Navigation – Plan du site
Editorial

Tourisme et ressources naturelles, prendre la mesure du défi

Tourism and Natural Resources: Facing the Challenge
Bruno Sarrasin, Olivier Dehoorne et Dominique Augier

Résumés

Le questionnement sur les interactions entre le tourisme et les ressources naturelles est plus que jamais d’actualité compte tenu de l’importance croissante des mobilités touristiques à travers le monde. Le tourisme est un puissant vecteur de transformation du territoire qui doit être appréhendé à travers les flux, les pratiques, les consommations. Il s’agit de prendre la mesure de la complexité du système touristique et d’identifier les enjeux économiques, sociaux et environnementaux liés à l’utilisation et l’exploitation de la biodiversité par cette activité.

Haut de page

Texte intégral

Photographie 1. Jeunes palétuviers rouges dans l’étang des Salines (site Ramsar, depuis 2008, commune de Sainte-Anne, Martinique)

Photographie 1. Jeunes palétuviers rouges dans l’étang des Salines (site Ramsar, depuis 2008, commune de Sainte-Anne, Martinique)

Source : O. Dehoorne, 2012

« Les ressources sont des instruments de pouvoir ».
« Il n’y a plus de biens libres. Il n’y a que des biens “politiques” dans l’exacte mesure où ils répondent à des biens collectifs et ce d’autant plus que les besoins ne sont pas exogènes, mais endogènes aux systèmes technico-économiques »
Claude Raffestin, Pour une géographie du pouvoir (1980).

  • 1 L’engouement pour cet archipel inconnu fut initié par le film de Danny Boyle, « La Plage », avec Le (...)

1Il n’y pas de tourisme sans consommation, des consommations pour le plaisir. Le tourisme commence par le déplacement, vers des horizons plus ou moins lointains, au gré des dessertes aériennes ou au rythme du marcheur (Michel, 2009). La fréquence des déplacements s’intensifie tandis que la durée des séjours s’amenuise ; des lieux internationalement réputés supportent ponctuellement des concentrations de visiteurs exceptionnelles (à l’image de la place Saint-Marc, à Venise, ou du village perché de Santorin) et les quêtes d’ailleurs se poursuivent vers les derniers recoins du monde : les îles Ko Phi Phi1 hier, aujourd’hui les « 4 000 îles » du cours du Mékong en territoire laotien (Preuil, 2015), demain, la péninsule du Kamtchatka pour un ultime « opéra sauvage » dans ce monde fini.

2Certes « le tourisme n’est pas un phénomène nouveau », comme le soulignait déjà R. Nadeau à la fin du XXe siècle, mais « ce qui l’est, c’est son gigantisme, c’est l’ampleur sans précédent des mouvements touristiques à l’échelle de la planète » : le monde comptait alors près de 700 millions de touristes internationaux en 2000, quatorze ans plus tard, leur nombre s’élève à 1 133 millions d’individus (OMT, 2015). Dans un tel contexte, la réflexion sur les interactions entre le tourisme et l’environnement, dans le prolongement des travaux Krippendorf (1977, 1982), Michaud (1983), Farrell et McLellan (1987), Escourrou (1993), Hughes (1995), Hunter (1997), se pose avec une acuité renouvelée. Les questionnements portent sur les capacités de charge touristique et les seuils de tolérance, les processus de protection et les aspects réglementaires, les rapports aux fonciers, la planification et la gestion des flux pour dans la perspective d’une expansion réfléchie et contrôlée… D’autant que « chacun des types de tourisme, même le plus doux, n’est pas sans effet pervers sur l’environnement », comme le note Knafou (1991) qui souligne sa « formidable force de subversion de la nature et de la culture, des territoires comme des sociétés. Il ne faut donc pas sous-estimer le caractère potentiellement pernicieux de tous les types de tourisme, y compris de ceux qui se présentent comme respectueux de l’environnement et armés de bons sentiments ». Il s’agit donc de prendre la mesure de la complexité du système touristique qui intègre un large éventail d’intervenants (les gouvernements, les secteurs privés — local, national, international —, des organisations non gouvernementales, les communautés hôtes et les touristes), avec des configurations sociales et politiques complexes (Elias et Scotson, 1994 ; Burns et Novelli, 2007 ; Holden, 2009, 2016). Et il reste à trouver le bon compromis, comme le soulignait J. Krippendorf quarante ans plus tôt, pour « assurer à long terme » la prise en compte des effets perturbateurs et la mise en place de politique touristique conciliant « les exigences de l’environnement, les besoins des vacanciers et les intérêts à long terme des populations indigènes » (1977 : 88).

Tourisme et ressources : l’acuité des enjeux

3Dans un contexte de médiatisation accrue des enjeux liés à la biodiversité et aux menaces qui pèsent sur elle, le tourisme – et particulièrement l’écotourisme et le tourisme de nature – est souvent présenté comme un moyen de concilier la conservation et le développement (Orams, 1995 ; Lequin, 2001, 2002 ; Breton, 2001 ; Buckley, 2008, 2010 ; Buckley et al., 2008). Souvent considérées comme conflictuelles, les relations entre le tourisme et les ressources naturelles sont bien plus complexes. Comme le soulignait déjà Georges Gazes, il y a vingt-cinq ans, l’activité touristique s’inscrit dans une « double logique – apparemment contradictoire, mais obligatoirement complémentaire – qui préside à toute opération volontaire : d’un côté, mettre en valeur, faire produire et rentabiliser en ouvrant largement à la fréquentation rémunératrice ; de l’autre, préserver le capital environnemental, éventuellement en limitant son libre accès » (Cazes, 1992 : 124-125). La mise en tourisme des ressources naturelles constitue un puissant vecteur de transformation du territoire. Sous l’effet de plusieurs facteurs convergents (prise de conscience des enjeux liés à la biodiversité, volonté des États récepteurs de protéger leur patrimoine), de nouvelles formes de tourisme alternatif se sont développées ces dernières années — qu’il s’agisse de tourisme communautaire, solidaire ou encore d’écotourisme — (Moscardo, 2008). Elles sont présentées comme un moyen de concilier le développement économique des pays, le bien-être des populations locales et la protection de « l’environnement » auxquels les ressources naturelles sont associées.

4Malgré l’existence d’un cadre réglementaire propre à la protection de la nature, beaucoup de pays ne disposent souvent pas de moyens suffisants (humains, matériels et financiers) pour gérer la croissance de la fréquentation des aires protégées et ses effets potentiels sur l’environnement naturel et humain (Farrell et McLallen, 1987 ; Hughes, 1995 ; Hunter, 1997). En réponse à cette problématique, les institutions financières internationales et les organismes associés proposent aux pays du Sud de trouver un équilibre entre une fréquentation de masse et une fréquentation de bas volume afin de développer « un tourisme de haute qualité » (Mowforth et Munt, 2003 ; Weaver, 2004 ; Theng et al., 2015). Dans ces conditions, quels critères peuvent être utilisés pour maîtriser le développement d’un pôle ou d’une région touristique ? Si l’évolution géographique « naturelle » du tourisme – c’est-à-dire essentiellement basée sur la mise en valeur de la nature et sur l’accessibilité de ces ressources – pose déjà des problèmes politiques et économiques importants, comment les gouvernements (central, régional ou local) peuvent-ils réaliser un arbitrage de long terme qui permettrait l’adéquation entre le développement touristique et la préservation des espaces naturels ?

5Les dynamiques sociales et l’extension de l’appropriation privative des espaces naturels et agricoles posent la problématique des modes de gestion des ressources communes et de leur pérennité, particulièrement dans les pays du Sud (Cohen, 1978 ; Harrison, 2001 ; Gössling, 2003 ; Hillali, 2003). Dans ce contexte, les objectifs, les ressources et les stratégies des principaux acteurs concernés sont difficilement convergents et les relations qui en résultent entre les acteurs ne répondent pas toujours aux objectifs affichés. Quels liens existe-t-il entre les caractéristiques du territoire et la mise en tourisme des ressources naturelles ? Quels sont les déterminants du développement touristique et qui sont les principaux acteurs en cause ? Comment le développement touristique d’un cas particulier façonne-t-il (ou est-il façonné par) les pouvoirs politique et économique ? Dans quel type de représentation et au profit de quel groupe d’acteurs le développement par et pour le tourisme – et l’écotourisme – s’insère-t-il ?

Tourisme et ressources : enseignements et questionnements

6La relation entre le tourisme et les ressources naturelles s’articule souvent autour de deux objectifs spécifiques : développer un produit à moindre impact, mais aux dépenses élevées et viser un volume de visiteurs qui contribue aux profits économiques, mais qui amène le moins de dégradation écologique/sociale possible. Cette position résume à elle seule à la fois la complexité et les multiples défis auxquels fait face la mise en tourisme de la nature. Elle représente le front pionnier de l’alternative au tourisme de masse.

7Depuis l’apparition des premières expériences écotouristiques, les études de cas présentant des « success story » en plusieurs endroits du monde se multiplient. Elles s’inscrivent dans ce qu’il est convenu d’appeler l’ingénierie des produits touristiques puisqu’elles tentent de mettre en exergue les caractéristiques du territoire et les critères contributifs à la durabilité écotouristique. Le principal objectif est de tirer des modèles reproductibles de ces initiatives isolées. Cette approche opérationnelle, privilégiée par les organismes internationaux, permet de rédiger des guides d’aide à la conception et à l’évaluation des produits écotouristiques à l’intention des intervenants du tourisme, publics ou privés. Les travaux de recherche s’orientent également sur les processus de création de l’activité écotouristique ainsi que sur les acteurs intervenant dans la mise en tourisme. Ils visent à comprendre les positions des principales parties prenantes, leurs éventuelles confrontations et les dynamiques territoriales qui en découlent en étudiant les objectifs affichés, les ressources employées et leurs stratégies (Tardif et Sarrasin, 2016 ; Lapointe et al., 2015 ; Augier, 2013a, 2013b, 2010, Dehoorne et al., 2009).

8La volonté explicite de considérer les ressources naturelles comme une priorité d’action politique n’a pas empêché les courants « conservationniste » et « développementaliste » de se critiquer mutuellement au cours des trente dernières années, contribuant ainsi à cristalliser l’opposition entre la croissance économique et la protection des ressources. Malgré l’apparente contradiction entre ces deux lectures (mieux utiliser les ressources naturelles ou limiter au maximum l’utilisation de celles-ci), plusieurs auteurs ont relevé la prégnance d’un projet normatif dont le point d’ancrage repose sur la vision que les sociétés occidentales ont d’elles-mêmes et du monde (Barrett et al., 2013 ; Büscher et al., 2012 ; Ojeda, 2012 ; Sarrasin, 2007 ; 2005). Compte tenu du fort constat d’évidence dont bénéficient la « conservation » et le « développement », il n’est pas surprenant que la notion d’écotourisme – souvent confondue avec celle de tourisme de nature – jouisse de l’unanimité qu’on lui connaît. Celle-ci découle notamment de la volonté affichée de faire converger la croissance économique, la lutte contre la pauvreté et la protection des ressources naturelles dans un « modèle de développement » où la mise en tourisme de la nature est présentée comme le compromis permettant de répondre simultanément aux intérêts du plus grand nombre d’acteurs en favorisant l’entrée de devises pour le gouvernement et l’industrie, en créant des emplois locaux et en contribuant à la protection de la biodiversité (Goodwin et al., 2009).

9Au-delà des principes vertueux portés par cette démarche, plusieurs auteurs mettent en cause la capacité de l’écotourisme d’atteindre les résultats escomptés (Sarrasin, 2013 ; Agrawal et al., 2006 ; Aguirre, 2006 ; Duffy, 2002 ; Perret, 2006 ; Place, 1998) et en soulignent les limites : déstructuration sociale, fermeture/exclusion de la population locale de ces espaces, acculturation, restriction d’usages (Stonich, 2000 ; Dehoorne, 2006 ; Diombera, 2015 ; Woillez, 2015). Pour résumer, le fort « potentiel » de mise en tourisme de la biodiversité ne doit pas occulter le double paradoxe qui en découle : l’activité touristique – et écotouristique – s’approprie, détruit et aménage des territoires ; elle exclut aussi de ces espaces toutes personnes et toute activité qui ne contribue pas à son développement (Stonich, 1998 ; Dehoorne, 2013 ; Dehoorne et al., 2013). D’où l’intérêt d’étudier les configurations sociales et politiques, les rapports de forces, d’analyser le cadre normatif (Breton, 2016), la responsabilisation et l’implication des acteurs publics et privés, les perspectives de construction d’un compromis (Burns et Novelli, 2007).

Photographie 2. Entre nature et tourisme, penser les interactions, construire le projet écotouristique

Photographie 2. Entre nature et tourisme, penser les interactions, construire le projet écotouristique

Source : O. Dehoorne, 2006

Tourisme et ressources : interactions et projets de territoire

10Le dossier proposé prolonge ces questionnements avec des approches à la fois théorique et empirique, en exposant des études de cas et une discussion critique sur les opportunités, les défis, les contradictions entre la mise en tourisme des ressources naturelles et ses finalités. Il explore notamment les enjeux motivant les positions des acteurs, leurs éventuelles confrontations et les dynamiques territoriales qui en découlent.

11Bruno Sarrasin, Élise Lacoste et Dominique Augier ouvrent la réflexion en posant le contexte du processus de mise en tourisme de la nature du parc amazonien de Guyane française. L’évaluation des produits écotouristiques est abordée au travers du cadre théorique de la cogestion adaptative de Derek R. Armitage ; l’étude souligne les décalages entre la théorie et la pratique du tourisme de nature.

12La réflexion s’ouvre ensuite sur les regards et les pratiques. Sander D. Den Haring présente les résultats d’une étude conduite au Kenya, dans le parc et la réserve marine de Mombasa sur les pratiques des plongeurs et la mise en place d’un dispositif permettant d’améliorer leurs comportements. Pierre Failler et al. s’interrogent sur les stratégies de protection du littoral, appliquées à l’expérience de la côte caraïbe de la Martinique en croisant les regards des touristes et des populations résidentes permanentes. Ensuite Nelson Rangel-Buitrago et al. proposent une méthode mathématique destinée à évaluer les caractéristiques paysagères d’un littoral qu’ils appliquent à la côte caribéenne de la Colombie.

13Les questionnements sur l’accès aux ressources, les usages et les modes de consommation, les revenus générés et leur répartition, les prises de décisions conduisent à s’interroger sur les thèmes fondamentaux d’iniquité sociale et de justice environnementale. À partir de l’expérience conduite à l’Île-à-Vache (Haïti), Sadais Jeannite et Dominic Lapointe analysent une stratégie de production de l’espace touristique qui met en évidence la complexité des enjeux dans une configuration de développement géographique inégal. Kouamé Walter Kra pose la question du contrôle des ressources dans le parc national ivoirien du Mont Péko, entre leur exploitation clandestine, les alliances des circonstances entre certains acteurs et la politique officielle de déguerpissement qui vise mettre en application les réglementations officielles. Fabricio Scarpeta Matheus et Sidnei Raimundo, à partir d’une analyse d’actes juridiques, exposent les différences entre le développement de l’écotourisme et la régulation des usages du public dans les réseaux d’aires protégées canadiennes et brésiliennes. Maria Cristina Maneschy, Edma Silva Moreira et Jean Hébette étudient les processus de patrimonialisation de la ressource au Brésil, à travers les expériences des « nouveaux territoires » que sont les réserves de Porto de Moz et de Bragança ; la démarche est construite autour de la reconnaissance de la valeur des biens et des pratiques du territoire, entendue dans ses dimensions matérielle, symbolique et sacrée, qui légitiment un processus de patrimonialisation de la ressource.

14La réflexion se poursuit autour des aménagements touristiques, entre les espoirs soulevés par le tourisme pour accompagner le développement des territoires isolés, mais dotés d’un certain « potentiel », et les difficultés rencontrées par des territoires déjà engagés dans le processus touristique. Tarik Ghodbani, Othmane Kansab et Abdelaziz Kouti proposent une réflexion sur la mise en tourisme du littoral algérien, à travers l’exemple des côtes mostaganemoises ; restituant le contexte historique de la mise en tourisme progressive du littoral, ils soulignent les limites et les défis actuels du tourisme balnéaire en Algérie. Yomb Jacques et Tefe Tagne Robert analysent la portée du tourisme dans les espaces ruraux dans la région Sud-Cameroun, entre la culture rurale et des opportunités touristiques encore peu maîtrisées localement. Poursuivant la réflexion sur le territoire camerounais, Meirama Garba Moussa présente la situation de l’est du pays, méconnu et enclavé, où la construction d’un projet touristique cohérent pourrait participer activement à la protection des ressources naturelles très fragilisées dans le contexte actuel d’instabilité.

Photographie 3. La rivière Dumauzé (Martinique)

Photographie 3. La rivière Dumauzé (Martinique)

Source : O. Dehoorne, 2015

La question des ressources, au-delà du tourisme

15La ressource est le produit d’une relation (Raffestin, 1980), sa valeur et son intérêt sont le résultat d’une « conception historique de la relation à la matière qui fonde la nature sociopolitique et socio-économique des ressources » (Raffestin, 1980 : 205) ; d’où la complexité d’appréhender les rapports divergents aux ressources, de la représentation même des ressources, de leur valeur et de leur signification : de l’héritage séculaire pour les uns, au plaisir ponctuel éphémère pour les autres, sans oublier les opportunités marchandes du moment... Dans le contexte actuel de croissance soutenue du tourisme international, les ultimes espaces retranchés, ultimes replis du monde, s’ouvrent sous l’effet des opportunités économiques dessinées par les perspectives touristiques. Ces ouvertures précipitées — parfois brutales — contribuent à complexifier les jeux d’acteurs et à exacerber les enjeux sociaux. Dans ces nouveaux fronts écologiques, les ressources sont convoitées, reconsidérées et font l’objet de nouveaux modes de consommation et d’appropriation privative (Afeissa, 2009) ; les populations locales vivant dans ces espaces, dominées et négligeables sur le plan financier, sont alors confrontées à des logiques d’exclusion et se retrouvent en position d’outsiders dans leur espace de vie habituel (selon la terminologie d’Elias et Scotson, 1994).

16Au-delà des réflexions sur les modalités de mobilisation des ressources naturelles à des fins touristiques, de l’impact de ces consommations, des questionnements renouvelés sur la perception des ressources par les touristes et les communautés hôtes, se posent plus largement les questions les configurations sociales et politiques et l’éthique environnementale (Larrère, 1997 ; Afeissa, 2007), dont le tourisme n’est qu’un des prismes possibles. Les nouvelles politiques d’appropriation de ces ultimes biens communs construisent leur légitimation en jouant sur le registre de la surexploitation des ressources et de la tragédie des biens communs (Hardin, 1968). Leurs visions des dimensions économiques et environnementales qui soutiendraient « naturellement » le bien-être sous-estiment ou négligent la dimension sociale. Face à ses dégradations environnementales et ces injustices environnementales, se construisent des initiatives conduites par des acteurs locaux, « appropriateurs rationnels », conscients des interdépendances, qui s’engagent dans de nouvelles actions collectives (Ostrom, 1990) comme l’illustrent les mouvements citoyens brésiliens dans la construction des « territoires émergents » (Maneschy et al., 2016).

Haut de page

Bibliographie

Afeissa, H.S. (2007). Éthique de l’environnement. Nature, valeur, respect, Paris, Vrin.

Afeissa, H.S. (2009). « Les nouveaux fronts écologiques », Multitudes, 2 (36) : 151-154.

Agrawal, A. et K. Redford. (2006). Poverty, Development, and Biodiversity Conservation: Shooting in the dark?, Working Paper no 26, Wildlife Conservation Society, New York, march: 58 p.

Aguirre, J.A. (2006). « Écotourisme, parcs et populations locales au Costa Rica : le cas des réserves naturelles privées (Monteverde et Santa Elena) et des communautés voisines », dans C. Gagnon et S. Gagnon (dir.), L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce, Ste-Foy, PUQ : 143-170.

Augier, D. (2013a). « Tourisme pro-pauvre dans les Petites Antilles : éléments de réflexion à partir de l’exemple d’île de Trinidad », Etudes Caribéennes, 24-25, URL : http://etudescaribeennes.revues.org/6535.

Augier, D. (2013b). « Tourisme et pauvreté dans les petites îles indépendantes en développement. L’exemple de Sainte-Lucie (Petites Antilles) », Etudes Caribéennes, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/6525>, n° 24-25.

Barrett, G., S. Brooks, J. Josefsson et N. Zulu. (2013). Starting the conversation: land issues and critical conservation studies in post-colonial Africa, Journal of Contemporary African Studies, 31 (3): 336-344.

Breton, J-M. (dir.) (2001). L’écotourisme, un nouveau défi pour la Caraïbe ?, Khartala, Paris.

Buckley, R. (ed.) (2010). Conservation Tourism, London, CABI.

Buckley, R., C. Pickering and D.B. Weaver (ed.) (2008). Nature-Based Tourism, Environment and Land, London, CABI.

Buckley, R. (2008). Ecotourism. Principles and Practices, London, CABI.

Burns, P.M. and Novelli M. (2007). “Tourism and Politics: Introduction”, in P.M. Burns and M. Novelli (ed.), Tourism and Politics. Global Frameworks and Local Realities, Elssevier: 1-16.

Büscher, B., S. Sullivan, K. Neves, J. Igoe et D. Brockingto. (2012). Towards a Synthetysed Critique of Neoliberal Conservation », Capitalism, Nature, Socialism, 23(2): 4-30.

Cohen, E (1978). The impact of tourism on the physical environment, Annals of Tourism Research, 5 (2): 215-237.

Dehoorne, O. (2006). « Tourisme et accès aux ressources dans les petites îles de la Caraïbe », Études caribéennes, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/275>, n ° 5,

Dehoorne, O. (2013). « Tourisme et lutte contre la pauvreté : opportunités et défis », Études caribéennes, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/6601>, n° 24-25.

Dehoorne, O., P. Saffache et C. Murat (2009). « De la nature à la culture : le projet touristique de l’île de la Dominique », dans J-M. Breton (dir.), Patrimoine culturel et tourisme alternatif, Paris, Karthala.

Dehoorne, O., C. Tatar et S. Theng (2013). « Tourisme et pauvreté : le champ des possibles », Études caribéennes, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/6578>, no 24-25.

Diombera, M. (2015). « Les territoires littoraux de la station balnéaire Saly Portudal sur la Petite-Côte sénégalaise », dans J-M. Breton, O. Dehoorne et J-M. Furt (dir.), Espaces et environnements littoraux et insulaires. Accessibilité, vulnérabilité, résilience, Karthala, série Iles et pays d’outre-mer, vol.10 : 35-57.

Duffy, R. (2002). A Trip Too Far: Ecotourism, Politics and Exploitation, London, Earthscan.

Elias, N. and J. Scotson (1994). The Established and the Outsiders, Sage.

Escourrou, P. (1993). Tourisme et environnement, Paris, Sedes.

Farrell, B.H. and R.W. McLellan (1987). “Tourism and Physical environment research”, Annals of Tourism Research, 4(1): 1-16.

Gale (ed.), Ecotourism and environmental Sustainability: Principles and Practice, Ashgate, chap 2: 17-30.

Gössling, S. (2003). “Tourism and Development in Tropical Islands: Political Ecology Perspectives”, in S. Gössling (ed), Tourism and Development in Tropical Islands, Edward Elgar: 1-37

Goodwin, H. et R. Santilli (2009). Community-Based Tourism: a Success?, ICRT Occasional Paper no 11, GTZ.

Hardin, G. (1968). The Tragedy of the Commons, Science, 162(3859): 1243-1248.

Harrison, D. (éd.) (2001). Tourism and the less developed world: issues and case studies, Waillingford, Hardback Edition.

Hillali, M. (2003). Le tourisme international vu du Sud, Ste-Foy, PUQ.

Holden, A. (2009) An Introduction to Tourism–Environment Relationships, in J. Hill, and T. Gale (Eds.), Ecotourism and Environmental Sustainability Principles and Practice, Surrey, Ashgate.

Holden, A. (2016). Environment and Tourism, Routledge, 3th ed.

Hunter, C. (1997). Sustainable tourism as an adaptive paradigm, Annals of Tourism Research, 24 (4): 850-867.

Hughes, G. (1995). The cultural construction of sustainable tourism, Tourism Management, 16 (1): 49-59.

Knafou, R. (1991). « De quelques rapports souvent contractoires entre tourisme et environnement », dans Tourisme et société, Paris, La Documentation française, Actes de colloque : 16-23.

Krippendorf, J. (1982). “Towards new tourism policies. The importance of environmental and sociocultural factors”, Tourism Management, 3(3): 135-148.

Krippendorf, J. (1977). Les dévoreurs de paysages. Le tourisme doit-il détruire les sites qui le font vivre ?, Lausanne, Editions 24 heures.

Lapointe, D., B. Sarrasin et A. Guillemard (2015). « Changements climatiques et mise en tourisme du fleuve Saint-Laurent au Québec », VertigO, URL : < http://vertigo.revues.org/16575>, Hors-série n° 23 : 1-15,.

Larrère, C. (1997). Les philosophies de l’environnement, Paris, PUF.

Lequin M. (2001). Écotourisme et gouvernance participative, Sainte-Foy, PUQ.

Lequin M. (2002). « L’écotourisme. Expérience d’une interaction nature-culture », Téoros, 38 : 38-42.

Maneschy, M.C., E. Silva Moreira et J. Hébette (2016). « Le développement environnemental, une valorisation du patrimoine pour nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants », Études caribéennes, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/8854>, n ° 33-34,

Michaud, J-L. (1983). Le tourisme face à l’environnement, Paris, PUF.

Michel, F. (2009). Routes. Eloge de l’autonomadie. Une anthropologie de du voyage, du nomadisme et de l’autonomie, Québec, PUL.

Moscardo, G. (2008). Building Community Capacity for Tourism Development, CABI.

Mowforth, M. and I. Munt (2003). Tourism and sustainability, Development and new tourism in the third world, Routledge.

Nadeau, R. (1999). « Tourisme et environnement », dans N. Cazelais, R. Nadeau et G. Beaudet (dir.), L’espace touristique, Ste-Foy, PUQ, chap. 2 : 61-131.

Ojeda, D. (2012). Green pretexts: Ecotourism, neoliberal conservation and land grabbing in Tayrona National Natural Park, Colombia”, Journal of Peasant Studies, 39 (2): 357-375.

OMT (2015). Faits saillants, Madrid, OMT.

Orams, M.B. (1995). Towards a more desirable form of ecotourism, Tourism Management, 16 (1): 3-8.

Ostrom, E. (1990). Governing the commons: the evolution of institutions for collective action, Cambridge University Press.

Perret, J. (2006). « L’écotourisme rattrapé par le marché », dans C. Gagnon et S. Gagnon (dir.), L’écotourisme entre l’arbre et l’écorce, Ste-Foy, PUQ : 375-392.

Place, S. E. (1998). “How sustainable is ecotourism in Costa-Rica?”, in C. M. Hall and A. Lew (dir.), Sustainable tourism: A Geographical Perspective, New-York, Longman: 107 — 118.

Preuil, S. (2015). « Le développement touristique des “4 000 îles” au Laos. Quels compromis entre développement économique et conservation dans les petites îles fluviales fragiles », dans J-M. Breton, O. Dehoorne et J-M. Furt (dir.), Espaces et environnements littoraux et insulaires. Accessibilité, vulnérabilité, résilience, Karthala, série Iles et pays d’outre-mer, vol. 10 : 238-255.

Raffestin, C. (1980). Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC.

Sarrasin, B. (2005). « La construction des problèmes environnementaux en Afrique subsaharienne : la mise en place d’un “diagnostic de Washington sur les ressources naturelles” », Revue canadienne d’études du développement, XXVI (4) : 799-815.

Sarrasin, B. (2007). « Quelques dimensions politiques de l’écotourisme : l’attractivité de la nature n’est pas “naturelle” ». Études caribéennes, 6, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/document455.html>.

Sarrasin, B. (2013). Environnement et développement à Madagascar. Du plan d’action environnemental à la mise en valeur touristique des ressources naturelles, Paris, Karthala.

Stonich, S.C. (2000). The Other Side of Paradise: Tourism, Conservation and Development in the Bay Islands, New York, Cognizant Communication Corporation.

Stonich, S.C. (1998). Political ecology of tourism », Annals of Tourism Research, 25 (1): 24-54.

Tardif, J. et B. Sarrasin (2016). « La conquête territoriale par l’écotourisme : le cas de Chi Phat dans les Cardamomes au Cambodge », dans F. Guérin-Pace et É. Mesclier (dir.), Territoires et mobilisations contemporaines. Regards sur un phénomène planétaire, Paris, Karthala : 111-129.

Theng, S., X. Qiong and C.  Tatar (2015). “Mass Tourism vs Alternative Tourism? Challenges and New Positionings”, Études caribéennes, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org/7708>, n° 31-32.

Weaver, D. (2004). “Mass tourism and Alternative tourism in the Caribbean”, in D. Harrison (ed.), Tourism and the less developed world: issues and case studies, Waillingford, Hardback Edition: 161-174.

Woillez, M. (2015). « La gouvernance territoriale du tourisme en temps de crise. La bataille de Cap Sidero en Crète », dans J-M. Breton, O. Dehoorne et J-M. Furt (dir.), Espaces et environnements littoraux et insulaires. Accessibilité, vulnérabilité, résilience, Paris, Karthala, série Iles et pays d’outre-mer, vol. 10 : 327-342.

Haut de page

Notes

1 L’engouement pour cet archipel inconnu fut initié par le film de Danny Boyle, « La Plage », avec Leonardo Di Caprio en vedette (1999).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1. Jeunes palétuviers rouges dans l’étang des Salines (site Ramsar, depuis 2008, commune de Sainte-Anne, Martinique)
Crédits Source : O. Dehoorne, 2012
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Photographie 2. Entre nature et tourisme, penser les interactions, construire le projet écotouristique
Crédits Source : O. Dehoorne, 2006
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9489/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Photographie 3. La rivière Dumauzé (Martinique)
Crédits Source : O. Dehoorne, 2015
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/9489/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 718k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Sarrasin, Olivier Dehoorne et Dominique Augier, « Tourisme et ressources naturelles, prendre la mesure du défi », Études caribéennes [En ligne], 33-34 | Avril-Août 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/9489

Haut de page

Auteurs

Bruno Sarrasin

Département d’études urbaines et touristiques ; ESG UQAM ; Directeur ; sarrasin.bruno@uqam.ca

Articles du même auteur

Olivier Dehoorne

Université des Antilles ; Maître de conférences ; dehoorneo@gmail.com

Articles du même auteur

Dominique Augier

Université des Antilles ; Doctorante ; doaugier@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org