Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Britain’s Black Debt : Reparations for Caribbean Slavery and Native Genocide d’Hilary Beckles, une réécriture de l’Histoire pour une transformation sociale réparatrice

Rodolphe Solbiac
Référence(s) :

McD. Beckles, H., Britain’s Black Debt: Reparations for Caribbean Slavery and Native Genocide, 2013, University of the West Indies Press, ISBN: 9789766403492.

Entrées d’index

Index géographique :

Afrique, Caraïbes, Royaume-Uni
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hilary Beckles, Britain’s Black Debt: Reparations for Caribbean Slavery and Native Genocide, Kingst (...)

1Britain’s Black Debt : Reparations for Caribbean Slavery and Native Genocide, (La dette noire de la Grande-Bretagne, des réparations pour l’esclavage dans la Caraïbe et le génocide des peuples autochtones) publié en 2013 par le Professeur Hilary Beckles aux presses de l’Université des West Indies présente une approche de l’histoire du colonialisme anglais, de la traite et de l’esclavagisation de l’Africain du point de vue des dommages qu’ils ont causés aux peuples africains et autochtones caribéens et des bénéfices qu’en a tiré la Grande-Bretagne1.

2L’approche singulière que met en œuvre Beckles dans cet ouvrage entreprend de démontrer la nature criminelle de la traite et de l’esclavagisation de l’Africain, d’en établir le caractère hautement lucratif, d’en identifier les bénéficiaires et de démontrer la continuité existant entre l’instauration de ce système à l’époque moderne et la situation des sociétés caribéennes d’aujourd’hui. Elle vise à établir la légitimité de l’action pour les réparations dans les sociétés caribéennes menée, depuis les années 1990, par des organisations citoyennes transnationales, et qui entre dans une phase institutionnelle depuis le début de la décennie 2010 avec l’implication de l’Université des West Indies et de la CARICOM.

3Cet ouvrage s’organise en deux parties comportant respectivement onze et quatre chapitres. La première présente les principes et les pratiques en matière de réparation avant d’exposer les éléments historiques qui établissent le génocide des Kalinago, ainsi que le caractère criminel de la traite et de l’esclavagisation de l’Africain dans la Caraïbe et en Amérique. Elle développe également l’idée d’un effet génocidaire de cette traite pour l’Afrique. La seconde partie est consacrée à l’action pour les réparations menée par les Caribéens et les Africains.

4Dans sa première partie Hilary Beckles décrit le processus de construction du statut légal qui fait de l’Africain un bien meuble, un élément du patrimoine d’une plantation que l’on peut même louer pour des services sexuels. Il expose la manière dont l’enrichissement découlant de la traite et de l’esclavage à contribué sur le plan économique à l’édification de la société britannique préindustrielle et industrielle. Il souligne, par exemple, les bénéfices qu’a tirés l’église d’Angleterre de ce système ainsi que sa contribution morale à l’établissement de l’esclavage comme cause d’intérêt national. Outre son rôle d’acheteur, sa légitimation du fait que des membres de son clergé possédaient des esclaves et d’adonnaient à la traite, Beckles souligne l’action idéologique et raciale de déshumanisation de l’Africain menée à grande échelle par cette institution religieuse. Il énonce les dommages considérables à la santé mentale, à l’estime de soi des Noirs que l’on peut encore constater dans l’ensemble du monde post-plantationaire.

5Outre l’église, le rôle de la classe politique et de l’aristocratie sont analysés pour démontrer l’implication de tous les secteurs de la société anglaise dans l’organisation du crime contre les Africains. Ainsi, Britain’s Black Debt introduit au processus qui érige l’esclavage en question d’intérêt national. Les membres du parlement tout autant que les institutions étant propriétaires d’esclaves, la culture politique anglaise est marquée par la possession d’esclaves. Cette situation a pour effet de corrompre et d’enrichir les partis politiques des deux bords. Ces éléments apportés par Beckles permettent de comprendre pourquoi face à l’idée que l’esclavage était un crime national que les abolitionnistes promouvaient au XIXe siècle, la classe politique anglaise argumentait que l’esclavage était une question d’intérêt national. Un autre apport majeur de cette première partie réside dans la présentation détaillée et l’analyse des compensations perçues par les propriétaires d’esclaves britanniques lors de l’abolition de 1838.

6La seconde partie dédiée à l’action pour les réparations retrace les principaux événements qui ont marqué ces vingt-cinq dernières années dans ce domaine avec la description des actions qui ont précédé la conférence de Durban en 2001, mais également les évolutions de la lutte pour les réparations après cette conférence. Elle se compose de quatre chapitres examinant, respectivement, les principes de l’action en justice pour les réparations, le comportement des Nations Unies sur la question des réparations lors de la conférence de Durban, la politique britannique du « pas d’excuses, pas de réparations » et enfin le mouvement pour les réparations dans la Caraïbe.

7L’argumentation d’Hilary Beckles dans Britain’s Black Debt s’appuie sur une bibliographie riche en quantité et en qualité (22 pages de références) regroupant livres, articles, films documentaires, rapports et autres archives. Le propos de l’auteur est étayé par des références conséquentes présentées sous la forme de notes regroupées par chapitres à la fin de l’ouvrage, notes qui renvoient à des travaux des plus sérieux. L’accès aux références est de plus facilité par la présence d’un index thématique et de noms d’auteurs. Un certain nombre de tableaux viennent apporter une lisibilité supplémentaire au propos, comme celui concernant la mortalité sur les plantations caribéennes, ou encore celui présentant les chiffres des compensations perçues par les propriétaires d’esclaves.

8Britain’s Black Debt décrit la farouche opposition anglo-américaine (214) à laquelle le mouvement pour les réparations s’est heurté avant, pendant et après la conférence de Durban. Beckles fait état des représailles européennes envers les chefs d’État qui formulent des demandes de réparations, ou qui font avancer le mouvement (216 — 217). Hilary Beckles expose également les arguments qui motivent une action en justice pour les réparations qui devrait être menée contre l’État britannique et un certain nombre de ses institutions nationales comme les chambres de commerce, des banques, des compagnies d’assurance et l’église d’Angleterre.

9Britain’s Black Debt définit les caractères de cette requête en réparation devant être une action juridique de gouvernement à gouvernement en premier lieu. Elle s’adresserait également aux institutions sociales et financières qui ont participé à ce système esclavagiste et qui existent encore aujourd’hui (163). Beckles énonce la liste des autres états européens concernés, Espagne, Portugal, France, Pays-Bas, Allemagne, Russie, Suède, Norvège et Danemark, en présentant les contours de leur implication. L’accusation repose sur le fait que ces pays ont tiré bénéfice de la vente et de la mise en esclavage d’Africains. Les États devraient répondre en premier lieu de leur action en tant qu’institutions ayant donné passé et appliqué des lois permettant la mise en esclavage des Africains. Ils devraient, en second lieu, répondre de leur mise en œuvre de mesures fiscales incitatives (165).

10Un autre axe majeur de ce livre réside dans la présentation l’action des organisations panafricaines et caribéennes durant la décennie 2000 qui a conduit le mouvement à passer à l’étape de l’action en justice contre les bénéficiaires de la traite et de l’esclavage de l’Africain, après la décision prise d’établir une d’une commission pour étudier des actions en justice en vue d’obtenir réparation pour les descendants d’Africains. Beckles souligne le rôle joué par la commission nationale barbadienne sur la loi et l’ordre (National Commission on Law and Order), qui, la première, demande au gouvernement barbadien d’inscrire la question de la réparation parmi les actions à mener au niveau international.

11L’approche mise en œuvre par Hilary Beckles dans cet ouvrage est à la fois professionnelle et personnelle. Beckles s’appuie sur les travaux anciens et récents de chercheurs appartenant à des champs disciplinaires divers. Les travaux de juristes, philosophes, historiens économistes constituent des sources secondaires de qualité qui sont sollicitées pour étayer son discours. Parmi les nombreuses références il convient de signaler la place faite au travail d’historien d’Erick Williams ou encore à celui plus récent de Barbara Solow économiste de l’Université de Harvard dont l’ouvrage s’intitule : British Capitalism and Caribbean Slavery : The Legacy of Eric Williams (1987). On notera de même l’utilisation des travaux de Boris Bittker, Richard Dunn, David Eltis, Joseph Inikori. De plus, il est particulièrement important de noter que Hilary Beckles situe son action dans l’héritage des travaux menés les caribéanistes CLR James, Walter Rodney Eric Williams. Gordon Lewis, entre autres, qui par leurs travaux ont œuvré à la décolonisation des consciences et démontré l’existence d’une culture caribéenne aussi viable que singulière restaurant l’humanité des anciens sujets coloniaux.

12Le discours d’Hilary Beckles s’appuie également sur des sources primaires collectées au long cours par ce chercheur en histoire sociale l’un des meilleurs spécialistes de l’esclavage dans le monde atlantique. D’autres sources primaires constituées par les déclarations faites au parlement britannique au cours du débat portant sur le bicentenaire de l’abolition de la traite par la Grande-Bretagne émaillent le texte de cet ouvrage qui invite le lecteur à d’incessants allers-retours entre la période contemporaine et celle des Temps Modernes ou du XIXe siècle. Cette caractéristique contribue à renforcer une idée majeure développée dans cet ouvrage, celle de la continuité des dynamiques et des effets de la traite et de l’esclavagisation de l’Africain dans les colonies britanniques de la Caraïbe.

13Cet ouvrage se construit également sur le travail de terrain d’Hilary Beckles acteur du mouvement pour les réparations dans la Caraïbe et ailleurs, puisqu’il a exercé des fonctions de représentation d’organisations et d’institutions caribéennes lors de plusieurs conférences importantes sur la question des réparations. Hilary Beckles a également présidé le comité scientifique du projet « La route de l’esclave » mis en place par l’UNESCO en 1994.

14Britain’s Black Debt s’est écrit à la suite de la conférence mondiale des Nations Unies contre le racisme, la discrimination la xénophobie et l’intolérance qui s’est tenue à Durban, en Afrique du Sud, en 2001, pour dénoncer la résolution finale que les pays européens ayant mis en œuvre et bénéficié de l’esclavage de l’Africain dans la Caraïbe et en Amérique ont réussi à faire adopter au prix de manœuvres politiques dont Beckles dénonce le caractère néocolonial. Beckles expose les enjeux auxquels répond cette résolution qui affirme que l’esclavage et la traite n’étaient pas des crimes contre l’humanité au moment où ils ont été mis en œuvre, mais « qu’ils auraient dû l’être ». Hilary Beckles entreprend la réfutation de cette position et argumente que son adoption visait à empêcher l’établissement d’une base légale ouvrant droit à un processus de réparation et au paiement de compensations aux victimes ou à leurs héritiers.

15Britain’s Black Debt se révèle être un ouvrage présentant et développant le discours sur les réparations de « l’après Durban » élaboré par des organisations citoyennes transnationales de la société civile qui réclament aux gouvernements de la Caraïbe d’entreprendre des actions concrètes afin de faire avancer l’action pour les réparations. Il naît de la sollicitation d’Hilary Beckles par ces diverses organisations dans la Caraïbe, en Afrique, en Amérique du Nord, et en Europe qui lui ont demandé d’écrire le texte d’un argumentaire qui permettrait aux Caribéens d’entreprendre concrètement une action en vue d’obtenir des réparations. C’est pourquoi cet ouvrage constitue un texte rassemblant les éléments permettant d’accéder à une vision globale de l’histoire du monde atlantique qui fournit la base d’un argumentaire permettant d’engager une action en justice auprès de juridictions internationales compétentes en matière de droit international.

16Ces circonstances de son élaboration lui confèrent une tonalité stylistique contre-discursive qui traduit une intention politique parfaitement assumée par l’auteur. Beckles explique les tensions et rapports de forces autour de l’action des Caribéens et Africains pour les réparations par le fait que les Britanniques et certaines nations occidentales refusent le changement de paradigme vers lequel conduit le mouvement caribéen et panafricain pour les réparations. Il cite pour cela le commentaire que fait Lord Gifford à propos de la conférence d’Abuja préparatoire à celle de Durban :

Ce qui dérange profondément les Britanniques dans le concept de réparation c’est qu’il change entièrement ce qui fonde le dialogue entre Noirs et Blancs, Nord et Sud, Européens et Africains. Au lieu de demandes d’aide formulées par des pays africains et délivrées par une Europe gentille et charitable, la Conférence d’Abuja demandait justice auprès d’une Europe qui avait commis des crimes (179).

17Britain’s Black Debt ne se contente pas de collecter des faits historiques, mais invite à des changements de perspectives et de paradigmes. Il constitue une contre-archive, car son balayage de l’Histoire du monde Atlantique depuis l’époque moderne, construit une nouvelle manière de penser. Britain’s Black Debt devient une nouvelle archive, un système générateur régissant la production ainsi que l’émergence d’assertions qui permettent aux Caribéens d’envisager le futur en s’appuyant sur des idées nouvelles à propos de l’Histoire. Il contraint son lecteur à appréhender l’Histoire et à concevoir l’avenir au moyen de nouvelles conceptions, pour une liquidation de l’héritage négatif de la colonisation sur tous les rivages de l’Océan Atlantique et pour une transformation sociale qui répare tous les protagonistes de l’histoire de cette région depuis les Temps Modernes. C’est ce qu’exprime cet extrait du préambule de ce livre si important :

La réparation dont je parle constitue la libération finale, la reconnaissance universelle de la vérité, deux conditions nécessaires à une rédemption culturelle et raciale dans l’évolution postmoderne de l’homme vers la dignité et la morale. La demande de réparations est un appel à une guérison collective pour clore ensemble ce chapitre de l’histoire (xvi).

Haut de page

Notes

1 Hilary Beckles, Britain’s Black Debt: Reparations for Caribbean Slavery and Native Genocide, Kingston, The University of the West Indies Press, 2013, 248p, ISBN: 9789766403492.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudescaribeennes.revues.org/docannexe/image/7637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodolphe Solbiac, « Britain’s Black Debt : Reparations for Caribbean Slavery and Native Genocide d’Hilary Beckles, une réécriture de l’Histoire pour une transformation sociale réparatrice », Études caribéennes [En ligne], 31-32 | Août-Décembre 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://etudescaribeennes.revues.org/7637

Haut de page

Auteur

Rodolphe Solbiac

Université des Antilles, Maître de conférences, rosolbiac@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Études caribéennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université des Antilles
  • Logo DOAJ (Directory of Open Access Journals)
  • Logo ERIHPLUS (European Reference Index for the Humanities and Social Sciences)
  • Revues.org