Navigation – Plan du site

Migrations et frontière : le cas de Saint-Martin

Marie Redon

Résumés

La petite île antillaise de Saint-Martin (90km²) a vu sa population pratiquement tripler ces deux dernières décennies, passant de 25 000 à 70 000 insulaires environ. Les migrations intra-caribéennes sont la cause essentielle du sensible accroissement démographique de cette île mi-française, mi-hollandaise au niveau de vie comparable à celui de l’Europe occidentale mais située dans une aire géographique moins privilégiée. L’article tend à interroger le lien de causalité entre l’afflux massif de populations allochtones et la partition de l’île, ce dernier facteur paraissant déterminant pour la compréhension du phénomène migratoire vers Saint-Martin. L’île serait rendue plus encore attractive par l’existence de cette frontière qui, d’une part, favorise un dynamisme économique particulier et, d’autre part, rend le contrôle des flux migratoires plus difficile en raison du différentiel législatif entre ses deux parties.

The small Caribbean island of St. Martin (90km ²) saw its population nearly tripled in the last two decades, from 25 000 to about 70 000 islanders. The intra-Caribbean migrations are the main cause of significant population growth of the mid-French, mid-Dutch island where standard of living is comparable to that of Western Europe but located in a geographical area less privileged. The article tends to question the causal link between the massive influx of immigrants populations and the partition of the island, the latter factor appearing crucial for understanding the phenomenon of migration to Saint-Martin. The island would be made more attractive by the existence of this border which, on the one hand, promotes a particular economic dynamism and, on the other hand, gives the control of migration flows more difficult because of the legislative differential between its two parties.

Haut de page

Notes de la rédaction

« Une « bonne île » est donc une île bien compliquée

où l’on ne s’ennuie guère. » Bonnemaison, 1991

Texte intégral

Introduction

1La petite île antillaise de Saint-Martin (90km²) comptait environ 25 000 habitants au début des années 1980, répartis entre les zones françaises (un peu plus de 8 000 en 1982) et hollandaise (environ 17 400 pour la même année1). La population s’élève aujourd’hui à près de 70 000 insulaires (estimations de 38 000 habitants en 2007 côté français et de 30 600 côté hollandais en 2001) soit environ 775 habitants/km², issus de plus de cent nationalités différentes. Les migrations intra-caribéennes sont un phénomène constant dans ces territoires à l’histoire indissociable des contingences économiques : économie de plantation à l’époque de l'exploitation coloniale puis de dépendance envers les métropoles, mais ces flux se sont considérablement diversifiés et amplifiés au cours des trois dernières décennies. Les immigrés venus des pays voisins d’Haïti, de République dominicaine, de Dominique, de Jamaïque, des autres Antilles néerlandaises mais aussi d’Europe, d’Amérique latine, de Chine ou d’Inde affluent massivement et plus ou moins légalement vers l’île.

2La cause essentielle de cette immigration sans précédent est qu’une partie de la population affiche un niveau de vie comparable à celui de l’Europe occidentale à laquelle elle est statutairement liée, ce qui la rend particulièrement attractive, au même titre que la Guadeloupe, la Martinique ou les Iles Sous-le-Vent, pour les habitants des îles voisines moins favorisées. Sa position géographique favorise aussi l’afflux de migrants haïtiens, dominicains ou jamaïcains, Saint-Martin se situant au nord de l’archipel des Petites Antilles (voir carte) et donc à quelques centaines de kilomètres des Grandes Antilles, toutes terres d’émigration. Mais cette île a aussi la particularité d’être divisée par une frontière politique entre une partie française, Saint-Martin, et une partie hollandaise, Sint Maarten2-- les deux territoires étant sous la dépendance d’États européens distincts depuis le XVIIe siècle (partition en 1648, Traité du Monts des Accords).

Localisation de Saint-Martin, île divisée entre Antilles françaises et néerlandaises

3Il s’agit d’interroger le lien de causalité entre l’afflux massif de populations allochtones et la partition de l’île, ce dernier facteur nous paraissant déterminant pour la compréhension de ce phénomène migratoire vers Saint-Martin. L’île est rendue plus encore attractive par l’existence de cette frontière qui, d’une part, favorise un dynamisme économique particulier et, d’autre part, rend le contrôle des flux migratoires plus difficile en raison du différentiel législatif entre ses deux parties. Face à ce profond bouleversement démographique et social, les pouvoirs locaux demandent une plus grande autonomie envers leur métropole respective pour mieux gérer ces apports de populations et leurs incidences locales. Outre les flux centripètes, l’île connaît aussi des phénomènes de migrations pendulaires de part et d’autre de cette frontière que presque rien ne matérialise. Ces migrations sont aussi importantes que difficiles à quantifier, c’est pourquoi nous les évoquerons sans en faire le cœur de l’article.

I. Des cycles migratoires distincts de part et d’autre de la frontière

4La partition de l’île a eu une incidence indirecte sur les phénomènes d’afflux et de reflux démographiques. L’histoire du peuplement a en effet été peu marquée par l’appartenance à deux métropoles distinctes mais cette double appartenance a ensuite joué en donnant des rythmes de dynamisme économique et donc d’attractivité différenciés de part et d’autre de la frontière saint-martinoise.

I.1 Un peuplement cosmopolite

5L’économie de l’île a longtemps été dominée par l’exploitation des marais salants, puis par des périodes successives de culture du tabac, du coton et de la canne à sucre. Durant le siècle qui succéda au traité de partage de l’île (1648), les nombreux conflits qui agitaient les Antilles y engendrèrent des changements fréquents de gouvernement d’où une instabilité assortie de pillages et de destructions peu propices au développement économique. Le véritable décollage de l’île eut lieu au milieu du XVIIIe siècle avec le rétablissement d’un relatif climat de paix et la mise en place d’une administration efficace, le tout s’accompagnant d’un essor démographique lié à la culture de la canne à sucre. Une forte imbrication des deux communautés coloniales de l’île présida à cette prospérité : d’abord peuplée de flibustiers et de boucaniers de tous horizons, l’île va encore se trouver renforcée dans ce caractère cosmopolite par l’accord de concessions aux étrangers sur place par les autorités françaises et par l’afflux d’esclaves noirs de part et d’autre de la frontière. L’île fut donc essentiellement repeuplée par des étrangers y faisant venir des esclaves noirs, ce qui permit le développement des habitations sucrières ; en 1764, sur la quarantaine d’habitants de la partie française, il n’y avait ainsi que « 10 à 11 Français et issus de Français ; les autres sont Irlandais, Italiens, Hollandais et Anglais» (Lasserre, 1961, pp.822-823).

6Loin des métropoles, cette petite communauté hétérogène s’habitua à communiquer en anglais, langue qui devint peu à peu dominante sur l’île, de part et d’autre d’une frontière qui ne joua donc pas un rôle déterminant dans cette première phase de peuplement. Le petit nombre de familles ayant colonisé l’ensemble de l’île se retrouve aujourd’hui dans les patronymes récurrents tels Richardson, Lake, Hodge, Fleming, Gumbs, Hunt, Brooks, Chance, Flanders. Le mélange de noms et de prénoms francophones et anglophones marque encore cette imbrication (Martinez, 1994, p.51). Les mêmes familles se retrouvent de part et d’autre de la frontière et se disent souvent saint-martinoises avant d’être françaises ou hollandaises. Il existe des liens de parenté, des terres, des biens de part et d’autre de la frontière, et ce, depuis le début de la colonisation de l’île. La présence de toponymes à consonance française à Sint Maarten et à consonance anglaise à Saint-Martin prouve le contexte d’intenses relations dans lequel s’est forgée cette identité insulaire commune dont les symboles sont d’ailleurs affichés de part et d’autre de la frontière : un hymne saint-martinois est joué lors des cérémonies officielles en plus des hymnes nationaux respectifs, des cérémonies ont lieu tous les 11 novembre, jour de la Saint-Martin, sur la frontière. Une part minoritaire de la population prône même l’unification et l’indépendance de l’île3.

7L’histoire du peuplement de l’île est donc à la fois cosmopolite et sans frontière. Si la partition a eu une incidence sur les flux migratoires, c’est en induisant des cycles de dynamisme économique et donc démographique différenciés.

I.2 De l’hémorragie au reflux hollandais : le tourisme entre en jeu

8Les premiers mouvements d’émigration remontent à la fin du XIXe siècle (Monnier, 1983) mais c’est dans la première moitié du XXè siècle que la partie hollandaise subit une sensible baisse de population liée au manque d’activités économiques endogènes après le déclin de la saliculture et de la culture de canne à sucre. Les hommes émigrèrent vers l’île voisine de Curaçao où la compagnie américaine Shell avait créé une première raffinerie dès 1918, puis vers Aruba (implantation de Lago Oil and Transport Company en 1929). Les femmes accompagnèrent le mouvement, s’engageant souvent comme domestiques (graphique 1). Le début des années 1950 marque le paroxysme de ce phénomène d’émigration côté hollandais alors que l’hémorragie fut moins nette du côté français : en 1961, on comptait 4 502 habitants à Saint-Martin contre 2 928 à Sint Maarten. Lorsque la mécanisation gagna les sites pétroliers, de nombreux Sint Maartiners furent débauchés et retournèrent dans leur île au cours de la décennie si bien que, dès 1967, les deux parties de l’île avaient des populations sensiblement identiques avec environ 5 000 habitants de part et d’autre de la frontière (voir graphiques 2 et 3).

9Une nouvelle période s’ouvrit alors, caractérisée par la stagnation de la partie française et le dynamisme de la partie hollandaise. La crise de l’industrie sucrière entraîna en effet une période de marasme économique et les Saint-Martinois se mirent à leur tour à émigrer vers la Guadeloupe mais aussi vers la République Dominicaine, Miami ou les autres îles de la Fédération des Antilles Néerlandaises. Le doublement de la population hollandaise dans les années 1970 s’explique par les débuts de l’activité touristique, déterminante pour le destin de l’île. L’aéroport de Princess Juliana, financé par les États-Unis, avait été inauguré en 1943. Liés aux États-Unis par la Seconde Guerre mondiale et par la langue, les habitants de l’île le furent aussi peu à peu par le tourisme. Si le premier hôtel de l’île fut construit en 1937 côté français (« Beau Séjour »), c’est la partie hollandaise qui saisit la chance que représentait le développement du tourisme dans l’aire caribéenne et la proximité géographique des États-Unis, l’île étant à 2h30 de Miami et 3h15 de New York. On peut dresser « la stratigraphie d’un paradis touristique » en évoquant les trois étapes successives du développement touristique de Saint-Martin (Chardon, Hartog, 1995, pp.24-28) : tout d’abord, dans les années 1960, de riches Américains achetèrent des résidences secondaires dans la zone des Terres Basses et quelques hôtels de luxe furent construits dans la partie hollandaise (Hôtel Sea View dès 1947, Little Bay Hôtel en 1955, etc.). La décennie suivante a été marquée par la construction de gros complexes dans la partie hollandaise alors que la partie française restait en recul faute d’investisseurs. Cette phase correspond à la dilution progressive du produit originel de luxe dans la « banale balnéarité de masse » (idem, p.23), pour une clientèle presque exclusivement américaine en haute saison et européenne moins fortunée en basse saison. La fréquentation assidue de l’île par des ressortissants américains depuis plus de cinquante ans a provoqué une américanisation des modes de vie, notamment du côté hollandais (Redon, 2006, p.247-250). La dernière étape est celle de l’accélération de la croissance des années 1980 et du renouveau économique et démographique de la partie française insufflé par la Loi Pons.

 I.3 La Loi Pons : une révolution démographique silencieuse

10On peut parler de « révolution touristique et résidentielle » à Saint-Martin dès le tournant des années 1980 (Sanguin, 1982, pp.128-131), en raison du développement déjà important et exclusif de l’activité touristique sur l’île. Mais le phénomène se transformera en un bouleversement démographique et social au milieu de la décennie à cause de la Loi Pons de défiscalisation de juillet 19864 (Marie, 1991, p.2) ; elle a provoqué un rééquilibrage de l’attractivité touristique au profit de la partie française au point qu’en une décennie, le nombre de chambres a été multiplié par huit côté français et par deux seulement côté hollandais (Chardon, Hartog 1995, p.25). La frénésie de construction qui s’en est suivie a créé un appel croissant de main-d’œuvre et un afflux massif de population du côté français (graphique 3). Ces chiffres sont ceux des statistiques officielles mais ne tiennent ou ne veulent pas tenir compte de l’importance du travail clandestin, le « job », de l’emploi d’étrangers sans titre, de la pratique de fausses sous-traitances (surtout celle impliquant des sociétés européennes). Toute la panoplie des infractions à la législation du travail est observable à Saint-Martin. « Pour apprécier l’ampleur du phénomène, il suffit d’observer que l’ensemble des entreprises officiellement recensées à Saint-Martin ont déclaré avoir créé (de 1985 à 1991)… 400 emplois, dont 100 dans le B.T.P ». Cet indicateur ne permet donc pas de mesurer la part qui revient à l’emploi des étrangers sans titre dans l’énorme création de richesses à Saint-Martin durant ces mêmes années (Marie, 1991, p.2). Le travail au noir sévissait à ce point sur l’île que le procureur de Basse-Terre (Guadeloupe) pouvait juger la situation de l'île d’ « esclavagiste » (GITSI, 1996). 

11Le contexte illégal, clandestin et informel de l’activité économique de l’île et de sa situation démographique et sociale, empêche de donner des chiffres exacts mais il est indéniable que la proportion des étrangers y a dépassé la moitié de la population : évalué à 1 886 en 1982 (soit 24 % de la population totale), leur nombre est passé à 4 226 en 1986 pour atteindre 15 582 en 1990, soit 55 % de la population de Saint-Martin et ils représenteraient 60 % de la population active (Marie, 1991, p.2). Mais l’euphorie économique engendrée par la défiscalisation s’est essoufflée dès 1990, quand la phase de forte expansion est arrivée à son terme avec la quasi-saturation des besoins en équipements hôteliers. La main-d’oeuvre massivement arrivée sur l’île devenue superflue, « on les éloigne sans les licencier puisque, pour la plupart, on ne les a jamais embauchés » (GITSI, 1996).

12Depuis la deuxième moitié du XXè siècle, Saint Martin est particulièrement attractive pour son environnement caribéen, non seulement parce que son niveau de vie global se rapproche de celui de l’Europe à laquelle elle est liée, mais aussi parce que si un côté n’est pas très attractif, l’autre l’est. L’île représente donc un Eldorado caribéen dont l’attractivité se maintien de façon quasi continue par l’alternance de cycles dynamiques de part et d’autre de la frontière ; en cela, la partition de l’île joue sur le fait migratoire. Mais outre cette alternance qui maintient une attractivité insulaire constante, la juxtaposition de deux systèmes juridiques facilite également l’entrée dans l’île.

Graphique 1

Graphique 1

source : Hartog, 1982, p.132

Graphique 2

Graphique 2

source : INSEE / CBS

Graphique 3

Graphique 3

source : INSEE / CBS

II. Un contrôle des migrations complexifié par la présence de la frontière

II.1 Des immigrés d’origines diverses

13D’après la préfecture de la Guadeloupe, en 2003, le nombre d’étrangers5 titulaires d’un titre de séjour, incluant les enfants déclarés, est d’environ 27 000 pour l’ensemble de l'archipel, soit 6 % de la population de la Guadeloupe. Saint-Martin se distingue très nettement puisque 44 % des immigrés installés dans le département vivent dans cette commune des îles du Nord dont ils constituaient plus de la moitié de la population en 1990 contre seulement 32 % en 1999 et 34 % en 2005 (INSEE, 2006, p.8). La pression démographique est une réalité incontournable pour les deux parties de cette petite île dont la partition a une incidence sur l’origine des immigrés.

14Si les nationalités les plus représentées restent les mêmes, on assiste une diversification de l’origine des immigrés. Entre fin 2003 et le printemps 2005, par exemple, 1 562 étrangers supplémentaires ont été enregistrés par le service des étrangers de la sous-préfecture de Saint-Martin, pour un total de 13 896 étrangers présents, de 117 nationalités différentes6. L’origine des immigrés de Saint-Martin est bien plus diversifiée qu’en Guadeloupe. On y retrouve la même principale composante venant d’Haïti mais en moindre proportion à Saint-Martin. Les natifs de la Dominique, plus éloignées géographiquement, sont aussi beaucoup moins nombreux. En revanche, les immigrés originaires de la République Dominicaine et des autres pays de la Caraïbe sont nettement plus représentés, notamment les natifs des Antilles néerlandaises ce qui s’explique par l’histoire de l’île. Parmi les autres nationalités les plus représentées, on trouve les citoyens de Saint-Kitts (294 dont 148 sans titre de séjour en 2005), de Sainte-Lucie (311 dont 223 sans titre de séjour), d’Inde (220 dont 103 sans titre de séjour) ou du Guyana (215 dont 154 sans titre de séjour)7.

15Outre les nationalités déjà citées (graphique 4), le monde entier semble s’être donné rendez-vous à Saint-Martin. La liste officielle des étrangers enregistrés à la sous-préfecture de Marigot s’apparente à une énumération à la Prévert : on trouve 83 Chinois, 25 personnes originaires d’Afrique du Sud, 11 Argentins, 14 Autrichiens, 3 Ghanéens, 4 Hongrois, 14 Irlandais, 3 Japonais, 2 Jordaniens, 2 Malaisiens, 2 Lituaniens, 5 Mexicains, 10 Péruviens, 4 Philippins, 2 Roumains, 2 Russes, 4 Macédoniens, 2 Thaïlandais, 2 Turcs, 5 Yougoslaves. D’autres nations ne sont représentées que par un seul ressortissant, comme les Bahamas, le Bangladesh, le Bénin, la Birmanie, la Bolivie, le Burkina, le Burundi, le Cambodge, le Cap Vert, le Congo, la Croatie, l’Égypte, le Kenya, la Namibie, le Népal, la Norvège, le Paraguay, le Sénégal, les Seychelles ou le Zaïre.

16La situation semble comparable du côté hollandais. Lors du recensement des Antilles Néerlandaises effectué en 2001, la population totale de Sint-Maarten était de 30 594 habitants dont 49,5 % d’étrangers (graphique 4) ; en 2006, elle était estimée à 36 165 habitants8.

Graphique 4 Saint-Martin, des immigrés d’origines variées et différenciées de part et d’autre de la frontière source : INSEE, 1999

Graphique 4 Saint-Martin, des immigrés d’origines variées et différenciées de part et d’autre de la frontière source : INSEE, 1999

source : Central Bureau of Statistics Netherlands Antilles, recensement 2001

17Les données du graphique 4 permettent une comparaison toute relative : les années de recensement ne sont pas les mêmes, les critères utilisés par les instituts d’études démographiques différents. Considérons qu’il s’agit simplement d’ordres de grandeur qui soulignent de grandes tendances. Il apparaît que le contingent de population étrangère le plus important du côté hollandais est celui des Dominicains ; viennent ensuite les Haïtiens, dans des proportions relativement comparables, puis les Jamaïcains deux fois moins nombreux. Côté français, en revanche, les immigrés haïtiens étaient en large majorité, les convergences linguistiques, l’héritage historique et surtout le plus grand nombre d’emplois expliquant sans doute que les Haïtiens préfèrent se rendre du côté français et les Jamaïcains côté hollandais.

18D’après l’analyse de Cédric Audebert, les immigrés caribéens de Saint-Martin « apportent une contribution spécifique au dynamisme économique de l’île selon leur nationalité, chaque communauté d’immigrés se spécialisant dans une ou deux activités stratégiques » (Audebert, 2003, p.31). Par exemple, les Haïtiens travaillent surtout, légalement ou non, dans la construction et dans divers services aux particuliers alors que les Dominicains sont très présents dans les services (mécanique, restauration, salons de coiffure, employés de casinos). La population immigrée est majoritairement féminine à Saint-Martin avec près de 60 % de femmes (INSEE, 2006, pp.8-9). Dans la partie hollandaise, où la prostitution est légale, la proportion de femmes dominicaines entre 15 et 64 ans est bien supérieure à celle des hommes (1 616 pour 1 047), de même que pour les Jamaïcains (760 femmes pour 500 hommes) et les Colombiens. Ce dernier point souligne le différentiel législatif existant entre les deux parties de l’île, différentiel qui facilite le trafic de clandestins.

II.2 Une immigration clandestine favorisée par la partition

19Les chiffres évoqués précédemment sont à relativiser car ne sont comptabilisées que les personnes inscrites auprès de la sous-préfecture, avec une visibilité légale minimale. Le nombre de clandestins est, par définition, impossible à donner avec précision. Ce trafic est très important sur l’île, doublement alimenté par une filière aérienne et une filière maritime9. La première utilise l’aéroport international de Princess Juliana. L’entrée à Sint Maarten y est facilitée par le fait que les ressortissants de certaines îles Antillaises les plus touchées par l’émigration (Haïti, Dominique) n’ont pas besoin de visa. Le projet de la plupart de ces clandestins est de gagner par bateau, les Iles Vierges, plus proches terres étasuniennes. Dès le sol américain atteint, ils sont engagés dans un processus, certes long, mais irréversible de naturalisation. Une filière consiste à utiliser des passeports volés à des ressortissants américains permettant ainsi à d’autres candidats à l’émigration, principalement haïtiens, d’arriver sans encombre sur l’île soit pour y rester, soit pour tenter de se rendre aux Iles Vierges. Une autre filière s’est développée plus récemment en provenance de la République populaire de Chine : les clandestins quittent la Chine pour Hong Kong, d’où ils se rendent aux Pays-Bas avant de rejoindre Sint-Maarten, puis les Iles Vierges. Il y aurait d’ailleurs sur l’île un nombre croissant de travailleurs clandestins chinois dont les papiers sont confisqués par les employeurs jusqu’au paiement du voyage, système classique par ailleurs.

20La voie maritime s’étend d’Antigua à la Dominique où l’entrée est légale puisque les ressortissants du CARICOM et les Dominicains sont exemptés de visa, moyennant une taxe de 20 à 30 dollars. De là, de petits navires clandestins amènent les passagers vers la Guadeloupe ou l’île de Saint-Martin. Venant de Chine, quelques bateaux se rendent au Surinam et, de là, à Saint-Martin, dans les conditions de transport indignes que l’on peut imaginer. Des opérations de reconduite à la frontière sont menées, concernant essentiellement des ressortissants haïtiens et dominicains (un peu plus de 300 cas en 2004 côté français (environ 270 en 2003) contre 1 130 côté hollandais. Déjà en 1995, suite au passage du cyclone Luis, le préfet de Guadeloupe avait lancé une opération à l’encontre des Haïtiens : d’une part, une « prime au retour » fut offerte aux résidents officiels, sans grands succès et, d’autre part, des milliers de clandestins furent expulser. Cela afin de diminuer le nombre de personnes à indemniser .

21En novembre 2006, par exemple, trois femmes travaillant pour le Bureau de l’Immigration de Sint Maarten, à l’aéroport de Princess Juliana, ont été interpellées pour avoir facilité l’entrée de drogue et de clandestins, chinois notamment, sur le territoire. D’après le rapport de police, il semblerait que des bateaux transportaient de la drogue et/ou des clandestins jusqu’à l’île de Saint-Eustache d'où il était facile de rejoindre le territoire de Sint Maarten par avion lorsque les complices étaient de service à l’aéroport. Un homme d’affaire chinois et un français saint-martinois travaillant en partie hollandaise seraient également impliqués dans cette affaire.10

22La partition de l’île a donc une incidence sur la répartition des immigrés, clandestins ou non, avec une plus forte attractivité de la partie française pour les Haïtiens et de la partie néerlandaise pour les anglophones. Elle favorise surtout nettement l’ampleur des flux migratoires en facilitant les passages clandestins dans les interstices juridiques. Il faut toutefois noter que ce phénomène de migration clandestine n’est pas propre à Saint-Martin mais touche l’ensemble de l’archipel guadeloupéen. Une proposition a récemment été faite à l’Assemblée nationale pour la mise en place d’une commission d’enquête à ce sujet11. L’exposé des motifs indiquait que les affaires d’immigration clandestine qui se multiplient « mettent en évidence, non pas la recrudescence de l’immigration clandestine qui, on le sait, est importante dans nos îles, mais l’existence probable de réseaux organisés qui instrumentalisent la détresse de populations fragilisées par les dures conditions de vie qu’elles connaissent dans leurs pays respectifs, pour s’enrichir allègrement. »

II.3 Un partage des tâches de part et d’autre de la frontière

23Le paradoxe de cette partition légale, politique et sociale que rien ne vient matériellement appuyer, soumet par ailleurs les services publics des deux territoires à une pression démographique amplifiée ces dernières années. Dans un tel contexte, l’éducation est un enjeu aussi sensible que complexe. Côté français, comme en métropole, l’école est obligatoire pour tous les enfants présents sur le territoire. Mais comment faire face en si peu de temps à une demande aussi forte et protéiforme ? À titre d’exemple, le nombre de classes maternelles se limitait à 50 en 2004 alors qu’un rapport du Sénat faisait état du besoin de 40 nouvelles classes avant cinq ans. Dans le secondaire, les capacités d’accueil du lycée sont largement dépassées si bien que la construction d’un nouvel établissement est envisagée (Rapport du Sénat, 2005). Ce trop plein provoque un succès croissant d'un enseignement privé réservé à ceux qui en ont les moyens. De plus, le côté hollandais offre peu d’établissements publics de qualité, une majorité étant privés et onéreux : les parents essaient donc d’inscrire leurs enfants en partie française pour qu’ils bénéficient d’un enseignement correct à moindres frais.

24La question de l’enseignement est indissociable de celle de la langue dans cette île de Babel. « Dans la partie française comme dans la partie néerlandaise de Saint-Martin, la majorité des insulaires parle une variété d’anglais caribéen comme langue maternelle ; ce n'est pas l’anglais standard, ni l’anglo-américain, ni le «Black English», mais un anglais saint-martinois (en anglais: West Indian English). Á Saint-Martin même, cet anglais est parfois qualifié de patois ou d'English patois, d’anglais-pays et de broken English. » (Leclerc, 2006) Du côté hollandais, l’enseignement se fait d’abord en Anglais puis en Néerlandais comme seconde langue alors que du côté français, on utilise le français, l’anglais ne venant qu’en deuxième position, ce qui est à l’inverse de la pratique quotidienne de la population de l’île. Il existe donc une forte demande d’enseignement de l’anglais, même si, toujours d’après l’analyse institutionnelle, le choix d’enseigner en français également aux enfants venant de la partie néerlandaise est propice au développement de la francophonie sur l’île. Ce jonglage linguistique semble difficile à gérer au quotidien dans les classes où l’on trouve aussi beaucoup de nouveaux venus ne parlant que le créole haïtien ou l’espagnol.

25On retrouve les mêmes difficultés dans le système de santé : l’hôpital de Saint-Martin souffre d’un déficit chronique, « du fait de l'insolvabilité d'une partie importante de ses patients qui, conformément à la loi française, y sont soignés gratuitement même s'ils ne sont pas affiliés à la sécurité sociale. […] L’afflux de patients est d’autant plus important que l’hôpital situé sur la partie néerlandaise de l’île suit une politique inverse, en refusant les soins aux personnes dépourvues de couverture sociale » (Rapport du Sénat, 2005). Un exemple caractéristique des difficultés liées à la spécificité du partage de l’île est donné par la prévention du VIH. Ainsi, le Plan régional de santé publique de Guadeloupe comporte un programme de lutte contre le virus du SIDA12 ; un de ses volets est consacré à la « problématique particulière de Saint Martin » (pp. 14-15). Il explique qu’une majorité d’immigrés vient d’Haïti où la prévalence du VIH reste élevée, en dépit d’un infléchissement ces dernières années. Le phénomène migratoire touchant de jeunes personnes, la proportion des mineurs porteurs du VIH ou atteints indirectement par le SIDA y est très importante. Parmi les patients traités à Saint-Martin, la moitié sont des étrangers dont, 58 % de femmes. Autre difficulté majeure : 25 % des patients n’ont aucune couverture sociale, ce qui est, indirectement, lié au partage de l’île. « La séparation de l’île en deux parties favorise la clandestinité. Les patients ont des difficultés à faire reconnaître leur situation de résident, de nombreux bailleurs refusant de leur délivrer les attestations de loyer. Cette situation retarde l’instruction des demandes initiales de prise en charge sociale des malades étrangers et leur renouvellement. Le Centre hospitalier de Saint Martin supporte les frais de prise en charge. Son budget s’en trouve lourdement grevé» (p15). La mortalité périnatale est également révélatrice de ces dysfonctionnements à Saint-Martin : 864 accouchements ont été enregistrés en 2003 dans la partie française de l’île, contre 600 en partie hollandaise. Près de 40 % des femmes accouchées à l’hôpital de Saint-Martin n’avaient pas de couverture sociale. Le taux de mortalité périnatale s’élevait à 29 pour mille, soit environ le double de la moyenne observée en Guadeloupe, 60 % des décès concernant les enfants des femmes dont la grossesse n’a pas été suivie (Rapport du Sénat, 2005).

26Ceux ne sont là que des symptômes parmi d’autres du « fragile équilibre d’une île-carrefour » (Nicolas, 2005). Face à la rapidité et à l’ampleur du phénomène migratoire, les réactions des insulaires se font de plus en plus vives.

 II.4 Le trouble identitaire

« Grand-père, s’il te plait, raconte-moi

Ton Saint-Martin d’autrefois lorsqu’à

Mon âge, il n’appartenait qu’à toi. »

- Fleming, S. Mélodie du Temps, 1994

27Au début des années 1980, Yves Monnier évoquait déjà « les reflets ethnoculturels d’une construction progressive » en décrivant une « population disparate » en trois strates : un « fond ancien » formé par les « Petits Blancs », premiers colons européens de l’île aux origines diverses, une « trame médiane » représentée par le peuplement noir issu de l’esclavage, et une « couche actuelle », se composant de Métropolitains, de Guadeloupéens, de ressortissants noirs des Antilles anglophones, d’Haïti, de République dominicaine, sans oublier la présence de quelques riches Américains en villégiature (Monnier, 1983, pp. 54-57). Depuis une vingtaine d’années, cette dernière strate prend une importance croissante sur l’île si bien que de nombreux Saint-Martinois « de souche » se sentent démunis face à ce qu’ils considèrent comme une véritable invasion.

28Ce « malaise identitaire de la population autochtone » suscite une réaction de rejet envers certains étrangers, assortie d’un ressentiment vis-à-vis des métropolitains et un sentiment nostalgique envers le Saint-Martin d’antan (Nicolas, pp.170-179) mais pose aussi la question du devenir de la communauté. La peur de l’avenir dans ce contexte troublé est perceptible dans cet extrait du Manifeste Saint-martinois du 23 octobre 200113 :

29Les principales spécificités qui font de Saint-Martin une « commune spéciale » du département de la Guadeloupe peuvent être recensées comme suit :

  • la bi nationalité de l'île (France - Antilles Néerlandaises) ;

  • le Traité de partage en date du 23 mars 1648 fixant une frontière terrestre (symbolique) créant une copropriété des commodités nécessaires pour subvenir à la survie des habitants et instituant la libre circulation des biens et des personnes ;

  • la coexistence nécessairement solidaire avec ses voisins, quoique relevant de souverainetés nationales différentes ;

  • la culture anglo-saxonne de sa population dont la langue maternelle est l'anglais ;

  • l'explosion démographique liée à un flux migratoire non maîtrisé entraînant la remise en cause de l'identité saint-martinoise ;

  • le rôle essentiel du Dollar dans l'économie de l'île ;

  • la fragilité de sa monoculture touristique ;

  • l'éloignement des centres de décision départementaux et régionaux malgré la création récente d'une multiplicité de services administratifs sans pouvoirs.

    Le conseil municipal de Saint-Martin, sous l’égide du maire Albert Fleming, a adopté ce Manifeste, et en a fait le point de départ de la demande de transformation statutaire du territoire en collectivité d’outre-mer. Il y est clairement question de la menace que fait peser le phénomène migratoire sur l’identité insulaire, comprise comme un héritage binational de culture anglo-saxonne. On retrouve en effet le même trouble identitaire à Sint-Maarten, en témoigne ce compte rendu d’une conférence au titre évocateur « Qui est Saint-Martinois ? » qui s’est tenue à Philisburg (centre John Larmonie) en septembre 200614 :

30Après avoir donné sa définition de la Culture et de ses objectifs, le public poursuit le débat, et une jeune femme née à la Dominique mais qui a grandi à Saint-Martin, explique son cas : « Saint-Martin c’est chez moi, je suis une Saint-Martinoise », conclut-elle. Mais des personnes de l’assistance estiment que le fait de grandir à Saint-Martin ne fait pas de cette jeune femme une Saint-Martinoise. Certains ajoutent qu’être né à Saint-Martin n’est pas un critère pour prétendre être Saint-Martinois, alors que Alwyn Bully pense le contraire, et demande alors au public qu’est ce qu’être Saint-Martinois pour vous. Une femme répond: « il faut déjà l’être depuis trois ou quatre générations ».

31M. Bully, spécialiste de la culture caribéenne et membre de l’UNESCO, a expliqué que peuvent être Saint-Martinois les personnes qui le souhaitent réellement, celles qui sont nées à Saint-Martin, ou celles qui sont naturalisées, avant d’ajouter : « dans le même temps, le Saint-Martinois se doit de :

  • prendre ses responsabilités dans le cadre du développement humain, régional et national ;

  • comprendre la nature de la société saint-martinoise ;

  • avoir la connaissance de l’Histoire et de la Culture saint-martinoise, se reconnaître en tant que Saint-Martinois ;

  • comprendre et parler la langue de Saint-Martin ;

  • reconnaître que chacun a un rôle à jouer dans la diversité de la culture saint-martinoise, être tolérant, respecter l’autre et vouloir la paix entre les communautés ;

  • comprendre et apprécier les valeurs saint-martinoises ».

32On met là en avant une forme d’ethos saint-martinois qui dépasserait le simple droit du sol, l’essentiel étant l’adhésion à un idéal de vivre ensemble qui fait écho à la conception de Renan pour qui « une nation est un principe spirituel, résultant des complications profondes de l'histoire, une famille spirituelle, non un groupe déterminé par la configuration du sol » (Renan, 1882). Le bouleversement démographique et social induit par l’arrivée massive de populations allochtones provoque les mêmes interrogations et les mêmes craintes de part et d’autre de la frontière. Il rend aussi pressant le besoin d’un nouveau positionnement des deux parties de l’île par rapport à leur métropole respective.

III. Une meilleure coopération transfrontalière

III.1 La lutte contre l’immigration clandestine

33« Il est clair que la situation géographique de Saint-Martin ne facilite guère la régulation des entrées sur un territoire où tout un chacun peut tirer quelques sous de la culture généralisée de l'anarchie […] outre sa qualité de fraction de département français au centre des Antilles et le différentiel positif de niveau économique que ce statut lui confère, Saint-Martin cohabite avec St Maarten, la partie de l’île incluse dans les Antilles néerlandaises. Entre les deux territoires, la frontière est une fiction qui incite sans doute beaucoup d’étrangers à vivre d’un côté et à travailler de l’autre selon les fluctuations des offres d’emplois et de la répression de la clandestinité » (GITSI, 1996) Les divergences entre les deux parties de l'île en matière de visas favorisent effectivement une immigration clandestine importante, nous l’avons vu.

34Conscientes de cette difficulté, les parties en présence ont signé une convention en 1994, pour initier une coopération policière opérationnelle entre les services de l’immigration français et néerlandais, mais le texte n’a pas encore été ratifié par le Parlement de La Haye en raison d’un désaccord entre les Antilles néerlandaises et le royaume des Pays-Bas. L’exposé des motifs de cet accord stipulait la nécessité de tenir compte de la libre circulation hors de tout contrôle qui s’est établie entre les deux parties de l’île. Cette libre circulation insulaire, déjà inscrite dans le Traité de 1648, n’est plus en adéquation avec un contexte de migration croissante. Le premier article de ce très court texte affirmait « l’engagement des Parties à coopérer dans le but de garantir l’efficacité du contrôle de l’entrée et du séjour des étrangers à Saint-Martin » ; le troisième établissait « le principe d’un contrôle conjoint des personnes désirant entrer sur le territoire de l’île » (Assemblée Nationale, projet de loi n°1889, 1995).

35Voilà donc plus de dix ans que la convention a localement été signée mais que sa mise en application est bloquée au niveau national. Une négociation est en cours pour conclure un nouvel accord de coopération qui se substituerait à celui de 1994 (Rapport du Sénat, 2005). Ce blocage est révélateur de la problématique de l’échelle de prise de décision sur lequel les autorités locales ne se sentent que trop peu de prise : la clé du verrou frontalier serait-elle à Bruxelles ?

III.2 Un enjeu européen ?

36La situation est encore complexifiée par l’appartenance des deux territoires à l’Union Européenne, mais selon des modalités distinctes. Saint-Martin était jusqu’à 2007 une commune de la Guadeloupe, elle-même à la fois région et département français. Or, la France métropolitaine et toutes les régions françaises, y compris les régions d’outre-mer, classées Régions Ultra Périphériques (RUP), appartiennent intégralement à l’Union européenne. En revanche, Sint-Maarten, qui dépend des Antilles néerlandaises, fait partie des Pays et Territoires d’Outre-Mer (PTOM). Ces territoires jouissent d’une relation spéciale avec un des États membres de l’Union européenne. Ils ont été associés à la CEE dès ses débuts et le traité de Rome de 1957 accordait le statut « d’associé » à ces pays ou territoires. Contrairement aux RUP, les PTOM ne font pas partie du territoire communautaire européen. Toutefois, leurs ressortissants ont la nationalité des États membres dont ils relèvent (le Danemark pour le Groenland, la France15 les Pays-Bas et le Royaume-Uni aux Antilles) et ils ne constituent pas des États indépendants (contrairement aux États ACP). En conséquence, le droit dérivé communautaire ne s’applique pas directement aux PTOM et le Conseil de l’Europe doit arrêter spécifiquement les règles qui s’appliquent aux PTOM. En revanche, les éléments relatifs aux individus concernant l’ensemble des citoyens de l’Union européenne (notamment la citoyenneté de l’Union européenne et les droits de l’homme) s'appliquent également aux ressortissants des PTOM qui ont la pleine nationalité de l'un des États membres. Il en résulte qu’il est plus simple pour un Hollandais de venir travailler du côté français puisque ce territoire fait partie de l’espace Schengen, que du côté hollandais.

37L’asymétrie des relations bilatérales est donc encore accentuée par l’intensité de la relation avec l’Union européenne. C’est une des raisons qui a conduit les Iles-du-Nord sur la voie de l’évolution statutaire : Saint-Martin et Saint-Barthélemy se sont détachés du statut de DOM pour devenir des Collectivités d’Outre-Mer (COM), ce qui leur permettra d’avoir une plus grande liberté d’action, fiscale notamment, et dans les échanges avec Sint Maarten. Lors du référendum du 7 décembre 2003, avec un taux de participation de plus de 44 %, les ¾ des suffrages exprimés (76,17 %) se sont prononcés en faveur de l’évolution statutaire de la commune en collectivité d'outre-mer16. La loi organique créant la nouvelle collectivité a été adoptée par le Parlement le 21 février 2007 et est entrée en vigueur dans le second semestre de 2007 (Gay, 2007). Saint-Martin pourrait alors devenir, un PTOM et se situer sur le même plan que Sint-Maarten.

38Conclusion

39Si d’autres facteurs entrent en jeu, la partition de Saint-Martin est indéniablement une des causes de son attractivité. L’alternance de cycles de dynamisme économique de part et d’autre de la frontière entretient un marché de l’emploi globalement favorable : l’ensemble de l’île est un pôle migratoire. En outre, le différentiel législatif entre ses deux parties la rend plus poreuse aux flux illégaux et en fait une plaque tournante du trafic de clandestins, mais aussi de drogue ou de contrefaçons.

40Mais le cas de Saint-Martin soulève aussi des questions qui font échos à la construction européenne. « Ici, nous avons fait l’Europe avant l’Europe » s’amusent à répéter certains insulaires dont les États de rattachement furent parmi les six signataires du Traité de Rome en 1957, alors que l’île pratiquait la libre circulation des hommes et des marchandises depuis le XVIIe siècle. Mais précurseur des avantages, ne peut-on y voir aussi une réplique en réduction des écueils inhérents à cette liberté ? Comment faciliter les échanges en les contrôlant ? Comment ouvrir sans perdre le contrôle ? Comment favoriser l’homogénéisation des règles en gardant des spécificités qui font précisément l’intérêt des échanges ? Autant de difficultés auxquelles les autorités locales entendent apporter des solutions locales, tout en restant liées aux métropoles européennes. L’équilibre indispensable au vivre ensemble saint-martinois ne réside pas tant dans le face à face insulaire que dans la nécessaire gestion des flux de population qui convergent vers l’île.

41La spectaculaire croissance démographique des vingt dernières années agit comme un révélateur de la fragilité de l’équilibre insulaire : 8 000 habitants ne peuvent vivre sur 90 km² selon les mêmes règles que presque dix fois plus. La partition de l’île induit ainsi une attractivité qui induit à son tour une nouvelle modalité de partage insulaire.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Audebert C. 2003. Saint-Martin, un pôle d’attraction migratoire dans la Caraïbe : contexte, logiques et insertion économique, Ecologie et progrès n°3, p. 24-34.

Bonnemaison J. 1991. Vivre dans l’île : une approche de l’îléité océanienne, L’Espace géographique, n° 2, p. 119-125.

Brunet R.(dir). 1993. Les mots de la géographie. Paris/Montpellier : Reclus, la Documentation française, 518 p.

Cazenave J. 1992. Cap sur les Iles-du-Nord de la Guadeloupe : l’explosion de Saint-Martin, AntianEco, n°17, 3 p.

Consultable sur http://www.insee.fr/fr/insee_regions/guadeloupe/publi/AE17.html

Chardon J.P., Hartog T. 1995. Saint-Martin ou l’implacable logique touristique, Cahiers d’Outre-mer, n°189, p. 21-34.

Domenach H. 1986. Les migrations intra-caribéennes, Revue Européenne des Migrations Internationales, Vol. 2, n°2, p. 9-24.

Gay J.C. 2007. Deux nouvelles collectivités d’outre-mer: Saint-Martin et Saint-Barthélemy, Mappemonde, juin 2007.

Consultable sur http://mappemonde.mgm.fr/actualites/Gay_new_coll.html

GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés). 1996 Des étrangers sans droits dans une France bananière. Rapport de mission en Guyane et à Saint-Martin du 2 au 12 décembre 1995.

Consultable sur http://www.gisti.org/doc/publications/1996/bananier/sommaire.html

Godard H., Hartog T. 2003. Le Bassin caraïbe : lac états-unien ou méditerranée américaine ?, Mappe Monde, n°72, p. 6-11.

Hartog J. 1981. History of Sint Maarten and Saint Martin. Philipsburg : The Sint Maarten Jaycees. POB. 176 p.

INSEE. 2006. Atlas des populations immigrées en Guadeloupe.

Consultable sur http://www.insee.fr/fr/insee_regions/guadeloupe/publi/atlas_immigres_ga.pdf

Labrousse A. (dir), 2000. Dictionnaire géopolitique des drogues. La drogue dans 134 pays. Productions, trafics, conflits, usages. Bruxelles : De Boeck. 745 p.

Lasserre G. 1978. La Guadeloupe. Une étude géographique. Bordeaux : édition Kolodziej. 1135 p.

Leclerc J. 2006. Saint-Martin, L'aménagement linguistique dans le monde, Québec : TLFQ, Université Laval.

Consultable sur http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/danemark.htm

Mangin C. 2006. Saint-Barth, confetti ou élément du village global ?, Mappemonde, n°4.

Consultable sur : [http://mappemonde.mgm.fr/num12/lieux/lieux06401.html]

Marie C.V. 1991. Travail illégal et immigration irrégulière dans les départements d’outre-mer : le cas saint-Martin. Rapport de mission pour le Ministère du travail. Non publié. 15 p. Consultable sur www.gisti.org/doc/publications/1996/bananier/saint-martin/rapport-marie.pdf

Martinez P. 1994. Langues et société aux Antilles : Saint-Martin. Paris : Maisonneuve et Larose. 223 p.

Monnier Y. 1983. L’immuable et le changeant. Etude de la partie française de Saint-Martin, Iles et archipels. Bordeaux : CRET Bordeaux III et CEGET CNRS. 125 p.

Nicolas T. 2005. Le fragile équilibre d'une île-carrefour : Saint-Martin, Les dynamiques contemporaines des îles-relais : de l'île escale aux réseaux insulaires. Paris : Karthala. p. 163-180.

Plan Régional de Santé Publique. 2005. Programme 2005-2008 de lutte contre le virus immuno-déficience humaine et le sida. 52 p.

Consultable sur : [http://www.guadeloupe.pref.gouv.fr/fichiers/planvih.pdf]

Sénat. 2005 L'avenir statutaire de Saint-barthélemy et Saint-Martin : le choix de la responsabilité. Rapport d'information n° 329.

Consultable sur www.senat.fr/rap/r04-329/r04-329.html

Raspail J. 1973. Secouons le cocotier. Paris : Robert Laffont, 360 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Redon M. 2006. Saint Martin / Sint Maarten : une petite île divisée pour de grands enjeux, Cahiers d’outre-mer n°234, p. 233-265
DOI : 10.4000/com.73

Saffache P. 2003. Saint-Martin et Saint-Barthélémy : état des milieux littoraux et recommandations pour une gestion durable, Ecologie et progrès n°3, p. 50-63.

Sanguin A.L. 1983. Saint-Martin, les mutations d’une île franco-néerlandaise des Antilles, Cahiers d’Outre-mer n°138, p. 123-140

Sekou L., Arrindel R. 1996. National Symbols of St Martin. St Martin. Caribbean : House of Nehesi Publishers. 154 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Taglioni F. 2005. Les revendications séparatistes et autonomistes au sein des États et territoires mono et multi-insulaires. Essai de typologie, Cahiers de géographie du Québec, n°136, p. 5-18.
DOI : 10.7202/012106ar

Haut de page

Notes

1 Les sources pour les données démographiques sont l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) pour Saint-Martin http://www.insee.fr/fr/home/home_page.asp et le Central Bureau of Statistics Netherlands Antilles (CBS) pour Sint Maarten http://www.cbs.an/.
2 Pour clarifier la lecture, nous désignerons par Saint-Martin l’ensemble de l’île, Sint Maarten sa partie hollandaise et Saint-Martin sa partie française.
3En préface d’un ouvrage qui recense les symboles de la nation saint-martinoise, on peut d’ailleurs lire : «The One People are the people of the island’s North and South, incorrectly called « Frenchside » and « Dutchside ». « Frenchside » and « Dutchside » are colonial codes and designations which claim St. Martin for the Republic of France and the Kingdom of The Netherlands, instead of for the island’s people. Indeed, the labour and love, blood and tears, hopes and dreams of the St. Martin people have given birth to a national consciousness. This consciousness is generating our unique destiny as a Caribbean nation. The One Nation is the indivisible people and land mass, keys, and islets of St. Martin.» (Sekou et Arrindel, 1996, préface).
4Loi ouvrant droit à une réduction d’impôt sur le revenu pour une durée de cinq ans dans le cas d’un investissement réalisé par un particulier et à une déduction du résultat imposable pour une durée de dix ans dans le cas d’un investissement réalisé par une entreprise, le tout sans procédure d’agrément ou de contrôle urbanistique.
5Rappelons qu’est considérée comme « étrangère, toute personne résidant en France qui n’a pas la nationalité française » ; la population étrangère est donc définie en fonction du seul critère de nationalité. Un étranger n’est pas nécessairement un immigré, il peut être né en France. Est considérée comme « immigrée toue personne née étrangère à l’étranger qui réside en France », le critère est donc à la fois de nationalité et de lieu de naissance. Un immigré n’est pas forcément étranger, il peut avoir acquis la nationalité française. La qualité d’immigré est liée à la situation au moment de sa naissance, alors que la nationalité peut changer. www.insee.fr/
6Entretien avec le sous-préfet, terrain juillet 2005 / Journal local « Le Pélican », 27 Juillet 2005
7idem
8Eerste Resultaten Arbeidskrachtenonderzoek Sint Maarten, Central Bureau of Statistics, 2005. Consultable sur le site internet : http://www.cbs.an/news.asp
9L’ensemble de ces données provident d’entretiens effectués auprès des services de douanes en juillet 2005.
10Article “Two immigration officers held in human trafficking probe” paru dans “The Daily Herald”, le 01/11/06 et consultable sur http://www.thedailyherald.com/news/daily/j142/Immig142.html
11Proposition de résolution n° 1993 de M. Éric Jalton tendant à la création d'une commission d'enquête relative à l'immigration clandestine dans l'archipel Guadeloupe, enregistrée le 16 décembre 2004. Consultable sur http://www.assemblee-nationale.fr/12/propositions/pion1993.asp
12Consultable sur http://www.guadeloupe.pref.gouv.fr/fichiers/planvih.pdf
13Texte consultable sur http://statut.sxm1.com/index.php?option=com_content&task=view&id=162&Itemid=35
14 Texte consultable sur http://malvasio-richard.blogspot.com/
15Les PTOM français sont la Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna, Territoires français du Sud et de l'Antarctique - TAAF, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon) ; les Antilles Néerlandaises forment le PTOM des Pays-Bas, mais elles sont divisées entre Bonaire, Curaçao, Saba, Saint-Eustache et Sint-Maarten. Elles incluaient Aruba jusqu'au 1er janvier 1986, date à laquelle l'île s'est détachée des Antilles néerlandaises pour constituer un gouvernement autonome au sein du Royaume des Pays-Bas.
16Sur cette question, voir le site très complet consacré à l’évolution statutaire de Saint-Martin :

http://statut.sxm1.com/

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Graphique 1
Légende source : Hartog, 1982, p.132
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/962/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 2
Légende source : INSEE / CBS
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/962/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 3
Légende source : INSEE / CBS
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/962/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 4 Saint-Martin, des immigrés d’origines variées et différenciées de part et d’autre de la frontière source : INSEE, 1999
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/962/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende source : Central Bureau of Statistics Netherlands Antilles, recensement 2001
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/962/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Redon, « Migrations et frontière : le cas de Saint-Martin », Études caribéennes [En ligne], 8 | Décembre 2007, mis en ligne le 11 juillet 2008, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/962  ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.962

Haut de page

Auteur

Marie Redon

Université Paris 1, Laboratoire PRODIG, mredon@yahoo.com

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page