2004. La diaspora noire des Amériques. Expériences et théories à partir de la Caraïbe. Paris : CNRS Éditions.

Harris J. E. 1994. African-American reactions to war in Ethiopia, 1936-1941. Baton rouge, Londres: Louisiana State University Press.

Martin T. 1986 [1976]. Race First. The Ideological and Organizational Struggles of Marcus Garvey and the Universal Negro Improvement Association. Dover (Mass.): The Majority Press.

Meriwether J. H. 2002. Proudly we can be Africans. Black Americans and Africa, 1935-1961. Chapel Hill, Londres : University of North Carolina Press.

Ottley R. 1943. ‘New World A-Coming’. Inside Black America. Boston: Houghton Mifflin Co.

Robbins J. 1933. The Americans in Ethiopia, The American Mercury, vol. 29, n°113. p. 63-69.

Roberts G. W., Mills D. O. 1958. Study of external migrations affecting Jamaica; 1953-55. Kingston: University College of the West Indies.

Scott W. 2006 [1993] The son’s of Sheba’s race. African-Americans and the Italo-Ethiopian War, 1935-1941. Hollywood: Tsehai Publishers.

Shack W. A. 1974. Ethiopia and Afro-Americans: some historical notes, 1920-1970, Phylon, vol. 35, n° 2, p. 142-155.

Van Dijk F. J. 1998. Chanting down Babylon Outernational: the rise of Rastafari in Europe, the Caribbean, and the Pacific, in N.S. Murrell, W.D. Spencer, A.A. McFarlane (eds.), Chanting down Babylon. The Rastafari reader. Kingston: Ian Randle. p. 178-198.

Haut de page

Notes

1 Tous mes remerciements vont à Girma Balcha, alors responsable de l’Immigration and Nationality Affairs à Addis-Abeba, qui a facilité l’accès à ces données.

2 Cette enquête a été conduite à l’occasion d’une recherche doctorale portant sur les Caribéens en Éthiopie. Voir G. Bonacci, Pionniers et héritiers. Histoire du retour, des Caraïbes à l’Éthiopie (19ème et 20ème siècles). Thèse de doctorat, Histoire et Civilisations, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2007.

3 Voir notamment le journal édité à Londres, New Times & Ethiopia News, 15/11/1952, p. 4 et le Majority Report of Mission to Africa (Presented to Prime Minister the Hon. Norman W. Manley). Kingston : Government Printer, 1961, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giulia Bonacci, « À contre-courant : les mobilités caribéennes vers l’Éthiopie », Études caribéennes [En ligne], 8 | Décembre 2007, mis en ligne le 15 décembre 2007, consulté le 23 avril 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/942 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.942

Haut de page

Auteur

Giulia Bonacci

Assistant Professor, Département d’Histoire, Université d’Addis-Abeba, Éthiopie, giuliabonacci@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org