Navigation – Plan du site
Tourisme et ressources naturelles

Ressources patrimoniales et perspectives touristiques dans l’Est-Cameroun : potentialités et limites actuelles

Heritage Resources and Tourism Perspectives in East-Cameroon: Potentialities and Current Limits
Meirama Garba Moussa

Résumés

Le patrimoine et le tourisme sont des facteurs avérés de développement. De leur bonne exploitation peut contribuer à l’amélioration des conditions d’existence des populations locales. L’Est-Cameroun est le fief de ressources naturelles et culturelles d’une étonnante diversité pouvant impulser une forte activité touristique. Cependant, même si cette région reçoit chaque année des touristes nationaux et étrangers, elle ne peut pas se targuer de faire profiter sa population des effets directs, indirects et induits qu’engendrerait une activité touristique convenablement menée. Le présent article expose, dans une perspective historique (1980-2010), les raisons pour lesquelles, le tourisme et le développement de l’Est-Cameroun piétinent en dépit de ses nombreuses ressources patrimoniales.
La collecte des données (écrites, orales, iconographiques, électroniques) sur le terrain de recherche associée à l’observation permet de constater que le tourisme fut très vite relégué au second plan. L’exploitation minière et forestière intensive, au lieu de faciliter l’émergence de la région, a plutôt hypothéquée son avenir. Le rôle des agences chargées de la gestion du tourisme à l’Est-Cameroun s’est limité à l’inventaire des sites touristiques, l’aménagement sporadique de quelques-uns et la mise en œuvre d’actions promotionnelles approximatives. La négligence du tourisme par les autorités camerounaises n’est pas une nouveauté ; elle a pour corollaire l’apparition de difficultés diverses (braconnage, manque de personnel, insécurité…).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La valorisation du patrimoine à des fins touristiques peut avoir des effets indéniables sur le développement d'un territoire. L’objectif principal du projet est de stimuler les incidences économiques de la patrimonialisation et plus largement d'impulser une nouvelle dynamique de développement (Mowfort and Ian, 1998 ; Singh et al., 2003 ; Qiong, 2015). Dans cette perspective en effet, les conditions de vie des populations locales peuvent être améliorées significativement. Le patrimoine, entendu comme un héritage transmis par les ancêtres, s’assimile, dans une certaine mesure, au passé des communautés humaines. Dans le cadre d’un projet touristique, il donne du sens, contribue à l’identité du lieu, à sa notoriété. Les ressources patrimoniales sont alors mobilisées pour promouvoir la destination et enrichir l’activité touristique (Breton, 2009). L’activité touristique peut prendre de l’ampleur, devenir un secteur d’activité susceptible d’impulser le développement économique, social et durable d’un territoire donné, devenir « un secteur économique majeur qui, avec la santé et l’éducation, peut contribuer au développement multiforme des sociétés » comme l’expliquent Dewailly et Flament (2000), mais « à condition que ses potentialités soient exploitées et managées rationnellement dans la perspective du tourisme et du développement durables ».

  • 1 Le Cameroun compte quatre régions touristiques : le grand Nord (Adamaoua, Nord et Extrême-Nord), le (...)

2Patrimoine et tourisme constituent aujourd’hui un « couple de la mondialisation » (Lazzarotti, 2003), ces deux atouts bien exploités peuvent permettre de lutter efficacement contre la pauvreté et le chômage, aider à la création d’emplois et à l’augmentation des revenus des habitants (Ashley et al., 2000 ; Célimène et Vellas, 2013 ; Dehoorne et al., 2013) comme dans certains pays africains, à l’image de l’Afrique du Sud, du Maroc, de l’Égypte, de la Tanzanie, du Sénégal, de l’Algérie, de la Tunisie (Berriane, 1983 ; Hillali, 2003 ; Dehoorne et Diagne, 2008 ; Daghri et El Omari, 2015). Si les flux restent modestes à l’échelle de toute l’activité mondiale, il faut considérer leur impact économique à l’échelle de chacun des pays considérés, au regard de leurs enjeux de développement et de leurs perspectives (Dehoorne et al., 2013). Les enjeux autour du développement touristique sont importants pour l’avenir de la région de l’Est-Cameroun, ils sont mis en avant régulièrement par les autorités locales lors de leurs interventions publiques. C’est donc un secteur porteur d’espoirs tant sur le plan économique que social. Les autorités nationales ont établi un inventaire du potentiel, identifié les sites touristiques majeurs, sollicitant des chercheurs en sciences humaines et sociales pour mener des investigations sur les éléments constitutifs du patrimoine touristique camerounais. Cette démarche a permis de mettre en exergue la diversité naturelle et culturelle du pays. Olivry (1986) estime que la diversité des paysages au Cameroun « constitue un de ses atouts sur le plan touristique », elle « tient à plusieurs facteurs : l’allongement du pays en latitude avec ce que cela implique comme variations climatiques et ses conséquences sur la végétation et la pédologie ; son ouverture sur l’océan par le golfe de Guinée et son exposition au flux de mousson avec son incidence climatique ; son relief extrêmement varié dont les études géologiques et géomorphologiques rendent compte, avec en particulier la barrière orographique de l’Adamaoua séparant un Cameroun « humide » d’un Cameroun « sec » ». Le croisement de ces différents facteurs permet de délimiter les régions touristiques1 et d’entrevoir la variété des ressources naturelles et culturelles potentielles. La grande diversité des paysages camerounais peut constituer un socle dans le cadre d’une stratégie de développement touristique.

3Le tourisme dans la région de l’Est-Cameroun n’a pas connu un développement significatif. La région est composée majoritairement de grandes étendues de forêts denses humides, avec des arbres hauts souvent de plus de quarante mètres, repères propices des mammifères et lieu de vie privilégié des Pygmées, premiers habitants du pays. La région n’est pas classée parmi les plus attractives du pays, le tourisme y évolue dans l’ombre des exploitations minière et forestière. Les choix de développement hypothèquent l’avenir du tourisme. Et malgré les discours redondants sur les effets bénéfiques du tourisme sur le mieux-être de la population, dans les faits, il n’y a pas de réels engagements. Il convient donc d’interroger, dans une perspective historique, la politique nationale du tourisme dans l’Est-Cameroun pour identifier les raisons de cet échec. Pour conduire cette réflexion, dans un premier temps, il s’agit de préciser le potentiel touristique de l’Est-Cameroun, ensuite d’analyser la politique camerounaise du tourisme dans cette région afin de cerner les priorités politiques. Enfin, au-delà des potentialités établies et des discours, il convient d’identifier les limites actuelles à l’émergence du tourisme dans ce territoire.

Figure 1. Situation géographique de l’Est-Cameroun

Figure 1. Situation géographique de l’Est-Cameroun

Source : www.festival-des-peuples-des-forêts.com

1. Le patrimoine disponible : un diamant à l’état brut

4Le patrimoine de l’Est-Cameroun repose sur de longs siècles d’expériences d’hommes et de femmes qui ont su allier savoir, savoir-faire et savoir-être dans le souci de vivre en santé et en harmonie avec leur environnement immédiat. Ces ressources patrimoniales devraient constituer les premières richesses de l’activité touristique. Mais ce patrimoine, inventorié pour la première fois dans les années 1980, demeure en l’état ; il ne participe pas au développement tant prôné par les autorités locales. Dans cette région dotée de potentialités remarquables, tout tarde à se mettre en place, qu’il s’agisse de l’accessibilité, de l’aménagement des sites touristiques ou des actions promotionnelles.

1.1. Le patrimoine naturel

  • 2 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991, Rapport annuel d’activités.

5L’Est-Cameroun rassemble des ressources naturelles diversifiées. Cet espace est composé de trois zones de végétation avec des paysages spécifiques : la zone forestière, la zone de transition et la zone de savane2. La couverture forestière qui s’étend sur 76 300 km2 (soit 70% de la superficie du territoire) couvre des sols très riches en matière organique ; d’où la présence de nombreuses et diverses essences telles le Sapeli, l’Ayous, le Bibolo, l’Acajou, l’Assamela, le Sipo. Cette zone forestière est l’élément fondateur des réserves et des aires protégées, notamment la réserve du Dja, les parcs nationaux de Lobéké, de Boumba-Beck et de Nki. L’observation de la nature, amateur ou scientifique, et la chasse sont les principales pratiques touristiques dans ces espaces. Les touristes y apprécient des éléphants, des panthères, des buffles, des gorilles, des chimpanzés, des hippopotames, des crocodiles du Nil, mais aussi des Bongos, l’une des espèces d’antilopes les plus prisées lors de safaris-photos et de chasses.

6Les amoureux de la nature apprécient particulièrement les monts et montagnes, les chutes d’eau, les grottes. Ces sites restent des espaces consacrés aux rites et autres manifestations locales. Ils sont empreints d’histoire, telle la grotte de Mbartoua, refuge du chef des Gbaya, qui témoigne également de l’histoire des résistances camerounaises à l’Est-Cameroun face à l’agression allemande. La diversité des paysages naturels se recompose au fil de l’histoire des hommes.

Photographie 1. Le Festival des peuples des forêts

Photographie 1. Le Festival des peuples des forêts

Source : capture d’écran, www.festival-des-peuples-des-forets.com

Ce jeune événement festif qui invite à découvrir « la beauté et la diversité du Cameroun profond sur le culturel, artistique » participe à la promotion touristique de l’Este-Cameroun

1.2. Le patrimoine culturel

7L’Est-Cameroun réunit une mosaïque de peuples qui, pour vivre en harmonie avec leur environnement immédiat, mirent très tôt sur pied des savoirs particuliers. Ces savoirs constituent aujourd’hui la richesse de leur patrimoine culturel qui doit être prise en compte dans les stratégies touristiques.

  • 3 Entretien avec Olinga Noël au campement des Pygmées Baka de Mayos, par Dimako, le 05 août 2010.

8Les Pygmées par exemple, détenteurs d’un savoir, savoir-faire et savoir- être séculaires sont réputés pour leurs soins à base de plantes et d’écorces. Cette renommée attire des visiteurs spécifiques. « Les Pygmées restent d’excellents musiciens, mais surtout de grands connaisseurs de plantes et de leurs pouvoirs curatifs » (Auzias, 2001). « Les Pygmées Baka sont de grands arboristes et ont une réputation incontestée de guérisseurs » (Fourtanier, 2007). Ce peuple est détenteur d’une pharmacopée exceptionnelle. Fourtanier (2007) donne l’exemple du « Moabi, grand arbre sacré de la forêt équatoriale (…) utilisé dans plus de cinquante de leurs prescriptions médicinales » et des « grands laboratoires pharmaceutiques s’intéressent beaucoup au savoir des Pygmées sur les plantes ». Les Camerounais se rendent en grand nombre chez ces guérisseurs Baka encore appelés Nganga pour bénéficier de leurs soins intensifs à base de plantes et d’écorce d’arbres3. Le contexte africain en général et camerounais doit être pris en compte, dans un contexte marqué par les poids de la pauvreté et du chômage, les populations malades privilégient la médecine traditionnelle, originelle, celle dont se sont servis les ancêtres pour pouvoir survivre dans un environnement plein de dangers (Auzias, 2001).

  • 4 Entretien avec une personne anonyme, au campement des Pygmées Baka de Beuh par Messok après Lomié, (...)
  • 5 Entretien avec Olinga Noël au campement des Pygmées Baka de Mayos par Dimako, le 05août 2010.

9Le Nganga apparait donc incontournable dans la société camerounaise. Ceci se vérifie par le fait que dans chaque campement il y a au moins deux à trois Nganga. La forêt représente pour les Baka, le « Jardin d’Éden » dans lequel ils peuvent s’épanouir. Le village de Mayos est le fief de grands guérisseurs qui traiteraient complètement des maladies dites « compliquées » telles le diabète et l’hypertension. À base des écorces d’arbres et de diverses plantes, le malade peut recouvrer la santé. Après Lomié, précisément dans le village de Beuh, Papa Hubert, par ailleurs chef de ce campement, soignerait divers maux. Il serait spécialiste de l’annihilation du mauvais sort et des pratiques mystiques perverses servant à détruire la personne ciblée. Ainsi, comme le dit l’adage populaire : « en Afrique, si tu ne cherches pas ton corps, on te le pourrit4 ». Les différentes maladies soumises aux traitements de ces guérisseurs seraient entre autres le paludisme, les infections pulmonaires, l’amibiase, les infections sexuellement transmissibles, le zona, le sida, l’épilepsie, le diabète, l’hypertension, la stérilité5. Et au-delà de ces maladies, ces guérisseurs se pencheraient aussi sur les cas de pouvoir politique, de chance, de mariage, de philtre d’amour. Entre savoirs traditionnels et croyances, le champ des intérêts et curiosités touristiques est original.

10 Sur le plan historique, des constructions comme la forteresse de Doumé construite par les Allemands de 1909 à 1911, permettent de revisiter à la fois l’histoire camerounaise et celle de la présence occidentale dans l’est du pays. D’autres sites touristiques encore confidentiels ne sont pas sans intérêt tels le cimetière des Allemands à Moloundou et l’arbre à potence de Lomié. Sans s’engager dans un recensement de tous les centres d’intérêt, il apparaît bien que les différents éléments constitutifs de la culture et de la nature de cette région constituent une matière riche et diversifiée pour participer à un projet de développement touristique. 

2. La politique camerounaise du tourisme dans l’Est-Cameroun

11Pendant plus de trente ans, la politique camerounaise du tourisme dans l’Est-Cameroun est restée marginale. La priorité pour les autorités étatiques fut l’exploitation des forêts et des mines.

2.1. Les acteurs institutionnels du tourisme dans l’Est-Cameroun (1980-1989)

  • 6 La Délégation générale au tourisme est créée par décret n°75/469 du 28 juin 1975. Elle reste en exe (...)

12Le service du tourisme pour l’Est-Cameroun, mis sur pied en mars 1980, est parmi les dernières structures de relais à voir le jour sur le plan national, signe du peu d’intérêt accordé au tourisme dès cette époque. De 1980 à 1989, deux institutions étaient en charge de la gestion du tourisme, notamment la Délégation générale au tourisme (DGT) et le Secrétariat d’État au tourisme (SET)6. Pendant les exercices de la DGT et du SET, les plans quinquennaux définissaient la politique étatique en matière de tourisme. Les cinquième et sixième plans, respectivement 1980-1985 et 1986-1991, cadraient toutes les actions entreprises par la DGT et le SET.

  • 7 Décret n° 75/469 du 28 juin 1975 portant sur la création de la Délégation générale au tourisme : ét (...)
  • 8 Nizésété, B D. (2006). Emission Radio CRTV-Repères.
  • 9 Service provincial du tourisme de l’Est-Cameroun, 1981-1982, Rapport de fin d’année. La DGTour avai (...)
  • 10 Service provincial du tourisme de l’Est-Cameroun, 1982-1983 : 5.

13La Délégation générale au tourisme dépendant administrativement du ministère de l’Économie et du Plan7 n’était pas un organe financièrement autonome. Ceci limitait sa marge de manœuvre en matière touristique au Cameroun en général et dans l’Est-Cameroun en particulier. Elle se contentait de recenser les sociétés hôtelières implantées dans les centres urbains du Cameroun (Yaoundé, Douala, Garoua, Bertoua entre autres), de mettre en place des textes normatifs sur la chasse, les établissements de tourisme, les agences de voyages, les activités à caractère touristique et hôtelier8. Dans l’Est-Cameroun, en l’absence d’une législation sur les sites touristiques, ses actions se limitent à assainir le sous-secteur hôtelier et à recenser les sites touristiques. L’une des missions ordonnées par la DGT dans l’Est-Cameroun, dès 19819, fut de dresser l’inventaire des sites touristiques de la région pour évaluer leur potentiel économique. Ponctuellement quelques réalisations peuvent être mentionnées tel le gîte d’étape de Nika qui est à la fois un site touristique et un lieu d’hébergement. Des études de faisabilité avaient été entreprises sur la viabilité du parc national de Pangar-Djerem10, mais sans plus. Les autres sites étaient livrés à eux-mêmes. La mission n’a pas abouti faute de moyens financiers suffisants et en raison des difficultés d’accès et de circulation dans la région.

14S’ajoute ensuite la crise économique qui frappe de plein fouet le Cameroun à partir de 1987. L’est du pays subit de façon très âpre cette réalité. Cette situation hypothèque les projets de valorisation des sites touristiques déjà inventoriés dont l’aménagement constituait l’un des objectifs du sixième plan quinquennal (1986-1991). En 1990, le ministère du Tourisme succède au Secrétariat d’État au tourisme.

2.2. Le ministère du Tourisme (1990-2010)

  • 11 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991 : 24.
  • 12 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991 : 24. Il y est précisé que le minis (...)
  • 13 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1997-1998, Rapport annuel d’activités : 28.
  • 14 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1998-1999, Rapport annuel d’activités : 38.
  • 15 Entretien avec Guelet Dagonnet Emmanuel à la délégation régionale du tourisme de l’Est-Cameroun à B (...)

15En l’absence d’une politique nationale structurée en matière de valorisation des sites touristiques, et surtout en l’absence d’un budget spécial alloué à leur aménagement, les responsables du tourisme s’attelèrent à faire un inventaire détaillé des sites de chaque département. Les premières années de la décennie 1990 sont ainsi marquées par des recensements destinés à faire la promotion de la destination. Mais comment faire une promotion lorsque les sites ne sont pas aménagés ? C’est comme concevoir une publicité sans produit à vendre ou faire du marketing sans repères publicitaires. La démarche des gestionnaires du tourisme dans la région de l’Est apparaît hésitante. En mars 1991, les gestionnaires du tourisme de l’Est-Cameroun profitèrent de la visite du ministre du Tourisme pour soumettre l’aménagement de quatre sites : la forteresse de Doumé, le gîte d’étape de Nika, les chutes de Mali, et le mont Pandi11. Mais, la réaction des gestionnaires du tourisme se limite encore à des déclarations d’intentions12. Plus de cinquante sites touristiques sont recensés jusqu’en 199513. Le document intitulé « Plan de développement touristique de la province de l’Est » 14 et conçu par la délégation du tourisme de l’Est-Cameroun a abouti au financement de la mare aux hippopotames de Ndélélé (dans la Kadey) puis de Lala dont la première phase du projet a été financée par le Mintour à hauteur de 30 millions de FCFA15.

16De 1990 à 2010, le nombre de sites aménagés progresse, mais le déficit d’infrastructures dignes de ce nom ne permet pas de soutenir l’activité touristique et d’envisager de véritables séjours (comme le confirment les données des établissements d’hébergement où le séjour dépasse rarement une nuitée).

3. Des obstacles à l’émergence du tourisme dans la région de l’Est

17Se rendre dans la région de l’Est-Cameroun demande à la fois du courage et de la volonté, mais elle « marque les esprits de ceux qui font l’effort de s’y rendre » (Auzias, 2001). « Condensé de l’Afrique », « Afrique en miniature », autant de slogans intéressants, mais qui méritent un véritable contenu pour que le séjour des touristes ne se transforme point en cauchemar en terre camerounaise. Malgré son riche potentiel, la région est enlisée dans une myriade de problèmes qui expliquent sa faible fréquentation touristique (moins de 40 000 personnes en 2009) telles les routes en piteux état, les tracasseries policières et administratives, des prestations approximatives.

3.1. Les déficits d’infrastructures

  • 16 Tels les axes : Bertoua – Batouri –Yokadouma – Moloundou, Lomié - Messamena (réserve du Dja) et Abo (...)

18La région souffre d’une insuffisance criante d’équipements de base, notamment les routes, l’eau, l’électricité et les technologies de l’information et de la communication. Les travaux de l’axe routier Yaoundé-Bertoua viennent juste d’être achevés, mais la route nationale n°1 Obala – Bonis, par Nanga Eboko, n’en est qu’à ses balbutiements. Le réseau souffre également de l’intense exploitation forestière tout au long de l’année ; ces routes particulièrement dangereuses pour les touristes lors de la saison des pluies16. Soulignons tout de même les axes routiers Belabo-Bertoua et Bertoua-Garoua Boulai qui font la fierté de la région. La situation n’est guère plus reluisante pour la voie ferroviaire Yaoundé-Belabo où le triste état des rails est mis à rude épreuve par le transport de grumes.

Photographie 2.Limites de l’accessibilité et insécurité routière

Photographie 2.Limites de l’accessibilité et insécurité routière

Source : capture d’écran, http://cameroun.a.c.f.unblog.fr/​files/​2012/​03/​s_accident_on_cameroon_road_trucks_van_large.jpg 

19Les difficultés ne se limitent pas seulement aux infrastructures routières. Plusieurs localités ont des problèmes liés à l’absence de raccordement à l’eau et à l’électricité comme le village baka Beuh, qui connait une fréquentation touristique appréciable, mais n’a ni eau, ni électricité. Les insuffisances sont aussi importantes dans le champ des équipements culturels, des musées, des maisons de la culture et des foyers culturels.

20Les infrastructures d’accueil sont concentrées dans la capitale régionale, Bertoua. Les autres localités secondaires proposent de « lugubres structures » qui prennent le nom d’hôtels, sans eau courante et souvent dépourvues d’électricité.

Photographie 3. Exemple d’un établissement d’hébergement dit « hôtel » présentant un décor lugubre à Lomié

Photographie 3. Exemple d’un établissement d’hébergement dit « hôtel » présentant un décor lugubre à Lomié

Source : Meirama Garba ©, le 12 septembre 2010 à Lomié.

Triste allure de l’hôtel « Le Capitole » qui « accueille » le client épuisé par le trajet Abong-Mbang-Lomié. Peinture défraichie par les intempéries successives, mousses et lichens, manque de personnels (qui se consacrent uniquement à l’entretien des chambres et de la cour). À Lomié, cet hôtel est pourtant considéré comme une structure dite de « haut-standing » au regard des établissements.

  • 17 Comme nous l’avons remarqué lors des voyages à Dimako, Lomié, Beuh Mayos et Messok, entre juillet e (...)
  • 18 Les voyageurs sont transportés dans des malles-arrière des véhicules comme cela s’observe régulière (...)

21Les taxis et autres transporteurs contribuent à assombrir le séjour17. Les chauffeurs de taxi-brousse, généralement très âpres au gain, n’hésitent pas à faire des surcharges pour, dit-on, « pointer » leur journée (c’est-à-dire, gagner un maximum d’argent en un laps de temps réduit)18. Ces conditions de transport collectif difficiles quotidiennement pour la population locale sont totalement inadaptées pour un projet touristique.

3.2. Les tracasseries policières

22Le système policier et douanier camerounais n’épargne pas les touristes confrontés à des tracasseries diverses et aléatoires. Les contrôles routiers sont permanents, même dans les zones les plus enclavées. Les agents de la police, de la douane et également ceux des forêts et de la faune, « à la recherche de potentiels malfrats », profitent des occasions qui leur sont offertes « pour sanctionner sévèrement ces derniers ». Les barrières de police sont levées depuis le début de l’année 2011 pour afin de faciliter la circulation des personnes et des biens, mais les contrôles aléatoires sont fréquents.

Photographie 4. Un contrôle de routine sur l’axe Messok-Lomié

Photographie 4. Un contrôle de routine sur l’axe Messok-Lomié

Source : Meirama Garba©, le 13 septembre 2010 non loin de Messok.

L’agent des forêts et de la faune (sur le toit du taxi-brousse) effectue un contrôle de routine. Les voyageurs fatigués et entassés les uns sur les autres dans le véhicule décident souvent de descendre pour se dégourdir les jambes. Les agents prennent le temps nécessaire pour fouiller les bagages à la recherche de viande de « brousse » (de biche, d’antilope, de singe et toutes autres espèces protégées). Les agents en question ne possèdent généralement pas de registres.

3.3. Le braconnage

  • 19 Service de la faune et des sites touristiques de l’Est-Cameroun, 1990-1991, Rapport annuel d’activi (...)

23Le braconnage est l’une des difficultés majeures à laquelle est confrontée l’administration camerounaise responsable des forêts et de la faune, notamment avec l’attrait croissant pour le tourisme sportif de chasse. Le riche potentiel faunique riche de l’est du Cameroun est constamment menacé par un braconnage exacerbé qui, à la longue, aura raison des ressources de la faune. Rappelons que les populations de la région sont traditionnellement chasseresses. Dans chaque groupe ethnique, les chasseurs sont des hommes respectés et la chasse, une activité consacrée depuis des siècles. Toutefois, il convient de relever que, d’année en année, le braconnage prend des proportions incommensurables. Deux formes de braconnage méritent d’être distinguées : le braconnage de subsistance et le braconnage à but commercial19.

24Le braconnage de subsistance désigne la chasse pratiquée par les ruraux dans le but de se procurer des protéines animales. Les méthodes et outils qui y sont utilisés sont très efficaces, tels des pièges, des assommoirs, des arcs, des arbalètes… Cette pratique peut être considérée comme un « droit d’usage » des populations, mais le phénomène prend de l’ampleur et des réseaux commerciaux s’organisent pour écouler leurs produits, d’où de sérieux différends opposant les braconniers et les agents de la délégation régionale des forêts et de la faune surveillent les circuits d’approvisionnement des marchés urbains. Ce phénomène s’est accéléré depuis la crise économique avec l’essor d’un braconnage à but commercial où toutes les espèces animales sont visées (Sournia, 1998). Le braconnage menace le patrimoine faunique de la région et détériore son potentiel à l’inverse du tourisme cynégétique qui s’effectue dans un cadre réglementaire, avec un suivi des ressources faunistiques, et apporte des revenus à l’État notamment par le biais de diverses taxes (comme les permis de port d’armes et de chasse, le droit d’abattage).

3.4. La question de l’insécurité

25L’insécurité dans la région de l’Est-Cameroun est un phénomène qui s’observe tant dans les villes que dans les campagnes. Les malfrats choisissent leurs sites de « travail » en fonction de ressources des populations et profitent des difficultés de circulation pour mieux évoluer dans leur prédation, jouant habilement sur la porosité des frontières entre le Cameroun et la République centrafricaine (Saibou, 2006). Ces coupeurs de route ont prospéré lors les différents conflits en Centrafrique ; ils disposent désormais d’armes sophistiquées, ils opèrent par prise d’otages et demandes de rançon, traquant particulièrement les pasteurs Mbororo fuyant les violences des guerres successives en Centrafrique. Cette insécurité transfrontalière rend suspects les ressortissants centrafricains assimilés aux bandits de grand chemin, aux agresseurs — et certains Camerounais profitent de cette situation pour se livrer à de tels actes. Le gouvernement camerounais, conscient de cet état d’insécurité, a déployé les éléments de la Brigade d’intervention rapide (BIR) installés dans deux bases permanentes (à Letta, non loin de Bertoua, et à Kétté dans le département de la Kadey).

3.5. L’absence de culture touristique et de ressources humaines

26À l’image d’autres régions du Cameroun, l’Est-Cameroun est confrontée des sérieuses difficultés en matière de culture touristique. Les populations ont du mal à intégrer le tourisme dans leur quotidien. Le tourisme reste assimilé à une activité pratiquée par les « Blancs fatigués de rester chez eux ». Dans ce sens, les populations, confrontées à la pauvreté et au chômage, considèrent que le tourisme est une activité élitiste qui concerne des privilégiés qui ont les moyens financiers pour entreprendre des voyages aux quatre coins du pays. Cette conception va évoluer avec le développement de pratiques touristiques intérieures, même si ces dernières restent modestes pour le moment.

27La région de l’Est-Cameroun est confrontée au manque de ressources humaines en charge du tourisme. Par exemple, la délégation régionale du tourisme ne compte actuellement que six personnes dont la mission principale est d’assurer le contrôle des activités liées au tourisme dans un territoire qui couvre 108 940 km2 (soit 28% du territoire camerounais). Le manque de responsables en charge de tourisme dans les autres départements de l’Est-Cameroun, notamment la Kadey, le Haut-Nyong, et la Boumba et Ngoko, est un réel handicap pour la région. Ce manque d’investissements et le déficit d’encadrement qui en découle permettent de mieux comprendre nombre de difficultés basiques telles que l’absence d’une stratégie de promotion spécifique et ciblée, le manque de professionnels dans les établissements d’accueil, l’absence de synergie entre différents acteurs du secteur…

Conclusion

28La région de l’Est-Cameroun dispose de richesses naturelles et culturelles susceptibles de participer à un projet de développement touristique, avec des sites originaux et attractifs comme les campements des Pygmées Baka, la grotte de Mbartoua, la forteresse de Doumé, etc. Mais l’opportunité touristique dans cette région ne figure pas au rang priorité de l’État camerounais. Les extractions minières et les exploitations forestières sont plus lucratives.

29Un regard sur les trois décennies écoulées montre la faiblesse des moyens accordés et plus largement les retards de développement accumulés (en matière d’accessibilité, d’infrastructures, d’approvisionnement en eau, d’électricité). Le contexte de pauvreté et de chômage accentue les pressions sur les ressources de la forêt (en proie au braconnage). Le constat est établi, les perspectives d’avenir sont peu réjouissantes : sans doute serait-il temps d’initier un véritable projet territorial de développement touristique qui mobilisent les énergies locales, place la nature, les cultures, le patrimoine au cœur de la stratégie. Une stratégie touristique conduite intelligemment pourrait soutenir de nouveaux emplois locaux, aider à la conservation du patrimoine, participer au désenclavement de ce territoire, « libérer » le peuple camerounais de la pauvreté et du chômage et le mener sur la voie du développement durable.

Haut de page

Bibliographie

ACCT-CERDOTOLA-DGRST (1983). Atlas linguistique de l’Afrique centrale, situation linguistique en Afrique centrale : le Cameroun, Belgique, Imprimerie Bourdeaux Capelle-Dinant.

Ashley, C., C. Boyd and H. Goodwin (2000). Pro-Poor Tourism: Putting poverty at the heart of the tourism agenda, London, Overseas Development Institute, n° 51.

Auzias, D. et J-P. Labourdette (2001). Petit Futé, country guide : Cameroun, Paris, Nouvelles Editions de l’Université.

Auzias, D. et J-P. Labourdette (2008-2009). Petit futé : Guide de l’écotourisme, Deprez, Nouvelles Editions de l’Université

Bahuchet, S. (1991). « Les Pygmées d’aujourd’hui en Afrique centrale », Journal des Africanistes, tome 61, fasc.1 : 5-35.

Berriane, M. (1983). « Tourisme et emploi : le cas d’Agadir », Revue de Géographie du Maroc, 7 : 21-33.

Breton, J.M. (dir.) (2009), Patrimoine culturel et tourisme alternatif, I, Série « Iles et pays d’Outre-mer », vol.6, Ed. Karthala-CREJETA, Paris.

Célimène, F. et F. Vellas (2013). « Le tourisme mondial, les inégalités internationales et le problème de la pauvreté », revue Études caribéennes, n°24-25, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/6568>.

Condès, S. (2004). « Les incidences du tourisme sur le développement », Tiers-Monde, 45 (178) : 269-291.

Daghri, T. et S. El Omari (2015). « Du tourisme de masse au tourisme rural au Maroc : le cas de la commune rurale d’Asni », revue Études caribéennes, n°31-32, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/7638>.

Dehoorne, O. et A. K. Diagne (2008). « Tourisme, développement et enjeux politiques : l’exemple de la Petite Côte (Sénégal) », revue Études caribéennes, n°9-10, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/1172>.

Dehoorne, O., C. Tatar et S. Theng (2013). « Tourisme et pauvreté : le champ des possibles », revue Études caribéennes, n°24-25, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/6578>.

Dehoorne, O., K. Depault, S-Q. Ma and H. Cao (2014). “International tourism: Geopolitical dimensions of a global Phenomenon”, in B-Y. Cao, S-Q. Ma and H. Cao, Assessment and Fuzzy Systems, Springer: 389-396.

Mewondo, M. (2000). « L’évolution de la politique des ressources naturelles au Cameroun », Yale F&ES Bulletin, (102) : 260-270.

Mintour (2007). Statistiques du tourisme, Yaoundé, Mintour,

Mowfort, M. and M. Ian (1998). Tourism and Sustainability, new tourism in the third world, Routledge.

Olivry, J-C. (1986). Fleuves et rivières du Cameroun, Paris, ORSTOM.

Saibou, I. (2006). « La prise d’otages aux confins du Cameroun, de la Centrafrique et du Tchad : une nouvelle modalité du banditisme transfrontalier », Polis/R.C.S.P/C.P.S.R, 13(1-2).

Singh, S., D.J. Timothy, and R.K. Dowling (2003). “Tourism and destination communities”, In S. Singh, Timothy, D.J. and R.K. Dowling (eds), Tourism and destination communities, CAB International, Wallingford: 3-18.

Sournia, G. (1998). Les aires protégées d’Afrique Francophone, Paris, Editions Jean-Pierre de Monza.

Xiao, Q. (2015). Traditional Culture Preservation in Chinese Ethnic Tourism Community, revue Études caribéennes, n° 31-32, URL, <http://etudescaribeennes.revues.org/7556>.

Haut de page

Notes

1 Le Cameroun compte quatre régions touristiques : le grand Nord (Adamaoua, Nord et Extrême-Nord), le Sud (Centre, Est, et une partie du Sud), le Littoral (Littoral, une partie du Sud et du Sud-ouest), l’Ouest (l’Ouest et le Nord-ouest) (Mintour, 2007 : 6).

2 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991, Rapport annuel d’activités.

3 Entretien avec Olinga Noël au campement des Pygmées Baka de Mayos, par Dimako, le 05 août 2010.

4 Entretien avec une personne anonyme, au campement des Pygmées Baka de Beuh par Messok après Lomié, le 12 septembre 2010. Cet homme est venu se faire soigner chez les Baka de Beuh. Il est originaire de la région du Nord-Cameroun où un sort aux jambes lui a été lancé. Après deux semaines de traitements intensifs, il témoigne que sa jambe malade est de plus en plus légère.

5 Entretien avec Olinga Noël au campement des Pygmées Baka de Mayos par Dimako, le 05août 2010.

6 La Délégation générale au tourisme est créée par décret n°75/469 du 28 juin 1975. Elle reste en exercice jusqu’en 1985. Elle est à l’origine de la création du service du tourisme pour l’Est-Cameroun en 1980. Le Secrétariat d’État au tourisme quant à lui remplace la Délégation Générale par le décret n°85/1172 du 24 août 1985.

7 Décret n° 75/469 du 28 juin 1975 portant sur la création de la Délégation générale au tourisme : établissement public, la Délégation générale au tourisme n’est ni un département ministériel, ni un organisme doté d’une personnalité juridique. Elle ne jouit d’aucune autonomie financière.

8 Nizésété, B D. (2006). Emission Radio CRTV-Repères.

9 Service provincial du tourisme de l’Est-Cameroun, 1981-1982, Rapport de fin d’année. La DGTour avait, par télex du 19 avril 1982 et par la lettre n°01139/L/DGTOUR/DET du 21 avril 1982, donné comme ordre de mission l’inventaire des sites touristiques de l’Est-Cameroun : 3.

10 Service provincial du tourisme de l’Est-Cameroun, 1982-1983 : 5.

11 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991 : 24.

12 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1990-1991 : 24. Il y est précisé que le ministre du Tourisme avait saisi les responsables du ministère des Travaux publics et Transports dans le but de procéder à des études de faisabilité et d’estimation des coûts des travaux d’aménagements. Les rapports de ces travaux n’ont jamais été acheminés à la délégation du tourisme pour l’Est-Cameroun.

13 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1997-1998, Rapport annuel d’activités : 28.

14 Délégation provinciale du tourisme de l’Est-Cameroun, 1998-1999, Rapport annuel d’activités : 38.

15 Entretien avec Guelet Dagonnet Emmanuel à la délégation régionale du tourisme de l’Est-Cameroun à Bertoua le 22 décembre 2010. Il apparait que le Mintour a engagé plusieurs projets à l’Est-Cameroun notamment la construction de la délégation régionale du tourisme de l’Est-Cameroun en phase de finalisation, la construction de deux huttes au campement baka de Mayos, la restauration du gîte d’étape de Nika et de la maison du tourisme de Batouri.

16 Tels les axes : Bertoua – Batouri –Yokadouma – Moloundou, Lomié - Messamena (réserve du Dja) et Abong – Mbang - Lomié

17 Comme nous l’avons remarqué lors des voyages à Dimako, Lomié, Beuh Mayos et Messok, entre juillet et septembre 2010, les visiteurs se plaignent fréquemment des conditions dans lesquelles ils voyagent.

18 Les voyageurs sont transportés dans des malles-arrière des véhicules comme cela s’observe régulièrement sur l’axe Abong-Mbang- Lomié- Messok (non bitumé).

19 Service de la faune et des sites touristiques de l’Est-Cameroun, 1990-1991, Rapport annuel d’activités. Toutes les informations sur le braconnage dans ce travail sont largement inspirées de ce rapport annuel d’activités, Sournia (1998), et du documentaire de TV5 Monde, mars 2010, Cameroun : un espoir pour la forêt.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation géographique de l’Est-Cameroun
Crédits Source : www.festival-des-peuples-des-forêts.com
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photographie 1. Le Festival des peuples des forêts
Crédits Source : capture d’écran, www.festival-des-peuples-des-forets.com
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photographie 2.Limites de l’accessibilité et insécurité routière
Crédits Source : capture d’écran, http://cameroun.a.c.f.unblog.fr/​files/​2012/​03/​s_accident_on_cameroon_road_trucks_van_large.jpg 
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie 3. Exemple d’un établissement d’hébergement dit « hôtel » présentant un décor lugubre à Lomié
Crédits Source : Meirama Garba ©, le 12 septembre 2010 à Lomié.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photographie 4. Un contrôle de routine sur l’axe Messok-Lomié
Crédits Source : Meirama Garba©, le 13 septembre 2010 non loin de Messok.
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Meirama Garba Moussa, « Ressources patrimoniales et perspectives touristiques dans l’Est-Cameroun : potentialités et limites actuelles  », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 04 juillet 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/9453 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.9453

Haut de page

Auteur

Meirama Garba Moussa

Doctorante ; Université de Selçuk (Konya, Turquie) ; meyra_8@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org