Navigation – Plan du site
Hors dossier

Espace de vie et communauté touristique ethnolinguistique. La construction de Floribec

Lifespace and Tourism-Led Ethnolinguistic Community. The Making of Floribec
Rémy Tremblay

Résumés

Depuis les années 1950, la Floride et Miami occupent une place très importante dans l’imaginaire culturel des Québécois. Cela s’exprime dans la littérature, la musique et le cinéma. Cette affection pour la Floride est aussi très évidente sur le plan touristique alors que plus du tiers de la population québécoise visite la Floride annuellement. Cela a mené au développement d’une communauté de culture québécoise et de langue française située dans la banlieue de Hollywood (Miami) dont la raison d’être et l’atmosphère dépendent de l’apport massif de touristes québécois et des divers autres liens qu’elle entretient avec le Québec.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Floride, Québec
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans cet article, nous verrons, à partir d’observations de terrain réalisées depuis 1993 comment se déroule le quotidien dans la communauté touristique ethnolinguistique de Floribec, c’est-à-dire cet espace de vie composé de touristes et d’hivernants québécois devenu une communauté ethnique de culture et de langue québécoise. Nous verrons comment ces touristes et immigrants vivent leur quotidien, et jusqu'à quel point ils ont donné à leur espace de vie subtropical en banlieue de la grande métropole de Miami une identité qui lui est propre.

2« Floribec » se réfère à l’espace des migrants et touristes du Québec, dont la majorité appartenant à la classe ouvrière et dont les activités économiques et la vie quotidienne sont principalement orientées vers le tourisme de langue française et de culture québécoise. L’espace assez flou de Floribec s’étend sur près de cinq kilomètres dans les villes d’Hollywood, de Dania et de Hallandale, lesquelles se situent en banlieue Est de la région métropolitaine de Miami. Ce sont dans ces trois villes que se situe la majorité des commerces offrant des produits et services destinés aux immigrants et aux touristes québécois (Tremblay, 2003, 2011). D’après le recensement américain, la métropole de Miami comptait en l’an 2000 environ 25 000 résidents d’origine québécoise (sans compter les nombreux illégaux). Il n’existe pas de source statistique précise, mais la côte sud-est floridienne attirerait annuellement entre 200 000 et 400 000 touristes québécois, en faisant d’elle de loin la première destination touristique des Québécois. Cependant, les données statistiques américaines indiquent que 3,3 millions de Québécois ont visité le seul État de la Floride en 2011. Afin de mettre ce chiffre en perspective, rappelons que la population du Québec est 8,3 millions.

1. Floribec : approches conceptuelle et méthodologique

3D’abord, voyons l'espace floribécois selon trois facettes : le paysage, l’espace-temps et l’espace communicationnel. Nous observerons le paysage de Floribec en tant qu’espace chargé de signes produits par l’activité économique et par la culture particulière des individus qui s’y trouvent. Pour sa part, tel que nous le percevons, l’espace-temps se définit selon deux volets (Hagerstrand, 1973 ; Parkes et Thrift, 1980). D’abord, il s’agit d’un espace qui tient compte de la dimension cyclique de la vie en communauté. Que ce soit à l’échelle journalière ou saisonnière, cette dimension de l’espace permet de faire ressortir les variations dans les pratiques sociospatiales engendrées par des facteurs temporels. Le tourisme saisonnier à Floribec en serait un bon exemple. Le second volet de notre définition se réfère à la routine qui se développe dans un espace de vie donné. Les déplacements des individus de même que leurs activités sociales et économiques sont fortement influencés par le temps. En fait, ces derniers reposent sur des pratiques culturelles, journalières et cycliques, qui dictent la routine des individus et des groupes. Bref, l’espace-temps d’un groupe met en relief ses activités routinières, et le cycle (à diverses échelles temporelles) dans lequel elles s’inscrivent. Quant à l’espace communicationnel, nous le proposons dans le but de faire la lumière sur l'espace des médias écrits, télévisuels et de la publicité à Floribec. Son rôle est central dans la survie de la communauté. L'espace communicationnel renvoie aux multiples usages des médias par le groupe, qui lui permettent de maintenir le lien entre ses membres et de se projeter à l’extérieur. Il renvoie aussi aux caractères de la vie communautaire qu’il reflète et qu’il contribue à renforcer, à travers les images qu’il met en circulation ici et ailleurs.

4Mais quelle est la méthode que nous avons utilisée pour identifier les principaux éléments du paysage floribécois, de l’espace-temps de la communauté et de son espace communicationnel ? Essentiellement, nous avons fait des observations systématiques sur le terrain, à différentes échelles, dans tous les voisinages du territoire de la côte sud-est de la Floride où nous avions identifié un ou plusieurs commerces floribécois, afin d’y repérer des signes de la vie communautaire floribécoise.

5Nous avons parcouru le territoire en voiture puisqu'il s'étendait de Boca Raton à Miami et des Everglades à l'océan Atlantique. Vu la forte densité des activités sur les plages de Lauderdale-by-the-Sea, Pompano Beach et Miami Beach, de même sur les artères principales, nous les avons parcourus à pied. Et vu le nombre élevé de commerces floribécois à Hollywood, Hallandale et Dania, et le dynamisme de la vie de langue française que nous avons pu y observer, les artères commerciales et plusieurs secteurs résidentiels de ces trois villes ont aussi été observés à pied. Ces observations ont eu lieu entre 1993 et 2014 à raison de deux visites annuelles d’environ une semaine chacune. Ces visites ont été réalisées dans le cadre de travaux variés et continus sur ce phénomène, et ce, à titre de doctorant et de professeur-chercheur.

6Et qu'avons-nous observé précisément ? Nous nous sommes attachés aux signes ethnolinguistiques de la présence québécoise dans le paysage, avec une attention particulière à la langue d'affichage (raisons d’affaires, enseignes, affiches publicitaires, etc.). Aussi nous avons observé l'utilisation de la langue française dans les commerces floribécois (tenus par des immigrants québécois) et autres lieux publics (hôpitaux et cliniques, églises, places publiques, etc.). Ceci nous a imposé des visites à l’intérieur de plusieurs commerces, en plus de discuter avec leurs propriétaires et leurs clients. Nous avons aussi échangé avec des personnes qui fréquentent les nombreux autres endroits où le français domine. La lecture de dépliants et de différents médias a également été révélatrice de la vie quotidienne de la communauté floribécoise (composée d’immigrants et de touristes du Québec).

7Toutes les observations faites lors de cette étape de notre recherche ont été consignées par trois moyens : 1) la prise de notes, 2) l’enregistrement par magnétocassette et par caméra vidéo, 3) la photographie. C'est à partir de ces différents matériaux que nous avons rédigés les pages qui suivent.

Photographie 1. La promenade d'Hollywood Beach, Floribec

Photographie 1. La promenade d'Hollywood Beach, Floribec

Source : Tremblay, 2012

2. Le paysage

8Dès nos premières séances d'observation, il nous est apparu qu’il y avait dans le paysage des signes évocateurs de la présence québécoise. Ces traces, ces marqueurs, voire ces géosymboles (Bonnemaison, 1981) ethnolinguistiques étaient suffisamment visibles dans l’espace bâti pour que l'étranger, Québécois ou non, note l'existence d'une vie culturelle non anglophone et non hispanophone, et ce avant même d'avoir entendu quelqu’un s’exprimer en français autour de lui.

9La communauté touristique ethnolinguistique étudiée s’exprime fort bien cartographiquement. En fait, Floribec épouse la forme typique des vieilles stations balnéaires américaines de la Côte Est (cf. figure 1). Le pôle principal, identifié plus haut comme le cœur de Floribec prend la forme d’un « T », typique des districts d’affaires récréationnelles (DAR) de plusieurs autres stations balnéaires nord-américaines. On retrouve ces DAR dans des villes orientées exclusivement vers le tourisme, comme Atlantic City, Virginia Beach, Myrtle Beach (Janiskee, Mitchell & Maguire, 1996) et, plus près de nous culturellement et géographiquement, Old Orchard Beach et Hampton Beach. Le DAR floribécois, comme celui des autres stations balnéaires, dispose d'un « strip » linéaire parallèle à la plage, le Boardwalk, et d'une rue principale perpendiculaire à celle-ci, la rue Johnson. Sur ces deux artères vitales du DAR, on trouve la plupart de ce que les pionniers du concept de DAR décrivent : « [a] seasonally oriented linear aggregation of restaurants, various specialty food stands, candy stores and a varied array of novelty and souvenirs shops that cater to visitor's leisurely shopping needs» (Stansfield & Rickert, 1970, p. 219). Dans les rues adjacentes à ces deux artères de Floribec pleuvent des motels bas de gamme. On y trouve aussi quelques rares commerces.

10Le DAR, qui fait office de centre d'activités économiques de la communauté, n'est rien de moins que la raison d'être de Floribec ; il est le cœur de la communauté, comme nous le verrons plus loin. Principal pôle d'attraction des touristes québécois, il concentre une grande partie des services qui lui sont destinés. C'est le DAR, avec sa plage, ses palmiers, son Boardwalk et ses nombreux services offerts en français aux touristes, qui donne son sens, son identité à Floribec. En quelque sorte, il sert d'organe vital à la communauté tout entière, et lorsqu'il est malade, tous s'en ressentent socialement, culturellement et, surtout, économiquement. Bref, le DAR donne le rythme à la vie quotidienne et touristique floribécoise.

Figure 1. L’organisation spatiale de Floribec

Figure 1. L’organisation spatiale de Floribec

Source : Département de géographie de l’Université Laval.

11C’est dans ce quadrilatère qu’il faut situer le pôle socioculturel floribécois. Il s'agit en fait de la principale concentration de motels et de restaurants tenus par des immigrants québécois, et donc du point de rencontre des touristes québécois. Ce corridor d'environ un kilomètre de long, situé face à l'océan, est très achalandé pendant les mois d'hiver, alors que des centaines de milliers de touristes québécois se précipitent à Hollywood pour rencontrer d'autres touristes de la même origine qu’eux. À partir du moment où le soleil se pointe jusqu'à tard dans la nuit, des milliers de Québécois se font bronzer sur la plage, parcourent à pied, en bicyclette ou en patins à roues alignées la promenade qui longe la plage, et s'arrêtent pour prendre un rafraîchissement ou un repas dans un des nombreux restaurants qui s'y trouvent. Dans la soirée, souvent dans une tenue vestimentaire plus soignée, ces touristes se dirigeront ensuite vers un restaurant floribécois transformé en bar vers 19 heures. Pendant cette journée, ces touristes auront rarement eu besoin de s'exprimer dans une autre langue que la leur. Aussi, dans ce pôle floribécois, chaque commerce qu'ils auront fréquenté les aura servis dans leur langue.

12C'est en fait ce qui distingue ce pôle du reste de la Floribec. Là, le touriste québécois n'a aucunement besoin de connaître la langue anglaise pour obtenir un service. Le paysage est suffisamment chargé de messages, subtils ou non, témoignant d'une vie en français, ou plutôt d'une vie ethnolinguistiquement québécoise, pour que ce touriste s'y sente en sécurité. Celui qui fréquente la plage de Hollywood pour la première fois, et qui ignore tout de la vie en français qui y règne - ce qui nous apparaît invraisemblable - verra une foule d'enseignes en français sur diverses activités touristiques organisées par des Floribécois. Sur la promenade le long de l'océan et sur la rue Johnson (rue principale du pôle), les commerçants floribécois affichent tous quelque part un symbole canadien ou québécois afin de donner à la clientèle visée une indication sur l'origine du ou des propriétaires.

  • 1 À noter que le mot «Québec» est peu utilisé à Floribec.

13Encore plus important, ces touristes remarqueront, avec satisfaction et soulagement, une extension de leur culture dans une région précise de la Floride, d'où le succès de Hollywood auprès des touristes et des immigrants québécois en quête du rêve américain. En d'autres termes, non seulement la langue française domine-t-elle dans le pôle, mais la culture qui s'y exprime est la même que celle des touristes, une clientèle qui semble souvent appartenir à la culture populaire, qui souhaite passer un séjour au soleil, sans être dépaysée. Par exemple, ces touristes fréquenteront sans crainte des restaurants comme La Gaspésienne, Frenchie's Cafe, Qué-Fla, La Brochetterie, établissements dont le nom même reflète la culture. Ces restaurants, dont leur nombre a diminué depuis une dizaine d’années (Tremblay, 2011), sont fiers de servir des mets chers aux touristes québécois et, mentionnons-le, que ces derniers souhaitent retrouver en Floride. Pour être bien identifiés, les restaurateurs floribécois affichent très clairement «mets canadiens»1. Lorsque l'aménagement, la musique et les menus ne suffisent pas à convaincre de l'authenticité culturelle québécoise, des serveurs distribuent des dépliants aux passants qui circulent sur le Boardwalk.

14Les motels essaient eux aussi d'utiliser leur raison sociale pour attirer les touristes québécois. Ils s'appellent Granby, St-Maurice (issues de la toponymie québécoise), et, à défaut de ne pouvoir utiliser cette technique pour être bien en vue, on indique sous l'enseigne publicitaire : «T.V. en français», «nous parlons français» ou, bienvenue-welcome. Une autre tactique utilisée est l'inscription sur des cartes professionnelles, distribuées dans une multitude de commerces floribécois, de renseignements supplémentaires qui confirment le caractère floribécois des lieux, comme ceux-ci par exemple : «André Houle prop.-owner», «your hosts Serge et Denise. En plus, certains commerçants floribécois distribuent sur la plage ou déposent dans des commerces de Floribec des dépliants, en français ou bilingues, pour attirer la clientèle touristique québécoise. Le nom, le type de produit offert, le lieu d'origine du propriétaire, un drapeau sont autant de façons de s'identifier comme Floribécois.

Photographie 2. La Belle Maison, un exemple de motel destiné aux touristes québécois à Floribec

Photographie 2. La Belle Maison, un exemple de motel destiné aux touristes québécois à Floribec

Source : Tremblay, 2012

15Lorsqu'on quitte le noyau de Floribec pour se diriger vers l'ouest et vers les extrémités nord et sud du quadrilatère il y a diminution des marqueurs québécois dans le paysage. Toutefois, on ne peut passer outre la Caisse populaire Desjardins (Desjardins Federal Savings Bank) sur le boulevard Hallandale, avec sa clientèle majoritairement composée de Floribécois, de touristes du Québec et de travailleurs québécois, légaux et illégaux. En plus d'être une caisse populaire, cette institution sociale est presque un monument culturel en l'honneur de Floribec. Par contre, ailleurs, sur les artères Dania, Sheridan et Hollywood, les symboles n'ont rien d'aussi monumental et le nombre de commerces destinés aux touristes québécois a très fortement diminué au fil des ans.

16D’autre part, le paysage résidentiel des parcs de caravanes et de maisons mobiles nous a semblé plus vivant et surtout plus diversifié en signes ethnolinguistiques que ceux composés de maisons unifamiliales, tel celui de Dania. L'aménagement extérieur des habitations unifamiliales floribécoises ne se démarque pas de celles des Anglo-Saxons. Contrairement à la situation qui prévaut dans le milieu commercial, les résidences des Floribécois ne sont pas «identifiables» de l'extérieur. Les drapeaux, les boîtes aux lettres et autres marqueurs potentiels ne témoignent de rien. Seules les plaques d'immatriculation des visiteurs du Québec nous informent de l'origine ethnique de ceux qui habitent les quartiers résidentiels visités. On pourrait expliquer ceci par le fait que les résidents des parcs de maisons mobiles, composés surtout d'hivernants, sont dans un état d'esprit plus enclin à exprimer leur excitation du temps de fêtes que les résidents permanents des quartiers résidentiels qui eux, doivent continuer à travailler. Il reste que si ces derniers apparaissent moins en état de célébrer, le nombre de véhicules du Québec y est très élevé à cette période de l'année. Les stationnements sont remplis, et souvent voit-on quelques voitures de plus stationnées devant les résidences. Ceci ajoute au paysage floribécois et renseigne sur la localisation de Floribec.

17Nos observations du paysage floribécois ont révélé par ailleurs une dimension importante insoupçonnée de la vie communautaire : celle-ci s’organise selon un cycle temporel qui crée des variations marquées dans les pratiques sociospatiales.

3. L'espace-temps

18La description du paysage floribécois ayant été détaillée, nous passerons plus rapidement en revue l'espace-temps de Floribec, et ce, parce que le lecteur est mieux en mesure de contextualiser spatialement et ethnolinguistiquement les informations qui suivent sur les relations entre Floribec et le tourisme québécois, et qui lui donnent son caractère hautement cyclique.

19Ainsi, deux éléments fondamentaux caractérisent l'espace de vie floribécois : d'une part son cycle temporel et, d'autre part, ses rapports au monde extérieur. S'il nous semble évident, d'après nos observations sur le terrain, que l'espace-temps floribécois est centré sur un pôle ethnolinguistique près de la plage de Hollywood, nous pouvons également affirmer que, sur une base annuelle, la vie sociale et économique y connaît un certain cycle. Lors de nos recherches à Floribec, qui ont eu lieu à différentes saisons, il nous est clairement apparu que, contrairement au paysage, l'espace de vie n'était pas stable. En d'autres termes, on pourrait dire que les enseignes commerciales restent, mais que les Floribécois et les touristes québécois ne sont pas toujours présents. Par exemple, en été comme en hiver, on remarque des signes de l'espace bâti floribécois près de la plage et même ailleurs dans l'espace délimité dans la carte 1. Par contre, l'espace de vie floribécois n'est pas observable toute l'année puisqu'il bouillonne d'activités en hiver et disparaît presque totalement pendant l'été.

20Pourquoi l’espace de vie floribécois connaît-il un cycle saisonnier ? On l'aura deviné : à cause de la forte dépendance de Floribec des touristes provenant du Québec. En été, Floribec attire peu de touristes parce que sa clientèle préfère visiter la Floride en hiver. Ceci a évidemment un impact direct sur la vie quotidienne au sein de la communauté. De juin à septembre, la plage de Hollywood ne dispose pas d'un espace de vie floribécois, car il n'y a que très peu de touristes du Québec, ou même d'ailleurs. Bon nombre de commerces, floribécois ou non, ferment leurs portes. Le phénomène se produit également lorsque l’on s’éloigne du Boardwalk. Les institutions financières et les agences immobilières poursuivent leurs activités, mais plusieurs clubs de danse et restaurants floribécois ferment leurs portes jusqu’à l'arrivée de l'automne. Les parcs de maisons mobiles de Hallandale sont, eux aussi, presque vides et la vie sociale y est quasi inexistante. Bref, pendant l'été, on peut plus difficilement parler de Floribec puisque les Floribécois de même que les touristes québécois, et leur apport socioculturel et économique à l'espace de vie sont absents. Vers la fin d'octobre, l'espace reprend vie alors que l'hiver s'installe lentement mais sûrement au Canada. Temporellement mouvant, l'espace de vie floribécois est le plus actif de la période des Fêtes jusque vers la fin d'avril. De plus, la plage de Hollywood a complètement été réaménagée il y a quelques années et un effort soutenu a été investi afin d’attirer des touristes non québécois. Ce fut un succès. Ainsi, alors que le nombre de touristes québécois était vital à l’économie de Hollywood, il l’est beaucoup moins puisque l’apport touristique non québécois s’est très considérablement accru. Russes, latino-américains sont au nombre des nouveaux touristes, et ce, en toute saison.

21On observe ainsi la manière dont les Floribécois ont réussi à marquer ethnolinguistiquement leur paysage et à le nourrir d'une vie sociale dont l’intensité varie au fil de l’année. Cet espace-temps s’observe facilement grâce surtout à un outil que les Floribécois manipulent avec beaucoup de créativité : les communications.

4. L'espace communicationnel

22D'une façon exemplaire, les Floribécois exploitent les communications pour afficher leur style de vie, leur culture et leur raison d'être économique. Subtilement ou non, par le biais d'affiches, de dépliants, de la télévision et d'autres modes de communication médiatique, les Floribécois ont réussi à créer un véritable espace communicationnel, un espace qui fait non seulement partie de leur quotidien, mais qui expose d'une façon très caractéristique leur présence sur la côte sud-est de la Floride. Mais à quoi cet espace communicationnel sert-il ? On l'aura deviné, il a pour but de servir les touristes québécois qui souhaitent passer un séjour en Floride sans dépaysement culturel et linguistique.

23Les enseignes commerciales représentent de loin le principal support de l'espace médiatique floribécois. Lorsque l'enseigne commerciale n'est pas suffisamment expressive ethnolinguistiquement, par exemple dans le cas du motel Sun Manor, on indique au bas « T.V. en français ». Pour les restaurants-bars floribécois on mettra une affiche dans une fenêtre avec un menu en français et le nom de l'artiste invité (toujours un Québécois).

24Les affiches publicitaires se situent au second rang en termes d'occupation de l'espace communicationnel floribécois. Surtout concentrées, elles aussi, en bordure de la plage, ces affiches prennent plusieurs formes. Plusieurs d'entre elles se trouvent sur les bancs publics le long du Boardwalk. On peut y lire par exemple qu’une chanteuse québécoise sera en spectacle dans un hôtel de Sunny Isles (juste au sud de Hollywood) pendant le mois de mars. Les affiches servent aussi à faire connaître aux touristes québécois les quelques cliniques médicales qui disposent d'un personnel francophone (le plus souvent quelques infirmières québécoises). À l'occasion, on verra un de ces bancs publicitaires avec l’affiche d’un commerce floribécois.

25Les journaux du Québec constituent un autre moyen de communication dans l'espace floribécois. La majorité des supermarchés et plusieurs dépanneurs vendent les principaux journaux québécois tels que Le Journal de Montréal, La Presse et, dans une moindre mesure, ceux destinés à de plus petits marchés francophones comme Le Soleil de Québec et Le Droit d'Ottawa-Hull. À noter qu’il est difficile de se procurer Le Devoir, un quotidien qui a la réputation de ne pas être lu par les classes populaires du Québec. Les dépanneurs floribécois offrent également des magazines comme le Lundi et 7 Jours, tandis que les quelques dépanneurs américains situés à Floribec se limitent généralement à quelques journaux. Les Québécois se lancent régulièrement dans l’édition de mensuels floribécois distribués au Québec et à Floribec, mais aussi sur le web. Plusieurs échouent. Ceci n’est pas le cas du journal Le Soleil de la Floride.

26Enfin, l'espace communicationnel floribécois dispose, à certains moments, d'une chaîne de télévision. Ici encore, la durée de vie varie grandement. Cette chaîne, par le biais d'une compagnie de câblodistribution floridienne, présente des émissions québécoises pour les Floribécois et les touristes québécois. La plupart des restaurants, des bars et des motels floribécois et parfois même américains, se servent de cette chaîne spécialisée. Il semble que, même à l’ère du WiFi, disposer de la télévision québécoise soit une formule gagnante pour tous les commerçants, floribécois ou non, qui désirent s'approprier la clientèle québécoise.

27Une station de radio diffuse via le web et par ondes radio des émissions d’actualité québécoises et floribécoises pour les résidents et touristes québécois. Ces stations vont et viennent.

28Les touristes du Québec servent également de liens communicationnels avec Floribec, car ils jouent un rôle-relais. En effet, lors de leur séjour à Floribec, ils informent les résidents sur le Québec. De plus, une fois de retour au Québec les touristes québécois renseignent les leurs sur ce qui se passe dans la communauté floribécoise. En troisième et dernier lieu, les touristes québécois véhiculent de l’information à l’intérieur même de la communauté, c’est-à-dire qu’ils partagent avec les résidents et les commerçants floribécois leur expérience de voyage, leur vision, leur perception de la communauté. En fait, ils participent à la circulation de l’information à travers les réseaux sociaux communautaires.

29Nous nous devons d'ajouter que cet espace communicationnel et les communications à distance en particulier ouvrent la communauté floribécoise sur l'extérieur. Les communications à distance illustrent la force des liens de Floribec avec le foyer québécois. Elles diminuent l'isolement géographique et psychologique de Floribec en créant des rapports socioculturels immédiats avec le Québec. Certes, l'éloignement demeure, mais la communauté se rapproche en quelque sorte du Québec, par l'entremise des divers réseaux de communication qui l'y rattachent. Ce type d'espace vient modifier grandement la notion traditionnelle de la communauté en y ajoutant une dimension immatérielle, voire virtuelle (médias).

5. Les lieux structurants de Floribec

30Floribec est plus qu'une destination touristique prisée des Québécois ne voulant pas être dépaysés. Comme nous l'avons mentionné auparavant, il s'agit d'un espace ethnolinguistique disposant de services dont certains sont devenus de véritables institutions, ce qui explique, selon nous, qu'il s'y soit développé une vie communautaire. Les leadeurs floribécois ont mis sur pied ces services pour survivre financièrement, certes, mais aussi pour recréer un mode de vie francophone adapté à leurs besoins dans cette terre d'accueil tropicale. La seconde partie de ce chapitre portera donc sur les différents types de services que les Floribécois se sont donnés, sur leur rôle dans la constitution d'un espace communautaire, de même que sur leurs fonctions dans l'économie touristique de Floribec.

31L'observateur qui découvre l'espace floribécois remarque plusieurs commerces affichant partiellement ou entièrement en français. Plusieurs de ces commerces servent de lieux structurants pour la communauté, tandis que d'autres font office de véritables institutions. Qu'entendons-nous par « lieu structurant » ? Le terme renvoie à tous ces lieux autour desquels se structure la vie communautaire et qui lui permettent de prendre forme : lieux de travail, commerces de toutes sortes (restaurants, salons de coiffure, agences immobilières, cabinets de médecin, etc.), lieux de divertissement (parcs, terrains de sport, etc.). Ces lieux structurants servent de liens entre les membres de la communauté, immigrants et touristes. Ils les utilisent pour se rencontrer, pour discuter et échanger des informations, des services et des biens. Pôles autour desquels s’organisent les relations communautaires, ils servent souvent de foyers d’identification pour les membres.

32Pour sa part, le concept d’institution renvoie à l’idée de transmission de la culture et à celle de modalités de conduite. Les institutions se caractérisent non seulement par une certaine permanence, mais elles structurent également des manières de faire, de sentir et de penser (Rocher, 1992). L’école, l’église, le centre culturel, le journal, la caisse populaire, la chambre de commerce figurent parmi les organisations formelles qu’on associe à la communauté (Breton, 1964).

33Dans une première catégorie de lieux autour desquels se structure Floribec, nous retrouvons les motels (une cinquantaine observés) dirigés par des immigrants québécois, ou ayant des employés d'origine québécoise, et dont les enseignes sont partiellement ou entièrement en langue française. C'est à partir de ces indices que nous avons été en mesure de saisir toute l'ampleur de ce secteur dans l'économie floribécoise. En fait, il en est la base.

34La plus grande concentration de motels dans la région de Hollywood-Hallandale-Dania se situe dans le pôle évoqué plus haut. C'est aussi à cet endroit que la majorité des «moteliers» floribécois se trouvent. Ici plus qu'à l'extérieur du pôle, les motels sont d'allure très modeste et d'apparence plus ou moins soignée. Seulement quelques-uns attirent l'attention par leur propreté, car ils se comptent sur les doigts d'une seule main. Souvent, les immigrants québécois qui possèdent le motel habitent dans une chambre adjacente au bureau d'accueil, faisant en sorte que leur résidence est fort modeste en taille et en mobilier, surtout lorsqu'il y a des enfants. Lorsque les affaires se portent mieux, certains agrandiront leur résidence en y ajoutant une deuxième chambre de motel. D'autres se permettront d'acheter une maison mobile ou une résidence unifamiliale, généralement à proximité du motel.

35Si le scénario du film québécois La Florida relatant les péripéties d’une famille québécoise qui émigre à Hollywood, en Floride (Couture et Sarrazin, 1993) est plausible à plusieurs égards, il existe néanmoins des moteliers qui connaissent du succès avec leur entreprise. Par exemple, près de l’autoroute Federal se situe Bernard's Apartments, un motel très chaleureux et bien entretenu. La famille qui dirige ce motel connaît un vif succès auprès de sa fidèle clientèle québécoise depuis une près de 20 ans. Les propriétaires ont pu acquérir une belle demeure en face du motel. Ce cas particulier d'une famille floribécoise a attiré l'attention d'un journaliste du Miami Herald, qui a publié ce success-story floribécois dans son quotidien à grand tirage.

36D'après nos conversations avec des moteliers floribécois, non seulement ces derniers obtiennent-ils peu ou pas de succès avec leur entreprise, malgré leur grande motivation initiale, mais le nombre d'entre eux qui demeurent dans ce type d'industrie après un échec (financier ou autre) est généralement faible. Plusieurs raisons expliquent ceci : difficultés financières, manque de connaissances de l'industrie touristique, fatigue ou dépression, solitude et ennui. Malgré ce fait, si ce type d'entreprise occupe toujours un rôle important dans l'économie floribécoise, c'est parce qu'il y a continuellement de nouveaux immigrants québécois qui tentent leur chance.

37D'après nos observations de l'espace floribécois au fil des ans, le secteur de la restauration se situe au second rang en terme de visibilité. Et les Floribécois qui ont choisi la restauration pour vivre leur rêve floridien l'ont fait pour les mêmes raisons que ceux ayant investi dans l'hôtellerie, c'est-à-dire pour attirer les touristes québécois, offrir des services en français et, ainsi, vivre en français.

38Si aucun motel floribécois n'a fait sa marque, certains restaurants sont connus jusqu'au Québec, du moins parmi les habitués de Hollywood. De plus, le secteur de la restauration floribécoise compte un établissement qui semble être une véritable institution au sein de la communauté.

39Encore une fois, la majorité des restaurants floribécois, dont plusieurs se transforment en bars au coucher du soleil, sont localisés dans le périmètre défini à la carte 1. Les plus connus se trouvent sur le Boardwalk face à l'Atlantique. En fait, si les motels permettent aux touristes québécois d'être hébergés dans leur langue et de pouvoir regarder « leur télé », les restaurants-bars servent eux aussi de lieux structurants. Car c'est dans ce type d'établissement que se rassemblent les touristes québécois, et même certains Floribécois, qu'ils soient du secteur de Hollywood-Dania-Hallandale ou du Grand Miami.

40De manière générale, la restauration constitue à Floribec, après l'hébergement, le plus important service recherché par les touristes, et c'est pourquoi ce secteur est si bien développé. Parmi les premiers touristes québécois, certains ont rapidement compris, à partir de leur propre expérience, qu'ils pourraient survivre, voire même vivre confortablement, en ouvrant des restaurants qui offriraient des mets québécois et où le service serait en français. Il semble bien qu'ils aient vu juste. Si on ne se bouscule pas aux portes pendant l'été, et si certains restaurateurs floribécois préfèrent fermer durant la saison morte, la haute saison, elle, est tout autre. Dans ces établissements modestes, la routine est la même : pendant les heures de petit-déjeuner, de déjeuner et de diner, les propriétaires, tous floribécois, voient leurs tables se remplir à pleine capacité de touristes québécois. Pendant la soirée, on sert de l'alcool à cette même clientèle et certains propriétaires se plaisent à causer avec eux.

41Mais le restaurant-bar le plus visité par les touristes québécois est le Frenchie's Café. Cette institution a longtemps joué un rôle dominant dans la survie touristique et socioculturelle de la communauté floribécoise, car elle symbolisait pour les touristes québécois qui la fréquentent « le plaisir près de la plage de Hollywood ». Avant de déménagé à environ 5 km à plus à l’Ouest (il a été démoli lorsqu’on a refait le bord de mer, tout en espérant faire fuir les touristes québécois) le Frenchie's Café a longtemps été situé au coin de la rue Johnson et de la promenade (Boardwalk), les deux artères qui forment le cœur du pôle floribécois. Se trouve aussi à cette intersection très achalandée la scène de la rue Johnson avec ses bancs nombreux qui servent de points de rendez-vous.

42Le Frenchie's Café offre tout ce que les touristes québécois recherchent lorsqu'ils visitent Hollywood. D'abord, le service, sans prétention, est offert par un personnel québécois, et la nourriture répond aux exigences des nombreux clients qui s'y rendent. Aussi, un chansonnier québécois occupe la scène chaque soir, et ce au grand bonheur des touristes québécois qui boivent, chantent et dansent tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Nulle part ailleurs ne voit-on une aussi grande concentration de touristes québécois à Floribec. Bref, plus que tout autre restaurant et bar floribécois, le Frenchie's Café joue le rôle de pilier de la vie touristique et socioculturelle de Floribec. De par sa localisation centrale et son ambiance québécoise sans pareille, il sert de principal lieu de rencontre pour la plus importante concentration de touristes québécois, et lors des évènements qui se déroulent pour eux autour de la scène de la rue Johnson. Mais par-dessous tout, ce restaurant sert de support sociospatial à la communauté floribécoise. Sans son existence, les touristes québécois, et certains Floribécois, ne disposeraient d'aucun autre lieu de rencontre socioculturel floribécois aussi convivial. Le Frenchie's Café est donc plus qu'un service. Il figure parmi les principales institutions de Floribec.

43Outre l’hébergement et la restauration, les commerçants d'origine québécoise offrent une variété considérable de services aux Floribécois et aux touristes. Ils sont mécaniciens, coiffeurs, agents d'immeubles, agents d'assurances, déménageurs, plombiers, etc. Ils sont aussi partie intégrante de Floribec, dont ils assurent l’existence. Certains d’entre eux jouent un rôle-clé dans la structuration de la communauté. D’autres lieux doivent aussi être soulignés, tels les lieux de rencontre qu’offrent la plage et le Boardwalk. Voici donc un aperçu des autres points d’ancrage communautaires que nous avons observés lors de nos recherches à Floribec.

44Concernant les services financiers, on ne peut passer outre les succursales floridiennes de la Banque nationale du Canada et de la Caisse populaire Desjardins. La Banque nationale, rebaptisée en Floride NatBank, a deux adresses, toutes deux à l'extérieur de zone délimitée à la carte 1. Desjardins Federal Savings Bank, localisée sur le boulevard Hallandale Beach, beaucoup plus près du centre des activités économiques floribécoises, se rapproche de ce que l'on connaît au Québec en termes de services. La plupart des clients, très nombreux, proviennent du Québec, et les employés sont tous Québécois. On a véritablement l'impression que la Desjardins Federal Savings Bank veut recréer l'atmosphère typique des caisses populaires du Québec, et, disons-le, elle a réussi.

45Le secteur de la santé mérite également notre attention. Les cliniques médicales disposant d'un personnel parlant français, bien connues des touristes québécois, se situent à proximité du centre de la communauté floribécoise. Parmi les autres services floribécois, on retrouve ceux de type juridique. Les avocats et les notaires aiment bien se trouver tout près des clients potentiels, c'est-à-dire les touristes québécois qui possèdent une propriété en Floride ou encore ceux qui souhaiteraient en acquérir une. C'est pourquoi on trouve un bon nombre de ces professionnels dans Hollywood et dans les villes limitrophes. Il faut noter cependant que certains d'entre eux se sont installés à l'extérieur du principal pôle d'attraction floribécois. Plusieurs agences immobilières préfèrent aussi se localiser à l'extérieur de Hollywood, de Dania et de Hallandale, car ces villes ne comptent pas suffisamment de copropriétés et de développements résidentiels pour retraités, qui sont la cible première de l'activité immobilière. Également, les agents d'immeubles ne pourraient pas dépendre entièrement d'une clientèle comme celle qui fréquente Floribec. De toute manière, cette denière n'a aucun désir de s'en éloigner, et les agents d'immeubles auraient peu à gagner à brasser des affaires dans ce secteur composé de vieux motels et de résidences souvent dégradées, que les assureurs évitent. C'est pourquoi les agents d'immeubles d'origine québécoise ont leur adresse au nord de Miami, à Lauderdale-by-the-Sea ou Pompano Beach, des banlieues où les copropriétés poussent à vue d'œil et qui attirent de plus en plus de touristes québécois de la classe moyenne-supérieure. Enfin, il existe des dizaines de petits entrepreneurs et de travailleurs autonomes floribécois qui dépendent aussi du flux de touristes en provenance du Québec, en plus des Floribécois. On pense aux déménageurs qui se spécialisent dans le transport entre Montréal et Miami et qui visent, au premier plan, les hivernants qui souhaitent emporter des meubles dans leur copropriété ou maison mobile. Il y a aussi les rembourreurs qui réparent et nettoient les meubles que les touristes et les Floribécois ont laissés à la chaleur et à l'humidité lors de leur départ pendant les chauds et orageux mois d'été floridiens.

46Comme dernier marqueur de la vie quotidienne floribécoise, on ne saurait ignorer le dépanneur Lucky 7 de Dania, qui n’existe plus. Il a longtemps joué un rôle central dans l'espace et la vie communautaire floribécois. Si le secteur de l'alimentation n'est pas l'affaire des Floribécois, ce dépanneur a par contre réussi à s'implanter dans la communauté d'une manière exceptionnelle pendant une bonne quinzaine d’années. Le propriétaire floribécois de ce dépanneur a réussi à satisfaire les touristes québécois qui s'ennuient de certains aliments de chez eux non disponibles dans l'État du soleil. Une gamme assez large de magazines québécois est également disponible. De plus, ce dépanneur, lieu structurant majeur, servait de centre d'informations pour les touristes et les nouveaux immigrants québécois qui songeaient à s'installer dans la région. Une foule de commerçants et de spécialistes floribécois déposaient leur carte professionnelle chez ce détaillant.

47Mais le point d'ancrage principal de la communauté floribécoise est sans aucun doute la plage et le Boardwalk. Ce lieu, à lui seul, incarne la vie à Floribec : la plage, le soleil, les discussions autour d'une bière dans les bars floribécois, etc. Sans la plage, et surtout le Boardwalk, on est en droit de se demander si Hollywood aurait su attirer autant de touristes et d'immigrants québécois. Les touristes s’y font bronzer, certes, mais ils y circulent également par milliers, tout en visitant les nombreux commerces floribécois qui sont adjacents, ce qui explique pourquoi ces commerçants (restaurateurs et moteliers) font des affaires d'or depuis des années. Plus on s'éloigne de la plage et du Boardwalk, moins les touristes québécois et les commerces floribécois sont nombreux.

48On comprendra alors pourquoi c’est à cet endroit que se déroule le CanadaFest. Ce festival, organisé par les Floribécois, vise à célébrer la culture québécoise en Floride. Il est d'une importance capitale pour la communauté floribécoise. Depuis 1994, chaque année en février des milliers de touristes québécois se regroupent sur le principal lieu structurant de Floribec, c'est-à-dire la plage et le Boardwalk, pour voir les Floribécois vendre leurs produits, leur savoir-faire ou pour faire connaître leur entreprise. On y trouve des kiosques vantant des produits de toutes sortes (livres de recettes, climatiseurs, etc.), faisant de la publicité pour différentes activités culturelles (chansonniers, cours de danse, etc.). Au moment du CanadaFest, les commerçants floribécois partagent ainsi les abords de la plage avec les milliers de touristes québécois, donnant à ce lieu un pouvoir d’attraction plus grand encore qu’à l’accoutumée.

49Ce festival, qui contribue à faire de la plage et de ses environs le lieu le plus symbolique de la communauté, est non seulement un élément rassembleur, il est devenu une des principales institutions de Floribec. Il incarne ce qu'est Floribec : une communauté formée de gens d'origine québécoise appartenant à la classe populaire, idéalisant le style de vie de Miami, fréquentant les mêmes lieux de vie française – essentiellement des commerces - et dont la survie repose, à tous points de vue, sur un tourisme balnéaire de masse qui est à son image. Le festival concrétise en quelque sorte l’existence de Floribec comme communauté dans la région de Miami.

Conclusion

50On voit donc qu’il y a une grande diversité de points d'ancrage sociospatiaux dans l’espace de vie floribécoise autour desquels immigrants et touristes québécois se rallient, se rencontrent, échangent et, surtout, développent un sentiment d'appartenance envers leur communauté ethnolinguistique. En fait, c'est à cause du tourisme que ces points d’ancrage floribécoises ont pu se développer dans cette région de la Floride. Bref, cet article illustre parfaitement comment le tourisme peut être le principal ingrédient de la vie d’une communauté ethnolinguistique transnationale.

Haut de page

Bibliographie

Breton, R. (1964). “Institutional Completeness of Ethnic Communities and the Personal Relations of Immigrants”, American Journal of Sociology, 70: 193-205.

Couture, S. et P. Sarrazin (1993). La Florida. Montréal & Toronto: Les Productions Pierre Sarrazin et Les Films 4, vidéo, 1h55.

Hagerstrand, T. (1978). “Survival and Arena: On the Life-History of Individuals in Relation to their Geographical Environment”, dans T. Carlstein; D. Parkes et N. Thrift (dir.), Timing Space and Spacing Time. London: Edward Arnold: 122-145.

Janiskee, R. L., L. S. Mitchell and J. H. Maguire (1996). “Myrtle Beach: Crowded Mecca by the Sea”, in Bennett, G.D. (ed.), Snapshots of the Carolinas: Landscapes and Cultures, Washington, DC, Association of American Geographers: 217-220.

Parkes, D.N. and N.J. Thrift (1980). Times, spaces and places: A chronogeographic perspective, New York, John Wiley.

Rocher, G. (1992). Introduction à la sociologie générale, Montréal, HMH.

Stansfield, C.A. and J.E. Rickert. (1970). “The Recreational Business District”, Journal of Leisure Studies, 2(4): 213-225.

Tremblay, R. and Chicoine, H. (2011).  “Floribec: The life and death of a tourism-based transnational community”, Norwegian Journal of Geography/ Norsk Geografisk Tidsskrift, 65(1): 126-136.

Tremblay, R. (2003). « Le déclin de Floribec », Téoros, 22(2) :16-19.

Haut de page

Notes

1 À noter que le mot «Québec» est peu utilisé à Floribec.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. La promenade d'Hollywood Beach, Floribec
Crédits Source : Tremblay, 2012
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 1. L’organisation spatiale de Floribec
Crédits Source : Département de géographie de l’Université Laval.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9451/img-2.png
Fichier image/png, 136k
Titre Photographie 2. La Belle Maison, un exemple de motel destiné aux touristes québécois à Floribec
Crédits Source : Tremblay, 2012
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9451/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Tremblay, « Espace de vie et communauté touristique ethnolinguistique. La construction de Floribec », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 08 juillet 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/9451 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.9451

Haut de page

Auteur

Rémy Tremblay

Professeur ; TÉLUQ ; Université du Québec ; remy.tremblay@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org