Navigation – Plan du site
Tourisme de masse vs. tourisme alternatif

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) dans le secteur touristique : un compromis entre tourisme de masse et tourisme alternatif. Le cas d’Haïti

Corporate Social Responsibility (CSR) in Tourism: À Compromise: between Mass Tourism and Alternative Tourism. The Case of Haiti
Hugues Séraphin et Bénédique Paul

Résumés

Tourisme alternatif et tourisme de masse présentent des caractéristiques communes. L’application et l’institutionnalisation de la RSE dans le secteur touristique paraissent être une démarche pertinente, notamment dans les destinations à environnement vulnérable comme Haïti. Dès lors, le choix entre tourisme de masse et tourisme alternatif devient moins difficile, puisque le tourisme de masse et le tourisme alternatif ne peuvent coexister dans une même strate. Nous argumentons qu’Haïti a plutôt intérêt à s’orienter vers le tourisme alternatif, car il correspond mieux à la démarche éthique prônée dans la démarche RSE.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Haïti
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pour de nombreuses destinations dans le monde, l’activité touristique est très importante par son poids dans le PIB. Certaines régions comme la Caraïbe sont même dépendantes de l’activité touristique. Devant à la montée en puissance de cette industrie et en particulier à la suite des études d’impacts réalisées (Roessingh, et al., 2008 ; Olsen, 1999), la question de la forme de tourisme à adopter est de plus en plus fréquente notamment dans les destinations qui se lancent dans l’activité ou les destinations qui ont eu des déconvenues du fait de l’activité touristique (cas des Antilles françaises, notamment la Martinique). Tourisme alternatif et tourisme de masse sont en général les deux formes de tourisme qui sont mises en délibération (Angeon et Saffache, 2008 ; Olsen, 1999 ; Boyer, 1999 ; Hoerner, 1993). Au lieu d’opposer le « quantitatif roi » au « qualitatif roi » (Séraphin, 2011b), notre étude se focalisera prioritairement sur les conditions de la mise en place d’un tourisme diversifié de masse en Haïti. En d’autres termes, nous tenterons de montrer comment l’innovation institutionnelle consistante à la mise en place de chartes relatives à la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) peut tout en adoptant les caractéristiques du tourisme de masse contrecarrer certains de ses effets pervers, dans un contexte de développement institutionnel déficient (Paul, 2012a).

2Dans certaines destinations touristiques de la Caraïbe, comme la Martinique, l’expérience du tourisme de masse n’a pas été un franc succès du fait notamment de la concurrence des autres îles de la Caraïbe disposant d’une main-d’œuvre moins coûteuse et pouvant offrir des prix plus attractifs. La Martinique a donc été forcée d’opérer un « changement de cap » en misant davantage sur un tourisme culturel afin de répondre aux besoins d’authenticité que recherchent les touristes (Séraphin, 2011a). Pour d’autres destinations, le tourisme de masse a été une franche réussite. C’est le cas de la République dominicaine. Celle-ci dispose d’un cadre géographique et surtout d’une main-d’œuvre abondante et bon marché, contrairement à la Martinique. Ainsi, une désaffection lente, mais apparente du tourisme à la Martinique s’est faite au profit de la République dominicaine. Ces deux « cas d’école » montrent que faire du tourisme de masse n’est pas toujours la solution, mais également que cette forme de tourisme est éphémère.

3Face à cette situation, Haïti qui cherche à mieux se repositionner dans la compétition touristique régionale a plutôt intérêt à faire preuve de pragmatisme en adoptant une forme de tourisme qui lui garantisse un nombre suffisant de visiteurs sur le long terme et qui soit bénéfique non seulement à l’économie du pays, mais également à la population. Dans cette optique, nous montrerons qu’en Haïti tourisme de masse et tourisme alternatif sont deux approches qui peuvent être considérées comme complémentaires ou tout au plus, qui n’ont pas lieu d’être opposées si une politique en matière de RSE est mise en application.

4L’objectif de cette étude est de montrer qu’une bonne application de la RSE peut contribuer à trouver un compromis entre tourisme de masse et tourisme alternatif. En considérant Haïti comme destination d’expérimentation, l’étude cherche à démontrer dans quelle mesure le tourisme responsable peut être vecteur de paix. Plus précisément, l’étude cherche à répondre à la question suivante : quelle forme de tourisme Haïti doit-elle adopter pour un développement durable de son économie ? L’accent est alors porté sur le rôle et l’importance de l’institutionnalisation de la RSE dans ce processus. Les cas d’entreprises considérés montrent, de manière inductive, la pertinence de la pratique de la RSE et la nécessité d’en étendre l’application dans l’ensemble du secteur du tourisme.

5L’article est organisé en trois parties. En premier lieu, une revue de littérature passera en revue les termes clés de notre étude afin d’en poser le cadre de compréhension. La deuxième partie mettra en perspective le rôle de la RSE dans le développement du « Pro-poor Tourism » (tourisme pro-pauvre) sans pour autant « brider » les arrivées de touristes. La troisième partie analysera le potentiel de l’activité touristique comme vecteur de « paix » en Haïti. La troisième et dernière partie quant à elle posera la question de la voie que devrait adopter le pays, en termes de choix entre tourisme de masse et alternatif.

1. Tourisme de masse, tourisme alternatif et RSE

6« Le tourisme de masse fait référence à la production industrielle d’activités touristiques, permettant au plus grand nombre d’y participer. Cette forme de tourisme est celle des plus démunis, voire des moins éduqués vers des destinations que les mieux lotis et les plus avertis ne fréquentent pas ou plus (…) Les allocentriques sont des explorateurs et ne prennent pas part au tourisme de masse, car ils sont à la recherche de destinations innovantes et sont prêts à prendre des risques » (Botti et Séraphin, 2011 : 46). Cette définition met en opposition deux types de touristes sur la base de leur catégorie socioprofessionnelle. Elle sous-entend également que les destinations qui font du tourisme de masse reçoivent les moins bien lotis alors que les destinations qui optent pour une forme de tourisme dite de niche ou de spécialité accueillent les touristes qui ont un pouvoir d’achat plus élevé. C’est ce dernier type de tourisme que Botti et Séraphin qualifient de tourisme spécialisé. Ils le définissent ainsi : « Le tourisme spécialisé est un concept lié à celui de tourisme alternatif (…) Il s’agit de services de loisirs non standardisés pour d’une part répondre à une demande de touristes, et d’autre part, permettre aux destinations d’atteindre leurs objectifs économiques, sociaux et environnementaux » (Botti et Séraphin, ibid., p. 48). Les éléments caractéristiques de chaque forme de tourisme dressée par la figure 1 ci-dessous semblent aller dans le sens selon lequel ces formes de tourisme sont diamétralement opposées. Sur 16 éléments comparatifs, tourisme de masse et tourisme alternatif ne se rejoignent que sur 2 éléments : niveau de l’impact économique sur la zone de production ; niveau éducatif du marché. Selon la figure 1, le tourisme alternatif est la forme de tourisme qui présente les avantages les plus intéressants pour une destination à savoir : un retour sur investissement pour la destination et la communauté plutôt élevé ; une pression sur l’environnement naturel et socioculturel faible ; une saisonnalité faible et enfin une différenciation du produit forte.

Figure 1 : Le continuum des tourismes

Figure 1 : Le continuum des tourismes

Source : Hall (1998, 2008)

7Le produit touristique, qu’il soit élaboré par une destination orientée tourisme de masse ou tourisme alternatif, met en relation un producteur et un consommateur dans un environnement, celui de la destination locale. C’est pourquoi l’économie touristique ne peut être déconnectée d’une gestion durable de l’environnement.

8Du fait des interactions présentes dans le secteur du tourisme, la mobilisation de la théorie institutionnelle (Ostrom, 1984 ; Scott, 2001 ; Bondy et al., 2012) paraît utile pour appréhender le développement de nouvelles pratiques. En effet, l’institutionnalisation du mouvement RSE (Bondy et al., 2012) est en train de devenir de plus en plus populaire dans le secteur. Elle responsabilise également les entreprises sur l’impact de leur activité sur l’environnement. Dans la démarche de la RSE, la satisfaction client occupe toujours une place importante (Botti et Séraphin, 2011). La RSE est donc étroitement liée à la notion d’éthique à laquelle doivent souscrire toutes les parties prenantes de l’activité touristique (Visser, 2006). Une bonne pratique de la RSE devrait donc permettre aux destinations touristiques de masse ou alternatives d’améliorer leur impact économique de même que le niveau éducatif du marché. À ce niveau de la réflexion, il est évident que le tourisme de masse et le tourisme alternatif en dépit du fait qu’ils présentent de nombreux éléments de divergences ont tout de même des éléments communs. Nous pouvons donc dire que l’idéologie sous-tendant la RSE dans les deux environnements constitue un autre élément de convergence entre les deux formes de tourisme que tout semble en apparence opposer.

9En ce qui concerne la RSE dans le domaine du tourisme en Haïti, elle est le fait d’entreprises de tailles et d’origines diverses. Les entreprises haïtiennes inscrites dans cette démarche ont en fait entamé ce que nous appelons le « volontarisme institutionnel », c’est-à-dire l’auto-imposition de règles et leur application volontaire et intentionnelle dans un contexte de déficit institutionnel. Elles sont donc volontaristes au sens de Crane, Matten et Spence (2008) et contribuent à initier une institutionnalisation de la RSE et par conséquent participent à une démarche globale d’innovation institutionnelle que Paul (2012a, 2012b) appelle de ses vœux. Mais, même si le secteur privé du tourisme tente de combler les défaillances du secteur public, il demeure important que les secteurs privé et public travaillent de concert pour institutionnaliser la démarche RSE dans l’ensemble du secteur.

2. RSE et « pro-poor tourism »

10Telle que rapportée dans la section précédente, la RSE peut se comparer à un modérateur des effets négatifs du tourisme qu’il soit de masse ou alternatif tout en maximisant les facteurs qui peuvent contribuer à des retombées positives pour les populations locales, l’environnement, etc. Cette tendance qu’à la RSE à « vouloir faire le bien » rapproche cette notion de celle de « pro-poor tourism » qui selon Holden (2013) s’appuie sur le secteur du tourisme pour combattre la pauvreté en mettant les populations pauvres au centre du développement de l’activité touristique. Ce mouvement « pro-poor tourism », du fait de sa philosophie, est très proche du programme Sustainable Tourism-Eliminating Poverty (ST-EP) lancé par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) qui lui aussi a en ligne de mire le bien-être des populations locales en priorité.

11Le développement d’entreprises sociales, c’est-à-dire d’entreprises qui visent les intérêts de la société dans laquelle elles se trouvent (Desa, 2007), dans le domaine du tourisme et/ou le développement de l’entrepreneuriat chez les locaux, semble être les options les plus probables pour un développement durable de l’activité. En effet, comme nous le rappelle Darwling-Carter (2010), on ne fait pas du tourisme contre, mais avec les populations. À Manyara et Jones (2005) d’ajouter que la création de petites voire de micro-entreprises est la meilleure façon d’impliquer les populations pauvres dans le développement économique du pays. En effet, une approche filière dans le tourisme peut conduire à une telle implication.

12En fait, les recherches de Mshenga et Owuor (2009) sur le développement de l’entrepreneuriat dans le tourisme au Kenya et ceux de Séraphin (2012a) sur Haïti montrent que lorsque les entreprises sont possédées par des locaux, elles ont tendance à s’approvisionner auprès de fournisseurs locaux favorisant ainsi l’effet multiplicateur du tourisme. Les bénéfices de cette implication de la population vont au-delà des bénéfices économiques, mais touchent également un développement de l’estime personnelle (Salazar, 2006).

13L’application de la RSE présente un autre intérêt visible dans le nombre de visiteurs. Dans le cas d’Haïti, deux types activités entrepreneuriaux peuvent profiter à la population locale : la création de chambres d’hôtes et le développement ainsi que la professionnalisation de l’activité de guide touristique. Les chambres d’hôtes ont été mises en avant par Séraphin (2013b) comme étant l’une des options qu’Haïti devrait prendre non seulement dans son objectif d’éradiquer la pauvreté. Elles présentent un double avantage. D’abord, elles répondent au besoin des touristes en quête d’authenticité et désireux de vivre le quotidien des locaux. Ensuite, en tant qu’entreprises, elles requièrent un faible investissement financier de départ. La création de chambres d’hôtes représente également un moteur de développement territorial voire de décentralisation. En effet, pour le gouvernement haïtien, le développement du tourisme rural est une option pour désengorger Port-au-Prince, ses bidonvilles, en encourageant les néo-urbains à reconquérir la campagne ou les villes de province.

14L’autre option entrepreneuriale que nous préconisons est celle de l’activité de guide touristique. Cette activité à l’instar des maisons d’hôtes met en contact le visiteur et le touriste pour le plus grand plaisir de ce dernier qui est en quête d’authenticité. Par son rôle de médiateur (Rabotic, 2009), le guide peut contribuer à démystifier certaines idées préconçues que les visiteurs ont d’Haïti. En effet, la richesse de l’histoire d’Haïti dont une grande partie n’est pas écrite pourrait être rendue plus accessible aux touristes à travers les guides. Le développement du métier de guide touristique apparaît aussi comme une création de plusieurs centaines d’emplois. La labellisation des guides contribuera également à la professionnalisation de chaine touristique.

15L’application de la RSE dans le secteur du tourisme est d’autant plus importante en Haïti lorsque l’on considère que le développement se fera par la masse populaire, car l’élite que Gautier et Moita (2010) comparent à « un éléphant assis sur Haïti » n’a jamais vraiment joué son rôle de développeur socio-économique. Le tourisme, qu’il soit alternatif ou de masse présente des caractéristiques communes comme un niveau modéré de l’impact économique sur la zone de production ainsi que sur le niveau éducatif du marché. Comme nous venons de le voir, l’institutionnalisation de la RSE permet de modérer certaines des dérives ou imperfections du tourisme au profit du pays d’accueil et de sa population. Ainsi, le tourisme apparaît comme un vecteur de paix en Haïti. En liant l’objectif de paix au tourisme, nous allons au-delà de la simple définition d’absence de guerre et de violence (Butler et Séraphin, 2013). Par paix, nous entendons un climat social de tranquillité généré par la transparence, le bien-être matériel et physique, l’accès à la culture et à l’éducation, et la protection de l’environnement (Levy et Hawkins, 2009).

3. Tourisme alternatif/Tourisme de masse : Quelle voie pour Haïti ?

16Pour les destinations qui se lancent dans l’activité touristique, déterminer la forme de tourisme vers laquelle se tourner peut se révéler un véritable défi mettant la destination dans la position de l’âne de Buridan. Haïti, partageant l’île d’Hispaniola avec la République dominicaine, première destination de la Caraïbe en nombre de visiteurs, est de ce fait très influencée par le choix de tourisme adopté par sa voisine. Le promoteur de Punta Cana s’est rendu à plusieurs reprises en Haïti pour discuter du développement touristique du pays. Le « tourisme à la République dominicaine », est-ce la voie vers laquelle Haïti devrait se diriger ? Séraphin (2011b) prévient que développer en Haïti une forme de tourisme similaire à celui de la République dominicaine non seulement ne consisterait qu’à dupliquer un produit, mais entrainerait également une situation de phagocytage au détriment d’Haïti. L’auteur continue en ajoutant que la formule développée par la voisine d’Haïti montrant des signes d’essoufflement n’est pas une formule viable sur le long terme. Le pragmatisme nous pousse à dire que le tourisme de masse où le visiteur est accueilli dans des « resorts » n’est pas une voie de raison pour Haïti qui est mal dotée en infrastructures.

17Le tourisme alternatif, du fait des caractéristiques que nous venons d’évoquer, semble être l’option la plus viable pour Haïti. Il correspond mieux à des démarches éthique et pro-développement. Il est plus adapté aux consommateurs qui se tournent de plus en plus vers le tourisme éthique. Les prestations d’associations comme la Fondation pour le développement du tourisme alternatif en Haïti (FONDTAH) ou encore l’Association des Paysans de Vallue (APV) peuvent répondre à cette clientèle intéressée par offre douée d’éthique. À ce niveau, Haïti dispose d’un potentiel indéniable (Séraphin, 2013a).

Conclusion

18Haïti est une destination qui dispose d’un énorme potentiel touristique. Elle vient de réapparaitre sur la carte des destinations touristiques mondiales et dans le futur, elle sera très probablement appelée à jouer un rôle majeur dans la Caraïbe. Dans ce futur, la forme de tourisme qu’elle décidera d’adopter jouera un rôle déterminant. Nous avons montré que tourisme de masse et tourisme alternatif ne sont pas des choix à opposer systématiquement puisque les deux formes du tourisme présentent des points de similitudes. Notre argumentation a montré que la RSE doit être prise en compte dans le développement durable de l’activité touristique d’Haïti. Par contre, peut-on dire qu’une destination fait à la fois du tourisme de masse et du tourisme alternatif ? Une telle affirmation serait dénuée de sens. Les deux termes sont opposés et dans la pratique ils le sont également. Si à une échelle nationale une destination ne peut se définir que par l’un des deux termes, à une macro échelle certaines initiatives peuvent s’inscrire dans le terme opposé. Dans le cas d’Haïti, le tourisme alternatif semble la forme la plus viable, en particulier dans une démarche de RSE.

Haut de page

Bibliographie

Angeon, V. et P. Saffache (2008). « Les petites économies insulaires et le développement durable : Des réalités locales résilientes », Études caribéennes, URL : <http://etudescaribeennes.revues.org>, consulté le 27 mai 2013.

Bondy, K., J. Moon et D. Matten (2012). « An institution of corporate social responsibility (CSR) in multi-national corporations (MNCs): form and implications », Journal of Business Ethics, 111(2): 281-299.

Botti, L. et H. Séraphin (2011). Le tourisme aujourd’hui, Bruxelles, De Boeck.

Boyer, M. (1999). Histoire du tourisme de masse, Que sais-je ? n° 255. Paris, PUF

Butler, C. et H. Séraphin (2013). « Can tourism deliver peace through Corporate and Sustainable Responsibility practices? The case of Kenya and Haiti, Cross and inter-disciplinary research conversations », Consortium for Research Excellence Support and Training (CREST) / GuildHE, URL : <http://crest.ac.uk/?s=butler>, consulté le 26 novembre 2013.

Crane A., D. Matten et L. Spence (2008). « Corporate social responsibility: in a global context », dans A. Crane, D. Matten et L. Spence (ed.): Corporate Social Responsibility: Readings and Cases in a Global Context, Routledge: Abingdon, UK: 3-20.

Darwling-Carter, G. (2010). « Quand on parle de tourisme », Antilla, n° 1415: 38-40.

Desa, G. (2007). « Social Entrepreneurship: Snapshots of a Research Field in Emergence », The 3rd International Social Entrepreneurship Research Conference, Copenhagen.

Gauthier, A. et M. M. Moita (2010). « Vulnerability and causes of fragility in Haiti », Fride, URL: <http://www.fride.org/publication/744/vulnerability-and-causes-of-fragility-in-haiti>, consulté le 25 novembre 2013.

Hall, C. M. (1998). Introduction to tourism, South Melbourne, Longman.

Hall, C. M (2008). Tourism planning, 2e edition, Harlow, Prentice-Hall / Pearson Education.

Hoerner, J.M. (1993). Introduction au géotourisme, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan.

Holden, A. (2013). Tourism, poverty and development, London, Routledge.

Manyara, G. et E. Jones (2007). « Best practice model for community capacity-building: A case study of community-based tourism enterprises in Kenya », Tourism preliminary communication, 55(4): 403-415.

Mshenga, P. et G. Owuor (2009). « Opportunities for micro and small scale businesses in the tourism sector: The case of the Kenya coast », KCA Journal of Business Management, 2(2): 52 – 68.

Olsen, J. J. (1999). Enjeux du tourisme durable en Haïti face au paradigme actuel en gestion de sites à haute valeur culturelle, Port-au-Prince, Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

Ostrom, E. (1986). « An agenda for the study of institutions », Public Choice, 48(1): 3-25.

Paul, B. (2012a). « Le changement institutionnel en Haïti, les véritables enjeux », Recherche, Études et Développement, 5(1) : 27-33.

Paul, B. (2012b). « Technology and institutions: Theoretical aspects of institutional innovation and its deficiency in Haïti », Document de Travail du CREGED, n° 2012-01.

Rabotic, B. (2009). Tourist guiding in contemporary tourism, Thèse de Doctorat de l’Université Singidunum de Belgrade.

Roessingh, C., H. Duijnhoven et M. Berendse (2008). « Caribbean Delight: Moving beyond the sustainability discourse in tourism », Journal of tourism research, 1(2): 21-33.

Salazar, N. B. (2006). « Building a ‘Culture of Peace’ through Tourism: Reflexive and analytical notes and queries », Universitas Humanística, vol. 62: 319 – 333.

Scott, W. R. (2001). Institutions and Organizations, Sage Publications, London.

Séraphin, H. (2013a). « Les atouts du tourisme haïtien », Haïti Monde, n° 1 : 10-11.

Séraphin, H. (2013b). « Entrepreneurship in tourism as a driver for recovery and sustainable development of the countryside in Haïti. The guest houses as a strong potential option ». International conference on active countryside tourism, International Centre for Research in Events, Tourism and Hospitality (ICRETH), Leeds Metropolitan University, URL: <https://sites.google.com/site/activecountrysidetourism/conference-papers>, consulté le 10 novembre 2013.

Séraphin, H. (2012a). « Private and public sector initiative for the development of entrepreneurship in Haiti: The tourism industry, shouldn’t it be the priority », 2nd international conference in socially responsible and sustainable entrepreneurship and innovation, University of Southampton.

Séraphin, H. (2012b). L’enseignement du tourisme en France et au Royaume-Uni. Paris, Publibook.

Séraphin, H. (2011a). « Carte postale du marché artisanal de Fort-de-France », Les Cafés Géographiques, URL : <http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=2274> consulté le 10 novembre 2013.

Séraphin, H. (2011b). « Hispaniola: The future tourism destination of the Caribbean? », Journal of Tourism Consumption and Practice, 3(2): 38-44.

Séraphin, H. et C. Butler (2013). « Impacts of the slave trade on the service industry in Kenya and Haiti: The case of the Tourism and Hospitality sector », Journal of Hospitality and Tourism, 11(1): 71-89.

Visser, W. (2006). « Revisiting Carroll’s CSR Pyramid: An African Perspective », dans E. Pedersen et al. (éds), Corporate Citizenship in Developing countries, Copenhagen, Copenhagen Business School Press: 29-56.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le continuum des tourismes
Crédits Source : Hall (1998, 2008)
URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7600/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Séraphin et Bénédique Paul, « La responsabilité sociale des entreprises (RSE) dans le secteur touristique : un compromis entre tourisme de masse et tourisme alternatif. Le cas d’Haïti  », Études caribéennes [En ligne], 31-32 | Août-Décembre 2015, mis en ligne le 27 octobre 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7600 ; DOI : 10.4000/etudescaribeennes.7600

Haut de page

Auteurs

Hugues Séraphin

Université de Winchester (Department of Applied Management), Angleterre ; Maître de conférences ; Hugues.seraphin@winchester.ac.uk

Articles du même auteur

Bénédique Paul

Université Quisqueya (Haïti), Membre du CREGED, Chercheur associé à l’UMR ART-Dev, au CRAPU et au CEREGMIA ; Enseignant-Chercheur ; benedique.paul@uniq.edu.ht

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org