Navigation – Plan du site
Hors dossier

« Rendez-vous avec l’heure qui blesse » ou l’ELÉGIE D’ÉLIZÉ de Gaston-Paul EFFA

Kathleen Gyssels
Référence(s) :

Effa, G-P. (2015), Rendez-vous avec l’heure qui blesse, « continents noirs » nrf Gallimard, ISBN : 207014755X

Texte intégral


Un homme pareil aux autres ?

1Gaston-Paul Effa, auteur franco-camerounais, avait écrit en duo Juif et Africain, une double offrande (et une douzaine de fictions) : il est bien placé pour se pencher sur un sujet fort négligé, les déportés noirs aux camps de la mort. Dans son nouveau récit, il ressuscite une figure antillaise injustement tombée dans l’oubli. Médecins (comme le Guyanais Bertène Juminer), avocats (comme Gaston Monnerville), pharmaciens, comédiens et comédiennes (comme Jenny Alpha et Darling Légitimus), musiciens (le clarinettiste Timothée, et aujourd’hui Alain Jean-Marie, pianiste de jazz guadeloupéen), les Antillais et Guyanais ont excellé dans de prestigieux métiers et professions. Raphaël Elizé, né à la Martinique, choisit, après des études à Lyon (où Fanon s’inscrit en psychiatrie), de devenir vétérinaire. Comme Birago Diop, poète qui signa à Bordeaux Leurres et lueurs (1967), il héberge deux âmes, une rationnelle, une autre, poétique. Il sera le premier Noir à être élu maire d’une ville de métropole, Sablé-sur-Sarthe. Dans la France rurale, c’est-à-dire très conservatrice d’alors (nous sommes en 1929), la couleur de peau bloque l’empathie ; les sentiments spontanés et naturels semblent se figer devant l’épiderme noir. Raphaël Elizé fait l’expérience si bien racontée par René Maran dans Un homme pareil aux autres : malgré les diplômes et la maîtrise de la langue, des bonnes manières et de la volonté assimilationniste, son protagoniste, Jean Veneuse, reste aux yeux de nombreux Blancs « un sale nègre » (Maran, 1947). Soit on les envoie aux colonies, comme c’était le cas pour René Maran, fonctionnaire en A.E.F., soit aux confins de la France pour exécuter docilement et discrètement leurs métiers de fonctionnaires, de cadres, de professions libérales. De même, tous ces soldats de couleur qui se sont engagés dans l’armée française n’ont occupé que des postes subalternes. S’ils s’exemplifiaient en actes héroïques et militaires, ils furent rarement « médaillés » : le père de René Maran s’est vu refuser à trois reprises la Légion d’honneur, parce que noir). En poésie, le service de ces « tirailleurs sénégalais » morts pour la patrie est rappelé. Il existe toute une tradition qui, dans le sillage d’« Et Caetera », dernier poème de Pigments, du Guyanais Léon-G. Damas (1937), dénonce l’effort de guerre imposé aux colonies. En 1948, Senghor y réplique par son poème liminaire dans Hosties noires, promettant que ces morts n’auront pas été vains. C’est la hantise de l’oubli (selon la formule consacrée de Huyssen (2011) qui dirige Damas : les Noirs dans les deux guerres mondiales n’ont pas été honorés dans le souvenir, et le poète s’insurge contre l’absence de mémoriaux et de lieux de mémoire, tant aux colonies qu’en métropole. Si l’on commémore peu, en son temps, les « enfants des colonies morts pour la patrie », les plaques et musées se multiplient pour ceux qui, sans sépulture, périrent à Auschwitz. Dans des poèmes inédits, le poète met dos-à-dos les mémoires noire et juive. Matière polémique, s’il en est ! Il ne pouvait en effet publier de son vivant un poème comme « A la rubrique des chiens crevés » dans lequel il s’agace de l’invisibilité des soldats de couleur, dans Mine de riens (Damas, 2012).

2Le personnage d’Effa, Raphaël Elizé, est de la même génération du protagoniste du Cayennais, premier Goncourt noir avec Batouala (1921). Qui plus est, l’homme soignait bêtes et femmes en douleurs, et en tant que maire, ouvrit la première maternité et la première piscine dans l’Ouest. Il sut passer outre l’humiliation et le racisme au quotidien et peu à peu, lui et sa femme Caroline, obtinrent peu à peu raison des préjugés racistes. Mélomanes, ils reçoivent chez eux la grande pianiste Marcelle Meyer, membre du « Groupe des Six ». Effa ne dit pas si l’épouse de Raphaël Elizé était également antillaise, mais peu importe. Engagé dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale, Elizé sera déporté à Buchenwald, trahi par un « collabo ». Il y décédera peu avant la libération des camps.

3Le journal de Buchenwald, d’un holocauste à l’autre

4Dans le « Journal » de Buchenwald qu’Effa nous offre à présent, journal fictif mais basé sur les témoignages des proches d’Elizé, le maire déporté se cramponne à la poésie et à sa faculté de garder port d’âme en se souvenant des affronts subis en tant que vétérinaire sur des fermes de petits Blancs. Les animaux en souffrance et les humains à qui on inflige le traitement bestial ; la « cuvette rouillée, avec un peu d’eau dans le fond », la « vulgaire toile de jute qui avait servi de sac de pommes de terre » tendu pour se sécher les mains après une intervention chirurgicale sur une vache qui met bas, le renvoient toujours à ce dédain et ce mépris des Blancs : toujours « les mêmes signes, les mêmes figures. Une bienfaisante répétition rassurait les cœurs et les confirmait dans leur méfiance » (62). Cette discrimination jour après jour à cause de la mélanine, ou de l’autreté, Cixous se la rappelle, parlant dans Rêveries de la femme sauvage, d’inguérissable malgérienne (Cixous, 2000). Elle aussi enregistra, enfant, les signes d’hostilité et les réactions de rejet, juive grandissant à Oran. Ses nombreux conflits avec les Algériens français lui rappelant son judaïsme. Ces réactions d’hostilité de la part de parents de bonnes amies d’enfance, les injures de garçons dans la rue, l’ont immunisée contre la dureté et la méchanceté.

5Accoutumé aux violences gratuites, le narrateur, aux pires moments, derrière les barbelés, se récite des vers de Baudelaire (« L'Ennemi »), notamment lorsqu’il observe les alouettes dans le ciel bleu de Buchenwald. Qui plus est, cet instant est « raccordé » à un autre brasier de flammes, à un « holocauste » naturel aux Antilles. Au cimetière de Fort-de-France gisent ses proches, les uns morts de l’éruption du Mont Pelée, les autres des mains de maîtres sadiques, esclaves livrés aux caprices des Blancs : « Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage. Traversé çà et là par de brillants soleils. Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage… ». La proximité entre animalité et humanité, fait penser à L’Animal que donc je suis (Derrida, 2006) : le vétérinaire qui a fréquenté le monde des bêtes survit à l’abject nazi parce qu’il s’est construit une carapace solide, lui qui a pris soin des bêtes, surmontant l’assujettissement et les affronts des paysans à son égard.

  • 1 Effa, Gaston-Paul, Nous, enfants de la tradition, Ed Anne Carrière, 2008 ; Cheval-Fou, Serpent à pl (...)

6La maîtrise de la structure - allers-retours entre le passé et le présent, entre la vie rude et l’inhospitalité des paysans, - trait dominant dans Cheval-Fou1 - nous présente alternativement Sablé-sur-Sarthe et Buchenwald. Les premiers temps étaient ardus, tant les gens étaient hostiles à son égard, puis la glace fondit peu à peu. Le présent est raconté soi-disant sur le recto d’une affiche vite décrochée de l’intérieur du wagon qui va le déporter vers la mort. Il fallait cette astuce pour asseoir le récit sur un « canevas » vraisemblable. Elle fait croire au lecteur que l’on est en train de lire « un manuscrit trouvé », un cahier morcelé, un journal fragmenté de ces mois insupportables et carrément indescriptibles à Buchenwald.

7Ce qui maintient le Martiniquais debout, malgré les coups, les cris, les pleurs, les douleurs, la faim, c’est d’abord le parallèle qu’il trace entre l’espèce humaine et l’espèce animale. Observateur méthodique de toute « espèce d’être vivant (…) », le protagoniste a su reconnaître l’humain dans ses « Frères humains » (Villon) que sont les animaux », et à l’inverse, sait que l’humain est capable d’animalité : de brutalité et de férocité inouïes envers son prochain. De surcroît polyglotte, il sait l’universalité de l’ « Espèce humaine » (titre de Antelme) : « déchiffrant le latin, le grec, et même l’hébreu et l’arabe, ces langues qui disent les métamorphoses du cœur, les périls, les victoires et les sacrifices des héros humains et animaux » (17). G. P. Effa prodigue à son narrateur, qui s’exprime à la première personne, une endurance qui lui viendrait de la force morale et physique de ses parents: Fils et petit-fils d’une famille du Lamentin qui transmet le sens du devoir et de la patience, de la persévérance pour se diluer, pour « glisser » dans la société dominante, Raphaël ne perça finalement pas le « mystère insondable » de sa peau noire, cette « distance » qui appelle une « patience analogue » pour grandir en corps d’homme et réussir dans la vie (17-18).

8Dans les pires épreuves où il frôle la folie, il convoque les esprits ancestraux caribéens, hélant un au-delà pour éloigner de lui ce « mauvais sort » qui lui incombe à présent, comme ce fardeau de l’esclavage qui a terni les membres de sa famille. Prenons la scène de la torture : la déréliction devient insupportable, Lorsque l’angoisse menace de lui faire perdre la raison et mettre fin à ses jours, un voisin lui donne une recette pour « tenir » : « Il appelait son père mort, pendu à un arbre par les Allemands. Je lui dis que, à moi aussi, il m’est arrivé d’appeler mes ancêtres morts sous les cendres de la montagne Pelée » (34).

9Dans l’hécatombe produite par l’éruption du volcan qui détruisit en moins d’une minute la « capitale » de l’île, dans la conscience d’être descendant d’Africains déportés aux Antilles, le narrateur puise à présent une résistance ferme. Dans ce témoignage très composé, le tempo change, la nature des souvenirs varie. Il y a même de la place pour un érotisme décalé : dans l’univers concentrationnaire, l’Eros constitue une échappée au « mitan » de Thanatos. La pulsion suicidaire le gagne tout aussi souvent que le désir de survivre pour sa femme bien-aimée. Les réactions d’hostilité de la part de parents de bonnes amies d’enfance, les injures de garçons dans la rue, l’ont immunisée contre la dureté et la méchanceté. Dans un contexte concentrationnaire, ces mécanismes d’avilissement sont exacerbés et poussés à l’extrême : Comme le rappellent Elie Wiesel (°1928- Prix Nobel de la Paix qui vient de nous quitter, ce deux juillet 2016), et Primo Levi, il faut alors des stratégies de survie. Levi, par exemple, s’agrippa aux sciences pour « tenir » ; pour ne pas succomber au total désespoir ; il s’est replié sur des réflexions d’ordre chimique (Levi, 1975). A l’autre bout, il y a les considérations d’ordre cosmologique et théologique. Ainsi l’incipit du récit convoque les astres et leurs symbolismes pour entamer le récit du génocidaire. Il m’évoque le magistral incipit du Dernier des Justes (Schwarz-Bart, 1959):

« De la même façon que s’inscrivent dans le ciel les constellations de la Grande Ourse et de la Petite Ourse ou celle d’Orion ou celle du Centaure, s’inscrivit dans l’obscur de ma chair, de mes larmes, de ma salive et de mon sang la constellation de ma déchéance. »

« Tout aura commencé cet automne 1943, où la Gestapo me cueillit chez moi par une nuit de pleine lune enveloppée de brume. (13) »

10L’époux bien-aimé, le père bienveillant connut d’ailleurs une autre épreuve, la mort de leur fille unique. Douleur indicible, cicatrice qui se rouvre là-bas, dans cet antre de la mort, de manière impitoyable :

Le mystère de la «différence des Allemands » (63) qu’il n’arrive pas, malgré tout, à détester, et il faut bien y arriver, la comparaison entre Noir et juif dans l’univers concentrationnaire : s’il pensait qu’il n’était pas juif, et de ce fait, pas l’ennemi des nazis, il était toutefois au bas de la hiérarchie nazie, paraphrasant Fanon : « Je ne sais plus qui disait : ‘Quand on parle du juif, méfie-toi, le nègre n’est pas loin’ » (77). « Le plus perdu, entre le juif et les autres, c’était moi le nègre, qui ne méritait même pas d’être pendu, tellement j’étais inutile, insignifiant » (75-76).

11Le « nœud de mémoires » aux Antilles

12Que la vie tragique d’Elizé n’ait pas été découverte plus tôt, qu’aucun romancier martiniquais ou guadeloupéen à la recherche d’une « histoire passionnante, forte », ne s’y soit intéressé, voilà ce qui peut interpeller. Que le rapport Noir-juif ne soit pas davantage l’objet de dialogues, fussent-ils fictionnels ou factuels, déçoit. Pourtant, Bien au contraire, il donne à comprendre que les camps sont l’absolue déraison au point qu’il envie « les vaches qu’on mène à l’abattoir, elles étaient mieux soignées que nous » (33).

  • 2 Elle est l’auteure du renversant Le silence de la mémoire. A la recherche des Juifs de Plock, Plon, (...)

13En 2011, un ouvrage important, incontournable à en croire la presse parisienne, voit le jour : il met sous les projecteurs les coopérations entre des Noirs et des juifs, qui ont œuvré ensemble pour la sortie hors du tunnel du racisme et de la méfiance à l’égard de l’Autre. Dans Causes communes. Des Juifs et des Noirs, la sociologue Nicole Lapierre, elle-même d’origine juive2 , présente un certain nombre de duos qui ont coopéré à abolir cette frontière entre « Nous et les Autres » (pour employer un sous-titre de Todorov). Causes communes illustre le militantisme jumelé, côte à côte, du juif et du Noir dans l’éradication du racisme dans la société américaine et européenne. Ses couples d’intellectuels qui ont lutté ensemble pour l’émancipation des groupes opprimés sont illustratifs de solidarités qui transcendent les Lignes (religieuses, ethniques, linguistiques, nationales, et même de genre). Qu’ils soient juifs ou Noirs, ces auteurs ou artistes engagés ont compris que l’antisémitisme est un racisme comme un autre. Comme l’ont montré tour à tour Albert Memmi, J.P. Sartre ou encore Frantz Fanon, qu’exclusion de l’Autre répond malheureusement aux mêmes stigmatisations et se traduit par la même réaction sur chez la victime : honte de soi, complexe d’infériorité, solitude, exil intérieur et extérieur. Dr. Martin Luther King et le rabbin new-yorkais Abraham Heschel restent un exemple emblématique de cette entente, ainsi que le couple d’écrivains André et Simone Schwarz-Bart.

14Avec son livre, Effa rajoute en quelque sorte une paire d’hommes engagés, tant il s’est glissé dans la peau de son personnage martiniquais. S’il le fait avec brio, c’est qu’il s’est ouvert à l’Autre. Enfant animiste offert aux bonnes sœurs, il a été élevé comme catholique, destiné à la prêtrise. C’est à la philosophie et à la littérature qu’il s’est dédié, s’ouvrant aux autres cultures, au « monde mêlé », comme il lui plaît de l’appeler.

15En guise de conclusion, Rendez-vous avec l'heure qui blesse est un exemple de « rendez-vous manqué » antillais quant aux tressages de mémoires endolories et de partage de blessures invisibles que la fiction pourrait cicatriser. Damas, Schwarz-Bart, Effa, ils sont une poignée d’auteurs d’expression française postcoloniale qui, comme le grand intellectuel Said, donnent à lire une double, voire triple, appartenance ce qui les mène sagement à la désappartenance de tout communautarisme. Avec le Palestinien Said, ils démolissent plusieurs Lignes séparatistes : c’est en tant que membre de la communauté palestinienne opprimée par les Israéliens que parle l’auteur de l’Orientalism (1978) et de la Question of Palestine (1979) : sa doublure fait qu’il pense à la fois global et local, inter/national et universellement. Il refuse tout engagement communautaire :

  • 3 Une petite remarque sur l’orthographe du patronyme qui n’a pas de tréma sur le -i. Said, Edward, De (...)

A cette tâche importante – représenter la souffrance collective de son propre peuple, témoigner de ses épreuves, réaffirmer la pérennité de sa présence, renforcer sa mémoire —, il faut en ajouter une autre qu’à mon sens seul un intellectuel a, je crois, l’obligation d’accomplir […] Pour l’intellectuel il s’agit, j’en suis convaincu, d’universaliser la crise, de donner une plus grande dimension humaine à la souffrance d’une race ou d’une nation particulière et de la mettre en rapport avec d’autres souffrances3.

  • 4 L’opacité et la “divagation” permettent de laisser plus d’un passage à dessein ambigu. Acceptables (...)

16Sa souffrance renvoie à d’autres souffrances, son exil à d’autres exils. Passeur et traducteur au sens transcommunautaire, Effa rejoint ainsi ces intellectuels qui refusent le simplisme et le solipsisme. Malgré les apparences, certains auteurs antillais se complaisent encore sous le prétexte d’être mieux positionnés pour prédire le monde de demain en termes de « créolisation » et d’interculturel (Gyssels, 2013 ; Vergès, 2005)), tout en restant silencieux sur certains rapports « incréés » dans la société « atavique », au sens glissantien. Qu’un théoricien comme Glissant escamote les taches aveugles dans des essais doit nous interroger4. Quant aux Schwarz-Bart, ils ont collaboré pour perpétuer la mémoire de leurs peuples respectifs, familles dans l’humaine famille, sachant que leur spécificité ne les enferme pas. Au contraire, le « juif de petite taille », aux dires de son épouse Simone Schwarz-Bart, saute par-dessus « toutes les frontières, les murs de toutes les prisons collectives, dans le temps et dans l’espace » (Schwarz-Bart, 2009; Gyssels, 2010a, b, c).

17Cherchant la vie d’une figure historique de son pays natal, Maryse Condé dédie un de ses meilleurs romans à Tituba, sorcière noire de Salem (1986) ; elle a l’audace d’inventer à cette esclave de couleur un maître juif. Le roman, se déroulant dans la colonie puritaine du Massachusetts, est une réécriture bien postmoderne des fameux procès des sorcières entre 1692-1697. Condé invente un époux juif qui va non seulement libérer la « sorcière noire » de la prison où elle croupissait, mais encore l’épouser et se convertir, par amour pour elle, au « hoodoo », culte magico-religieux. Fiction délibérément provocante (Gyssels, 2001), l’autobiographie fictive comprend un aveu troublant : Condé met dans la bouche de Tituba l’aveu que le juif a beaucoup plus souffert que le Noir. Faire admettre par la même protagoniste, victime de siècles d’antisémitisme et d’antijudaïsme, que les Cohen de Azevedo ont souffert plus que les Africains déportés est confirmer le statut victimaire accordé depuis la nuit des temps aux juifs. Tituba reconnaît qu’au moins dans l’autodéfense et la connaissance du passé collectif, il la bat à tous les coups, égrenant les dates des pogroms et les expulsions fatidiques de son « peuple » ? (Condé, 1987), et la Guadeloupéenne transgresse le tabou du rapport entre juifs et Noirs dans le Nouveau Monde, l’Amérique et les Antilles. Morrison, au contraire, avait dédié son Beloved (1987) « To the Sixty Million and More », suggérant que les victimes de la traite seraient autrement plus nombreuses…

  • 5 L’essai historique était pris à partie dans Le Monde, suscitant une vive polémique. Bilé poursuit s (...)

18Bref, il fallait le détour d’un Africain pour revisiter ce parcours bien triste, tel Serge Bilé qui documenta Noirs dans les camps nazis (Bilé, 2005)5, livre recevant étrangement peu d’attention, bien que doublé d’un documentaire vidéo. Ou encore L’Étoile noire de Michèle Maillet (réédité en 2006), « roman » qui évoque le journal d’une femme de chambre antillaise, de Françoise Ega, et qui subit le même sort qu’Elizé à cause de sa pigmentation :

« Il est insupportable à l’administration militaire et à l’armée allemande de reconnaître comme maire en territoire occupé un homme de couleur, et de discuter avec lui (34). »

19L’exclusion des juifs et des Noirs, la «Ligne de démobilisation ne pouvant être franchie ni par les Juifs ni par les Noirs », se souvint aussi Damas, les rapproche. Surréaliste « désavoué » par Breton, Desnos, est ainsi commémoré sous la plume poétique de Léon-G. Damas (dans « Croyez-m’en », Névralgies), qui est un « Tombeau » pour son premier préfacier mort à Theresienstadt. Ou, autre exemple, l’auteur surinamien Anton de Kom (1898-1945), communiste qui a été déporté à Sandbostel où il meurt peu avant la libération des camps. L’ouvrage Wij slaven van Suriname (« Nous, esclaves du Surinam ») avait été défendu par les nazis, et saisi, mais cela ne put enrayer son engagement dans la résistance.

20Mentionnons enfin le différend à propos du roman, et qui a retenti dans la presse. Par lettre ouverte interposée dans Le Nouvel Observateur en 2014, le documentariste Philippe Baron accuse Effa de plagiat. Ayant sorti un film documentaire sur le maire de Sablé : Raphaël Elizé, Le Métis de la République, Baron reproche à l’écrivain d’avoir pillé son film et de ne pas respecter l’exactitude historique. G.P. Effa choisit de ne pas alimenter la polémique, rappelant qu’il n’est pas historien, mais romancier. Espérons que cette affaire n’aura pas l’effet dévastateur qu’eurent les accusations de plagiat tour à tour sur Paul Celan et André Schwarz-Bart (Gyssels, 2011) !

Photographie 1. In memoriam Elie Wiesel (1928-2016)

Photographie 1. In memoriam Elie Wiesel (1928-2016)

Source : Mandel Ngan Agence France-Presse, URL : http://www.ledevoir.com/​societe/​actualites-en-societe/​474680/​eloge-funebre-a-new-york-d-elie-wiesel

Haut de page

Bibliographie

Bilé, S. (2005). Noirs dans les camps nazis, Ed. Serpent à Plumes.

Cixous, H. (2000). Rêveries de la femme sauvage, Ed. Galilée

Condé, M. (1987). Moi, Tituba, … sorcière noire de Salem, Mercure.

Damas, L-G. (2012). Mine de riens (1978), poèmes intégraux inédits postés par Christian Filostrat, URL, <https://sites.google.com/site/httpwwwleondamasminederiencom/>.

Derrida, J. (2006). L’animal que donc je suis, Paris, Ed. Galilée.

Diop, B. (1967). Leurres et lueurs, Ed. Présence Africaine, seconde édition.

Effa, Gaston-Paul (2001). Cheval-Roi, Ed. du Rocher.

Gyssels, K. (2001). Sages sorcières ? Révision de la mauvaise mère dans Beloved (T Morrison), Praisesong for the Widow (P.Marschall), et Moi, Tituba (M Condé), New York, Lanham, America University Press.

Gyssels, K. (2010a). « Le dernier roman schwarz-bartien ou l’art de la réapparition », Fondation Auschwitz (Bruxelles), 106 : 209-214.

Gyssels, K. (2010b). « André Schwarz-Bart : L’étoile du matin », Europe, 969/970: 343-344

Gyssels, K. (2010c). « Compte rendu : André Schwarz-Bart, L’étoile du matin », Francofonia, 19: 250-253.

Gyssels, K. (2011). « De quoi Schwarz-Bart est-il le nom? », Nouvelles Etudes Francophones, 26(1): 2-15.

Gyssels, K. (2013). « André Schwarz-Bart à Auschwitz et Jérusalem », Image et Narrative, 14(2): 16-28.

Gyssels, K. (2013). « Communautarisme dans l’outre-mer : le cas de la Martinique, de Césaire à Chamoiseau », Bulletin de l’Académie royale des Sciences d’outre-mer, 59 : 229-242.

Huyssen, A. (2011). La hantise de l’oubli. Essais sur les résurgences du passé, traduit de l’anglais, par Julie de Faramond, Justine Malle, Ed. Kimé.

Juminer, B. (1961). Les Bâtards, Ed. Présence Africaine.

Levi, P. (1975). Le système périodique, Ed. A. Michel.

Maillet, M. (2006). L’Etoile noire, Ed. Oh Editions.

Maran, R. (1947). Un homme pareil aux autres, Ed. Arc-en-Ciel, Paris: 25.

Schwarz-Bart, A. (1959). Le Dernier des Justes, Ed. Seuil.

Schwarz-Bart, A. (2009). L’Etoile du matin, Ed. Seuil. Introduction Simone Schwarz-Bart.

Vergès, F. (2005). « L’Outre-Mer, une survivance de l’utopie coloniale républicaine ? », La fracture coloniale, La société française au prisme de l’héritage colonial, Ed. La Découverte, Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire, éds., 2005, 67-74, URL, < http://www.cairn.info/la-fracture-coloniale--9782707149398-page-67.htm>.

Haut de page

Notes

1 Effa, Gaston-Paul, Nous, enfants de la tradition, Ed Anne Carrière, 2008 ; Cheval-Fou, Serpent à plumes, 2004. « Motifs ». Dans ce dernier, il s’agit d’une exploration du « nœud de mémoire », le petit morveux (Petit –Louis) quittant la Perche et ses mœurs et milieu impitoyables pour visiter le Dahomey. L’initiation au « cheval sacrifié » va lui ouvrir toutes les portes du monde, faire connaître des femmes de « toutes les races ». Le protagoniste est lui aussi « le métis » du monde mêlé des XXe et XXIe siècles.

2 Elle est l’auteure du renversant Le silence de la mémoire. A la recherche des Juifs de Plock, Plon, 1989. Elucidant le mystère de ses parents, elle retrace la décimation des juifs de l’Est et la dissémination de son peuple.

3 Une petite remarque sur l’orthographe du patronyme qui n’a pas de tréma sur le -i. Said, Edward, Des intellectuels et du pouvoir, Seuil, 1996, p. 22. Pour un portrait de cet intellectuel tardivement découvert dans le cercle afro-antillais, Nicolas Dot-Pouillard – « Edward Saïd : le hors lieu, la rencontre. Sur la piste d’un intellectuel à contretemps », Klesis Revue philosophique (juin 2007). Lire mon article « Said amongst the Caribbeans : the Invisible Unity in Diversity (Césaire, Fanon, Naipaul) », in Counterpoints. E. Said’s Legacy, Telmissany, May, ed., Cambridge Scholarly Press, 2010 : 149-166.

4 L’opacité et la “divagation” permettent de laisser plus d’un passage à dessein ambigu. Acceptables dans l’œuvre de fiction, dans l’écriture fictionnelle, l’indécision et l’indétermination peuvent poser problème dans les écrits à mi-chemin de l’essai (« Nous ne mourions pas tous », dans Tout-monde, 1993, et Traité du Tout-monde, 1997) et du romanesque poétique. En même temps, l’autorité glissantienne, d’une part, et la critique reléguant aux marges la “close reading”, d’autre part, expliquent pareille licence. Gyssels, Kathleen, “Rives et dérives en passant par la drive: les divagations glissantiennes”, L’Esprit créateur, 51.2 (2011): 97-110.

5 L’essai historique était pris à partie dans Le Monde, suscitant une vive polémique. Bilé poursuit son projet par un film documentaire sur des témoignages de survivants à la Shoah. http://www.dailymotion.com/video/x7qp2k_noirs-dans-les-camps-nazis_news

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photographie 1. In memoriam Elie Wiesel (1928-2016)
Crédits Source : Mandel Ngan Agence France-Presse, URL : http://www.ledevoir.com/​societe/​actualites-en-societe/​474680/​eloge-funebre-a-new-york-d-elie-wiesel
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kathleen Gyssels, « « Rendez-vous avec l’heure qui blesse » ou l’ELÉGIE D’ÉLIZÉ de Gaston-Paul EFFA », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 10 juillet 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/9463 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.9463

Haut de page

Auteur

Kathleen Gyssels

Professeur de littérature francophone postcoloniale, Université d’Anvers (Belgique) ; kathleen.gyssels@uantwerpen.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org