Navigation – Plan du site

L’Asie insulaire, forte exportatrice de main-d’œuvre féminine possède-t-elle un système migratoire propre ? Les cas indonésien, philippin et sri-lankais

Laurence Husson

Résumés

L’Asie insulaire, forte exportatrice de main-d’œuvre féminine possède-t-elle un système migratoire propre ? Les cas indonésien, philippin et sri-lankais.
Les migrations de travail ont une longue tradition en Asie. Instaurées par les puissances coloniales européennes par le biais des contrats de travail, après l’abolition de l’esclavage, elles ont ainsi favorisé l’expansion de deux solides diasporas, l’une chinoise, l’autre indienne.
Ce vaste continent qui abrite désormais 60 % de la population mondiale et les deux tiers de la force de travail mondiale demeure, pour longtemps encore, une zone de très forte mobilité.
Trois pays, dont deux archipels et une île, les Philippines, l’Indonésie et le Sri Lanka, sont devenus, en l’espace d’une à trois décennies, les principaux exportateurs de main-d’œuvre à l’échelle mondiale. Ces politiques migratoires visent d’une part à réduire la pauvreté et le chômage et d’autre part à accroître les indispensables rentrées de devises par le biais des transferts financiers des migrants. La féminisation des flux migratoires est particulièrement marquée en Asie insulaire où la proportion de femmes avoisine les 70 % du total des migrants.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Indonésie, Philippines, Sri Lanka
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les migrations de travail, volontaires, ou forcées, encadrées ou spontanées, ont une longue tradition en Asie. Ce sont les puissances coloniales européennes qui les ont instaurées, après l’abolition de l’esclavage, par le biais des contrats de travail. Elles ont ainsi favorisé l’expansion de deux solides diasporas, l’une chinoise, l’autre indienne.

2Ce vaste continent qui abrite désormais 60 % de la population mondiale et les deux tiers de la force de travail mondiale demeure, pour longtemps encore, une zone de très forte mobilité. En Asie insulaire, région de carrefour entre la Chine et l’Inde, c’est, semble-t-il, la géographie en archipels et en péninsules, en « Méditerranée » et en détroits qui a favorisé les déplacements et les flux de toute nature.

3Trois pays, dont deux archipels et une île, les Philippines, l’Indonésie et le Sri Lanka, sont devenus, en l’espace d’une à trois décennies, les principaux exportateurs de main-d’œuvre à l’échelle mondiale. Autre record partagé par ces trois pays : les pourcentages très élevés de femmes parmi ces travailleurs migrants. Ce saisissant double constat motive cet article dans lequel nous analyserons les principaux facteurs expliquant cette exportation massive de travailleuses migrantes. Hania Zlotnik (2003) estime que les femmes représentent 47 % des migrants en Asie. Mais, au Sri Lanka, aux Philippines et en Indonésie la proportion passe à plus de 70 %. Les îles prédisposent-elles à de pareils exodes ? Pourquoi tant de femmes en partance pour l’étranger ? Au-delà d’un éventuel déterminisme géographique, de la nécessité de quitter une terre trop confinée pour gagner sa vie, il faut certainement voir la marque de politiques volontaristes qui ont contribué à la constitution d’un système migratoire peut-être spécifique à l’Asie insulaire. Précisons d’emblée que nous nous concentrerons davantage sur les Philippines et l’Indonésie, le cas du Sri Lanka n’étant évoqué qu’à titre de comparaison.

1. Un essor aussi récent que fulgurant

4L’essor des migrations asiatiques a plus ou moins suivi celui des migrations à l’échelle mondiale. En 1965, le monde comptait 75 millions de migrants internationaux ; vingt ans plus tard, ils étaient 105 millions et 175 millions en l’an 2000. C’est à partir des années 1980, quand le taux de croissance de la population mondiale déclina — 1,7 % par an — que celui de la migration internationale augmenta considérablement — 2,59 % par an (IOM, 2003).

5La Commission économique pour l’Asie et l’Extrême-Orient — ESCAFE­ — des Nations unies chargée de présenter la situation démographique de la région lors de la seconde conférence sur la population asiatique en 1972 n’avait pas traité des migrations internationales, attestant par là que cette question ne se posait pas encore pour la plupart des pays de la zone (Petit, 2000). Ce n’est qu’à partir de 1973, au moment où le prix du pétrole s’envole, que l’émigration de travailleurs originaires d’Asie du Sud, puis d’Asie du Sud-Est se développe vers les pays du Golfe. Les riches États de la péninsule Arabique font en effet appel aux travailleurs asiatiques, jugés plus dociles et meilleur marché, dans le bâtiment et les travaux publics. D’un à cinq millions entre 1975 et 1990, leur nombre passe à près de dix millions en 2000 en Arabie Saoudite, dans les Émirats arabes unis (EAU) et au Koweït.

6Le tableau ci-dessous illustre l’attraction que continuent d’exercer les pays du Golfe sur la main-d’œuvre asiatique.

Tableau 1. Estimation du nombre de travailleurs asiatiques dans la péninsule Arabique

Nationalité

Année

Nombre

Philippins

2003

1 471 849

Indonésiens

2000

425 000*

Sri Lankais

2003

900 000

* pour l’Arabie Saoudite seulement.

D’après Hugo, 2005 : 10

7Après 1980 toutefois, les migrations de travail sud-est asiatiques se diversifient. Les pays du Golfe continuent certes d’absorber une importante main-d’œuvre désormais majoritairement sud-est asiatique, notamment des femmes (philippines, sri lankaises et indonésiennes) pour pourvoir la demande accrue d’employées de maison et les besoins croissants en matière de services. Cependant, vers la moitié des années 80, une mobilité intra-asiatique se développe et s’intensifie rapidement. Le Japon, Taiwan, la Corée du Sud, la Malaisie, Singapour, Hong Kong et Brunei deviennent des destinations prisées et les flux se complexifient du fait que nombre de pays deviennent à la fois importateurs et exportateurs de main-d’œuvre (cf. Husson, 2000, 2004).

8La Guerre du Golfe (1990-1991) ainsi que la crise financière de 1997 ont provoqué des retours massifs, mais temporaires, de travailleurs migrants. Depuis, les flux ont repris de plus belle, ainsi que le montre le tableau ci-dessous pour les deux pays qui nous intéressent et qui ne prend en compte que les migrants officiellement déclarés.

Tableau 2. Flux annuel de migrants en règle philippins, indonésiens et sri lankais entre 1990 et 2002

Année

Indonésie

Philippines

Sri Lanka

1990

86 300

334 800

1991

149 800

486 300

1992

172 200

549 700

124 494

1993

160 000

550 900

129 076

1994

176 200

565 200

13 027

1995

120 900

488 600

172 462

1996

517 300

484 700

162 572

1997

235 300

559 200

150 269

1998

111 600

562 400

159 680

1999

427 600

640 300

179 114

2000

339 000

643 300

2001

661 600

D’après Battistella, G. & Maruja M.B. Asis, 2003 : 4 et SMC Atlas, 19 999

9Le tableau ci-dessous permet d’actualiser et de compléter ces données en précisant les destinations et fournit une estimation — l’une des plus basses jamais énoncées­ — du nombre de migrants non déclarés qu’il faut comptabiliser.

Tableau 3. Estimation du nombre de départs par an

Pays d’origine

Année

Nombre de départs annuels

Estimation du nombre de migrants clandestins

Destinations

Indonésie

2002

480 393

+50 000

EAU, Malaisie

Philippines

2002

265 000*

+25 000

Asie, OCDE, EAU

Sri Lanka

2003

192 000**

+16 000

EAU, Singapour

* Ce chiffre ne comprend que les nouveaux recrutements, et pas les prolongations de contrats.

** Le SLBFE (2004 : 1) a enregistré en 2003 un nombre supérieur de départs : 208 803.

(D’après ILO, 2006b)

10Stalker (2000) avançait que plus de 6,5 millions de travailleurs migrants asiatiques étaient présents fin 1997 au Japon, en Corée du Sud, en Malaisie, à Singapour, en Thaïlande, à Hong Kong ainsi qu’à Taiwan. Huguet (2003) estimait pour sa part qu’à la fin de l’an 2000 environ 5,5 millions de travailleurs étrangers résidaient dans un pays d’accueil d’Asie orientale (Est et Sud-Est). Ces deux estimations ne doivent pas, à mon sens, laisser croire que les effectifs de migrants asiatiques aient baissé en l’espace de trois ans, mais elles montrent bien que la mesure statistique des migrations dans cette région du monde n’est pas encore au point, étant donnée la complexité des flux.

2. Une féminisation croissante

11Un phénomène sans précédent dans l’histoire des migrations est à l’œuvre depuis les années 80, à savoir la participation massive de femmes dans les flux internationaux de travail. Les femmes, en tant qu’épouses, mères, filles ou sœurs de migrants masculins ont certes toujours plus ou moins pris part aux flux migratoires. Mais, depuis les années 1990, les femmes, munies ou non d’un contrat de travail, participent activement aux flux migratoires, en se rendant à l’étranger dans le but d’y gagner de l’argent et non plus de rejoindre ou d’accompagner un parent. Ces migrantes s’intègrent désormais pleinement au marché du travail du pays d’accueil. En 1990, les Nations unies estimaient à 57 millions le nombre de migrantes vivant en dehors de leur pays d’origine, soit 48 % des migrants à l’échelle mondiale. Selon le Bureau international du travail (BIT), en 1996, au moins 1,5 million de travailleuses asiatiques étaient employées en dehors de leur pays d’origine. Chaque année, environ 800 000 femmes asiatiques quittent leur pays pour un emploi sous contrat dans les EAU, à Singapour, à Hong Kong, à Taiwan, en Corée ou en Malaisie où elles résident au minimum deux ans (Lim & Oishi, 1996). Les migrations féminines de travail constituent désormais la majorité des flux de travailleurs migrants sous contrat. Les Philippines et l’Indonésie exportent en effet le plus grand nombre de travailleurs migrants d’Asie du Sud-Est et sont, de ce fait, les premiers exportateurs mondiaux de main-d’œuvre féminine. Les ressortissantes de ces deux archipels sont beaucoup plus nombreuses à se déplacer que leurs homologues masculins — elles représenteraient 60 à 70 % des flux officiels de la main-d’œuvre envoyée à l’étranger par ces deux pays. Dans le même but de promouvoir et de développer ses exportations de travailleurs et surtout de travailleuses, le Sri Lanka a créé un Bureau pour l’emploi à l’étranger en 1985 (SLBFE). Le nombre de Sri Lankaises parties sous contrat à l’étranger, en particulier en Arabie Saoudite, aux Émirats arabes unis et au Koweït n’a cessé d’augmenter, passant de 9 000 en 1988 à 42 000 en 1994 et à 115 000 en 1996 (ONU, 2003). Si le Sri Lanka a démarré plus tardivement que le Bangladesh, le Pakistan ou l’Inde ses envois d’aides ménagères dans les pays du Golfe, il reste le seul pays d’Asie du Sud à les poursuivre. La proportion est d’un migrant pour trois migrantes, dont plus de 60 % travaillent comme domestiques presque exclusivement dans un des sept États membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Tableau 4. Proportion de femmes placées sous contrat à l’étranger

Pays d’origine

Année

Nombre de migrants placés à l’étranger

Pourcentage de femmes

Indonésie

2003

651 938

72,5 %

Philippines

2003

293 674

72,8 %

Sri Lanka

2003

203 710

65,3 %

D’après Hugo, 2005 : 18

Tableau 5. Migration féminine en Asie — proportion de femmes en pour cent par rapport au nombre total de migrants par région

Région

1960

1970

1980

1990

2000

Asie du Sud

46,3

46,9

45,9

44,4

44,4

Asie de l’Est et du Sud-Est

46,1

47,6

47

48,5

50,1

Asie de l’Ouest

45,2

46,6

47,2

47,9

48,3

D’après Jolly, S. E. Bell & L. Narayanaswany. 2003 : 7

12Il faut souligner que les statistiques ne traitent évidemment que des migrations de travail officielles, légales vers l’étranger. Elles ne prennent pas en compte les personnes qui quittent leur pays pour suivre des études, faire du tourisme ou se marier, et qui finissent par travailler dans le pays visité, ni les personnes entrées illégalement, ni celles qui exercent un métier sans permis de travail. Il est donc probable que ces chiffres seraient beaucoup plus élevés si l’on pouvait comptabiliser toutes celles qui migrent clandestinement.

13Outre l’importance numérique de ces flux et leur visibilité, l’autre spécificité de ces migrations féminines en provenance d’Asie est la concentration disproportionnée des migrantes dans un nombre très limité d’emplois. En effet, les migrantes officiellement recensées occupent, dans une écrasante majorité, des emplois de domestiques, alors que, chez les clandestines, les emplois qui s’apparentent à de la prostitution prédominent.

14Les catégories d’emplois typiquement féminins à l’étranger renvoient à des stéréotypes sur le rôle des femmes : servantes, serveuses, prostituées ou infirmières — l’OMS signale que l’archipel philippin est le plus grand exportateur d’infirmières certifiées, et qu’environ 250 000 d’entre elles travaillent dans un pays de l’OCDE (Asian Migrations News, 1-15 mars 2001). Et les femmes asiatiques, traditionnellement perçues comme discrètes, dociles, douces paraissent aux yeux des employeurs, particulièrement indiquées pour ces emplois subalternes. Les migrantes sont, de fait, contraintes à un nombre limité de métiers, du fait d’une nette ségrégation sexuelle du marché international du travail et se concentrent dans les activités de service, les emplois de maison, et la large gamme des métiers dits du « spectacle » et/ou de la prostitution plus ou moins déguisée. L’industrie textile ainsi que les secteurs manufacturier, agricole ou médical requièrent des migrantes, mais dans une moindre proportion. En conséquence, les migrations féminines de travail en provenance d’Asie sont indépendantes des flux masculins et donc bien spécifiques.

15Nous comparerons les migrations féminines d’Indonésie et des Philippines et évoquerons le cas sri lankais en n’envisageant que les flux, légaux et illégaux, dirigés vers la péninsule Arabique et l’Asie orientale pour montrer que l’État, la société civile et les migrantes d’Indonésie gagneraient à s’inspirer du modèle philippin et de quelques initiatives sri lankaises.

16Les Philippines, avec leurs 7,8 millions de travailleurs migrants, jouent un rôle pilote dans l’amélioration et la défense des droits des migrants. L’Indonésie quant à elle, d’où partent majoritairement des travailleurs non qualifiés, dont une majorité de femmes comme nous l’avons vu, domestiques et ouvrières, tente de mieux les protéger en les formant et en luttant contre les agences non officielles de recrutement. La vulnérabilité des travailleurs immigrés — un migrant et un local sont rarement traités sur un pied d’égalité —, à laquelle les États concernés ne peuvent plus rester insensibles, trouve désormais un écho quotidien dans l’actualité. Ces violations répétées des droits de l’homme dans le cadre des migrations intra-asiatiques s’expliquent par la part croissante des migrations clandestines et des migrations féminines, qui viennent alimenter le dynamique secteur des services domestiques et sexuels. L’illégalité d’une part et l’appartenance au « sexe faible » d’autre part renforcent la vulnérabilité déjà inscrite dans la condition de migrant (APMJ, 1996).

  • 1 C’est ainsi que Hong-Kong en 2001 pouvait déclarer 200 000 domestiques de nationalité étrangère et (...)

17Nous utiliserons les abréviations suivantes : TKW pour désigner les migrantes indonésiennes (tenaga kerja wanita, TKW) et OFW (overseas filipinos workers) pour les Philippines. Notre propos se limitera à une seule activité : les travaux ménagers, les emplois de bonnes. En Asie, comme au Moyen-Orient, tout foyer même moyennement nanti se doit d’employer au moins une domestique, qui vit à demeure. Cet état de fait n’apparaît pas dans les statistiques, sauf quand les domestiques sont d’origine étrangère, qu’elles ont été officiellement recrutées et qu’elles ont été recensées à leur arrivée dans le pays1.

18Étant donné que les domestiques vivent sous le même toit que leur employeur, leur mode de recrutement se fait souvent sur un mode informel (via des amis ou des parents), les contrats de travail sont en général flous, les rémunérations fluctuantes et parfois en nature (contre le logement, la nourriture). Elles ne sont guère visibles, voire invisibles. Ce type d’emploi expose les femmes à l’exploitation et la violence.

3. Sur-représentation des migrantes asiatiques

19Les raisons de cette forte présence des femmes asiatiques dans les flux internationaux de main-d’œuvre sont multiples et d’ordre différent : psychologiques, religieuses, sociales, économiques, politiques.

20D’une façon générale, l’offre de main-d’œuvre a su répondre et s’adapter à la demande. Ces femmes ont été capables de rapidement quitter leur famille et leur pays pour un temps déterminé dans le but de gagner de l’argent, en particulier au moment où la demande de travailleurs masculins a diminué dans les États pétroliers du Golfe, au profit d’une demande de main-d’œuvre féminine. Et ce d’autant plus facilement que les emplois féminins proposés ne nécessitent généralement ni diplômes ni qualification et paraissent très attrayants du fait des différences importantes de salaires entre les pays exportateurs et les pays importateurs de main-d’œuvre.

21Dans l’ensemble de l’Asie du Sud-Est, les femmes, célibataires ou non, connaissent une certaine liberté de décision et de mouvement, et ont l’habitude de travailler en dehors de chez elles. En 2005, l’Organisation internationale du Travail (ILO, 2006b : 13) avançait qu’en Indonésie, les femmes participaient à hauteur de 53 % à la force de travail et les hommes 87,1 %, tandis qu’aux Philippines, les proportions étaient de 56,7 % pour les femmes et 70,7 % pour les hommes. Dans les familles qui connaissent un besoin de revenus supplémentaires, les femmes savent faire face en ramenant de l’argent au foyer —, ce qui, bien évidemment, peut favoriser l’émigration. Cependant, nombre de pays, dont le Pakistan et le Bangladesh, ont interdit l’envoi d’employées de maison considérant comme contraire aux préceptes du Coran le déplacement de jeunes femmes seules, sans escorte masculine, pour de si longues périodes hors de leur foyer. L’Inde a également mis un frein à ses exportations de domestiques, suite à des dénonciations trop nombreuses d’exactions par les journaux nationaux.

22Il est tentant d’invoquer les « valeurs asiatiques » et la notion de responsabilité familiale pour expliquer cette participation massive des femmes aux migrations de travail. Se référant au concept fondateur et jamais remis en cause de la piété familiale, l’envoi d’une femme à l’étranger dans le but de gagner de l’argent est lié à l’idée qu’elle restera affectivement dépendante de sa famille, qu’elle se sacrifiera de bonne grâce pour le bien-être des siens et enverra la totalité de ses économies. Un homme, dans ce cas, serait plus enclin à boire, jouer, dépenser ses économies. Une étude menée en Thaïlande confirme que les émigrées partent à l’étranger pour aider les leurs, et, malgré des salaires moins élevés que ceux des hommes, elles arrivent à épargner plus et envoient une grosse part de leurs économies à leur famille (Osaki, 1999).

23Les femmes, surtout si elles sont mères, ne se séparent pas de gaîté de cœur de leur famille et réciproquement, et les familles préféreraient certainement voir partir à l’étranger un homme plutôt qu’une femme. D’une façon générale, la famille étendue a toujours plus de mal à remplacer la mère que le père. Ces dernières effectuent en effet souvent un très grand nombre de tâches et sont difficilement remplaçables, surtout en ce qui concerne les soins aux enfants en bas âge et/ou aux personnes âgées. Mais en l’absence de choix, quand seuls sont proposés des emplois féminins, la femme, qu’elle soit mère, fille ou sœur, se résigne à s’expatrier temporairement et la famille restante compense alors tant bien que mal son absence.

24Un autre facteur joue certainement un rôle non négligeable, qu’il faudrait certes vérifier par des études spécifiques, à savoir l’incidence de mauvaises relations conjugales sur le départ en migration de la femme. Des chercheurs (Gunatillake & Perera, 1995 : 131) ont montré qu’au Sri Lanka, la migration est souvent une forme de divorce déguisé, dans une société où ce dernier est encore très mal perçu. Le divorce n’est donc pas officiellement prononcé, mais le départ en migration de l’épouse marque son indépendance économique et la séparation physique du couple. En Indonésie, les femmes mariées constituent le gros du contingent de migrantes, mais les divorcées, les mères célibataires et les veuves sont sur-présentées. Il est clair que le départ est une solution de survie, d’oubli, de fuite.

25Il faut ajouter que les départs à l’étranger se sont banalisés, sont devenus moins angoissants au fur et à mesure que le coût des transports diminuait, que le prix des communications téléphoniques, puis électroniques baissait considérablement. Avec des échanges plus rapides et bon marché, les distances se raccourcissaient, les séparations devenaient de ce fait moins cruelles et donc de plus en plus facilement envisageables par les femmes. Un mécanisme d’entraînement, voire de « normalisation » entre également en ligne de compte. En effet, il est tentant de vouloir imiter les migrantes de retour au pays qui affichent une certaine assurance et des signes extérieurs d’un mieux-être matériel. Devant tant de départs et d’exemples de courage, beaucoup de jeunes femmes se sentent dans l’obligation d’être aussi méritantes que ces dernières. En outre, dans certains villages javanais par exemple, les départs en migration des femmes sont si fréquents, si habituels, qu’ils en deviennent normaux, et pour ainsi dire, constituent la norme.

  • 2 Les musulmans, qui ne constituent pas plus de 7 % de la population totale sri lankaise, représentai (...)

26Un facteur religieux est par ailleurs souvent mis en avant par les Indonésiennes désireuses de travailler dans la péninsule Arabique et surtout en Arabie Saoudite : cela permet d’effectuer au moindre coût le pèlerinage à La Mecque. Les Sri Lankaises musulmanes 2 quant à elles affirment gagner en respectabilité et en estime de soi par le simple fait d’aller travailler dans la péninsule Arabique, d’acquérir des biens matériels et d’adopter les coutumes arabes en matière vestimentaire, culinaire, de décoration intérieure, d’éducation religieuse pour elles et leur parentèle, etc. (Thangarajah, 2003 : 144).

27Aussi pertinentes soient-elles, ces raisons ne peuvent expliquer à elles seules l’ampleur de ces flux. Il faut aussi et surtout tenir compte du volontarisme des gouvernements et de l’action d’institutions privées en faveur de l’exportation de la main-d’œuvre féminine, qui, elle-même, s’appuie sur des réseaux familiaux et sociaux actifs. La migration féminine asiatique, officielle et clandestine, n’aurait jamais pris un tel essor sans l’émergence d’une « industrie de la migration » et la constitution de filières et de réseaux.

4. De multiples filières et réseaux

28Un départ en migration requiert un jeu de forces répulsives et attractives, un environnement social favorable et l’existence d’un réseau pouvant procurer de l’assistance à toutes les étapes d’un processus qui se révèle de plus en plus compliqué. Cette assistance se professionnalise et se monnaye. La migration comme les frontières constituent désormais une ressource ou un objet marchand ; une économie du « passage vers une vie meilleure » s’est développée. Partout dans le monde, le nombre des agences privées de recrutement et de placement s’est accru, ce qui permettait à l’Organisation internationale du travail (OIT, 1997) de déclarer que « de nombreux travailleurs migrants — notamment ceux qui sont susceptibles de pourvoir des postes non qualifiés et n’exigeant aucune compétence technique — sont victimes d’un grand nombre d’abus, dont des fraudes à grande échelle, des honoraires exorbitants, des promesses d’emploi mensongères et souvent des conditions de travail inadmissibles ou même dangereuses ».

29En Asie insulaire, le placement de travailleurs à l’étranger représente en effet une activité très lucrative que se disputent de nombreux intermédiaires, agents, courtiers qui sont soit fonctionnaires ou accrédités par l’État, soit privés, soit mafieux. Ces agences publiques ou privées, légales ou illégales, ont en commun d’accroître le coût financier de la migration en cherchant à faire le plus de bénéfices possibles sur le dos du candidat au départ. Souvent endettés, les migrants se voient alors obligés d’accepter des conditions de travail et de vie difficiles pour rembourser l’agence.

30Les gouvernements des pays concernés et des entrepreneurs privés agissant dans la légalité ou non, orchestrent, à des échelles différentes, ces envois de travailleuses. L’État exporte légalement des travailleuses munies de papiers en règle, les entrepreneurs privés ayant pignon sur rue aussi, bien que certains arrivent à placer leurs recrues chez des employeurs ne réclamant ni carte de séjour, ni permis de travail. Les entrepreneurs privés sans permis d’exercer placent la migrante dans l’illégalité en falsifiant des documents officiels. La migrante, dans le pire des cas, peut aussi être victime de la traite des personnes et tomber en quasi-esclavage. La multiplicité des acteurs rend la situation complexe.

31Ce sont néanmoins les gouvernements des pays exportateurs de main-d’œuvre qui ont joué un rôle incitatif majeur, en créant au sein de leurs ministères du Travail ou de la Main-d’œuvre des bureaux ou agences chargés d’accroître le nombre des emplois à l’étranger (AKAN pour l’Indonésie, POEA (Agence gouvernementale philippine pour l’emploi outre-mer) pour les Philippines, SLBFE (Sri Lanka Bureau of Foreign Employment, Bureau sri lankais pour l’emploi à l’étranger) au Sri Lanka, dans le but pour promouvoir, contrôler et organiser le recrutement et l’exportation de travailleurs. L’AKAN indonésien, Bureau des placements à l’étranger a été créé en 1984 sous la tutelle du ministère du Travail. Un an plus tard, en 1985, le SLBFE se fixait les mêmes objectifs. Dans les trois cas, il s’agissait surtout d’alléger le nombre de demandeurs d’emplois sur le territoire national — les taux de chômage respectifs de l’Indonésie et des Philippines restent élevés, à 9,9 % et à 10,1 %, le sous-emploi est important et les travailleurs pauvres légions — et d’accroître l’apport de devises constitué par le rapatriement des économies de migrants. Les transferts de fonds fournissent 8,2 % du PNB aux Philippines (les transferts des Philippins travaillant à l’étranger représentent chaque année plus de sept milliards de dollars de revenus dont le pays ne saurait se passer) ; 6,3 % à Sri Lanka (CESAP, 2003) et 4,7 % en Indonésie (les trois millions d’Indonésiens qui travaillent à l’étranger en rapportent environ un milliard de dollars (ILO, 2006).

32Aux Philippines coexistent environ 2 876 agences de placement à l’étranger, parmi lesquelles 1400 considérées comme fiables (Poea, 2004). Ces agences tendent à se spécialiser du fait de la concurrence pour telle destination ou tel type d’emploi. En Indonésie, 412 agences de placement ont été recensées en 2000 (Cohen, Far Eastern Economic Review,16/03/2000). Ces chiffres montrent à l’évidence le caractère commercial et rentable des migrations. Le gouvernement indonésien considérant que le placement à l’étranger de travailleurs migrants relève de sa responsabilité, s’est vu obligé durant la période 2002-2003 de sanctionner 61 agences, de retirer 53 licences et de traîner devant les tribunaux 8 agences. La police est intervenue dans plusieurs centres de formation et dortoirs et des départs ont été ajournés (CEACR, 2004/75).

33Au Sri Lanka, les postulantes doivent suivre un mois de formation avant le départ. Les cours sont dispensés dans les 19 agences gouvernementales et dans les 22 agences privées que compte l’île. Les futures employées de maison s’initient aux arts ménagers, au maniement des appareils électroménagers, aux notions d’hygiène et de santé, ainsi qu’à quelques notions bancaires pour gérer au mieux leurs futurs salaires et surtout savoir rapatrier leurs économies. Mieux encore, le SLBFE a lancé un programme d’aide aux enfants de migrantes ainsi qu’une aide à la réinsertion professionnelle des migrantes (SMC, Atlas, 1999).

34Une grande partie des migrations temporaires de travail sont ainsi orchestrées par ces agences de recrutement payantes. Témoin, ainsi que le fait remarquer l’OIT (1997), « leur intervention dans 80 % de tous les mouvements de main-d’œuvre de l’Asie vers les pays arabes — un des flux de migrants les plus importants au monde ». Dans le même communiqué de presse, l’OIT ajoutait qu’« en Indonésie et aux Philippines, les agences privées dominent l’organisation des migrations de travailleurs, plaçant de 60 à 80 % des migrants ». Précisons qu’il n’est possible de décrocher un permis de travail dans un des sept pays du Conseil de coopération du Golfe qu’en passant par les services d’un sponsor (kafil) qui est partie liée avec le recruteur du pays d’origine du migrant.

5. Le parcours de la migrante par des filières légales ou illégales

35Prenons un cas concret : l’Indonésienne qui souhaite travailler en Malaisie a trois choix possibles. L’un est de contacter une agence de placement légal (PJTKI, Perusahaan Jasa Tenaga Kerja Indonesia), située en ville, et de passer par une longue procédure administrative, impliquant de nombreux allers-retours de formulaires entre l’agence et le ministère de la Main-d’œuvre et de l’Émigration, entre la province et la capitale pour obtenir une kyrielle de tampons et des autorisations, ainsi que le livret d’information et éventuellement une formation. Cette première filière est, d’après les témoignages, longue et coûteuse ; les fonctionnaires n’hésitant pas à réclamer de multiples enveloppes. La seconde voie est de s’en remettre à un intermédiaire/recruteur local (baptisé localement calo, boss, taikong, mandor ou sponsor), qui est souvent un notable, riche et respecté, ayant effectué le hadj, qui va servir d’intermédiaire entre la postulante et une agence officielle basée à Jakarta. Sa prestation est également coûteuse, mais elle a le mérite de rassurer la candidate, puisque le calo est une personne connue (ce dernier n’a généralement pas d’accréditation officielle, mais son activité est tolérée). Dans les ports d’embarquement vers l’étranger, situés pour la plupart à Sumatra (Medan, Tanjung Pinang, Dumai, Batam, Tanjung Balai, Pekanbaru, etc.), les candidats-migrants peuvent aussi s’en remettre à une troisième catégorie d’intermédiaires, des passeurs sans scrupule qui tenteront de les transporter en Malaisie sur des embarcations de fortune. Dans certains cas, les candidates indonésiennes sont même totalement à la merci de leur agent. Jones (2000 : 76-79) révèle le cas de recruteurs peu scrupuleux qui se contentent d’acheminer illégalement un groupe de femmes en Malaisie, les confient à un agent local qui décidera alors de leur sort, en destinant les unes aux travaux domestiques et les autres à la prostitution.

36D’une façon générale, dans l’archipel indonésien la procédure officielle légale est mal perçue et ne s’avère pas forcément ni plus sûre, ni moins chère, ni plus efficace, que les services proposés par les agences privées de recrutement. La corruption règne à toutes les étapes du cycle migratoire.

37Ces intermédiaires permettent indéniablement à des femmes peu qualifiées et peu informées des procédures de trouver un emploi à l’étranger. Ils mettent en relation l’employée et l’employeur, dispensent éventuellement une formation, procurent gîte et couvert, supervisent le contrat de travail, organisent le voyage, avancent les frais en prêtant de l’argent, organisent le retour de la migrante. C’est le bon aspect de leur médiation. Il existe cependant un revers à ces bons offices. Ces agences ont tendance à réclamer des honoraires trop élevés, pas toujours justifiés, auxquels s’ajoutent des commissions et des pourboires qui obligent les postulantes à s’endetter. De cet endettement peut naître une relation de dépendance entre la migrante et son agence de recrutement, qui peut dériver vers des abus, souvent dénoncés par les intéressées. Abus qui sont de plus en plus manifestes dans les cas où la migrante s’est engagée dans une filière illégale ou, pire, mafieuse.

38Par ailleurs, en dehors de ces filières de recrutement, les migrantes, dans leur pays d’origine et dans le pays de destination, ont tissé des réseaux par où circule l’information et qui permettent aussi parfois à l’offre et à la demande de se rencontrer. L’action conjuguée des agences et des réseaux plus ou moins formels de migrantes finit par créer une migration « en chaîne ».

39Tant en Indonésie qu’aux Philippines, les personnes qui souhaitent travailler à l’étranger peuvent choisir entre filières légales et illégales. Mais une comparaison même très rapide entre ces deux pays exportateurs de main-d’œuvre fait apparaître des différences sensibles.

40Une étude récente de deux chercheuses de Hong-Kong (Wee & Sim, 2003) compare la situation de migrantes indonésiennes et philippines (exclusivement des domestiques employées à Hong-Kong) et cherche à montrer comment ces deux groupes interagissent et négocient avec les réseaux transnationaux qui ont permis leur embauche à l’étranger. Selon cette étude, la candidate migrante philippine, après s’être inscrite dans une agence de recrutement, peut rentrer chez elle en attendant que ses papiers officiels soient délivrés. Dans le cas où la candidate ne recevrait pas sa convocation pour la remise des papiers, l’agence considérera le poste à pourvoir comme vacant, encaissera son dû en se servant sur la caution laissée par la postulante et lui renverra le trop versé. La Philippine, à la différence de la candidate migrante indonésienne, paye la totalité de son dû avant que l’agence ne commence les démarches. L’Indonésienne ne paye, ou plus exactement ne rembourse l’agence, qu’au moment où elle entre en fonction chez son employeur. Mais durant tout le temps de la procédure et de l’obtention des papiers, la candidate est logée, nourrie, formée par son « sponsor ». Et, donc, plus l’attente est longue, plus la candidate s’endette. Les Indonésiennes s’avèrent dès lors plus exposées que les Philippines aux extorsions et aux abus qui commencent donc bien avant l’envol vers l’emploi et le pays convoités. Ce système, ainsi que les tarifs pratiqués par les agents et les taux d’usure qu’ils pratiquent, font que les Indonésiennes s’endettent souvent à hauteur de plusieurs mois (6 à 8 mois en moyenne) de salaires. En 2003, le ministère indonésien de la Main-d’œuvre et de l’Émigration a reconnu que « 80 % des problèmes tels que la falsification de documents et les diverses extorsions subis par les migrants ont lieu avant le départ » (Dursin, 2003). L’avant-départ et le retour sont en effet des moments critiques où les migrantes indonésiennes, ainsi que les sri lankaises courent le plus de risques, dont le plus courant est d’être volées. En effet, les Indonésiennes doivent stationner dans des camps de formation où elles payent à chaque fois que l’on branche l’aspirateur, le fer à repasser ou le mixeur pour en apprendre le fonctionnement, sont entassées dans des dortoirs pendant des mois avant le départ et parfois exploitées.

41Chaque jour, près de 800 migrantes transitent par le terminal 3 de l’aéroport de Jakarta, tandis qu’au Sri Lanka, ce sont environ 300 femmes par jour qui rentrent au pays. Ces contingents de migrantes qui reviennent chargées de paquets, de cadeaux et d’argent, sont l’objet de bien des convoitises et attendues de pied ferme par une foule de gens mal intentionnés. Dans les terminaux d’aéroport spécialement aménagés pour elles, ainsi que dans les transports hors de prix spécialement affrétés pour les ramener chez elles, des fonctionnaires, des militaires, des policiers, des porteurs, des chauffeurs de bus prélèvent leur dîme, voire plus, en toute impunité.

42Les filières d’émigration indonésienne produisent plus de faux papiers ou de papiers caducs que les agences de placement philippines (Wee & Sim, 2003 : 13), mettant ainsi fréquemment les migrantes dans de sérieuses difficultés.

6. Les migrations de travailleuses domestiques en chiffres

43Les Philippines restent le principal exportateur de main-d’œuvre du Sud-Est asiatique, position que ce pays occupe depuis les années 1970. Une des particularités de cette migration fait que les statistiques sont particulièrement à jour et qu’elles distinguent les « Filipino overseas workers landbased » (562 000 en 1998) et les migrants navigants (193 300 seabased en 1998), tant la marine marchande mondiale emploie d’équipages philippins (SMC, 1999), ainsi que le montre le tableau suivant.

Tableau 6. Nombre de travailleurs migrants philippins, 1990-2000

Année

Migrants basés à terre

Basés en mer

Total

1990

334 883

111 212

446 095

1993

549 565

145 758

696 630

1997

559 227

188 469

747 696

1999

640 331

196 689

837 020

2000

643 304

198 324

841 628

D’après le Scalabrini Migration Center

44Le tableau ci-dessous nous renseigne sur le rapport entre la population active et le nombre de départs en migration de travail.

Tableau 7. Les exportations de main-d’œuvre indonésienne et philippine en 2000

Pays

Population active

Travailleurs à l’étranger

Indonésie

95 700 000

1 500 000

Philippines

30 900 000

7 000 000

D’après les sources officielles réunies par Migrations News, le 19 déc. 2001, http://migration.ucdavis.edu

45Les femmes — le plus souvent domestiques, infirmières et serveuses — contribuent à hauteur de 60 % aux flux en direction de l’Arabie Saoudite, de Hong-Kong, de Taiwan, des Émirats arabes unis et des pays de l’OCDE.

46À l’heure actuelle, les bonnes Philippines employées à Singapour — un foyer sur sept de la Cité-État dispose d’une employée de maison à demeure, soit environ 140 000 bonnes étrangères officiellement déclarées — déjà payées moitié moins que leurs consœurs à Hong Kong (qui déclare environ 240 000 domestiques originaires des Philippines, d’Indonésie et de Thaïlande) — sont remplacées par des Indonésiennes, qui acceptent de travailler plus pour des salaires moindres. Les Philippines sont en général les mieux payées des domestiques en raison de leur bonne maîtrise de l’anglais, de leur bon niveau d’éducation et de formation. Dans les EAU, les compétences respectives, réelles ou supposées, des bonnes philippines et des sri lankaises se mesurent, là aussi, au salaire. La Philippine touche en général 350 dollars américains, contre 150 seulement pour la Sri Lankaise, qui a bien souvent un niveau moindre d’étude, une maîtrise imparfaite de l’anglais (Lavergne, 2003 : 5), mais qui présente l’avantage, quand elle est musulmane, de pouvoir cuisiner. La Philippine, catholique, ne peut en effet accéder aux fourneaux d’une famille musulmane.

47Les réseaux d’entraide au sein des communautés philippines expatriées fonctionnent infiniment mieux que les réseaux indonésiens quasi inexistants. Les Philippines bénéficient également du soutien actif de leur ambassade, auquel s’ajoutent de nombreux syndicats et associations de défense de leurs droits, sans compter les églises (AFP, 14 juillet 2003 et Crowell, 1998). L’isolement des domestiques indonésiennes contribue à perpétuer leur faible rémunération et le non-respect de leurs droits (en particulier de repos et de sorties).

48L’Indonésie cherche à accroître ses exportations de main-d’œuvre, mais se heurte à des protestations de plus en plus nombreuses d’ONG, très préoccupées par les mauvais traitements régulièrement infligés aux migrants et tout particulièrement aux femmes. Entre 1994 et 1998, un million d’Indonésiennes ont émigré, un contrat de travail en poche, ce qui représente 70 % des 1,46 million de migrants officiellement recensés. Une forte proportion des migrantes indonésiennes, du fait de leur très faible qualification, occupe des emplois de domestiques. En 1999, le pays a envoyé à l’étranger 185 000 employées de maison. Parmi une écrasante majorité de femmes, il y avait quelques hommes (Firdausy, 2001 : 219-220). Le nombre officiel d’Indonésiennes employées comme domestiques en Malaisie — seconde destination après l’Arabie Saoudite — était de 90 000 en 1997. Elles y sont payées moins de 100 dollars par mois et victimes de nombreuses maltraitances (Kent, 2003). L’Indonésie enregistre des taux élevés de retour avant l’achèvement du contrat (généralement de deux ans), en particulier de la part des femmes. Ainsi, en Malaisie sur 175 187 domestiques étrangères, 30 180 auraient déserté dans les trois premiers mois de leur contrat de deux ans (Ariffin, 2001 : 10). Ces retours anticipés sont à imputer à l’absence de préparation et de formation des candidats au départ, ainsi qu’au manque de structures d’accueil et d’encadrement sur place. Certaines jeunes villageoises ne savent pas utiliser l’équipement électroménager de leurs employeurs. La barrière linguistique, les difficultés de compréhension et de communication entre la domestique migrante et ses employeurs, constituent une des premières sources d’échec, de renvoi ou de maltraitance (Sim Chi Yin, 2003).

49Aucun gouvernement par ailleurs n’a réussi à enrayer les départs clandestins de jeunes hommes et femmes originaires du « Grand Est indonésien » et de Java central et oriental en direction de la Malaisie, de Sabah, Sarawak et Singapour, qui accueillent la plus grande part de l’émigration indonésienne. C’est ainsi que les départs en migration clandestine (c’est-à-dire sans être munis de la totalité des autorisations requises par la législation du pays d’origine et ainsi que par celle du pays destinataire) sont trois à dix fois plus nombreux que les départs officiellement enregistrés. Ils sont le fait d’hommes qui se dirigent principalement vers la Malaisie. Malgré une politique d’émigration bien rodée, via des circuits officiels, il subsiste une migration clandestine philippine, mais beaucoup plus modeste que celle en provenance d’Indonésie, mais à laquelle les femmes prennent part.

7. Les Philippines et le Sri Lanka, deux modèles pour l’Indonésie en matière d’exportation de main-d’œuvre féminine ?

50D’une façon générale, les Philippines, pays d’émigration par excellence, jouissent de beaucoup plus d’expérience en matière d’exportation de main-d’œuvre. L’État, soucieux de protéger ses « nouveaux héros » (bagong Bayani en Tagalog) qui font vivre le pays a créé deux institutions distinctes : le POEA qui a pour objectif de favoriser et de promouvoir les exportations de main-d’œuvre et l’Overseas Workers’ Welfare Administration (OWWA) qui a pour mission de défendre et protéger les migrants. Dans le même esprit, l’archipel a établi une charte officielle, le Migrant Workers and Overseas Filipinos Act, voté en juin 1995, pour que les migrants puissent connaître leurs droits et leurs devoirs et se faire respecter. Le gouvernement s’engageait dans cette charte à freiner les exportations des travailleurs les moins qualifiés, reconnaissant ainsi qu’ils étaient les plus vulnérables. La crise financière asiatique qui débutait deux ans plus tard n’a pas permis la pleine application de cet engagement.

51Les migrantes philippines exercent des emplois beaucoup plus divers que les Indonésiennes. Sur les 296 000 Philippines émigrées pour raisons professionnelles en 1998, 55 % se consacrent à des activités de service, y compris des emplois domestiques, 31 % occupent des postes techniques ou d’encadrement ou pratiquent des métiers intellectuels (enseignantes en particulier) et 12 % sont ouvrières (Tan, 2001 : 85). Du fait que dans leur pays, les Philippines, à qualification égale, gagnent beaucoup moins que les hommes et qu’elles sont plus touchées par le chômage, elles migrent et acceptent des emplois pour lesquelles elles sont certes surqualifiées, mais infiniment mieux payées que chez elles.

52Soixante à 70 % des migrantes indonésiennes ont quitté l’école en fin de primaire. Tandis que près de 50 % des employées de maison philippines ont fréquenté le lycée, et 43 % ont même suivi un enseignement supérieur (Daily News, 5 sept. 2003).

53Peu de pays comme les Philippines peuvent fournir autant de travailleurs aux compétences et qualifications si variées et capables de communiquer en anglais, la langue internationale par excellence (Skeldon, 1997 : 3). Les Indonésiennes par comparaison ne maîtrisent pas l’anglais, ni parlé, ni écrit. Moins expérimentées, moins qualifiées, plus crédules, elles se laissent plus facilement berner. Il faut souligner que petit à petit, une image stéréotypée des bonnes Asiatiques s’instaure : la domestique philippine, occidentalisée, de très bon standing, mais arrogante ; l’Indonésienne, gentille, mais peu dégourdie, la Sri Lankaise, travailleuse et volontaire.

54La société civile est mieux organisée aux Philippines. On y recense plus d’une centaine d’ONG qui luttent très activement pour la protection des migrants. Par comparaison, L’Indonésie n’en compte qu’une quinzaine et le Sri Lanka, guère plus. Des cassettes, modules de formation, cours d’autodéfense, manuels et fascicules d’information émanant d’ONG philippines informent les migrantes sur les dangers qui les guettent. Très rapidement, des ONG sri lankaises ont suivi l’exemple. Car l’un des problèmes majeurs réside dans le manque d’informations claires, précises et fiables fournies au migrant concernant chaque étape de son cycle migratoire. Cette information pour toutes les étapes de la migration fait trop souvent défaut aux Indonésiennes, d’où de trop fréquents mauvais aiguillages, des tromperies et des fraudes aux conséquences dommageables.

55Last but not least, la main-d’œuvre philippine est plus éduquée, mieux formée, mieux informée, mieux organisée et plus apte à faire respecter ses droits. De très nombreuses actions ont été menées et ont porté leurs fruits. Même si des abus aussi variés que sinistres ont été commis — 25 migrantes indonésiennes doivent être condamnées à mort prochainement, les viols se comptent par centaines, les accidents du travail sont fréquents, les suicides courants (cf. Les rapports d’Amnnesty International) — d’indéniables avancées se sont produites. Chacun des gouvernements concernés, en concertation avec des ONG en vue, a déposé un projet de loi pour donner une véritable protection juridique aux employées de maison sur le territoire national comme à l’étranger.

56Pour s’inspirer du modèle philippin, qui a fait ses preuves, l’Indonésie devrait accroître le niveau d’éducation général de sa population, assainir le système de recrutement, mieux former les candidats migrants et diversifier les pays de destination.

Conclusion : vers une industrie et une culture de la migration en Asie insulaire

57Comme nous l’avons vu, la tendance désormais mondiale à la féminisation des flux migratoires apparaît bien plus marquée en Asie ; et ce phénomène s’avère plus accentué en Asie insulaire — où la proportion de femmes dans le total des migrants avoisine les 70 %. Si on ne peut parler d’un système migratoire propre à l’Asie insulaire, les flux migratoires de ces trois pays présentent bien des caractéristiques communes, et qui leur sont propres.

58L’Indonésie, les Philippines et le Sri Lanka constituent des pôles d’émigration majeurs à l’échelle mondiale. Un « résultat » obtenu en moins de trois décennies. Ils ont mis en place des politiques favorisant l’émigration de travailleurs pour réduire la pauvreté et le chômage et pour accroître les indispensables rentrées de devises constituées par les transferts financiers des migrants (sous diverses formes, dont certaines, comme les remises d’espèces, n’apparaissent pas dans les comptabilités nationales). Ces deux archipels et cette île ont en commun un taux de chômage élevé et un sous-emploi chronique qui s’avèrent encore plus marqués pour les femmes que pour les hommes, alors que subsistent d’importantes inégalités de salaires entre les sexes.

59Ces pays via leurs agences de placement se sont engouffrés dans un créneau laissé vacant par d’autres : les emplois féminins de bonnes qui présentent l’avantage de ne demander aucune qualification particulière. Leur entrée tardive sur le marché du travail arabe explique en partie pourquoi ils ont investi si massivement la niche de ces emplois de domestiques, les seuls disponibles à ce moment-là. Puis la demande croissante en matière de personnel de maison et de services pour la garde et de soins d’enfants, de malades et de personnes âgées dans les pays les plus développés de l’Asie orientale a créé un débouché pour les Philippines, Indonésiennes et Sri Lankaises ayant pris la décision d’aller gagner leur vie à l’étranger. Précision : les emplois de bonnes ne sont guère valorisants, ni prisés par les locaux. Ils sont devenus des emplois pour les étrangères, pour les migrantes et le resteront. Ils continueront donc d’absorber dans les décennies à venir bon nombre de migrantes du Sud-Est asiatique.

60En Indonésie, aux Philippines, comme au Sri Lanka, petit à petit, une culture de la migration s’est forgée. Et une solide « industrie de la migration », chaudement encouragée par l’État, s’est instaurée. De façon concomitante s’est progressivement mis en place un réseau d’agents et d’intermédiaires : rabatteurs, informateurs, recruteurs, agents de voyage, formateurs, accompagnateurs, ils se sont mis à travailler ensemble, en amont comme en aval, pour trouver le plus de bras possible pour le plus grand nombre d’employeurs à l’étranger. Les Philippines jouissent en ce domaine d’une grande expérience.

61L’autre caractéristique commune à ces trois exportateurs de travailleuses réside dans la création d’une migration en chaîne, avec des pionnières qui ouvrent la voie à d’autres et mettent en place des réseaux formels ou informels d’entraide par lesquels circulent les informations nécessaires pour réussir le déplacement et le séjour à l’étranger. Maruja M. B. Asis (2005 : 36) souligne à ce propos que la croissance numérique du personnel de maison d’origine philippine dans divers pays reflète ainsi pour partie « l’effet multiplicateur » du réseau constitué par les migrantes pour amener parent(e)s et ami(e)s à se rendre dans les mêmes destinations, pour y travailler dans mes mêmes créneaux. Ce qui pourrait laisser entrevoir la possibilité d’une embauche directe sans passer par les services des agences de placement.

62Par ailleurs, la situation des migrantes pourrait progressivement s’améliorer. La Convention internationale sur la protection internationale des droits de tous les travailleurs migrants et de leur famille (ratifiée par 34 pays dont les Philippines et le Sri Lanka) qui est entrée en vigueur en 2003, fournit un cadre normatif aux migrations transnationales de travail.

63Ces trois pays ont été tiraillés entre la volonté d’accroître toujours plus leurs exportations de main-d’œuvre et le devoir de la protéger. En envoyant tant de travailleuses à l’étranger, dans des conditions qui, pour une part, les mettaient en danger, ils ont favorisé l’émergence de la question des droits de l’homme dans le cadre général des migrations et de la législation du travail, et cela à l’échelle mondiale. Ce constat positif relativise la critique qui est leur est parfois adressée : en exportant massivement de la main-d’œuvre, ils ne créeraient pas d’emplois sur place et éluderaient cette question. Les années à venir montreront peut-être que les migrant(e) s de retour rempliront ce rôle grâce à leurs apports de devises.

Haut de page

Bibliographie

AFP-Singapour. (Agence France-Presse). 2003. Singaporeans hire cheaper maids as economy takes its toll. 14 juillet.

APMJ (Asian and Pacific Migration Journal). 1996. Numéro sur les femmes migrantes, vol. 5, n° 1.

Ariffin R. 2001. « Domestic Work and Servitude in Malaysia ». Working Paper Series n° 14, Hawke Institute, South Australia.

Asis Maruja, M. B. 2005. Caring for the World : Filipino Domestic Workers Gone Global. In : Asian Women as Transnational Domestic Workers, HUANG, S., B. S. A. YEOH & N oor Abdul RAHMAN (eds). Marshall Cavendish, Singapore.

Battistella G., Asis M. B.. 2003. Southeast Asia and the Specter of Unauthorized Migration. In : Unauthorized Migration in Southeast Asia, BATTISTELLA & MARUJA ASIS (ED). Quezon City : Scalabrini Migration Center.

CEACR. 2004/75. Convention (n° 29 sur le travail forcé, 1930). http://webdiffusion.ilo.org/public:db/standarts:normesappl/

CESAP. 2003. Fifth Asian and Pacific Population Conference : Report and Plan of Action on Population and Poverty. Asian Population Studies, n° 159.

Crowell T. 1998. Domestic strife. Household workers are feeling the pain of the economic downturn, Asiaweek.com (asiawweek/98/0619/feat1.html)

Dursin. 2003. Would be migrants chafe against ban on unskilled labor. Today’s Features, Inter press Service (21 mars).

ESCAP. 2002. Migration, Urbanization and Poverty: Urbanization and Internal Migration, Fifth Asian and Pacific Population Conference, Bangkok, 11-12 décembre.

Firdausy C. M. 2001. International labour migration policy and development strategy in Indonesia. In : Proceedings of the International Workshop on International Migration and Structural Change in the APEC Member Economies, HAYASE, Y. & TSAY, C.-L., (eds), Chiba, Japan : Institute of Developing Economies, Japan External Trade organization.

Gunatillake, G., Perera M. (eds). 1995. Study of Female Migrant Worker. Colombo : Marga Institute, World Bank.

Hugo G. 2005. Migration in the Asia-Pacific region. A paper prepared for the Policy Analysis and Research Programme of the Global Commission on International Migration, GCIM.

Huguet J. 2003. International migration and development : opportunities and challenges for poverty reduction. 5th Asian and Pacific Population Conference : Selected papers, Asian Population Studies, n° 158, p. 117-136. New York.

Husson, L. 2000. Dynamiques migratoires en Asie orientale, sous la direction de Husson, L. & Charbit, Y., Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 16, n° 1.

HUSSON, L. 2004. Diversification et intensification des migrations de travail intra-asiatiques. In : Intégrations régionales en Asie orientale, (Norao, Libergeo), sous la direction de P. Pelletier et Ch. Taillard, vol. 2, Les Indes savantes, Paris, p. 101-118.

ILO. 2006. Facts on Labour Migration in Asia. Fourteenth Asian Regional Meeting, August. (www.ilo.org/asia).

ILO. 2006b. Labor and Social Trends. In : Asia and the Pacific. Chap. 5. Labor migration, p. 43-49.

IOM. 1994. International response to trafficking in migrants and the safe-guarding of migrant rights, International Migration, vol. 32, n°4.

IOM. 2003. World Migration 2003 : Managing Migration, Challenges and Responses for People on the Move. Genève : IOM.

Joll, S. E. Bell, Narayanaswany L. 2003. Gender and Migration in Asia : Overview and Annotated Bibliography. BRIDGE. Bibliography n° 13. UK : Institute of Development Studies, University of Sussex.

Jones, S. 2000. Making Money off Migrants : The Indonesian Exodus to Malaysia. New South Wales: Asia 2000, Hong Kong, CAPSTS, University of Wollongong.

Kent, J. 2003. Malaysia acts over maid abuse, BBC, Kuala Lumpur, 11 mars.

Lavergne, M. 2003. Golfe arabo-persique : un système migratoire de plus en plus tourné vers l’Asie, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 19, n° 3. http://remi.revues.org/document2689.html

Lim L, Oishi, N. 1996. International Labor Migration of Asian Women : Distinctive Characteristics and Policy Concerns. Genève, ILO.

MIGRATION NEWS, vol. 8, n° 3, mars 2000 http://migration.ucdavis.edu

OIT. 2000. Communiqué de presse du 2 mars. Le nombre des migrants dans le monde dépasse 120 millions. http://www.ilo.org/public/french/bureau/inf/pr/2000/2..htm

OIT. 1997. Communiqué de presse du 18 avril. Les agences d’emploi privées envoient des millions de travailleurs à l’étranger.http://www.ilo.org/public/french/bureau/inf/pr/1997/9.htm

Online edition of Daily News. The migrant domestic workers’ plight needs addressing, 5 septembre 2002.

Organisation des Nations Unies (ONU). 2003. Levels and Trends in International Migration to selected Countries in Asia, New York.

Osaki, K. 1999. Economic interactions of migrants and their households of origin : Are women more reliable supporters ?, Asia and Pacific Migration Journal, vol. 8, n° 4, p. 447-472.

Petit V. 2000. Les migrations internationales. In : La population des pays en développement, sous la direction de Charbit, Y. Paris. La Documentation Française. Ch. 5. p. 99-128.

POEA (Philippine Overseas Employement Administration). 2004. www.poea.gov.ph/docs

SEDES. 2000. Images économiques du Monde, Paris.

SIM CHI YIN. 5 juillet 2003. « She plays agony aunt to other maids using her own money ». (http://newpaper.asia1.com.sg/top/story).

SMC, Scalabrini Migration Center, Asian Migration Altas, 1999, http://www.scalabrini.asn.au/atlas/amaltas.htm

SMC, Scalabrini Migration Center. 1999. Atlas (http://www.smc.org.ph/atlas/srilanka99.htm

Skeldon, R. 1999. Migration in Asia after the economic crisis : patterns and issues, asia-pacific population journal, vol. 14, n°3, p. 3-24.

SLBFE (Sri Lanka Bureau of Foreign Employment). 2004. Statistical Hanbdbook on Migration. Colombo, Sri Lanka : Research Division.

Stalker P. 2000. Workers without frontiers - The impact of globalization on international migration, BIT, Lynne Rienner Publishers, Genève.

Tan E. 2001. Labour market adjustments to large scale emigration : the Philippine case. In : Proceedings of the International Workshop on International Migration and Structural Change in the APEC Member Economies, Hayase Y., Tsay, C.-L., (eds), Chiba, Japan : Institute of Developing Economies, Japan External Trade organization.

Thangarajah C.Y. 2003. Veiled constructions : Conflict, migration and modernity in eastern Sri Lanka. Contributions to Indian Sociology (n.s) 37, 1&2. SAGE Publications New Delhi/Thousand Oaks/London, pp. 141-162.

Wee V., Sim. A. 2003. Transnational Labour Networks in Female Labour Migration : Mediating between Southeast Asian women workers and international labour markets, Working papers, n° 49, (August), City University of Hong Kong.

Wong D. 1996. Foreign Domestic workers in Singapore, Asian and Pacific Migration Journal, vol. 5, n°1, p. 117-138.

Zlotnik H. 2003. The Global Dimensions of Female Migration, Migration Information Source, Washington DC.

Haut de page

Notes

1 C’est ainsi que Hong-Kong en 2001 pouvait déclarer 200 000 domestiques de nationalité étrangère et la Malaisie 160 000, ce qui ne correspond à rien dans la réalité. Toutes les domestiques ne sont certes pas d’origine étrangère (mais beaucoup le sont, pour des questions de disponibilité et de coût) et beaucoup ne sont pas déclarées pour des raisons de coût également et de gain de temps (procédures administratives trop contraignantes et trop lentes). Une proportion importante de travailleurs étrangers à Singapour sont des femmes originaires d’Indonésie et des Philippines. Wong (1996 : 128) estimait en 1995 le nombre de domestiques étrangères à demeure dans les foyers singapouriens à 96 000.

2 Les musulmans, qui ne constituent pas plus de 7 % de la population totale sri lankaise, représentaient d’après le SLBFE presque 28 % du total des migrants de l’île en 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Husson, « L’Asie insulaire, forte exportatrice de main-d’œuvre féminine possède-t-elle un système migratoire propre ? Les cas indonésien, philippin et sri-lankais », Études caribéennes [En ligne], 8 | Décembre 2007, mis en ligne le 15 décembre 2007, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/982 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.982

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Chargée de recherche CNRS, Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique Marseille, husson@up.univ-mrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org